Discord icon

Chapitre 7.1 - Le Voyage dans les Dimensions

Un conseil dans une salle de conférence. On y trouvait la pointe des physiciens et astro-magiciens d'Equestria, mais aussi plusieurs membre de l'état-major, à commencer par le commandant Shining Armor.

Raggedy, debout derrière un bureau et devant un tableau, attendait. Comme toutes les personnes présentes ici.

"Je pense que tout le monde est là", constata le commandant. "Vous pouvez y aller."

Le scientifique du Tardis acquiesça, s'échauffant la gorge. Il avait tenu quelques conférences, mais rarement face à de tel néophytes. Il allait devoir vulgariser tout en restant assez solide pour convaincre ses confrères. Même parmi les scientifiques, tous n'étaient peut-être pas versés dans une théorie si obscure.

"Je ne vais pas prendre de détour donc", commença-t-il avec la voix tremblante. "L'ennemi que nous avons affronté peut utiliser le voyage par translation dimensionnelle non-euclidienne. Plus communément appelé passage en quatre dimension, ou en six, voir huit, selon le modèle mathématiques que l'on suit."

L'annonce provoqua quelques murmures parmi les scientifique présents, et laissa de marbre les officiers militaires. Au moins avait-il l'attention de ses collègues, il pouvait maintenant essayer d'avoir celui des non-initiés. Tentant de calmer son trac, il continua :

"C'est une théorie qui - comme la majorité des théories de ce siècle - a été établie par Starswirl le Barbu, à la fin de sa vie. Cette théorie permettrait, entre autre, de se déplacer d'un bout à l'autre de l'univers en un instant. Sans même avoir à activer un booster."

Les gradés s'échangèrent quelques regards peu convaincus. Raggedy prit une craie et continua tout en dessinant au tableau.

"Imaginez que cette ligne est notre univers", fit-il en traçant un trait bien droit. "Et que nous sommes ici."

Il ajouta un point sur la ligne et l'appela E, pour Equestria.

"L'idée de Starswirl, que beaucoup avaient déjà eue avant lui, est que notre univers n'est pas limité à ce que nous connaissons. Il y a autre chose, hors de cette ligne. Mais nous sommes limités, nous ne pouvons voir que ce qui se trouve sur celle-ci, car nous sommes nés dessus. Tout comme il est possible de s'imaginer un objet en trois dimensions, par exemple un cube, mais pas en quatre dimension. C'est un concept qui nous est étranger, car nous baignons dans un monde fait de seulement trois dimension, si on exclus celle du temps."

Il se retourna vers son auditoire, s'assurant que tout le monde suive. Au moins, contrairement à des élèves, les militaires restaient sérieux devant ses explications. Il en allait de la survie d'Equestria. Mais peut-être devait-il faire preuve de moins de rigueur.

"Si on garde notre univers sous la forme d'une ligne, l'hypothèse de Starswirl est que, dans ce milieu plus grand, ici le tableau, il y a une infinité d'univers."

Raggedy traça une série de lignes parallèles à la première, sur toute la surface du tableau.

"Aucun de ces univers ne s'intersecte, ils sont tous collés les uns aux autres, sans vraiment se rencontrer. Ils se touchent simplement. Et c'est ici que vient une des idées les plus obscures de Starswirl."

Le scientifique du Tardis entendit quelques griffonnements sur du papier. Quelqu'un semblait prendre des notes, du moins il espérait.

"Il a supposé que tous ces univers étaient en fait le nôtre. Pas des univers parallèles, légèrement différents. Non, simplement des images identiques. Nous sommes dans cet univers, mais aussi dans celui-ci, mais aussi celui-là, à l'autre bout du tableau."

Tout en parlant, il désigna plusieurs ligne, mais se dépêcha de nuancer :

"À un détail prêt. Si on regarde l'alignement de ces univers, celui-ci n'est pas parfait. Dans le cas de nos lignes, cela reviendrait à dire que sur cette ligne-là, juste à côté de la première que j'ai tracé, Equestria se trouve légèrement plus haut."

Il plaça un autre point E, sur la ligne à droite de la première, un peu plus haut.

"Et ainsi de suite, plus on se décale vers la droite, plus Equestria est décalé vers le sommet du tableau. Mais pas seulement Equestria, tout l'univers est légèrement déplacé par rapport à ses voisins."

Il plaça une succession de points, tous un peu plus élevé que le précédent, parfaitement alignés.

"Et si on va vers la gauche, même chose, mais en descendant."

Il compléta son dessin, obtenant une belle diagonale de points. À ce stade, il semblait complètement plongé dans ses explications et faisait moins attention à son auditoire. Il faut dire que la physique et les mathématiques se cachant derrière tout ceci étaient magnifique, à ses yeux.

"Voilà la théorie de Starswirl. Celle de l'univers infiniment répété."

"Merci pour cette leçon", fit remarquer avec un certain dédain un des scientifiques présent. "Je suis sûr que les non-initiés y voient plus clair maintenant. Mais venez-en au fait, qu'est-ce qui vous fait dire que l'ennemi peut se servir de cela ?"

"J'y viens. Mais je dois d'abords expliquer comment marche cette téléportation, qui n'en est pas vraiment une."

Raggedy se tourna vers les membres de l'état-major, continuant son explication.

