Discord icon

Chapitre 5 : Sous l'ombre de la montagne

Twilight n’était jamais revenue. Les quatre amies avaient attendu jusqu’au lendemain, retardant d’heure en heure le moment de partir, avant de se rendre à l’évidence.

Il leur avait fallu une journée entière de marche pour enfin apercevoir les abords de Poneyville. L’île de pierre lévitait toujours au-dessus de la plaine de Canterlot. Plus elles s’en approchaient, plus il leur semblait descendre dans le creux que cette masse suspendue en plein ciel imprimait dans la trame même de la réalité. Tout autour, un disque de nuages noirs s’étalait jusqu’à l’horizon. Un lugubre écho résonnait sans fin, comme une vibration qui refuserait de mourir.

Fluttershy avançait comme un robot, la peur l’empêchant de faire quoi que ce soit d’autre que de poser automatiquement ses sabots l’un devant l’autre, encore et encore. Applejack et Rainbow Dash l’encadraient de près, surveillant attentivement les alentours. Pinkie les suivait sans rien dire, le regard rivé sur le chemin. Rainbow Dash se rapprocha d’Applejack pour lui parler à l’oreille.

– Qu’est-ce qu’on va faire, une fois qu’on y sera ? Où est-ce qu’un va aller ?

– À l’école, répondit Applejack, comme si elle y avait déjà longuement réfléchi. Les élèves ont déjà dû organiser les premiers secours. Ma famille et Scootaloo y sont certainement aussi.

Rainbow Dash acquiesça. Elle ne voyait pas quoi faire d’autre, pour l’instant. Son regard perçant n’avait pas repéré le moindre pégase dans le ciel, que ce soient les Wonderbolts ou l’équipe de Poneyville. La contre-attaque allait devoir attendre.

 

Elles n’atteignirent les abords de Poneyville que tard le soir. L’obscurité qui était tombée sur la ville était cependant bien différente de celle de la nuit. Elle était lourde, massive, presque palpable. Aucune lumière, pas même celle d’une chandelle, ne brillait aux fenêtres des bâtiments. Des voiles de ténèbres dérivaient comme la brume dans les rues, stagnaient au-dessus des prés, suintaient dans les recoins, baignaient les détails du paysage jusqu’à les estomper. La ville n’était pas vide, cependant. D’étranges présences, des silhouettes qu’on ne pouvait apercevoir que du coin de l’œil, patrouillaient les rues comme une milice invisible.

Rainbow Dash ouvrait la marche, tous ses sens en alerte. Quelques mètres derrière elle, Pinkie Pie, Applejack et Fluttershy la suivaient en silence. La pégase bleue sentait la présence du danger, mais, pour la première fois de sa vie, elle savait qu’elle devait l’éviter. Une fois la première maison atteinte, elle fit signe aux autres de se coller contre le mur, à côté d’elle.

– Rainbow Dash, il ne faut pas aller plus loin ! la supplia Fluttershy, au bord de la panique. Je sens qu’il ne faut pas !

– Moi aussi, chuchota Applejack. Je ne pense pas qu'il faille aller à l’école, en fin de compte. Je ne sais pas comment, mais je sais qu’il n’y a plus personne là-bas.

Elles voyaient, de l’autre côté de la ville, la pointe du château de Twilight émerger de la brume ténébreuse. Entre elles et l’école, l’espace semblait s’être creusé pour former une cuvette de noirceur, juste en dessous de l’île de pierre. De là non plus, aucune lumière ne parvenait ; seulement cette indescriptible impression d’une présence qui patrouillait, qui surveillait, qui scrutait tout ce qui se trouvait à sa portée. Rainbow Dash secoua la tête.

– Mais il faut retrouver les autres ! Ils doivent bien être quelque part !

– Les élèves ont dû évacuer l’école, se força à murmurer Fluttershy, comme si penser à eux l’aidait à tenir le coup. Sandbar et Ocellus… ils ont certainement pensé à nous laisser un message pour nous dire où ils allaient. Mais pour le savoir, nous devons quand même rejoindre l’école !

Rainbow Dash et Applejack se regardèrent, impressionnées par les capacités de raisonnement que leur timide amie parvenait à manifester même au cœur du danger. Elles surent immédiatement ce que chacune avait à faire. La fermière laissa Fluttershy se blottir contre elle, tandis que la pégase déployait ses ailes.

– Ne fais pas l’imbécile, la prévint la terrestre avec tout le sérieux du monde. Ne prends aucun risque, tu m’entends ?

