Discord icon

Chapitre 86 : Vers une nouvelle ère

Entendant un important bruit d’explosion au loin, Protective lâcha un lent soupir en fermant les yeux. Il avait peu de doute sur l’origine de cette déflagration et préféra poursuivre sa route à travers les rues désertes de la ville.

Après avoir travaillé avec Revenge puis s’être entretenu au Sénat avec d’autres collègues sénateurs la matinée, le vieux minotaure avait décidé de marcher dans la ville meurtrie et d’aider les plus nécessiteux dans la mesure de ses moyens. Il encouragea ainsi plusieurs personnes aux habitations menaçant de s’effondrer de se rendre à la caserne, au Sénat et à la Chancellerie, dont la structure était bien plus résistante aux tremblements de terre.

Continuant d’avancer en arrivant en vue de l’ancienne place du marché, tenant toujours un drap mouillé au visage, Protective regrettait les jours heureux d’avant le début de cette crise, d’avant la venue de l’alicorne.

Tout n’était pas parfait avec les poneys sauvages… Mais au moins, on vivait… pensa-t-il navré avant d’être pris d’une nouvelle toux.

Soudain, le son d’un souffle au-dessus de lui attira son attention. Levant la tête, Protective vit stupéfié une bande arc-en-ciel venir de l’Ouest et se déplacer à grande vitesse en annihilant l’épais nuage de cendre à son passage.

"Par mes ancêtres…" commença à dire bouleversé le minotaure, avant de rapidement fermer les yeux et se couvrir le visage avec un bras au passage du phénomène qui fit brutalement réapparaître le Soleil.

Sentant les rayons et la chaleur de l’astre céleste, Protective baissa son bras et rouvrit les yeux, apercevant alors un ciel dégagé et lumineux. De même, si la couche de cendres au sol et sur les bâtiments restait, l’air redevenait agréable à respirer. Peu à peu, les habitants commencèrent à sortir de chez eux, déboussolés et ne comprenant pas ce qu’il leur arrivait.

"Qu’est-ce… Qu’est-ce qu’il se passe ?" finit par demander l’un d’eux, sans obtenir de réponse des autres qui regardaient le phénomène dans le ciel poursuivre sa route et s’éloigner vers l’Est.

Mais une légère secousse les stoppa dans leur observation et la peur réapparue sur leurs visages.

Ça semble être plus proche… Beaucoup plus proche… pensa cependant Protective, doutant que le volcan soit la cause de ce tremblement.

Crac ! Crac !

Des bruits de craquements attirèrent bientôt l’attention des minotaures, comme si quelque chose émergeait du sol.

"Regardez, la place du marché !" s’alarma l’un d’eux en désignant la grande place d’où les craquements semblaient venir et où une lueur blanche sortie de terre.

Intrigué, Protective et quelques autres s’aventurèrent vers le lieu, couvert d’une couche de cendre alors qu’aucune activité avait eu lieu depuis plusieurs jours. Marchant prudemment, le sénateur constata que la lueur blanche venait du centre de l’ancien enclos servant à vendre les poneys. En approchant, il remarqua que le sol se soulevait peu à peu, avant de laisser apparaître une structure en cristal émettant la lueur.

Après une trentaine de seconde, les secousses cessèrent ainsi que l’émission de la lueur, permettant à chacun de mieux observer la formation sortie de terre.

"C’est… un arbre ?" questionna un habitant avec hésitation.

"Un arbre en cristal…" rectifia un autre.

En examinant attentivement la structure, Protective remarqua alors au milieu des cinq branches principales de l’arbre la présence de gemmes incrustées et de différentes couleurs. De même, la bases de chacune des branches convergeaient à un niveau du tronc où se trouvait ce qui ressemblait à une étoile. Plus bas sur le tronc, était également présent une représentation d’un cœur en cristal.

"Mais qu’est-ce que ça signifie ?" s’interrogea pensif le vieux minotaure, avant de partir d’un pas rapide. "Que personne ne touche cet arbre, je m’en vais avertir mes collègues sénateurs."

 

*************************************************************************************************************************************************

 

"Tu penses que c’était elles ?"

C’est d’une voix mêlant appréhension et espoir que Luna s’adressa à sa sœur après avoir aperçu se déplacer dans le ciel une bande arc-en-ciel depuis le sud. Parties en fin de matinée avec une escorte yack conduite par Rutherford VII et une cinquantaine de poneys valides, en grande partie pégases, les princesses alicornes se dirigeaient vers leur ancienne capitale.

