Discord icon

Caught

"Est-ce que ton talent, c’est jardiner ?" tenta de deviner Dinky.  

Les enfants étaient dans la cour de l'école où Apple Blossom exhibait sa marque de beauté : une fleur rose.

 "Non", répondit-elle. "Mon talent, c'est le parfum !"

"Hein ?" dit en chœur chaque poney.

"En fait, je dois ma marque de beauté à Thunder Dash. Quand il m'a dit l'autre jour que je sentais bon, j'ai eu une idée !"

Thunder rougit. "Tu avais entendu ça ?"

"Je suis contente que tu me l'aies dit ! En fait, ce matin-là, une des tartes aux pommes de tante Applejack était tombée sur ma tête, voilà pourquoi j'avais cette odeur ! Donc j'avais pensé que je pourrais utiliser cette odeur pour en faire un parfum !"

Elle ouvrit son sac de selle et prit une petite bouteille. Elle en aspergea un peu sur Lightning Dash. La pégase grogna d'agacement, mais prit ensuite une bouffée.

“Ça sent bon”, dit-elle de suite.

"Alors pourquoi ta marque de beauté est une fleur et pas un flacon de parfum ?" demanda Dinky.

"Parce que j'ai fait le parfum d’une fleur de pommier”, expliqua Apple Blossom. "Elles tombent des arbres avant que les pommes ne poussent, et ma mère m’a dit que ma marque de beauté signifiait que je pouvais donner à chaque poney un parfum de pommier fleuri !"

Bien que chaque poney félicitât Apple Blossom, Screwball était assise sur un banc et dessinait dans la terre avec un bâton.

"Screwball !"

La pouliche sursauta et se tourna vers Apple Blossom.

“Tu as écouté mon histoire ?"

Screwball secoua la tête. "Désolée, Blossom. Félicitations pour ta marque de beauté."

Ses autres amis s'étaient rassemblés autour d'elle pour voir ce qui l'occupait autant.

"Depuis quand tu es devenu toute fifille ?" demanda Thunder.

"Qu'est-ce que tu veux dire ?" demanda Screwball.

Lightning montra le sol de son sabot. Il était recouvert de petits cœurs et quelques-uns plus grands avec les initiales "SB "et les initiales "MB " écrites dedans. Screwball laissa tomber le bâton. Elle ne s'était pas rendu compte qu'elle avait écrit tout ça.

"Ooh !" s’écria Dinky. "Qui est MB ?"

"Personne !" insista Screwball, en utilisant sa magie pour faire disparaître les dessins compromettants.

Apple Blossom scruta son visage. "Attends une minute." Elle poussa un cri de surprise. "Je sais ! Screwy est amoureuse !"

"Quoi ? ! Non, c'est pas vrai !"

"Alors pourquoi tu rougis comme une folle ?"

Dinky poussa un autre cri. "Oh par Célestia ! Qui c'est ?"

"Il est beau ?"

"De quelle couleur est sa crinière ?"

"C'est pas Thunder Dash ?"

"Est-ce que c'est Cinnamon Stick ?"

"Les filles, vous savez qu'on est juste là ?" dit Cinnamon Stick en fronçant les sourcils.

"Allez, vas-y, raconte !" exigea Apple Blossom. "Qui c'est ?"

Screwball fut littéralement sauvée par la cloche de l'école. Quand les autres poulains se hâtèrent à l'intérieur de l'école, elle laissa échapper un soupir de soulagement.

 

*****************************************************************

 

Au cours du mois suivant, elle et le prince Mothball se réunirent fréquemment. Lors de leurs réunions, ils jouaient, riaient et se confiaient l'un à l'autre. Aucun des deux n'avait parlé à quelqu’un de ce sujet et il devenait de plus en plus difficile pour Screwball de garder le secret à ses amis et sa famille.

Apple Blossom n'avait pas été la première à remarquer quelque chose de bizarre à propos de son comportement. La semaine dernière, au dîner, sa mère avait été la seule à observer son manque d'appétit.

"Est-ce que tout va bien, chérie ?" demanda Fluttershy.

La pouliche n'avait pas répondu, écartant la purée de son assiette.

"Hmm ?" Puis elle était revenue à la réalité. "Oh. Je n'ai pas très faim."

"Je pense que je sais quel est le problème", avait dit son père en claquant ses doigts, transformant la purée en barbe à papa. Puis ses yeux s'étaient élargis en voyant la forme qu'avait prise sa nourriture. "Depuis quand tu t'intéresses aux cœurs et aux bisous ?"

Screwball avait rapidement mangé son repas et était partit dans sa chambre comme si de rien n'était.

 

Quand elle revint à la maison avec un regard rêveur dans ses yeux, ses parents se montrèrent particulièrement suspects.