Rainbow Dash n’était pas d’humeur à fanfaronner. Elle hocha du chef, jeta un bref coup d’œil aux alentours, puis prit son élan et fila au ras du sol, dans le plus grand silence.

Elle contourna largement la ville, résistant à la force qui semblait l’attirer vers le noyau de ténèbres, en dessous de l'île. Il lui semblait parfois entendre, au loin, des bruits de pas, des crissements métalliques, mais elle n’aurait même pas pu en déterminer la provenance. Elle accéléra encore, pressée d’en finir.

Elle distingua bientôt, à travers l’indescriptible brume noire, le balcon du château, puis le toit et les tourelles de l’école. Les portes étaient grandes ouvertes. À l’intérieur, il faisait aussi noir que dehors. Elle posa les sabots au sol aussi silencieusement qu’elle put et pénétra dans le hall. Comme elle et les autres l’avaient pressenti, elle n’y trouva pas âme qui vive. Elle avait déjà passé en revue tous les endroits où les élèves, les chercheuses de talent ou la famille d’Applejack auraient pu laisser un message, et elle entreprit aussitôt de les inspecter un par un. Elle ne trouva cependant rien, ni dans les dortoirs, ni dans ses salles de cours, ni dans les bureaux de Twilight et Starlight. En désespoir de cause, elle prit le chemin de la bibliothèque. Dès qu’elle en eut franchi les portes, elle vit qu’une lumière y brillait. Ses pupilles dilatées, accoutumées à l’obscurité, se rétrécirent aussitôt. Comment avait-elle pu ne pas la voir depuis l’extérieur, par la fenêtre, ou bien depuis le couloir ? Et pourquoi lui semblait-elle si familière ?

Elle se laissa guider par cette étrange lumière, presque rassurée. Elle en suivit la source entre les tables et les rayonnages de livres, puis à travers une grille ouverte dans le sol, le long d’un boyau de pierre, jusque dans une caverne. Il y faisait clair comme en plein jour. Elle y sentit une chaleur, une présence familière et réconfortante. Des voix s’élevaient autour d’elle.

… grotte de l’Arbre d’Harmonie, sous le château des deux sœurs, dans la Forêt Désenchantée. Rejoignez-nous-y, mais soyez prudents. Nous vous y attendons. Nous nous sommes réfugiés dans la grotte de l’Arbre d’Harmonie, sous le château des deux sœurs…

Le message recommençait en boucle, murmuré par plusieurs voix mélangées, parmi lesquelles elle crut reconnaître celles de ses élèves. De l’autre côté de la grotte, un autre passage s’ouvrait, lui aussi éclairé par cette douce lumière. D’épaisses veines de cristal blanc rampaient le long de ses parois, comme les racines d’un arbre qui se seraient frayé un chemin jusqu’au plus profond de la roche. Rainbow se sentait attirée, comme si cette lumière et ces voix l’appelaient personnellement. Sa marque de beauté palpitait. Sans hésitation, elle s’engagea dans le passage.

Elle eut l'impression de marcher pendant un long moment, sans rien voir d'autre que la lumière blanche devant elle. Elle était si brillante qu'elle ne distinguait qu'à peine les murs de pierre du tunnel. Les voix se rapprochaient, toujours plus nombreuses. Quelqu'un la serra alors brusquement contre lui.

– Rainbow Dash ! Je savais que tu reviendrais !

La pégase reconnut aussitôt la voix de Scootaloo. La pouliche, au bord des larmes, la serrait comme si elle avait cru ne plus jamais la revoir. Autour d'elles, la grotte de l'Arbre était remplie de poneys et d'autres créatures. Elle y vit de nombreux élèves de l'école, ainsi que la famille d'Applejack, Zécora, Spike et une dizaine d'autres habitants de Poneyville. Tous voulurent la serrer contre eux, la pressant de questions sur ce qui se passait dehors. Applebloom la regardait d'un air suppliant, l'implorant muettement de lui donner de bonnes nouvelles de sa sœur. Rainbow Dash ne savait pas à qui répondre en premier. Les poneys parlaient tous en même temps et de plus en plus fort, à tel point qu'on n'y comprenait plus rien.

– SILENCE ! Laisser Professeur Dash parler !

Tout le monde se tut en même temps, le regard tourné vers Yona. Rainbow Dash n'avait jamais entendu quelqu'un de cette taille crier aussi fort. La petite yack, fière d'elle, semblait défier qui que ce soit d'oser encore dire un mot. La pégase arc-en-ciel en profita pour retrouver contenance.

