Discord icon

Chapitre 6 : Le père de tous les monstres

Starlight aidait Twilight à se remettre sur ses pattes. La jeune alicorne passa un sabot sur son front couvert de sueur.

– J'espère que ça suffira, haleta-t-elle. Je n'aurai pas la force de réessayer avant un bout de temps.

Elle comprenait à présent pourquoi Starlight avait eu tant de mal à lui transmettre le moindre message. L'espace autour d'elles semblait rempli d'une brume épaisse comme de la mélasse, à travers laquelle la magie avait le plus grand mal à se propager. Si elle n'avait pas eu autant l'habitude de recevoir et de transmettre des messages par l'intermédiaire de Spike, elle n'était pas sûre qu'elle y serait parvenue, et encore moins sans l'aide de Starlight. Toutes deux avaient à nouveau en bouche ce goût de métal qui imprégnait leurs langues à chaque fois qu'elles essayaient de se servir de leurs pouvoirs.

L'atmosphère dans le cachot avait changé. Le silence n'était plus le même. D'engourdi et empêtré dans la brume obscure, il était devenu tendu, comme si le moindre bruissement suffirait à le briser. Les autres prisonniers prenaient grand soin de faire le moins de bruit possible. Tous sentaient que, dehors, quelque chose bougeait. Rarity, Sweetie Belle, Trixie et Ruban étaient venues d'elles-mêmes s'asseoir près d'elles, dans leur coin du cachot. Toutes tendaient l'oreille, à l'affût du moindre indice sur ce qui pouvait bien se passer. Les minutes s'écoulaient, mais la tension ne retombait pas.

Alors même que rien n'avait encore bougé, toutes frémirent en même temps. Une seconde plus tard, des bruits d'armes et de sabots retentirent de l'autre côté de la porte, qui s'ouvrit avec fracas.

– Deux autres ! claqua l'horrible voix aigrelette de Bray. N'importe lesquelles, vite !

Des mains et des griffes s'avancèrent pour se saisir des licornes les plus proches. Toutes galopaient pour aller s'amasser du côté opposé. L'une d'elle trébucha et tomba. Les créatures au visage porcin, aux sabots fourchus et aux griffes brunes de crasse fondirent sur cette proie facile, qui hurla de désespoir. Son cri fit dresser les oreilles sur la tête de Twilight.

– Non ! Il faut qu'on l'aide !

– Chut, Twilight ! la pressa Starlight en lui fermant la bouche de force. Ça ne sert à rien !

Mais la ponette mauve se débattit et se libéra de l'emprise de son amie.

– Prenez-vous en à quelqu'un de votre taille ! lança-t-elle aux monstres.

Starlight et Ruban lui bondirent dessus pour la plaquer au sol et la faire taire. L'autre licorne, trainée de force vers la porte par les gardes, continuait de hurler, sous le regard horrifié des prisonniers.

– Une autre ! cria Bray de son insupportable voix de crécerelle. Par-là !

Il désigna de la patte le coin où étaient tapies Twilight et ses amies. La jeune princesse parvint enfin à dégager sa bouche.

– C'est ça, venez nous chercher, si vous l'osez !

– Twilight, par pitié, tais-toi !

Mais un frémissement bien différent venait de parcourir les corps de Rarity et de Trixie. Elles semblaient enfin sortir de leur léthargie, ramenées à la réalité par le cri de colère de leur amie. Rarity posa un sabot sur l'épaule de sa petite sœur. Il sembla alors à Twilight que, l'espace d'un instant, le goût de métal qui lui donnait la nausée s'atténuait, que l'air dans le cachot s'éclaircissait et qu'elle entendait et voyait bien mieux qu'avant. Les grandes oreilles d'âne de Bray se dressèrent sur son crâne, comme si lui aussi l'avait senti. Ses yeux se fixèrent aussitôt sur Twilight, qu'il parut remarquer pour la première fois. Quelque chose frissonna en lui, puis se propagea à ses soldats, dont les bouts des lances frémirent.

– Celle-là ! ordonna-t-il en pointant la ponette.

