Discord icon

Chapitre 89 : Une signature, une promesse pour l’avenir

Trois jours après être arrivée à Minotaurville, le moment été enfin venu pour Twilight et ses amis. Aujourd’hui allait officiellement être mit un terme définitif à une guerre commencée il y a 700 ans. Avec à la clé, un avenir plus paisible pour les poneys, les changelings et leurs descendants.

De fait, après avoir attendu la réaction du reste de la population dans le pays et s’assurer qu’il n’y avait pas d'agitations ou de révoltes, Kalt était venu les voir hier pour leur annoncer que le traité de paix serait formellement signé le lendemain : au sein du palais de la Chancellerie et en présence des sénateurs qui seront en grande tenue.

"Dommage que je n’ai pas mes affaires de travail avec moi. J’aurai pu te confectionner quelque chose pour l’occasion", déclara d’une petite voix Rarity en sortant l’alicorne de ses pensées.

"Être avec vous, c’est tout ce dont j’ai besoin", lui assura néanmoins Twilight avant de lui faire une rapide accolade.

"Vivement que l’on officialise la paix", s’exclama peu après une Pinkie souriante et impatiente. "Même si cet endroit ne sera plus notre ville, j’imagine qu’on pourra s’y rendre librement. Et il se trouve que j’y ai récemment rencontrer un griffon cuisinier, avec qui j’ai des points en commun. Je lui ai suggéré des recettes en pâtisserie et je suis sûr qu’on pourrait s’entendre en travaillant ensemble", déclara la terrestre excitée.

"C’est tout de même agaçant que cette signature du traité soit si longue à venir. On pourrait accélérer les choses", se désola Shining, qui espérait retrouver au plus vite celle qu’il aime avec cette conclusion de la paix.

"Ne vous en faites pas Shining, il est prévu que Cadance soit un des premiers prisonniers à être relâché. Mais nous devons agir avec prudence et ne pas précipiter les choses." voulut le rassurer Célestia.

"Je regrette cependant que toi et Luna soyez obligés d’être retenus ici comme otages…" déclara peu après sa semblable mauve en approchant des deux sœurs.

"Tu n’as pas à t’en faire pour nous Twilight. Cette détention ne sera pas comme celle dont tu m’as libéré avec Flash", la réconforta la princesse du Soleil, posant un sabot sous le menton de Twilight. "Et outre le fait que je ne serai pas dans une cellule souterraine, je pourrai me satisfaire de savoir mes poneys libres, et guidé par la meilleure personne qui soit", clama-t-elle avec confiance et douceur, posant ensuite son front contre celui de la jument un bref instant.

"Et pour ma part, être isolé des miens est quelque chose de familier", ajouta amusée Luna en roulant des yeux. "Mais rien ne nous empêchera de se retrouver par moment. Et cette situation ne sera pas éternelle. Si la paix parvient à s’installer durablement entre nos peuples, les minotaures pourront faire preuve de clémence et au final nous libérer", continua-t-elle avec plus de sérieux, appuyée par un hochement de tête de sa sœur vers Twilight.

"Et Twilight… Même si tu deviens dirigeante d’Équestria…" commença peu près à dire avec hésitation Thorax en approchant de la jument qui se tourna vers lui. "Est-ce que tu… tu pourras m’aider ?" demanda-t-il en désignant sa corne d’une patte alors qu’il n’avait pas encore réussi à utiliser sa magie de souverain changeling.

La jument revit alors la scène de Chrysalis transférant ses pouvoirs à son fils avant de mourir, faisant de lui le nouveau chef des derniers changelings de ce monde. Revenant à la réalité, l’alicorne afficha un doux sourire.

"Rien ne me ferait plus plaisir", répondit-elle en faisant une accolade à son ami qui fit de même, reconnaissant, sous les regards bienveillants des princesses et de Spike et Antenne.