"D'ordinaire, nous nous déplaçons seulement au sein de notre univers. Sur cette ligne, sans en changer. Mais, techniquement, si nous pourrions réussir à nous déplacer perpendiculairement à notre ligne, nous arriverions dans une des nombreuses images de notre univers, à un différent endroit, puisque tout est décalé."

D'un regard, il put voir que tout le monde commençait à voir où il voulait en venir.

"Et la partie vraiment intelligente, c'est que dans ce genre de déplacement, on change de dimension. Autrement dit, il n'y a pas vraiment de notion de temps, ni de vitesse. Il suffit juste de savoir à l'avance jusqu'à quelle ligne on souhaite aller, et on peut y être instantanément. Et se retrouver décalé dans l'espace d'autant qu'on le veut."

Un membre de l'état-major prit la parole.

"Je crois que nous voyons tous ce dont vous parler. Mais venez-en au fait, quelles sont vos preuves que l'ennemi utilise ceci, et pourquoi nous avoir expliqué tout ceci ?"

Raggedy s'éclaircit à nouveau la gorge, acquiesçant à la question posée.

"J'ai assisté à deux de leurs déplacements. À la fin de notre évasion, depuis l'intérieur du vaisseau, et aussi depuis l'extérieur quand nous sommes arrivés à Equestria. Dans les deux cas, mes observations ont concordé avec ce que la théorie disait. De l'intérieur, il m'a semblé que l'univers entier se réduisait à une simple ligne. Ce qui est typiquement ce qu'on s'attendrait à voir si nous, êtres en trois dimensions, nous nous décalions dans des dimensions autres que celles dont nous avons l'habitude."

Voyant que son auditoire ne semblait pas totalement convaincu, Raggedy reprit son dessin.

"Ici, il n'y a que des univers ligne, à une seule dimension. Ils ne connaissent que la verticalité, pourtant ils existent dans le tableau, qui lui est en deux dimensions. Quelqu'un voulant passer d'une ligne à l'autre doit abandonner sa dimension et la changer, le temps du trajet. Ici, on passe d'une dimension verticale à une horizontale."

Il dû reprendre son souffle un instant, demandant à ce qu'on lui apporte un verre d'eau.

"C'est la même chose pour les vaisseaux de l'ennemi. Faire gagner des dimensions à un objet est coûteux, inutile et probablement dangereux, imaginez une personne vivant sur cette ligne qui se retrouve soudainement en forme de carré. Alors, à la place, on change simplement les dimensions déjà existante de l'objet. Comme un vaisseau a trois dimensions, on peut en transformer une ou deux pour effectuer le trajet. Du point de vue des gens à l'intérieur, l'univers perd donc en profondeur, ou en hauteur, ce qui a été le cas de ce que j'ai observé."

"Et je suppose que vos observations extérieures ont aussi confirmées cela ?" s'enquit le scientifique de tout à l'heure, bien moins méprisant, et l'air plus grave. "Une distorsion de l'apparence du vaisseau ? Un effacement ? Une perte de profondeur ?"

"Une distorsion", approuva Raggedy, soulagé de se voir prit au sérieux. "Ce qui me fait dire que le changement de dimension prend un peu de temps à se mettre en place."

"Ça vous semble crédible ?" demanda Shining Armor, regardant vers les scientifiques.

La plupart acquiescèrent, et l'un d'entre eux se leva, expliquant :

"Si ces informations sont vraies, notre ennemi peut se déplacer n'importe où dans l'univers instantanément. Je ne suis pas chef de guerre, mais cette technologie nous dépasse totalement et présenterait d'énorme risques pour nous, selon le degré de miniaturisation atteint par ces assaillants. Une attaque viendrait sans signes avant-coureur, et une contre-attaque serait impossible si l'adversaire décide de ne pas l'essuyer."

Cela confirma ce que Shining Armor pensait. Peu importait la puissance de feu de l'ennemi, la simple possibilité de pouvoir mener les escarmouches les plus efficaces de la galaxie risquait de les mettre échec et mat dès le premier mouvement.

"Exactement", fit Raggedy d'un ton un peu trop réjouit, tant il était emporté par le sujet. "Car si je vous ai expliqué tout ceci, c'est pour souligner une chose."

L'auditoire se tourna vers lui, interrogatif. Il souriait, d'une manière presque effrayante.

"Ce que j'ai vu est la preuve que la théorie de Starswirl est correcte. C'est une preuve que ses calculs étaient corrects, ou presque corrects. C'est une preuve que ses expérimentations n'étaient pas si loin de la vérité. Je l'ai dis, il s'agissait d'une de ses dernières théories avant qu'il ne disparaisse. Et il avait déjà commencé à parler de quelques prototypes, on peut les retrouver dans son dernier livre. Equestria peut maintenant investir ses ressources vers ce moyen de transport, tout en sachant qu'il y a quelque chose à la clé. Nous pouvons rattraper notre retard."

L'état-major se tourna vers les scientifiques. Ceux-ci étaient visiblement pensifs, s'échangeant des regards emplis de doutes.

"Reprendre les travaux de Starswirl..." murmura un d'entre eux, stupéfait, appréhensif, et légèrement excité à cette idée.

Oui, peut-être qu'Equestria pouvait rattraper son retard.

Note de l'auteur

Je me devais de satisfaire mon désir de nerdisme. J'ai travaillé longtemps sur la théorie et les maths derrière ça et j'avais envie d'en parler.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.