Discord icon

Aria n°2 : Muffins Vs Cupckakes (Pinkie Pie)

« Bon, je fais quoi maintenant ? »

 

À présent que j'étais séparée de Derpy, la solitude commençait à se faire ressentir. Cet éboulement avait vraiment mal choisi son moment pour s'inviter à la fête ! Le pire dans tout ça : ma queue n'avait même pas tremblé pour m'avertir du danger ! Sans mon petit don de voyance, survivre dans cette école remplie de cadavres et de fantômes allait être très difficile. Enfin, je ferai avec ce handicap.

Je me mis alors en route en sautillant et en affichant une mine joyeuse, mais lorsque je traversai un des couloirs comportant un miroir, je vis dans mon reflet à quel point je ne trompais aucun poney. Ma crinière se raidit alors une nouvelle fois et je cessai de bondir, surtout que je venais de me couper à cause des morceaux de fenêtres brisées. L'air qui pénétrait dans la bâtisse était glacial. Il fallait que je trouve un moyen de rejoindre au plus vite Derpy…

Je repris mon chemin et grimpai un escalier comportant quelques marches branlantes. Cependant, je parvins sans aucune difficulté à l'étage supérieur. Des dizaines de portes s'étalaient le long du couloir. Certaines d'entre-elles étaient ouvertes, ce qui me permit de constater en voyant l'intérieur de leurs pièces que je me trouvai dans un dortoir. Je continuai d'avancer sans m'arrêter, me contentant de jeter un rapide coup d'œil à droite et à gauche, jusqu'à ce que je vis une forme semblant appartenir à un poney dans l'une de ces chambres. Je stoppai tout geste, me demandant s'il s'agissait d'un fantôme ou d'une de mes amies égarées. Lorsque je posai à nouveau mon regard dans la pièce, la silhouette s'était évanouie. Je pris mon courage à deux sabots et pénétra dans la chambre.

Celle-ci comportait deux lits, l'un d'eux étant superposé. Il y avait également un bureau, mais celui-ci était renversé. À côté du meuble, il y avait un petit carnet. Je le pris et l'ouvris pour lire une page au hasard :

 

"Aujourd'hui, _ _i_ _y D_ _ _ a encore fait sa miss je-sais-tout en classe. Et la professeur qui la félicitait pour son intervention ! Cette licorne me sort vraiment par les naseaux ! Mais j'ai prévu de lui jouer un petit tour avec Symphonia ce soir quand elle sortira de la bibliothèque."

 

« Des rivalités d'étudiantes », pensai-je en continuant de feuilleter distraitement le carnet

Je vis alors un petit sac plat dans la reliure du livre. Je le saisis et l'ouvris pour voir son contenu, et le refermai aussitôt avant d'aller vomir au coin de la pièce ! Le sac contenait un morceau de peau ! Et ce n'était pas n'importe quel morceau ! Il s'agissait d'une Cutie Mark représentant une clé de Sol ! Une fois remise du choc, je m'aperçus que le sac n'était pas la seule chose à être tombée : une feuille de papier pliée en deux s'était également envolée hors de la reliure du livre. Je la dépliai et commençais à lire le texte inscrit dessus, vraisemblablement écrit en toute hâte :

 

"J'ai enfin réussi à mettre les sabots sur une des cuties marks, le flanc droit de Symphonia ! Cependant, Nightingale a dû se sacrifier pour me permettre de partir avec. J'ai déjà perdu trois amies à cause de cette folle furieuse, et je sais que je suis la prochaine. C'est pourquoi j'ai caché la cutie mark dans ce carnet. À qui lira ceci, sachez-le : la seule façon d'apaiser la malédiction et donc de sortir d'ici est de retrouver les cuties marks appartenant aux _______________________"

 

Il y avait une tache de sang masquant la suite du texte. Je pus voir toutefois la fin de ce dernier:

   

"_______________. Le flanc gauche de Symphonia se trouverait dans le réfectoire, dans l'un des fourneaux. En tout cas, qui que vous soyez, je vous souhaite bonne chance et de ne pas finir comme moi…"

 

Une lueur d'espoir me frappa soudainement : il y aurait un moyen de sortir d'ici ! Cependant, la méthode n'était pas indiquée. Enfin, si, elle l'était, mais c'était illisible ! Pourtant, j'avais une bonne base pour débuter mon investigation : je pouvais déjà aller au réfectoire afin de voir si cette cutie mark s'y trouvait encore. Et puis qui sait ? Je retrouverais peut-être Derpy là-bas, voir même une des autres ! Je retrouvai à présent ma joie de vivre légendaire et m'élançai d'un pas décidé vers le réfectoire, sans me préoccuper des multiples cadavres jalonnant le chemin.