– Bon, qu'est-ce que vous faites ici, vous tous ? commença-t-elle par demander. Où est le reste des habitants ? Et d'abord, comment je suis arrivée là ?

Les autres se regardèrent les uns les autres avec dépit, déçus qu'elle n'en sache pas plus qu'eux. Les élèves et Spike entreprirent alors de lui raconter ce qui s'était passé.

Ils lui décrivirent le séisme et le déferlement de ténèbres qui s’étaient produits quelques heures après qu’elle et ses amies se soient mises en route vers le Mont Everhoof, puis l’apparition de la montagne, cette île de pierre qui avait surgi du néant au-dessus des plaines. En était descendues… aucun n’arrivait à les décrire, ne pouvait qu’évoquer des silhouettes monstrueuses, des bruits de pas, des scintillements de lances, mais tous avaient immédiatement senti qu’il fallait fuir. Comme Applejack l’avait deviné, certains habitants s’étaient réfugiés à l’école, tandis que les autres s’enfuyaient dans toutes les directions. Ils ignoraient ce que ceux-là étaient devenus. Les élèves ne purent pas non plus expliquer comment ils avaient été guidés, tout comme Rainbow Dash, par la lumière de l’Arbre, qui les avait menés depuis l’école jusqu’à sa grotte, mais y ils avaient ensuite guidé à leur tour les autres élèves et les poneys réfugiés avec eux. Depuis ils attendaient.

– Mais… et les princesses ? demanda ensuite Rainbow. Et les gardes ? Et les Wonderbolts ? Qu'est-ce que tout le monde attend ?

– On ne sait pas, répondit tristement Applebloom. On n'a encore vu personne.

– Et je n'arrive pas à envoyer de message aux princesses, ni à qui que ce soit d'autre, se lamenta Spike. Ils partent, mais ils ne vont nulle part.

– À Canterlot elles doivent être restées, afin de pouvoir la protéger, suggéra Zécora.

– Ça veut dire que c'est sur nous qu'elles comptent pour défendre Poneyville ! s'enthousiasma Scootaloo.

Rainbow Dash ne put retenir un petit sourire. Après tout, combien de fois elle et ses amies n'avaient-elles pas…

Elle se redressa d'un coup.

– Fluttershy, Pinkie Pie et Applejack ! Elles attendent de l'autre côté de la ville ! Il faut aller les chercher !

Tous les autres la fixèrent, abasourdis. Passée la stupeur de les avoir ainsi oubliées, la pégase bleue retrouva rapidement ses esprits. À part elle, il n'y avait parmi les poneys et les créatures présents que Spike, Smolder, Ocellus, Gallus et Silverstream à savoir voler. L'impatience lui démangeait les ailes.

– Vous cinq, vous venez avec moi, dit-elle en les désignant. On va aller les chercher et les ramener ici.

Tous hochèrent la tête, le regard plein de détermination. Les terrestres, en revanche, n'avaient guère l'air rassurés.

– Mais s'il vous arrive quelque chose ? se lamenta Applebloom.

– Ne t'en fais pas, ils ont une Wonderbolt avec eux, la rassura Scootaloo.

Rainbow Dash adressa un regard plein de fierté à sa petite protégée, puis elle et sa nouvelle escadrille s'élancèrent en silence vers l'ouverture de la grotte.

 

***

 

Les alentours de Poneyville étaient toujours aussi sombres et déserts. Rainbow Dash espérait de tout cœur que ses amies n'avaient pas bougé. Elle et les cinq jeunes qui volaient en file derrière elle traçaient une large boucle autour de la ville pour en atteindre l'autre côté, filant en silence au ras du sol, comme des astres en orbite autour de l'île de pierre qui dominait la bourgade. Quelque chose pressait la pégase, la poussait à accélérer, mais Spike et Ocellus, les deux moins rapides du groupe, la forçaient à ralentir l'allure. Pourtant, elle sentait qu'il fallait faire vite…

Alors qu'ils arrivaient en vue du pâté de maisons derrière lequel devaient se cacher leurs amies et professeurs, tous sentirent quelque chose dans l'air. Avant qu'ils n'aient eu le temps de tourner la tête, Spike poussa un cri et heurta le sol, rebondissant sur plusieurs mètres. Les oreilles de Rainbow se plaquèrent sur son crâne en entendant tout ce bruit. Tous atterrirent en catastrophe et galopèrent vers le jeune dragon.

