Discord icon

Appendice A.IV - Fin d'enquête

Le séjour de Luster Dawn au Château des Deux Sœurs touchait bientôt à sa fin. Après avoir fait le tour de la question du passé les premiers jours, elle en eut passé les derniers à rédiger son compte rendu pour la princesse Twilight.

Oh ! Et elle avait failli l'oublier, mais elle devra également lui parler de son expérience d'amitié aux côtés de Selifós. Et ce qu'elle aura principalement appris durant cette semaine auprès de l'ancien Skiá était de pardonner et de laisser derrière de mauvais souvenirs afin d'obtenir un ami digne et insoupçonné. Elle avait appris à ne plus avoir peur de celui qui l'avait pourtant vidée de son sang lors de leur première rencontre.

Elle avait achevé la dernière ligne de son bien long texte, peaufinant, ajoutant des détails ; et implémenta également des passages sur certains thèmes de l'histoire ancienne que Selifós avait omis afin d'avoir un exposé complet à présenter à sa professeure une fois de retour à Canterlot.

C'était la soirée du septième jour, et demain elle devra reprendre le train pour retourner étudier à l'école des jeunes licornes de Celestia. Elle s'apprêta à ranger ses affaires et repaqueter ses derniers bagages pour ensuite se coucher quand Selifós vint lui rendre une dernière visite avant son départ le lendemain.

"Tu prépares déjà tes bagages à ce que je vois ?"

"Je les fais maintenant. Comme ça, je n'aurai pas à le faire demain matin", lui expliqua-t-elle son anticipation, en se retournant pour lui faire face.

"C'est fou tout de même", lui confia l'étalon. "Ta présence a été si agréable qu'au final, je n'ai pas vu le temps passer. J'aurais presque cru que tu étais là depuis le mois dernier."

Luster Dawn remercia son hôte de ce si gentil compliment et se concentra de nouveau sur sa valise encore ouverte. Puis un blanc passa ; durant lequel Selifós hésitait à ajouter quelque chose qu'il estimait important, mais dont il ne désirait pas tellement en attirer le concernement de l'adolescente. Mais il finit néanmoins par le lui ajouter.

"Je voulais également te remercier de ce que tu as fait pour Celestia."

"Hein ?" fit-elle confuse en se retournant à nouveau. "Qu'est-ce que j'ai fait à Celestia pour que vous me soyez reconnaissant ? Je ne comprends pas."

"Et bien... c'est vrai que ça ne te concerne pas tellement mais..." essaya-t-il de continuer.

"Allez-y. Crachez le morceau", répondit celle qui voulait savoir.

"Vois-tu... ces derniers temps, Celestia me semblait un peu morose. Elle se sentait seule au château et comptait retourner à Silver Shoals pour se ressourcer. Mais elle se sera finalement ravisée le jour de ta venue et est donc restée ici. La convivialité que tu as apportée à notre demeure lui a grandement remonté le moral. J'aime tellement voir Celestia sourire : elle est tellement plus belle ainsi. Donc je te remercie de ce que tu as fait pour ma nièce."

"Ce... ce n'est rien, vous savez ?" sourit Luster Dawn, mais un poil gêné car elle avait rendu ce service involontairement.

"C'est vrai que j'aurais pu m'en charger moi-même mais le problème ; ce que je crains ; c'est que Luna, en voyant que j'accorde plus d'attention à sa sœur, ne se sente négligée, et par conséquence ne devienne jalouse." Il marqua une pause durant laquelle il se demandait s'il venait de dire n'était pas en trop ; avant de reprendre. "Si jamais tu repasses à Ponyville un de ces jours, Luster Dawn, pense à nous rendre visite : notre porte te sera toujours ouverte."

Le rictus de la jeune licorne s'était élargi et lui opina simplement du chef, en reconnaissance d'une telle hospitalité et pour avoir eu un si bon hôte. Et quand elle se remit à plancher sur le rangement de la chambre d'invité, elle entendit le pas lourd de Selifós se rapprocher d'elle. Et là, elle remarqua dans le coin de son orbite l'étalon en train de lorgner son cou.

"Je sais que Twilight me l'a interdit et que je ne suis pas censé te le demander mais... j'ai vraiment envie de goûter à nouveau à ton sang. Il est le meilleur auquel j'ai eu la chance d'y tremper mes lèvres depuis mon évasion et... comme j'ai faim... je voulais espérer une opportunité de réitérer l'expérience... si tu es d'accord bien sûr... comme c'est ton dernier jour."

