Discord icon

Appendice A.II - L'Ère des Sept Glorieuses

La suite de la soirée eut un peu démené Luster Dawn sur le long terme, moralement submergée par ces formalités d'accueils non attendues à son encontre. Selifós l'avait accueillie presque comme s'il s'agissait d'une lady, malgré son trop jeune âge pour être considérée comme telle. D'abord cet instant où elle fut invitée à assister à l'ascension de la lune à ses côtés ; ainsi que Luna qui souhaitait elle aussi donner un peu de sa force aujourd'hui pour la soulever ; et ensuite à ce somptueux repas en compagnie de cette famille d'alicorne aux dimensions divines.

Il se serait avéré inutile de justifier pourquoi la jeune licorne parut hagarde durant le plus long moment du dîner. Si Celestia buvait simplement un vin blanc fruité originaire de Prance et elle du jus de pomme du Sweet Apple Acre, Luna et son oncle s'hydrataient avec ce qui ressemblait à du vin rouge. Et comme vous pourriez vous en douter, ce n'était probablement pas du vin. Heureusement que Twilight s'arrangeait à ce que les deux vamponies obtiennent du sang autrement que par la chasse ; sinon la pauvre ponette aurait été le plat principal de cette nuit.

Après le repas, Selifós alla la retrouver pour discuter un peu de la suite des évènements avec elle, seul à seul. Le massif étalon posa son sabot sur sa frêle petite épaule pour lui parler d'une voix qui transpirait la bonne humeur.

"Alors... " changea-t-il rapidement de sujet pour en revenir aux faits. "Que puis-je faire pour toi ?"

"Et bien... je vous ai déjà expliqué la raison de ma présence, non ?"

La raison de cette question fut qu'elle ne sut point trouver les bon mots. Quant à Selifós, évidemment qu'il le savait. Elle fut venue pour remplir une tâche confiée par sa professeure. Cette maudite princesse ne cessera-t-elle donc jamais de le harceler ? Il se tourna pour regarder ailleurs. Et il fit un soupir las pour clairement indiquer à Luster qu'il ne désirait nullement remplir sa requête.

"Dites-moi, Selifós", ajouta l'étudiante interpellée par son retrait. "Pourquoi vous n'avez pas envie de parler du passé ?"

"..." L'étalon millénaire garda le silence durant un certain temps. Il fixa son regard au plafond, comme si une araignée s'y trouvait. "Qu'est-ce que t'y gagnerais ? à ce que je te raconte tout ça ?"

"Et bien... l'illumination ?" devina-t-elle. "Peut-être ?"

Il bougea un peu la tête pour mettre son visage dans son champ de vision. Et, il trouvait ça bizarre, mais il souriait. Elle aurait pu juste dire qu'elle gagnerait une bonne note à son prochain examen, mais rien de ça. Juste cette simple soif de savoir, ce désir de connaître le passé. L'alicorne noir se demandait l'espace d'un instant si elle avait complètement oublié la réelle raison de sa venue.

"Tu... voudrais que je te raconte tout ça ? par... par gage d'amitié ?" joua-t-il avec elle, mais tout en gardant un ton très sérieux.

"Ben... c'est-à-dire qu– " Selifós la coupa.

"Écoute, Luster. Il n'y a rien de bon à découvrir ce qu'il s'est passé durant les plusieurs millénaires passés. Quand j'avais donné des réponses à mes nièces, l'une d'elle avait failli mourir. Les poneys ont vécu plus de mille ans dans la paix grâce à la sage direction de Celestia, et maintenant de Twilight ; et ce malgré l'ignorance de leur passé. Apprendre vos lointaines origines ne pourrait rien apporter de bon à Equestria. Il vaudrait mieux que tout ça reste oublié. Et l'ancien monde mérite d'être oublié : tout était pourri de toute façon. Et c'est justement parce qu'il était pourri qu'il a cessé d'exister."

"Mais il faut bien connaître les erreurs du passé pour construire un meilleur avenir", argumenta Luster Dawn.

Selifós gloussait à peine face à cette réplique. Elle jouait sur les mots et lui-même n'avait pas envie de jouer : il ne trouvait point la force de rire.

"Pourquoi je ne suis juste pas mort ?" il se questionna lui-même, avec une voix emplie de dérision.

"Écoutez, Selifós. Depuis que je me suis intéressée à l'Histoire, je croyais que les licornes avaient toujours contrôlé le soleil et la lune. Depuis toujours, je n'ai jamais entendu quoique ce soit de plus ancien que les évènements historiques liés à Grogar. Et maintenant je dois apprendre que tout ce que je croyais savoir n'était que mensonge ou erreur de jugement ? que deux empires dirigés par deux puissantes familles d'alicornes avaient gouverné nos ancêtres pendant presque vingt-mille ans ? que l'empire de Crystal était encore plus ancien même que ces deux familles ? que toute la chronologie connue et officielle d'Equestria n'était que la partie immergée de l'iceberg ?"

"..."

"Depuis que j'ai entendu parler de vous, et de toutes les révélations que vous avez faites à la princesse Twilight, qui ensuite les a faites à moi... j'ai eu le vertige du passé. Comme si le passé n'était qu'un océan abyssal et sans fond, dans lequel pourrait se dissimuler absolument n'importe quoi. N'ai-je pas la légitimité de vous inciter à me dire ce qu'il se trouve sous mes sabots ? à des kilomètres et des kilomètres en dessous de moi ?"

Il soupira, avec un sourire ironique. "Ouais... j'aurais dû mourir." Et il s'en alla.

Luster Dawn ne parut pas satisfaite de son retrait. Bien au contraire, ça la frustrait. Ça la contrariait même. Le regarder se défiler comme ça, presque comme un lâche, la fâchait intérieurement.

"Dites-moi la vérité ! S'il-vous-plaît !" tonna-t-elle dans une supplique à la limite de l'agressivité, après l'étalon qui partait.

Selifós stoppa net. Et il tint le silence pendant plusieurs secondes. Sans même se retourner, il lui répondit, un peu désobligeamment.

"Retourne à Canterlot, Luster. Je n'ai rien à t'apprendre."

Puis elle dut le laisser partir, impuissante. Elle fut si énervée qu'une fois l'alicorne partis, que s'il y avait quelque chose juste à côté dans laquelle elle pourrait taper dedans, elle l'aurait réellement fait pour exprimer sa moue. Hors de question pour elle de s'en aller bredouille pour annoncer son échec à la princesse Twilight, et sûrement pas aussi vite. Et surtout pas pour elle-même et sa curiosité non-rassasiée. Après le vent qu'elle s'était prise ; là, ça devenait vraiment personnelle.

 

***************************************************************************************

 

Selifós était consterné. Avait-il eu vraiment raison de l'envoyer balader comme ça ? Car elle, au moins, contrairement à Twilight et aux autres, elle voulait juste savoir dans le but de savoir ; une fin en soi. Il aurait peut-être été favorable de changer d'avis pour une fois... faire plaisir à cette petite frimousse à la voix candide. Et puis ainsi, il aurait pu se racheter un minimum du sale coup qu'il lui avait fait lors de leur première rencontre.

Le vent murmurait doucement à ses oreilles, du haut du balcon principal du château. La lune, le voile noir de la nuit, les multitudes d'étoiles, la galaxie... et ce paysage calme et amovible. La nature est si paisible à cette période de la journée. Les animaux nocturnes font rarement de bruit. Chaque fois qu'il avait besoin de se retirer pour réfléchir, il allait ici ; pour respirer à plein poumon l'air frais de la soirée et clore ses yeux, pour écouter les discrètes mélodies de minuit.

Il sortit de sa rêverie en entendant la porte à double-battant du balcon s'ouvrir derrière lui. Une belle alicorne blanche s'avançait pour prendre place à ses côtés, pour lui tenir compagnie. Il ne tourna pas la tête pour la regarder le rejoindre. À son tour, la jument contemplait ce paysage et écoutait ce silence qui appelait à la méditation.

"Tu ne dors pas ?" lui demanda au hasard l'étalon. "Il est vraiment tard, tu sais ?"

"Je n'en ai pas vraiment envie", répondit simplement Celestia, qui essayait de se rappeler pourquoi elle était venue le voir.

Silence. Aucun échange direct. Elle ajouta au final.

"Je vais probablement repartir passer quelques jours à Silver Shoals."

"Ah... tu ne te plais pas ici ? Serait-ce à cause de... des mauvais souvenirs qui y sont liés ?"

"Pas vraiment." Lui avoua Celestia. "Pour être honnête, je ne pense plus du tout à tout ça depuis que tu as reconstruit le château. En faisant disparaître cette ruine, tu as en quelques sortes effacer les traces de nos erreurs passées, à moi et à ma sœur. La restauration du château nous a encouragées à... à un renouveau. À tout repartir de zéro. En fait, reconstruire notre maison était probablement la meilleure idée que tu avais eue."

Il souriait. "Merci. Je savais que cela vous rendrait heureuses, mes petites-nièces."

"..."

"..."

"Si je veux séjourner encore une fois à la plage en fait... c'est que je me sens un peu seule ici."

Il détacha ses yeux du panorama pour observer son visage, qui lui restait de profil.

"Ah bon ? Pourquoi ?"

"Toi et Luna passez la plus grande partie du jour à faire la sieste. Je pourrais bien adopter le même rythme de sommeil que le vôtre mais... je ne suis pas un oiseau de nuit, moi."

"Luna a vécu cette solitude-là aussi ; enfermée dans son monde nocturne à elle... "

Celestia soupira. "Oui... je le sais bien. Mais elle au moins, elle n'est plus exactement seule. Elle a la chance maintenant de posséder un parent qui vit au cœur de la nuit à ses côtés. Sans même parler du fait que vous aviez enduré des tourments similaires par le passé, et qui vous permettent de vous rapprocher encore d'avantage. Oui. Lulu a vraiment énormément de chance de t'avoir. Je comprends de mieux en mieux pourquoi elle s'est attachée à toi aussi vite."

Il se riva à nouveau sur le paysage. Et il lui dit doucement, sans jugement, ni arrière-pensée.

"Serais-tu jalouse ?"

"Et bien... oui. Vivre en compagnie de deux poneys heureux ensemble alors qu'on est seul ça... ça engendre de la jalousie. Oui... je suis jalouse", confessa-t-elle ce qui pesait sur son cœur durant ces dernières semaines. "C'est pour ça que je veux aller à Silver Shoals. Si je ne vous avais plus dans mon champ de vision pendant un moment, je pourrais oublier ce sentiment désagréable." Et elle eut une mine triste. "Lulu... était-ce donc ça que tu avais ressentis ? avant de devenir Nightmare Moon ?" Ses yeux passèrent de la mélancolie aux ténèbres. "Je suis désolée, Lulu, de ne pas t'avoir comprise à temps."

Elle fut soudainement arrachée au chagrin dans lequel elle venait tout juste de se tremper quand un doux et gentil baiser lui fut collé à la tempe.

"Ce n'est plus qu'un mauvais rêve, ma petite-nièce. N'y pense plus."

Réconfortée, elle eut comme un sourire heureux. Et cette larme qui s'était logée dans le coin de son œil alla de la tristesse à la joie.

