Discord icon

Chapitre 39 - Alliés Inattendus

"Ils ne pourront pas la vaincre seuls."

"Elle a déjà été battue par le passé, ne désespère pas."

 

C'était un endroit calme, entre les vallées que formaient les montagnes, à l'abri des tempêtes. La neige y tombait doucement, droite, sans aucun vent. Même si dans le sud, le printemps allait bientôt laisser place à l'été, le nord restait froid, et ce en permanence.

Un monticule de pierres biscornues se dressait là, solitaire, recouvert d'une fin couche de poudreuse. Devant se trouvait une silhouette beige, sur laquelle la neige commençait à s'amonceler également.

Tenant son chapeau contre son torse, la blonde s'accordait un moment pour penser à lui, comme elle n'avait cessé de le faire depuis des années.

Pouvoir enterrer dignement ses morts est une chose rare en temps de guerre, mais elle avait insisté, pour ce poney si spécial à ses yeux bleus.

Elle ne savait pas pourquoi il était mort. Un empoisonnement lui avait-on dit, mais il ne s'était visiblement pas débattu, et les infirmiers avaient affirmés qu'il avait retrouvé conscience auparavant, et qu'il n'avait avalé rien d'autre que la capsule contenant le poison.

Une broutille pour elle. Il était mort, et elle avait su qu'il l'avait voulu au moment où elle avait aperçu son visage : serein.

La question qui la hantait était pourquoi ? Alors qu'elle venait enfin de le retrouver, pourquoi accepter la mort ? C'était ce qu'elle ne comprenait pas.

Cela faisait deux heures qu'elle s'interrogeait devant le tas de pierre, sans qu'aucune once de réponse ne lui parvienne.

Quel engagement avait-elle dans cette guerre désormais ? Elle était partie au combat pour lui, et une fois sa vengeance accomplie, la résistance avait été avant tout un moyen de survivre. Peut-être avait-elle pris goût à lutter pour des causes que son esprit jugeait juste ? Ce sentiment d'avoir accompli quelque chose qui valait la peine de prendre autant de risque, que ce soit pour soi ou pour les autres.

Il y avait de la déception bien souvent, le regret d'avoir mené les autres à leur perte. L'image d'un poney sombre rieur, un peu colérique mais malgré tout très sympathique lui revint en tête. Ce n'était pas le seul, mais c'était le dernier en date qu'elle avait perdu alors qu'il était "sous ses ordres".

Archer remit son chapeau sur sa tête, réajusta sa selle, fraîchement retrouvée, où se tenait son arc et son carquois, et se retourna.

Elle se rendit alors compte du froid mordant qui la saisissait. Un frisson parcouru son corps et elle se frictionna une patte.

Un peu d'exercice la réchaufferait, et en plus elle devait rattraper les autres. Au galop, elle s'élança dans les vallées.

 

"Ils vont se montrer un jour oui ou non !?"

L'imposant commandant Ring tapa du sabot sur le sol pour manifester son mécontentement. Cela faisait maintenant quelques jours qu'ils attendaient, lui et l'ancien capitaine de la garde royal Hestern Haste ainsi que leurs troupes, sous une pluie battante qui n'en finissait pas, accompagnée d'un vent mordant.

Ils étaient au front, un peu à l'est de Canterlot, sur ce qui avait été durant des décennies le territoire de l'Empire Solaire. Mais au grand damne du commandant, aucun soldat ennemi n'était venu freiner leur progression, et ils tenaient leur position sans que personne ne vienne tenter de les en déloger.

Le pégase bleu était bien moins courroucé, et davantage plus à la réflexion. Il gardait le museau levé au ciel, sourcils froncés. Déjà depuis quelques jours il faisait parfois cela.

"C'est pas normal..." murmura-t-il.

"De quoi !?" beugla Ring, ayant à peine entendue à cause du bruit de l'eau.

"Ça fait des jours que la pluie tombe !" hurla-t-il au poney pour couvrir le son. "Même avec l'équipe météo de Nightmare Castle, on n'arrive pas à venir à bout de ces nuages ! Il en vient toujours d'autres, et toujours de la même direction ! Ça fait trois jours que le vent n'a pas changé de direction !"

"Hein !?"

Le commandant leva les yeux vers le ciel. C'est vrai que les nuages se déplaçaient vite, venant de l'est.

"Si ça se trouve, c'est un coup de l'Empire !" fit Hestern.

"Quoi, ils veulent nous transformer en flaques !?"

"Faire rouiller l'équipement ! Et nous rendre moins opérant !"

"Va donc aider ton équipe météo au lieu de faire des théories farfelues ! Penser, c'est pas fait pour toi !"

Le pégase soupira et s'envola avec une certaine difficulté, manquant de perdre l'équilibre sous une bourrasque.

 

"Tu penses vraiment pouvoir comprendre Sun ?"

Side marchait à côté des Éléments, et plus particulièrement de Moon. La résistance s'avançait en une longue colonne, descendant plein sud, ressemblant à s'y méprendre à ce qu'avait fait l'ancienne Nouvelle République à peine quelques dizaines d'heures auparavant, si ce n'est qu'ils n'avaient pas eu de dragon en tête de colonne, eux.