– Tais-toi, tu vas nous faire repérer !

Mais Spike ne semblait même pas les entendre. Il se tenait la tête entre les pattes, incapable de se relever.

– J'entends quelque chose ! siffla-t-il entre ses dents.

– Ouais, mais là, c'est toi que tout le monde a entendu ! souffla Smolder. Il faut se barrer tout de suite !

Quelque chose vibrait dans les airs, dans l'ombre presque solide de l'île de pierre. Sans attendre, Rainbow Dash fit signe à Smolder de mettre Spike sur son dos. Deux secondes plus tard, ils décampaient aussi vite qu'ils le pouvaient, Spike se retenant de gémir. Soudain, il pressa ses mains contre son ventre. Dans un haut-le-cœur, il rota une bouffée de flammes vertes qui manqua de peu de roussir les poils sur les oreilles de Rainbow.

– Hé ! ne put s'empêcher de lâcher la pégase.

– C'est Twilight… vagit le petit dragon. Elle essaie de m'envoyer quelque chose…

Rainbow manqua de faire un faux mouvement et de se vautrer au sol. Smolder fut obligée de plaquer ses mains contre la bouche de Spike pour l'empêcher de roter à nouveau. Quant aux autres, ils volaient aussi vite qu'ils le pouvaient en direction de là où devaient se cacher Applejack, Fluttershy et Pinkie Pie.

Avec un immense soulagement, Rainbow Dash aperçut enfin ses trois amies, plaquées contre le mur. Quand elle la reconnut, Applejack ne put retenir un soupir de réconfort.

– Chut ! l'arrêta tout net Rainbow. Il se passe quelque chose, là-bas !

Elle désigna le centre de la ville, où tous sentaient, sans pouvoir distinguer quoi, que quelque chose s'agitait, à leur recherche.

L'état de Spike ne s'améliorait pas. Smolder l'arracha du dos de Rainbow Dash, avant d'être à nouveau obligée de lui plaquer les mains sur la bouche.

– Qu'est-ce qu'il a ? souffla Applejack, de plus en plus inquiète.

– Il dit que Twilight essaie de lui envoyer un message, répondit Rainbow Dash aussi bas qu'elle put, mais on dirait que ça ne passe pas.

– Attendez ! Smolder, lâche-le ! Je sais ce qu'il a !

Applejack poussa Smolder sur le côté pour l'éloigner de Spike. Le petit dragon fut à nouveau pris de nausées, mais cette fois la terrestre empêcha la jeune dragonne de l'approcher. Avec un renvoi que tous espérèrent n'avoir pas été trop sonore, le petit dragon cracha une nouvelle gerbe de flammes, mais dont les volutes, au lieu de jaillir puis de s'éteindre, restèrent un instant suspendues en l'air, dessinant des lettres, des mots…

– Un message !

Prisonnière avec Starlight, Rarity et les licornes à Tambelon. Capturées par Grogar. Ne pouvons rien faire. Pas d'autres moyens de vous contacter. Messages n'arrivent pas. N'essayez pas de vous téléporter !

Tous n'eurent que quelques secondes pour lire le message avant qu'il ne disparaisse. Applejack s'efforça de le graver dans sa mémoire. Les autres n'avaient qu'à peine eu le temps de le lire jusqu'au bout.

– Tambelon… Mais c'est où, ça ?

– On s'en occupera plus tard ! la coupa Rainbow. Filons d'ici ! Ocellus, tu peux te changer en quelque chose de plus gros ? Il va falloir les porter.

La petite changeline ferma les yeux pour se concentrer. Le rideau de flammes vertes s'éleva autour d'elle, mais au lieu de disparaître, elles se réunirent en un faisceau de feu qui fila dans les airs vers l'île de pierre, tranchant les ténèbres comme un flèche lumineuse avant de s'éteindre quelques secondes plus tard. Ocellus, quant à elle, avait gardé la même apparence. Elle fixait Rainbow Dash avec des yeux ronds.

– T'es folle ou quoi ?! souffla Smolder en lui fonçant dessus. Tu veux pas non plus mettre des panneaux pour qu'ils nous trouvent encore plus vite ?

– Je ne l'ai pas fait exprès, je ne comprends pas ! sanglota la changeline en se ratatinant sur elle-même. Ma magie a été aspirée !