"Merci, mon oncle. Je t'aime", lui répondit-elle sincèrement ; comprenant de plus en plus pourquoi ; et surtout comment ; il avait réussi à lui taper dans l'œil, à sa petite sœur.

"Passe un bon moment à la mer alors." Et il vira de sujet, pour en revenir à ce qu'il songeait à l'origine ; mais aussi sûrement pour aider Celestia à ne pas s'empêtrer dans ses émotions négatives. "Et Luster Dawn ? Elle va rester ici au final ?"

"Elle ne m'a pas parlé de repartir dans les plus brefs délais", répondit-elle. "Pourquoi cette question ? Tu as refusé de remplir sa requête ?"

Selifós fut amusé par son interrogation. Il lui dit comme par rhétorique. "À ton avis ?"

"Je comprends que tu n'aies pas envie de ressasser le passé", lui dit Celestia, franchement. "Mais je connais bien l'élève de Twilight. Elle est du genre obstinée, tu sais ? Je doute qu'elle s'en ira dès demain matin."

"Moi aussi je suis têtu", répliqua l'ancien alicorne. "Si je devais céder à toutes leurs demandes, je ne parviendrai jamais à oublier les horreurs du passé. Comment arriverais-je à tourner la page, à tout repartir de zéro, si Twilight et les autres me forcent à y replonger ?"

L'ex-princesse du jour soupira ; non pas d'exaspération, mais simplement pour exprimer d'une certaine manière sa déduction du constat final. Et elle devait se l'avouer, avec une petite pointe de culpabilité, que ces « autres » dont il parlait, et bien elle en faisait partie. Après tout, elle aussi comme tout le monde, elle désirait ardemment connaître l'histoire oubliée du monde. Tout comme Luster Dawn ou Twilight, Celestia, du temps où elle était l'élève de Starswirl, ressemblait plus à une ratte de bibliothèque qu'à autre chose ; et possédait elle aussi des préjugés et des fausses croyances sur l'Histoire.

"Pourtant... " essaya-t-elle de le persuader. "N'était-ce pas toi qui m'avais dit autrefois que tu détestais garder les poneys dans l'ignorance ou le mensonge ? Parce que c'était une forme de manipulation ? de lâcheté ?"

Son grand-oncle fut très réactif quand elle posa cette question. Il s'en rappelait clairement de ces dires. Il les eut proférés le jour même de leur rencontre, après avoir fait accidentellement pleurer Luna. Et il se souvenait de ses larmes. Pauvre Luna... il s'en voulait encore pour avoir causé du tort à sa nièce, ce jour-là. Il fronça des sourcils.

Sa cadette le provoqua calmement. "dois-je en conclure que tu es un manipulateur et un lâche ?"

Il rétorqua avec une légère agressivité dans la voix. "Ça va, ça va. J'ai compris. T'as gagné."

Celestia l'observait se retourner pour rentrer à l'intérieur, quitter le balcon ; avec un petit rictus vainqueur en coin de lèvre. Elle parut satisfaite d'être enfin parvenue à le persuader d'ouvrir un peu les portes à Luster ; et si possible à elle-même et sa sœur ; de ce grand sanctuaire du savoir qu'était son esprit.

"Je débuterai son enseignement demain matin... pour te faire plaisir."

Il s'efforça à ne pas se montrer contrarié. Au moins il fallait voir le bon côté des choses. Une fois qu'il aura donné à Luster Dawn ce qu'elle voulait, elle et Twilight ne viendraient plus le harceler avec son passé.

Quant à Celestia, et bien... peut-être qu'elle devrait remettre sa virée à Silver Shoals à un peu plus tard. Et si elle en profitait de cette merveilleuse opportunité pour accompagner l'élève de Twilight dans sa quête de savoir ? Et sinon, rien ne l'empêcherait d'écouter aux portes. Et Lulu aussi, elle risquait fort de sauter sur cette opportunité.

 

Pauvre de lui...

 

***************************************************************************************

 

Au matin suivant, ce fut à contrecœur que Selifós eut dû faire de longues siestes répétés cette nuit afin de garder l'œil ouvert, le jour suivant. Luna en fut étonnée de son comportement, elle qui désirait passer du temps avec son oncle, comme à son habitude. Elle fut ensuite plutôt intriguée quand il lui expliqua la raison de son absentéisme.

En apprenant qu'il allait enfin faire quelques révélations, elle se décida elle aussi à veiller un peu plus longtemps, juste pour écouter son parent parler de cette antiquité maintenant révolue. Celestia s'y était elle-même jointe dès la convocation de Luster Dawn par l'ancien étalon pour lui dire que c'était à présent l'heure. Il lui avait aussi précisé au passage qu'elle n'avait pas à le remercier car il n'aurait pas changé d'avis si l'ex-princesse solaire n'avait pas attaqué sa fierté pour le forcer à parler.

La petite licorne rentra, en compagnie des trois divinités millénaires, dans un secteur assez particulier de la bibliothèque. Selifós avait aménagé une des salles secrètes en bureau pour qu'il puisse y travailler tranquillement. Et elles furent toutes subjuguées par ce qu'il s'y trouva : Selifós écrivait toute sorte de notes sur une série de paperasse. En lisant quelques extraits au hasard, Luna dit une chose qui se concordait à ce dont pensaient sa sœur et Luster Dawn.

"Tu étais déjà en train d'en écrire une chronique ?"

L'étalon hocha brièvement de la tête quand il s'assit devant le fruit de son travail encore non-achevé.

"Mais mon oncle", remarqua Celestia et avec raison. "Je pensais que tu voulais oublier tout ça. Pourquoi t'embêter à tout écrire ?"

"Je suis très marqué par les évènements du passé", expliqua le vieil alicorne. "Et justement, comment pourrais-je oublier tout ça si ça me reste dans la tête ? Si je l'écris, c'est pour m'exorciser tout cela de mon esprit."

"Et pourquoi tu ne nous l'avais pas dit ? Que tu écrivais une chronique ?"

"Premièrement, parce que ce n'était pas encore prêt pour être lu. Deuxièmement, vous me harceliez tellement que je n'avais même plus envie de vous en parler. L'écrire dans le secret était une manière pour moi de vous punir de votre impatience et de votre entêtement."

"On ne te harcelait pas tant que ça", se défendit Luna.

"En fait, je disais ça plus en référence à Twilight. Je fais ça dans le pur plaisir de l'embêter", dit Selifós avec sarcasme. "Hé ! Ne touche pas à ça, toi !"

Il avait surpris Luster Dawn en train de farfouiller dans les papiers sans gêne, comme si elle était chez elle. La ponette rosée vit sa pensée se faire balayer par la parole cinglante de Selifós. Elle remit donc les papiers comme ils étaient avant d'y avoir touché.

"Désolée, je... c'est juste que tout est en désordre. Je voulais ranger correctement et... "

"Je ne t'ai rien demandé. Laisse comme c'est, c'est très bien comme ça."

Luster stressait comme pas deux à la vue d'autant de désordre. Elle qui aimait tout ce qui avait un minimum d'ordre, elle ne supportait pas les poneys qui laissaient un bazar pas possible, que ce soit dans leur chambre ou sur leur bureau. D'ailleurs, pendant deux années, elle avait dû supporter un voisin de table à l'école des jeunes licornes de la princesse Celestia. Il était si désordonné qu'elle avait pété un câble : elle avait pris ses affaires pour les remettre dans le bon ordre, sous ses yeux choqués. Twilight qui se souvenait très bien de cette anecdote en riait encore.

Elle avait profité du moment où elle avait discrètement cherché à trier et à empiler les feuilles pour lire un peu ce qui y était marqué. Et par un petit coup de vaine, elle avait trouvé quelques paragraphes qui ressemblaient à un début de chapitre ; avec un titre en haut de la page pour se le prouver ; puisque les autres feuilles n'en possédaient pas.

"L'Ère des Sept Glorieuses... " disait-elle à voix haute en se rappelant de ce titre. "C'est quoi ?"

Selifós soupira quand il démonta le début de pile et d'ordre que Luster avait commencé. Il était grand temps de commencer le travail. Si Luster Dawn s'assurait de rester attentive, Luna et Celestia se penchèrent pour regarder tout ce que leur oncle avait déjà écrit.

"C'est la toute première époque relatée par les historiens de mon temps", expliqua l'étalon. "Avant ça, les sources, tout comme les souvenirs, commencent vraiment à trop se flouer pour déterminer ce qu'il s'est passé."

Luster Dawn, toute excitée, sortit son bloc-notes et se prépara à écrire toutes les informations importantes. Quant aux deux sœurs alicornes, elles écoutèrent attentivement ce qu'il avait à dire, avec la curiosité de deux pouliches.

"C'est en relation avec la légende du même nom ?" demanda Celestia.

"Oui", confirma l'ancien alicorne. "Il existe une différence entre les deux cependant. L'Ère des Sept Glorieuses est le nom donné à l'époque par les historiens de mon temps. Tandis que la légende, elle, raconte les évènements historiques de cette époque avec un style similaire à celui d'un récit épique ; donc en un peu plus fictif, et en moins réaliste."

"Donc la légende sublimait les faits historiques reliés à ces sept empires, c'est ça ?"

"En quelques sortes, oui."

"Et quelles étaient les relations que ces sept empires partageaient avec les Lux et les Skiá ?" s'empressa de dire Luster.

"Du calme. Tu es trop hâtive", la modéra Selifós. "Tu ne sais même pas encore comment les sept empires s'appellent."

"Les empires de Crystal, de Fer, d'Or, d'Argent, heu... de Diamant, de Corail et d'Azur", lista-t-elle comme une leçon qu'elle avait apprise par cœur. "J'ai juste ?"

Il n'y eut pas à dire, l'élève avait bien retenu toutes ces nouvelles information à l'école des jeunes licornes de la princesse Celestia. Son mentor les lui avait elle-même apprises. Leurs noms faisaient partis de ce qu'Equestria savait déjà plus ou moins. Selifós écarquilla des yeux en constatant que la petite licorne en connaissait déjà bien plus que prévu. Celestia sembla particulièrement amusée de la réaction de son oncle.

"Bon. Ok", dit simplement l'étalon noir. "Dans ce cas, pour répondre à ta question : non, les Lux et les Skiá n'avaient aucune relation avec les sept empires ; pour la simple raison que leur empire à eux est arrivé après ces sept-là."

Luster Dawn avait commencé à dessiner une frise chronologique sur ses notes. "Quoi ? Donc ces sept empires étaient encore plus vieux que les alicornes de ténèbres et de lumière ?"

"Tu n'as pas idée à quel point", affirma-t-il avec dérision. "Pour t'aider à écrire ta frise, il faut que tu saches que les sept empires avaient leur propre calendrier. Les historiens de l'ancien monde employaient leur calendrier au lieu de ceux des Lux ou des Skiá afin de donner une date aux différents évènements de cette époque."

"Pourquoi procédaient-ils ainsi ?" posa Luna. "N'aurait-il pas été plus simple de... d'employer un de vos propres calendriers ?"

"Les sept empires avaient leur propre histoire et leurs propres historiens. Et ces derniers avaient déjà noté les dates avec leur calendrier. Alors on avait fait avec, pour ne pas se compliquer les choses. Au contraire."

