Discord icon

Chapitre 1

Twilight avait encore du mal à s’y faire. Tant de changement et si vite ! Enfin si vite… Déjà huit ans qu’elle avait déménagé ici. Elle devait admettre que depuis son installation à Ponyville, elle avait bien changé. Qui pouvait reconnaître dans cette jument épanouie l’ancienne étudiante complexée tout le temps plongée dans les livres ? 

Aujourd’hui elle était plus sûre d’elle et plus décidée. À présent elle pouvait faire face à à peu près n’importe quoi, Pinkie et Discord inclus, gérer catastrophes ou autres monstres aux volontés hégémoniques était devenu presque banal. À présent, ce genre de choses devait arriver environ une à deux fois l’an... 

À cette pensée ses ailes bruissèrent. Oui bon les changements de nature, le titre de princesse et l’ajout de certains attributs ne sont pas encore parfaitement maîtrisés même après quelques années. Le vol cela n’a rien de naturel quoi qu’en dise RD.

À côté de ça le fait qu’elle se montrait empathique et ouverte passait presque inaperçu. Tout cela grâce à l’amitié.... Elle était carrément devenue une experte dans le domaine, c’était son titre, excusez du peu ! Elle avait à peine fini de s’être habituée à ça et tout le reste… 

Le reste justement. Être un maître avec un apprenti venait tout juste d’être acté qu’elle se fixait déjà de nouveaux défis. Non pas que sa relation avec Starlight la déçoive, non au contraire, mais elle voulait aller encore plus loin. Ce projet d’école de l’amitié était ce qu’il lui fallait. Voilà qu’en plus d’être princesse, elle allait être directrice d’école ! Elle qui ne cherchait pas les responsabilités, la voilà comblée. Il ne manquerait plus qu’on lui confie la direction de tout le pays… Cette pensée la fit frissonner d’horreur. Que Célestia l’en garde.

 

Les préparatifs pour l'ouverture allaient bon train. L'établissement était censé ouvrir dans quelques semaines. Il n’y manquerait plus que quelques tampons administratifs et la visite d’un inspecteur, une formalité, pas besoin d’en faire toute une histoire… Pour se détendre, Twilight décida de se rendre à la future bibliothèque de l’école, pardon le C.D.I. Tant de livres de tant d'origines différentes… Parfois Golden Oak lui manquait terriblement. 

Ici des milliers d’ouvrages venus de tout le monde connu côtoieront des livres plus scolaires et académiques propres au système scolaire équestrien. Inclure une si grande section fiction au milieu d’autant d’ouvrages sérieux l’aurait révulsée il n’y a pas si longtemps mais la princesse avait appris que pour ce qui est de l’amitié, les loisirs enseignent davantage que les études.

Twilight passa devant diverses caisses de livres même pas encore mis en rayon. Il lui semblait avoir demander à Spike de terminer ça. Peut-être en demandait-elle trop à son assistant numéro un ? Répertorier, classer et mettre à disposition du public, c’était son ancien métier, le seul "vrai" métier qu’elle n'ait jamais exercé. Certes elle ne l’avait fait que pendant un peu plus de trois ans mais tout de même, elle en gardait un bon souvenir.

"Twilight ! cria soudain une voix enfantine.

– On te trouve enfin, rajouta une deuxième voix plus cristalline

– Nous t’avons cherchée partout, ajouta une dernière plus bourrue.

– Les C.M.C.… s’étonna l’alicorne. Vous ne devriez pas être en cours avec Cheerilee à cette heure-ci ?

– À ce sujet... commença Bloom.

– On voulait te demander si l’on pouvait… continua Belle

– Oh c’est quoi ce livre ça à l’air bien, s'exclama la dernière du trio en se penchant sur le contenu d’une caisse.

– Scootaloo ! râlèrent en cœur les deux autres.

– Quoi ? s’étonna l'intéressée sans même lever le museau de sa trouvaille.

– On avait répété, commença la petite licorne.

– Oui ! Je commençais, Sweetie prenait la suite et tu concluais, râla la pouliche terrestre. Et on avait plus qu’à enchainer avec le regard chaton numéro deux et c'était bon !