Cette fois, toutes les licornes proches de Twilight semblèrent se réveiller. Instinctivement, Rarity, Trixie et Ruban se rapprochèrent d'elle. Dans un autre coin du cachot, d'autres licornes faisaient de même autour de Gusty, le regard plein de défi. Les créatures en armures firent un pas en arrière. Une étincelle de crainte s'était allumée dans les yeux de Bray.

– Mais enfin, allez-y ! bégaya-t-il de sa voix suraiguë.

Ce fut le signal de tous semblaient attendre. Gusty fonça en criant, immédiatement suivie par les licornes qui l'entouraient. Twilight sentait l'adrénaline monter. À côté d'elle, Ruban et quelques autres s'étaient elles aussi élancées. Leurs cris résonnaient en écho contre les murs du cachot, créant une infernale cacophonie. Aucune des licornes n'essayait de lancer de sort, mais leur nombre seul faisait battre en retraite les gardes, qui se massaient près de la porte et se bousculaient pour sortir, ignorant les ordres de plus en plus paniqués de Bray. Sans même s'en rendre compte, Twilight s'était elle aussi mise à charger, criant à pleins poumons.

Quelque chose fit alors trembler tout le cachot, peut-être même la forteresse entière. Les licornes se plaquèrent au sol, leur charge brutalement interrompue. Les ténèbres semblaient remplir à nouveau tout l'espace. Une lugubre tintement de métal, d'abord presque inaudible, puis de plus en plus sonore, se mit à résonner. Twilight croisa le regard de Starlight, brutalement ramenée à la réalité.

– Ça ne sent pas bon, Twilight ! lui souffla son amie. Vraiment pas bon !

Les gardes étaient à présent massés contre un pan de mur à côté de la porte, le plus loin possible du centre du cachot. Seule Bray se tenait encore devant l'ouverture, plongé dans l'impuissance. Twilight décida de tenter sa chance. Elle regarda son amie dans les yeux.

– Reste avec elles. Protège-les.

– Attends, qu'est-ce que tu…

Sans attendre, la jeune princesse déploya ses ailes, fléchit les pattes pour prendre son élan et bondit. D'un battement, elle atteignit le seuil de la porte. D'un autre, elle passa Bray comme on saute un obstacle, en profita pour lui décocher un coup de sabot arrière qui l'envoya se vautrer au sol, puis, d'un autre encore, elle fut dehors.

Elle se retrouva dans un large couloir de pierre, d'aspect aussi ancien et lugubre que le cachot. Là aussi, les ténèbres se massaient dans les coins, sous les voûtes, dans les alcôves, étouffant la lumière vacillante que jetaient quelques torches en fin de vie. Sans prendre le temps de réfléchir, Twilight partit au galop vers la gauche. Elle croisa d'autres portes et d'autres couloirs, mais ne prit pas le temps de s'arrêter. Devant elle, elle entendait quelque chose qui ressemblait au vent et au tonnerre. Tout au bout, le couloir se terminait par une arche ouverte sur une sorte de terrasse. Twilight, déjà essoufflée, s'arrêta enfin de galoper et balaya du regard le spectacle qui s'offrait devant elle.

La terrasse se dressait très haut au-dessus du sol. Il lui semblait se trouver tout en haut d'une montagne, des centaines de mètres au-dessus du reste du pays. Autour, en bas, plongés dans le noir, elle reconnut les environs de Poneyville. Elle apercevait la flèche de son château et le toit de son école. Par un prodige qu'elle ne pouvait comprendre, Tambelon surplombait Poneyville, désormais plongée dans son ombre.

Un éclair claqua alors, tout près. De petits points colorés virevoltaient à toute vitesse dans le ciel. Les bolides, manqués de peu par la foudre, changèrent aussitôt de direction. L'un d'eux se rapprocha assez pour que Twilight puisse le reconnaître.

– Rainbow Dash !

Elle avait hurlé, mais la pégase ne l'avait pas entendue. Elle vira de bord pour rejoindre les autres assaillants, qui s'éparpillaient comme pour distraire un adversaire. Twilight sentit alors ses poils se dresser, chargés d'électricité statique. L'air bourdonnait d'un nouvel éclair, prêt à frapper.