 

*************************************************************************************************************************************************

 

Dans la maison de Protective, Green s’activait à s’habiller de la façon la plus parfaite. Ce jour allait être l’aboutissement de son combat pour lequel il s’est lancé dans la politique. Un combat commencé dans son enfance et qu’il était fier d’avoir mené, malgré toutes les épreuves qu’il a dû traverser.

"Heureusement que j’avais encore une toge de rechange pour toi", déclara amusé Protective, terminant lui aussi de mettre son habit de sénateur prévu pour les grandes occasions et qui s’inspirait des habits des premiers membres du Sénat à sa création.

Se tournant vers lui, Green remarqua la cicatrice à la tête de son ami, reçue après l’évasion de Twilight.

"Je suis désolé pour ce qu’il t’ait arrivé par mes actes", s’excusa-t-il alors, gêné.

Devinant de quoi il parlait, le vieux minotaure posa une patte sur sa tête, avant de la ramener devant lui et de soupirer.

"Elle ne saigne plus, et je suis toujours en vie. Donc, inutile de revenir dessus", se contenta-t-il de dire dans un premier temps avant d’aller se regarder devant un miroir en partie cassé. "Je comprends ton engagement pour sauver cette princesse, j’aurai sans doute fait pareil à ton âge. Mais la vie m’a appris la prudence et la patience", reprit-il en voyant son reflet puis celui de Green derrière lui en train de l’écouter, l’amenant à se retourner. "Dans un sens, la jeunesse et ses idéaux, les anciens et leur expérience… chacun d’eux ont leur qualité, mais ne parviennent pas toujours à se comprendre et à travailler de concert.

– Tu penses donc que j’ai eu tort d’aider Twilight à s’échapper ?" lui demanda calmement Green après un moment.

"Disons que… ton action a permis de faire un grand bond en avant pour les poneys, sauvages et intelligents confondus", répondit le vieux minotaure pensif. "Mais je vois aussi le très lourd prix en vie qu’ont dû payer nos deux peuples…

– Je n’ai jamais voulu relancer cette guerre…" le coupa Green en posant une patte sur son torse.

"Je m’en doute. Et j’imagine la douleur que ça a dû être pour toi de voir cette bataille", reprit d’un ton compatissant Protective. "Mais il reste que des vies ont été perdues. Si on avait continué d’agir sur la durée comme avant le retour de cette princesse, peut être que moins de sang aurait coulé, du côté de notre peuple du moins", dit-il en se tenant le menton. "Mais sans doute qu’il aurait fallu des siècles encore avant d’arriver à ce résultat d’aujourd’hui. Et il faut reconnaître que sans les poneys, nous serions encore sous un nuage de cendres, et moi je serai sans doute décédé", concéda-t-il avant d’être pris d’une toux quelques secondes. "Enfin… ce monde est tellement vaste, rempli de mystères, avec des éléments et des acteurs qui interagissent, de façon consciente ou non… Qu’il est bien difficile de savoir comment les choses auraient pu se passer", estima-t-il finalement en tournant la tête vers sa fenêtre dénuée de vitre, y regardant le ciel bleu de ce début de journée. "Alors, autant prendre la situation telle qu’elle est, et se satisfaire de cette paix. Mais il ne faudra jamais oublier les morts des deux côtés, et toujours agir pour guérir les blessures de ce conflit et permettre à aux familles des victimes de continuer à vivre… sans que cela ne se fasse au détriment d’une des parties, mais en priorité de Minotauria, dont on est avant tout les représentants et donc défenseurs de ses intérêts, de sa culture et son Histoire", argua-t-il tout en s’avançant pour poser une patte sur l’épaule de son ancien protégé.

"En sommes, il faut parvenir à ce que chacun pardonne l’autre, sans pour autant oublier les méfaits de chacun", résuma Green avec un petit sourire, recevant un hochement de tête de son mentor satisfait.

Leur discussion fut interrompue par le grognement de Steel, allongé sur le canapé et en train de se réveiller.

