Discord icon

Chapitre 1 : L'ombre dissimulée aux yeux de tous

Parcourant les sombres sentiers d’Everfree Forest, une ombre s’approchait tranquillement de Ponyville. De nombreux timberwolfs lui tournaient autour mais conservaient une certaine distance. L’ombre sourit, contemplant la peur qu’elle inspirait à de si effrayantes créatures vivant dans ces bois à l’atmosphère oppressante. L’ombre retira la sombre capuche de son manteau noir, dévoilant un jeune et beau poney aussi noir que les ténèbres. Les iris rouge sang, entourées de vert émeraude d’où s’échappait une sinistre fumée violette, manifestation du pouvoir obscur qui nichait au sein de ce poney. Il possédait une corne aussi noire que son pelage et, sur son flanc, une cutie mark représentant un masque cramoisi en forme de cœur fendu en deux. La partie de gauche souriait sournoisement, tandis que celle de droite semblait pleurer. Le tout donnait à la licorne un air sinistre, voire même effrayant.

D’un sabot, la licorne noire abaissa une des branches qui lui bloquait la vue. Une magnifique plaine d’herbe verte, brillante par la fraîche rosée du matin se dévoila alors devant elle. Face à ce charmant spectacle, le voyageur eut un sourire de satisfaction, et les timberwolfs, sentant un éventuel danger en voyant les dents acérées du poney, s’enfuirent comme un seul être dans les profondeurs de la forêt. La licorne était vraiment ravie d’être enfin arrivée à destination. La forêt était très grande, peut-être un peu trop, mais elle était surtout bien salissante, son manteau se retrouvant recouvert de boue et autres saletés. Devant un tel gâchis, il poussa un soupir de dépit, mais son plaisir ne s’effaça pas pour autant. Il ferma les yeux un instant, puis il les rouvrit lentement, faisant par la même occasion disparaître leur vert et la sinistre fumée. Il afficha à nouveau un sourire mauvais.

« Nous voilà enfin à Ponyville. Le plan va pouvoir commencer. »

Sans perdre plus de temps, la licorne sortit des tristes bois d’Everfree Forest et se dirigea droit sur Ponyville et ses nombreuses maisons pleines de couleurs chatoyantes. Il traversa la petite rivière à l’aide du pont et entra officiellement dans la ville. Autour de lui, les poneys étaient tous heureux, sans exception, se disant bonjours à tue-tête, s’entraidant, et s’aimant les uns et les autres. Tout ce bonheur était extérieur au cœur de la licorne, qui préféra ignorer ceux qui le saluaient familièrement sur son passage. Il trouvait que leur joie ressemblait à celle du royaume de cristal, enfin de ce qu’il avait pu voir depuis l’extérieur du champ de protection du cœur de cristal. Tout à coup, il sentit son ventre produire de bruyants gargouillis, il chercha dans son sac de quoi le calmer, mais ne trouva rien que les miettes de son dernier repas, se rappelant qu’il l’avait pris il y a maintenant deux jours de cela. La faim se fit de nouveau entendre, pressant la licorne à trouver de quoi se rassasier. Elle repéra plus loin un stand de vente de pommes tenu par un poney terrestre au chapeau de cow-boy. Il la reconnut tout de suite, il s’agissait de la fameuse Applejack. Se recoiffant sa crinière noire aux mèches rouges, afin de paraître un minimum présentable après son long voyage, il s’approcha d’elle d’un pas silencieux.

« Enchanté, mademoiselle », fit-il de sa voix mielleuse.

Applejack sursauta en l’entendant derrière elle, surprise de ne pas l’avoir remarqué plus tôt.

« Je dois avouer que ces pommes m'ont l’air d’être délicieuses, annonça-t-il, amusé par son petit effet.

- Ouaip. Ce sont les plus savoureuses à des kilomètres à la ronde, monsieur.

- Je ne peux que vous croire, elles sont aussi splendides que leur vendeuse. »

Applejack rougit au compliment du charmant étranger.

« Combien coûtent-elles ?

- Une pièce d’or chacune, et pour trois achetées, la quatrième offerte, répondit-elle, d'un ton plus professionnel.

La licorne lui donna trois pièces et choisit quatre pommes, comme il était convenu. Il en rangea trois d’entre elles dans son sac de toile et se régala de la dernière. Une fois celle-ci terminée, il adressa un sourire charmeur.

« Vous ne m’avez pas menti, elles sont délicieuses. Pourrais-je vous demander un petit service ?

- Ouaip pas de problème, ici tous les poneys sont prêts à faire la queue pour vous aider », lui révéla la fermière.

Le poney lui montra son triste manteau en lambeaux, lui révéla qu’il venait d’arriver en ville et qu'il était à la recherche de quelqu’un qui puisse l’arranger. Applejack observa attentivement le vêtement et devait avouer qu’il avait bien besoin d’un coup de neuf, même pour elle. Elle lui indiqua la maison de son amie Rarity, lui expliquant qu’il s’agissait d’une couturière hors pair, et des plus généreuses.

« Je vous remercie, mademoiselle… Il fit mine de réfléchir puis reprit. Je ne crois pas avoir eu le plaisir de connaître votre nom »

Bien entendu il s’agissait d’un mensonge. Il connaissait chacune des Mane Six pour les avoir étudiées dans leurs aventures, mais préféra garder ça pour lui, afin de s’assurer de la réussite de son plan.

« Applejack. Et vous monsieur ? répondit-elle.