"J’en suis certaine", répondit confiante Célestia en observant le phénomène s'éloigner. "Et avec un peu de chance, ça a mis fin à l’éruption ainsi qu’au nuage de cendres", reprit-elle d’un ton plus humble en tournant la tête vers sa gauche.

"Il vaut mieux dans votre intérêt. Dans le cas contraire, votre peuple est autant condamné que le mien", lui fit remarquer impassible Kalt en marchant à ses côtés. "Mais même si votre protégée a réussi sa mission et libérer Minotaurville de la pénombre, ne pensez pas que cela signifie que l’hostilité des minotaures envers vous prendra fin", mit-il ensuite en garde en portant son regard vers les princesses.

"Vous souhaitez peut-être qu’on vous exécute, si la paix est impossible ?" suggéra agacé Shining, couché avec Spike sur un chariot tiré par des yacks du fait de l’amputation de sa jambe avant droite. De même, marchant à proximité du chariot, Starlight affichait un air réprobateur sur les propos du minotaure.

En l’entendant, Green qui accompagnait aussi la délégation, avec Gray tenant Méduse et Steel sa chèvre Greedy, lâcha un soupir.

"Je vous rappelle qu’un accord de paix a été conclu hier soir", déclara-t-il las.

"Conclu. Pas approuvé, ni signé", rectifia Kalt en jetant un rapide regard derrière lui. "Et je dois encore convaincre le Sénat de l’accepter. Vous n’en voyez peut-être pas l’utilité avec votre système de gouvernement, mais à Minotauria, le peuple a le droit, par la voie de ses représentants, d’avoir son mot à dire sur les décisions qui affectent son avenir", argua-t-il en regardant devant lui.

"Et je compte bien m’assurer que mes collègues prennent la voie de la paix", répliqua Green tandis que Luna et Shining se forcèrent à ne pas réagir à cette nouvelle critique du Chancelier. "Merci encore à vous, souverain Thorax, pour nous accompagner afin de conclure la paix", remercia-t-il ensuite en se portant vers le changeling et les siens l’accompagnant, certains posés également sur des chariots.

"En tant que nouveau dirigeant des changelings, c’est de mon devoir de participer à la signature de la paix", affirma Thorax en retour, affichant un timide sourire à Green bien que lui et les siens étaient encore affectés par la perte de Chrysalis. "Et si le fait de me rendre avec les miens dans la capitale des minotaures peut vous aider à les convaincre de mettre fin aux hostilités, alors qu’il en soit ainsi", ajouta-t-il avant de se tourner vers l’un des siens. "Même si j’aurais préféré que tu ne nous accompagnes pas", indiqua-t-il à la personne visée.

"Ce n’est pas parce que je suis la seule changeline adulte, que je dois avoir un traitement de faveur", objecta avec force Antenne. "En tant que membre de l’essaim, mon but est de veiller sur celui qui nous dirige.

– Néanmoins, et je vous rejoins sur ce point souverain Thorax, voir l’ensemble des membres encore vivants de votre espèce devrait rassurer les miens. Le fait que vous soyez désormais si peu nombreux et, pardon de le dire, que votre avenir soit assez « incertain » avec seulement une changeline adulte, va les convaincre que vous ne représentez plus une menace d’importance", relança Kalt d’un ton calme, mettant mal à l’aise plusieurs changelings.

"Par contre, concernant le sort des griffons ?" lança Gilda, assise avec Beroe à côté de Spike tout en tenant l’Idole de Boreas. "Je n’ai pas bien compris ce qui a été décidé", continua-t-elle dubitative pendant que Kalt lâchait un air réprobateur à Célestia, se rappelant la désagréable matinée suite à l’annonce par l’alicorne de son intention de favoriser l’émergence d’un royaume griffon.

"Nous avons convenu avec le Chancelier que vous prendrez officiellement la tête des griffons…" commença alors à répondre la princesse du Soleil en tournant la tête vers la griffonne. "…mais que vous n’aurez qu’un titre honorifique, et que les vôtres resteront membres de Minotauria en obéissant à ses lois", termina-t-elle calmement en regardant de nouveau devant elle.

