Discord icon

Aria n°3 : Un arc-en-ciel-empoisonné (Rarity)

La pluie tombait dru à l'extérieur. Je m'étais abritée sous le porche situé à l'entrée du hall de l'école afin de ne pas tremper ma robe, déjà bien froissée. Pendant ce temps, Rainbow Dash explorait le parc à la recherche d'une éventuelle sortie. Comment avions-nous pu en arriver là ?

Je me souvins avoir été dans l'auditorium, aux côtés de mes amies, lorsque Twilight avait prononcé son discours. Peu après, le sol s'était écroulé sans que nous pussions nous échapper. J'avais ensuite repris connaissance avec Rainbow Dash dans un couloir humide et sombre. Nous étions alors parties à la recherche de nos amies, sans pour autant y parvenir. Cependant, nous avions fait une rencontre pour le moins inattendue : un esprit, un véritable spectre. D'abord effrayées, nous fûmes très vite rassurées lorsque le fantôme nous parla d'un ton très doux. Celui-ci nous expliqua que nous étions piégées comme lui avant nous dans une version alternative de l'école, datant d'il y a quinze ans. Cette école aurait été détruite alors par une crue que personne n'avait prévue. Nous eûmes du mal à le croire, car il était évident que l'on en aurait entendu parler en Equestria. Pourtant les faits s'étalaient sous nos yeux. Il nous expliqua après que dans ce lieu, il y avait très peu d'espoir de survie et qu'il fallait s'attendre à souffrir. Et même la mort ne vous accordera pas le repos, avait-il déclaré, car vous connaîtrez votre dernier instant de douleur pour l'éternité. Néanmoins, il nous avait conseillé avant de disparaître de ne pas baisser les bras, étant donné que d'autres victimes avaient laissé des indices derrière elles afin de résoudre le mystère entourant cette malédiction. Il nous fallait donc nous atteler à cette tâche.

Cette dernière était plus dure qu'il n'y paraissait. En effet, de nombreuses pièces de l'académie étaient partiellement, voire totalement submergées par les eaux, et il était ardu de progresser dans ces conditions, en dépit de la faculté de Dashie à voler, comme tout pégase qui se respectait. Toutefois, au bout de quelques heures d'exploration, nous étions parvenues à rassembler cinq documents intéressants, parfois griffonnés à même le mur ou sur des pupitres. Et il nous restait encore à explorer l'aile droite, qui demeurait inaccessible, la pression de l'eau rendant l'ouverture du couloir impossible...

Je ressortis alors d'un pli de ma robe les notes que j'avais prises pour les lire une fois encore :

« Cette licorne à la crinière noire est la cause de cette malédiction, j'en reste persuadée. Mais sans son identité, je ne peux rien faire. Je n'ai trouvé qu'une seule cutie mark et si je me trompe de propriétaire, je perdrai la vie bêtement... »

« D'après ce que j'ai trouvé dans le bureau de la directrice, il y aurait des informations sur les quatre licornes disparues il y a trente ans à l'infirmerie. Ces dernières étant les seuls esprits à avoir une forme matérielle, cela vaut le coup d'oeil. Mais avant, il faudrait trouver un moyen de vider l'eau... »

« J'ai rencontré des poneys qui affirmaient provenir d'un autre espace fermé. Selon eux, les miroirs seraient la clef pour passer de dimension en dimension. Je ne les ai pas crus, car malgré toutes mes recherches, je n'ai jamais déniché le moindre miroir dans cet espace. Etant donné que je ne pouvais accorder le moindre crédit à leurs propos, ils ont été enfermés dans une salle de classe par mes soins. Vu que celle-ci se remplit petit à petit d'eau, ils n'en ont plus pour très longtemps... »

Ce troisième texte me faisait froid dans le dos. Je continuai ma lecture :

« Visiblement, les espaces fermés obéissent à des lois bien précises. Chacun d'eux possèderait une catastrophe naturelle qui lui est propre, rajoutant encore au danger. Et si je ne me trompe pas, il ne pourrait y avoir que quatre versions maudites au maximum de l'école. En effet, je pense que les licornes à l'origine de cette malédiction incarnent les fondations de chacune de ces dimensions. Pour l'instant, il n'y a que trois espaces, chacun en rapport avec l'un des incidents... »

Ici, le texte se poursuivait, mais était trop abîmé pour que nous puissions en déchiffrer le sens. Enfin, il restait ce document :

« On peut peut-être avancer en cherchant à l'extérieur de l'école. »

C'est ce dernier écrit qui était à l'origine de l'envolée de Rainbow Dash. J'avais préféré rester à l'entrée pour ne pas me mouiller, même si c'était un peu égoïste de ma part. Je commençai à contempler d'un air songeur un lac situé à la droite du parc, mais je fus interrompue dans ma rêverie par l'atterrissage de la pégase aux couleurs de l'arc-en-ciel. Elle se secoua pour se sécher tandis que je reculai de quelques pas en faisant une mine de dégoût.

