Discord icon

Changelins : les origines

Velikiy Mir : l'origine des changelins

 

Année, 2053. Système solaire. Depuis toujours, nous pensons connaitre tout de notre étoile. Elle nous réchauffe, elle nous donne de l’énergie en abondance. En revanche, elle conserve en son cœur une magie puissante encore insoupçonnée. Néanmoins, depuis quelque temps, elle déverse cette magie aux grés des tempêtes solaires.

La station spatiale ISS n’est plus. La Russie, la Chine et la Thaïlande se sont lancées dans la construction d’une super structure orbitale : Velikiy Mir.

Velikiy Mir est près de deux fois plus grande que l’ex-ISS. Elle est alimentée par vingt supers panneaux solaires de trente-six mètres de long.

Cette gigantesque station orbitale abrite toute sorte d’expériences. Le projet « Chïwit » est adopté par les trois pays. Le but de ce projet est de créer une espèce végétale parfaite pour subsister aux besoins de l’humanité.

Des manipulations génétiques sont donc effectuées en orbite. Des chercheurs de toute la planète sont recrutés pour ce projet. De là résulte une dizaine de graines. La moitié est plantée dans différente terres et exposée dans d’énormes sphères aux rayons solaires.

Malheureusement, aucune des graines ne donne de résultat satisfaisant. Les pousses sont stériles et ne donnent aucun fruit.

« Bon, nous n’avons aucun résultat de bon, la gravité zéro ne doit pas favoriser l’évolution de la graine. »

« Nous devrions peut-être les envoyer sur la base lunaire Tayto. »

 

La base lunaire Tayto est à la pointe de la technologie. Les graines et les pousses y sont donc envoyées. Les japonais constatent que les graines ont été trop abîmées et qu’elles sont inutilisables. En revanche, les pousses sont plus prometteuses.

En effet, à la grande surprise de tous, les plantes se mettent à donner des fruits, ceux-ci sont comestibles mais pas pour l’être humain, donc les scientifiques sont de nouveau à leur point de départ.

Les japonais réexpédient les pousses, les graines restantes et les fruits sur la station spatiale Velikiy Mir.

Pour voir si les fruits peuvent êtres consommés, une autre équipe apporte de petits animaux. L’équipe prévoit de leur faire consommer ces fruits génétiquement modifiés.

 

---

 

Deux semaines plus tard, un des animaux ayant mangé de ces fruits devient incontrôlable. A la stupeur de tous, de graves mutations se sont produites. Sa musculature s’est décuplée, son comportement est devenu extrêmement agressif. La créature réussit à s’échapper de sa cage et massacre tous ceux qui se trouvent sur son passage. Quatre scientifiques se dirigent vers une capsule de sauvetage Soyouz.

« Dépêche-toi bon sang ! Ouvre cette capsule ! »

« Je fais ce que je peux ! »

Dans la seconde qui suit, la créature se précipite dans le module jumelé à la capsule. Les humains essaient de la repousser. Un des hommes arrive enfin à ouvrir la porte. Tous se précipitent à l’intérieur. Malheureusement, la bête attrape un des scientifiques pas la jambe et le traine loin de la porte. Le reste de l’équipe n’a pas d’autre choix que de le laisser et ferme les deux portes du sas. La scène qui se déroule sous leurs yeux est insoutenable. La créature s’acharne sur l’humain et le déchiquète vivant. Les trois rescapés se désarriment de la station et émettent un appel de détresse vers la petite station spatiale Tiangong XI.

 

Désormais, ils ne peuvent pas cacher cela au monde. La station Velikiy Mir abrite une créature abominable et elle a de quoi se nourrir sur la station. Les gouvernements russes et chinois proposent d’attendre et de maintenir la station en orbite depuis la Terre. La bête va surement mourir après avoir épuisé les réserves de nourriture. La proposition est acceptée. Régulièrement, des navettes s’approchent de la station pour observer à travers les petits hublots si la créature est morte.

Les mois passent mais à chaque fois l’animal se rue sur les parois pour attaquer les cosmonautes qui s’en approchent.

Les scientifiques ne comprennent pas comment elle peut être encore en vie, d’après leur calculs, elle devrait être morte à l’heure qu’il est. Morte de soif ou de faim.

Une décision est alors prise. Ils ne peuvent pas risquer de faire descendre la station sur terre, qui sait ! Cette bête pourrait résister à la rentrée atmosphérique, surtout si elle est protégée dans un gros module. La seule option est d’envoyer Velikiy Mir au fin fond de l’espace.

Deux boosters sont envoyés en toute hâte pour pousser la station hors de son orbite terrestre.

Une fois la station spatiale lancée, les deux boosters se désarriment et reviennent se fixer sur Icarus II, une station française.

L’humanité est donc sauvée. Seulement, dans leur précipitation, ils n’ont pas fait attention qu’ils venaient de mettre la gigantesque station sur une orbite géo croiseur avec la Terre. Quand la nouvelle se répand, il est déjà trop tard. Mais d’après les calculs, elle ne devrait pas s’approcher de la terre d’ici sept-cent ans.