– Oh pardon… s'excusa la pégase. Dis Twilight je peux le garder ? demanda-t-elle sans sortir sa tête de la caisse.

Scootaloo détaillait une quatrième de couverture d’un livre aux bords racornis. La police de caractère, d’un rouge sang, se détachait parfaitement bien du font, d’un noir d’encre. En filigrane, sous le texte se devinait un motif en forme de tête de mort associée à une paire croisée d’os long : un étendard de pirate. 

– Bon je ne dirais rien sur ce que je viens d’entendre Apple Bloom… Et Scootaloo, je ne crois pas que ce soit une bonne idée, hésita Twilight. Cette caisse est notée comme contenant des livres magiques, elle provient du Mont Aris et…

– “La vie du jeune Hawk Godrises bascule le jour où un marin ivrogne et balafré s'installe dans l'auberge tenue par ses parents. Qui est réellement celui que l'on surnomme le "capitaine" ? Pourquoi se cache-t-il ? Une nuit, des pirates attaquent l'auberge. Hawk n'a que le temps de s'enfuir, emportant avec lui le secret du vieux forban : la carte d'une île abritant un fabuleux trésor”  Ah ouais ça a l’air trop cool, au moins 20% plus cool, s’enthousiasma la pouliche à la robe citrouille une fois qu’elle eut fini de lire à voix haute ce court synopsis.

– Repose ça s’il te plaît, insista la princesse, la magie des hippogriffes m’est encore très mal connue et je crains que…"

Trop tard, Scootaloo avait retourné le livre et l’avait ouvert. Immédiatement, un halo lumineux et aveuglant engloba toute la pièce.  

 

Avant que le quatuor de poney ne puisse retrouver la vue, une odeur iodée vint leur chatouiller les narines. Atténués et lointains, des cris de mouette et le ressac de la mer se firent entendre. Une voix désincarnée et masculine se devinait dans le lointain. Plus la vue revenait au poney, plus ce que disait cette voix devenait intelligible :

... and the rest of these gentlemen having asked me to write down the whole particulars about Treasure Island, from the beginning to the end, keeping nothing back but the bearings of the island, and that only because there is still treasure not yet lifted, I take up my…

Le décor était une belle masure, au sommet d’une colline, face à la mer, le long d’une route. Le vent soufflait du large, il balançait une enseigne grinçante. Ce souffle rafraîchissait ce qui devait être une belle matinée du début de l’été. Les croisées, tout comme Twilight, apparaissent comme en transparence, toutes en teintes de blanc plus ou moins fantomatiques. Les pouliches sursautèrent en se voyant. Sweetie poussa même un petit couinement strident.

"On est mortes ?

– Où sommes-nous ? 

– C’est quoi cette voix ?"

Les questions inquiètes des trois croisées arrivèrent pêle-mêle et se superposèrent en une cacophonie quasi inaudible, toutes trois se serrant l’une contre l’autre, effrayées. Le livre, la caisse, la bibliothèque, tout avait disparu.

– Non, nous ne sommes pas mortes, nous sommes DANS le livre, expliqua la seule adulte. Je pense que cette voix est celle du narrateur. 

Par-dessus le dialogue des équestrienne, la voix continuait sa déclamation, indifférente à leur présence

… erday, as he came plodding to the inn door, his sea- chest following behind him in a hand-barrow — a tall, strong, heavy, nut-brown man, his tarry pigtail falling over the…

Depuis la route montait un vieil hippogriffe à la face burinée par le sel et balafré d’une large cicatrice montait vers la bâtisse. Il poussait devant lui sur une brouette alourdie d’un coffre imposant.  

– Mais pourquoi on ne comprend pas ce qu’il se dit ? demanda Sweetie Belle.

– Cela doit être de l’ancien hippogriffe, tel qu’il était parlé avant que la reine Novo conduise son peuple sous les flots, détailla Twilight, passée en mode professeur.

– Mais à quoi ça sert ce truc ? voulut savoir Apple Bloom en faisant d’un geste vague du sabot.

– Je pense que le but de ce sort est de nous faire vivre l’aventure de façon plus vivante, c’est une sorte de livre animé. Voyez cela comme un spectacle, reprit la future directrice.