Selifós poursuivit en ouvrant une parenthèse.

"le calendrier des sept empire a été créé par les empires d'Or et d'Argent. Et il se basait sur les vingt-quatre heures de la journée et les vingt-huit phases du cycle lunaire. Le calendrier des sept empires étaient donc composés de vingt-quatre mois de vingt-huit jours chacun ; c'est-à-dire heu... " Il se tut un moment pour faire un calcul mental rapide. "Six cents soixante-douze jours, pour être précis. Soit à peu près le double du calendrier d'Equestria."

Les trois juments restèrent coites un moment devant cette information.

"Les... les années étaient donc deux fois plus longues", conclut Luna silencieusement.

"C'est ça. Et selon leur calendrier à eux, l'Ère des Sept Glorieuses s'est achevée heu... je ne me souviens plus vraiment, ça remonte à tellement loin heu... au début du VIIème siècle. Dans les années 610, je crois... et des poussières. Enfin... si je ne me trompe pas."

"610 avec leur calendrier qui est deux fois plus long que le nôtre... " réfléchit Celestia. "Ça correspond donc à... 1 200 ans, c'est bien ça ?"

"Et bien... oui", confirma le vieil alicorne. "À peu près."

"Et... il y avait quoi avant l'Ère des Sept Glorieuses ?" demanda Luster Dawn qui voulait s'assurer à ce qu'il n'y ait pas quoique ce soit avant et dont elle n'était pas encore au courant.

"Il n'y avait rien de spécial avant : juste la Préhistoire. Les sept empires étaient les toutes premières civilisations sédentarisées être apparues... officiellement. Je dis ça au sens où on a aucune preuve d'existence de civilisation encore plus ancienne. Donc à l'époque on avait présumé que les sept empires furent les premiers à avoir maîtrisé les mathématiques, l'écriture et l'agriculture.... bref... les bases que toute civilisation devrait posséder pour se développer et s'étendre."

Luster Dawn gloussa faiblement. "Je suis soulagée. Au moins, on sait un peu à partir d'où tout cela a commencé."

Selifós soupira. "Si un jour on m'avait dit que je deviendrais professeur d'histoire... " se dit-il à voix haute pour lui seul.

"Ça pourrait être une idée, tu sais ?" lui proposa Luna. "Tu pourrais enseigner l'histoire à l'école de l'amitié."

"Oh, ça, sûrement pas !" rétorqua l'ancien. "Je ne donnerai jamais ce genre de plaisir à Twilight. Et hors de question que je mette ne serait-ce qu'un millimètre de mon sabot dans sa fabrique à fanatique."

"« Fabrique à fanatique » ?" fit Celestia amusée et interloquée. "Tu ne crois pas que tu exagères ?"

"À peine. On parle tellement d'amitié dans ce pays que j'en deviens malade. J'en suis tellement malade que parfois il m'en vient l'envie d'être méchant juste pour le pur plaisir d'embêter Twilight et le reste de sa caste. Plus fanatique que ça, c'est une secte. Vraiment. Bon... je sais qu'il n'y a rien de mal à mettre un peu de sel dans son plat pour relever le goût. Mais quand il y en a trop, c'est juste immangeable."

"Heu... et pour en revenir au sept empires ?" s'invita Luster qui préférait éviter d'entrer dans ce débat.

"Oui, bien sûr, excuse-moi", répondit l'étalon. "Par quel empire commencer... ?"

Chacun des empires avait sa propre part d'histoire. Ils avaient à peu près tous le même degré d'importance dans le cours du temps. Et entre sept choix pour débuter, difficile de se constituer un ordre bien défini. Ce fut après quelques secondes de réflexion que Selifós trouva une astuce pour en parler sans tout mélanger.

"Je sais. On va en parler dans l'ordre où ils ont disparu. Car voyez-vous, ils n'ont pas tous disparu en même temps. La fin de l'Ère des Sept Glorieuses n'est venue que très progressivement. Si cette époque s'est achevée autour de l'an 610 du calendrier des sept empires, leur effondrement avait tout de même commencé un siècle avant. Et ils se sont éteints les uns après les autres, au fur et à mesure des décades qui passèrent."

"Comment ils se sont éteints ?" demanda la petite licorne. "Ils se faisaient la guerre entre eux ?" suggéra-t-elle.

"J'y reviendrai à la fin. Et non, ils ne se sont pas éteints en se faisant la guerre. D'ailleurs, ils avaient des relations paisibles et très amicales, et passaient le plus clair de leur temps à commercer entre eux."

Il marqua une pause pour fermer la parenthèse. Puis il reprit, sous l'oreille attentive des trois juments.

"Commençons par l'empire de Diamant, voulez-vous ?"

Il le leur avait annoncé avec un petit sourire confiant. Pourtant, au fond de lui, il restait perplexe. Il ne sentait pas que c'était comme cela qu'il devrait procéder pour leur parler de tout ça. Parce que bien évidemment, si Luster Dawn et ses deux nièces faisaient plus preuve de curiosité, elles lui demanderont comment ces sept empires furent nés. Or il ne pouvait le dire. Cela trahirait un profond secret, et surtout une terrible vérité. Il était obligé de rester dans le vague, mais ne pouvant repousser cette pensée sur la cause de l'existence de ces empire, il ne voyait vraiment pas comment su prendre pour en parler sans trop attirer l'attention sur ce qui devait rester caché.

Il avait laissé un blanc qui porterait presque à confusion. Les juments n'osèrent briser le silence, sentant que l'étalon paraissait en plein conflit interne, comme pour essayer de s'y retrouver. Puis soudainement, il se remit à leur sourire et fit un petit signe à Luster Dawn comme quoi elle se devait d'être le plus à l'écoute possible, que c'était le moment le plus important pour prendre des notes.

"Tout d'abord, je vais vous introduire le fait que les sept empires possédaient une technologie très avancée. Bien plus avancée même que celle d'Equestria. Et cette même technologie variait en fonction des différents empires ainsi que des conditions et des besoins de leurs habitants.

"Dans le cas de l'empire de diamant, leurs plus grandes spécialités étaient la géologie et l'alchimie. Ils étudiaient les pierres et les métaux que l'on trouvait dans la terre. Ils avaient compris les sauts d'humeur du sol, comme les séismes... et avaient développé une technologie qui empêchait les tremblements de terre de se produire... par exemple.

"Mais ce dont on avait le plus retenu de leur passage dans l'histoire, c'était leur capacité à créer la beauté. Ils avaient appris à manipuler les éléments pour fabriquer des pierres artificielles d'une grande magnificence : ils avaient inventé les joyaux."

"Ah bon ? Les joyaux ne sont pas naturels ?" dit Celestia un peu étonnée.

Selifós rit légèrement. "Tu ne sais rien de la réalité du monde, ma petite-nièce. De nombreuses chose qui t'entourent ne sont pas ce qu'elles paraissent." Et il continua. "Le premier joyau qu'ils eurent créé avait été ; je vous donne en mille ; le diamant... évidemment."

"Les habitants de l'empire de Diamant... " intervint Luster. "Auraient-ils été des chiens, par le plus grand des hasards ?"

"Non", contredit-il. "Les diamantins n'étaient pas des chiens. Je suppose que tu dis ça en référence aux chiens à diamant. Mais les raisons pour lesquelles on appelle ces derniers ainsi viennent d'ailleurs."

"Donc... des poneys de diamant alors ?" offrit la ponette une autre théorie. "Ils étaient peut-être en diamant comme les poneys de Crystal sont en cristal."

"Ce n'étaient pas des poneys non plus", réfuta encore l'étalon.

L'élève sembla de plus en plus étonnée. "Alors qui étaient-ils ? À quoi ils ressemblaient ?"

"Je n'en ai aucune idée. L'empire de Diamant, tout comme son peuple, s'est éteint deux siècles avant la naissance même de mes parents. Les Lux et les Skiá n'avaient côtoyé les diamantins sous aucune manière. Personne ne sait à quoi ils ressemblaient. Étaient-ils des poneys ? des chiens ? ou autre chose encore ? ou peut-être même une espèce que nous n'avons encore jamais vue... ? On ne le sait pas, et on ne le saura sûrement jamais. Seule notre imagination peut nous apporter des réponses." Et il ajouta vite fait. "Quand je dis deux siècles, je le dis du point de vue d'Equestria. Pas de celui des sept empires."

En effet, la tête de Luster Dawn fourmillait d'idées. Certaines choses étaient si anciennes que même une alicorne de vingt mille ans ne pourrait pas en avoir la connaissance. Selifós en revint là où il s'était arrêté.

"Que disais-je donc ? Ah. Oui : les joyaux. Ils ne se contentaient pas de simplement manipuler les différents éléments chimiques afin de créer des pierres d'un genre nouveau. Ils les imprégnaient aussi de leur magie. Aux pierres qu'ils créaient, ils insufflaient toute sorte de magie de différente nature. Ils aimaient leurs arts et accordaient donc à chacun de leurs artifices un don qui leur permettaient de se distinguer des uns des autres. Chaque pierre est donc unique, pas seulement de par leur composition ou de leur structure élémentaire, mais aussi de par les propriétés de la magie qui les habitait."

"C'est donc grâce à eux que certaines pierres possèdent des pouvoirs magiques ?" voulut la licorne se le confirmer.

"Toutes les pierres sont magiques. Elle n'en ont juste pas les même propriétés. Certaines propriétés sont plus visibles ; et plus utiles ; que d'autres. Et en effet, employées par quelqu'un qui sait maîtriser la magie d'une pierre, celle-ci peut servir ses intérêts grâce à ses pouvoirs. Pour plus de détail, demande à Maud Pie."

"C'est qui Maud Pie ?" demanda l'étudiante intéressée.

"Rends-toi à Ponyville et trouve une terrestre rose bonbon drolatique du nom de Pinkie Pie. Dis-lui que tu veux rencontrer Maud Pie. Elle pourra t'aider."

"C'est la sœur d'une des amies de la princesse ?" dit-elle en remarquant le nom de famille identique.

"C'est ça. Et personnellement, je l'aime bien. Tout comme sa sœur, elle est du genre excentrique... à sa manière. J'ai toujours apprécié les mortels capables de me surprendre. Ils sont la preuve que les alicornes auraient tort de se montrer égocentriques."

Il poursuivit. "Il y a tout de même un point commun entre toutes les roches qu'ils avaient créées, c'est que cette magie dont ils avaient imprégné leurs pierres, et bien... elle avait une utilité cruciale."

Les juments furent étonnées durant une fraction de seconde qu'il leur fasse reconnaître cela. Car jusqu'à maintenant, il en parlait comme s'ils le faisait juste par passion. Mais bon. Ça leur aurait plus surpris s'il n'y avait aucun réelle importance à insuffler de la magie dans des pierres. Ils le faisaient forcément pour une excellente raison. Pas juste pour faire joli.

"Chaque pierre avait beau possédé des propriétés magiques uniques, il existait néanmoins un pouvoir qui les reliait tous directement : la capacité de stabiliser les sols."

"Comment ça ?"

"Par « stabiliser les sols », j'entends par là qu'ils empêchaient les séismes et donc aussi les éruptions volcaniques de se produire."

