Discord icon

Chapitre 13 : L'assaut des changelins

La ville était sans le moindre doute la plus sinistre de tout Equestria, avec tous ses bâtiments délabrés et où la seule végétation existante était de mauvaises plantes qui grimpaient chaotiquement sur les débris. Les toiles d’araignées qui s’accumulaient en masse dans les moindres recoins, sans oublier la brume verdâtre qui émanait du sol recouvert d’un vaste tapis de moisissure malodorant. Un brouillard noir voguait paisiblement entre les blocs de pierres brisés pour finir par s’accumuler et prendre l’apparence d’une sinistre licorne, ainsi que de trois splendides créatures qui volaient au-dessus du poney. Leur beauté n’avait d’égal que leur taille extraordinaire. Shadow posa le sabot sur son museau, écœuré par l’odeur fétide qui n’était pas là la dernière fois qu’il était venu en ces lieux. Il chercha les habitants du regard, mais il avait beau tourner la tête dans tous les sens, il ne vit pas âme qui vive. Il commença à s’inquiéter, se demandant si la reine l’avait abandonné, il réfléchit immédiatement à comment il allait combler ce changement de situation, lorsque la mélodieuse voix déçue d’Adagio s’adressa à lui.

« Où elle est, cette fameuse armée ? Je croyais qu’ils seraient des milliers, prêts à ravager Equestria sans la moindre pitié. Alors pourquoi on se retrouve au milieu de nulle part ? »

Le poney allait lui répondre pour leur exposer le nouveau plan qu’il venait de mettre au point, quand il vit dans le ciel d’un vert malade une nuée sombre se dirigeant à toute vitesse dans leur direction. Les trois sirènes se préparèrent à se battre, alors que Shadow restait parfaitement paisible devant cet amas de plusieurs centaines d’individus qui fondaient sur eux, tel des mouches sur une sucrerie, d’ailleurs avec leurs ailes d’insectes, ils produisaient exactement le même bruit exécrable. Devant le calme de leur chef, les Dazzlings se détendirent et patientèrent tranquillement. Environ trois cent changelins atterrirent brutalement sur le sol autour d’eux, à tel point qu’ils provoquèrent un court séisme. Étant encerclés, ils n’avaient pas la moindre échappatoire. Les changelins voulaient leur montrer que c’était eux qui avaient l’avantage, puis Chrysalis arriva enfin, se posant délicatement sur le sol, et scruta Shadow du haut de sa personne.

« Te voilà enfin, ma petite licorne noire, tu auras pris ton temps. En fait tu arrives pile à temps, mes espions que j’ai envoyés à Canterlot m’ont averti que les princesses alicornes ont réussi à capturer Discord. Elles l’ont enfermé dans les cachots du château. Les poneys ont réussi comme prévu à éviter la guerre avec les griffons et Twilight et ses insupportables amies ne vont pas tarder à rentrer de la capitale pour retourner chez elles, l’informa la reine.

– Ce n’est pas grave que la guerre n’ait pas eu lieu, comme je te l’ai déjà dit, il ne s’agissait que d’une simple diversion qui a fonctionné à merveille, si j’en juge par le soudain surpeuplement de cette ville fantôme. En plus le timing est parfait. Une petite semaine tout juste, comme je l’avais prévu. Où en est ton armée ?

– Comme tu peux le voir, elle s’est considérablement agrandie et là, ce n’est encore qu’un petit échantillon. Il y a plus de trois-cent-mille de mes enfants qui attendent camouflés dans la forêt Everfree. Et ça c’est quand je les ai quittés.

– Parfait, parfait, la fête va pouvoir commencer. Mais avant puis-je savoir quelle est cette odeur pestilentielle ? demanda le poney qui sentait une nausée monter en lui.

– Ah ça ? C’est juste certains de mes nouveaux enfants qui étaient quelque peu désobéissants et que j’ai dû corriger. Sous cette forme ils ne peuvent plus être désobéissants et ils font de super tapis de moisissures. »

Le sang de Shadow bouillonna dans ses veines, ses crocs grincèrent et son regard rouge crépita avec des flammes de haine à l’encontre de la reine Chrysalis. Il avait beau n’être qu’un monstre cruel et sans pitié, prêt à sacrifier n’importe qui sans la moindre hésitation pour satisfaire le plus petit de ses désirs, malgré ça il ne comprenait pas comment une mère pouvait infliger ce genre de traitement à ses propres enfants. Se remémorant sa propre enfance, il dut faire preuve d’un sang-froid hors du commun pour ne pas exploser, ou même laisser paraître son dégoût. Une fois son calme retrouvé, il observa attentivement l’armée de changeurs de forme, puis il se racla brièvement la gorge, avant de donner ses directives d’une voix impériale, qui ne laissa à quiconque l’occasion de le contredire ou même de douter de sa stratégie.