« Fiou... fit mon amie, ça fait du bien d'être au sec. Alors, Rarity ? T'as compris quelque chose à tout ça ?

– Ça reste très obscur, tout cela … me contentai-je de répondre. Et de ton côté ?

– Il n'y a rien, annonça Dashie. C'est comme si je tournais en rond. Ce n'est pas dehors qu'il y aura une échappatoire... En tout cas, j'ai pu assouvir ma soif au lac.

– Mais tu es folle ! m'exclamai-je. Tu ne sais pas ce qu'il y a dans cette eau !

– Ecoute, répliqua Rainbow Dash, j'avais soif, il faut que je boive un peu quand même ! Et tu vois bien que je me porte comme un charme ! »

Je ne lui assénai aucune réplique pour ne pas être désagréable, surtout dans un moment pareil. Je lui fis signe de rentrer à l'intérieur et elle s'exécuta aussitôt. En relisant les écrits, je venais de penser que nous n'avions pas fouillé le bureau de la directrice. Peut-être y avait-il d'autres éléments valant la peine de s'y pencher ... J'exposai mon idée à Rainbow Dash qui fut d'accord pour s'y rendre.

Nous grimpâmes l'escalier jusqu'au troisième étage où le bureau était censé être. Cependant, la porte était verrouillée. C'était le bouquet ! J'en avais assez d'être bloquée dans mes recherches à cause de ce lieu ! J'empoignai le bureau de la salle d'attente grâce à ma magie et je démolis alors la porte sous le regard admiratif de Rainbow Dash :

« Whoa ! Quand Rarity se fâche rien ne l'arrête ! »

Je lui fis un petit sourire avant de pénétrer dans la pièce qui était d'apparence spacieuse. Rien de moins que ce que l'on doit attendre de la directrice d'une si prestigieuse académie. Nous nous mîmes alors à la recherche d'éventuels indices, sans succès. Lorsque je fouillai une des étagères, j'entendis soudainement un bruit sourd, comme quelque chose qui s'écrase au sol. Je me retournai et vis alors Rainbow Dash étendue par terre, transpirant à grosses gouttes ! Je me précipitai vers elle, lui demandant ce qu'il se passait. Dashie peinait à parler de manière cohérente. Je l'installai alors sur le canapé faisant face au bureau et l'enveloppai avec le tapis qui se trouvait entre les deux meubles. A coup sûr, c'était l'eau du lac qui avait empoisonné la pégase ! Cependant, que pouvais-je faire ? Je ne savais même pas si c'était grave ! Ça devait l'être cependant, vu que tout dans cette dimension semblait hostile. Il fallait que je me rende immédiatement à l'infirmerie pour trouver un remède, ou au moins de quoi administrer les premiers soins. Là, comme si elle avait deviné mes pensées, mon amie écarquilla les yeux en murmurant d'une voix faible :

« Le couloir... possède des fenêtres... »

Bien sûr ! Si je brisais les fenêtres, je pourrais vider l'eau du couloir et ainsi accéder à l'aile droite, et par extension à l'infirmerie ! Je dis alors à Rainbow Dash de ne pas s'inquiéter, que j'allais m'occuper de tout, avant de la laisser, non sans une arrière-pensée de regret. Je galopai jusqu'à l'entrée, me dépêchai d'ouvrir les battants de la porte et sortis sous le déluge. Je saisis une lourde pierre que j'eus du mal à soulever avec ma magie et la fracassai contre les différentes fenêtres du couloir qui cédèrent sous mes assauts répétés. L'eau s'écoula alors à l'extérieur.

Sans plus attendre, je me précipitai vers ce lieu présumé inexploré en accélérant ma cadence. Chaque minute, non, chaque seconde comptait pour sauver Dashie. Je ne prêtai même pas attention à la vision horrifique qui s'étalait devant mes yeux (des poneys morts noyés). Je galopai, galopai à la recherche de cette infirmerie qui était le seul espoir de sauver mon amie...