Elles écarquillèrent toutes des yeux.

"Comme je vous l'ai expliqué tout à l'heure, les diamantins étaient des experts en géologie. Ils furent les premiers à comprendre comment se produisaient les tremblements de terre et les éruptions. Toutes les pierres qu'ils fabriquaient, ils les implantaient profondément dans le sol. Et ensuite, grâce aux courants de magma, elles voyageaient partout dans les entrailles de la terre. Et leur magie justement empêchait les tremblements de terre de se produire."

"Donc c'est grâce à eux si les séismes sont des phénomènes rares ?"

"Oui. Vous devez également savoir qu'avant la naissance des sept empires, les catastrophes naturelles étaient fréquentes. Très fréquentes. Pas seulement les tremblements de terre, mais aussi les ouragans, les tsunamis... Et les tempêtes et les raz-de-marée, ce sont les empires d'Azur et de Corail qui les ont résolus, et ce grâce à leur magie respective. C'est un peu grâce aux sept empires si la terre est viable. Avant les Sept Glorieuses, la vie était vraiment dure pour toutes les créatures vivantes."

Elles ne surent quoi commenter à ce sujet. C'était juste... inattendu... et révélateur.

"D'ailleurs, ils ne formaient pas des pierres dans le seul et unique but de stabiliser la terre. Mais aussi dans le but de fabriquer des artefacts. Sur toutes ces pierres magiques créées par les diamantins, cinq d'entre elles sortaient particulièrement du lot. Cinq pierres dotées d'immenses pouvoirs."

"Elles... elles avaient l'air d'être connues à ton époque... vu ta manière d'en parler", lui dit Luna.

"Ces cinq pierres ont donné naissance à des mythes pendant l'Ancien Monde, vous savez ? Certaines ont même eu d'énormes répercussions sur l'histoire de certaines espèces. Sur ces cinq pierres de pouvoir, ils en ont gardé trois pour eux, tandis que les deux autres avaient été données en cadeau à d'autres empires. Les pierres qu'ils avaient gardées furent un diamant, un rubis et une améthyste.

"Le rubis avait le pouvoir d'apporter à son détenteur autorité et prestige. L'améthyste apportait la bonne fortune : celui qui la détenait gagnerait donc ainsi l'opulence et la capacité de produire une incommensurable richesse. Le diamant, et bien... il offrait le don de longue vie et de sagesse. Ces trois pierres détenues ensembles par un chef lui permettait de gouverner avec longévité, justice, charisme et puissance."

"Et les deux autres pierres données en cadeau ?"

"Il y avait aussi une opale. C'était le cadeau pour l'empire de Crystal. Et il avait le pouvoir d'apporter joie et protection aux habitants de l'empire."

Une étincelle apparut dans les yeux de celles qui écoutaient.

"Le Cœur de Crystal", dit Celestia, comme si elle avait eu une révélation. "Les diamantins ont créé le Cœur de Crystal."

Luster Dawn parut subjuguée, quant à elle. Elle n'aurait jamais pu présagé une telle chose possible. Elle ne trouva même pas les mots pour exprimer son choc.

"Oui", affirma simplement Selifós. "En fait, dans le cas de l'empire de Crystal, c'était plus une commande qu'un cadeau. Les Amor, la famille impériale crystalline, avaient été inspirés par les travaux des diamantins, et leur avaient commandé une pierre magique qui incarnerait l'identité de leur empire. Mais bon... étant donné qu'ils leur ont remplis cette faveur sans rien demander en retour, c'était vu comme un cadeau dans les livres d'histoire et de fiction."

"Et qu'en était-il de la cinquième pierre ?"

"La cinquième pierre et bien... c'était un cas un peu particulier. C'était un cadeau pour l'empire de Corail. Et encore une fois, c'était une commande. Et encore une fois, les diamantins ne leur ont pas demandé de les payer donc... ça restait aussi un cadeau. Pour comprendre, il faut que vous sachiez que les habitants de l'empire de Corail vivaient sous les eaux. Et ils voulaient une pierre qui leur permettrait de vivre sur terre s'ils le désiraient. Un peu comme... une espèce amphibie, si vous voyez ce que je veux dire."

Intriguée, Luna dit. "Et à quoi ressemblait cette pierre de pouvoir exactement ?"

"C'était une grosse morganite polie en forme de sphère. Très semblable à une perle rose."

"Les hippogriffes ont une pierre comme ça. Et elle leur sert à exactement la même chose."

"Vraiment ?" dit-il étonné. "Et moi qui la croyais perdue... "

"Comment ça, perdue ?"

"Selon un mythe de mon temps, la pierre aurait été perdue suite à la destruction de l'empire de Corail : la cité avait été rasée par le léviathan."

"Et à quoi ressemblaient les habitants de l'empire de Corail ?" interrogea Celestia à son tour, un peu empressée de connaître la vérité.

L'étalon haussa des épaules. "Je ne sais pas. On ne connait rien de leur apparence, tout comme pour les diamantins. Peut-être qu'ils avaient survécu et qu'ils ont continué de subsister jusqu'à aujourd'hui. Ou alors c'est encore autre chose. Allez savoir. Mais les hippogriffes ne peuvent pas être les descendants de cet empire car leur possibilité de vivre sous les eaux n'est possible que grâce à leur pierre. Or les habitants de l'empire de Corail, c'était l'inverse : c'était leur capacité à vivre sur terre qui se retrouvait impossible sans le pouvoir de la pierre. Donc ta théorie n'est pas valide."

"C'est ce que je m'étais imaginé moi aussi", répondit Luna, devinant qu'elle partageait la même hypothèse que son aînée. "Dans ce cas, je suppose que la pierre avait été perdue, puis ensuite retrouvée par les hippogriffes ; ou alors elle leur aura été conférée par un moyen intermédiaire."

Luster Dawn n'avait pas trop le temps de dire ce qu'elle pensait. Selifós parlait et enseignait les choses à une telle vitesse... Il ne prenait pas le temps, comme Twilight, d'y aller lentement avec les informations. Cela ne paraissait pas gêner ses deux nièces en revanche ; très probablement parce qu'elles n'avaient pas le handicap de tout écrire pour soi afin de remplir un devoir.

"Et même si les hippogriffes étaient les héritiers de l'empire de Corail, je doute qu'ils s'en souviennent ; comme les poneys ne se souviennent pas des Lux et des Skiá", ajouta Celestia. "Vingt-mille ans, ça... c'est trop ancien pour que même l'Histoire puisse s'en rappeler."

"On peut toujours demander à un hippogriffe pour le certifier", suggéra Selifós. "J'ai entendu dire qu'il y en avait une qui travaillait à l'école de l'amitié. Il suffirait de l'interroger sur l'histoire de son espèce. Qui sait ? les hippogriffe se souviennent peut-être des Temps Immortels."

"Les Temps Immortels ?" répéta Luster.

"C'est l'époque qui a suivis l'Ère des Sept Glorieuses. Elle a débuté lors de la chute simultanée des empires d'Or et d'Argent et l'instauration de l'empire des Lux et des Skiá. Elle aura duré plus de dix-neuf milles ans."

L'élève parut comme prise d'un vertige. "Dix-neuf milles ans ?" trembla-t-elle des lèvres.

"Cette époque fut appelée ainsi pour deux raisons. La première, c'est parce qu'elle était représentative du très long règne des alicornes de lumière et de ténèbres ; des alicornes immortels. Et la deuxième, c'est parce que justement cette époque avait été extrêmement longue. Elle aura duré jusqu'à la chute des deux empires, lors de la dernière Grande Guerre Alicorne ; il y a plus de deux milles ans de cela ; donc plus de mille ans avant l'exode des trois races."

La petite licorne en eut encore une poussée de vertige.

"Tu veux boire un peu d'eau ?" se moqua l'étalon noir.

"Non, ça va aller", dit-elle en posant sa croupe sur un coussin qui se trouvait là. "Il faut juste que je m'assoie un peu. Et s'il-vous-plaît, essayez d'aller moins vite cette fois avec les infos. Parce que... le rythme est dur à tenir."

"Si tu veux. Bien... revenons à l'empire de Diamant", dit Selifós. "Maintenant que je vous en ai parlé en long et en large, je vais parler un peu de son extinction."

Les trois juments ne dirent rien, attendant la suite. Luster Dawn se dépêcha de tourner une feuille de son bloc-notes pour noter la suite. Et conformément à la demande de cette dernière, l'alicorne noir patienta qu'elle soit prête avant de reprendre.

"L'empire de Diamant s'est éteint dans la première moitié du VIème siècle suite à... ce qu'on pourrait qualifier d'invasions barbares. Cela avait commencé quand les chiens avaient découvert les joyaux en creusant leurs galeries. Ils en sont ensuite remontés jusqu'à la source et ainsi ils ont découvert et rencontré les diamantins.

"Ils sont entrés en guerre contre eux car ils convoitaient le pouvoir de créer les joyaux et ainsi d'exploiter au mieux la magie qui pouvait en dégager. Ils lorgnaient également les trois pierres de pouvoir de l'empire.

"Ensuite ça avait été aux griffons de les rencontrer ; et qui dans la même optique que les chiens ; sont entrés en guerre pour voler les richesse de l'empire de Diamant. Les diamantins ont résisté longtemps à ces invasions grâce à leur supériorité technologique. Mais tout s'effondra lorsque les dragons, naturellement attirés par les joyaux dont ils raffolent ; arrivèrent. Face à des ennemis totalement inattendus et d'une puissance contre laquelle ils ne furent pas préparés, ils auront été rapidement pillés. Les dragons avaient volé deux des pierres de pouvoir : le rubis et l'améthyste. Le diamant aura été, lui, subtilisé par les chiens."

"Et c'est de là que vient leur surnom", répliqua Luster Dawn qui cette fois avait la certitude d'avoir raison.

"Oui. C'est de là que venait leur surnom de chien à diamant. Ce diamant a connu une place d'une énorme importance dans leur culture. Ils la vénéraient, avec un culte tourné sur les pierres et les pouvoirs qu'elles recelaient. Même si les chiens étaient les premiers à faire la guerre aux diamantins, ces derniers furent à l'origine de toutes les fondations de leur civilisation ; autant sur le plan technologique que culturel."

"Et qu'était-il advenu de leurs pierres de pouvoir aux diamantins ?" demanda la ponette pour peaufiner ses notes.

"Ces trois pierres-là, précisément, étaient rentrées dans la légende. Le rubis sera pour toujours gardé par les dragons et fut utilisé comme un symbole de pouvoir. Les seigneurs dragons se l'héritaient les uns après les autres au travers d'un tournoi qu'ils nommaient le Gantelet de Feu. Le rubis était un élément du sceptre qui donnait au seigneur autorité sur tous les dragons.

"L'améthyste, lui, tout comme le rubis, restera en possession des dragons durant extrêmement longtemps ; jusqu'à ce qu'ils le perdent au profit de l'humanité durant une série de guerre qui avait secoué le monde il y a plus de cinq mille ans. J'imagine que les humains se seront servis du pouvoir de cette pierre pour s'enrichir, mais sachant que la civilisation humaine s'est éteinte dans les temps qui ont suivis, j'ignore ce qu'il en est advenu de cette améthyste. Peut-être qu'elle a été récupérée par un tier ou qu'elle a été définitivement perdue... impossible d'en être certain.

