Discord icon

Chapitre IX - Le calme avant la tempête

Celestia se réveilla en sueur cette nuit-là. Bien avant que le soleil ne se lève. Elle en avait encore des visions de son rêve. Un très mauvais rêve d'ailleurs. Elle en réchappa de par son réveil mais sa peur l'aura pourchassée jusqu'au bout.

Elle se calma lentement. Elle resta dans son lit, les yeux ouverts, à encore songer à ce dont elle fut témointe. Elle n'osait pas se rendormir, et n'osait pas non plus se lever. Fatiguée et effrayée, elle balança dans le doute entre ses deux possibilités.

Elle ressentit un assèchement désagréable dans sa gorge. Ce qui lui rappela qu'elle avait oublié de boire en partageant la tarte à la cerise de tout à l'heure avec Selifós et sa petite sœur. Et c'était finalement la soif qui emporta la balance sur un côté : celui de se lever ; bien qu'il était encore trop tôt pour cela.

Elle quitta sa chambre, traversa la salle à manger, ouvrit le frigo pour se requinquer d'un peu d'eau bien fraiche. Si fraiche qu'elle en fut presque douloureuse pour ses gencives. La vague de froid qui submergea son œsophage allégea sa frayeur de tout à l'heure, Et repensa alors à son cauchemar avec plus de rationalisme. Le rafraichissement l'avait également sortie de son besoin de sommeil et elle ne trouva plus le besoin de dormir pour un moment.

Elle alla faire quelque pas dans la salle à manger ; et vit dehors Selifós sur la terrasse, en train de contempler les étoiles. Elle vint à sa rencontre, non pas dans le réel désir de discuter : après tout, ce n'était pas l'heure pour. Mais juste l'envie d'avoir un peu de compagnie, après ce rêve qui l'avait secouée. Elle fut aussi étonnée au passage de ne pas voir Luna avec lui. Sans doute était-elle occupée autre part.

Selifós entendit la grande porte vitrée coulissante s'ouvrir derrière lui. Sa petite-nièce se plaça à ses côtés.

"T'es déjà réveillée ? À cette heure ?", lui dit l'étalon un peu surpris. "T'es bien matinale. Il est tout juste cinq heures du matin.", remarqua-t-il avec un rictus un peu railleur.

"Je repartirai vite me coucher.", répondit Celestia en buvant une autre gorgée de son verre. "J'ai juste eu un mauvais rêve."

"Et tu ne veux pas m'en parler ?"

La jument se frotta l'œil droit. "Si tu peux m'aider." Elle marqua une pause, encore hésitante dans sa peur. "Tu avais raison tout à l'heure : Day Breaker est revenue me voir."

Les yeux de Selifós brillèrent dans la clarté des étoiles, alors qu'il entendit cette information d'une importance capitale pour lui. Il décrocha son regard du firmament.

"Et que s'est-il passé ?"

"J'ai rêvé que... ", cherchait Celestia ses mots, alors que le songe se désembrumait dans sa tête. "J'étais sur la plage, à me détendre. Quand un rire survint du soleil. La mer en face de moi s'était mise à bouillir ; puis à se transformer en un océan de flamme. Et de la face du soleil... c'est alors que je l'ai vue. Day Breaker vola jusqu'à moi et elle m'a dit... " Elle hésita.

"..."

"Elle m'a dit en riant que je... que j'étais stupide de me croire débarassée d'elle. Et ensuite... le paysage parut comme un mirroir. Et Day Breaker comme mon reflet. J'ai pris peur et... j'ai regardé mes sabots... ils étaient... ", la bouche de Celestia trembla. "Il étaient couverts de sang. Et il y avait Twilight et Luna à mes pattes. Elles avaient des morsures de vampony à la gorge ; et de leurs cous ruisselait leur sang. Elles avaient l'air morte. Et pourtant leurs yeux me fixaient, comme si elles étaient encore vivantes. Et il y avait... un goût de miel dans ma bouche. Quand j'ai relevé la tête vers Day Breaker, elle... j'avais... il y avait du sang qui en dégoulinait... leur sang... et des canines monstrueuses dépassaient de mes lèvres. J'étais horrifiée de savoir leur sang délicieux. Et Day Breaker s'était approchée de moi. Elle m'a caressée le front... en... elle riait de moi... en affirmant que j'étais bel et bien cette chose... et que je n'échapperai jamais à cette vérité. Puis elle a achevé en me disant... « Réveille-toi. »." Elle but une nouvelle gorgée d'eau. "Et je me suis réveillée."

Fascinant. Pensa Selifós qui écoutait le récit avec la plus grande attention.

"C'est... c'est de loin l'un des pires cauchemars que j'ai faits.", sanglota Celestia. "j'étais habitée d'une terreur sans nom. J'étais comme... paralysée."

"Je vais te faire une interprétation de ton rêve.", lui dit Selifós avec douceur afin de l'apaiser. "Day Breaker est venue à toi pour te montrer qu'elle était clairement là. Et qu'elle pouvait te rendre effectivement visite n'importe quand. Le reste vient de la peur de toi-même. Tes sabots couverts de sang et la vision de mort de ta sœur et de Twilight viennent de ta crainte de faire du mal à ceux que tu aimes. Si leur sang était aussi goûteux que le miel, c'est effectivement parce que tu les aimes beaucoup : tu les aimes tellement que t'as envie de les manger." Il gloussa presque. "Et Day Breaker paraissant comme ton reflet... je crois qu'elle avait fait cela pour te montrer qu'elle est toi et que toi tu es elle. Et ses dires à ton encontre est qu'elle voulait te rassurer."

"Me rassurer ? J'ai fait un cauchemar ! Et je ne serais pas surprise si c'était elle qui l'avait déclenché. Si elle voulait me rassurer, alors elle s'y est très mal prise."

"Les Nightmare ne sont pas du genre à nous faire vivre des cauchemars : c'est une idée reçue.", dit Selifós pour tempérer le saut d'humeur de sa nièce fatiguée. "Tu sais... les cauchemars sont très importants. C'est important de faire des mauvais rêves. Faire un mauvais rêve signifie qu'on a des peurs et des sentiments de menace profondément enfouis en nous, et qu'ils sont bien réels. Plus cette crainte est profonde et obsessionnelle, plus le cauchemar sera effrayant et alarmant. Le but des rêves et de permettre à notre psyché de se remettre à jour sur nos vécus et nos soucis, ainsi que nos ressentis envers ces derniers. Et dans le cas des cauchemars, cela sert à relever nos craintes et nos confusions actuelles. Et ce que Luna faisait en réalité, c'était d'aider les poneys à comprendre pourquoi ils font ces cauchemars, et donc quoi faire pour résoudre leurs problèmes. En fait, quand on y réfléchit, son travail n'était pas si différent de celui d'un psychologue."

"Et donc tu en penses quoi ?"

"En fait, ton cauchemar... il signifit que tu as peur de ce que tu es, et de ce que tu crains faire. Day Breaker était intervenue dans ton cauchemar, je pense, dans le but de te rassurer et de t'aider à relativiser sur ta peur. D'ailleurs, elle a forcé ton réveil afin de te secourir de ce cauchemar. Elle voulait juste t'aider à sortir de ta torpeur."

Celestia inspira profondément, n'en sachant pas trop quoi dire. Et elle souffla.

"Je refuse de croire que Day Breaker me soit bénéfique. Et je n'arrive toujours pas à croire que... que je sois une vampony."

Selifós lui caressa le crin du bout de son aile, avec un air empathique. "Ma nièce... tu n'es pas une vampony."

Sa réponse apporta un petit sourire réconforté à la jument. "Merci.", dit-elle en frottant doucement sa tête contre lui en signe de gratitude. Finalement, sur lui aussi elle avait quelques préjugés.

"Tu voudrais toi aussi, tout comme Luna, apprendre à mieux connaître ton Nightmare et être en paix avec elle ? être en paix avec toi-même ?"

"Non. Je n'en ai pas besoin. Je suis déjà heureuse à Silver Shoals, au côté de ma petite sœur. Cela me suffit. Et il est hors de question que je fasse du mal à d'autres poneys."

