Discord icon

Chapitre 3 : Les ténèbres face au chaos

Shadow fut réveillé par une désagréable lumière qui traversait les volets pour atteindre son visage endormi. Il eut beau se retourner encore et encore dans ses confortables draps, il ne parvint pas à retrouver le confort que les rayons de soleil levant lui avaient retiré. Après plusieurs longues minutes de tentatives peu fructueuses pour se rendormir, il se décida finalement à se lever du canapé sur lequel il avait passé la nuit. Il s’étira un peu et entendit alors une voix douce et naturellement bienveillante s’adresser à lui.

« Oh, bonjour, j’espère que vous avez bien dormi.

– C’était parfait, mademoiselle Fluttershy, sourit aimablement Shadow.

– Tant mieux, j’avais peur qu’Angel se venge que je vous ai proposé sa place. C’est un vrai petit trésor habituellement, mais il n’est pas toujours très agréable avec les autres. »

Elle regarda autour d’elle, cherchant du regard l’intéressé, sans grand succès.

« D’ailleurs, où peut-il être ? »

Pour toute réponse, Shadow se contenta de hausser les épaules en secouant négativement la tête.

Après la stupide fête que Pinkie Pie avait organisée pour son arrivée à Ponyville, Shadow avait révélé ne pas avoir de toit pour la nuit et comptait dormir à la belle étoile mais, dans un élan de bonté, Fluttershy lui avait timidement proposé de l’héberger. Il n'avait fallu qu’une courte réflexion à la sombre licorne pour accepter l’offre de la pégase. La licorne avait été surprise par l’apparence inhabituelle de la demeure de Fluttershy, n’ayant jamais vu d’arbre-maison, mais s’y était habituée vite. L’intérieur, sobrement décoré, ne laissait pas la moindre place au luxe et au superflu, à la différence du château dans lequel il avait passé son enfance avant d’être enfermé dans cette maudite prison avec un père qui le méprisait et des poneys qui le haïssaient. Fluttershy lui avait proposé le canapé comme couche et avait demandé poliment à son lapin de le lui céder. Le petit animal lui avait envoyé un coussin à la figure, avait tiré la langue à l’invité et avait disparu en un éclair dans une autre pièce de la maison. « Il est d’accord ! » lui avait dit la pauvre Fluttershy dans un petit rire gêné, tout en essayant maladroitement de se recoiffer la crinière après le coup de coussin. Mais à peine était-elle montée à l’étage pour se coucher et Shadow confortablement installé sur le canapé qu’Angel était revenu à la charge. Le petit lapin avait bondi sur la tête du maléfique poney et l'avait frappé de frénétiques coups de pattes, cherchant rageusement à retrouver la place qu’il s’était lui-même attitrée. Shadow avait rapidement perdu patience et s'était servi de sa magie pour créer une main invisible qui s'était refermée sur la gorge du pauvre animal blanc.

« Écoute-moi attentivement, sale petite bestiole insignifiante, si tu continues à m’agacer, je te brise le cou comme la sale petite vermine que tu es. Est-ce que c’est rentré dans ta petite tête, Angel ? » l'avait poliment informé Shadow, avec un calme capable de glacer le sang d’un dragon. Ses véritables yeux étaient alors réapparus, lui donnant un regard terrifiant.

Il avait laissé un petit moment le malheureux lapin suspendu dans les airs, le regardant avec sadisme se débattre pathétiquement et chercher désespérément un souffle d’air. Il avait tout de même fini par le relâcher, le laissant s’écrouler sur le sol dur comme une vulgaire poupée de chiffon. Il avait donné sans ménagement un coup de sabot, l’envoyant s’écraser dans le sombre placard à balais, puis avait refermé la porte juste derrière lui avec sa magie. Une fois débarrassé de ce gêneur, il avait enfin pu sombrer dans un sommeil bien mérité.

Après un copieux petit-déjeuner que lui avait cuisiné Fluttershy, Shadow la remercia et partit se promener, bien décidé à mettre la première partie de son plan aussi machiavélique que parfait en marche, laissant le pégase à la crinière rose retourner toute sa maison, cherchant le pauvre petit Angel. Il se contenta de s’enfoncer de plus en plus profondément dans la peu accueillante forêt Everfree, marchant toujours droit devant lui afin de ne pas se perdre. Un désagrément qui peut arriver très vite en un tel lieu. Ce ne fut qu’au bout d’une heure qu’il s’arrêta et prit une profonde inspiration.

« Sors de ton trou, mon grand. Je sais que tu me suis depuis que j’ai quitté la maison de cette petite Fluttershy », annonça Shadow, amusé par le manque de talent d’espionnage de son traqueur.

Une paire d’yeux jaunes apparurent au milieu de nulle part, suivie de deux cornes, chacune différente de l’autre, d’une barbe de bouc, d’une patte de lion, d’une serre d’aigle, d’une patte de dragon, et enfin d’une jambe de cheval. Le tout fut ensuite relié par un long corps aussi étrange que le reste. Shadow fut ravi de rencontrer le draconequus dont il avait entendu les éloges ou, plus généralement, les critiques pour son humour quelque peu particulier. Spike lui avait fait une description des plus précises de cet étrange individu.

« Enchanté, Discord, c’est un véritable plaisir de faire la connaissance du maître du Chaos.

– Vraiment ? »

Un second Discord apparut, cette fois vêtu d’une robe rose à froufrous. Les draconequus s’enlacèrent mutuellement et échangèrent des formules de courtoisie, jusqu'à ce que la copie disparaisse subitement.