"Et pour ce qui est du diamant, il avait été lui aussi perdu. Il fut resté pourtant longtemps en possession des chiens qui le chérissaient énormément. Au final, dans les alentours du huitième millénaire des Temps Immortels – j'étais sur la lune à cette époque –, les chiens avaient connu une guerre longue et chronique avec les dragons ; puisque eux convoitaient le diamant afin de compléter leur collection. L'allié des chiens à cette époque fut l'humanité. Je résumerai vite fait cette guerre en affirmant que les chiens et les humains gagneront le conflit, et que Gròk, le seigneur dragon de ce temps sera tué. Les chiens auront offert le diamant aux humains suite à la victoire en gage d'un pacte d'amitié indésoudable entre les deux espèces. Mais il sera finalement perdu lors du sac de la capitale des humains par les dragons, quatre siècles plus tard.

"Cet évènement fut romancé de manière assez fantasque dans les livres d'histoire. Les récits voulaient que lors d'un duel épique, le roi des hommes et le seigneur dragon de ce temps s'entre-tuent lors d'un duel. Le dragon fut tué par une flèche noire décochée par le roi, tandis que ce dernier mourut d'une chute depuis le haut des falaises de la cité.

"Et étant donné que la capitale humaine se situait sur les côtes, et que le diamant eut été incrusté dans la couronne même du roi, la pierre de pouvoir plongea au fin fond des abysses, et ne fut à jamais retrouvé. Depuis ce triste évènement qui eut un grand impact dans l'histoire humaine comme celle des dragons, les chiens se sont mis à rechercher toujours de plus en plus de joyaux ; dans le futile espoir peut-être de récupérer leur plus cher trésor."

"Incroyable... " Celestia eut dit doucement.

Selifós fit une pause de une à deux minutes pour laisser le temps à Luster Dawn d'écrire ; plus vite qu'elle ne consommait de l'encre ; et profiter au passage de répondre à certaines questions éventuellement posées par ses deux petites-nièces.

"C'est là que se termine l'histoire de l'empire de Diamant ?" demanda l'élève. "Et pour les autres ? J'espère que ce ne sera pas aussi long parce que... "

"Oui. J'en ai terminé avec l'empire de Diamant", répondit l'étalon. "Cependant on ne savait pas forcément tout sur les sept empires. Donc je ne pourrais probablement pas en dire long pour les six autres. Bien entendu, je ne parlerai pas de l'empire de Crystal car je suppose que vous le connaissez déjà. En revanche, cette fois, je vais vous parler de deux empires parmi les sept avec lesquels les Lux et les Skiá s'étaient beaucoup familiarisés pour avoir été à l'origine de leur chute : les empires d'Or et d'Argent."

"Ah bon ?" dit Celestia un peu surprise. "Les Lux et les Skiá étaient responsables de la destruction des empires d'Or et d'Argent ?"

"Oui. Mes parents, Fengár et Seliní, y eurent même participé ; quand ils étaient très jeunes. Je me souviens quand ils m'avaient conté la conquête de ces deux empires, et dont les ruines eurent servis de fondation aux empires des deux fameuses familles d'alicornes auxquelles toi et ta sœur appartenez."

"..." Elles attendirent qu'il raconte son histoire pour donner une quelconque réaction.

"Avant Twilight ; avant vous, Celestia et Luna ; avant les licornes ; avant même les Lux et les Skiá ; c'étaient aux empires d'Or et d'Argent qu'avait revenu la tâche de contrôler le soleil et la lune."

... ... ... Quoi ?

"Et il y avait qui avant eux ?" interrogea encore Luster.

Elle l'eut dit d'une manière plutôt calme, et surtout blasée. Si les deux alicornes paraissaient déjà subjuguées par cette information, la petite licorne en revanche n'en semblait pas surprise. Soit parce qu'elle s'y attendait ; avec l'habitude. Soit parce qu'elle n'y croyait qu'à moitié ; voire pas du tout.

"Il n'y avait personne. Ils furent les premiers à le faire", précisa l'étalon noir. "Avant eux, le jour et la nuit se succédaient de façon complètement chaotique, sans aucune régularité ; avec des jours et des nuits qui ne duraient que quelques secondes à plusieurs années. Ça variait beaucoup. Donc pour résumer, les Aurum et les Asími ; les deux familles impériales de ces deux empires ; eurent contrôlé le soleil et la lune pour donner un équilibre à la durée du jour et de la nuit. Et pour les raisons évidentes."

"Les habitants des empires d'Or et d'Argent étaient tous des alicornes ?" demanda Celestia encore un peu plus étonnée. Quant à Luna, elle ne parut plus tellement sous le choc. Car au point où on s'y trouvait, plus rien n'était surprenant.

"Leurs familles impériales seulement. Les deux peuples étaient similaires aux poneys de Crystal. À la différence près qu'ils étaient faits d'or et d'argent au lieu de cristaux." Puis il lui vint à l'esprit le sujet intéressant des autres alicornes, en dehors des Lux et des Skiá. "Si ça vous intéresse, je peux profiter de la mention de ces vieilles alicornes disparues pour en parler."

"Tu ne préfèrerais par rester focalisé sur les empires en eux-mêmes, mon oncle ?" lui proposa Celestia, qui n'avait pas envie de s'évaser pour garder un fil conducteur stable.

"Je pourrais vous parler rapidement des petites différences qui les distinguaient de vos ancêtres comme moi. Tu as envie de savoir, Luster Dawn ?" se tourna-t-il vers la principale cause de toutes ces révélations sur les sept empires.

"Et bien... la princesse Twilight attend de moi à ce qu– "

"Je t'ai demandé si ça t'intéresse toi. Pas Twilight", coupa Selifós.

"Ben heu... " fit la pupille au dépourvue. "Pourquoi pas ? Si ce n'est pas trop long, bien entendu."

"Ce sera bref, à condition que vous n'ayez aucune question ou remarque à faire sur ce que je vais éclaircir", les prévint-il. "En dehors des Lux et des Skiá, il existait trois familles d'alicorne... et qui formaient ; je crois que vous l'aurez compris ; les familles impériales des empires d'Or, d'Argent et de Crystal. La première différence vis-à-vis des Lux et des Skiá, c'est qu'elles étaient un peu plus petites que nous ; physiquement parlant. La deuxième, c'est qu'elles étaient beaucoup, beaucoup plus faibles en terme de puissance. Et la troisième, c'était que l'immortalité chez ces alicornes-là fonctionnaient très différemment par rapport à la nôtre."

Elles hésitèrent un moment à dire quoique ce soit, ne voulant pas trop allonger ce sujet censé être court. Mais il était évident que la question de l'immortalité variant en apparence selon les familles d'alicorne avait piqué leur curiosité ; surtout que cela parlait un peu implicitement de Cadance et de Flurry Heart.

"C'est-à-dire ?" demanda Celestia.

"Chez les alicornes d'Or, d'Argent et de Crystal, l'immortalité se cède ; du parent au premier-né."

"Tu veux dire que... qu'une fois le poulain mis au monde, ce dernier est immortel et sa mère ne l'est plus ?"

Selifós parut comme convoqué par le ton soudainement inquiet de sa petite-nièce, quand il tourna la tête vers elle. On dirait qu'elle craignait quelque chose. L'étalon se tourna à nouveau et fit comme s'il n'avait rien vu, puisqu'il ne connaissait pas réellement le nature du souci qui habitait Celestia, tout comme sa petite sœur semblait-il.

"C'est ça. Une fois que la mère à accouché, elle transmet son immortalité à son enfant. Et après, le vieillissement la rattrape. Dans le cas où c'est le père qui transmet son immortalité, et bien... je ne vous donnerai pas de détails inutiles et inappropriés : vous savez très bien comment on fait des poulains, alors vous verrez où je veux en venir." Il finit par rire légèrement. Puis il ajouta. "C'est à cause de la crainte de perdre cette immortalité d'ailleurs que ces alicornes de jadis patientaient plusieurs siècles, voire plus d'un millénaire avant de songer à perdre leur virginité. Car une fois la fécondation faîte, le parent devenait sujet à la vieillesse et n'avait plus qu'une cinquantaine d'année à vivre en moyenne."

"..."

"Dans le cas des Lux et des Skiá, en revanche ; et c'est très important que vous le sachiez, mes nièces ; on ne naît pas immortels."

À leur tour, les deux sœurs n'eurent rien dit. Elles pressentirent que leur oncle allait s'expliquer, vu que ce ne serait pas cohérent avec le fait qu'il ait vingt mille ans tout de même, et sans une seule ride ; ainsi qu'à son propre âge et au leur.

"Chez les Lux et les Skiá, c'est le lait maternel qui offre l'immortalité. Si moi, toi et Celestia avons plus de mille ans, c'est parce que nos mères respectives nous avaient allaités étant bébés. Et justement, mes nièces, si vous songez à devenir mère un jour, je vous recommanderai d'en faire autant que votre génitrice, ou vous risquerez d'avoir d'affreuses surprises au bout de plusieurs décennies."

Elles en furent toutes deux fascinées par ce fait. Le lait des juments alicornes... leur lait... aurait le pouvoir d'offrir l'immortalité ? Mais cela sous-entendait bien d'autres choses. Cela signifiait que même si un poulain descendait de deux mortels, il gagnerait une réelle immortalité en goûtant au lait d'une alicorne femelle. Mais ça signifiait également que si la mère refusait de reconnaître son propre enfant, elle pouvait choisir de le priver de son sein, et donc le destiner à une vie mortelle.

Néanmoins, Celestia, sans trop prêter attention à ce que se racontaient sa sœur, l'élève et son oncle, méditait pour elle seule au sujet de Cadence. Évidemment qu'elle n'était pas consciente de sa condition. Elle finira par l'apprendre d'elle seule, et sûrement avec un grand étonnement, qu'elle se mettrait à vieillir, pour ensuite céder la place à sa fille, Flurry Heart, quand cette dernière se retrouvera assez grande pour monter sur le trône de Crystal. Mais dans le fond, ne serait-ce pas la chose la plus enviable ? Car ainsi, au moins, elle n'aura pas à vivre éperdument avec le fardeau d'un deuil sur les épaules durant plusieurs siècles.

"Bon. Pour en revenir aux empires d'Or et d'Argent, ils se seront effondrés suite à l'arrivée des Lux et des Skiá. Ces derniers auront causé leur perte afin de récupérer les magies solaire et lunaire pour leur propre compte, volé les technologies... tout ça pour les apporter aux poneys et ainsi leur permettre de vivre dans une société plus sûre et mieux organisée."

"Je... je peux vous poser une question, Selifós ?" dit Luster Dawn en levant le sabot.

"Oui ?"

"Pourquoi les Lux et les Skiá ont détruit les deux empires ? Dans quel intérêt ?"