– On n’est pas des fantômes ? s’alarma Sweetie Belle.

– Non nous ne sommes que des spectatrices désincarnées, la rasséréna Twilight.

– Y peuvent nous voir ? s’enquit la fille des Apple.

– Non, ni nous voir ni nous entendre, insista l’élément de la magie. C’est comme si nous n’étions pas là. Après tout, ce ne sont que des personnages d’un livre. 

– Mais y a pas moyen qu’on comprenne ce qu’ils disent ? s'inquiéta Scootaloo.

– Laissez-moi une minute…"

Twilight se concentra et ferma les yeux alors que sa corne se mit à luire d’une douce lueur violette. Pendant ce temps-là, le voyageur solitaire s’était arrêté face à la mer et s'était mis à chanter. 

Fifteen men on the dead man’s chest 

Yo-ho-ho, and a bottle of rum!

"C’est bon je l’ai, s'exclama l’ancienne apprentie de Celestia par-dessus le chant. Par contre ce ne sera pas subtil, je vais devoir altérer quelque peu certains détails du récit pour le faire correspondre à des éléments qui nous sont familiers. J’ai peur que cela se fasse au détriment de la qualité litté…

– On s’en fiche, on est en train de tout rater, s'emporta Scootaloo."

L'hippogriffe mélomane était entretemps entré dans ce qui se relevait être une sorte d’estaminet. Il avait engagé la conversation avec un deuxième hippogriffe qui tenait lieu de gérant des lieux. 

This is a handy cove, and a pleasant sittyated grog-shop. Much company, mate?”

“No, very little company, the more was the pity

Soudain la vision des poneys fut à nouveau noyée dans un halo de lumière. Cette fois-ci la lueur était violette et non blanche et l’aveuglement ne dura pas plus d’un clignement d'œil. Les pouliches et la jument n’étaient plus blanchâtres mais dans des teintes de mauve. 

Le décor, bien qu’à première vue semblable, était à présent plus lumineux et plus coloré, moins rude, plus scintillant. Le voyageur avait laissé la place à un imposant minotaure à la fourrure gris-bleu. Un anneau d’argent lui perçait le museau. Il avait l’air vieux et fatigué, sa corne droite était brisée. Une vilaine cicatrice lui barrait le visage. Il portait une vieille redingote et un manteau élimé. De plus, ce n’était plus dans une brouette que reposait son coffre mais sur le dos d’une chèvre tandis que son interlocuteur était à présent un étalon licorne. 

"Iron Will ! Papa !!" s’étonna Twilight.

Les pouliches entendirent comme un larsen, un sifflement d’une radio que l’on règle puis le son revint, cette fois ci compréhensible. Le minotaure répondait à la licorne, visiblement Night Light.

" Eh bien, c’est précisément ce qu’il faut pour Le capitaine… Holà, hé, l’ami ! reprit le minotaure en s’adressant à la chèvre chargée de son coffre, débarque-moi ça en douceur, et l’amarre dans la maison… le capitaine va rester quelque temps ici… Oh ! Le capitaine est un être tout simple et facile à contenter… Un peu de rhum, des œufs et du jambon, voilà tout ce qu’il me faut, avec une falaise comme celle-là, pour voir passer les navires. Comment je m’appelle ?… Appelez-moi Capitaine, si cela peut vous faire plaisir… Ah ! Ah ! Le capitaine voit ce qui vous chiffonne !… Allons, soyez tranquille, on a de la monnaie. En voilà, tenez… »

Quelques pièces d’ors tintèrent sur le comptoir et après que le tenancier eut vérifié leur pesant elles disparurent.

La voix du narrateur repris mais elle était plus douce et enfantine. Elle avait quelque chose de familier aux quatre poneys. Le récit du narrateur couvrit la suite de la conversation entre Night Light et Iron Wild.

La chèvre à la brouette nous dit que notre nouvel hôte était arrivé le matin même par le coche au village voisin, qu’il avait demandé s’il y avait une bonne auberge pas trop loin de la côte, et qu’entendant dire du bien de la nôtre, apprenant qu’elle était isolée, il l’avait choisie comme résidence. C’est tout ce qu’il fut possible de savoir sur son compte.