---

La nuit noire était tombée depuis déjà presque deux heures et sous l’unique lumière de la pleine lune, une licorne au pelage encore plus sombre que le ciel galopait à toute vitesse dans la forêt, évitant parfois de justesse les troncs d’arbres. Le vent froid de la nuit lui glaçait le sang, chacune de ses respirations était plus douloureuse que la précédente, à cause de l’air gelé qui lui mordait les poumons. Le poney pouvait sentir le liquide rouge et poisseux qui coulait continuellement de ses blessures lui coller à la fourrure et l’odeur de roussi qui provenait de sa crinière. Il se retourna brièvement sans même ralentir sa course désespérée, et observa le ciel dénué d’étoiles, et il les vit. Au nombre de dix, toujours à le poursuivre sans relâche, avec leur sadisme. La licorne sentait ses forces l’abandonner, ses jambes devenir de plus en plus rigides et ses sabots plus lourds à chacune de ses foulées. Pourtant il accéléra la cadence, sentant son cœur palpiter douloureusement, à toute vitesse dans sa poitrine. Par pur réflexe il se jeta sur le côté, juste au moment où un laser créa un cratère à l’endroit exact où il se trouvait, à peine une seconde auparavant. Le poney se mit alors à zigzaguer au hasard autour des arbres, cherchant à esquiver les assauts répétés de ses poursuivants, si bien qu’il finit par se prendre les sabots dans une racine émergée, et se retrouva le museau dans la boue.

Lors de sa chute, il atterrit sur un rocher qui atteignit son flanc et expulsa tout l’air de ses poumons, lui coupant ainsi le peu de souffle qui lui restait. La vision trouble et les muscles endoloris, la licorne n’avait plus aucune force, et ne put même pas se remettre sur ses sabots lorsque la dizaine de changelins se posèrent sur le sol et chargèrent leur magie démoniaque pour réduire en poussière leur proie, qui leur avait tenu tête depuis presque cinq heures de traque intensive. Malgré la situation, la licorne refusa de se laisser intimider par ses bourreaux, et leur lança un dernier regard de défi. C’est ainsi qu’il put les voir être tous propulsés par un rayon bleu nuit, et être réduits à néant en un claquement de sabot. Devant le poney gravement blessé, se dressait une majestueuse jument ailée de la nuit, le regard sévère, elle le scruta de toute sa grandeur.

« Princesse ? Princesse Luna ? fit la licorne qui sentait ses forces fondre comme neige au soleil et l’inconscience prendre possession d’elle.

– Le pelage noir d’encre, des mèches rouge sang sur sa crinière, des iris rubis et une cutie mark en forme de cœur à deux visages. Tu dois surement être le fameux Shadow, celui dont la princesse Twilight et ses amies nous ont tant parlé. Tu as de la chance que je passais par là. Que fais-tu là ? Pourchassé par ces changelins ?

– Plein… plein de… de changelins. Partout, ils sont partout. Ponyville… Ponyville a été attaquée. Je me suis enfui pour vous prévenir qu’ils vont attaquer la capitale de Canterlot, très bien… »

Ne pouvant rester éveillé plus longtemps, il perdit connaissance avant même de finir sa phrase.

Il était bien confortablement installé dans de chaleureux draps de soie, et même s’il avait encore les paupières closes et qu’il n’avait pas encore entièrement reprit ses esprits, il pouvait sentir la présence de quelqu’un penché sur lui. Il réfléchit aux derniers événements, cherchant à comprendre où il était et comment il était arrivé là. La réponse s’imposa d’elle-même à son esprit, se rappelant de sa course poursuite avec les changelins dans la forêt, de sa chute dans la boue, et de l’arrivée de la princesse Luna qui lui avait sauvé la vie. Il réagit au quart de tour, ouvrit les yeux et tenta de se lever de son lit, mais il ressentit une vive douleur qui l’en dissuada et lui arracha une grimace de souffrance.

