Discord icon

Chapitre 1 - Souls Of 658

Une autre journée se lève dans l’abri 658, une autre journée de solitude, d’ennui et de peur.

Ce matin-là, Blood Mark se promenait dans l’abri, regardant encore les livres qui se trouvaient dans le bureau de l’observateur. Un livre sur l’histoire avant la guerre, un livre sur les races qui se trouvaient dehors, un autre sur le pouvoir de l’amitié et un autre sur le maniement des armes de poing.

Le livre sur le pouvoir qu'avaient les éléments de l’amitié le faisait un peu rire. Comment quelque chose qui est décrit comme un si grand pouvoir pouvait ne pas avoir protégé tout le monde de la catastrophe ?

Un pouvoir aussi grand aurait pu seulement empêcher la catastrophe, tuer ceux qui étaient responsables de cette magie.

Blood était tout seul à débattre de ce paradoxe pour lui, seul à parler dans une pièce vide, avant habitée par une vingtaine de personnes chaque jour.

Alors qu’il était concentré dans son livre, quelque chose d’étrange rompit le silence de l’abri.

Une musique commença a résonner dans l’abri, une vieille musique d’avant-guerre, Everybody Knows, une musique qu’il aimait bien sauf que…

Comment la musique avait pu se mettre en marche sans le vinyle qui se trouvait dans sa chambre ?

Il ferma son livre, sorti un des 10mm qui servait d’arme de sécurité, et commença à chercher dans l’abri d’où venait la musique.

Par chance, sa magie ne se voyait pas beaucoup dans l’obscurité de l’abri, une magie assez sombre pour éviter d'émettre de la lumière.

Blood suivit le son de la musique dans les couloirs de l’abri, pour se rendre compte que celle-ci provenait de la petite radio près de l’entrée. Une veille radio, touchée par le temps et l’eau coulant des tuyaux.

"C’est impossible… Cette radio n’a rien détecté depuis des années, comment peut-elle jouer de la musique sans pouvoir se connecter à la radio de l’abri ?" dit-il dans l’incompréhension de cet événement.

Il éteignit la radio avant de se diriger vers la salle des communications.

Arrivé dans cette vieille salle abandonnée et délabrée, aucun courant ne venait alimenter quoi que ce soit, aucune lumière, aucun bruit, rien. Il inspecta les câbles se trouvant dans le dos de la grosse machine qui envoyait les signaux aux multiples radios de l’abri.

Le câble qui l'alimentait était sectionné, aucune chance que cette machine puisse fonctionner. Il inspecta le reste des machines se trouvant dans la salle, rien non plus.

Comment cette radio pouvait avoir reçu un signal sans que la machine qui l'envoie ne marche ? Mais il vint une idée à Blood.

"Si la radio peut détecter un signal, peut-être que les Stable-Boy peuvent aussi détecter quelque chose, ils peuvent aussi recevoir la radio", dit-il à lui-même.

Les Stable-Boy ou les gadgets des privilégiés comme l’un de ses amis les appelait, de petites machines bien pratique, aux multiples fonctionnalités. On pouvait voir son état physique, son état mental et son niveau de radiation. On pouvait aussi voir combien de kilos on pouvait porter sur soi avant que ça pose un vrai problème à la personne. Mais surtout il pouvait utiliser un radar pour se créer une carte de l’endroit où on se trouvait, et surtout, un moyen de détecter les signaux comme les radios ou les messages de détresse.

Blood prit l’un des Stable-Boy qui se trouvaient dans le bureau de l’observateur et se dirigea à la porte de l’entrée.

Une fois activé, le gadget eut du mal à s'allumer mais finit par se mettre en route. Il se dirigea directement à la détection de signal. Il ne semblait rien détecter sur le moment à part un petit bruit qui sortit rapidement avant de se couper.

Il perdit un peu espoir sur le moment, pensant que c’était la folie qui lui avait fait penser avoir entendu de la musique.

Alors qu’il pensait avoir fini avec cette "distraction", en repassant dans le couloir, un des haut-parleurs commença à grincer de façon étrange. Un cri d’agonie se fit entendre dans le haut-parleur, assez fort pour que Blood se mette à plat ventre, les sabots sur ses oreilles.

Le cri d’agonie, une légende peut-être pas si impossible que ça. Le cri d’agonie des princesses.

Après quelques minutes, le cri se calma avant de se couper. Blood avait du mal à entendre quoi que ce soit, ses oreilles sifflaient comme des flûtes, mais pendant un moment en relevant la tête, il crut apercevoir quelque chose dans le hublot du bureau. Une forme fantomatique grande et semblant le regarder de haut.

Il prit peur avant de courir dans sa chambre et de s'enfermer à l'intérieur avec l’arme prête à faire feu.

Il resta comme cela pendant un long moment, avant de sortir lentement l’arme en premier, prêt a faire feu sur n’importe quoi qui bougeait.

La figure qu’il avait vue avait disparu et les haut-parleurs semblaient avoir fini avec les bruits, il reprit doucement son souffle dans la cafétéria en mangeant sa ration.

Blood n’en revenait toujours pas de ce qui s’était passé.

"C’était quoi ce truc ? Et ce bruit n’a jamais était aussi puissant avant… C’était juste un simple petit bruit qui pouvait sortir de mon imagination mais là, j’entends vraiment leur voix ? Ou alors je suis devenu fou au point d’entendre des voix…" Sa voix résonnait dans la cafétéria. Il avait l’impression de parler a une deuxième personne, une deuxième version de lui.

Avec la fatigue de l’événement, il finit par s’endormir sur la table.

Mais était-il vraiment seul dans cet Abri ?

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.