 

---

 

Deux millions d’années passent. La station n’a jamais croisé la terre, à son bord la créature est morte depuis bien longtemps, mais les graines ont été conservées. L’humanité a disparu depuis un million cinq-cent-mille ans. Les continents se sont modifiés dû à différents cataclysmes. La magie s’est répandue sur cette nouvelle Terre. Des animaux d’une nouvelle ère ont vu le jour, notamment des poneys. Certains sont ailés, d’autres avec une corne magique sur le front ou encore aucun de ces attribus.

 

Nous sommes donc à Equestria, un monde peuplé de poneys et de diverses fabuleuses créatures.

La princesse Célestia contrôle à présent le soleil et veille sur les poneys d’Equestria avec sa sœur Luna, qui contrôle la lune. Tourbillon Etoile Le Barbu quant à lui retourne à ses sortilèges.

Un soir, une mystérieuse étoile filante fait son apparition. Beaucoup de poneys s’extasient devant ce magnifique spectacle. Tourbillon Etoile a un mauvais pressentiment. Il convoque de toute urgence les deux princesses.

« Luna ! Célestia ! L’étoile qui vient de faire son apparition n’est pas une simple étoile ! »

« Que veux-tu dire ? » demande Luna.

« Il y a exactement deux millions d’années, une autre espèce vivait ici. Ces êtres pouvaient allez dans l’espace et y faire des expériences. Une a très mal tourné et ils ont dû propulser leur centre de recherche dans l’espace. Seulement, le laboratoire de cette civilisation disparue recroise Equestria et cette fois il va nous percuter. » 

« Et qu’est-ce que cela implique ? » demande Célestia.

Tourbillon Etoile regarde dans le livre qu’il a apporté avec lui.

« D’après les récits de ce livre, il y aurait encore des recherches dedans, on ne sait pas si elles sont encore viables ou détruites pas divers objets spatiaux. »

Luna et Célestia se concertent et en concluent qu’il ne faut pas s’inquiéter plus que ça. Que l’atmosphère équestrienne va avoir raison de tout.

Tourbillon Etoile ne rétorque rien, même s’il a un doute, il espère que les princesses ont raison.

 

Velikiy Mir, qui est entrée dans l’atmosphère, commence à se désagréger. Pour le plus grand bonheur des poneys, la consumation de la station leur offre un spectacle époustouflant. Elle éclate en un millier de fragments lumineux qui inondent le ciel nocturne de magnifique trainée blanche.

Les débris tombent un peu partout mais sans blesser personne. Le module Rochka ne se consume pas entièrement et s’écrase dans une clairière aux abords d’une petite ville. Le caisson contenant les graines éclate et libère son étrange contenu. Les graines sont emportées par le vent ou des animaux. Les bêtes qui les mangent les digèrent très bien car leur organisme contient aussi de la magie.

 

---

 

Pendant plusieurs années, rien ne se passe car certaine graines se sont habituées à cette nouvelle terre et se sont adaptées. La terrible bataille entre Luna et Célestia a même fait oublier cet incident. Seuls quelques livres parlent de la chute de la station spatiale russe. Quelques musées conservent des fragments de la structure que les poneys peuvent admirer derrière des barrières.

 

---

 

 

Mille avant que la paix revienne à Equestria. Une des graines a germé à côté d’un cimetière de licornes abandonné et a donné naissance à un chêne. Ses glands sont d’une nature tous à fait banale, les animaux s’en nourrissent sans que rien ne leur arrive.

Cet hiver, dans une nuit de pleine lune, un écureuil récolte encore quelques réserves malgré le froid, il tombe sur quelques fruits du chêne et en découvre un encore accroché à l’arbre. Il le cueille, le renifle et le jette immédiatement. Il n’est pas bien comestible à son goût.

Le gland ricoche sur le sol et tombe dans un trou d’une ancienne tombe. Le sol s’est littéralement affaissé car une grotte se trouvait juste en dessous. Au fond de la cavité croupit de l’eau. Cette eau est peu ragoutante, de plus le squelette de la licorne défunte git au milieu de la marre. Le cadavre à du se décomposer presque à l’air libre.

Aussitôt, une étrange chose se produit. Une petite plante pousse, seulement cette plante est entièrement grise. En quelques minutes, un petit arbre se forme, des fleurs carnivores se déploient aux extrémités des branches. L’arbre ne se contente pas juste de pousser, mais ses racines bougent à vue d’œil, comme s'il avait des muscles dans ses racines. Celles-ci s’entortillent autour du crâne du cadavre de la licorne et attrapent ses os. Tous en faisant cela, les fleurs attrapent des insectes qui volent à proximité.

 

A ce moment-là, une licorne arrive dans le souterrain, ce n’est autre que Tourbillon Etoile le Barbu. Il tire une petite charrette ou il transporte toutes ses fioles et livres de sortilège. Il commence à déballer tous son matériel quand il sent un des insectes qui volent autour de lui le piquer. Il l’écrase avec son sabot et tourne la tête, là il voit les racines s’avancer et saisir des os posés sur la berge.