L'Élément de la Loyauté regarda Side du coin de l’œil, haussant un sourcil.

"Je me suis battu contre lui durant cinq siècles et tu penses que je ne le connais pas ?"

"Ce que je veux dire", répliqua Side. "C'est que je doute qu'il accepte si gentiment de prendre le prisme et de l'utiliser sur Celestia. Il craindra un piège pour l'abattre."

"Sun a des doutes sur elle."

"Comment tu peux en être aussi sûr ?"

"Parce que tu es là..."

Side entrouvrit la bouche, puis la referma, ne comprenant pas. Finalement, elle demanda, intriguée :

"Comment ça ?"

"Sun t'as laissé venir jusqu'ici, alors que tu représentes un immense danger pour lui."

La jument s'apprêta à répliquer, mais se ravisa. D'un geste, elle fit signe à Moon de se rapprocher, et ce dernier tendit l'oreille.

"Il m'a laissé sortir pour implanter un nouvel espion dans la résistance. Heavy."

Elle n'avait dit cela à personne. Aucun membre de la résistance ne savait pour son rôle d'espion, comme l'avait voulu Heavy.

"Te laisser t'échapper pour implanter un nouvel espion, tout en perdant un autre bien plus efficace, à savoir ton double ? Ton retour à la résistance aurait automatiquement démasqué la fausse Side, même si je ne m'en étais pas chargé avant."

Moon eut un petit rire sarcastique, que Side n'apprécia pas.

"Mon double allait se faire repérer bientôt, même sans ton aide."

"Pourquoi t'es-tu échappée ?"

"Pour aider la résistance bien sûr !" s'indigna Side. "Et j'ai accessoirement sauvée Archer je te ferais remarquer !"

"Et qu'est-ce qui t'a fait croire que tu pouvais t'échapper ?" demanda calmement Moon.

Le visage de l'ancienne élève de Sun s'assombrit, montrant qu'elle semblait comprendre.

"Parce que tu avais compris qu'Heavy était un espion", expliqua Moon à sa place. "Et que donc Sun chercherait à l'implémenter à la résistance. Et pour cela, il avait besoin que vous vous évadiez. Le seul moyen de s'échapper des prisons de l'Empire Solaire, c'est que Sun soit d'accord. Tu avais ta porte de sortie, et tu as décidé de suivre son plan et de vous évader."

L'ex-général-en-chef se souvenait de la batterie de tests qu'il avait fait pour déterminer si l'on pouvait ou non s'échapper des prisons de l'Empire. Trois soldats, formés à l'évasion, envoyé dans le plus grand secret se faire capturer pour tenter de s'évader, aucun n'est revenu. Un simple soldat sans aucune formation, également envoyé, en laissant fuiter le but de sa mission à l'Empire, à savoir s'évader, et comme par miracle, il réussit. Moon avait répété le processus, et Sun s'était amusé à faire évader chaque prisonnier dont il connaissait la mission.

"Et alors ?" fit soudainement Side, qui semblait presque s'énerver. "J'ai déjoué son plan ! Heavy est mort sans faire de dommages, et Archer et moi sommes vivantes !"

Moon regarda Side droit dans les yeux, semblant étonné, et celle-ci lui rendit son regard. Puis le violet eut un grand sourire moqueur.

"Déjouer un plan de Sun, c'est touchant de naïveté", répondit-il. "Durant toutes ces années de guerre, je n'ai jamais été capable d'une telle chose, et tu penses y être arrivé ?"

"Alors explique-moi en quoi son plan a réussi !" invita Side en défiant Moon du regard.

Ce dernier soupira, toujours souriant, puis reprit petit à petit son air calme, exposant :

"Tu as compris qu'Heavy était un espion, c'est comme ça que tu as su que tu pouvais t'échapper. Sun avait donc inclus dans l'évasion le fait que tu saches déjà pour Heavy, et donc que tu te débarrasses de lui rapidement. Son plan n'était pas de se servir d'Heavy. Je pense que c'était plus pour faire bonne figure devant Celestia, et aussi te motiver à t'évader. Il sait comment fonctionnent tes sentiments."

La jument se souvint qu'effectivement, quand elle avait compris ce que Sun tentait de faire avec Heavy, en jouant avec les émotions d'Archer, cela l'avait mise dans une rage folle, et sa première envie avait été de s'échapper pour se venger, et lui mener la vie dur autant que possible depuis la résistance.

Elle serra les dents. Tout avait donc été calculé ? Le moment où elle l'avait provoqué, il avait répondu volontairement ? Oublié les clefs de manière intentionnelles ? Combien de temps ce maudit pégase allait-il se moquer d'elle !?

"Et qu'elle était donc son but ?" demanda-t-elle en essayant de se retenir d'exploser.

"Nous faire passer un message... Il nous a rendu deux résistantes, et non des moindres. Il hésite. Son action était totalement contre Celestia, et je crois que c'est une première. Le message s'adresse à moi, je pense. Cela m'étonne d'ailleurs qu'il soit au courant de ma présence dans la résistance. J'imagine qu'il a élaboré ce plan quand Archer a été capturée..."