"Ils... comment t'expliquer ça clairement ? Je ne peux pas dire qu'ils convoitaient leur pouvoir mais... disons plutôt qu'ils en avaient besoin pour survivre. Exactement comme un poney a besoin de sa magie pour ne pas se retrouver épuisé de ses forces. Et ils voulaient apporter la connaissance aux poneys pour qu'ils sortent de leurs conditions primitives et ensuite gouverner sur eux."

"Et ils étaient obligés de tous les tuer pour ce faire ? Ce n'était pas très glorieux", jugea un peu l'élève.

Selifós ne semblait pas offensé par son petit ton moralisateur. Il la comprenait parfaitement, étant donné qu'il en avait été témoin seulement de par la bouche de ses parents il y eut longtemps. N'y ayant pas participé, il ne s'était pas sentis concerné personnellement. Cependant il n'avait jamais reproché à ses parents et à sa tante l'extermination de l'empire d'Argent car il était au courant de certaines vérités qui devaient rester secrètes.

"C'est plus compliqué que ça", lui répondit donc l'étalon noir. "Les choses allaient à l'encontre de leur volonté... ils avaient été manipulés... les choses devaient être ainsi... c'était ainsi que les choses étaient voulues... Les Lux et les Skiá ne contrôlaient absolument rien à la situation."

La licorne rose s'intrigua de cette étrange excuse. "Manipulés ? Voulues ? Par qui ? Qui aurait voulu la destruction des empires d'Or et d'Argent ?"

"..."

"Et aussi, maintenant que j'y pense... d'où viennent les Lux et les Skiá ? Quelles sont leurs origines ? Parce qu'ils semblent un peu surgir de nulle part dans votre histoire."

"..."

Voilà une interrogation qui convoqua toute l'attention des deux juments alicornes. Si leur oncle leur avait quasiment tout dit de leurs deux familles ancestrales, il n'avait jamais abordé la question de l'origine des Lux et des Skiá. Et lors des quelques fois où elles lui avaient demandé des aveux à ce sujet, Selifós leur répétait à chaque fois que l'origine de ces deux clans faisaient partis de leurs secrets et qu'en conséquence, il se devait de ne rien dire. Si seulement ce vieil étalon n'attachait pas autant d'importance et de loyauté à des lois et des secrets qui avaient été oubliés depuis des millénaires...

"Luster Dawn... là, tu t'aventures sur un sentier obscur sur lequel je ne peux t'éclairer."

"Mais pourquoi ?" insista la ponette. "Qu'est-ce qu'il y a de si grave à savoir cela ?"

"Tout ce que je vous raconte, c'est déjà beaucoup. Ne me forcez pas à vous donner ces vérités-. Croyez-moi, si des vérités demeurent cachées sous le secret, c'est bien pour une excellente raison. Les secrets des clans des Lux et des Skiá dissimulent des vérités extrêmement dérangeantes. Si le monde entier l'apprenait... je ne saurai en deviner les conséquences."

Malgré l'avertissement, Luster Dawn paraissait de plus en plus déterminée à découvrir cette fameuse vérité. Selifós regretta aussitôt sa maladresse en examinant ce faciès. Il aurait peut-être mieux valu pour lui qu'il n'en dise rien. Il fit un soupir exaspéré.

"Et voilà pourquoi je ne veux pas parler du passé", monologua-t-il. "Twilight, tu me saoules."

"Il y a longtemps, Seli', tu nous parlais du « grand et terrible » secret du monde, des origines de ces deux familles et de Discord... " dit Luna pour mettre les choses au clair. "Ce secret dont tu nous parlais, c'est bien celui-là que tu mentionnes à l'instant ?"

Il ne donna pas de réponse directe. Son simple regard suffisait pour Luna et Celestia que la jument noire avait vu juste.

"Seule la toute première génération des Lux et des Skiá, ainsi que Discord, étaient censés être au courant de ce secret. Mes parents me l'ont révélé quand je désespérais presque à offrir au monde une paix universelle et éternelle ; alors qu'ils n'était pas censés non plus me le dire. J'ai eu des pensées suicidaires pendant des semaines quand je l'ai découvert. Cette vérité est extrêmement dangereuse. J'ai promis à mes parents que je tiendrai ma langue, alors je la tiendrai. Si vous tenez réellement à le savoir, vous n'avez qu'à interroger Discord. Mais croyez-moi, ce sera perdu d'avance : il est encore plus interdit que moi sur ce domaine."

"Mais quelle est cette vérité si elle est aussi dérangeante ?!" s'exclama Luster épuisée de ce suspense.

"Désolé, Luster Dawn. Je ne peux rien te dire", lui dit doucement Selifós, comprenant parfaitement sa frustration.

Et pour ne pas s'éterniser sur ce dont il ne voulait pas s'étaler, il abrégea brutalement pour passer à autre chose. Cette manière de passer du coq à l'âne énerva un peu la ponette tandis que les deux autres alicornes, coites, se trouvaient dans le flou des évènements.

Il tenta de reprendre là où il s'était arrêter pour au final maintenir le silence un certain temps, en fixant le plafond du regard. Mince alors ! Il n'avait pas grand-chose à dire au final sur ces deux empires. Pourtant ils faisaient partis de ceux qu'il connaissait le mieux. Et bien... il semblerait que sa mémoire en avait vraiment pâti après tous ces millénaires passées à croupir au Tartare. Dans ce cas, autant boucler la section sur ces deux empires en racontant une petite anecdote, s'il lui restait un minimum de souvenir.

"Saviez-vous... saviez-vous que... que les étoiles, tous comme les joyaux, n'étaient pas naturelles ?"

"J'imagine... " lui dit Luna sobrement. "C'est l'empire d'Argent, n'est-ce pas ?"

"Et... as-tu deviné que... que les étoiles avaient en fait une âme, toute à chacune ?"

"Je le sais depuis plus de mille ans."

Si Luster Dawn apprenait des choses, Selifós sembla plutôt étonné que Luna puisse être même au courant de cela. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle en sache plus qu'elle et Celestia ne le laissaient paraître.

"Comment l'as-tu compris ? Qu'est-ce qui t'a mis la puce à l'oreille ?"

"J'a... " L'alicorne anciennement bleu nuit ; maintenant d'un noir et magnifique pelage ; souriait à cette question. Elle avait peut-être vu la plus grande partie de sa vie passée gâchée par un exil interminable sur la lune, mais elle avait vécu presque quatre-vingt-dix ans en tant que princesse. Elle aussi avait des choses à raconter ; et parmi elles, de bons souvenirs. "J'avais une amie qui... qui avait compris que les étoiles avaient une âme. Et c'est elle-même qui me l'a apprise. Elle m'a dit que pour s'en rendre compte, je ne devais pas les contempler, mais les écouter."

Celestia fut intérieurement touchée émotionnellement par l'histoire de sa petite sœur. Le souvenir qui en était le lien et l'origine l'amena dans une méditation et un calme monacaux.

"Les écouter au lieu de les contempler ?" dit Selifós intrigué.

Le sourire de Luna devint plus vivant... et aussi plus nostalgique. "Elle était aveugle de naissance. Et elle est la seule véritable amie que j'ai jamais eue."

Elle avait la voix mélancolique et dans sa compassion, son oncle lui souriait tendrement en retour et lui caressa la joue comme pour la consoler.

"Ta seule véritable amie ? Et Twilight alors ? Je croyais qu'elle était ton amie, elle aussi."

Quand il eut prononcé ce nom, Luna dégagea le sabot de son parent, comme si cela lui rappelait une vieille rancune.

"C'est ce que je croyais aussi. Mais quand j'ai découvert mes racines... quand j'ai découvert la vérité sur Nightmare Moon et que je me suis enfin réconciliée avec elle... elle a essayé de tout casser. De m'arracher à moi-même. Elle t'a changé en pierre. Elle a... " Elle fronça tristement des sourcils. "Twilight a trahi ma confiance. Si je n'en pense pas autant de ses amies à elle, elle par contre, je ne la tiens plus aussi bien en estime qu'avant. D'autant plus que... Nightmare Moon continue de lui vouer une haine féroce et intarissable. Je ne peux plus renouer avec elle après ce qu'il s'est passé. Et je n'ai même pas envie de le faire. De plus... Snowdrop* ne m'aurait jamais rejetée pour qui je suis réellement. Snowdrop, elle, n'aurait jamais agi de la même manière que Twilight."

"Lulu... " appela Celestia, très attristée du constat de sa sœur sur ce qu'il s'était produit l'année dernière, et aussi en se remémorant ces souvenirs très affiliés à cette vieille amitié brisée par la fatalité de la mort.

"Snowdrop ? C'est un très joli nom... pour quelqu'un qui aime les étoiles", commenta Selifós d'une voix consolatrice.

"J'ai compris pourquoi Twilight a agi ainsi. Je l'ai même pardonnée mais... cela n'empêche en rien le fait que quelque chose se soit cassée ici", ajouta Luna en pointant là où se trouvait son cœur. "Elle m'a... amèrement déçue."

"Et moi alors, Luna ?" lui dit Celestia qui aspirait à défendre son ancienne élève. "Moi aussi je t'avais déçue. Et pourtant tu n'as pas autant de aigreur contre moi que contre Twilight."

"Twilight ne m'avait jamais déçue avant ça. Mais avec toi, 'Tia, c'est différent : j'ai l'habitude."

"Hey !" se plaignit l'aînée de la réplique de sa cadette.

Selifós rigola doucement en écoutant ses deux adorables nièces se chamailler entre elles. Et contrairement à elles, il garda le focus sur ce dont ils parlaient. Mais tout de même... une aveugle de naissance qui avait compris que les étoiles possédaient une âme... Même en vingt-mille ans, les mortels ne cesseront jamais de le surprendre. Pas étonnant que Luna avait dû s'intéresser à elle.

"Les argentins n'ont pas créé seuls les étoiles : ils ont reçu l'aide de l'empire de Fer pour ce faire", raconta-t-il à Luster Dawn.

"Ah bon ?" fit cette dernière.

"Est-ce que tu sais même pourquoi les étoiles ont une âme ?"

"Non", répondit tout simplement l'élève. "Pourquoi elles ont une âme ?"

"Tu vas voir : je sens que ça va t'intéresser. Et aussi te rendre un peu triste... "

Luna et Celestia, collées l'une à l'autre au museau, stoppèrent leur baston de regard ; qu'elles faisaient plus par jeu que par réelle dépréciation l'une pour l'autre ; et devinrent plus attentives à ce que narrait leur oncle. Quel lien pouvait partager l'empire de Fer avec celui d'Argent pour qu'ils soient responsables en partie de la création des étoiles ?

"Pour la création des étoiles, il faut tout d'abord que je vous explique quel était le rôle de l'empire de Fer dans tout ça ; et ce que je vais vous dire risque de beaucoup vous troubler", prévint-il. "Je vais vous apprendre une vérité qui risque de ne pas vous plaire."

"..."

"Il n'y a rien de l'autre côté."

"Que voulez-vous dire par... il n'y a rien de l'autre côté ?" dit Luster Dawn très incertaine.

Selifós soupira brièvement, un peu frustré de devoir l'assumer plus franchement. "Vous savez... on se pose bien des questions sur la mort et sur l'âme. S'il y a... une après-vie... un paradis ou un enfer... ou s'il n'y a rien : juste on cesse d'exister. Et bien je vais vous le révéler : la réponse, c'est qu'il n'y a rien après. À notre mort, notre âme est aussitôt annihilée. On cesse tout simplement d'exister."