Dans une situation classique, la petite jument aurait pris peur mais à la place, elle se surprenait de trouver la chose assez amusante de son point de vue. Si elle avait déjà choisi intérieurement de lui refuser cette faveur, elle lui demanda en premier cependant.

"Vous n'avez pas peur des répercussions que la princesse Twilight vous avait promises dans sa lettre ?"

"Et bien... je me disais que si tu étais consentante, Twilight ne serait pas en rogne. Mais je ne me plaindrai pas si tu refuses."

"Juste par curiosité. Qu'est-ce que Twilight vous avait raconté dans sa lettre, la semaine dernière ?"

"Elle appuyait bien sur le fait que tu étais venue pour te renseigner sur le lointain passé du monde, et non pas pour servir de repas, à moi et à Luna. Elle m'avait même menacé de me bannir sur la lune si tu revenais avec une ou deux morsures à la gorge, voire si je te changeais en vampony."

Luster ne put s'empêcher de pouffer. Elle trouvait cela exagérée comme punition. Luna et Selifós avaient pourtant été bannis sur la lune pour bien plus que ça.

"Je comprends mieux maintenant pourquoi vous vous êtiez tous mis à rire le premier jour. Mais vous savez, je crois qu'elle plaisantait. La princesse ne ferait jamais une chose pareille. Ou du moins, pas pour une faute insuffisamment lourde."

"Nous l'avions compris comme une blague au départ, en effet. Mais je pense que c'était un simple avertissement : c'est-à-dire que si je te faisais du mal, j'allais devoir m'attendre à de sérieuses conséquences. Mais je me suis dit que si je te demandais ton sang au lieu de te le prendre de force, elle ne m'en voudrait pas."

La ponette commença à réfléchir sur son choix final. "Ben... je ne sais pas. La dernière fois je me suis retrouvée à l'hôpital et je n'ai pas envie que ça se reproduise."

"Attends..." répliqua le Skiá très surpris de sa réponse. "Tu serais d'accord ? après ce que je t'ai fait ?"

"Ben si vous ne m'envoyez pas à l'hôpital comme vous l'aviez fait tout à l'heure et bien... " Elle semblait encore très hésitante.

"La dernière fois je n'avais pas fait preuve de maîtrise de soi. En fait, je t'ai pris plus de sang que j'en avais vraiment besoin pour assouvir ma faim, juste parce que je trouvais ton sang excellent. Et maintenant que j'y pense, je m'y sens hypocrite car... j'ai enseigné à Luna qu'un tel comportement était condamnable même au sein de la famille Skiá. Mais cette fois, c'est promis : je ne t'en prendrai pas autant. Juste une gorgée si tu es toujours réticente."

Luster Dawn continuait d'hésiter, tiraillée d'un côté par le fait qu'elle n'avait pas forcément envie, ainsi que de plonger Selifós dans une mauvaise passe ; mais d'avoir également envie de faire plaisir à son ami et de chercher à se faire pardonner pour lui avoir causé tous ces ennuis les précédents jours. Et en fin de compte, elle en vint à méditer : et si lui donner volontairement son sang était une épreuve voulue par sa professeure ? l'épreuve finale de son test d'amitié ? Pourtant, Twilight l'avait formellement interdit dans sa lettre. À moins qu'elle ne s'attende à ce que son élève lui désobéisse, mais comment en être sûre ?

"Vous savez, mes parents avaient cru faire un cauchemar quand ils avaient appris mon hospitalisation. Ils n'étaient pas réellement d'accord non plus que j'aille directement chez celui qui m'avait vidé de mon sang l'année dernière. Ils ne sont pas allés jusqu'à s'opposer à la volonté de la princesse car ils lui font confiance mais cela n'enlève en rien le fait qu'ils vous détestent. Donc... "

"Juste une petite lichée alors ?" négocia le vampony. "Je te fais une petite coupure et je te lèche la cicatrice deux, trois fois. Personne ne se rendra compte de quoique ce soit."

"Vous avez vraiment envie, hein ?" joua un peu l'adolescente avec lui.

"Écoute. J'ai résisté à la tentation pendant sept jours. Tu me dois bien ça. S'il-te-plaît", insista-t-il sur un ton encore plus suppliant, et même innocent. "Je ne te prendrai qu'une toute petite goutte."