« Hum, étrange ça ! Je n’ai jamais vu cela de ma vie, moi qui pensais que j’allais être tranquille ici, je me suis trompé ! » dit le grand sorcier.

Il observe un moment l’arbre puis décide d’apposer une affiche de prévention. « Attention ! Probablement magique ! Ne pas approcher ! »

Sur ce, il quitte les catacombes et reprend sa route à la recherche d’un coin tranquille. Cela fait deux mois que Célestia a pris le pouvoir seule et banni sa sœur sur la lune. Depuis ce jour, il n’a plus grand chose à faire au palais de la princesse.

 

Dans la grotte, l’arbre commence à bouger de plus en plus, comme si quelque chose voulait en sortir. Son tronc se déforme et des soubresauts se profilent. L’écorce s’agite de plus en plus au point de se rompre. Aussitôt, des créatures mi-poneys et mi-insectes en sortent.

En réalité, l’arbre a réagi comme une couveuse créatrice, en absorbant les insectes, l’eau croupie et les restes de la licorne, il a créé une nouvelle combinaison ADN. Le résultat est stupéfiant. Aucun être humain n’aurait pu concevoir de telles créatures.

Une vingtaine de ces êtres sortent un à un de l’arbre.

Puis une grande silhouette sort à son tour. Celle-ci s’apparente à une élégante jument, elle est bien plus grande que les autres et est pourvue d’une belle crinière bleutée. Ses yeux rond et vert brillent dans l’obscurité. Toutes sont d’un pelage sombre et fin, une carapace semi-rigide recouvre leur dos. De petites ailes leur permettent de voler comme des pégases et une corne orne leur front. Cette corne détient en elle une petite magie qu’ils vont bientôt découvrir.

 

Cette nouvelle espèce n’a qu’un seul premier objectif : se nourrir. Ils sortent du trou et se dirigent vers la ville la plus proche. Ils attaquent les poneys qui flânent dans les rues et leur aspirent… leur amour. Pire, ils s’aperçoivent qu’ils peuvent prendre l’apparence des autres et usurper leurs identités grâce à la fameuse magie de leur corne.

« Hummm, délicieux ! Toute cette nourriture en abondance ! » dit la grande créature.

« Il nous en faut plus, nous sommes trop nombreux ! » rétorque un des petits.

« Il doit bien avoir d’autres endroit comme celui-ci ! » dit la grande.

Une fois le village licorne drainée de son amour, l’essaim se met en quête d’une nouvelle cité à « dévorer ».

Ils ne trouvent que de petits villages peu intéressants. Ils parcourent ainsi plusieurs centaines de kilomètres.

En parallèle, la nouvelle de leur existence se répand comme une trainé de poudre. Les poneys leur attribuent le nom de Changelins dû à leur capacité à se transformer en une autre personne.

 

Les Changelins arrivent au pied d’une gigantesque cité aérienne : Timbucktu !

Avec leurs ailes, ils se dirigent droit vers la ville. Les pégases qui y résident ne se doutent pas de l’attaque imminente qui les attend. La cheffe des changelins ordonne à son essaim de prendre plus d’altitude dans les nuages pour faire une attaque surprise en piqué.

L’attaque éclair est une excellente stratégie qui a déjà fait ses preuves par le passé dans l’ère humaine. Les habitants de la cité voient médusés les changelins leur foncer dessus sans crier gare.

Beaucoup d’habitants se fond drainer tout leur amour sans qu’ils ne puissent rien faire. Le roi Orion ordonne à ses gardes de défendre la ville coûte que coûte. L’armée du roi est bien plus puissante qu’elle ne le faisait croire et les changelins commencent à perdre l’avantage.

La cheffe des changelins repère un haut gradé de la garde et l’attire sous une voûte pour l’attaquer. Elle aspire entièrement son amour puis prend son apparence.

Sous cette nouvelle identité, elle ordonne aux gardes de se replier dans le palais. Orion ne comprend pas l’ordre de son soldat.

« Qu’est-ce qui vous prend ! » dit le roi « Pourquoi avoir ordonné la retraite ?! »

« Et bien, je l’ai fait pour………VOTRE AMOUR !! » rugit la changeline et reprenant son apparence originale.

Dans l’instant d’après, elle se nourrit de tous l’amour qu’elle a à disposition dans ce petit endroit sans issue de secours.

Le roi Orion saisit une lance d’ornement et se précipite sur la changeline.

« Cela ne sert à rien de résister. C’est à votre tour d’y passer !!! » hurle-t-elle.

Une fois son forfait terminé, elle ouvre la porte et laisse entre toute sa petite horde. Elle saisit la couronne du roi et la remodèle pour en créer une nouvelle. Une fois la couronne reformée, elle la dépose délicatement sur sa tête. Elle se tourne ensuite face à son essaim et déclare d’une voix forte et assurée.

« Dorénavant, je serai reine !! Je serai… LA REINE CHRYSALIS !!!

 

 

FIN

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.