"Ah, mon cher Steel. Enfin remis de votre soirée chez Bartender ?" lui lança Protective alors que le minotaure se frotter les yeux avec Greedy venant sur lui.

"Pff… J’ai cru un instant que cette discussion n’était qu’un rêve…" commença-t-il à dire avant de poser une patte sur sa joue. "Mais c’était bien réel…" se désola-t-il en soupirant.

"Pardon ? Vous avez de toute évidence encore l’esprit un peu embrumé", constata le vieux minotaure en allant refaire du café. "Faut dire que depuis trois jours, vous passez beaucoup de temps au bar", fit-il remarquer d’un ton réprobateur.

"Pour sa défense, il ne rentre plus aussi tard qu’il y a trois jours… ni aussi…" le défendit Green en cherchant ses mots. "… pompette", ajouta-t-il alors qu’il revoyait son ami rentrer en tenant une bouteille le soir de l’acceptation du traité de paix.

"J’ai… J’ai besoin de me changer les idées après tout ce qu’on a traversé", finit par répondre Steel avant que Greedy ne lui lèche le visage, l’air préoccupé.

"Steel, tu sais que si tu as un problème, on est là pour t’aider", lui assura le jeune minotaure en venant près de lui, se doutant que quelque chose n’allait pas.

"Merci de te proposer Green, mais il n’y a rien que toi ou Protective puissiez faire, et moi non plus d’ailleurs", le remercia son ami en s’efforçant d’afficher un sourire tout en caressant Greedy à la tête. "Je dois me rendre à l’évidence, c’est quelque chose que je garderai à jamais", ajouta-t-il résigné.

 

*************************************************************************************************************************************************

 

Kalt venait de quitter ses appartements privés et se rendait vers la salle où avaient été assignées les princesses depuis leur arrivée en ville. Marchant d’un pas calme mais ferme, le Chancelier pouvait voir dans les couloirs les regards neutres ou soulagés des serviteurs. Pour leur part, les militaires en faction semblaient résignés pour beaucoup, voir déçu ou remontés pour quelques-uns regardant au sol.

Comment leur en vouloir… se dit Kalt en passant devant eux. Ils étaient partis en défenseurs de la patrie, persuadés d’avoir toutes les chances de leur côté. Mais le sort des armes en a décidé autrement… et il est du devoir du politique d’agir pour les siens en prenant en compte la réalité et à ne pas s’enfermer dans une idéologie.

Continuant de marcher, Kalt passa devant une vitre cassée donnant sur une vue de Minotaurville. Il tourna alors brièvement la tête pour regarder le paysage d’une ville qui se remettait lentement d’une dure épreuve.

Aujourd’hui, le plus important désir des miens est que cette instabilité débutée il y a plus d’un mois se termine enfin. pensa-t-il de nouveau, se remémorant les rapports des diverses régions du pays après l’envoi et la diffusion dans la presse des copies du traité et de la vérité sur la détention de la princesse Célestia durant 700 ans.

Dans ces rapports, il était ainsi indiqué que l’ensemble de la population se montrait plutôt satisfait des termes du traité et ne s’y opposait pas, pourvu qu’il garantisse le retour à la stabilité et des prisonniers de guerre. De même, sur la princesse Célestia, si elle estimait en majorité que ce mensonge d’Etat était scandaleux, cela ne remettait pas en cause leur volonté de voir prendre fin ces temps troublés. Néanmoins, une minorité criait à la trahison, amenant des groupuscules à s’en prendre une nouvelle fois aux équins domestiqués dans des opérations isolées.

La situation aurait pu être pire si les Kalteriens n’avaient participé à la bataille… estima Kalt en soupirant, estimant que son plan caché, aussi honteux soit-il, avait fonctionné avec la mort au combat des plus extrémistes. Il faut maintenant espérer que cette paix perdurera dans le temps, avec les poneys qui veilleront à ce que leurs descendants n’aient pas de velléités de vengeance contre nous...