J'errais dans les couloirs de l'école à la recherche de la cantine pendant un long moment. Je ne saurais dire depuis combien de temps j'étais coincée dans ce lieu, mais qu’importe ! Je finirai par sortir de là, et avec les autres ! Le réfectoire m'ouvrit enfin ses portes et le spectacle se présentant à moi fut désolant : de nombreux cadavres de poneys s'amoncelaient au sol, leurs corps dans des positions me faisant clairement ressentir à quel point ils avaient dû souffrir. Il y avait également de la nourriture à terre et je ne pus m'empêcher de penser qu'il s'agissait d'une nourriture empoisonnée. Et pourtant, je commençais à avoir vraiment faim…

Je progressais dans la salle lentement, prenant bien soin d'esquiver les corps. Je finis par arriver dans l'arrière salle et je trouvai les fours dans un coin sombre et reculé de la pièce. Je les ouvris un à un, et je dénichai un sac au fond du troisième. Cependant, il fallait que je pénètre dans le four pour le récupérer. Je me lançai et avançai doucement vers le fond. Je pris enfin possession du sac et en vérifiai le contenu : c'était bien le flanc gauche de Symphonia !

J'entendis alors un bruit métallique et fut plongée dans les ténèbres. La porte du four s'était refermée sur moi ! Une voix s'exprima alors :

« Oups. Je ne sais pas ce qui a mal tourné…

– Derpy ? C'est toi ? Sors-moi de là, vite ! »

J'entendis alors un éclat de rire qui sonnait à mes oreilles comme glacial.

« Non, non, non… fit la voix de Derpy. Je ne peux pas laisser partir l'ingrédient principal de mes muffins…

– C'est une blague, j'espère ?! m'exclamai-je.

– Tu devrais savoir que les meilleures plaisanteries sont les plus longues, Pinkie, annonça Derpy."

Je sentis tout d'un coup la chaleur monter dans le four. Ma vision s'éclaircissait également. Derpy venait de l'allumer.

« Tu vas cuire bien lentement, Pinkie, dit Derpy d'un ton joyeux.

– Mais qu'est-ce qui te prend ?! Laisse-moi sortir ! »

Derpy ne prit même plus la peine de me répondre et commença à entonner un sifflement, tandis que le feu commençait à prendre forme. Je tentai d'aller tout au fond du four, espérant échapper aux flammes, mais c'était reculer pour mieux brûler. C'était fini. Je me mis à apprécier tout à coup l'ironie de la situation : après avoir cuisiné tant de cupcakes, c'était mon tour d'être cuisinée. Je pouffai alors de rire, tandis que les flammes commencèrent à me lécher.

Une autre voix se fit entendre, jeune mais à la fois cruelle et glaçante :

« Elle n'était pas censée rire, mais souffrir. Je suis déçue. Tu ne me sers à rien. Les filles, allez-y et faites de cette pégase ce que vous voudrez… »

J'entendis alors glousser férocement, tandis que Derpy se mit à pousser des hurlements, bientôt étouffés. J'eus alors l'impression qu'on éclatait quelque chose contre le mur. Ce bruit sourd se fit entendre à de nombreuses reprises, puis plus rien, si ce n'est le crépitement du feu. Des bruits de sabots se rapprochèrent alors du four.

« Ton amie est morte d'une façon ma foi très humiliante, me fit savoir la voix. Voyons à présent combien de temps tu supporteras cette fournaise. »

Le feu s'intensifia. Je commençai à hurler de terreur et de douleur, alors que la voix riait de façon sardonique. Mais je tentai de préserver mon sang froid, et éclatai à nouveau de rire. Aussitôt, la voix se fit plus menaçante :

« Ta propre souffrance te fait rire !? Rah, tu ne m'amuses plus ! Autant t'achever tout de suite, histoire que la fête compte ses deux premières victimes ! »

Le feu atteignit alors son paroxysme, de même que ma douleur. Cette fois, c'était bien la fin de la fête pour moi… Twilight, Applejack, Rarity, Rainbow Dash, Fluttershy… Ne mourez pas…


Ce genre de fête, ce n'est pas mon truc...

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.