"Garder le dos tourné à l'égard de Day Breaker est ton droit, Celestia.", sourit l'étalon avec bienveillance. "Mais garde néanmoins conscience qu'elle n'est pas ton ennemie, malgré les apparences. Elle est attachée à toi et veut ce qu'elle pense être ton bien. Donc ne l'empêche pas de te venir en aide ou de te protéger si t'as effectivement besoin d'aide ou de protection."

"Je n'arrive toujours pas à comprendre comment ma sœur peut accepter de prendre un tel risque.", dit-elle consternée. "Faire la paix avec Nightmare Moon... devenir comme toi... ça ne lui fait absolument pas peur, on dirait. Je sais qu'en agissant ainsi, elle développera ses pouvoirs mais... c'est irresponsable au vu des consenquences qui s'ensuivront."

"N'aies pas de raisonnements aussi stupides.", répliqua calmement son ancien. "Ta sœur est une jument très intelligente. Je l'ai remarqué : elle ne le fait pas pour la puissance ; ou parce qu'elle s'y sent obligée ; ou parce qu'elle se fiche de développer des propriétés vampiriques. Elle le fait car elle est en quête d'existence. Elle veut relativiser. Elle veut changer de point de vue sur ses anciennes erreurs, ses doutes et ses craintes. Elle recherche des réponses sur sa propre nature. Elle ne le fait que dans le but de comprendre ce qu'elle est. C'est son appartenance à une identité qui est en jeu."

Celestia se tut un instant pour raisonner. Selifós ajouta.

"Faire la paix avec son Nightmare n'a pas pour but réel de décupler sa force, ses pouvoirs ou sa magie. Le rite de Nýchta consiste avant tout à apprendre à regarder nos Nightmare dans les yeux, et à travers leurs yeux. Ce rite ne permet pas seulement de devenir puissant. C'est aussi et surtout l'objectif commun à tous les Skiá : atteindre la paix intérieure. Ça nous permet de mûrir, de grandir spirituellement ; de regarder le monde d'une tout autre manière. Apprendre à faire la paix avec son Nightmare est une quête de sagesse. Tu verras. Quand Luna aura achevé le rite, elle sera plus sereine. Elle gagnera considérablement en confiance en soi. Elle en ressortira grandie de cette expérience. Je te le promets."

"Mais... ce qu'elle va devenir... ", dit Celestia toujours pas convaincue.

"Faire la paix avec son Nightmare n'est pas une chose égoïste. Ce n'est pas dans le but de maîtriser son Nightmare comme si c'était une bête sauvage. Nos Nightmare sont nos égaux. Eux aussi doivent faire la paix avec nous et apprendre à regarder par nos propres yeux. Si on les assimile, alors eux aussi ils nous assimilent. Le noir et le blanc se mélangent pour se changer en gris. Le noir s'éclaircit, certes. Mais en échange, le blanc se doit de s'assombrir."

"Et c'est parce qu'ils nous assimilent que l'on devient des vamponys ?"

L'ancien Skiá soupira, comprenant qu'il n'arrivera pas à la faire changer d'avis. "Tu devrais retourner te coucher, Celestia. Il est encore trop tôt. Je devrais en faire de même d'ailleurs. Il y a certaines choses que je désire accomplire une fois le soleil levé. Et ce ne sera pas possible si je ne reprends pas des forces."

"Et qu'est-ce que c'est ?"

"J'ai l'intention de me rendre à l'empire de Crystal. Je veux voir cette ville de légende de mes propres yeux." Il se retourna pour entrer dans la villa. "Je te souhaite un rêve magnifique, ma petite-nièce."

Cette idée apaisa l'esprit de la jument. Visiter l'empire de Crystal ? Pourquoi pas ? Ça lui changerait un peu les idées à elle et à Luna de revoir cette belle cité. Et puis elles auront une occasion de revoir Cadance et Flurry Heart. Ça faisait longtemps depuis la dernière fois, d'ailleurs. Elle devait avoir bien grandie.

En allant rejoindre la chambre d'hôte, Selifós croisa Luna qui sortit de la cuisine avec un petit jus d'ananas, la paille à la bouche.

"Tiens, Luna.", sourit-il en la voyant. "Tu viens tout juste de te réveiller à ce que je vois. Alors ? Comment s'est passé ta réconciliation ?"

"Bien.", répondit-elle avec l'air encore un peu endormis, mais souriante malgré tout. "Mieux que je ne m'y attendais en tout cas. Mais j'ai beau avoir fait la paix avec elle, je ne sens rien de changé en moi."

"Oui. Ça prend plus de temps que tu le ne crois.", expliqua-t-il. "Nous sommes en paix avec nos Nightmare qu'à partir du moment où il se passe quelque chose de bien spécifique entre nous."

"Et c'est quoi ?"

"Faire la paix avec nos Nightmare demande du temps et de la préparation. En général, le rite se fait en plusieurs années car il faut le temps d'apprendre à connaître son Nightmare. Il faut apprendre à dissiper ses peurs, ses craintes, ses doutes, sa méfiance, les reproches qu'on puisse avoir... Tout cela prend du temps. Mais dans ton cas, ça fait plus de mille ans que tu connais Nightmare Moon et que t'as l'habitude de la côtoyer. Donc même si tu n'es pas encore tout à fait en paix avec elle, t'as déjà au cours de ces mille ans accomplis quatre vingts dix-huit pour cent du chemin. Donc à toi le rite ne durera que plusieurs jours." Il marqua une pause. "Bon. Bref. Une fois qu'une confiance totale sera installée entre vous deux, ton Nightmare, voyant que t'es prête, commencera à changer de comportement à ton égard."

"Parce que c'est à eux de décider quand nous sommes prêts ou non ?"

"Oui. Et quand ça arrivera... et bien... "

"Et bien ?"

"Nightmare Moon aura... un comportement qu'on va dire... folâtre... joueur... "

"Où veux-tu en venir ?", questionna Luna assez troublée devant ses dires, mais surtout curieuse. "Que va-t-il se passer ?"

Selifós gloussa. "Tu verras bien. Je ne vais rien te dire afin de ne pas te gâcher la surprise. Mais quand tu seras officiellement en paix avec elle, crois-moi, tu le sauras très vite. Maintenant bonne nuit."

Mais avant même qu'il se retourna pour aller dormir, Luna l'appela encore une fois.

"Nos Nightmare peuvent-ils tenter de nous manipuler durant le passage du rite pour prendre contrôle de nous ?"

"C'est une question consciencieuse que tu poses là.", la complimenta-t-il d'une certaine manière avec un sourire. "Hélas, oui. Il peut arriver que le rite tourne mal et que le Nightmare profite des intentions de son jumeau pour remplir un but égoïste. Même s'ils nous aiment, ils demeurent le récèptacle de tout ce qui est vil en nous ; et si on veut faire la paix avec eux, ce désir n'est pas forcément réciproque. C'est pour ça qu'apprivoiser sa face maléfique prend toujours beaucoup de temps. Mais dans ton cas, je te rassure, tu connais Nightmare Moon depuis plus de mille ans. Donc je suis certain que tu verras ses coups bas arriver de loin."

"Et si jamais elle échoue et qu'elle se laisse convaincre de se faire posséder ?", demanda Celestia qui fut restée derrière leur oncle. Luna, qui ne l'avait pas remarquée en premier lieu, s'étonna de la voir debout à cette heure.

"Comment se fait-il que tu sois éveillée, 'Tia ?"

"Oh heu... j'ai été réveillée par un rêve."

"Les Skiá ont déjà expérimenté ce genre d'incident des dizaines de fois par le passé : on a développé des méthodes et des sorts qui permettent d'apaiser les Nightmare et de les refouler.", lui expliqua l'étalon noir avant de se réadresser à Luna. "C'est pour cela que je superviserai ton rite. Et si Nightmare Moon n'en fait qu'à sa tête, je serai derrière pour te rattraper."

"Hm... ", fit Celestia un peu sceptique. "Ces méthodes marcheront-elles vraiment ? Je préférerais que ce soit Twilight qui s'en charge. Parce qu'avec la magie de l'amitié, ça marche à tous les coups."