Le convaincre sera peut-être plus facile que je ne le pensais. À moins qu'il ne cherche juste à m'abattre en me forçant à aller à sa rencontre ? Ce serait prendre des gros risques pour peu de choses et pas très...

À nouveau, Moon fut interrompu par une quinte de toux. Guardian, qui n'était jamais loin désormais, se précipita, corne allumée, pour le soigner.

Son traitement devenait de moins en moins efficace. La toux mit plus de temps à se dissiper, et Moon répandit encore un peu de sang sur le sol. Trois jours ? Quatre ? Combien de temps restait-il ?

Il risque d'être déçu si jamais il a fait tout ça pour me tuer... Même s'il n'a jamais été très patient, je ne pense pas que quelques jours le mettraient en colère s'il pouvait avoir ma tête sans lever le sabot en échange.

Side jaugea Moon d'un regard méfiant. Puis elle accéléra le pas.

"Je vais essayer de te faire confiance pour cette fois..." dit-elle sombrement. "Mais saches que, pour moi, tu restes un danger."

"Étrange, ce n'est pas l'impression que j'ai eu lorsque tu t'es mise à me tutoyer sans raison."

Le poil de Side se hérissa, mais elle fit semblant de ne pas avoir entendu, et rejoignit les premières lignes et Spike en trottant.

Je crois que Debt déteint sur moi... Dire ce genre de choses ne me ressemble pas... Enfin, au fond, qu'est-ce qui me ressemble désormais ? D'un dirigeant sanguinaire, me voilà instigateur de la contre-attaque de la résistance...

Moon soupira.

Comme si ce genre de question avait de l'importance avec mon état actuel.

Progressivement, la colonne de poneys entra sous un ciel pluvieux et orageux, le vent se mettant à souffler fortement.

 

"Ils ne devraient plus tarder. Equal, va attendre à l'entrée nord, je vais essayer de rendre ce bazar présentable."

La licorne au monocle opina et sortit de la grande salle souterraine du QG par le tunnel nord, laissant Debt avec les troupes.

Caser environ deux mille poneys n'était pas chose aisée ici. Même si la salle centrale pouvait à elle seule accueillir mille sans trop de problèmes, beaucoup seraient probablement obligés de dormir à-même le sol.

Et il fallait encore y mettre ceux de la résistance à venir. Heureusement, beaucoup de troupes de l'ex-Nouvelle République étaient de sortie pour surveiller la frontière avec l'Empire. Presque quatre mille, cela aurait été vraiment trop.

Sans compter qu'il y avait pour l'instant un sacré chambardement. Les anciens soldats allaient et venaient, déposant leurs affaires, pour la plupart des vivres et des armes, où ils pouvaient, découvrant totalement les lieux. Peut-être aurait-il dû donner un genre de plan, songea Debt.

Et à cela s'ajoutait la pagaille qu'ils avaient eux-mêmes mis lors de l'attaque du QG. N'ayant pas nettoyés derrière eux, il restait quelques cadavres de résistants, qui commençaient sérieusement à pourrir, laissant planer dans la salle une odeur de mort pestiférée.

Ce détail odorant donna une idée de par où commencer au pégase. Il rassembla trois licornes désœuvrées et leur ordonna d'ouvrir les portes est, sud et ouest. Elles obéirent sans poser de questions.

Il demanda ensuite à ce qu'on évacue tous les cadavres en priorité, et que des poneys aillent vérifier les provisions qui restaient dans le QG, en triant celles encore mangeables et celles avariées.

Enfin, il alla vers le monticule au centre de la pièce, et ouvrit le passage vers Ponyville dans le plafond à l'aide de ses sabots, plutôt qu'en demandant à une licorne de le faire, comme c'était prévu à l'origine.

Les ouvertures simultanées, combinées aux différentes cheminées d'aérations, créèrent un souffle d'air frais et pur, bien qu'humide, qui vint s'infiltrer dans chaque pièce.

Debt sortit à l'air libre, dans ce vieux bâtiment à moitié détruit de Ponyville, cet espèce d'arbre. La pluie ruissela sur son pelage, le vent fit fouetter sa crinière contre son visage. Il ferma les yeux, inspira un grand coup, et relâcha avec un petit sourire.

La situation n'était pas enviable. Il avait échoué dans la mission que Moon lui avait confié. L'Empire était deux à trois fois plus nombreux qu'eux. Moon était condamné. Et plus aucun rapport n'arrivait concernant l'activité de Screwball. Elle allait représenter une menace tôt ou tard, même si le plan de Moon s'avérait être un succès.

Mais au moins, il pleuvait. C'était, de son point de vu, le seul bon point. Et cela suffisait à le faire sourire.

Une licorne mâle gris argenté, à l'air sérieux, monta le voir.

"Capitaine Sorencer au rapport, général", énonça-t-il neutralement.