“Dis-moi, tu ne penses pas toi aussi qu'il y a quelque chose d'étrange qui se passe avec notre fille ?" déclara Discord.

 "Pas étrange", répondit Fluttershy, en secouant la tête, "juste bizarre."

 "J'allais le dire ! Quand nous avons joué au bowling, elle a renversé des quilles, elles se sont relevées et ont pris la forme d'un cœur ! Et quand elle a sauté dans la piscine, ses éclaboussures étaient aussi en forme de cœur ! Maintenant elle fait ce drôle de regard ?! Qu'est-il arrivé à ma petite abomination ? "

"Tu es en train de dire que tu ne le vois pas ?"

"Voir quoi ?"

Elle mit son sabot sur son front. "Chéri, je crois que notre fille est amoureuse."

Discord cligna des yeux. "Amoureuse ? Alors ça veut dire ... Qu'il y a un garçon ?" Son corps s'enflamma soudainement. "Qui est-il ?! Je vais l'étriper s’il pense qu'il peut toucher MA FILLE !"

Il aurait brûlé toute la maison si Fluttershy n'avait pas jeté un seau d'eau sur lui. Elle faisait en sorte d'en avoir toujours un à portée de sabot quand il faisait sa crise.

“Tu vas te calmer ?" exigea Fluttershy. "C'est une bonne chose !"

"Comment est-ce que ça peut être une bonne chose ?" reprit Discord, ses yeux se remplissant de larmes. "Comment cela peut-il être bon que ma petite fille puisse grandir ?" Il fronça les sourcils. "Je vais aller droit au but !"

Screwball leva les yeux de ses devoirs quand son père ouvrit la porte.

"Qui c'est ?" demanda-t-il.

La pouliche cligna des yeux. "Qui quoi... ?"

"Ta mère soupçonne que tu es tombée amoureuse de quelqu'un."

Les joues de Screwball virèrent au rouge. “Je ... euh ..."

"C'est pas vrai, n'est-ce pas ?"

Elle soupira de soulagement. "Ouais, c'est pas vrai. Personne n'est amoureux ici !"

Discord éclata de rire et ébouriffa sa crinière. "Je savais qu'elle se moquait de moi ! Penser que ma fille avait des vues sur un garçon !"

Elle sourit nerveusement. "Ouais. Comment peut-elle penser une chose pareille..."

 

*****************************************************************************

 

"Comment tu appelles ce truc, déjà ?" demanda Mothball en examinant la substance étrange dans ses sabots.

"Beignet", répondit Screwball la bouche pleine.

"C'est fantastique !"

"Donc tu peux manger des aliments solides ?"

"Bien sûr, mais ils n’ont généralement pas bon goût. À part le chocolat. Il a le même goût que l'amour."

"Oh, d'accord. À ton tour."

Après avoir avalé le reste de son beignet, Mothball tapota son menton. Depuis leur première rencontre, ils n'arrêtaient pas de s'échanger des questions.

“Ton amie licorne”, dit-il, "celle avec les yeux étranges ? Comment est-ce arrivé ? Était-ce un accident ?"

Screwball secoua la tête. "Ça fonctionne comme ça dans sa famille. Elle et moi sommes nées le même jour et nous avons été les meilleures amies depuis ! Une année, nous faisons notre fête d'anniversaire chez moi, une autre chez Dinky, puis chez moi et ainsi de suite. "

Il se gratta la tête. "C’est quoi, une fête d'anniversaire ?"

Elle cligna des yeux. "Wow. Tu as vraiment besoin de sortir plus souvent. Une fête d'anniversaire est une fête qui célèbre le jour de ta naissance."

"Dans ce cas, si nous avions des fêtes d'anniversaire à la ruche, il y en aurait tous les jours."

Screwball ricana. "Tante Pinkie s’éclaterait !"

"Elle est pas un peu folle, non ?"

"Tu peux parier ta queue que oui ! Même si elle n'est pas vraiment ma tante, elle a toujours été ma préférée ! Elle peut transformer toute mauvaise journée en une bonne juste en étant elle-même. De plus, c'est elle qui m'a donné ce chapeau trop génial !"

Mothball soupira. "Tu as une famille vraiment incroyable, même si la plupart des membres ne sont pas liés à toi."

“Je ne comprends pas. Tu ne traînes pas avec les changelins de ton âge pour jouer avec ?"

"Oui, bien sûr, mais nous ne jouons pas, nous nous entraînons. Nous apprenons comment chasser afin que nous puissions nous nourrir. Je dois surtout apprendre. Ma mère a dit que si je devenais roi, je devrais trouver de la nourriture pour la ruche."

Screwball baissa les yeux et plongea nerveusement son sabot dans le sol. "Est-ce que ça fait mal ?"

"Qu'est-ce qui fait mal ?"