Les cliquetis de métal et les bruits de pas se renforçaient en direction du centre-ville. Ils ne pouvaient plus attendre. Rainbow Dash remit de force Ocellus sur ses pattes.

– C'est pas grave, mais il faut y aller tout de suite ! Smolder, tu me mets Spike sur le dos. Toi et Gallus, vous portez Applejack, les deux autres, Pinkie Pie !

Tous s'exécutèrent aussitôt. Les deux terrestres furent saisies par les aisselles et les pattes arrière, prêtes à être transportées. Rainbow Dash se pencha ensuite vers Fluttershy, toujours plaquée au sol.

– Fluttershy, on décolle ! la pressa Rainbow aussi silencieusement qu'elle put.

– Je ne peux pas… gémit la pégase jaune, toujours prostrée au sol. J'ai bien trop peur !

– On va se faire attraper si on reste là !

Les bruits de pas et de métal se rapprochaient. Les élèves commençaient à frémir. Fluttershy, paralysée par la peur, se terrait au sol, incapable de bouger. Rainbow croisa le regard d'Applejack. En une fraction de seconde, sa décision fut prise. D'un coup de croupe, elle fit tomber Spike de son dos, l'attrapa et le planta sur celui de la fermière.

– Filez aussi loin que possible. On vous rattrapera plus tard. Si non, ne rejoignez les autres que quand il n'y aura plus de danger, c'est clair ?

– Mais, Professeur… hésitèrent les élèves.

Sans attendre, Rainbow claqua son sabot contre la croupe de Silverstream, qui bondit dans les airs de surprise, entraînant avec elle Pinkie et Ocellus.

– Filez ! ordonna la pégase bleue.

Gallus et Smolder se regardèrent un bref instant, une détermination nouvelle dans les yeux.

– Oh non, protesta Applejack. Je vous interdis de…

Mais ils avaient déjà décollé, l'emmenant de force avec eux, Spike toujours en équilibre précaire sur son dos. Silverstream et Ocellus les avaient déjà devancées et ils durent battre des ailes avec fureur pour les rattraper.

Rainbow Dash prit une seconde pour les regarder s'éloigner, puis reporta son attention vers Fluttershy. Elle savait pertinemment qu'elle ne pourrait pas voler très loin en la portant, et les élèves, à eux quatre, n'auraient jamais pu la porter en plus de Pinkie, Applejack et Spike. L'oreille tendue vers les bruits dans la brume, elle donna un coup de tête dans le flanc de Fluttershy pour la forcer à bouger.

– Allez, Fluttershy, on décolle !

– Je ne peux pas ! sanglota la pégase, tétanisée. Va-t'en sans moi, Rainbow ! Sauve-toi !

– Ça, jamais !

Mais elle ne voyait vraiment pas quoi faire d'autre. Cette fois, même savoir ses élèves en danger ne ferait pas bouger Fluttershy. Dans la brume obscure, les bruits redoublaient d'intensité. Du coin de leur cachette, de l'autre côté de la rue, Rainbow Dash les vit enfin.

Émergeant des ombres comme s'ils venaient d'apparaître, ils déambulaient sur deux pattes d'un démarche pataude, engoncés dans des armures de cuir et de mailles dépareillées, lance au poing, casque sur la tête. Ils étaient grands, plus grands que des poneys, mais leur face porcine, leurs groins proéminents et leurs petits yeux enfoncés sous d'épaisses arcades les faisaient paraître bien plus primitifs et brutaux. Ce n'était qu'une question de secondes avant qu'ils n'atteignent le coin du bloc de maisons et qu'ils les voient, elle et Fluttershy, mais aussi les autres qui s'enfuyaient par la voie des airs. Il n'y avait plus qu'une chose à faire pour les en empêcher. Rainbow se pencha vers Fluttershy.

– Surtout ne bouge pas et ne fais aucun bruit. On reviendra te chercher, tu m'entends ? On reviendra te chercher !

Fluttershy leva la tête, son regard noyé de larmes croisant un instant celui de Rainbow Dash. Oui, elle reviendrait !

L'instant d'après, la pégase bleue décolla.

– Eh, les affreux ! C'est moi que vous cherchez ? Attrapez-moi !