Debt retint une grimace. Même s'il était le premier à avoir du mal à s'y faire, personne ne prenait jamais en compte que les grades n'existaient plus.

"Je t'écoute", répondit-il, n'ayant pas envie de discuter une énième fois de ça.

"Aucunes nouvelles ne nous parvient encore des mouvements de Screwball. Tout ce qu'il semblerait, c'est qu'elle ait été arrêtée lors de sa progression vers l'Empire Solaire. De leur côté, les troupes de Celestia s'organisent et se déplacent au sein de leur territoire, sans pour autant se montrer agressives. Leur formation ferait plus penser à des lignes de défenses prêtes à encaisser un assaut de front. La grande majorité fait face à l'ouest du pays."

Debt leva la tête, pensif, laissant sa crinière mouillée s'étaler sur son visage. C'était une des premières fois que l'Empire se plaçait sur la défensive. De ce qu'il se souvenait, Debt avait toujours considéré Celestia comme les attaquants, et eux comme ceux qui se défendaient en essayant de vaincre un ennemi vraisemblablement plus fort. Un tel changement paraissait étrange.

"Autre chose concernant l'Empire ?"

"Nous n'avons pas eu confirmation, mais des rumeurs quant à l'évasion de trois prisonniers détenus à Solar Roc circulent au sein même des rangs de l'Empire."

"Une évasion ?" s'étonna sobrement Debt.

"Comme je l'ai dit, ce ne sont que des rumeurs", tempéra poliment le capitaine.

"Rien d'autre ?"

"Leur campagne de recrutement a cessé."

Le visage du pégase devint sceptique. Celestia se croyait-elle déjà victorieuse et maîtresse d'Equestria ? Pas d'attaque, pas de nouvelle recrue. Même s'ils étaient en surnombre comparé à eux, cela aurait été se reposer sur leurs lauriers que de ne pas chercher à avoir plus de troupes. Même si la prétendue princesse sous-estimait les restes de la Nouvelle République et de la résistance, il restait tout de même Screwball qui représentait un danger conséquent.

"Et concernant l'ouest", continua Sorencer sans vraiment se rendre compte que son ancien supérieur était en pleine réflexion. "Nos propres campagnes de recrutement semblent séduire un peu plus que les anciennes."

"Ah ?"

Le capitaine fit apparaître une affiche et la déploya devant Debt. C'était une carte d'Equestria avec la moitié est du pays en feu, et l'on pouvait distinguer dans les flammes une ombre dont la crinière rappelait celle de Celestia, regardant avidement et avec un grand sourire la partie ouest, imbibé d'huile.

En dessous de l'image, le slogan était "Ne vous battez pas pour une princesse, battez-vous pour votre pays !"

"Combien de recrues ?"

"Pas de chiffres exacts, mais un peu plus d'une cinquantaine."

La licorne replia l'affiche qui commençait à être trempée.

"Logique... Puisque cet endroit n'est plus officiellement en guerre, les habitants attendent moins de tyrannie de la part d'une organisation plus libre comme nous le sommes actuellement."

Debt se retourna vers le capitaine.

"Et toi, pourquoi te bats-tu ? Que fais-tu encore ici alors qu'on t'a sans doute recruté de force ?"

La licorne perdit brutalement son air sérieux, surprise par la spontanéité de la question.

"J-Je suis resté fidèle à la Nouvelle République. Mes idéaux ont changé en même temps que les vôtres."

"Qui sont ?"

La licorne entrouvrit légèrement la bouche, puis la referma, avant de répondre, hésitante :

"La p-paix à Equestria, non ?"

Debt se retourna, masquant un soupir. Ces jours-ci, cela lui apparaissait de plus en plus clair : Personne ne luttait vraiment pour la paix ici. La plupart ne savaient juste rien faire d'autre que se battre. Personne ne savait ce qu'était la paix. Personne. Et on ne se bat pas pour quelque chose qu'on ignore. Peut-être que certains en avaient assez de la guerre, oui. Mais à voir les réactions, Debt en doutait.

"Général !"

Un pégase noir, venant du ciel cette fois, fonça sur eux, semblant paniqué.

"Quoi !?" le pressa Debt alors qu'il se posait en catastrophe dans l'orage.

"O-On a repéré un mouvement massif de troupe au nord !" balbutia le pégase en s'emmêlant dans ses mots.

"Quoi, la résistance qui arrive ?"

"Non ! C'est Screwball !" s'affola le messager. "Elle vient droit sur nous ! Elle est juste derrière la résistance !"

Le regard de Debt changea, passant de surprise à énervement. Réagissant dans l'instant, il déploya ses ailes et décolla à travers la ruine.

"Rentrez ! Faites tous les préparatifs pour l'accueil de la résistance !" ordonna-t-il en se dirigeant à toute vitesse vers le nord.

Il ne jeta même pas un regard en arrière pour voir s'ils obéissaient bien.

"C'est pas vrai !" jura-t-il dans ses pensées. "Ça ne pouvait pas arriver à un autre moment !?"