La petite jument se mordit la lèvre inférieure pour exprimer son incertitude. Mais au final, elle choisit de se laisser aller, en se disant qu'elle saurait arranger toute situation inconvenante à l'avenir. Elle lui répondit donc.

"Dans une situation normale, et surtout après ce que vous m'avez fait, j'aurais dit non. Mais comme je me suis habituée à vous ces derniers jours, que j'ai appris à vous connaître et à vous comprendre, et que j'apprécie cette fois que vous me demandez la permission, je vous donnerai le droit de me mordre."

Selifós avait cru rêver en voyant Luster Dawn lui tendre sa patte. Sa réaction était similaire à celui d'un poulain à qui on offrirait une sucette. Il ne se serait pas imaginé qu'elle en vienne à accepter de lui exaucer un tel don. Donner par générosité était déjà une chose. Mais quand la chose en question se trouvait être son propre sang, alors l'acte revenait quasiment à de l'abnégation.

"Mais seulement une gorgée", ajouta un peu fermement la ponette. "Je ne veux pas finir à l'hôpital comme la dernière fois."

"Ça dépend. Tu as quel âge ?"

"Tout juste dix-sept ans. Pourquoi ?"

"Aucun problème de santé ?"

"Non."

"Je vois. Donc ton corps devrait tenir de quoi me saturer totalement sans conséquence grave alors. Ne t'inquiète pas pour la quantité. Je ne te prendrai pas au-delà du nécessaire, cette fois-ci."

Et il planta ses crocs dans le bras de Luster Dawn. Bien qu'elle avait donné son consentement, elle frissonnait encore dans son échine. Mais en s'apercevant, pour une raison qu'elle ignorait toujours, que ça ne faisait pas mal comme la dernière fois, elle sut elle-même se relaxer, et même à sourire gentiment au vampony qui avait déjà commencé à lui drainer son essence.

Alors qu'elle ressentait la pression de la bouche de Selifós contre sa cicatrice, ses muscles se relâchèrent progressivement, jusqu'à ce qu'elle se détende complètement. Elle ignorait complètement la durée de ce don mais en tout cas, une chose était sûre, son acte l'avait tout juste amenée à se poser des questions bizarres sur les vamponies en général.

Une en particulière lui revenait de manière récurrente dans son esprit. Elle avait vraiment envie de la lui poser mais n'osait pas : elle trouvait cette question-là un peu stupide... et aussi politiquement incorrecte. En tout cas, à en voir le faciès joyeux de l'étalon, il devait savourer avec extase chaque goutte qui lui tombait sous le palais.

"Dites-moi, Selifós. Juste par curiosité... mon sang à quel goût ? J'imagine qu'il doit être délicieux si vous êtes venu me le prendre une seconde fois."

Il décolla un instant sa bouche afin de lui répondre. "Pour vous, le sang a un goût de fer. Pour nous en revanche, la saveur est similaire à celle du miel." Il lécha brièvement la plaie avant de poursuivre. "Mais l'onctuosité varie en fonction de l'individu, et plus particulièrement de la pureté de son âme. Et comme tu as un cœur très pur Luster Dawn, je suis tombé amoureux de ton sang. Encore une fois, désolé de t'en avoir pris autant tout à l'heure. Je me suis comporté comme un poulain mal élevé."

Elle avait envie de rire. Cependant elle ne se retirait pas de la tête le fait qu'elle avait un « cœur pur » comme il disait. Elle avait compris qu'il s'agissait du cœur au sens figuré, symbolique ; et deçà elle s'en sentait complimentée.

Mais cela l'amenait à un autre raisonnement : si les vamponies pouvaient reconnaître la pureté de l'âme d'un poney rien que par l'odorat ou le goût, cela signifierait donc qu'ils pourraient détecter également les poneys au cœur impur ? et par cette extension, prédire si l'individu était malintentionné ou non ? Plus elle réfléchissait sur le sujet des vamponies, plus ça la fascinait.

Il continua de boire jusqu'à plus soif. Luster Dawn parut soulagée en l'observant enfin arrêter de lui sucer son sang. Elle se croyait prise d'un vertige l'espace d'un instant. Elle n'était juste pas sûre si cela venait de sa propre peur de redevenir anémique ou si elle allait réellement tomber dans les pommes. Selifós lui lécha une dernière fois les deux lésion faites dans sa patte avant.

"Je vous ai dit juste une gorgée. Et je crois que vous m'en avez pris bien plus", lui dit la jouvencelle d'un air contrarié.