"Un beau procédé pour affaiblir sans le dire Minotauria", commenta Kalt sans quitter son chemin des yeux. "En apparence, vous ne changez rien pour les miens. Mais s’il devait y avoir un jour un retour des hostilités, votre amie pourrait appeler les griffons à travers Minotauria à se révolter pour soutenir les poneys. Sous forme allégorique, on qualifie cela d’épée de Damoclès ou de cinquième colonne. Ou de manière plus simple : de menace." expliqua-t-il en fronçant les yeux.

"On ne peut pas qualifier cela de menace, Chancelier. Il s'agit plus d'un... rééquilibrage par rapport aux poneys d'Equestria qui se seront portés volontaires pour remplacer ceux sauvages dans Minotauria, et qui de fait seront des quasi-otages", voulut temporiser Green. "Et puis rien n’assure que les griffons obtempèrent immédiatement à un éventuel ordre de Gilda. Vous savez comme moi que beaucoup sont d’abord préoccupés par la conduite de leurs affaires.

– Et personnellement, les trucs de souverains, ça ne m’intéresse pas beaucoup. Pas plus que la guerre dont j’en ai assez soupé", renchérit la griffonne.

"Sachez en tout cas que vous ne rendez pas ma tâche aisée, avec ce changement de dernière minute", pesta Kalt.

 

*************************************************************************************************************************************************

 

"Nous devons détruire cette… cette chose !

– Vous êtes fou ! Et si le nuage de cendres réapparaissait ?!"

Dans la salle des débats du Sénat, où nombre de fissures sur les murs étaient visibles, les échanges entres sénateurs étaient vifs. Suite au phénomène qui avait dégagé le ciel et l’apparition de l’arbre en cristal, les représentants du peuple s’étaient réunis en urgence pour déterminer ce qu’il convenait de faire.

"Il doit encore s’agir d’une ruse des poneys, nous devons prendre les devants et anéantir cette arme avant qu’ils ne la mettent en marche", argua ainsi un membre de l’assemblée

"Rien n’indique que les poneys aient quelque chose à voir dans ce qu’il vient de se passer", rétorqua un autre.

"Nous ne pouvons prendre de risques. C’est parce qu’il n’a pas agi immédiatement en tuant l’alicorne quand il le pouvait que le Chancelier a provoqué cette crise", défendit un troisième.

"Mes amis… Kof… agir aveuglément ne serait pas mieux", clama Protective, bien que souffrant encore comme bien d’autres de toux suite au nuage de cendres. "La patience est une vertu, et je pense qu’il convient d’attendre d’avoir de plus amples informations. Nous devons en outre savoir ce qu’il en ait du reste du pays", affirma-t-il en recevant quelques approbations de ses collègues.

"Nous avons déjà envoyé nos pigeons survivants dans les grandes villes, de même qu’à la force d’invasion afin d’avertir le Chancelier de notre situation." fit remarquer Revenge, assis à sa place de sénateur après avoir un temps hésité à se mettre à la table au centre de l’assemblée. "Mais en ce qui concerne cet arbre de cristal, j’ai eu l’occasion en travaillant dans le bureau du Chancelier de consulter certains des ouvrages de sa bibliothèque… et je ne peux m’empêcher de lui trouver une ressemblance troublante avec ce que les poneys d’antan nommés l’Arbre d’Équilibre, dont les gemmes étaient les Éléments d’Harmonie, l’arme principale d’Équestria.

– Vous voulez dire que les gemmes présentes sur cet arbre sur la place du marché seraient de nouvelles Pierres de l’Entente ?" questionna inquiet un des siens.

"C’est fort possible", répondit Revenge, provoquant des tumultes chez les sénateurs.

"Raison de plus donc pour détruire cette arme", argua l’un d’eux.

"Et pourquoi donc ?" se demanda un autre. "Même s’il s’agit de nouveaux Éléments, je doute que les poneys puissent les utiliser à distance, aussi magiques et puissants qu’ils puissent être", temporisa un autre.

"Je suis d’accord avec mon collègue. Kof. Pour l’heure, établissons une surveillance autour de cet arbre, le temps d’y voir plus clair", renchérit Protective d’un ton conciliant, avant de voir pénétrer dans la salle un militaire en sueur, un petit rouleau en patte.

"Sénateurs ! On vient de recevoir un message de nos troupes !" commença-t-il à dire en levant en l’air le rouleau tout en arrivant au centre de la pièce, l’air affolé.

"Et bien ? Que dit-il ?" s’impatienta un membre de l’assemblée.

