Discord icon

Chapitre 8 : Un nouveau mode de vie

En relevant la tête après avoir entendu le cri d’un aigle, Twilight eut l’agréable surprise de voir dans le ciel, un groupe de nuages ayant la forme de poneys de tout âge au galop.

 

Depuis combien de temps elle courait ? L’alicorne ne le savait plus, la notion du temps lui ayant totalement échappée.

 

Mais elle ne s’en préoccupait pas, et arrivait tant bien que mal à rester dans le troupeau. Ce dernier, voyant sa fatigue et la gêne dans ses mouvements en portant Spike et la selle, avait même diminué le rythme.

 

Guidés par le chef qui changeait de direction par moment, ils avaient monté et descendu plusieurs collines, et même traversé un fleuve à gué. Ce qui permit à la jument de se rafraîchir les sabots, et la tête avec les éclaboussures des autres poneys.

 

Mais malgré ses efforts pour garder le rythme, Twilight ressentait un certain plaisir à faire cela. Le plaisir de sentir l’air souffler sur elle, d’avoir la crinière et la queue au vent, et de fouler la terre et l’eau en galopant. Et tout cela, sans craindre la réaction des autres poneys autour d’elle, et sans que cela ne soit dû à une fuite, une urgence ou un événement sportif.

 

En fait, Twilight avait l’étrange sentiment qu’un instinct ancestral reprenait vie en elle, et comprit davantage le dernier désir de Sunset Shimmer. Elle qui aurait tant voulu redevenir poney une dernière fois, avant de partir pour toujours.

 

À côté d’elle, se trouvait avec sa mère le poulain qui lui avait permit de se faire accepter, et qui maintenant l’encourageait en souriant et en hennissant. Ce qui n’était pas sans lui faire chaud au cœur, alors qu’elle se sentait désormais pleinement intégré dans le groupe.

 

De même, tout en galopant, Twilight observait le paysage autour d’eux, qui bien que que changeant n’en était pas moins resplendissant sous ce ciel bleu. Un ciel qui commençait aussi à prendre ses couleurs crépusculaires, renforçant la beauté du lieu. Elle se rappela alors sa participation à la Course des Feuilles de Poneyville, où déjà à cette époque, elle avait été plus concentrée à regarder le paysage qu’à gagner la course. Ce qui ne l’avait pas empêché d’arriver 5ème.

 

Spike profitait également du spectacle, tout en mangeant quelques baies qu’il piochait dans la sacoche. Même si par moments il se les prenait dans le visage, quand Twilight devait sauter par dessus un tronc ou un rocher.

 

Puis le troupeau se mit à ralentir progressivement, avant de s’arrêter près d’un étang, bordé par endroit de roseaux et avec quelques buissons et arbres aux alentours. Twilight en profita pour se défaire de ses bagages, et avant de se diriger comme d’autres poneys vers l’étang, accompagné de Spike qui avait besoin de se nettoyer le visage.

 

‘‘Alors, on dirait que tu y as pris plus de plaisir que ce matin.’’ lui lança d’un air moqueur ce dernier en marchant à ses côtés.

 

‘‘Je dois avouer que ça m’a procuré beaucoup de bien. Ça m’a même permis d’oublier un moment, tout qu’il s’est passé pendant notre absence. Mais la douleur aux pattes est là pour me faire redescendre sur terre.’’ répondit-elle d’un air un peu rieur, tout en s’approchant de l’eau, la crinière un peu décoiffée.

 

Mais en arrivant au bord de l’étang, elle se rappela qu’elle n’avait pas de bouteille ou de verre avec elle. Elle observa alors la façon de faire des autres poneys, et après avoir haussé les épaules, se résolut à faire de même.

 

Heureusement que Rarity n’est pas là pour voir ça. se dit-elle avec amusement, alors qu’elle baissait la tête, et commençait à aspirer l’eau dans sa bouche pour l’avaler, sous le regard surpris de Spike qui lui utilisait ses pattes.

 

Au bout de quelques minutes durant lesquelles chacun put se rafraîchir et se rincer la tête, Twilight vit Spike courir en direction de l’endroit où il avait laissé la selle. Celle-ci était fouillée par le poulain qui en retira une pomme qu’il tenait dans la bouche.