Elle fila dans la direction opposée à celle qu'avaient prise les élèves. Comme elle s'y attendait, tous les monstres la suivirent en beuglant, leurs lances pointées vers elle. Elle veillait à ce pas dépasser les toits des maisons, de crainte qu'ils n'abandonnent la poursuite si elle volait trop haut. Du coin de l'œil, elle ne perdait pas de vue la maison derrière laquelle était cachée Fluttershy. Elle n'avait aucune idée d'où elle devait aller et elle devait lutter pour ne pas laisser la panique s'emparer d'elle. Les créatures continuaient à la poursuivre, alors elle s'éloigna encore, criant toujours afin qu'ils ne fassent attention qu'à elle.

 

***

 

Les élèves, à bout de forces, avaient été forcés de déposer Applejack, Pinkie et Spike à l'abri d'un bosquet d'arbres, sur le flanc d'une colline, à un bon kilomètre des limites de la ville. Le petit dragon était toujours pâle comme un linge, incapable de tenir debout. Pinkie Pie avait manqué de se mettre à crier à pleins poumons à mi-trajet et n'en avait été empêchée que par Silverstream, qui lui avait aussitôt fourré son poing dans la bouche. Quant à Applejack, elle avait tremblé de fureur tout du long, mais en veillant à ne pas faire de bruit. Maintenant, cependant, ils étaient assez loin pour ne plus être entendus.

– Espèce d'idiote ! lança-t-elle en direction de la ville. Il faut toujours que tu joues les héros, hein !?

– Professeur, s'il vous plaît… la supplia Ocellus.

Dès qu'elle croisa le regard de la petite changeline apeurée, la fermière se calma. Les autres s'étaient assis autour d'elle pour retrouver leur souffle.

– Bon, alors, qu'est-ce qui s'est passé ? lâcha enfin Smolder. Et c'était quoi, ça, vous deux ? ajouta-t-elle en désignant Ocellus et Spike, qui peinait à retrouver ses couleurs.

– Un message de Twilight, c'était pourtant clair, non ? répondit sèchement Applejack. Elle est prisonnière dans un endroit appelé Tambelon, avec Starlight, Rarity et les autres.

– Mais c'est quoi, Tambelon, à la fin ? s'exclama Gallus.

– Oh, mais vous le faites exprès, ou quoi ?!

Tous se tournèrent vers Pinkie, qui s'était redressée comme un ressort. Les élèves ne l'avaient jamais vue aussi en colère. Elle traversa leur petit cercle comme une requin à travers un banc de poissons, se planta en bordure des arbres et pointa le sabot vers l'île de pierre, au-dessus de Poneyville, et les tours qui se dressaient dessus.

– C'est ÇA, Tambelon ! C'est là-dedans qu'elle est, Twilight ! Vous ne l'avez pas senti ?!

– Mais... Comment ? bégaya Gallus. D'où peut bien sortir ce truc ?

– De QUAND peut bien sortir ce truc, tu veux dire !

Le jeune griffon se ratatina sur place quand la terrestre vint lui crier cela à quelques centimètres du bec.

– Mais alors, qu'est-ce qu'on attend ? dit Smolder en se relevant, sans mettre en doute une seule seconde ce que Pinkie venait de dire. Si elles sont prisonnières là-dedans, on doit aller les sauver !

– Mais tu as entendu ce qu'a dit le professeur Dash ! protesta vaillamment Ocellus. Elle nous a interdit de nous approcher tant qu'il y aura du danger.

– Mais il y aura toujours du danger ! répliqua la dragonne. On doit y aller ! Ce ne sont pas seulement nos profs qui sont là-dedans, ce sont aussi nos amies, et les leurs ! Vous n'êtes pas d'accord ? dit-elle en interpellant directement Applejack.

La terrestre ne sut que répondre. Elle croisa le regard de Pinkie, à la recherche de soutien, mais la terrestre était toujours aussi furibonde.

– Applejack, il y a un moment pour réfléchir et un moment pour foncer ! Et là, je crois que c'est le moment !

Les élèves s'étaient tous relevés, l'air plus déterminés que jamais. Applejack tremblait. Avait-elle déjà été aussi fière d'eux ? Mais elle ne pouvait pas les laisser faire.

– Je ne peux pas vous laisser foncer comme ça vers le danger. Je suis obligée de vous interdire d'y aller.

– Et nous, on va être obligés de désobéir, répondit Gallus. Si vous croyez un tant soit peu en ce que vous nous avez appris, toutes les six, alors vous comprendrez pourquoi.

La terrestre ne put retenir une petite larme.

– Je comprends. Je suis fière de vous.

Tous les quatre hochèrent la tête avec respect, puis décollèrent en direction de la ville.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.