"Sénateurs, les nouvelles sont catastrophiques. Nos troupes ont été vaincues par une force d’invasion équine et le Chancelier aurait été capturé." finit par déclarer le soldat alarmé.

"Quoi ?!" hurla un sénateur en se levant comme bien d’autres. "Où sont le reste de nos forces ? Qu’est devenu le général Tactic ?!

– Le général Tactic supervise la retraite de l’armée et se rend en ce moment vers la capitale."

À cette réponse du militaire, un silence relatif s’installa dans la salle avec plusieurs échanges de regard paniqué entre sénateurs. Parallèlement, Revenge, Protective et quelques autres avaient fermés les yeux en serrant les dents. Une dure épreuve venait de se finir qu’une autre commençait.

"Il faut qu’on détruise cet arbre !" lança un membre de l’assemblée.

"Quoi ? Mais quel rapport avec cette fâcheuse nouvelle ?" s’étonna un collègue.

"Oui ! Qu’on détruise tout ce qui peut renforcer les équins ! Si on doit être attaqué, ou pire, être dominé par ces animaux, qu’ils ne trouvent rien qui puisse les renforcer !" renchérit un autre.

"Plutôt que nous perdre dans la panique, il faut avertir le reste du pays !" voulut temporiser un troisième.

"Et par la même occasion, nous devons ordonner la mise à mort de tous les équins dont nous disposons", ajouta Revenge provoquant un soupir chez Protective. "Si ces équins pensent délivrer les leurs, ils se trompent !

– Mes amis du calme !" exhorta Protective en se levant. "Si vous agissez de la sorte, vous ne ferez que mettre de l’huile sur le feu !" clama-t-il en recevant les approbations de ses partisans. "Nous devons au contraire faire davantage preuve de prudence.

"Vous voulez quoi ?! Qu’on se soumette ?!" lui reprocha un sénateur.

"On n’a peut-être être perdu une bataille, mais pas la guerre !" clama un autre en recevant plusieurs applaudissements.

"Messieurs, Messieurs ! Comme durant les émeutes en ville, je vous rappelle que notre mission est d’agir avec conscience et non-aveuglement", tonna Protective malgré la fatigue et la toux qui le reprenait. "Nous devons d’autant agir avec prudence que la vie du Chancelier en dépend maintenant.

– Devons-nous donc sacrifier notre pays pour la vie d’un seul ? Fut-il le chef de l’Etat ?" lâcha un sénateur, scandalisant plusieurs collègues. "En se rendant là-bas, le Chancelier était conscient des risques. Le peuple n’a pas à payer le prix fort pour lui épargner la mort.

– Ces propos sont honteux !" s’insurgea un membre du Sénat.

"Soldat, le général Tactic a-t-il donné d’autres nouvelles ?" préféra demander un autre en se portant vers le militaire toujours au centre de la salle et quelque peu perdu face à l’agitation de l’assemblée.

 "Eh bien… il a précisé que le basculement de la bataille a été l’intervention soudaine des yaks", répondit le militaire en mettant aussitôt fin à l’agitation ambiante.

"Vous… Vous dîtes que les yacks sont sur ces terres et qu’ils se sont battus aux côtés des équins ?" questionna avec crainte un sénateur pour être sûr d’avoir compris.

"Excat", confirma le soldat, laissant un lourd silence s’installer.

"Messieurs. Je crois qu’on n’a plus guère le choix…" finit par reprendre Protective, l’air grave. "J’ignore ce qui a conduit les yacks à s’allier aux poneys… Mais on ne peut se permettre de faire subir à nos concitoyens une guerre avec ce peuple…

– Alors, tout est fini ?" questionna Revenge d’un air désapprobateur. "Parce que les yacks ont rallié les équins, nous devrions nous soumettre ?"

– Sénateur Revenge, poursuivre la guerre avec les équins aurait déjà été difficile, cela devient suicidaire avec cette nouvelle donne", lui assura le vieux minotaure. "D’autant que nous devons soigner nos plaies par rapport aux conséquences de cette éruption sur le reste du pays qui s’est retrouvée sans nouvelle suite au blocage de la capitale et du départ du Chancelier. Nous venons de traverser de dures épreuves, essayons d’entrer dans une période plus calme pour le bien des nôtres."

*************************************************************************************************************************************************

Marchant sous le soleil de cinq heures, les troupes de Minotauria n’avaient plus la même ferveur que sur le chemin de l’aller il y a encore quelques jours. Nulle musique, seul le cliquettement des armes et armures se faisait entendre dans les rangs. De même, était audible les gémissements des blessés transportés sur des chariots et des civières.