 

‘‘Hey, hey ! Non, n’y touche pas !’’ lui lança Spike en agitant les bras. Sa réaction provoqua la fuite du poulain, qui après avoir lâché la pomme se réfugia sous sa mère. Celle-ci regarda d’un air sévère le dragon qui se sentit mal à l’aise et recula en faisant un petit sourire nerveux.

 

C’est alors qu’il remarqua que Twilight venait de prendre la pomme dans son aura magique et s’approchait du poulain.

 

‘‘Approche… à ton âge, tu en as plus besoin que nous.’’ lui dit-elle gentiment, en tendant la pomme maintenue en lévitation.

 

Après s’être approché prudemment, ne comprenant pas comment ce fruit pouvait voler, le poulain finit par le saisir dans sa bouche en adressant un sourire à la jument, qui se retourna vers Spike.

 

‘‘Tu sais que dans ces moments là, tu me fais vraiment penser à Fluttershy?’’ lui déclara-t-il, étonné par ce geste.

 

‘‘Bah, ce n’est qu’une pomme et ça renforce leur confiance envers nous.’’ dit-elle en revenant vers son dragon.

 

‘‘A la différence que ce sont nos provisions, et qu’il nous en reste plus beaucoup. Alors qu’on est là depuis hier seulement.’’

 

À cette remarque frappante, la jument devait admettre qu’avec cette belle fin de journée, elle avait sous-estimé la gravité de leur situation. Mais elle refusa de se dire que son geste était une erreur, voyant le poulain déguster avec bonheur le fruit.

 

‘‘Bon, il faudra veiller à se rationner, et éviter d’en manger hors des heures de repas.’’ finit-elle par dire d’un ton ferme et se retournant vers Spike.

 

Remarquant que ce dernier venait de baisser les yeux d’un air coupable, elle posa son sabot sur son épaule avec un sourire.

 

‘‘Mais je pense que je ferais une petite exception pour toi, tu es toi aussi encore jeune et surtout très gourmand.’’ lui glissa-elle, se disant que même s’il avait fait preuve de maturité depuis leur arrivée, il restait encore un enfant.

 

‘‘Bien va te coucher, la nuit tombe.’’ lui conseilla-t-elle en voyant le ciel nocturne apparaître. ‘‘Mais je suggère d’éviter de faire du feu, ça pourrait effrayer les poneys et nous faire remarquer.’’

 

Après que Spike ait acquiescé, celui-ci se rendit avec la selle vers un épais buisson, afin de se protéger en cas de vent. Twilight quant à elle entendit son ventre gargouiller, mais se refusa de consommer d’autres provisions. Elle se décida à marcher un peu pour passer le temps, profitant de la fraîcheur du crépuscule et observant les poneys alentours.

 

Elle aperçut alors le poulain avec les deux autres du troupeau en train de jouer à se courir après, à proximité de leurs mères respectives, et en se mordillant légèrement la crinière et en hennissant. Un spectacle qui n’était pas sans attendrir le cœur de Twilight, se demandant également si elle oserait un jour refaire ce cri spécifique des équidés mais que la société équestrienne avait occultée, l’estimant trop primitif.

 

En continuant son exploration, elle vit un poney s’écarter des autres et lever un peu la queue.

Qu’est-ce qu’il va faire ? Ne me dites pas qu’il… Non, je n’ai rien vu. Commençait-t-elle à se demander avant de tourner rapidement les talons, supprimant ces images de son esprit. Elle se dit alors, que les toilettes pouvaient, définitivement, être considérées comme la plus belle invention qui changea la face du monde.

 

Elle préféra porter son attention sur autre chose, et vit d’autres poneys en train de brouter l’herbe. Elle se mit alors à regarder le sol à ses sabots, intriguée. L’herbe de couleur vert clair était composée de diverses plantes, dont des trèfles et des fleurs, tels des pissenlits et des pâquerettes.

 

Hum… C’est vrai que le foin auquel on est habitué dans nos assiettes, est en parti fait de toutes ces choses, qui ont été préalablement coupées et séchées. Se dit-elle en baissant la tête pour mieux examiner la végétation, alors que son estomac continuait à crier famine.