"L'amitié est une magie innarrêtable, certes, mais elle est également très brutale ; exactement comme n'importe quelle magie nourrie par une émotion ou une passion très fortes. C'est à double tranchant : là où cette magie va saper de manière radicale la magie de ta sœur et la pousser ainsi à récupérer durant plusieurs mois ; les techniques de ma famille sont non seulement sans faille, mais également beaucoup plus douces."

Luna hocha légèrement de la tête avec un petit sourire confiant en direction de son arrière grand-oncle. Ce dernier lui ajouta avec un visage tranquille.

"De toute façon, Luna, tu es intelligente. Tu verras claire si Nightmare Moon a une arrière-pensée et tu sauras quoi faire. Aucun incident ne se produira, n'est-ce pas ?"

"Bien sûr.", le lui confirma Luna avec encore plus d'assurance.

Là maintenant il put souhaiter un bonne nuit définitif et entrer dans la chambre d'hôte pour y piquer un somme, laissant les deux sœurs ensembles, avec des yeux remplis de nouvelles questions. Si la cadette se montrait curieuse avec un caractère un peu enjolivé, se gratifiant de voir que cet étalon était un oncle des plus bienveillants, l'aînée s'en retrouvait un peu inquiète.

Cette dernière finissait son verre d'eau juste derrière, en train d'écouter discrètement leur bref échange. Elle était effrayée de la façon dont Luna buvait les paroles de Selifós. Tant de credulité et de confiance dans son regard et son sourire. Et personnellement, elle voulait bien croire que Nightmare Moon aime bien Luna ; qu'elle soit attachée à elle. Mais ça ne retirait en rien le fait qu'elle restait sa partie négative. Et que Luna pourrait se transformer en vampony à la fin du rite la fit redoubler de prudence avec ce qui pourrait suivre dans les jours a venir. Une fois que Selifós fut parti dormir, elle s'approcha de sa petite sœur.

"Luna ? Je peux te parler un instant ?"

"Qu'y a-t-il ?"

"Es-tu vraiment sûre de toi, Lulu ?", demandait Celestia d'un ton inquiet. "Devenir un vampony, chasser des poneys... même si tu y trouveras les réponses que tu recherches, crois-tu vraiment que ça en vaut le risque ? Parce que je ne pense pas que ce soit réversible."

Luna baissa les yeux vers les sabots de sa grande sœur. Elle semblait mûrement méditer. Tout dans son comportement prouvait qu'elle partageait la même anxiété. Puis elle releva la tête avec un regard brave et assuré.

"C'est important pour moi, 'Tia. Je doutais encore un peu de ces dires tout à l'heure. J'ai rendu visite à Nightmare Moon récemment pour en avoir le cœur net et j'ai bien l'impression qu'il avait finalement raison. Je me suis trompée sur elle. J'ai enfin trouvé l'opportunité d'atteindre une sérénité totale vis-à-vis de ma face sombre et de mon passé. Je ne peux pas laisser passer une opportunité pareille ; peu importe jusqu'à quel point je devrai changer mon régime alimentaire."

"Mais se comporter en prédateur à l'égard des autres poneys, tout de même... ", cherchait-elle encore à la convaincre.

"Je comprends ta peur, 'Tia. Mais je suis sûre que ça va bien se passer. Selifós sera là pour me guider et franchir tous les obstacles. Si lui vit bien sa condition de buveur de sang, alors pourquoi pas moi ? Je reconnais que je suis toujours perturbée, mais il faut garder foi."

La jument blanche doutait encore. "Hm... non, Luna. Pas à ce prix-là."

"Et si j'avais tort, grande sœur", insista l'alicorne bleu nuit. "J'ai sombré dans la jalousie, la solitude, la souffrance... J'ai perdu mille ans de ma vie dans une tourmente éternelle. Et tout ça à cause du lien que je partage avec Nightmare Moon et mes ancêtres. Si je m'étais trompée, ce serait alors toute ma vie qui deviendrait un mensonge ! J'ai absolument besoin de me remettre en question. J'ai absolument besoin de réponse. Notre oncle vient de nous montrer un tout nouveau chemin qui pourrait tout à fait être celui de la vérité. Je ne peux pas l'ignorer comme ça juste parce que Twilight ou même toi le désapprouveraient. Et si j'avais tort, 'Tia ? Et si je m'étais vraiment trompée sur Nightmare Moon ? ... Si. Ça en vaut le prix."

"Je trouve que tu accordes trop de crédulité à ce que notre oncle raconte. Aurais-tu oublié qu'à la base il s'est échappé de prison ? Et si il nous avait mentis ? Et si il était réellement possédé par son Nightmare ? Et que cette histoire de rite n'était qu'une invention pour te faire basculer vers Nightmare Moon, et ainsi pour pouvoir mieux se servir de toi ? Tu y as pensé ? Personnellement, j'ai ressentis beaucoup de gêne quand j'ai dû offrir la chambre d'hôte à celui qui a agressé ma petite Twilight."

"Et si c'était vrai ce qu'il racontait ?", répliqua aussitôt Luna. "Peu de chose le défend, je te l'accorde. mais à mon opinion, ce matin, il a fait une confession plutôt improbable pour un manipulateur. Il n'a pas hésité une seule seconde à mettre son passé entièrement à nu devant nous. Ce que j'ai vu ce matin, c'était un ancien criminel à la recherche d'une seconde chance.

"Il peut nous avoir mentis quand il affirmait vouloir mieux nous connaître et apprendre à nous aimer, et ainsi s'intégrer à nous. Mais... imagine deux secondes si il était sincère. Imagine si au lieu d'être manipulateur et malintentionné, il recherchait réellement la rédemption. Et imagine dans ce cas-là, si exactement comme toi, quand Twilight fut venue, au lieu de le défendre je l'aurais jugée. Il aurait été rejeté. Twilight aurait cherché ensuite à le réemprisonner pour ne pas qu'il faisse du mal à d'autres poneys. Et en percevant qu'il n'aura jamais de seconde chance, même longtemps après qu'on ait oublié les traumatismes que ces anciens crimes ont engendrés, il en aurait sûrement conclu que ça ne servirait à rien de changer. Et là seulement il serait devenu un danger pour Equestria. C'est pour ça que je suis prête à tout lui pardonner et à lui faire confiance : c'est ce qu'il y a de mieux à faire, étant donné la situation."

Après l'avoir attentivement écoutée, Celestia avait un petit sourire rassuré... convaincu... et surtout fier. "J'ignore si c'est de la naïveté ou de la pureté de cœur, Luna, mais... tu as toujours eu cette sagesse qui me fait défaut."

"Peut-être parce que j'ai enduré bien plus de souffrance que toi ?", lui souriait sa cadette en retour. Puis elle revira de sujet avec une voix ferme. "Nous avons un oncle maintenant, 'Tia. C'est une occasion unique pour agrandir notre famille. Et il est exactement comme moi : il possède un Nightmare, il a été banni sur la lune, traité en criminel... si on m'a offert une seconde chance, alors pourquoi pas lui ?"

"Mais Luna. Il est un vampony et – "

"'Tia !", la coupa sa petite sœur de plus en plus agacée. "Selifós est notre parent. Nous avions toujours rêvé de retrouver un parent de sang. Je ne le renverrai pas. Je ne le chasserai pas loin de nous comme les équestriens m'ont chassée loin d'eux lors de mon retour d'exil. À ce point-là, qu'il boive du sang m'est complètement égal."

Celestia paraissait médusée. Luna marquait de très bon point mais... elle gardait le silence. La cadette lui réoffrit un sourire confiant.

"Fais-moi confiance, 'Tia. Tout va bien se passer."

"..."

Elle sirota encore un petit peu de son jus de fruit. "Tu devrais retourner dormir grande sœur. La nuit te portera conseil."

Et elle se rendit à son tour sur la terrasse pour contempler les étoiles. Celestia resta immobile. Encore à se demander comment ça évoluera, avec toujours un peu d'inquiétude au ventre. Elle posa le verre vide et repartit se coucher quand elle se surprit à bailler fort.