"Excellent. Juste excellent", lui répondit l'étalon en savourant une dernière fois cette saveur orgasmique avant qu'elle ne s'éteigne complètement sur sa langue. "Peut-être, mais au moins je n'ai plus faim. Tu te sens bien ?"

Elle se tint la tête. "Oui, ça va. Je crois. J'ai juste la tête qui tourne un peu... et endormis aussi."

"C'est psychologique", voulut-il la rasséréner. "Ça ne t'enverra jamais à l'hôpital, ne t'en fais pas."

"Je l'espère", dit-elle un peu inquiète en se compressant la plaie fraiche.

"Au moins, grâce à toi, personne ne sera agressé à cause de moi cette nuit. Et personnellement je te remercie de ton don de soi. Je ne m'attendais pas à ce que tu acceptes. Vraiment."

"Hein ? Pourquoi personne ne serait agressé ce soir ? Je croyais que la princesse Twilight s'assurait à ce que vous puissiez boire sans que vous n'attaquiez personne."

"Il arrive occasionnellement où elle ne peut nous le faire parvenir pour X raisons. Et dans ces moments on se retrouve en pénurie : alors on part chasser pour palier à ce problème, Luna et moi. Et si la première moitié de Ponyville n'y voit aucun réel souci à nous donner volontairement leur sang, l'autre moitié garde cette fâcheuse manie de faire pendre de l'ail à leurs fenêtres pour nous dire non.

"Mais dans leur ensemble, les ponyvilliens m'apprécient bien pour la protection que j'offre à la ville contre les éventuels montres errants. On leur aura aussi permis de bien s'amuser lors de la dernière Nightmare Night. Je me souviens : Luna courait après les poulains en simulant la volonté de les mordre. J'aime beaucoup cette fête. Et elle a d'autant plus de sens maintenant que ma petite-nièce a l'apparence de Nightmare Moon et qu'elle mord réellement des poneys pour subvenir à sa faim. Par contre elle ne s'attaque jamais aux poulains : elle ne cherche qu'à les faire rire en leur courant après et en les effrayant."

"Je suis heureuse de savoir que malgré le fait que vous buviez du sang, vous parvenez à vous faire accepter", commenta Luster, souriante.

"Oh. Oui. Mais c'est surtout grâce à ma proximité avec mes deux nièces, et à la confiance que les équestriens mettent en elles deux." Il soupira un coup. Il semblait satisfait de cette petite discussion, et repu comme il était, il pressentait que ce serait une très belle nuit. Il songea à laisser Luster Dawn à ses propres affaires. "Je crois que je vais te laisser tranquille maintenant. Bien sûr, avec Twilight, tu lui expliqueras ce qu'il s'est vraiment passé, n'est-ce pas ?"

"Oui. Bien sûr", lui promit-elle.

"Et durant le troisième jour de ton séjour", élança-t-il la question avec une voix entre la prudence et la menace. "quand tu étais venue me faire certifier qu'il n'y avait rien après la mort, quand tu avais failli percuter Celestia en voulant rentrer dans le salon pour me parler ; as-tu écouté à la porte et saisi le sujet de notre discussion ? Réponds par oui ou par non."

"Non", répondit Luster Dawn instinctivement. Intérieurement et confusément, elle ne comprenait pas pourquoi il lui demandait ça et surtout, elle avait le pressentiment que la réponse était sortie toute seule de sa bouche.

"... D'accord", dit-il finalement rassuré. "Bon soir alors."

Et il quitta la chambre pour retourner voir Luna et Celestia, et peut-être échanger une séance de câlinerie avant d'aller dormir. Mais il garda en son âme et conscience cette curiosité suprême : comment réagira Twilight quand elle retrouvera son élève avec une morsure à la patte ? Il l'ignorait. Tout ce qu'il savait, ce fut que Luster gérera la situation. Et que l'heure pour le moment, était d'apporter une grosse dose de tendresse et d'amour à ses nièces. Donc au final, il ne s'en souciait guère.

Il verrait bien.

 

***************************************************************************************

 

Le lendemain, à Canterlot.

 

Twilight attendait avec impatience le retour de son élève dévouée ; à un tel point que cela éclipsait tous ses autres soucis. Et pour le moment, Spike ignorait si sa maîtresse s'inquiétait au cas où Selifós ou Luna n'auraient pas tenu compte de son avertissement dans la lettre, ou si elle était juste excitée à l'idée de recevoir le travail de son élève entre ses sabots.