Sur cette réflexion, le Chancelier de Minotauria arriva à destination, amenant des gardes minotaures à ouvrir les portes d’une large salle où se trouvaient les équins et les yacks. En le voyant, les dirigeants de chaque peuple s’approchèrent.

"Chancelier Kalt", salua calmement Célestia en hochant de la tête vers le minotaure, suivie ensuite par Luna et Twilight.

"Il semble que le moment soit venu", déclara le Chancelier, avant d’entendre le clocher sonner 11 heures.

"Et comment cérémonie de signature doit se dérouler exactement ?" questionna alors Rutherford VII en penchant légèrement la tête de côté.

"La signature du traité se fera dans la « Salle des glaces », construite sous notre souverain Majestic Sun et lieu le plus prestigieux du palais", répondit Kalt, regardant brièvement sur le côté avant de reporter son attention vers ses interlocuteurs. "J’imagine qu’un tel évènement mérite un apparat à sa mesure, d’autant que c’est la seule pièce pouvant tous vous accueillir avec les sénateurs.

– Qu’il en soit ainsi alors", estima en retour Luna, avant de se mettre en marche avec les siens derrière Kalt pour se rendre vers ladite pièce, Twilight et Spike se mettant de chaque côté de Shining pour l’aider à marcher.

"J’espère que Cadance ne sera pas effrayée par mon état", déclara ce dernier en commençant à s’inquiéter de la réaction de sa jument en le voyant, alors que l’heure de sa libération approchait.

"Ne t’inquiète pas, elle sera plus qu’heureuse de te revoir toi et Flurry", lui assura confiante Twilight, également ravie de revoir sa belle-sœur et ainsi accomplir sa promesse faite à sa nièce la veille de son départ de l’Empire.

"Il faudra aussi, quand ce sera fait, qu’on regarde la photo où on est tous ensemble, comme tu l’as promis", ajouta Spike, heureux de se dire que le temps des pleurs et des souffrances allait prendre fin.

"De quelle photo tu parles ?" demanda Twilight surprise.

"De celle qu’on avait fait tous ensemble à l’Empire, avant de se séparer pour retrouver les Éléments", répondit le dragon avant de lui présenter une enveloppe. "Photo Finish me l’a donné avant qu’on parte avec les princesses et le Chancelier pour venir ici."

Observant la large enveloppe grise, l’alicorne songea à tous ceux présents sur cette photo et qui n’étaient malheureusement plus de ce monde, à commencer par Chrysalis, Frons et Abdomen.

Jamais je n’oublierai votre sacrifice pour les miens… Jamais.

 

*************************************************************************************************************************************************

 

Marchant dans les rues en direction du palais de la Chancellerie, Green, Protective, Steel et Greedy avaient tous une petite boule au ventre à mesure qu’ils avançaient. Bientôt, leur aventure allait arriver à son terme.

"Dites-moi Steel, que comptez faire une fois cette journée passée ?" demanda alors le vieux minotaure. "Personnellement, vous pourrez encore rester chez moi si besoin.

– Merci de votre aide, mais… Je pense qu’il vaut mieux que je quitte cette ville", commença à répondre son semblable, prenant un air pensif alors qu’il n’était pas sûr de ce qu’il allait faire désormais. "Je doute qu’avec… l’absence de cornes, les gens viennent voir mes cours d’affirmation… Peut-être… Peut-être que je vais essayer de trouver une activité permettant l’entente entre équins et minotaures… Plus jeune, je songeai à créer une compagnie de croisière en dirigeable…"

Tout en parlant, Steel et ses amis passèrent devant un vendeur de journaux. Chez ce dernier se trouvait le dernier numéro de La parole de Minotauria de Polemic, avec comme Une le titre « Minotaurville outragée ! Minotaurville brisée ! Minotaurville martyrisée ! Et Minotauria SACRIFIEE ! ». En-dessous du titre, étaient représentées sur une pile de cadavres de soldats minotaures les princesses alicornes, l’air sournois, en train de tendre un document à un Kalt résigné. Et sur le document, était inscrit « Accord pour la fin d’une Minotauria souveraine et prospère ».