La réalité, ce n'était pas qu'elle ne faisait pas confiance à Selifós. Bien au contraire. Il était gentil, tendre, honnête... Même avec elle il avait beaucoup de chaleur dans sa voix. Ce fut juste que... elle avait peur de ce qu'une fusion avec Nightmare Moon pouvait donner. Elle craignait juste les conséquences que cela pourrait entraîner. Leur oncle pourrait tout à fait être attentionné. Mais en devenant une vampony, Luna risquera de se mettre de nombreux poneys à dos. Et en première ligne, il y aurait bien évidemment Twilight et ses amies. Et dans ce face à face entre Nightmare Moon et Twilight, avec Luna au milieu, cette dernière tournera le dos inévitablement à l'une quand elle voudra regarder l'autre.

Celestia voulait juste le bien de sa petite sœur. Elle voulait seulement s'assurer que rien ne déraille. Elle espérait juste que Luna avait raison. Qu'avec Selifós, tout se passerait bien. Et une fois sa tête confortablement lovée contre son oreiller, elle ferma les yeux et elle pensa.

Peut-être que ça va bien se passer.

 

***************************************************************************************

 

À son réveil le matin suivant, Celestia trouva à ses côté, dans le lit, un manuscrit. Ce dernier était scellé par le cachet princier de Canterlot et l'alicorne immaculée s'imagina que Twilight le lui avait envoyé alors qu'elle dormait encore. Et cela la fit penser à autre chose en contrepartie. Si son ancienne élève avait eu le temps de lui envoyer une lettre aussi tôt dans la journée, c'était probablement parce qu'il n'était pas si tôt que ça, et qu'elle avait dormis plus que de coutume. Ou alors était-ce juste son éveil au beau milieu de la nuit à cause de cet affreux cauchemar et de l'échange un peu inquiétant qu'elle eut eu avec sa sœur qui lui donnèrent un sommeil plus lourd sur le long terme ?

Bah. Peu importe.

L'alicorne prit le temps de lever la tête et de réhabituer ses yeux à la fraiche lumière de l'aube. Sa fenêtre n'étant pas directement face au soleil, il y avait donc une raison qu'elle tarde à se réveiller. Elle se frotta les yeux, pensant encore à la chose inhabituelle à cinq heure du matin, avant de se focaliser de nouveau sur le message.

Quand elle ouvrit et lut la lettre, elle prit peur. Les choses risquaient vraiment d'empirer. Et elle sentit son angoisse monter lentement telle la marée de la mer au fur et à mesure que ses yeux descendirent jusqu'en bas du papier. Twilight aussi craignait de ce qui adviendrait d'une relation harmonieuse entre Luna et Nightmare Moon. Et elle voyait Selifós comme quelqu'un à surveiller de près. De très près.

Et ce fut donc justement pour cela que la princesse de l'amitié écrivit à Celestia. Afin de lui demander discrètement de veiller pour elle à ce que Luna ne commette pas d'erreur. Et d'espionner Selifós, afin de comprendre ses réelle motivations. S'il y avait ne serait-ce, un détail suspicieux qui transparaissait dans la relation entre lui et Luna. S'il y avait ne serait-ce, une raison suffisante pour neutraliser Selifós comme s'il était un ennemi d'Equestria parmi d'autre. De l'alerter, afin qu'elle et ses amies interviennent pour l'affronter, et le vaincre.

Celestia était circonspecte. Ça ne lui plaisait pas. Mais alors vraiment, vraiment pas. Elle voyait déjà s'afficher un schisme entre elle et Luna. Mais surtout entre Luna et Twilight. Car vu comment elle était déterminée à pousuivre ce rite étrange, un conflit sera inévitable.

Elle avait peur d'en parler, peureuse dans cette crainte que cette guerre entre elle et sa petite sœur reviennent sur le devant de la scène. Traumatisée par le bannissement de Luna et les mille ans de solitudes qui s'étaient ensuivis, elle s'était jurée de ne plus remuer le passé. Et maintenant, il suffisait qu'elle accepte de faire une exception. Une toute petite exception. Juste parce qu'elle voulait découvrir ses vraies origines ainsi que la vérité sur ses parents oubliés. Qu'il fallait que ce souvenir enterré ressuscite pour la hanter.

Ce devoir que lui incombait Twilight... ça lui rappelait trop le poids de la couronne. Le poids des responsabilités, et des remords. Mais elle comprenait la vigilance de son ancienne pupille. Elle aussi était vigilante quant à ce qu'il se déroulait actuellement. Mais elle aurait préféré avoir une excuse pour ne pas s'y soumettre. Il aurait juste suffis que Twilight n'envoyât pas cette lettre. Mais elle l'eut fait quand même.

Et le pire du pire : Twilight lui intima à ce que son message reste secret. Luna et Selifós ne devaient en rien le savoir. Pour quelle raison ? La princesse craignait simplement que Luna, en constatant une réaction hostile, se réfugie d'avantage vers Selifós que vers elle. Elle ne l'aurait pas cru possible si elle n'était pas venue leur rendre visite ce soir-là. Mais être témointe d'une Luna défendant un évadé du Tartare avec conviction la fit remettre en question sur la foi que l'ancienne princesse de la nuit lui accordait à elle.

Celestia eut les yeux hagards, et ses lèvres silencieuses. Elle ne put s'empêcher de se dire que Twilight avait néanmoins raison de se méfier. Mais la discussion avec Luna en plein cœur de la nuit la fit relativiser. Elle n'arrivera pas à la convaincre. Et elle protégera Selifós sans hésiter. Même si ce dernier mordait un poney, elle ne changera sûrement pas d'avis. Tout ce qu'elle avait de mieux à faire, et de ce qu'elle estimait juste, était de surveiller étroitement son nouvel oncle. Mais est-ce qu'elle devait se lier du côté de Twilight avec absolutisme ? Ça, c'était une autre histoire.

Elle s'était promise de ne plus répéter les erreurs du passé et que plus jamais elle ne contribuera à la chute de sa petite sœur. Sous aucune forme que ce soit. Elle respectera le choix de Luna, et choisit de patienter avant d'agir ; s'il le faudra réellement. Après tout, peut-être que les choses ne seraient pas si mal que ça ? se disait-elle naïvement. Si Luna n'était pas si inquiète, alors devrait-il en être de même pour elle ? En fait, ce qui la préoccupait le plus, ce n'était pas que Luna fasse la paix avec Nightmare Moon ou qu'elle s'approche en toute candeur de Selifós. Ce qu'elle craignait, et ce qu'elle craignait le plus, était de perdre à nouveau sa sœur. Elle voulait seulement que ce scénario ne se reproduise pas à nouveau, comme si elle était maudite.

"..." Elle soupira longuement.

Elle renvoya le parchemin auprès de Twilight après y avoir mis sa signature et une simple réponse approbative. Dans le but d'indiquer à la princesse d'Equestria qu'elle avait bien reçu et lu le message. Et qu'elle allait faire ce qu'elle lui avait demandé. Elle lui avait aussi notée le point de vue de sa petite sur dans cette affaire, qu'elle souhaitait offrir le pardon et une seconde chance à leur oncle, et donc d'ingénuément le croire. Peut-être qu'avec ça en mémoire, se disait-elle, son ancienne élève évitera toute réaction hostile et prématurée.

En tout ca, ça leur permettra de gagner du temps.

En rejoignant la salle à manger, Luna et Selifós étaient déjà présents, à discuter d'un air enjoué autour de quelques croissants. Mais ces quelques croissants étaient pour Celestia : elle s'étaiet levée tard comparée aux autres et eux, ils avaient déjà fini leur petit déjeuner.

Elle s'assit après avoir échangé un simple bonjour matinal avec sa cadette et son aîné. Elle entamait son premier croissant alors qu'elle écoutait discrètement la discussion entre Selifós et Luna. Ce dernier racontait une anecdote amusante sur les Nightmare ; qui ne manqua pas de faire sourire la jument solaire qui l'entendit. Les Nightmare ne se contenteraient pas juste d'être la partie Yin, mais aussi d'être le réceptacle de l'inconscient et des désirs les plus enfouis, malfaisants ou non. Il citait pour exemple que les Nightmare étaient toujours du même sexe que leur jumeau. Et que si ce n'était pas le cas, cela signifierait donc l'homosexualité. Luna était fascinée et amusée. Et Celestia eut envie de rire dans sa bouche pleine pour exprimer elle aussi son intérêt curieux pour la chose. Dans une situation aussi conviviale, il aurait été dur pour l'alicorne blanche de croire Selifós malintentionné.