Elle allait enfin pouvoir trouver une réponse quand le garde l'eut avertie du retour de Luster Dawn. Cette dernière avançait dans une quiétude apparente en direction du trône, duquel la princesse la salua avec tout le raffinement et la politesse dont ferait preuve une princesse. La licorne au crin doré se prosterna un instant devant son mentor, ce qui celle-ci répliqua en retour de relever sa tête car elle ne lui faisait pas face en tant que princesse, mais professeure.

"Alors", reprit Twilight sur un ton on ne peut plus cordial. "Ton séjour au Château des Deux Sœurs s'est bien passé ?"

"Oui, votre majesté", eut-elle dit simplement en ouvrant son sac de selle.

"Professeure seulement, Luster. Ça ira", la corrigea-t-elle doucement. "Et tu n'as eu aucun problème avec Selifós ?"

L'étudiante ne répondit pas tout de suite à cette question. Elle sortit une belle pile de papier noircie par l'encre dans laquelle elle eut rédigé tout ce dont sa professeure avait demandé. Puis elle la tendit à l'alicorne lavande qui la saisit dans sa propre magie, et apparemment très fascinée par ce magnifique recueil travaillé par sa pupille.

"Je savais que tu réussirais à le convaincre de te parler de l'ancien monde", la félicita la princesse en lisant et feuilletant rapidement les feuilles, anticipant déjà le plaisir que de pouvoir les lire dans son salon juste avant de se coucher.

Elle décolla ses yeux des écrits. "D'ailleurs je suis curieuse de savoir comment tu t'y es prise pour qu'il accepte de tout te raconter."

"Je n'ai jamais réussi à le convaincre à vrai dire. C'est Celestia qui l'aura fait à ma place."

"Ah", fit-elle simplement, sans étonnement.

"Au fait", voulut ajouter rapidement Luster, pressentant que cela était important. "Bien que j'ai accompli la mission que vous m'avez confiée, je l'ai avant tout faite pour moi-même au final."

"Ah bon, vraiment ?" fit Twilight en haussant un sourcil.

"Pour vous raconter la petite histoire, votre maj– heu... professeure... Selifós n'était pas désireux de m'en parler premièrement parce que je ne suis venue à lui qu'à cause de vous. Il vous reproche de ne jamais cesser de le harceler sur son passé."

"Quoi ?" s'exclama la princesse un peu choquée. "Il exagère : je ne demandais pas à connaître son passé particulièrement. Mais juste à quoi ressemblait le monde à son époque et ce qu'il s'est passé. Il n'était pas obligé de tout prendre personnellement."

"Je veux bien vous croire princesse", voulut Luster défendre son ami. "Mais j'ai remarqué que mes questions finissaient toujours par le ramener à ses propres souvenirs. Et ses souvenirs sont lourds de traumatisme, vous savez ?"

Twilight soupira un coup, en se disant que peut-être son élève n'avait pas tort sur ce point-là. Elle oubliait fréquemment que Selifós était âgé de vingt millénaires à cause de son physique jeune. Elle doutait bien que la vie lui aurait tout le temps fait des cadeaux. Mais elle avait en revanche de la difficulté à comprendre que cela le rendrait récalcitrant à ce point-là de juste parler du passé en général.

"Donc pour poursuivre..." continua la jeune ponette. "J'ai poursuivi le travail que vous m'avez donné sans chercher à vous satisfaire directement. J'ai rassemblé auprès de lui toutes les informations qui auraient pu m'intéresser personnellement ; et donc en conséquence vous ; et conformément à vos attentes, je suis devenue son amie."

Twilight l'avait jugée des yeux sur sa parole l'espace d'un instant. Et elle eut fini par lui sourire à nouveau, assez satisfaite de l'expérience que son élève aurait pu en tirer.

"Et alors ?" l'encouragea-t-elle à poursuivre.

"Et bien... " Luster Dawn réfléchit sur tout ce qu'elle avait appris auprès de cet étalon vieux comme le monde avant de se reprendre. "J'ai appris que je ne devais pas rechercher la satisfaction de votre volonté, mais de suivre ma propre voix avant tout. C'est ce que Selifós m'a enseigné."

Twilight parut déçue l'espace d'un instant. Parce que même si elle approuvait ce que sa pupille avançait, elle aurait préféré que ce soit une leçon plus tournée sur l'amitié que sur le libre arbitre ou l'auto-centrisme.