« Houlà. Doucement, sucre d’orge, les changelins ne t’ont pas raté. Alors reste couché ou tu vas aggraver ton état. »

Shadow écouta le conseil et se recoucha sans protester, puis il posa le regard sur le poney de ferme qui s’occupait de lui. Elle était en train de lui changer ses bandages tachés de sang et lui proposa un verre d’eau. Le patient aurait préféré une tasse de thé, mais accepta tout de même poliment le verre qu'on lui avait proposé et le but a grandes gorgées, se désaltérant de sa course, même si une serviette humide était posée sur son front. Il regarda autour de lui et découvrit qu’à part lui et son infirmière, la pièce était déserte. Il se décida donc à lui adresser la parole.

« Applejack ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

– Tu es arrivé jusqu’ici au galop pour nous prévenir que la reine Chrysalis attaquait Equestria, mais des changelins t’ont pris en chasse. Par chance la princesse Luna t’a trouvé et t’a sauvé de leurs griffes.

– Et à présent ?

– Celestia a voulu envoyer de l’aide, mais l’ennemi est arrivé plus vite que des roussettes lors de la saison de la pomme au panier. La capitale et complètement assiégée par les changelins et actuellement, Shining Armor maintient sa barrière de protection, malheureusement ils sont trop nombreux et on sait pas combien de jours il va encore pouvoir tenir. Alors les princesses réunissent leurs armées pour se battre. »

Applejack jeta les bandages usagés et rangea le matériel de soin pendant que Shadow se relevait et la remerciait de ses précieux soins en veillant à ne pas rouvrir ses plaies.

« Bon je te conseille de te reposer, fit le poney de ferme. Pendant ce temps je retourne auprès des filles et des princesses.

– Non je ne pense pas que ça va se passer comme ça, ma très chère Applejack. »

Surprise par sa réponse, la jument se retourna vers son patient juste à temps pour le voir lui lancer un sombre nuage de fumée. Elle ne comprit pas ce qui lui arrivait, elle eut la sensation de peser une tonne, n’arrivant ni à garder ses paupières ouvertes, ni à tenir sur ses sabots, pour finir par s’écrouler d’épuisement. Avant qu’elle ne se vautre pathétiquement sur le sol, elle put sentir quelqu’un la rattraper délicatement. Dans les dernières forces qui lui restait, elle leva la tête sur celui qui la soutenait et de son regard elle lui demanda "pourquoi ?" Shadow lui adressa un chaleureux sourire bienveillant. Puis il l’installa confortablement dans le lit et la recouvrit soigneusement avec la couverture, ensuite il la recoiffa avec application toute particulière, comme si agissait d'une poupée et lui embrassa le front.

« Fais de beaux rêves, petite Applejack et repose-toi bien surtout. Tu devrais te réveiller dans environ une petite heure, à ce moment-là tu préviendras les filles que c’est moi qui ai tout manigancé. Fais attention je compte sur toi, alors surtout, ne me déçois pas. »

Applejack tendit le sabot dans sa direction, cherchant inutilement à l’arrêter et avant de sombrer dans l’inconscience, elle put voir de nombreuses membranes de ténèbres recouvrir les blessures de la licorne pour finalement se retirer, laissant un pelage charbon impeccable comme s’il n’avait jamais été attaqué. Shadow la regarda un moment endormie, se demandant si Pinkie Pie pouvait elle aussi être aussi calme si elle était endormie à jamais. Puis il poussa lui-même un faible bâillement.

« Oups, désolé. Je dois bien avouer que j’ai peut-être eu le sabot lourd sur le sort de sommeil que je me suis moi-même jeté tout à l’heure, mais ça devrait aller. J’aurais aussi dû être plus soft sur les blessures. Mais bon, il fallait que ça fasse vrai.