Elle profita du désir de l'étalon à visiter l'empire de Crystal pour garder un œil de très près sur lui. Donc elle, lui et Luna, partirent pour la cité de Crystal, dormirent sur place après le voyage qui fut assez long. Puis Luna et Celestia présentèrent à Cadance, Shining Armor et Flurry Heart, cet alicorne noir improbable lors de leur visite au château.

La famille impériale de Crystal avait déjà ouï dire de lui, que Twilight reçut une rencontre de sa part... avant de se faire agresser, elle et son élève, Luster Dawn. Ils auraient pu afficher plus qu'une simple méfiance au vampony si Luna ne parut pas si proche de ce dernier. Ce qui d'ailleurs au passage, avait fait d'avantage comprendre à Shining Armor et Cadance pourquoi le sujet de Luna voulant faire la paix avec Nightmare Moon était plus qu'inquiétant. Oui ! Les nouvelles passent vite !

Flurry Heart, alors adolescente et déjà presque aussi grande que sa mère, était à demi-effrayée, accolée contre Cadance, mais aussi très curieuse de découvrir ce Selifós auquel sa mère lui défendit d'approcher ; de peur que le vampony ne fasse une nouvelle victime. Mais l'ancien Skiá s'en fichait : il avait déjà mordu un poney de Crystal la nuit dernière donc il n'avait pas faim. Même si l'odeur de sang pur de la jouvencelle était particulièrement... appétissante.

Et de même... Flurry Heart... il jugeait ce nom indigne pour la fille d'une alicorne. Chez les alicornes, ou du moins dans sa famille ou dans celle des Lux, on baptisait toujours les enfants avec des noms grecs ou latins ; jamais avec des noms anglais. Dans sa perspective, les noms anglais n'étaient bons que pour les mortels, les gueux et les manants... Il ne comprenait pas pourquoi la princesse Cadance aurait l'indécence de donner à sa fille un nom de paysan. Elle méritait un nom bien plus noble que ça. Mais il y passa finalement outre, en se rappelant qu'il n'en était pas le géniteur.

Selifós ne passa que très peu de temps au château. À peine la visite fut rendue qu'il alla se promener dans l'empire pour admirer les monuments tous plus flamboyants les uns que les autres à ses yeux, s'émerveillant à la manière d'un poulain qu'on aurait relâché dans une confiserie. Les rues, les maisons, les toits des maisons, les habitants eux-même... tout était fait de cristal ! Comme le lui contait sa mère vingt milles ans auparavant. Une plus grande partie de la journée s'écoula pour lui dans la grande bibliothèque de l'empire, où Selifós s'était empressé de se rendre aux archives afin de se cultiver sur l'histoire, le passé de cette cité mythique.

Les deux sœurs alicornes qui étaient restées plus longtemps au palais pour discuter avec Cadance, notamment pour lui parler des origines de l'empire de Crystal qui jusque là étaient dissimulées par le voile oublié d'un lointain passé brumeux, durent partir pour essayer de rattraper Selifós qui les avait quittées sans prévenir. Elles l'eurent perdu de vue car la princesse de Crystal les avait retenues dans le désir d'en savoir un peu plus sur ce qu'était La légende des Sept Glorieuses, visiblement très intéressée par le sujet.

À la fin donc, elles se séparèrent pour le trouver plus rapidement et demander des renseignements aux passants sur le passage d'un grand étalon noir au regard effrayant. Et grâce à leur enquête, elles finirent par le retrouver, à la grande bibliothèque de l'empire. Luna fut la première à l'avoir trouvé et à l'avoir rejoint. En arrivant dans le sanctuaire de savoir des cristallins, elle repéra Selifós à un large siège, en compagnie de plusieurs livres, trop absorbé par sa lecture pour remarquer la venue de sa petite-nièce.

"On t'a cherché partout, Selifós.", dit-elle rassurée de le revoir, mais avec un ton ferme. "Pourquoi tu ne nous as pas prévenues de ta destination ?"

L'adressé releva la tête et sourit en voyant Luna. "Je vais où bon me semble, et je n'ai pas à dire à qui que ce soit où je désire aller. Après tout, vous n'êtes pas mes garants, que je sache ?"

Luna roula des yeux. "Pourquoi es-tu venu ici ?"

"Je souhaitais découvrir l'Histoire de l'empire de Crystal. J'avais envie de savoir ce qui était advenu de lui après sa disparition, telle qu'elle était racontée dans la Légende des Sept Glorieuses. Tu te souviens ?"

"Oui. Bien sûr."

"Ça n'en n'a peut-être pas l'air avec mon expérience de vingt milles ans, mais la vérité est que je ne sais presque rien de l'empire de Crystal, sinon des vieux contes de ma mère. Et encore. Ça remonte à si loin que j'en ai carrément oublié au moins la moitié du récit."

Luna eut un sourire en coin de lèvre. Elle aurait pu elle aussi se renseigner sur le passé de l'empire après la défaite finale du roi Sombra. La curiosité de Selifós quant à l'histoire de cet endroit la gagna.

"Je peux m'asseoir à côté de toi ?"

"Sois à ton aise, ma chère nièce." La jument s'assit à sa gauche car sa droite était occupée par une petite pile de livre. Après avoir jeté quelques coups d'yeux, il ajouta. "Où est ta sœur ?"

"Nous nous étions séparées pour te retrouver le plus rapidement possible. Mais elle finira par nous rejoindre, elle aussi. J'en suis persuadée. D'ailleurs elle me semblait angoissée quand tu t'étais éclipsée tout à l'heure."

"Ah bon ? Et pourquoi ?", dit l'étalon en toute quiétude, toujours plongé dans son ouvrage.

"Je ne suis pas sûre.", tentait Luna de trouver une explication. "Mais je crois que ça a un lien avec ce qui s'est passé avec la princesse Twilight ; et aussi avec le fait que tu sois un... un vampony."

Selifós gloussa intérieurement. La jument ajouta.

"Elle ne te fait pas confiance. Elle doit sûrement penser qu'en ce moment, tu essaies de mordre quelqu'un."

L'alicorne noir tut son amusement. Il soupira tristement. "Je suis déçu qu'elle me croit obsédé par ça. Elle me regarde comme les poneys de l'ancien monde regardaient les Skiá : comme des monstres. Mais la vérité c'est que nous ne le sommes pas. Ils se laissaient aveugler par leur peur et leur haine. Nous les Skiá avions beau avoir pour nature de boire du sang, mais on a un cœur comme tout le monde. Nous sommes des poneys d'une grande noblesse, avec des sentiments, des émotions, une histoire... comme tout le monde. Et ce n'est pas parce qu'on ne prend pas en compte la protestation de nos victimes que nous sommes dénués de code morale : on a des principes nous aussi. Il n'y a rien de mal à être un prédateur."

Les dires de Selifós raffermirent les pensées de Luna, firent disparaître ses doutes et atténuer encore plus sa peur. La peur d'être ce que tous craignaient qu'elle soit. Non. Aussi longtemps que son oncle était à ses côtés, tout se passera bien. Ce dernier préféra changer de sujet, afin de garder un peu de gaieté en ce pur moment de partage avec Luna, cette petite alicorne au joli sourire à qui il éprouvait déjà un profond attachement.

"Je suis en ce moment en train de lire quelque chose de très intéressant sur les origines du roi Sombra. Ça t'intéresse ?"

Les yeux de Luna brillèrent d'étonnement. "Il y a des livres sur le roi Sombra ? Ici ?"

"Pourquoi pas ? Je veux bien croire qu'il fut un chef malveillant, mais il restait néanmoins un chef. Et tous le chefs font partis de l'histoire de leur pays. Donc il est évident qu'on n'en retrouve des traces écrites de son passage dans les livres d'histoire."

Luna s'accola contre l'étalon pour mieux approcher ses yeux du livre. "Et donc qu'est que ça dit sur le roi Sombra ?"