"Et donc contrairement à ce que vous, vous auriez souhaité, princesse, j'ai choisi d'offrir mon sang à mon ami en gage de ma confiance envers lui."

Alors elle lui tendit sa patte pour mettre en évidence la morsure laissée par le vampony. La princesse parut tout d'un coup très prudente en réaction. Elle se leva de son trône et s'approcha de son élève. Elle examina attentivement les deux trous rouges sur sa patte, puis son état en général : elle semblait aller bien.

"Tu lui as donné volontairement ton sang ou il te l'a pris de force ?"

"Je lui ai donné la permission", répondit la jeune licorne assez intimidée par l'air tout d'un coup convoqué de sa professeure.

"C'est lui qui t'a dit de dire ça ?" se méfia Twilight.

"Heu... non. Pourquoi ?"

"Il ne t'a pas hypnotisée ?"

L'élève sembla ne pas comprendre ce que son mentor avançait. Elle hocha négativement et timidement de la tête. "Non. Pourquoi ils m'auraient hypnotisée ?"

Twilight se mit à l'examiner plus attentivement encore. Devant la suspicion de sa professeure, Luster ajouta.

"Il est mon ami, Twilight. J'ai accepté de le lui donner pour exprimer ma gentillesse et ma générosité. S'il-vous-plaît, ne le châtier pas pour ce qu'il a fait : c'est moi la responsable."

La licorne rose ne semblait pas manipulée aux yeux de la jument violette. Elle ne paraissait pas faible, et avait encore moins ces yeux vitreux de la dernière fois, quand l'ancien Skiá fut venu l'agresser pour récupérer la magie de Luna. De plus, si Selifós lui avait pris son sang de force, la morsure serait au niveau de la gorge, et non à la patte. Elle se décida enfin à la croire et, en conséquence, eut l'air à la fois soulagée et fière.

"Alors comme ça, tu lui as offert ton sang ?" lui dit-elle avec un sourire renouveau.

Luster Dawn hocha simplement de la tête alors qu'elle laissa retomber sa patte au sol. Le sourire de la princesse s'allongea.

"Luster Dawn, je suis fière de toi."

"Heu – Vraiment ?" fit-elle, surprise par sa déclaration.

"Oui", l'assura son mentor. "Car en ayant agi de la sorte, tu as démontré que tu as su tourner la page et pardonner Selifós après ce qu'il t'a fait. C'est exactement ce que j'attendais de toi : apprendre à élucider les intentions et les raisons de ceux qui t'ont fait du tort pour ainsi pardonner et nouer des liens d'amitié avec eux."

"Et... et donc ?" attendit Luster la suite, dans l'espoir de recevoir une récompense. Twilight revira ses yeux vers la liasse de papier qui eut longuement servis à son élève durant son séjour chez la famille d'alicorne.

"À vrai dire, tu as accompli ta mission au-delà même de mes espérances. Je crois que tu pourras très bientôt passer à l'étape supérieure de tes études."

"C'est vrai ?" réagit la pupille émerveillée par la nouvelle.

La princesse de l'amitié lui fit un lent hochement de la tête et un joli petit bruit d'agrément. "À partir du prochain trimestre bien sûr."

Luster Dawn jubilait. Tout simplement. Twilight Sparkle la regardait s'extasier avec un large rictus. Et après lui avoir déclaré qu'elle pouvait à présent disposer, elle se remit à lire en diagonal les textes qu'ils lui avaient été remis, tandis que la licorne rosée quittait la salle après avoir salué une dernière fois sa professeure.

La princesse se sentait déjà victorieuse à annoncer à Spike qu'il n'avait effectivement aucune raison de s'inquiéter. De toute façon, l'heure n'était plus tellement à la peur. Même si un certain rejet vis-à-vis de Selifós persistait dans le pays, les poneys s'habituaient, petit à petit mais sûrement, à cette nouvelle condition. Et Luster Dawn, triomphant au-delà des attentes de son mentor, s'était réconciliée avec l'ancien alicorne et fut également devenue son amie. Cette amitié-là en particulier était la preuve que les équestriens ne devraient pas avoir peur.

Ce fut du coup sur cette tirade satisfaisante que Twilight quitta la salle du trône afin d'archiver les informations récoltées par son élève afin de pouvoir en écrire des livres d'histoire un peu plus conventionnels dans un avenir à présent tout proche.

Comme quoi, les choses n'étaient pas forcément toujours noires.

 

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.