"Cette voix me dit quelque chose… murmura Appel Bloom

– Oui, approuva Sweetie Belle. On dirait celle de..."

Le livre animé ne laissa pas le temps à la pouliche de finir sa réflexion, déjà il passait à autre chose. Il y eut comme un fondu au noir sauf que c’était du mauve profond plutôt que du noir avant une succession de plans rapides. Les scènes se succédèrent assez rapidement, l’effet était assez déroutant. Pour les pouliches, elles en avaient le tournis et un début de nausée. Elles entraperçurent Iron Wild, toujours habillé en vieux loup de mer, scrutant la mer avec une longue vue depuis la falaise puis au coin d’un feu de cheminée sirotant une tasse fumante de ce qui devait être du chocolat chaud. Puis de la grande salle de l’auberge où passaient des voyageurs. Twilight ne semblait pas autant affectée que les C.M.C.. Elle restait concentrée. 

Enfin la scène se stabilisa. Iron Wild était en train de parler avec Spike. Le petit dragon n’avait pas ses ailes. La scène était en extérieur, au soir couchant, devant la porte de l’auberge. Les deux protagonistes murmuraient comme deux comploteurs. La voix du narrateur venait par-dessus leur échange, empêchant d’en saisir la teneur.

Personnellement, je savais fort bien à quoi m’en tenir sur cette inquiétude toute spéciale que lui causait l’arrivée d’une personne de mer, et je puis même dire que je la partageais, car, fort peu de temps après son…

"Mais c’est la voix de Spike ! firent en cœur les trois pouliches.

– Oui et c’est bien ce qui m’inquiète, ajouta Twilight pensive. En principe cela devrait être ma voix puisque je suis censée être la "lectrice''. En plus je la connais cette histoire, elle a été réécrite plusieurs fois et adaptée sur de nombreux supports, c’est devenu un classique du genre. Je m’étonne même de ne pas l'avoir reconnue plus tôt."

La licorne prit un air songeur et se concentra sur le déroulé de l’histoire, permettant au narrateur de reprendre son récit

…. Du temps, il est vrai, quand le premier du mois arrivait, j’étais obligé de réclamer mes gages, et je n’obtenais en réponse qu’un bruit nasal accompagné d’un regard qui me faisait baisser les yeux. Ma grande sœur avait beau jeu de se moquer de moi mais, avant la fin de la semaine, j’étais sûr que le Capitaine m’apporterait ma pièce de quatre pence, en me réitérant l’ordre…

"Quelque chose ne va pas, intervint Twilight, le héros est enfant unique il n’a ni frère ni sœur.

– En quoi c’est important ? demanda Sweetie Belle

– Je ne sais pas encore mais le fait que ce soit Spike le héros et le narrateur m’inquiète, continua la princesse. 

– Ben pourquoi ? voulut savoir Scootaloo

– Je vous passe les détails, mais sachez que les autres porteuses et moi, nous avons déjà été confrontées à une magie un peu similaire de livre “inclusif” et c’était une des BD de Spike. J’ai peur qu’en cherchant à prendre le contrôle de cette histoire j’ai par inadvertance reproduit la matrice du thaumique de la BD. Ou en tout cas quelque chose s’en rapprochant.

– En quoi c’est grave ? s’inquiéta Appel Bloom. 

– L'aventure que l’on a vécue était TRES immersive et les risques encourus bien trop réels. J’ai peur que si Spike a une soeur ce ne soit moi.

– Et alors ? questionna Scootaloo.

– Si j'apparais dans l’histoire j’apparaitrai vraiment dans l’histoire et je devrai y jouer mon rôle. Et une fois que je serais incluse dans le récit, en sortir va être difficile… Non il faut que l’on sorte d’ici."

La corne de l'élément de magie se chargea de magie et en un éclair magenta toutes furent soulevées de terre. À nouveau un grand blanc et une sensation de tournis. Quand les pouliches reprirent conscience, elles étaient de nouveau dans la bibliothèque de la future école de l’amitié. Twilight était debout et tenait dans sa magie le livre. Son apparence avait changé, il ressemblait à présent à un de ces épais romans graphiques. 