"Je vous souhaite bonne chance. Vous allez avoir beaucoup de travail", commenta Protective en regardant d’un air réprobateur cette Une.

Continuant d’avancer et apercevant le palais au bout de la rue, les membres du groupe virent venir vers eux une minotauresse après qu’elle ait les remarqué. En reconnaissant de qui il s’agissait, Steel prit un air hésitant.

"Messieurs, vous comptez vous rendre à la cérémonie de la signature ?" leur demanda-t-elle calmement en s’arrêtant devant le groupe.

"Hum ? Oui en effet. Comme l’ensemble des sénateurs", répondit surpris Green pendant que Steel baissait le regard.

"Alors sachez que la cérémonie vient d’être décalée et aura lieu dans l’après-midi", reprit la minotauresse d’un ton calme bien qu’elle ne put se retenir de lâcher un regard sombre sur Steel de plus en plus mal à l’aise.

"Vraiment ?" s’étonna Protective. "Et pourquoi ? D’ailleurs, pardonnez-moi cette remarque madame, mais comment pouvez-vous être au courant de cela ? Une telle nouvelle normalement nous aurait été donnée par les gardes à l’entrée du palais.

– Parce qu’ils nous l’ont annoncé et qu’elle passait par là à ce moment", lança quelqu’un derrière la minotauresse en approchant.

"Ah ? Mais pourquoi donc s'est décalé ?" questionna Green alors que Revenge et deux autres sénateurs arrivaient devant eux.

"J’aurai aimé que ce soit dû à un renoncement de Kalt de signer ce traité de la honte, mais ce serait à cause de votre princesse qui en se rendant vers la salle prévue a été prise de douleurs au ventre", expliqua le sénateur, las.

"Oh ? Je devrais allez la voir", s’inquiéta le jeune minotaure.

"À vrai dire, Messieurs, je voudrai profiter que vous soyez là pour m'entretenir avec vous", déclara cependant la minotauresse, interloquant Green et Protective qui se regardèrent.

"De quoi donc, Madame ?"questionna le vieux minotaure.

"De votre engagement pour les poneys malgré ce que votre ami m’a fait à moi et ma famille", répondit-elle d’un ton froid en regardant sévèrement Steel.

"De quoi elle parle Steel ?

– Pff… Je vous expliquerai en route", soupira l’intéressé en fermant les yeux.

"Allons chez moi. C’est tout près et nous y serons mieux", les invita la minotauresse, recevant finalement un hochement de tête des deux sénateurs après qu’ils se soient de nouveau regardés.

Alors qu’ils repartaient tous les quatre avec Greedy après avoir salué leurs collègues, ces derniers s’échangèrent un rapide regard puis s’en allèrent à leur tour.

 

*************************************************************************************************************************************************

 

Arrivant devant d’imposantes portes avec des gravures et couvertes de feuilles d’or que des serviteurs ouvrirent, Twilight, Kalt et les autres arrivèrent dans une large salle resplendissante.

D’une dimension de 73 mètres de long, 13 mètres de large et 12,5 mètres de hauteur avec un large balcon intérieur au milieu, la pièce était parsemée de miroirs incrustés dans des arcades en partie en marbre avec des sculptures pour certaines dorées tandis que le sol présentait un carrelage poli. De même, se tenaient en face des miroirs une série de fenêtres cintrées donnant sur une vue d’ensemble de Minotaurville alors que la pièce se situait sur la façade du palais. Enfin, le plafond était décoré de peintures représentant divers épisodes de l’Histoire de Minotauria. Le tout était illuminé par la lumière du jour, réfléchie par les miroirs.