"Lorsque tu te nourris de l'amour d'un poney ... Tu ... lui fait du mal ?"

Mothball grinça des dents. "Eh bien ... quand nous les vidons de leur amour, nous les vidons de leur pouvoir. Ils s'affaiblissent lentement, mais ... ils n'ont pas mal si nous ne sommes pas autour d'eux très longtemps."

Il fit une pause et recula de Screwball. "Peut-être qu’on ne devrait pas ..."

La pouliche poussa un cri et montra le ciel. “Regarde ! Une étoile filante !"

Elle ferma les yeux et se concentra.

"Qu'est-ce que tu fais ?" demanda le prince.

"Si tu fais un souhait devant une étoile filante, il se réalisera”, expliqua-t-elle.

"Et qu'est-ce que tu as souhaité ?"

Elle se mit a rire. "Chut ! Tu ne dois pas dire ton souhait, sinon il ne se réalisera pas !"

“Je ne vois pas comment une étoile peut avoir des aptitudes à exaucer les souhaits."

"Tu parles à un poney terrestre qui a des pouvoirs chaotiques."

"Touché."

"Ooh, il y en a une autre ! Celle-ci c'est la tienne ! Allez ! Fais un vœu !"

Mothball regarda la pouliche, puis l'étoile. Il pensait que l'idée était un peu idiote, mais il ne voulait pas décevoir son amie. Avant que l'étoile ne brûle, il ferma les yeux et, silencieusement, il fit son souhait : Je souhaite de n'avoir jamais été un changelin, afin que je puisse avoir un cœur.

 

*****************************************************************

 

Mais leur amitié interdite ne resta pas secrète. Mothball était prêt à rencontrer Screwball pour une partie de beach-volley. Il avait fait un trou dans son mur donnant sur l'extérieur, caché par une affiche de changelin (la seule décoration qu'il était autorisé à mettre). Il était sur le point de la soulever quand une voix paralysante l'arrêta dans son élan :

"Tu vas quelque part, mon fils ?"

Le prince sursauta et se tourna vers sa mère. Il fit un sourire forcé.

"Qu'est-ce que vous racontez, mère ? Je ... lisais cette affiche !"

Chrysalis se mit à rire. "Ne me mens pas, mon fils. Je suis au courant de tes petites sorties secrètes, et où tu te rendais au cours des dernières semaines."

Mothball avala la boule dans sa gorge. Il ne pouvait plus le cacher, maintenant qu'il avait été pris sur le fait. Il descendit et se mit à genoux.

"Je suis prêt pour ma punition, Mère," dit-il, fermant les yeux avec un frisson.

"Ta punition ?" dit Chrysalis en levant un sourcil. "Tu veux que je te punisse pour avoir fait exactement ce que je t’ai dit de faire ?"

Il ouvrit les yeux et la regarda avec confusion. "Quoi ?"

"Je t'ai demandé de trouver tout ce que tu pouvais sur cette fille et tu l'as fait. Tu as été tout à fait brillant, mon fils ! Cette idiote ne te soupçonne même pas ! Bien sûr, ta mission devra s’arrêter."

"Que voulez-vous dire ?"

La reine sourit en posant sa patte sur l'épaule du poulain. "Maintenant, mon fils, tu es prêt pour le prochain niveau de ta formation, et il va te demander des heures longues et fastidieuses, de sorte que ton petit plan devra être mis en attente."

Mothball s'étouffa en entendant sa mère. Elle avait su ce qu'il faisait depuis le début et maintenant il devait s'arrêter, mais qu'est-ce qu'elle voulait dire par le "second niveau de sa formation" ?

Elle semblait lire dans ses pensées. "La fille de Discord pourrait être plus utile que je le pensais. Elle pourrait être la clé de notre succès ! Et toi, mon fils", dit-elle en soulevant son menton vers elle, "tu seras celui qui tournera cette clé dans la serrure."

Un frisson parcourut sa colonne vertébrale au ton de sa voix. "Que voulez-vous dire, Mère ?"

Elle le laissa et se dirigea vers les rideaux couvrant l'entrée. "Première leçon du second niveau de ta formation, mon fils", elle lui sourit méchamment, “briser un cœur."

Le prince ne pouvait plus parler. Sa mère rit d’un air sombre.

"Vas-y", ordonna-t-elle. "Va voir ta petite amie et dis-lui que tu ne pourras plus la voir. Mais ne te contente pas de ça ! Sois cruel, froid et vicieux avec elle !"

"Vous ..." Mothball balbutia. "Vous ... V-voulez ... Que je ?"

"Briser le cœur fragile de cette pouliche sera le seul plaisir que tu auras !"

"M-m, mais ..."

"Si tu ne fais pas ce que je te dis, je le saurai."