"C’est bien ce que je craignais, maugréa l’alicorne, l’objet a complètement changé de nature. Il pourrait à présent être dangereux. Il va falloir que je le place en réserve. 

– Twilight…"

Les trois pouliches hésitaient… 

" Ah vous êtes encore là… s'étonna la princesse. Au fait, pourquoi vouliez-vous me voir au départ ?

– Et bien nous venions pour te demander si l’on pouvait aider sur le chantier dans ton école ? 

– S’il te plait ! insistèrent en cœur les deux autres comparses. 

– Mais… Mais pourquoi voulez-vous faire ça !?!

– Et bien pour tester de nouvelles compétences, s'enthousiasma Sweetie Belle.

– C’est que comme chantier on a toujours pratiqué que les rénovations de notre grange, précisa la cadette des Apple.

– Ah ça on l’a retapée un paquet de fois, confirma Sweetie.

– Cutie Mark Crusader, Experte en chantier, hurla Scootaloo.

– Pourtant vous n’avez plus vraiment besoin de chercher votre talent spécial les filles, hésita Twilight.

– Oui mais on aime ça nous les croisades, gémit la pégase.

– Cela nous manque, glapit la licorne.

– Et puis lancer une croisade de temps en temps ça nous maintient en forme, compléta la terrestre.

La vision d’horreur de ces trois calamités ambulantes dans sa future école emplissait déjà l’esprit de la princesse. Non, elle ne pouvait pas garder ces trois-là à portée de sabot de son projet, sinon ce serait bien plus qu’une inspection de validation que la future directrice allait devoir surmonter. Vite trouver quelque chose… 

Subtilement l'élément de magie renforça son aura autour du livre, tissant quelques couches de sorts supplémentaires autour de la matrice de cet artefact. Par rapport à un voyage dans le temps, modifier ce genre d'enchantement ce n'était pas grand chose. La dernière partie de son stratagème nécessitait un poil de manipulation...

"Non désolée les filles, je ne vais pas pouvoir vous garder. Il faut que j’isole cet objet. Le simple fait de l’ouvrir vous projette dans des péripéties bien trop aventureuses et palpitantes. Le genre d'expérience que je ne voudrais pas laisser à portée de sabot de mes futures élèves.

– Oh, firent les trois pouliches de concert.

– Mais j’ai mille et une tâches à accomplir… Hélas je ne vais pas avoir le temps de m’en occuper moi-même. Si vous voulez absolument aider, pourriez-vous emballer ce livre et le réexpédier au mont Aris ? Je crains hélas qu’il ne soit pas adapté pour ici.

– Ne t'inquiète pas on s’en charge.

– Considère que c’est déjà fait.

– Cutie Mark Crusader postière ! Hay !

La princesse hocha la tête avec tout le sérieux qu’elle pouvait afficher. Elle donna aux pouliches les recommandations d’usage sur comment envelopper le paquet et l’adresse exacte où l’expédier et sortit de la pièce. Elle n’avait pas fait trois pas dans le couloir que déjà dans son dos une lueur mauve brilla brièvement. Elles étaient parties et elles en avaient pour un moment. Cela lui laissait le temps de finir l’installation et de recevoir cet inspecteur en toute tranquillité. Il serait toujours temps d’aller les chercher sitôt cette formalité expédiée.

 

Note de l'auteur

Bon la vraie vie fait que je n'ai pas eu le temps de faire ce que je voulais. Entre la reprise du boulot assez intense avec la rentrée et la prérentrée (travailler dans une école c'est tout sauf une planque), Mon ordi qui me plante et deux trois autres pépins bref manque de temps. Je me contente donc d'une grosse intro et un final en forme de cliffhanger humoristique. Si j'ai le temps, j'écrirai la suite en détail. 

Le texte en gras sont des extraits directement pris dans l'œuvre originale, libre de droit que ce soit en VO ou en VF. Il n’y a que quelques ajustements sur les deux derniers passages pour coller à la sauce poney.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.