Fendant l'air et la pluie, il survola la forêt jusqu'à distinguer une grande forme violette. Spike. Il piqua immédiatement, alors que les éclaireurs de la résistance le repéraient et se précipitaient sur lui.

"Halte !" hurla l'un d'entre eux qui s'approchait.

"Je dois parler à Spike !" répondit Debt sans même tourner la tête. "Je ne suis pas armé !"

Le dragon entendit la conversation et leva les yeux, se demandant ce qu'il se passait. Side à ses côtés fit de même, murmurant un :

"Quoi encore ?"

Le pégase rouge vint devant la tête du dragon, essayant de se maintenir malgré le vent, entouré des éclaireurs méfiants.

"Screwball est à vos trousses ! Il faut que vous accélériez !"

Les deux mirent quelques fractions de secondes à comprendre, puis Side fit brusquement volte-face et se mit à galoper.

"Je vais faire passer le message !"

"Compris !" répondit Spike avant de se tourner vers les résistants. "Vous avez entendu ? En avant ! Le QG n'est plus très loin !"

Les résistants augmentèrent leur rythme et se mirent à galoper, Spike faisant de grandes enjambées.

"L'entrée n'est pas assez grande pour vous Spike !" informa Debt qui suivait en volant, hurlant pour couvrir le bruit du vent et de la pluie.

"On a prévu ça !" intervint une licorne derrière le dragon. "On le téléportera aux forges, il y a assez de place !"

"Passez par les autres portes aussi ! On pourra pas tous vous faire passer un par un sinon !"

"Ok !"

"Bien ! Je vais aller voir où ils en sont là-bas !"

Debt repartit à toute allure vers l'entrée du QG. Screwball n'était pas censé savoir où se trouvait le QG, c'était sans doute une coïncidence, mais si elle voyait un seul résistant dans les environs, ça allait mal tourner !

Il s'engouffra dans le tronc béant de l'arbre qui masquait l'entrée et débarqua dans la salle du nord où se trouvaient de nombreux membres de l'ancienne Nouvelle République. Il tonna :

"Sortez de cette salle ! Laissez la place aux nouveaux arrivant ! Il faut que tout le monde puisse entrer le plus vite possible ! Et faites passer le message aux autres portes !"

Il retourna voir la licorne dans sa loge, en charge du passage.

"Il faudra refermer dès que tout le monde sera passé !"

"À vos ordres !"

Un grand chambardement s'organisa dans tous les souterrains, les échos de poneys qui se répondaient à travers les vieilles galeries sous Ponyville se répercutant sur les parois faites de terre, de pierre, et de roches lumineuses.

Quelques minutes plus tard, les résistants commencèrent à arriver par la porte nord, puis l'entrée centrale, et enfin l'est et l'ouest.

Bien entendu, l'arrivée la plus remarquée fut celle de Moon et des Éléments de l'Harmonie, les soldats s'inclinèrent devant son passage et s'écartèrent.

À moins que ce ne soit celle de Spike, puisqu'elle fut suivie d'un grand bruit métallique accompagné d'un grognement qui résonna dans toutes les pièces, indiquant qu'il devait être tombé sur quelque matériel de forgerie éparpillé lors de la panique.

Debt, après avoir vérifié que toutes les entrées avaient été refermées, vint à la rencontre de Moon dans la pièce centrale.

"J'ai bien cru que Screwball nous repérerait."

"Il s'en est fallu de peu", confirma Moon. "Mais cela m'étonne qu'elle vienne ici."

"Je crois que pour l'instant on a plus urgent", interrompit Sentry en pointant quelque chose.

Moon et Debt suivirent le sabot pour se rendre compte de la situation qui venait d'arriver sans qu'ils ne s'en aperçoivent.

Deux lignes parfaitement distinctes se faisaient face. Les résistants d'un côté, les soldats de l'autre, bien plus nombreux. Des regards mauvais s'échangeaient, tous gardaient leurs distances, méprisant ceux en face, bien que les résistants l'étaient davantage.

"Hey ! Arrêtez !" cria alors Archer qui fonçait sur un résistant et un soldat qui semblaient prêt à s'affronter, épées dégainées.

Elle se plaça entre eux alors qu'ils allaient se foncer dessus.

"On n'est pas là pour s'entre-tuer !"

"Cette ordure a tué mon frère !" beugla le résistant avec l'épée en bouche.

"Je ne me souviens pas de lui", grogna le soldat. "Mais si j'avais su qu'il avait un frère, j'aurais fini le travail."

"Il avait des ordres, et il n'a fait que les suivre !" temporisa Archer, avant de se tourner vers le poney en armure, le réprimant du regard. "Et ce n'est pas avec ce genre d'attitude que la Nouvelle République pourra faire pardonner ses erreurs passées !"

"On ne peut pas collaborer avec ces monstres !" ajouta un résistant.

"Vous n'avez pas à les apprécier ! Juste ne pas vous battre !" fit Archer.

"Ah oui ?" s'amusa le soldat sans écouter Archer. "Et votre petite traînée de l'Empire Solaire, on en reparle ? Ça semble être une habitude d'être avec des monstres, non ?"

Le visage de la blonde se voila.