 

Après avoir jeté un rapide regard à droite et à gauche, Twilight commença à ouvrir la bouche et à arracher avec les dents, non sans mal, une bouchée d’herbe.

 

Ah non, heureusement que Rarity n’est pas là pour voir ça ! rit-elle en affichant un sourire, malgré sa bouche pleine d’où sortaient des brindilles d’herbe. Pourtant, au fond d’elle-même, il lui semblait que cette manière de se nourrir était… naturelle. Aussi renouvela-t-elle l’expérience, confiante, sans prendre la peine de regarder si elle était observée.

 

Elle passa ainsi près de vingt minutes à se remplir le ventre, prenant peu à peu le sabot pour arracher et mâcher en même temps l’herbe. Ce qui n’était pas sans lui procurer une grande fierté, malgré quelques brindilles qui lui restaient dans la gorge, la forçant à aller boire de nouveau pour tout faire passer. De même, elle se remémora la fois où, encore licorne, elle avait passé une demi-journée entière le ventre vide : cherchant désespérément un endroit où manger afin d’avoir l’esprit clair pour savoir avec qui elle devait se rendre au Grand gala équestre. Dire qu’elle avait un moyen de se nourrir juste à ses sabots…

 

C’était il y a si longtemps… mais je m’en souviens comme si c’était hier… se dit-elle avec nostalgie en relevant la tête pour observer le ciel nocturne qui finissait de s’installer, avant de se remettre à paître. Si la situation n’était pas aussi dramatique pour Équestria comme je le crains, je pourrais presque avoir envie de vivre ainsi. Pendant quelques temps du moins. se dit-elle encore en se rappelant qu’elle avait toujours refusé de mettre ses ornements de princesse, et que même avec son château elle avait continué à vivre simplement, hors du style de vie des gens de la haute société équestrienne.

 

Puis estimant qu’elle s’était assez nourrie, la jument reprit son exploration, et son regard fut attiré vers le chef du troupeau, qui regardait le ciel d’un air attristé.

 

Pas besoin d’être érudit pour savoir qu’il pleure la disparition d’un proche, qu’il pense être parti vers les étoiles. pensa-t-elle l’air peiné, se rappelant qu’elle n’avait jamais vu de jument à ses côtés depuis son arrivée.

 

En poursuivant son exploration, elle remarqua que le nouveau poney du groupe, au pelage noir, l’observait de loin, avant de se remettre à brouter après avoir croisé son regard.

 

Peut-être qu’il est simplement curieux de ma nature d’alicorne, mais j’ai comme l’impression qu’il me veut quelque chose… Il faudra que je le garde à l’œil. nota-t-elle en préférant quitter les lieux.

 

À un autre moment, une envie pressante se fit sentir pour la jument alors toute embarrassée. Elle qui avait, malheureusement, constaté que tout se faisait directement sur place dans ce troupeau.

 

Or, elle avait beau avoir fait beaucoup d’effort, certaines limites ne pouvaient être franchies aussi facilement en une seule journée. Aussi se mit-t-elle rapidement en quête et trouva un épais buisson, contre lequel elle pencha légèrement le dos en relevant la queue, non sans jeter de nombreux regards aux alentours.

 

Vraiment là… Il ne vaut mieux qu’aucune de mes amies ne voit ça, encore moins la princesse Célestia… se remit-elle à penser tandis qu’elle faisait sa commission.

 

Celle-ci terminée, et sentant la fatigue la gagner après avoir enduré deux courses en une seule journée, Twilight décida qu’il était également temps pour elle de se coucher, cherchant du regard l’endroit où Spike s’était installé.

 

‘‘Sniff, sniff... Pouah ! Ils ont aussi oublié ce qu’étaient les règles élémentaires de savoir-vivre à ce que je sens !’’ Lança une voix reptilienne en colère au grand désespoir de Twilight, qui venait de se rendre compte qu’elle avait fait le tour de l’étang.

 

Après avoir attendu un moment, elle se décida à contourner le buisson et à rejoindre Spike, qui se bouchait les naseaux de la patte.