Derrière Twilight, dressé au sommet de la plus haute tour de la citadelle, les cornes brillant d'une insupportable lumière jaune, Grogar se cabrait. À son cou, la cloche irradiait d'une maladive lumière verte. Les yeux mêmes du bouc semblèrent s'illuminer, puis il claqua ses sabots au sol. Dans un craquement qui déchira le ciel, la foudre surgit d'entre ses cornes et zébra à travers l'espace, se divisant en branches crochues comme des griffes. La bouche de Twilight fut à nouveau envahie par le goût du métal. Une fraction de seconde plus tard, l'éclair disparut, les cornes de l'énorme bouc s'éteignirent, mais la cloche continuait de luire. Les petites formes colorées qui dansaient dans les airs s'éloignèrent un moment, avant de se regrouper et de filer vers un autre coin de la ville, hors de vue de Twilight. Au sommet de la tour, Grogar déchaina la foudre une dernière fois, de rage de n'avoir pu les toucher ou pour les mettre au défi de revenir. Brusquement, Twilight sentit son regard se braquer sur elle. Un immense frisson la parcourut aussitôt et le goût du métal se renforça encore, plus écœurant que jamais. Elle s'ordonna de fuir, mais ses pattes étaient paralysées. Quand elle parvint à se retourner, elle se heurta à quelque chose et tomba brutalement.

Grogar était apparu devant elle, la cloche sur son cou à la hauteur de son visage, irradiant de vert et de jaune. Twilight se força à en détacher le regard, seulement pour le lever vers la sinistre face surmontée des deux énormes cornes. Ses yeux de braise étaient braqués sur elle.

– Je vous déconseille d'essayer de vous envoler, Princesse.

Bien qu'elle fût dénuée de menace, la voix de Grogar la fit frissonner.

– Que me voulez-vous ? trouva-t-elle le courage de demander. Qu'avez-vous l'intention de nous faire ?

Les yeux de Grogar se plissèrent.

– Moi ? Oh, non, pas moi…

Il leva un sabot pour caresser la cloche, dont la lueur se renforça, attirant irrésistiblement le regard de Twilight. Elle sentit la torpeur l'envahir, ses yeux se fermer malgré elle. Les ténèbres l'enveloppèrent avant qu'elle ne tombe au sol, puis tout disparut dans le noir.

 

***

 

Elle eut à nouveau l'impression d'avoir erré longtemps dans les ombres mais, cette fois, elle ne sentait aucun autre poney auprès d'elle. Il n'y avait que cette incessante vibration métallique qui refusait de mourir et qui accaparait tout son sens de l'ouïe. Elle devinait néanmoins une présence non loin ; une présence massive, imposante, qui l'aurait écrasée si elle s'en était trop approchée. Elle la sentait de plus en plus distinctement à mesure qu'elle sortait de sa torpeur. Un éclair de panique lui électrisa alors l'esprit. Rainbow Dash avait-elle réussi à s'échapper ? Starlight et les autres étaient-elles parvenues à quitter le cachot ? Spike avait-il reçu son message ? Qu'était-il arrivé à tous les autres ?

Mais la présence tout près d'elle s'agita, l'empêchant de se concentrer. Elle commençait à distinguer des murs de pierre, mais ce n'étaient pas les mêmes que ceux du cachot. Elle devinait des piliers, des plafonds voûtés, des marches couvertes d'un antique tapis qui menaient à une sorte d'estrade, sur laquelle se dressait un trône sculpté de figures monstrueuses. Elle se rendit alors compte qu'elle entendait aussi des voix. La première, insupportablement aigrelette, paraissait supplier la seconde, qui grondait comme le tonnerre. Il y eut un éclair, qui termina de la réveiller complètement, et elle discerna enfin clairement ce qui l'entourait.