Le poney se fit brutalement plaquer au sol par un éclair rose. Lemon le regardait, ses yeux dans les siens.

"Ne redis plus jamais du mal d'Archer !" prévint-elle. "JA-MAIS !"

"Hey ! Touche pas à un des nôtres !" réagit un autre soldat en s'approchant de Lemon.

"N'essayez même pas de poser vos pattes sur elle !" répliqua Stary en allumant sa corne.

"Ah oui !? Sinon quoi ?"

D'autres allumèrent leur corne en réponse, s'approchant de Stary. Les résistants firent de même et les lames commencèrent à se dégainer des deux côtés.

"SUFFIT !"

La voix était puissante, autoritaire, et effrayante. Tous les poneys dans la salle centrale l'entendirent, ainsi que le claquement de sabot qui retentit avec, et le silence s'installa.

Tout le monde tourna la tête. Moon regardait la foule d'un air réprobateur, s'avançant doucement vers Lemon qui maintenait toujours le soldat au sol.

Celle-ci s'écarta, laissant le poney se relever. Les deux rangs se remirent place.

Du côté de l'ancienne Nouvelle République, personne n'osait lever les yeux pour soutenir le regard de Moon. Tous regardaient leurs sabots, quelque peu gênés et effrayés.

Les résistants eux, ne tenaient pas ses yeux bien longtemps, et la plupart finissaient aussi par baisser le regard. C'était un des talents de Moon qu'il avait fini par acquérir avec le temps, celui de rétablir l'ordre d'un simple regard.

Une fois arrivé à la fin de la rangée, sans prononcer un mot, il se retourna pour faire face aux deux camps. Certains avaient recommencé leur combat visuel, mais ils eurent tôt fait d'arrêter. D'une voix calme, l'ex-général-en-chef parla :

"Je ne vais pas refaire le discours que j'ai fais à la résistance. Je comprends que la situation soit difficile à accepter. En revanche, je suis réellement déçu de l'attitude de mes anciens soldats."

La plupart firent une petite grimace honteuse, certains se frottant une patte d'un sabot.

"Si vous êtes ici, c'est pour ramener l'ordre à Equestria. Autrement dit, une chose pour laquelle les résistants luttent depuis des décennies maintenant. Nous sommes les fautifs, pas eux. Nous n'avons cherché que la domination de notre princesse, sans faire attention à ceux qui ne suivaient pas notre pensée. Les résistants ont été animés par leurs sentiments. Ils ont pensé au bien de tous, et plus que de vous interdire de cracher sur ça, je vous conseille surtout de réfléchir à pourquoi vous êtes là si vous le faites."

Alors que Moon marquait une pause, Side arriva dans la pièce centrale par un des escaliers menant aux forges, venant d'aller voir Spike. Elle s'arrêta une seconde, comprenant ce qu'il se passait, puis reprit discrètement son chemin vers Moon, alors que ce dernier reprenait :

"Je ne vous demande pas de faire des excuses aux résistants. Je sais que cela aiderait sans doute à la situation, mais n'en faites que si vous vous sentez réellement désolés. Cela ne sert à rien d'envenimer la situation."

Side s'arrêta à ses côtés et lui chuchota :

"Tu me laisses reprendre ?"

D'un mouvement de tête, il accepta et recula un peu. Side s'échauffa la voix d'un raclement de gorge. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas fait de discours. Mais elle se lança, sachant déjà parfaitement ce qu'elle allait dire.

"Nous allons bâtir une nouvelle nation. Ou plutôt, rebâtir ce qui a été perdu depuis des siècles. Une nation qu'on appelait Equestria. Une nation où il faisait bon vivre. Ce n'est pas en partant sur de telles bases que nous retrouverons Equestria. Le pardon a probablement été la chose la plus cruciale dans toute l'histoire de ce pays. Les trois races se sont pardonnées des défauts qui n'existaient pas. Celestia a pardonné à Luna de l'avoir attaquée. Les Éléments de l'Harmonie ont pardonné à Discord le chaos qu'il avait répandu. Jamais ce pays n'aurait été aussi beau que le content les légendes sans ces poneys prêts à pardonner des fautes aussi graves."

Side regarda la foule qui avait toujours les yeux baissés.

"Levez la tête. Regardez-vous. Cherchez en vous si vous pouvez pardonner à ceux d'en face."

Les résistants, à qui elle s'adressait principalement, levèrent la tête, puis vint le tour de ceux de la Nouvelle République.

Les yeux se croisèrent, beaucoup n'osaient pas fixer un autre poney particulier. Certains semblaient malgré tout toujours en colère.

"Stary", reprit Side en regardant la licorne bleue. "Tu as été faite prisonnière par la Nouvelle République, c'est bien ça ?"

La licorne acquiesça.

"J'en suis le principal responsable", précisa Debt, regardant Stary navré. "Du moins... Je pense que je suis celui qui a rendu ça le plus difficile pour elle..."

"Et que penses-tu de Debt maintenant ?" demanda Side.

"Et bien..." hésita Stary, repensant à tout ce qui était survenu durant son emprisonnement.