Surtout, les visages affichaient la dépression, le dégoût d’avoir été défaits. Eux, les défenseurs de Minotauria, militaires ou Kalteriens pour ceux encore en vie, s’en retournaient vers la capitale après avoir été vaincu en une seule bataille.

Les bruits d’explosions et les tremblements de terre du soir, ajouté à la vue du phénomène dans le ciel à midi, avaient fini d’achever leur moral : Minotauria, leur pays qu'ils chérissent, et leur famille, sont désormais dans une situation plus que précaire.

Les regardants depuis la berline attelée du Chancelier, le général Tactic soupira.

Ma première vraie campagne militaire… Et je n’ai pas été à la hauteur de leur espérance… se désola-t-il en posant ses pattes au visage. Si ça ne tenait qu’à moi, je mettrai fin à mes jours suite à un tel échec… mais je me dois de ramener ces gens chez eux et de défendre le pays, se résolut-il cependant en relevant la tête, avant d’entendre quelqu’un venir.

"Général, vos éclaireurs griffons envoyés surveiller les mouvements de l’armée adversaire viennent de revenir", lui annonça un militaire en le saluant tout en marchant à côté de la voiture.

"Ah, parfait", répondit satisfait l’officier supérieur d’un ton calme tout en sortant.

Guidé par son subordonné, Tactic se rendit vers l’arrière de l’armée en mouvement, y croisant les regards défaits de ses soldats. La ferveur qu’il avait trouvée dans le « Camp du peuple en armes », avant l’arrivée du Chancelier et leur départ pour affronter les équins, n’était plus.

La dure réalité de la guerre avait fait son apparition. En outre, le général pouvait sentir la désapprobation dans les yeux de certains à son passage près des chariots transportant les statues non utilisées dans la bataille. Beaucoup estimaient qu’il fallait les détruire afin de venger les leurs, mais le vieux général s’y refusait : il avait reçu des ordres du Chancelier, et se devait d’y tenir, d’autant que ces statues pouvaient encore servir à l’avenir.

Après quelques minutes de marches, Tactic finit par retrouver un petit groupe de griffons.

"Bien. Quelle est la situation ?" leur demanda-t-il, voulant connaître les mouvements de l’adversaire sorti victorieux de l’affrontement de la veille.

"Général, le gros de l’armée équine est resté près du champ de bataille…" commença à dire l’un des griffons, un bandage sur une patte.

À ces premiers mots, l’esprit du général s’apaisa quelque peu. L’ennemie était visiblement trop affaiblie pour tirer profit de sa victoire, lui laissant le temps de mieux réorganiser ses forces et la défense du pays en cas de poursuite des hostilités.

"… On a cependant repéré une troupe de yacks et d’équins prenant apparemment la direction de Minotaurville", continua le griffon, interloquant aussitôt le minotaure.

"Une troupe ? De combien ?" s’empressa-t-il de demander, inquiet.

"On estime qu’il y a une cinquantaine de yaks, de même que de poneys. On y a par ailleurs trouvé la présence des créatures équines et ainsi que de deux alicornes. Mais surtout, il y avait quatre minotaures…

– Quoi ?! Le Chancelier y était-il ?!" le coupa Tactic en s’approchant.

– On était trop éloigné pour le savoir…" s’excusa un autre griffon.

Comprenant qu’il ne pourrait obtenir plus d’informations, le général soupira et prit un air pensif.

S’il s’agit d’une troupe de seulement une centaine de personnes, ça peut difficilement être une offensive, réfléchit-il tout en se tenant le menton. Et avec la présence d’alicornes, donc de princesses, il est probable qu’il s’agisse donc d’une délégation. Mais pourquoi prendre des minotaures ? Sans doute que l’un d’eux est le sénateur Green. Mais les trois autres ? Ce pourrait-il que le Chancelier en face parti ? Auquel cas, cela signifierait que les équins ont l’intention de le reconduire à la capitale.

À la suite de ce raisonnement, Tactic reporta son attention vers les griffons.

"Bien, d’ici une heure, vous repartirez avec un drapeau blanc pour vous entretenir avec cette troupe. Qu’ils fassent part de leur intention, s’ils ne sont pas une force d’attaque."

 

Note de l'auteur

 

Vers la paix ou encore la guerre ? ^^

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.