Luna et Celestia ne dirent rien... sans aucune réaction visible de leur part. Et la petite licorne au crin doré énonça un peu bêtement ; soit parce qu'elle ne réalisait pas consciemment là la réelle signification des dires de l'étalon, soit parce qu'elle possédait déjà une philosophie nihiliste de la vie.

"... ... Et alors ?"

"Et bien, justement, le rôle de l'empire de Fer, c'était de donner une éternité aux âmes. Voilà leur spécialité à eux : l'immortalité et l'éternité. Les fer-nés avaient la particularité d'être immortels. Ils disposaient du pouvoir de vaincre la mort. Et justement, quand un être venait à mourir, son esprit se retrouvait capté par la magie des fer-nés et échappait ainsi à une mort définitive."

"Et... les étoiles dans tout ça ?" dit Luna. Elle devina. "Elles seraient donc... "

"Mais le problème, c'est que les âmes s'accumulaient dans le monde au fur et à mesure du temps qui passe. Elles avaient besoin d'un réceptacle pour y reposer en paix : comme une espèce de sépulture. C'est alors qu'ils ont demandé de l'aide aux argentins. Ils ont créé les étoiles afin qu'ils servent d'enveloppe matériel aux âmes ayant perdu leur premier corps."

Discrètement, sans que qui que ce soit ne s'en rende vraiment compte, Luna plongea dans une profonde méditation et eut le regard fuyant. Repensant à tous ces moments passés avec Snowdrop, à ce qu'elle disait et ressentait quand elle communiait avec ces étoiles... à ses flocons... ses étoiles filantes... Et si tous ces vœux exaucés étaient en réalité des réponses à des prières ? Et si... comme elle l'avait toujours pressentis depuis la mort de Snowdrop, celle-ci veillait sur elle aux cieux, sous forme de l'une de ces petites étoiles qu'elle chérissait tant ? Entendre ce fait de la bouche de son oncle, ça... ça lui eut fait verser des larmes silencieuses et non-remarquées ; de douleur, mais aussi mêlées d'une joie profonde.

"C'est tout de même assez impressionnant", remarqua doucement Celestia d'une voix clairement émue. "L'empire de Diamant qui travaillait à faire disparaître les séismes et les éruptions volcaniques... l'empire d'Azur qui en faisait de même de leur côté en contrôlant la météo... l'empire de Corail, pareil, qui contrôlait les océans... l'empire de Crystal qui répandait partout l'amour à travers le monde... l'empire de Fer qui... j'ai l'impression que... que tous ces empire travaillaient sabot dans le sabot afin de rendre parfait un monde imparfait. Le monde était invivable... des disputes et de la discorde partout... le jour et la nuit qui se succédaient de manière saccadée et chaotique... des catastrophes naturelles omniprésentes. Et ils ont tous lutté et travaillé ensemble pour rendre le monde vivable à toutes les générations futures... Ces sept empires avaient vraiment des intentions altruistes et extrêmement nobles. Quelle tristesse qu'ils en soient venus à disparaître ; à l'exception de l'empire de Crystal bien sûr."

"Oui", approuva Selifós. "Ils ont été l'épine dans le pied de Discord durant très longtemps. Il a arrangé tous les plans possible pour faire disparaître ces empires."

"Discord ?!" s'exclama Luster, surprise.

"Oui, Luster Dawn", gloussa l'ancien Skiá. "Discord est bien plus âgé que tu ne l'imagines. Il est même largement plus vieux que moi."

"Il a cherché leur destruction parce qu'ils l'empêchaient de... « s'amuser » avec les créatures du monde ?" supposa l'alicorne blanche.

"C'est exactement ça. Pendant tout le long de l'Ère des Sept Glorieuses, il a traqué les sept empire dans le but de les anéantir. L'empire d'Azur s'est effondré suite à une violente épidémie qui a décimé toute sa population ; l'empire de Corail a été détruit par des monstres marins ; l'empire de Diamant suite aux pillages et aux raids des chiens et des griffons, avec les dragons qui leur donneront le coup de grâce ; les empires d'Or et d'Argent vaincus par les premiers-nés de ma famille et ceux des Lux ; l'empire de Crystal qui s'est lui-même dissimulé grâce à leur pierre de pouvoir pour se cacher du sort que Discord leur réservait... et l'empire de Fer qui aura été détruit par les humains."

"Les humains ?" réagit Luster Dawn. Elle reprit conscience du fait ahurissant que les humains avaient réellement existé dans sa dimension et pas seulement dans une autre.

"Oui. Les humains. Comme les chiens et les griffons l'ont fait avec l'empire de Diamant, l'humanité convoitait la technologie des fer-nés, ainsi que leur pouvoir de dompter la mort. De tous les mortels, les humains étaient de loin ceux qui désiraient le plus y réchapper. Mais ils ne seraient jamais parvenus à bout de l'empire de Fer si Discord ne les avait pas aidés. Ce dernier avait volé les secrets de l'empire de Fer, perverti leur magie, pour les donner ensuite aux humains. Et ceux-ci les avaient utilisés contre les fer-nés dans le but de les conquérir. Ensuite, les humains avaient pris les cadavres des fer-nés pour les faire fondre, et récupérer le métal qui composait leur corps."

"Pourquoi faire ? Pour récupérer le fer et s'en servir à d'autres moyens ?"

"Le fer qui composait le corps des fer-nés n'avaient rien à voir avec le fer normal. Il en différait du fait parce que c'était un métal magique, dans lequel se trouvait la capacité de manipuler la mort. Grâce aux connaissances de la forge et de la métallurgie, ils ont réutilisé ce fer pour en fabriquer des artefacts : des pendentifs, des bâtons de pouvoir, des épées... et s'en servir afin d'utiliser la magie des fer-nés à leurs propres fins. Sauf que Discord leur aura volontairement omis de le dire quand il les avait aidés, mais il avait perverti la magie des fer-nés. Obtenir ce pouvoir ne leur aura donc pas permis de devenir immortels, mais seulement de manipuler les morts et de les utiliser ; un peu comme des marionnettes."

"La nécromancie... " comprit immédiatement Luster Dawn.

"Oui", confirma Selifós. "Suite à cela, une caste de nécromancien avait dirigé l'humanité, fondé la première civilisation humaine à partir des connaissances volées à l'empire de Fer, et subsisté pendant presque cinq milles ans pour finalement disparaître durant le deuxième Grande Guerre Alicorne."

"C'était durant cette même guerre que Loulou est morte, n'est-ce pas ?" chercha Luna à se rappeler.

"Oui. Celle-là même."

"C'est qui, Loulou ?" demanda Luster un peu innocemment.

"C'é... c'était ma femme... au temps jadis", lui confessa Selifós qui dissimulait la peine de ses tristes souvenirs.

"Oh... je... je suis désolée, Selifós."

"Ça ira, Luster. Ça ira." Et il ajouta pour ne pas avoir à en parler d'avantage. "Pour finir, les humains avaient finalement compris que le seul moyen de devenir immortel, c'était de se donner la mort et d'employer la magie des fer-nés pour vivre en tant que non-mort. Donc à la fin, seuls les nécromanciens avaient le privilège d'immortalité, en se transformant eux-mêmes en liche ou en vampire."

"Vampire ?" remarqua l'une des juments, interloquée.

"Oui", gloussa un peu l'étalon. "C'est de là que vient le mot « vampony ». C'est une version détournée du mot original que les poneys employaient pour parler des Skiá ou des Nosferatu. Et c'est aussi pour cette raison que l'on n'aime pas se faire appeler ainsi : tout simplement parce que... les vampires n'étaient pas aussi nobles et droits que les Skiá. On percevait ce traitement comme une insulte."

Luster Dawn feuilleta ses notes pour s'assurer de n'avoir négligé aucun détail. Selifós parla encore de quelques instants des nécromanciens, avant de virer sur un fait qui attira clairement leur attention. Il leur expliquait l'origines des ursas major ; qu'ils étaient la création des Skiá et des nécromanciens qui s'étaient entre-aidés, sabot dans la main, afin de s'en servir comme des armes de destruction massive contre les Lux ; qu'ils avaient manipulé les âmes se trouvant dans les étoiles, et les étoiles elle-même, pour créer cette espèce.

Luna et Celestia semblèrent plutôt satisfaites et détendues que les ursas major ne soient plus utilisés aujourd'hui comme des armes de guerre, et que ces derniers vivaient désormais leur propre vie comme toutes les créatures magiques du monde. Mais tout de même... que les ursas major auraient été conçus pour être employés en tant qu'arme de guerre il y eut longtemps... qui aurait pu soupçonner cela ?

"On en arrive enfin à la fin... " dit Selifós qui paraissait soulagé de quelque chose. "Le dernier empire dont je n'ai pas parlé en profondeur est l'empire d'Azur."

"Tu nous as déjà parlé de l'empire d'Azur, mon oncle", répondit Celestia. "Ils se chargeaient de la maîtrise du ciel avant les pégases. Et c'étaient même eux qui auraient tout appris aux pégase pour qu'ils leur succèdent, avant de... tu as dit qu'ils ont disparu suite à une épidémie ?"

Il hocha simplement de la tête avant de rappeler tout ce qu'il avait déjà dit à ses nièces au sujet des azuréens à l'élève de Twilight ; qu'ils s'étaient liés d'amitié avec les pégases, qu'ils leur avaient tout appris. Ainsi, il reprit là où il s'était arrêté dernièrement pour achever ce dont il avait à enseigner.

"Tout comme pour les habitants de l'empire de Corail, de Fer ou de Diamant, ceux de l'empire d'Azur étaient assez méconnus, du moins en apparence. Bien qu'ils étaient une espèce vivant principalement dans les airs et que leur cité se situait dans les nuages, il ne ressemblait en revanche en rien aux pégases maîtres actuels du ciel. Tout ce dont on se rappelait d'eux avec certitude, c'est qu'ils possédaient trois paires d'aile ; et qu'ils ne se posaient que très rarement. La Légende des Sept Glorieuses prétendaient même qu'ils étaient capables de dormir en plein vol."

Luster Dawn s'était amusée à dessiner de côté sur un papier ces trois paires d'aile de manière à visualiser à quoi auraient pu ressembler ces « azuréens ». Quel genre de créature pourrait bien posséder trois paires d'aile ?

"Vous semblez avoir une meilleure idée de ce à quoi ils devaient ressembler, comparé aux diamantins", lui fit-elle remarquer.

"C'est vrai", répondit l'ancien. "Les azuréens étaient les derniers à disparaître. Le dernier d'entre eux s'est éteint dans le tout premier siècle des Temps Immortels. Cependant, ils étaient bien plus proches des pégases que nous. Et les pégases qui avaient toujours été loyaux à leurs alliés n'ont jamais cédé une quelconque information aux Lux et aux Skiá."

"Parce que vous avez à eux aussi cherché leur destruction ?" interrogea l'une des nièces.