L'ancien approcha le livre d'elle pour lui permettre de lire avec plus de confort. "Selon ce livre, Sombra aurait été à l'origine un général renommé au sein de l'armée cristalline, sous le règne de l'impératrice Amore, sixième du nom. Il dit aussi qu'il était à l'origine un grand patriote, et un des membres les plus éminents de la cour de l'impératrice."

"Les alicornes de Crystal s'appelaient la famille Amor... ", lisait attentivement Luna les paragraphes. "Et les Amor étaient une dynastie impériale ?"

"Rien de surprenant... pour un empire.", répliqua ironiquement Selifós. "D'ailleurs je ne comprends pas. Que Shining Armor se fasse appeler consort, je comprends. Mais pourquoi tout le monde donne à Cadance le titre de princesse, et non pas d'impératrice comme il se doit ?"

"Depuis très longtemps, elle était considérée comme une princesse par les équestriens. Parce qu'Equestria est une principauté.", expliqua Luna. "Les poneys d'Equestria et ceux de Crystal ont continué de l'appeler princesse par habitude, et surtout parce qu'elle s'identifie comme une équestrienne, avant d'être une ponette de Crystal."

"C'est cohérent."

"Et puis Cadance n'aime pas le terme « impératrice » : elle trouve ce titre pompeux et autoritaire."

"Ça peut se comprendre.", rit-il légèrement.

"Et ducoup... qu'est-ce qui a conduit Sombra à trahir celle à qui il a prêté serment ?"

Selifós tourna la page et lut les lignes suivantes. "Suite à la déclaration de guerre des yacks et des bouquetins contre l'empire de Crystal, le général Sombra aura proposé à Amore VI de riposter avec leur propre armée, qu'une démonstration de force dissiperait la belligérance de ces tribus nomades et barbares. Mais l'impératrice l'aura contrarié en se rattachant aux traditions et aux valeurs de l'empire : celui de résoudre tous les conflits par l'amour et le pacifisme. En effet, le cœur de Crystal permettait d'apaiser l'hostilité des uns et l'agressivité des autres."

"Et bien... ", commenta Luna. "Il semblerait que les bouquetins et les yacks les avaient trouvés. Et je suppose que les premiers échanges diplomatiques se sont mal passés si ça a débouché sur une guerre."

"Utiliser la magie de l'amour via le cœur de Crystal était le seul moyen de défense passif et efficace pour s'assurer de garder au loin l'agressivité des peuples voisins. Mais ces derniers revenaient sans cesse à chaque fois que le sort de diffusion de l'amour par les aurores boréales s'estompait. Car l'amour n'était pas réellement présent dans leur cœurs, et qu'ils percevaient l'inaction de l'armée cristalline comme un signe de faiblesse, et que l'empire était juste bon pour être mis à sac.

"Le chef des armée, Sombra, aurait souhaité faire intervenir quelques divisions dans une lutte armée pour aider à la défense du pays. Mais l'empératrice réfuta à chaque fois les conseils de Sombra, argumentant qu'un conflit armée mènerait à des victimes inutiles puisque la magie du Cœur de Crystal suffisait à la protection de l'empire.

"Cela conduisit à ce conflit. Le général Sombra revendiquait que sans une demonstration de force, les bouquetins et les yacks ne cesseraient jamais de revenir, et que l'utilisation seule du Cœur de Crystal plongerait l'empire dans une guerre perpétuelle et déraisonnée. Cette polémique aura agité les opinions au sein du peuple, provoquant ainsi un sentiment de scandale."

Luna ignorait si elle devait croire à ce qui y était écrit. Mais elle dut reconnaître, de par sa propre expérience d'autrefois en tant que commandante d'armée, que certains, à moins que l'on utilise la violence, n'entendaient effectivement jamais raison. Donc bien que le roi Sombra était un ennemi d'Equestria, elle approuvait son choix d'antan d'attaquer l'ennemi de front, plutôt que de rester caché derrière un sort dans l'oisiveté.

"Pour mettre un terme aux débats, un mois après le début de la dispute, l'impératrice Amore VI dissolut l'armée de Crystal, forçant ainsi le général Sombra à la démission. Ce fut un grand choc pour le pays, comme pour Sombra. À l'origine, cette armée fut formée par l'arrière-arrière grand-père de l'impératrice, Deseo XIII, mille ans auparavant, en tant que dernier recours si jamais le cœur de Crystal venait à faillir des moments. La destruction de l'héritage d'un des ancies empereurs de l'empire aura entraîné une vague de division et de contestation dans tout l'empire.

"Sombra craignait que le cœur, comme se fut déjà arrivé quelques rares fois par le passé, défaille au pire moment et laisse le pays vulnérable à n'importe quelle attaque. Persuadé que l'impératrice avait perdu la raison, il organisa un putsch, et non pas sans soutien des ex-militaires et officiers tout comme du peuple dont la moitié avait désapprouvé la décision d'Amore VI.

"Ce fut grâce à beaucoup de soutien que le coup d'état eut réussi. Il détrôna l'Impératrice, prit sa place, et mit fin à la guerre suite à une série de campagne militaire qui mettra à genou les tribus belliqueuses en sept ans. Il obligea les yacks et les bouquetins à se soumettre à une terrible humiliation. Une humiliation telle qu'ils seraient incapables de revenir pour se venger : l'annexion en province des terres sur lesquelles ils avaient l'habitude de vivre. La popularité du nouvel, mais illégitime empereur Sombra explosa suite à la victoire de cette guerre interminable qui aura duré plus de vingt-cinq ans."

"La famille impériale bien qu'évincée... ", continua Luna alors que Selifós fit une pause pour reprendre son souffle. "demeura présente. Mais elle fut reléguée au rang de symbole des valeurs et des traditions de l'empire de Crystal. Par respect pour les crystallins qui malgré leur décèption, continuaient de voir en la famille impériale une image importante de leur empire, Sombra se renomma roi, au lieu d'empereur, en signe d'humilité, pour rappeler à tous qu'il n'est pas l'empereur légitime." Elle fut étonnée. "Le roi Sombra savait se faire aimer du peuple pour un chef de guerre. Je me demande par où il est passé pour devenir le tyran haï que tout le monde connaît."

"Je crois avoir lu ailleurs qu'à l'approche du crépuscule de sa vie, le roi Sombra avait peur de mourir.", dit Selifós en faisant référence à un autre livre qu'il avait lu plus tôt dans la journée. "Tout ce temps passé au pouvoir l'aurait corrompu. Il fut devenu quelqu'un de très ambitieux et il allait, conquête après conquête, étendre le domaine de l'empire, à un tel point que tous les états voisins ont perçu l'empire de Crystal comme une nation ultra-agressive. Le roi Sombra ne voulait pas céder le pouvoir à la famille impériale et ainsi s'en servir pour continuer à nourrir son égo et sa mégalomanie. Et justement, pour fuir la mort qui aurait pu être le point final de son règne, il aurait fait... "

"Un pacte avec les ténèbres.", finit Luna qui connaissait la suite de l'histoire. "Il l'avait fait pour devenir plus puissant et pour trouver une escapade à la mortalité."

"Hm-hm.", confirma son oncle. "Et quand il apprit que les citoyens ; qu'il avait opprimés dans sa folie liée à son pacte ; pouvaient à tout moment se soulever et ainsi replacer l'impératrice Amore au pouvoir, il la fit assassiner, elle et tout sa famille, et son régime devint plus tyrannique que jamais. Ainsi, il assura sa position en tant que souverain absolu." Il soupira devant ce fait tragique.

"Comme on dit : le pouvoir corrompt.", cita la jument bleue comme si c'était un fait.

"De ce que j'ai vu dans ma longue vie, ce n'est pas tellement le pouvoir en lui-même qui corrompt. Mais plutôt la peur de le perdre."

"C'est un peu bizarre que Cadance soit l'héritière de cette famille si Sombra l'avait entièrmeent décimée. Même si ma mémoire est encore floue à ce sujet, je crois me rappeler que les parents de Cadance étaient des sujets modestes de l'empire. Pas des nobles." Elle arracha son regard des écrits pour fixer Selifós. "Tu penses qu'elle est au courant de ses réelles origines ? Parce que ma sœur et moi ne lui avions pas tout dit de notre rencontre quand tu t'étais éclipsé tout à l'heure."