- Shadow Somb… Shadow Heart. Dans ce cas, miss Apple, je vous remercie d’avoir égayé ma journée par votre présence et j’espère vous revoir très bientôt », se reprit-il avant de donner son véritable nom.

Il la salua poliment et partit en direction de la demeure de Rarity, comme le lui avait conseillé Applejack. Autour de la licorne, tous les poneys s’étaient levés, animant joyeusement les rues de Ponyville avec leur insupportable amitié qui lui donnait envie de vomir. Sur le chemin, Shadow se régala d’une nouvelle pomme et regarda avec attention la ville, comme s'il était en territoire ennemi, mémorisant chaque bâtiment et chaque ruelle. Il put apercevoir au loin un étrange bâtiment bleu à la forme d’un arbre en cristal, qui devait être sans aucun doute le plus beau du village. Malgré toutes ses informations sur Ponyville, Shadow n’avait jamais eu vent de cela. Ce bâtiment avait dû être construit durant son long voyage dans les terres sauvages d’Equestria.

Il ne lui fallut pas très longtemps avant de se retrouver face à une grande maison aux murs bleus et au toit violet nommé "le Carrousel". Shadow retira un morceau de pomme qui était resté sur ses lèvres, puis frappa à la porte suffisamment fort, afin que la propriétaire l’entende où qu’elle soit dans la maison. Il attendit quelques secondes, mais comme il n’obtenait aucune réponse, il répéta son action à nouveau. Et cette fois, une voix lui répondit.

« Une petite minute je vous prie. Une dame doit se préparer convenablement avant de commencer sa journée. »

Respectant son opinion, Shadow alla tranquillement s’asseoir sur un banc, et patienta jusqu’à ce qu’elle se décide à ouvrir sa boutique. Après tout il n’était pas si pressé et pouvait tout à fait patienter quelques minutes de plus. Sa patience fut cependant mise à rude épreuve. Il sortit une montre à gousset de grande valeur de son sac et regarda les minutes défiler les unes après les autres avec une lenteur exécrable. Ce ne fut qu’au bout de trois heures d’attente qu’une belle licorne blanche vint enfin lui ouvrir. Shadow reconnut immédiatement Rarity, la représentante de la générosité.

« Bonjour monsieur, veuillez entrer je vous prie, j’espère ne pas vous avoir fait attendre trop longtemps. J’ai fait aussi vite que possible.

- Je n’en ai aucun doute ! Mademoiselle… ? Shadow se retint de ne pas l’étrangler et entra poliment dans la boutique.

- Que puis- je pour vous rendre service ? »

Shadow lui tendit son misérable manteau délabré. Rarity dut se retenir de ne pas grimacer devant cette insulte de la mode et le récupéra du bout du sabot, émettant un petit rire gêné.

« Une certaine Applejack a prétendu que vous seriez en mesure de lui rendre sa jeunesse d’antan.

- Ne voudriez-vous pas plutôt un tout nouveau manteau ? Il se trouve que j’ai de tous nouveaux modèles qui, j’en suis sure, vous plairont.

- J’en suis certain. Cependant je tiens à ce manteau et je ne souhaite pas m’en débarrasser dans l’immédiat. Donc si vous pouviez le rafistoler, je vous en serais grandement reconnaissant.

- Bien sûr, je comprends. Je pourrais même l’améliorer en me donnant un peu de mal. »

La licorne se mit à énoncer toutes les folles idées qui lui passaient par la tête, courant d’un endroit à l’autre de sa boutique, récupérant toutes sortes de tissus de toutes les couleurs et parlant très vite avec une voix aiguë. Voyant qu'elle était partie pour lui faire une tenue bien trop kitsch à son goût, il la tira de son imagination fertile.

« C’est très aimable à vous de le proposer, mais si vous deviez l’améliorer je tiens à ce qu’il reste pratique et ne comporte que du noir, et peut-être, un peu de rouge. »

Déçue, Rarity, fit la moue, mais se reprit rapidement.

« Vous avez raison, ça fera ressortir la couleur rare de vos yeux. Mais que dites-vous d’une belle rose rouge ?

- Ça sera parfait, avoua Shadow qui appréciait grandement ces fleurs dont la beauté faisait oublier leurs dangereuses épines.

- Je suis sûre qu’un poney aussi fier et poli que vous a du sang bleu en lui. Venez-vous de Canterlot ? demanda Rarity, heureuse de pouvoir rendre service.

- Il est vrai que je viens d’une ancienne lignée royale. Malheureusement, celle-ci a été oubliée, et je ne suis pas né à Canterlot. Même si j’ai eu le plaisir de voir de près les princesses Célesta et Luna.

- Il sera prêt dans quelques heures, en attendant, je vous conseille de visiter Ponyville, vous verrez à quel point c’est un endroit magnifique.

- À dire vrai, je cherche la bibliothèque de la ville, je voudrais mettre à profit ce temps pour me cultiver.

- Bien sûr mon cher, c’est le grand bâtiment. Il s’agit du château de la princesse Twilight mais aussi de la bibliothèque. Elle sera ravie de vous voir, il y a si peu de poneys qui vont là- bas.

- Je vous remercie, miss Rarity. Je suis certain que vous ferez un excellent travail. Je reviendrai chercher ma commande dans la soirée. »

Sur ces mots il quitta la boutique de Rarity un sourire satisfait aux lèvres, ravi de savoir que cette chère princesse Twilight soit aussi facile à approcher.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.