"Non. Pour notre part, on voulait les rencontrer par simple curiosité. Tout comme on en avait fait de même en recherchant les cristallins. Si les pégases se méfiaient autant de nous, c'est justement parce que les azuréens les avaient mis au courant de notre responsabilité dans le génocide des poneys d'Or et d'Argent."

"Et qu'en était-il des poneys de Crystal ? Enfin... je veux dire... les cristallins", lui dit la licorne.

"Je, je crois l'avoir déjà dit : ils avaient employé le Cœur de Crystal pour se dissimuler de tous yeux mauvais afin d'éviter de subir le même sort que les autres. Si de tous les empires, celui de Crystal a survécu jusqu'à maintenant, c'est bien parce qu'ils se sont montrés les plus prudents... et aussi les plus méfiants vis-à-vis du monde extérieur." Et il ajouta. "Et pour en revenir aux azuréens. Est-ce que vous connaissez les arc-en-ciel supersoniques ?"

"Ils sont eux aussi un héritage de l'empire d'Azur, je devine", affirma avec foi Celestia.

Selifós gloussa. "En effet. Les pégases en revanche n'étaient pas aussi doués que les azuréens pour les réaliser pour la simple raison qu'ils se trouvaient incapables de voler assez vite. Des pégases assez talentueux en voltige pour réaliser un arc-en-ciel supersonique sont extrêmement rares : le genre de poney qu'on ne peut rencontrer qu'une fois par siècle, si vous voyez ce que je veux dire."

"Parce que les azuréens, eux, volaient beaucoup plus vite ?"

"Pour les azuréens, voler est aussi simple et instinctif que respirer. Selon la légende, les azuréens étaient tous capables pour la plupart de briser le mur du son. Et les meilleurs volants d'entre eux pouvaient atteindre mach 3 : soit trois fois la vitesse du son. Et oui, cela signifie également que leur élite aérienne réalisait sans trop de problème des triples arc-en-ciel supersoniques ; encore une fois, selon la légende. Donc vous imaginez ? Trois anneaux prismatiques, comme ça dans les airs ? Je n'en ai jamais vu de ma vie mais en tout cas, ce genre de vieux conte m'a toujours fasciné quand j'étais gosse. Je suppose que les pégases, à cette époque, admiraient énormément les azuréens pour leur talent et leur science de l'air."

Luster Dawn en avait elle-même des étoiles pleins les yeux, un peu comme une pouliche à qui on racontait une histoire fantastique.

"Mais... du coup après la disparition de l'empire d'Azur... qu'ont fait les pégases ?"

"Ils avaient déjà leur propre nation bien, bien avant les Temps Immortels. Saviez-vous d'ailleurs que les pégases avaient rencontré les azuréens extrêmement tôt dans l'histoire des sept empires ? Selon les archives historiques d'antan du peuple des pégases, les deux espèces se seraient rencontrés dès le premier siècle de l'Ère des Sept Glorieuses.

"Quant à ce qui est advenu à leur disparition, les pégases revendiquèrent leur indépendance et refusaient toute liaison amicale avec les Lux et les Skiá ; les prenant pour responsables de la disparition de leurs alliés azuréens, entre autres ; même si nous n'y étions pour rien dans cette histoire d'épidémie...

"Après le grand schisme entre les alicornes de ténèbres et de lumière, ils auront finalement décidé d'entretenir des relations positives avec les Lux, au détriment des Skiá. Je ne m'étalerai pas d'avantage sur ce terrain car cela concerne plus l'histoire des Temps Immortels que l'époque précédente."

"Donc... on en a fini ?" osa déclarer Luster Dawn qui écrivait les dernières lignes.

"Et bien... oui", dit l'alicorne mâle avec un air satisfait.

"Et pour les deux autres races, alors ? les terrestres et les licornes ?"

"Je l'ai déjà dit plus tôt. Ils menaient une vie très primitive ; jusqu'à ce que les Lux et les Skiá leur apportent la connaissance et la civilisation, et règnent sur eux. Mais de cela, j'en parlerai au prochain épisode. Là, on en a terminé... et je suis assez fatigué."

Quelques instants après avoir dit cela, il se mit le sabot devant sa bouche pour bailler. Luster Dawn aurait pu imaginer que, ce qui était habituel le matin, Selifós aurait juste mal dormis. Mais savoir que c'était tout simplement la fin de la journée pour lui, c'est-à-dire une nuit chargée, et non le début, la confondait presque.

La petite famille d'alicorne encouragea la ponette à en profiter pour faire une pause et profiter de la journée pour explorer le reste du château à sa guise ou prendre passage à Ponyville, peut-être pour rendre visite à certains poneys. Mais elle semblait trop sonnée par la charge d'information qu'elle eut reçue. Rester au château pour réordonner ses notes lui paraissaient comme le choix le plus judicieux pour le moment : elle n'omettait pas qu'elle devait remettre un compte-rendu à sa professeure une fois de retour à Canterlot.

Quand cette discussion ennuyeuse eut enfin cessé, l'étalon poussa un petit soupir de soulagement et contempla le visage de Luna, toujours aussi ravissante et belle à ses yeux. Même maintenant, il n'en revenait toujours pas de la ressemblance frappante entre sa nièce et son épouse d'antan. En la lisant dans les yeux, il pressentit qu'elle le regardait avec un très grand intérêt. On croirait qu'elle avait quelque chose à lui dire.

Quant à Celestia, elle était définitivement revenue sur sa décision de se dépayser à Silver Shoals. Elle voyait l'apprentissage de la lointaine histoire du monde et des poneys comme un grand privilège, et qu'elle ne devrait pas perdre cette opportunité. Après tout, la mer pouvait attendre et Selifós, toujours aussi récalcitrant à parler du passé, ne répéterait pas forcément tout pour son plus simple plaisir.

"Heu... 'Tia ?" l'appela sa petite sœur. "Tu peux t'en aller s'il-te-plaît ? J'aimerais parler seule à seul avec notre oncle, si ça ne te gêne pas."

L'alicorne blanche hésita quelques secondes avant de finalement accepter la requête de sa cadette. Sa petite sœur avait sans doute ses raisons. Elle s'en alla après lui avoir souhaité un « à tout à l'heure ». Dommage. Elle en avait encore quelques questions à poser à son oncle, mais bon : cela pouvait attendre.

Quand les deux alicornes noires se retrouvèrent seul, Luna s'avança jusqu'à l'étalon et se caressa la tête contre la sienne afin de l'inviter à un câlin ; ce qu'il fit ensuite. Selifós riait un petit peu du fond de sa poitrine.

"En quoi un simple câlin requiert autant d'intimité ? À moins que, dans ta jalousie, tu ne veuilles pas me partager avec Celestia ?"

Luna rit à son tour à sa remarque. Elle lui dit donc ainsi sans plus de ménagement ce qui la turlupinait depuis que Selifós avait parlé de l'empire de Fer.

"Dis-moi, Seli'", eut-elle du mal à commencer. "Quand tu disais tout à l'heure que les âmes étaient aussitôt détruites avec le corps quand ce dernier se meurt... tu étais sérieux ?"

"Oui. Pourquoi ?"

"Mais alors... maintenant que l'empire de Fer a disparu... il n'y a donc plus personne pour permettre aux âmes d'échapper à ce destin, n'est-ce pas ?"

Le déni se lisait dans les yeux de Luna. Selifós la comprenait parfaitement. Apprendre qu'il n'y avait rien après... que la réalité soit aussi nihiliste... c'était très dur à avaler. Certains avaient si peur du caractère nihiliste de la mort qu'ils préféreraient se la donner tout de suite plutôt que de se noyer dans la dépression.

"Non. En effet", répondit-il simplement. Il ajouta. "Les Skiá avaient peut-être hérité des argentins les connaissances et la technologie nécessaires à la fabrication des étoiles mais sans les âmes des défunts, elles n'en resteraient que des coquilles vides."

"Et donc maintenant qu'ils ont disparu, cela signifie que les âmes sont de nouveau finies ? Puisqu'il n'y a plus personne pour leur assurer le contraire..." Les pupilles de Luna tremblaient.

"... ... En effet."

"Ce qui veut dire que... tous ceux qui sont morts après la destruction de l'empire de Fer sont... "

"Oui. Ils n'existent plus... comparées à celles qui ont eu la chance de mourir pendant l'Ère des Sept Glorieuses, ces pauvres âmes-là ont cessé d'être... définitivement."

"Mais alors... mes batponies... "

"..."

"... Tous ceux que j'ai connus..."

"Je suis désolé que le paradis n'existe pas, Luna."

Elle se lova contre lui et ce dernier l'étreignit fortement pour la réconforter. Elle ne pleurait pas, ayant terminé leur deuil à tous depuis déjà très longtemps. Mais il l'entendait clairement et doucement sangloter. Oui, ça faisait un choc. Non seulement pour ce qui fut advenu d'eux après leur mort, mais aussi de ce qui adviendra d'elle quand son heure arrivera.

Puis elle mit fin au lien tendre et plongea son regard dans le vide. Une étincelle d'acceptation et de détermination brillait dans ses yeux. On aurait dit qu'elle avait compris quelque chose d'important. Dans son esprit, elle se disait : il n'y a rien après... et alors ? Elle ne pouvait sûrement rien y changer et puis elle était en vie donc... à quoi bon y penser ? Et quand elle sera morte ben... elle sera morte. Donc à quoi bon ? Oui. Elle s'en fichait.

"Tu sais, Luna, le plus terrifiant n'est pas de subir la mort, mais de vivre avec elle."

"Merci, Seli', mais... je le savais déjà."

Selifós eut réagi avec comme qui dirait un sourire fier. "Tu sais... dans le fond, le plus important, ce n'est pas qu'ils continuent de vivre aux yeux du monde, mais pour nos yeux à nous, et de se dire qu'ils sont toujours dans nos cœurs, en tant que souvenir."

Elle eut un rictus consolé. "Merci, Seli'."

"Ça ira, ma petite-nièce. Ça ira... Essaie juste de ne pas y penser."

Il se leva de son siège pour lui faire une petite bise rapide pile sur l'œil. Et il l'attrapa dans son aile pour la coller à lui, flanc contre flanc. Et elle se laissa guider au dehors de la pièce par son oncle. Ce fut alors qu'une lueur scintilla dans ses yeux.

"Attends... " se mit-elle à dire, stoppant net son oncle dans leur marche. "Viens-tu de dire que les Skiá avaient appris à créer des étoiles ?"

"Bien sûr", le lui reconfirma-t-il. "Mes parents et ma tante eurent volé cette connaissance aux argentins suite au pillage de leur ville."

"Donc ça veut dire que... que tu sais comment en fabriquer ?"

"Ma mère m'avait expliqué le procédé il y eut for longtemps, oui."

Les yeux de Luna brillèrent d'une excitation calme. "Tu... tu peux me montrer comment on fait ? Accepterais-tu de me l'apprendre ?"

"Pourquoi pas ? Si ça te donne envie d'enrichir le ciel nocturne... Mais une autre fois peut-être : j'ai sommeil. Je te montrerai ça une autre nuit, d'accord ?"

 

Note de l'auteur

*: Ce personnage est une référence à la vidéo qui en partage le même nom, visible sur Youtube, publiée par SFS Animation il y a plusieurs années. Oui, j'aime cet OC.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.