"Je crois qu'elle le sait.", dit-il avec logique. "Elle a forcément dû se demander quelles étaient les origines de l'empire de Crystal et à quoi il ressemblait avant le roi Sombra, et qui le gouvernait avant lui. Elle a forcément feuilleté tous ces livres avant nous. Non, non... je suis certain qu'elle connait ses origines. Ce ne sera pas nécessaire de lui montrer tout ça. Cependant... " Il rejeta un bref coup d'œil aux livres qu'il avait mis sur son côté. "C'est malheureux mais... je n'ai trouvé aucun livre qui fasse référence au temps de la disparition de l'empire de Crystal, telle qu'elle était racontée dans la Légende des Sept Glorieuses. Il y a bien ce livre-là qui parle vaguement de six autres empires aussi anciens et puissants que l'empire de Crystal, mais il raconte ça comme un conte lyrique flou ; avec rien de concret. Je suppose que je ne suis pas le seul à oublier ce qu'il s'est passé il y a très longtemps ; à moins que ce soit juste Sombra qui ait ordonné la destruction de certains ouvrages."

"Je peux l'avoir ?"

Selifós tendit l'ouvrage à sa nièce. Ce n'était qu'un tout petit livre, très mince, avec à peine une trentaine de page. Il ressemblait plus à un livre pour enfant qu'à un réel ouvrage littéraire digne de ce nom. Tout le texte était écris en vers et se lisait comme de la poésie.

"Alors ? Qu'est-ce que tu en dis ?"

"Je comprends que cela ne te satisfasse pas." dit Luna en lisant rapidement les vers en diagonal. "Ce n'est qu'une simple petite contine pour poulain. Les empires ne sont pas nommés, ne semblent faire référence à absolument rien de réel, sauf l'empire de Crystal en lui-même bien sûr... attends." Elle s'arrêta sur un passage intéressant. "L'empire de Crystal se serait dissimulé pour se cacher d'un esprit mauvais qui avait détruit les six autres. Un esprit mauvais ? Tu ne l'avais pas mentionné quand tu nous parlais de la Légende des Sept Glorieuses. Ou du moins, pas explicitement."

Selifós garda le silence.

Luna en était encore à se poser des question sur ce fameux « esprit mauvais » qui la fit réfléchir attentivement. Elle n'insista pas auprès de son ancien, supposant que ce dernier n'en savait pas plus qu'elle, d'où son calme habituel qu'il entreprennait face à certaines interrogations. Mais un esprit mauvais ? Comme une... une malediction du mauvais œil ? Discord ? pensait-elle intuitivement. Ou alors n'était-ce juste qu'un conte banal dont le trois quarts évoqués n'était que de la fantaisie ? Possible. Mais elle avait pris l'habitude depuis la venue de Selifós qu'il fallait se méfier de ce que l'on croyait n'être que pure fiction. Car certaines légendes semblaient plus réelles que d'autres.

Quelques temps après, Celestia finit par les retrouver tous les deux, l'un juste à côté de l'autre, en train de discuter autour de livres. Il en allait sans dire que l'alicorne blanche souffla de soulagement quand elle vit qu'il était en présence de Luna. Mais elle reprocha tout de même un peu à Selifós de s'être discrètement défilé sans prévenir. Ce à quoi il lui rétorqua... rien du tout. Il ne dit rien en retour. Juste il s'en fichait. Comme toujours. Et naturellement, Luna se faisait un peu l'avocate du diable pour son oncle qui paraissait s'attirer les foudres de tout le monde.

L'étalon noir avait l'esprit vacillant sous le coup de l'épuisement, à cause de l'animosité et de l'inhospitalité de ceux qui l'entouraient. Et tout ça parce qu'il n'était pas vegan comme tout le monde, sans vouloir expressément en faire une blague. Et afin de se le prouver et aussi pour s'excuser de ce qu'il était ; mais soyons franc il s'en fichait qu'il ne plaise pas à certains ; il avait donc essayé de s'attirer les faveurs de ceux qui murmuraient dans son dos.

Le jour qui vint après la visite à l'empire de Crystal, qui laissa non pas sans voix le Skiá au passage, il avait rendu visite à la princesse Twilight pour lui proposer son aide dans la reconstitution de la porte du Tartare ; et cette fois une aide plus assidue. La princesse de l'amitié, déjà rassurée par la volonté de bien faire de Selifós à réparer ses bêtises, accepta sa sollicitude avec plaisir. Elle lui requit de se rendre à l'école de l'amitié pour aider ceux qui travaillaient activement à trouver un sort de protection : Sunburst et Starlight Glimmer.

Ces derniers se montrèrent prudents quand ce grand alicorne arriva à l'école, sous l'ébahissement et les chuchotements partagés des étudiants qui voyaient passer celui qui avait engendré énormément de rumeurs ces derniers temps. Au départ, Sunburst comparé à Starlight, s'était montré méfiants quand le fameux vampony vint à eux. Mais délaissa bien vite les envies de querelle en apprenant via une lettre de Twilight qu'il souhaitait seulement les aider à trouver un sort pour le nouveau portail. Ce qui bien évidemment n'était pas pour leur déplaire.

Il leur apporta tout le savoir nécessaire pour former un sort de protection digne de ce nom et tout à fait inédit, selon l'idée de Starlight. Et ils pouvaient le remercier pour cela. Car bien que Sunburst et son amie avaient un bon début pour le sort, ils avaient du mal à progresser, faute de temps, mais aussi et surtout faute de connaissance pour ce type de sort bien précis. Et la technologie humaine avait été totalement perdue. Et ce qui en restait ne serait trouvable que dans les terres contrôlées par les divers royaumes monstres. Et personne ne serait assez fou pour risquer sa peau en dehors des frontières d'Equestria ; là où le monde montrait son vrai visage : le mal est présent et rien, pas même l'amitié, ne pourra le forcer à partir.

Bref. Selifós les aida du mieux qu'il put malgré son manque de connaissance sur la science humaine. Mais à la fin, ils trouvèrent ensemble une bonne piste. Et Twilight se réjouissait à apprendre par lettre que la mise au point du sort sera terminée et prête d'ici les prochains jours. Et en plus, malgré toute attente, un semblant d'amitié s'était tissé entre l'ancien alicorne et les deux proviseurs de l'école de l'amitié, chez qui il en reconnut un talent exceptionnel pour des licornes.

Malheureusement, Twilight resta intransigeante à l'égard de Selifós : elle ne lui laissa même pas le temps de croire qu'il serait autorisé à mordre des poneys en toute impunité en échange de ce service. Mais encore une fois, l'étalon s'en fichait. Il ne voyait pas en quoi il aurait à demander la permission. Et donc comme à chaque nuit, il partit chasser des poneys pour se repaître de leur sang. Avec les jours qui passaient, les journeaux racontaient de plus en plus de cas de morsures de vampony, et en particulier dans la région de Silver Shoals, et en particulier sur les jeunes juments de moins de vingt ans ; proclamées vierges pour certaines. Ce qui attisa encore d'avantage les plus folles rumeurs.

On aurait pu crier au canular en lisant de tels ragots. Et c'était même le cas de beaucoup. Mais Twilight, ses amis, Celestia et Luna savaient que ce n'était pas juste des histoires pour faire peur. La princesse aurait aimé intervenir. Mais avec Luna le défendant, ce n'était pas aussi simple. Elle aurait bien voulu punir Selifós, mais elle ne voulait pas en revanche contrarier une amie, même si cette dernière lui paraissait dans l'erreur. Celestia aurait souhaité convaincre sa cadette que le comportement de son nouveau parrain était reprochable, même condamnable. Et qu'elle se faisait complice de tout ce mal en le protégeant. Mais encore une fois, elle ne voulait rien entendre.