En voyant cette imposante pièce, malgré les traces des tremblements de terres avec quelques miroirs et vitres cassés et des petites fissures aux murs, Rarity était éblouie. Cet endroit représentait la beauté incarnée pour la licorne fascinée qui mémorisa chaque détail. Il en était de même pour les autres équins : Célestia et Luna se disant que cette nouvelle pièce dans ce qui fut autrefois leur palais, dépassait de loin tout ce qu’elles avaient pu commander comme modifications architecturales pour impressionner les délégations étrangères.

"Hum… Trop d’éclat pour yack", commenta cependant Rutherford VII, guère impressionné et estimant que tout ceci n’était qu’orgueil de minotaure.

"Il aurait dû l’appelait la « Salle des miroirs » plutôt que des glaces…" rajouta Pinkie avec déception.

"Veuillez excuser les panneaux en bois sur les vitres cassées, mais autant éviter les courants d’air, surtout avec les pages du traité." préféra dire Kalt alors qu’ils arrivaient au niveau du milieu de la pièce avec devant eux une table rectangulaire aux contours couverts de feuilles d’or.

Au centre de cette table, se trouvaient plusieurs documents, avec divers plumes et encriers. En les voyant, le cœur de Twilight se serra. Elle allait accomplir son souhait.

Autour du meuble, chacun se plaça sur les quatre côtés selon son espèce : les poneys auxquels s’ajoutaient Spike, Gilda et Beroe, les changelings et les yacks. Sur le quatrième côté, devant les vitres et face aux princesses, se tenaient Kalt ainsi que les premiers sénateurs en train d’arriver.

Devant ce faste et ce moment qu’il savait historique, Beroe repensa à toutes ses actions et se demanda s’il méritait d’être présent.

"Ton frère serait sans doute heureux de te savoir ici", lui glissa alors Gilda à ses côtés, comme devinant ses doutes et affichant un petit sourire. "En plus, il te reste encore bien des années à vivre pour te racheter. Et crois-moi, c’est possible de se faire une nouvelle image auprès des poneys", lui dit-elle confiante tout en tenant d’une serre le haut de l’Idole de Boreas posée à terre.

"Merci Gild… Je veux dire, Majesté." voulut remercier Beroe avant de se reprendre en estimant qu’il devait utiliser le futur titre royal de la griffonne.

"Alors je te préviens tout de suite, pour moi ça restera Gilda", lui indiqua aussitôt cette dernière en lui donnant un léger coup d’épaule. "Et on évite aussi les révérences et autres trucs de souverains. Très peu pour moi ce genre de chose", déclara-t-elle peu amusé, provoquant quelques gloussements chez Twilight et ses amies.

Puis alors que d’autres sénateurs continuaient d’arriver de même qu’un orchestre militaire de vingt personnes au balcon, un soldat arriva en courant vers Kalt.

"Qui a-t-il ?" demanda ce dernier alors que le militaire maintenant devant lui avait l’air préoccupé.

"Chancelier, on vient de nous rapporter que le sénateur Protective a eu une attaque au cœur à proximité du Sénat et qu’il y a été emmené pour être pris en charge par des collègues", lui indiqua le militaire, provoquant la stupeur chez les autres sénateurs et chez les princesses.

"Hum… Très bien, je vais allez voir ce qu’il en est", finit par dire le Chancelier avant de se tourner vers les personnes autour de la table. "Je reviens dès que possible", annonça-t-il avant de se retirer d’un pas rapide.

C’est mon plus important soutien pour le traité, il faut que je m’assure qu’il s’en sortira. Sinon…

Pendant qu’il partait, Twilight tourna la tête vers Shining qui soupira de frustration puis vers Flash à ses côtés. Le pégase lui afficha alors un air se voulant rassurant, tout en couvrant de son aile le dos de la jument.