« Tu as raison, c’est un plaisir de me connaître, le problème, c’est que ce n’est pas une situation réciproque. »

Il claqua des doigts et Shadow se retrouva entravé de nombreuses chaînes de fers aussi lourdes qu’épaisses, mais malgré la situation la licorne resta debout sur ses quatre sabots et afficha un sourire de mépris. Ses véritables yeux reprirent leur place et les chaînes se mirent à rouiller avant de tomber en poussière.

« Qui es-tu ? Tu pues les ténèbres à des kilomètres », demanda Discord en faisant apparaître une pince à linge au bout de son museau, suivie d’un masque à gaz qui recouvrit le tout.

« Qui je suis n’a pas la moindre importance, tout au contraire de ce que j’ai à te proposer. »

Le draconequus retira son masque, le secoua d’un mouvement sec et un journal de petites annonces apparut à la place. Il le mit alors devant son visage afin de le lire et ses yeux, ainsi que sa bouche, apparurent au travers.

« Désolé, je suis déjà sur le coup ! rit le visage.

– Je souhaite juste te rendre ta liberté, te permettre de t’amuser comme avant, que tu redeviennes celui que tu as toujours été : Discord, le maître du chaos. Je veux te rendre ta véritable nature que l’on t’a volée, celle dont tu as été privé. »

Discord fit disparaître son journal et s’écroula au sol en se tordant de rire.

« Haha, tu es vraiment trop marrant ! Quelqu’un m’a déjà fait le coup et à présent je sais que c’est une mauvaise idée. Tu arrives trop tard gamin. Oh, oh, oh !

– Je sais ce que Tirek t’a fait, mais qui t’a dit que je te laisserai le choix ? » demanda Shadow, dont la corne commençait à crépiter en raison de la magie qu’il y accumulait.

Sentant la menace, le draconequus cessa subitement de rire et se releva, prêt à se battre ou à sa manière tout du moins. Shadow lui envoya un rayon magique qui traversa un trou qui venait de se former une seconde auparavant au milieu de son corps. La licorne tira d’autres salves qui ne furent pas plus efficaces, le trou se déplaçant à chaque fois pour y faire passer les attaques. Mais lorsque le dernier tir fut sur le point de l’atteindre, il s’arrêta à quelques centimètres du démon, se transforma en une gigantesque main noire et griffue qui l’empoigna et lui écrasa le visage face contre terre. L‘incarnation du chaos se releva, à demi-assommé et le visage plat comme une crêpe. D’un mouvement de la serre, il chassa les étoiles qui lui virevoltaient au tour, puis il se pinça le museau et tira dessus pour que sa figure reprenne sa forme habituelle. Cette fois, le draconequus s’énerva. Il se métamorphosa en un immense dragon, bien plus grand que la moyenne de ces monstrueux reptiles cracheurs de feu et il souffla sur Shadow d’intenses flammes vertes, qui brûlèrent une bonne partie de la forêt. La bête claqua des griffes et les flammes se dissipèrent. Au milieu des cendres et des débris de bois noircis se dressait l’étalon maléfique qui affichait toujours son sourire suffisant. Discord voulut l’écraser de sa patte, mais le membre ne trouva rien d’autre qu’un sol noirci et friable. La licorne se trouvait à présent au sommet de sa tête, levant ses sabots en l’air avant de le les lui abattre violemment sur le crane. Sous le choc, Discord s’écroula et reprit sa véritable apparence. Shadow ne perdit pas de temps et profita de la vulnérabilité du draconequus pour l’enfermer dans une sphère magique.

« Maintenant, tu vas poliment écouter ce que j’ai à te dire. Je ne vais pas te cacher que tu pourrais très certainement finir par t’échapper, alors je vais t’exposer la situation. Si tu ne restes pas tranquille, je tue cette pauvre Fluttershy après l’avoir longuement faite hurler de douleur. Et au cas où tu ne l’aurais pas encore remarqué, tu ne pourras rien faire pour m’en empêcher. Des questions ? »

Devant l’horreur des paroles de Shadow, Discord cessa de se débattre dans sa prison sphérique et lui lança un regard plein de haine, ce qui eut pour effet de beaucoup l’amuser la licorne.

« Je vois que tu as compris. Ce qui est déjà, je te l’avoue, une grande victoire. »

Il libéra son prisonnier, qui resta quand même sur place. Shadow eut un sourire sadique. Il chargea une puissante magie dans sa corne, qu’il envoya sur le draconequus sous la forme d’un rayon aussi noir que son pelage. La magie le frappa de plein fouet. Discord resta longtemps debout, immobile et silencieux, le regard vitreux et sans la moindre étincelle, avant de évanouir sans prévenir. Puis, après quelques secondes, il se releva.

« Comment te sens-tu, mon cher Discord ?

– Bien. En réalité, je me sens bien mieux que jamais, c’est comme une renaissance. Je vous remercie de m’avoir libéré de la lumière infecte de ces misérables princesses qui ont voulu me soumettre. Que puis-je faire pour vous remercier de votre bienveillance ?

– Nous y voici enfin, sourit-il, satisfait. Tout ce que je souhaite, c’est que tu t’amuses comme jamais, que tu fasses régner le chaos sur un tout nouveau terrain de jeux, que tu te lâches. Avec seulement deux conditions.

– Tout ce que vous souhaiterez, maître.

– Ton terrain de jeu sera le royaume des griffons, et tu provoqueras le chaos au nom des princesses Celestia et Luna. »

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.