De la colère refoula en elle, mais aussi de la peine en repensant à Ice. Le sentiment de solitude, le froid, l'horreur d'avoir vu une amie mourir juste à côté d'elle sans rien pouvoir faire, avoir cru Debt mort... Et pourtant, elle parvint à dire ces mots :

"Je pense que je veux bien lui laisser une chance... Peut-être même redevenir amie avec lui..."

Le pégase ouvrit de grands yeux surpris. Redevenir ami ? Alors qu'il ne l'avait jamais considérée comme tel ? Il n'avait fait que jouer un rôle lors de son passage à la résistance. Une telle innocence... Cela le laissait perplexe et l'affectait quelque peu.

"Vous voyez", sourit gentiment Side. "Les Éléments pardonnent, comme autrefois. Je suis sûr que vous pouvez en faire autant."

Elle tourna son regard vers Moon, continuant :

"Moi-même, j'ai pardonné à un poney que je haïssais avant même de le rencontrer. Un poney que je souhaitais tuer, peut-être même de mes sabots si j'en avais le courage. Car j'en avais peur. Il y a à peine une heure, j'avais encore cette haine pour lui. Mais j'ai compris, en l'entendant, que j'étais tout autant en tord que lui. Il voulait ramener la paix à Equestria, et il mettait sa vie en jeu pour ça. Comme nous tous. Et le haïr n'arrangerait en rien notre progression vers notre but. Maintenant, je lui fais confiance."

Moon eut un petit sourire en regardant Side.

Joli mensonge... Mais ça se voit que tu m'en veux toujours Side... Je ne serais déjà plus de ce monde le jour où tu seras prête à me pardonner.

Les deux camps se dévisagèrent quelques instants. Le résistant de tout à l'heure méprisait toujours du regard le soldat qui avait tué son frère. Ce dernier le regarda dans les yeux, puis sortit des rangs et s'inclina.

"Je suis désolé pour ton frère. Sincèrement. Et navré de ce que j'ai dit tout à l'heure, je ne le pensais pas. J'ai déjà bien trop de sang d'innocent sur les sabots pour pouvoir m'apprécier..."

L'expression du résistant changea du tout au tout. Il ouvrit de grands yeux, ne s'attendant pas à cela.

Mais il n'eut pas le temps de répondre. Un soldat s'exclama :

"C'est quoi ce bruit !?"

En effet, un immense vrombissement montait depuis déjà quelques secondes, et se faisait maintenant de plus en plus présent. Venant du plafond, des bouts de terre humides tombaient légèrement aux bruits de milliers de sabots frappant le sol.

"C'est l'Armée de Discord qui passe !" informa Debt.

Moon se tourna vers lui.

"Les entrées sont bien fermées ?"

"Toutes, oui."

"Bien."

Side s'élança soudainement vers le centre de la salle et sauta sur le monticule, alors qu'affluaient depuis les autres parties des poneys se demandant ce qu'il se passait. Cela commençait à faire beaucoup trop de poneys dans cette salle qui, bien que grande, n'était pas prévue pour autant.

"Je rappelle les consignes pour ce genre de situations à ceux qui ne les connaissent pas ! Interdiction d'applaudir massivement ou de faire toute autre activité faisant trembler le sol ! Interdiction de sortir ou d'entrer, sauf cas exceptionnel ! Et c'est tout !"

Malgré elle, un sourire se dessina sur son visage. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas fait ça. La résistance. Sa famille. Être ici, sur ce monticule, cela lui rappelait si doucement les moments passés dans ces galeries, avant même qu'elle ne devienne l'espionne si importante que tout le monde connaissait désormais.

Une idée vint alors à son esprit. Couvrant les bruits de sa voix, elle demanda :

"Il nous faudrait un nouveau nom. La Nouvelle République Lunarienne n'a plus vraiment de raison de porter ce nom, et la résistance non plus puisque nous sommes désormais une force armée suffisante pour attaquer l'Empire autrement que par de simples tacles ici et là. Quelqu'un aurait-il une idée ?"

"L'Armée pour la Libération d'Equestria !" proposa joyeusement Lemon.

"J'ai bien peur que ce soit un peu trop long", sourit Side.

"L'Union Équine ?" lança un soldat.

"Ça sonne un peu bizarre je trouve", commenta un poney.

"Oubliez pas qu'il n'y a pas que des poneys dans cette histoire !" rappela Iron.

"Effectivement, les Diamond Dogs nous ont toujours apporté une aide sans faille, ne les oublions pas, personne n'a une autre idée ?"

"La Force d'Equestria !"

"Ça fait un peu trop mystique", répliqua un poney.

"Allons ! Dans trois mille cerveaux, l'un d'entre vous a bien une idée qui tienne la route !" plaisanta Side. "Lancez-vous, n'ayez pas peur !"

"L'Alliance de l'Harmonie !" fit soudain une voix.

Le sourire de Side s'évanouit brutalement, se transformant en une expression horrifiée.

"Q-Qui a dit ça ?" fit-elle en tournant son regard dans tous les sens.