 

‘‘Qu... Qu’est-ce qu’il se passe Spike ?’’ demanda-t-elle en prenant l’air le plus innocent possible, remerciant mille fois Célestia que le ciel nocturne cache en partie la rougeur de ses joues et sa sueur.

 

‘‘Un de ces sauvages n’a visiblement pas vu que quelqu’un se trouvait là, et a fait ses besoins de l’autre côté de ce buisson.’’ Répondit énervé le dragon en rassemblant leurs affaires, avant de chercher un autre endroit où dormir. Derrière lui, suivait une Twilight toute honteuse, qui se promit à l’avenir de toujours vérifier les endroits où elle aura à faire ses commissions.

 

Une fois qu’ils eurent trouvé un nouvel endroit à l’abri pour dormir, Spike redéploya la couverture, et la mit sur lui et Twilight, qui observait les autres poneys à proximité. Certains s’étaient comme elle couchés à terre, alors que d’autres dormaient en restant debout.

 

‘‘À quoi penses-tu Twilight ?’’ lui demanda Spike en tournant le regard dans la même direction que la jument.

 

‘‘Je me disais juste… que notre espèce a beaucoup changé depuis son apparition sur cette terre. À les voir, on pourrait presque se dire que nous nous sommes compliqués la vie, en cherchant paradoxalement à la rendre meilleure.’’ donna comme réponse une Twilight qui avait l’air pensif. ‘‘Par exemple, on se tracasse à cuisiner des plats, alors que nous avons tout ce qu’il nous faut à nos sabots. De même, on a créé une société basée sur le travail, où il faut toujours se dépêcher pour mener à bien sa tâche, oubliant la joie de ce qu’est le galop dans des plaines comme ici, et de prendre son temps. On doit aussi toujours veiller à avoir une crinière et une queue bien brossée, afin de se distinguer des autres. Et ne parlons pas des gens de Canterlot, qui ont pris l’habitude de porter quotidiennement des vêtements. Enfin, en les regardant, je me rends compte aussi que nous avons perdu l’habitude de dormir à la belle étoile, sans avoir besoin de matelas, d’oreiller ou de couverture. Comptant sur notre seule fourrure et le corps des autres si besoin.’’ poursuivit-elle sous le regard intrigué de Spike. ‘‘En somme, nous avons d’une certaine manière oublié les plaisirs simples de la vie, et les poneys d’aujourd’hui les ont redécouvert.’’ finit-elle par conclure en continuant à regarder ses semblables. ‘‘Autant j’avais trouvé le monde des humains saugrenu la première fois qu’on s’y était rendu, autant ici… je trouve que tout est simple. Certe la vie sauvage de ces poneys doit être difficile par moment, notamment les jours d’Hivers, voir cruelle avec les prédateurs, mais elle est aussi bien plus facile à vivre, sans être formatée par divers codes de conduite et inventions technologiques. Enfin… même s’il faut reconnaître que certaines nous ont été très profitables, à commencer par celle des toilettes.’’ ajouta-t-elle en terminant par un rire gêné.

 

Après avoir rit de concert avec la jument, qui se demandait ce que pourraient en penser ses amies, Spike reprit un air plus sérieux. ‘‘Mais pourquoi ils sont redevenus comme ça ces poneys ? Tu ne vas pas me dire que ce mode de vie leur manquait à ce point quand même ?’’ la questionna-t-il en désignant les équidés autour d’eux.

 

‘‘Eh bien… J’ai ma petite théorie là-dessus, mais j’hésite à te la dire.’’ répondit-elle l’air gêné en regardant le ciel étoilé.

 

‘‘Tu peux me le dire Twilight. Après ce que j’ai vu à Poneyville, je sais que ce ne sera pas beau à entendre.’’ enchaîna Spike en posant sa patte sur l’épaule de l’alicorne.

 

‘‘D’accord… Selon moi, au vu du ciel qui ressemble à celui de notre époque, et de la végétation qui recouvrait Poneyville… Je pense qu'avec mon sort, nous avons voyagé non pas de sept minutes, mais d’environ sept siècles dans le futur. De ce fait, la guerre entre poneys, griffons et minotaures doit être terminée depuis longtemps, mais…’’ commença-t-elle à expliquer avant de s’arrêter.