 

*************************************************************************************************************************************************

 

Faisant galoper les poneys tractant sa voiture, Kalt parvient au bout de dix longues minutes à attendre la maison des représentants du peuple. Là, il s’empressa de monter les marches du bâtiment.

"Ah, Chancelier", lança d’un ton satisfait quelqu’un derrière lui.

S’arrêtant et se retournant, Kalt aperçut venir vers lui le général Tactic.

"Général ? Vous n’êtes pas encore au palais ?" s’étonna le dirigeant de Minotauria bien que ne voulant pas perdre de temps.

"Je m’y rend. Mais je profite de vous croiser pour vous avertir qu’en voulant prendre une nouvelle épée après avoir perdue la mienne durant la bataille, j’ai remarqué l’absence de certaines armes dans l’armurerie de la caserne.

– Et alors ? Durant des jours la ville fut livrée à elle-même avec des effectifs réduits du fait de la campagne dans le Nord. Il est probable que certains se soient servis dans l’armurerie pour se défendre", estima le Chancelier, qui bien que n’appréciant pas cette nouvelle estimait qu’il y avait plus urgent pour l’heure. "Allez au palais, je vous y retrouve dès que possible." ordonna-t-il en reprenant sa marche.

"Bon, très bien Chancelier", répondit Tactic en s’en allant.

Une fois au sein du Sénat, Kalt y chercha une personne pouvant lui indiquer où se trouver Protective. Il croisa alors un sénateur qui lui fit savoir qu’on avait placé le vieux minotaure sur la table de la salle des débats et que des médecins s’occupaient de lui.

En pénétrant dans ladite salle, le Chancelier y trouva une quinzaine d’autres sénateurs debouts devant la table et parlant entre eux.

"Bon sang, mais laissez-lui de la place pour respirer", s’agaça-t-il en approchant du groupe dont les membres s’écartèrent pour le laisser passer.

 

S’engageant dans le passage, Kalt s’arrêta devant la table sans y trouver quelqu'un dessus. À la place, était posé un papier avec l’inscription, « Kalt, le Sans Cœur pour Minotauria ».

En le voyant, le Chancelier resta immobile un bref moment, avant de soupirer en fermant les yeux. Puis il se retourna et constata que les sénateurs derrière lui sortaient de sous leurs toges des épées, le regard venimeux. Les dévisageant chacun, l’air clame, il porta alors son regard sur Revenge face à lui.

"C’est une révolte", dit-il d’un ton résigné.

"Non Chancelier, c’est une révolution. Une nouvelle, avec le même but que la précédente", répondit froidement le sénateur, avant de planter d’un geste vif son arme dans le ventre de Kalt qui s’efforça de ne pas crier. "Pour Minotauria et sa liberté", déclara-t-il en le regardant dans les yeux avant de retirer son épée et de partir.

Arriva un autre sénateur qui s’empressa de d’enfoncer à son tour son arme dans la chair de Kalt qui ne pouvait que s’appuyer sur la table derrière lui.

"Pour Minotauria et sa liberté", lui dit-il également avant de céder sa place à un autre qui renouvela le procédé.

Un par un, chaque sénateur passait devant Kalt pour y planter leur épée et lui dire la même phrase. Rapidement, le sol se couvrit d’une mare de sang, pendant que l’air prenait une forte odeur. Finalement, une fois le dernier de ses agresseurs passé, le Chancelier s’effondra à terre, le corps meurtri.

"Nous ne pouvons vous laisser vous et ces poneys mettre à mal l’avenir de notre peuple. Il est de notre devoir de tout faire pour sauvegarder sa liberté", déclara Revenge en le regardant.

À ces mots, Kalt crachat du sang, mais parvint à laisser sortir un petit rire, au grand étonnement de ses assassins.

"Liberté… que de crimes on commet… en ton nom…" dit-il faiblement, avant de lentement fermer les yeux.

 

Note de l'auteur

 

Une mort théatrale, remplie de références, n'est-ce pas ? >XD

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.