Ses jambes tremblaient. Elle le saurait. Elle avait des espions partout. Il avait été idiot d'avoir pu penser qu'il pouvait se faufiler sans être vu ! Elle l'avait seulement laissé partir pour qu'il puisse faire son sale boulot. Maintenant, elle lui avait demandé de briser et de blesser émotionnellement le cœur de la belle pouliche qu'il admirait et enviait. Il voulait refuser, mais comment pourrait-il ? Il ne pouvait pas désobéir à sa mère.

 

*****************************************************************

 

Mothball s'approcha du lac de chocolat et vit qu'il était entouré de sable. Screwball se tenait près d'un filet et faisait rebondir un ballon de volley sur sa tête. Il fit un doux sourire, puis fronça les sourcils quand qu'il se rappela de ce qu’il avait à faire.

Lorsque Screwball vit son ami, elle attrapa le ballon dans ses sabots. "Qu'est-ce qui t'a pris autant de temps ?"

“Je, euh ...", bégaya-t-il. “J'ai ... eu du mal à me faufiler hors de la ruche."

Elle haussa les épaules. "Ça va. Tu veux servir en premier ?"

Ses yeux tourbillonnants brillaient d'excitation. Il détourna ses yeux pour éviter de se perdre en eux. Il chercha les arbres où se cachaient les changelins éclaireurs, mais ne s'attendait pas à les trouver, car ils étaient maîtres dans l'art du camouflage. Il aurait parié sa vie qu'ils l'observaient en ce moment et feraient un rapport à leur reine sur ses actions.

Mothball se rapprocha de Screwball, en évitant son regard, et prit une profonde inspiration. 

"On ne peut pas jouer au volley-ball ce soir, Screwball."

Le sourire de la pouliche vacilla, mais elle garda la tête haute. “D'accord. On peut jouer à autre chose, si tu veux."

"Non, Screwy ... je ... ne ... Je ne peux pas jouer avec toi."

Cette fois, son sourire disparut complètement. "Pourquoi ?"

Les paroles de sa mère résonnaient dans sa tête : tu dois être cruel, froid et vicieux avec elle !

“Je …” Il plissa les yeux et leva son menton d'une manière arrogante. "Je ne veux pas jouer avec toi ! Parce que ... Tu m'ennuies !"

Screwball lâcha la balle, incrédule. "Mothball, qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi tu me mens ?"

Il grimaça. Il avait oublié qu'elle était un détecteur de mensonges sur pattes. Puis il lui vint une idée. Il savait qu'elle pouvait voir s’il mentait, mais sa mère ne le savait pas.

"Je ne mens pas !" insista-t-il. “Je suis fatigué de toi ! C'était amusant pendant un moment, mais ... c'est devenu agaçant. Et dire que je risquais d'avoir des ennuis pour te voir ! Je suis chanceux que personne ne m'ait pris !"

Les yeux de Screwball s'élargirent quand elle comprit. Elle pouvait sentir le mensonge dans chaque mot, y compris dans la dernière phrase. Il avait été pris, peut-être par sa mère. Mais pourquoi agissait-il ainsi ?

"C'est vraiment incroyable que je n'aie jamais été attrapé !" il continua. "Je veux dire... Mère a des espions partout, et ils ne savent rien à ce sujet !"

Un autre mensonge. Screwball comprenait maintenant. Ils étaient surveillés, et il faisait semblant d'être cruel. Après une longue pause, elle se rendit compte qu'elle devait jouer le jeu.

"Bien !" dit-elle sèchement. "Peut-être que tu me fatigues, toi aussi !"

Mothball fut légèrement surpris, mais se redressa et essaya de la regarder froidement. "Si nous sommes si fatigués l'un de l'autre, alors peut-être que nous ne devrions plus nous voir !"

"Ça me convient !"

Il ne pouvait pas dire si elle avait compris son message, mais les espions les regardaient et il devait conserver son image.

"Tu sais quoi ? Tu n'as jamais été mon amie ! Tu es juste une pouliche stupide avec des yeux bizarres !"

Screwball poussa un cri et voulut presque le frapper avec un éclair, mais elle se souvint que ce n'était qu'un mensonge et elle se contrôla.

"Eh bien ... Tu n'as jamais été mon ami non plus ! Jamais je n'aurais dû désobéir à mes parents ! Après tout, comment aurais-je pu être amie avec un monstre sans cœur ?"

Il ressentit une douleur dans la poitrine, mais se dit qu'elle avait compris. "Bien ! Je ne reviendrai plus jamais furtivement te revoir !"

Il se tourna sur ses sabots et prit son envol. Screwball se mordit les joues. C'était ce qu'elle pouvait faire de mieux pour contenir son sourire.

Il était sauvé.

                                                  À suivre.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.