La porte se dessina enfin à mon regard et je l'ouvris avec violence. A l'intérieur se trouvait une silhouette familière. Cette crinière rose... Il ne pouvait s'agir que de...

« Fluttershy !!! »

Elle me tournait le dos et ne répondit pas à mon appel. Je me rapprochai d'elle doucement et la regardai en face... Avant d'éclater en sanglots.

Mon amie n'était plus. Ses orbites étaient blanches et son doux visage était défiguré par des lacérations faisant penser à des symboles cryptiques. Je voyais manifestement qu'elles avaient été commises avec beaucoup de plaisir ... Il fallait que je me reprenne. La vie de Rainbow Dash était aussi en jeu. Je fouillai alors l'armoire à pharmacie et dénichai un anti-poison. Je ne savais pas si ça ferait l'affaire, mais peu importait. Je sortis de la pièce, nonobstant un document et un petit sac placé bien en évidence sur la table.

Je parcourus le trajet en sens inverse, priant pour que Dashie tienne le coup. Le bureau du directeur approchait à grandes enjambées de moi, ou était-ce moi qui me rapprochais ? Ca y est, j'étais dans la salle, je n'avais plus qu'à administrer le remède à la pégase.

« Dashie, je suis de retour ! »

Le silence fut le seul écho à ma parole. J'avançai vers Rainbow Dash en poursuivant :

« Réponds-moi ! »

Toujours rien. Pas même un bruit de respiration. Pourtant, il fallait que j'en ai le cœur net. Je me risquai à examiner le visage de mon amie tout en redoutant ce qui allait s'ensuivre... Ma crainte était avérée...

La courageuse Rainbow Dash n'avait pas supporté suffisamment longtemps la douleur. Son regard était tourné vers la porte, comme si elle n'attendait plus que moi. Je la caressai avec ma tête doucement. Son corps était encore chaud. Elle n'était morte que depuis quelques instants.

Je m'effondrai au sol, pleurant. Cette fois, ce n'étaient pas des larmes factices, comme cela m'arrivait parfois lors de mes petits caprices. C'était la tristesse dans sa forme la plus pure. Je ne sais combien de temps je restai dans cet état, mais je finis par me relever. J'avais pris une décision.

Je pris la pégase sur mon dos et avançai jusqu'à l'extérieur. Là, je vis une petite colline. Elle serait parfaite. J'étais trempée à présent jusqu'aux os, mais cela m'était égal maintenant. Il était hors de question que je laisse les dépouilles de mes amies pourrir ici ! Une fois en haut de la colline, je commençai à creuser de toutes mes forces. Mes sabots se couvrirent de boue, mais cela ne m'arrêta pas. Elles auraient leurs sépultures. Le temps s'écoula sans que j'en eus conscience, mais je finis par faire un trou d'une taille acceptable, et j'y jetai Rainbow Dash, avant de recouvrir mon amie de terre. Toujours en pleurs, je pris un grand caillou que je plantai au-dessus du trou, puis j'arrachai un pan de ma robe ornée de rubis, avant de le nouer à la pierre.

Maintenant que la tombe de Dashie était faite, il me restait celle de Fluttershy... J'allai la chercher sans me presser, j'avais maintenant tout le temps à ma disposition. Je traversai à nouveau le couloir aux cadavres abondants et grimpai l'escalier conduisant à l'infirmerie. Revoir Fluttershy dans cet état était insupportable, mais je demeurai ferme et l'empoignai comme Rainbow Dash. La route me semblait de plus en plus longue, à mesure que ma charge s'alourdissait. Je fus alors à nouveau en vue de la colline.

Et je continuai ma besogne. Les mêmes gestes que pour celle de Rainbow Dash. Les mêmes pleurs. La même douleur. Mais elles seront unies dans la mort, je me le promettais à la manière de Pinkie Pie...

Voilà, j'en avais fini. J'admirai les deux sépultures, m'excusant auprès de mes deux amies de ne pouvoir leur en offrir une plus décente. J'examinai mon corps, recouvert de boue. Je peinais à reconnaître ma robe, qui était il y a peu de temps encore l'un de mes plus beaux chefs-d’œuvre. Mon regard s'arrêta alors vers le lac :

 

« Je prendrais bien un bain, moi... »

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.