On l'avait installée sur une couchette couverte d'une paillasse grossière, le long d'un des murs latéraux. Quand elle voulut se relever, quelque chose la retint en arrière, comme si elle était attachée, mais elle ne sentait ni ne voyait le moindre lien. Aux pieds du trône, Bray suppliait toujours, prostré au sol. Les cornes de Grogar brillèrent puis la foudre claqua à nouveau. L'âne lâcha un hurlement suraigu, puis quitta la salle au grand galop. Le grondement du tonnerre roula encore pendant de longues secondes avant de s'éteindre lentement. Twilight sentait l'air frémir de fureur. Le regard de braise de Grogar se tourna enfin vers elle. La cloche brillait toujours à son cou, mais son éclat paraissait nettement moins intense que la dernière fois que Twilight l'avait vue. Les cornes de l'énorme bouc se rallumèrent, mais cette fois beaucoup plus doucement. Twilight sentit le poids d'une lourde chaîne d'acier apparaître sur son encolure. Le lien qui la maintenait enchaînée au mur venait de se matérialiser. Les cornes de Grogar brillèrent à nouveau et la chaîne s'évapora, libérant Twilight de son emprise.

– Suivez-moi, lui dit-il simplement.

Sans attendre qu'elle se lève, il tourna les talons et s'engagea dans un passage discret qui s'ouvrait dans le mur du fond, derrière le trône. Twilight en déduisit qu'elle n'avait cette fois aucune chance de s'enfuir et qu'elle n'avait d'autre choix que d'obéir.

Dans le passage, des marches descendaient dans le noir vers ce qui semblait être le cœur de la citadelle. Twilight se laissait guider par la lueur de la cloche au cou de Grogar, faible mais suffisante pour leur éclairer le chemin. Une fois en bas des marches, à l'entrée de ce qui semblait être une vaste salle, la lumière diminua encore, comme pour dissimuler ce qui se trouvait là. Twilight ne distinguait plus de Grogar que son mufle et le profil de ses cornes qui se découpait dans le noir.

– Quelles histoires raconte-t-on encore sur moi, en cette époque ? Comment la mémoire de mon nom a-t-elle été transmise au fil des siècles ?

– Vous devriez le savoir, vous avez tout vu à travers les yeux de Ruban.

Il sembla à Twilight qu'il pinçait les lèvres.

– Ce n'est pas la même chose. On n'en garde qu'une impression très vague, une fois que c'est fini. Alors ?

– Vous avez lu Le Triomphe de Gusty ? se risqua Twilight avec une pointe de défi. Ma nièce adore.

Cette fois, il lui sembla qu'il souriait.

– Je crois en avoir entendu parler, mais je doute que tous les détails de l'histoire y soient réellement racontés.

Comme si elle n'avait attendu que cela, la lumière se raviva dans la salle, révélant l'horrible spectacle de son contenu aux yeux de Twilight.

De part et d'autre, alignées en deux rangées le long des murs, des dizaines de bêtes monstrueuses se dressaient, comme les animaux empaillés d'un horrible musée, figées dans des positions terrifiantes. Chacune était un assemblage cauchemardesque de plusieurs animaux différents, amalgamés pour créer des êtres géants, difformes et contre-nature. Manticores, chimères, ours-insectes, chiens à trois ou quatre têtes, serpents à torse de vache, et des dizaines d'autres qu'elle ne connaissait pas, tous immobilisés, comme gelés sur place, cependant leurs regards semblaient presque vivants.

– Le père de tous les monstres ! rugit Grogar. Voyez-les, mes créations ! Certains de leurs descendants errent peut-être encore de par le monde, qui sait ? Regardez leurs yeux ! Je n'ai qu'un sort à jeter pour tous les ramener à la vie et les lâcher à nouveau !

Le regard de Twilight sautait d'une créature à l'autre, terrifié par tant de monstruosités. Il lui semblait entendre Grogar rire, mais le lourd tintement de métal résonnait à nouveau à ses oreilles, plus assourdissant que jamais. Une lueur nouvelle attirait son regard, tout au fond de la salle, par-delà les rangées de monstres immobiles. D'autres licornes s'y tenaient en cercle, baignées dans l'hypnotique lueur verte, toutes tournées vers une large alcôve. Un glas résonna quand Twilight y posa à son tour les yeux.

C'était une antique cloche de bronze, énorme, aux flancs gravés de symboles étranges et agressifs. Elle était couverte de poussière et de toiles d'araignée, terne comme si jamais la lumière du soleil ne s'était reflétée sur ses bords.

Il y en a une autre ! C'est l'autre qui est importante !