– Pour que ça fasse vrai, ça a fait vrai, se plaignit le reflet qu’il projetait sur le miroir mural de la chambre. Ça fait bien longtemps que personne ne nous a blessé ainsi. Mais dit moi gamin, ça ne t'a pas fait remonter de bons vieux souvenirs. »

Il se mit à rire cruellement à gorge déployée et Shadow se crispa, serrant les crocs que la fureur avait fait réapparaître et il lança un regard si noir au rieur que le miroir explosa en mille morceaux. La licorne prit une profonde inspiration pour se calmer et réfléchir aux derniers jours qu’elle avait passés dans le monde des humains. Depuis, sans savoir pourquoi, il avait du mal à maîtriser des sentiments qu'il n'y a pas si longtemps étaient totalement inexistants. Une semaine plus tôt il aurait tout simplement ignoré la remarque qu’il trouvait à présent blessante. Son calme retrouvé, il revêtit son manteau, quitta la chambre et prévint le garde qui était posté à l’extérieur qu’Applejack ne se sentait pas très bien et qu’elle se reposait. Celui-ci se contenta d’acquiescer et de le laisser partir sans poser plus de questions. Le maléfique poney traversa les nombreux couloirs du château, cherchant activement la sortie en veillant à ne pas rencontrer le moindre garde. Une fois arrivé au rez-de-chaussée, il toqua à l’une des portes. N’entendant aucune réponse, il ouvrit la porte et entra dans la pièce déserte et se dirigea vers la seconde à sa fenêtre, qu’il ouvrit puis bondit hors du palais.

L’air frais de la nuit lui procura un agréable effet revivifiant, qui lui rendit toutes ses forces et le réveilla totalement. Fermant les yeux, il tenta de profiter du calme apaisant de la nuit, mais celui-ci ne lui fut pas accordé, à la place ce n’était qu’un horrible bruit, dû au mélange des marches militaire en rythme des soldats, et le vrombissement insupportable de la nuée de changelins qui s’accumulait contre la barrière du prince Shining Armor, l'époux de la princesse Cadence. Agacé, il dissimula son visage sous sa capuche, puis reprit la route, cherchant la source même du bouclier magique, en suivant discrètement les allées et venues des groupes de soldats. Sa tactique porta rapidement ses fruits et il découvrit Shining Armor en train de donner ses ordres et de préparer ses poneys au combat. Shadow sortit de l’ombre et s’exposa a la vue de tous lorsque le prince eut une migraine.

« Enchanté de vous rencontrer très cher prince Shining. Je souhaitais juste avoir l’honneur de vous parler avant le début des festivités. Votre adorable petite sœur a sûrement dû vous parler de moi et me présenter sous le nom de Shadow Heart, mais mon véritable nom est Sombra. Shadow Sombra, le véritable prince du royaume de Cristal. »

A peine avait-il terminé les présentations qu’il tira un rayon magique sur la licorne blanche à la crinière bleu électrique. Le chef des gardes plongea sur le côté pour esquiver l’attaque. Pensant avoir réussi, il s’apprêta à riposter, mais face au sourire satisfait de la licorne noire, il se retourna et put voir que sa véritable cible était le mur juste derrière, qui tombait à présent sur lui. Shining n’avait pas été par le passé le chef des gardes royaux pour rien. avec une dextérité et une rapidité hors du commun, il réussit à esquiver les chutes de rochers, ce ne fut cependant pas suffisant pour échapper au second rayon magique que Shadow lui avait lancé et il se retrouva projeté dans les débris.

Le choc fit perdre à Shining sa concentration. En une fraction de seconde, la bulle protectrice qui englobait toute la capitale royale de Canterlot fut réduite en miettes, et la nuée de changelins, guidée par leur reine, envahit les lieux. Les gardes qui avaient voulu aider leur chef furent bien trop occupés à repousser la vague des changeurs de forme. Shining Armor se releva, prit son bouclier et sa lance et fonça sur Chrysalis, pensant que s’il coupait la tête du serpent, le corps mourait, mais Shadow se plaça devant lui et bloqua le passage. La jeune licorne matérialisa un amas de ténèbres qui finit par se dissiper pour laisser à la place une élégante rapière aussi noire que lui, dont il s’empara grâce à sa magie.

« Laisse donc la demoiselle en paix, cher prince Shining ! Avant d’aller à la rencontre des princesses, je vais avoir besoin d’un peu d’échauffement et tu seras parfait dans le rôle du mannequin d’entrainement. Alors amusons-nous un peu avant. »

Sur ces mots il afficha un sourire cruel, fit quelques mouvements de rapière, puis vif comme l’éclair il fonça sur son adversaire.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.