 

‘‘Mais…’’ reprit Spike en invitant son amie à continuer.

 

Après un petit soupir, celle-ci se décida à reprendre. ‘‘Mais je crains que les poneys ont perdu ce conflit, revenant peu à peu à l’état sauvage. Et que ce que nous voyons autour de nous, sont les descendants des poneys d’Équestria. Pourquoi y-a-t-il eu ce conflit ? Je l’ignore, mais déjà nous voyons où il a conduit. Ce qui nous donne aussi une idée de ce à quoi doit ressembler Canterlot et les autres villes du royaume.’’

 

Devant ces explications douloureuses, Spike ne pouvait s’empêcher de ressentir une profonde peine. Se remettant à penser à tous ceux qu’ils ne reverraient plus jamais, sans savoir ce qu’ils sont devenus. Mais alors qu’il regardait les poneys, une nouvelle question lui vint à l’esprit.

 

‘‘Mais pourquoi ils ne sont plus que des terrestres ? À moins qu’ils vivent en race séparée, comme avant le règne des princesses ?’’ redemanda-t-il à Twilight qui se mit à réfléchir.

 

‘‘C’est peut-être ça… Mais peut être aussi… que les minotaures et les griffons ont fait en sorte qu’il ne reste que des terrestres. Et souviens-toi comment à notre arrivée, les poneys semblaient découvrir pour la première fois une corne et des ailes.’’

 

‘‘Attends… Tu veux dire que…’’ enchaîna Spike, qui ne put continuer en comprenant où voulait en venir son amie.

 

‘‘Il faut espérer, s’ils me trouvent, qu’ils aient évolué depuis tout ce temps.’’ raisonna tout haut Twilight, ayant compris que sa nature d’alicorne pouvait les mettre en grand danger elle et Spike, voire tout le troupeau.

 

‘‘Mais si la lune et le soleil se déplacent, ça veut bien dire que les princesses sont toujours vivantes, non ?’’ tenta de temporiser le dragon, qui sentait la crainte envahir le cœur de la jument.

 

‘‘C’est possible… mais rappelle toi aussi que Célestia avait la capacité de faire bouger les deux astres. Et d’après les explications d’Applejack à Sunset, la princesse a été capturée dès l’avènement du conflit. C’est donc peut-être elle qui s’occupe du lever et du coucher du soleil, comme pour la lune.’’

 

‘‘Et tout ça en restant prisonnière des minotaures ? Non, elle n’aurait jamais pu les laisser faire sans réagir ! Elle aurait pu par exemple… décider de ne plus bouger les astres.’’

 

‘‘Je ne sais pas Spike. Peut-être qu’elle n’a pas d’autre solution que de rester prisonnière.’’ concéda Twilight, qui elle-même se demandait comment Célestia aurait pu laisser de telles choses arriver à son peuple. ‘‘Nous devrons élucider tout ça au fur et à mesure de notre voyage. De même, il nous faudra savoir ce que sont devenus les Éléments d’Harmonie qui ont été retirés de l’Arbre. D’ailleurs, je pense que si Poneyville a été attaqué si tôt… c’était dû au fait qu’elle se trouvait à proximité de l’Arbre. Les minotaures ont voulu nous priver d’une de nos principales défenses, et nous démoraliser en détruisant quelque chose de sacré ainsi qu’une ville connue de tous… De même, il est probable qu’ils avaient également l’intention d’éliminer une des quatre princesses.’’ Poursuivit-elle en sentant un mal de ventre se former.

 

Un grand bâillement de sa part lui rappela alors qu’il était déjà tard, et qu’elle avait besoin de repos après cette longue journée et ne plus penser à tout ça.

 

‘‘Bien, il faut dormir maintenant, nous en saurons peut-être plus demain.’’ conseilla-t-elle en posant sa tête sur l’herbe tendre, pendant que Spike se mettait en boule à ses côtés.

 

Ceci, sous le regard discret de l’étalon noir, qui était resté derrière eux durant toute la discussion, et qui affichait un sourire malicieux en s’éloignant, avant de disparaître dans la pénombre.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.