Les poneys ne comprirent pas sa réaction soudaine, et cherchèrent à leur tour qui avait dit ça, cette voix qui semblait si jeune.

Un petit rire monta alors que le bruit des sabots au-dessus semblait s'être arrêté.

"C'est elle !" désigna un poney, montrant une pouliche qui se trouvait sur la tête d'un Diamond Dog, à la grande surprise de ce dernier qui ne l'avait même pas remarqué.

Violette, la crinière rayée de large bandes blanches s'enroulant sur elles-mêmes, un chapeau à hélice surmontant le tout. Le plus singulier restait ses yeux. Tourbillonnants, et affreusement fous. Un grand sourire fendait son visage, alors qu'elle fixait Side qui n'en croyait pas ses yeux.

Complètement estomaquée, la jument crut perdre son souffle et ne réussit pas à parler. Un poney le fit pour elle :

"C'est Screwball !" hurla-t-il paniqué.

Ce fut un immense mouvement de recul qui prit l'assistance, laissant le pauvre Diamond Dog seul, ne sachant quoi faire, tétanisé.

"C'est impossible !" fit un poney.

"Comment est-elle entrée !?" dit un autre.

Screwball eut un petit rire et porta son sabot à ses lèvres.

"Chut, écoutez-bien", fit-elle doucement.

Un craquement sourd se fit entendre juste au-dessus de Side. La plaque qui menait à Ponyville venait de descendre de quelques centimètres.

"IL arrive", chuchota presque Screwball qui jubilait, sa voix semblant émaner des parois même et audible de tous.

Puis la plaque s'abaissa complètement, Side s'écartant brusquement. Les poneys sortirent tous leurs armes, prêts à se faire envahir par une armée, alors que Screwball sauta agilement de la tête du Diamond Dog sur la tête du résistant le plus proche. Continuant son parcours, elle vint se poser juste au pied de l'escalier, et scanda :

"Poneys et ponettes, veuillez accueillir... !"

Un roulement de tambour monta de l'extérieur. Une chose étrange se produisit à ce moment. Une petite griffe vint tapoter l'épaule de tous les poneys présents dans la salle, et tous tournèrent la tête pour voir ce que c'était. Même Screwball se fit avoir, mais elle fut la seule à comprendre et à en rire, avant de conclure :

"Discord !"

Des trompettes vinrent s'ajouter aux tambours, alors qu'en un éclair, une silhouette enroulée sur elle-même dévala les escaliers, se redressant aux pieds de ceux-ci, dévoilant le grand Draconequus au regard de tous, alors que des feux d'artifices explosèrent de nulle part autour de lui, répandant des serpentins dans toute la salle.

Puis, à la grande surprise de tous, il se mit à chanter.

"Pourquoi ces airs effrayés ? Je ne suis pas là pour vous menacer ! Écoutez, entendez-moi plutôt. Vous verrez, ce que j'ai à vous dire n'est pas bateau !"

Sans crier gare, un décor apparut derrière-lui, avec la mer et un voilier, et il sauta dedans.

"Ce pays est en danger, les poneys doivent s'allier, mais pourquoi pas des étrangers ?"

Une carte du pays remplaça le décor, avec une représentation grotesque de lui-même entouré de flèches.

"Peut-être que mon histoire, vous donne de l’effroi à mon égard, mais croyez-moi sur parole, regardez, j'ai même une auréole !"

Son ton changeait brusquement dans sa chanson, passant de rieur à mystérieux, et de nombreux éléments venaient illustrer ses propos au premier degré, sortant de nulle part, et n'ayant bien souvent aucun sens.

"On vous a dit que j'étais vil, peut-être même que je suis sénile, mais la seule et unique tuile, c'est que je suis un peu puéril ! Vous avez formé une alliance, je vous propose une triple-entente, notre armée est compétente, et dénué de chien de faïence !"

À côté de lui, Screwball se dandinait en rythme, un immense sourire joyeux sur son visage.

"Vous venez de tous horizons, et combattez pour votre maison. Ce pays est aussi le mien, et il manque un peu d’entretien. Durant des années j'ai été passif, laissez-moi redevenir actif, ensemble on se rebiffe, sans frapper au pif ! Caaaaaaaar... !"

Discord se remit debout sur le monticule, semblant soudainement sérieux, la musique changea elle aussi de ton. Le décor derrière-lui vira au vert, puis remonta comme un tableau dépliant, disparaissant dans le vide.

"J'ai beau aimer les marionnettes, j'ai bien peur qu'un autre tir les fils que je manipulais avant. Quelque chose de terrible s'est abattu sur le pays entier, répandant la guerre et tout ce qu'elle amène. Je ne peux rester assis, ou être immobile. En ce beau jour, je vous propose l'aide de..."

Le Draconequus étendit les bras et Screwball bondit sur sa tête, tenant en équilibre sur un sabot, finissant en même temps que son père :

"Discord !"

Note de l'auteur

Avec les OCs de :
- Hestern Haste (lui-même)
- Soron (Sorencer)
- Zebu (Iron Shovel)

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.