Deux cloches ?

Twilight entendait la voix fantomatique de Gusty refaire surface dans son esprit, mais ce souvenir était balayé par l'irrésistible lumière et par le bourdonnement de métal. Sans même s'en rendre compte, elle s'était jointe au cercle des licornes. Leurs regards convergeaient comme les rayons vers le centre d'une roue. Un mince faisceau reliait leurs yeux aux étranges symboles gravés dans le métal. Quand Twilight les rejoignit, la lumière de la cloche se renforça. Deux des licornes à l'opposé du cercle, qui semblaient déjà au bord de l'épuisement, rompirent le contact et s'effondrèrent au sol, vidées de toutes leurs forces.

– N'est-elle pas magnifique ? reprit Grogar à l'oreille de Twilight. Contemplez-la. Donnez-vous à elle. Donnez-lui tout ce que vous avez !

Twilight eut le sentiment qu'il fallait qu'elle détourne le regard de cet objet maléfique, mais elle ne le pouvait pas. De l'autre côté de la salle, une lumière vert-jaune s'était allumée dans les yeux des deux premiers monstres. Grogar contemplait avec délectation ses créatures s'éveiller, la magie qui les animait à nouveau ravivée. Du cercle de licornes, l'énergie était drainée vers l'infernal objet, qui irradiait la salle de sa lumière maladive. La seconde cloche, au cou du grand bouc, luisait elle aussi, de plus en plus fort. Grogar huma l'air, comme pour en savourer le parfum. Ses cornes crépitèrent. Les yeux brillant comme des lampes, il sondait la forteresse, rétablissant le lien avec son ancienne marionnette, qui courait au côté des autres fugitifs. Sa fuite allait peut-être lui servir, en fin de compte.

 

***

 

Starlight et Gusty menaient le groupe, mi-trottant mi-galopant, à travers les interminables couloirs de pierre. Leur rébellion dans le cachot et la fuite de Twilight avaient semé un tel chaos parmi les gardes qu'il avait suffi de les bousculer pour sortir, chipant au passage les clés de Bray pour en enfermer la moitié dans leur ancienne prison. L'équidé aux grandes oreilles était hélas parvenu à s'échapper, filant au galop en bêlant de toutes ses forces. Les fugitifs s'étaient alors scindés en deux, Trixie, Rarity, sa sœur et la moitié des captifs partant vers la gauche, Starlight, Gusty, Ruban et les autres vers la droite, dans l'espoir qu'au moins un des deux groupes parvienne à trouver une sortie. Cela faisait plusieurs minutes qu'ils arpentaient les couloirs gris et sombre, sans savoir où ils allaient. Derrière Starlight, Ruban trébucha brusquement, lâchant un glapissement qui fit se dresser les oreilles de tous les poneys du groupe. Elle s'étala de tout son long, forçant les autres à s'arrêter.

– Attention ! souffla Starlight en se précipitant pour la remettre sur ses pattes. Tu vas nous faire repérer !

Pendant une seconde, le regard de Ruban resta suspendu dans le vague, son visage dénué de la moindre expression. Elle revint ensuite d'un coup à elle, comme une machine qui redémarre, se relevant comme si rien ne s'était passé.

– Nous n'allons pas du bon côté, souffla-t-elle avec assurance, un peu plus fort que nécessaire. 

Gusty la fixa avec perplexité, puis leva les yeux vers la voûte de pierre.

– Tu crois ? Je ne me souviens pas…

– Ça ne sert à rien de rejoindre les remparts, aucun de nous ne peut voler. Il faut gagner le centre de la ville.

Tous les autres la regardèrent avec étonnement, puis Gusty se mit à sourire avec férocité.

– Oui, profitons que nous sommes nombreux et que c'est encore la panique chez les gardes !

D'autres approuvèrent, échauffés par leur évasion victorieuse. Sans attendre, Ruban s'était remise en route, mais au lieu de continuer tout droit, vers ce que les anciens captifs pensaient être la direction des murailles, elle bifurqua dans un autre couloir, vers le cœur de la citadelle. Starlight, hésitante, finit par les suivre, l'oreille aux aguets, les yeux grands ouverts.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.