Luna en avait assez qu'on vienne harceler elle ou Selifós à cause de sa diète peu commune. Bien entendu qu'elle n'appréciait pas l'idée de boire du sang elle-même, mais elle désirait néanmoins que les poneys arrêtent de le regarder comme s'il était un monstre. Le Skiá était très clair. Avec elle, comme pour les autres : il se comportait comme n'importe quel prédateur affamé, et il n'y avait rien de mal à être un prédateur. Luna l'eut compris et accepté. Les autres l'eurent compris, mais pas accepté. Ces derniers n'auraient probablement pas hésité à emprisonner de nouveau Selifós au Tartare s'il n'avait pas gagné l'amitié de Luna. Luna qui bien évidemment couvrit son oncle de chacune des bavures qui tournaient autour de lui.

Mais elle aussi au bout du compte s'en sentit divisée entre les avis et ne savait plus où donner de la tête. Elle comprit mieux maintenant ce que Selifós voulut dire, quand il lui eut annoncé qu'il n'apportait pas une colombe avec lui ; mais une épée.

Cela ne la dissuada cependant pas à persévérer dans ce rite. Celestia et Twilight n'aimaient pas cette initiative et elles le lui avaient fait clairement savoir. Mais ses propres raisons, et les encouragements de son oncle à ne pas se laisser leurrer par ceux qui cherchaient à rendre la paix avec elle-même impossible, elle sut dans ce conflit for interne et externe, à rester stable dans ses choix de vie.

Au final, elle s'en alla retourner sous l'aile de Nightmare Moon pour lui confesser ses doutes et ses peurs. Cela faisait à présent presque trois semaines qu'elle avait débuté le rite de Nýchta, sans qu'il n'y ait eu la moindre réelle complication. En conclusion, elle ne s'était jamais aussi bien entendue avec Nightmare Moon qu'elle n'aurait pu l'imaginer. Elle se sentait en paix avec son Nightmare ; chez qui elle était parvenue à faire ressortir cette face aimante, ce fameux côté lumineux dont parlait Selifós, et qu'il fallait exploiter pour achever le rite de la paix intérieure.

Mais malgré la paix intérieure, la guerre externe s'installa, et s'intensifiera ; inexorablement. Ce rêve qu'elle vécut, comme elle plongea à nouveau dans son sommeil, était trouble. Sa forêt de fleur rose dont le pistil brillait était surplombée d'un orage noir. Elle pouvait entendre les nuages gronder ; sentir l'atmosphère, se chargeant en eau, lui presser le pelage ; et la brise, la poursuivant comme la voix de la fatalité, siffler dans ses oreilles. Une chose terrible s'annonçait. Dans ce calme pesant. Un peu... un peu comme le calme avant la tempête.

Luna alla se mettre à l'abri dans la demeure toujours aussi belle de son Nightmare. Cette dernière l'accueillit alors qu'elle était assise sur son trône, dans toute sa gloire. Et en voyant l'air sobre et neutre très habituel de Luna, qu'elle arborait souvent quand quelque chose de sérieux, ou même grave, se tramait, elle descendit les quelques marches.

"Ça n'a pas l'air d'aller bien.", dit-elle en la lisant comme dans un livre ouvert.

"Non. Tout va bien.", nia Luna.

Nightmare Moon savait bien que non. Mais elle ne le lui reprochait pas de cacher sa faiblesse. Elle ne le lui avait jamais reproché. Luna avait toujours su se montrer forte. Impassible. Solide comme un roc. Même dans les épreuves les plus dures, elle savait ne rien laisser transparaître. Ce caractère inébranlable, ce mental aussi inaltérable que de l'acier trempé, avait toujours attiré son admiration. Elle n'insista alors pas d'avantage, et se contenta de lui sourire.

Elle amena Luna à un petit salon avec une table et un canapé où un service à thé, exactement le même, était déployé. Le rictus stoïque de Luna se déforma quand elle huma l'odeur de la lavande. Nightmare Moon avait fait exprès de choisir l'infusion de cette fleur bien précise afin d'aider sa petite jumelle à se relaxer. Depuis le début du rite, elle avait appris à révéler ce côté incroyablement intentionné de Nightmare Moon. Et deçà, Luna clairvoya immédiatement pourquoi elle fut amenée dans cette atmosphère : c'était pour l'apaiser. Dans un profond sourire, on pouvait y lire qu'elle aimait profondément son Nightmare ; et qu'elle eut appris à lui refaire confiance. Car elle seule la comprenait et l'aidait à rester forte dans cette dualité qui se formait au dehors. En dehors de Selifós bien sûr.

D'ailleurs, pour l'anecdote, ce dernier avait eu raison de la prévenir : Nightmare Moon avait tenté de se servir d'elle pour revenir et accabler de châtiments Twilight et ses cinq amies. En la perçant à jour, Luna ne lui avait pas répondu comme elle avait toujours eu l'habitude de le faire. Mais plutôt, elle la persuada de changer d'avis et de ne faire plus qu'un avec elle sans aucune arrière-pensée ; à travers un sourire et un visage mignon pour l'apaiser. Et très étonnemment, ça avait marché.

Bref. Ils s'assirent pour pouvoir se détendre. Mais au lieu de sièger en face de Nightmare Moon, Luna vint directement prendre place juste à côté d'elle, à l'étonnement de cette dernière. Et alors qu'elle se servit une tasse, Luna se rapprocha toujours un petit peu plus, centimètre par centimètre, d'elle. Nightmare Moon feignit de l'ignorer et goûta sa tisane.

"Dis-moi, Moon ?", dit mielleusement une Luna farceuse. "C'est vrai que tu m'aimes ?"

La jument de cauchemar manqua de s'étrangler avec sa gorgée en entendant comment elle s'était fait appeler. "Nightmare ! Moon ! Petite sotte !", vociféra-t-elle tout d'un coup.

Elle se voulait effrayante pour la rappeler à l'ordre. Mais Luna retint un ricanement plutôt qu'un hoquet face à la réaction soudaine. Malgré le fait qu'elles étaient si proches, à un point que leurs museaux pouvaient presque se toucher, la petite alicorne ne défit pas son sourire.

"Je le sais bien.", répondit-elle le cœur candide, alors que le visage d'indignation de son double maléfique était à quelques millimètres du sien. "Mais c'est juste un titre. Ton nom seul, c'est Moon. Permets-moi de t'appeler Moon."

Celle-ci soupira de manière renfrognée. "Je suis un Nightmare ! Et j'exige que tu me traites en Nightmare !"

"Oui. Mais toi, tu es mon Nightmare à moi. Tu es moi et moi je suis toi. J'ai le droit de m'appeler moi-même comme je le désire."

Sa face sombre souffla des naseaux. "Tu devrais prendre une tasse de thé : ça t'aidera à te calmer.", dit-elle sur un ton aigris.

"Moi aussi je t'aime."

Luna ne décrocha toujours pas son regard amoureux du visage guerrier de Moon. Elle aimait sa façon de lui résister. Elle aimait sa façon d'aimer et son acharnement à ne rien laisser paraître. Elle aimait son comportement tout à fait tsundere à son égard. Elle changea de position pour lui faire face alors que elle, restait de profil. Elle s'approcha encore un petit peu de celle chez qui elle n'aurait jamais soupçonné autant de réserve, autant de timidité. Bien qu'elle l'exprimait de manière brutale.

Elle se blottit contre son Nightmare, ventre contre flanc. Elle manipula son aile avec sa magie pour la forcer à l'attraper, et à l'enrouler comme dans une couverture. Puis Luna l'enlaça, se caressa toute la surface de son corps contre le doux pelage de Nightmare Moon. Cette dernière ne put retenir ses joues de blanchir, alors que sa petite jumelle lui fit un câlin aussi intime.

"Pourquoi prendre du thé ?", dit Luna, le nez emmitouffé dans le poil pelucheux de sa Moon. "C'est toi mon thé." Et elle frotta doucement son ventre avec le sabot ; avec un inssuflement, puis un soupir de relaxation.

Une chose qu'elle eut découverte il y eu quelques jours, la pétrir dans ses pattes lui suffisait à se détendre, alors qu'elle respirait à plein poumon son odeur, qui absorbait son stress comme une éponge. Elle attrapa après le crin éthéré de Nightmare Moon et s'en couvrit entièrement, comme une chenille dans son cocon. Elle fut entourée de toutes les étoiles qui composaient la crinière de son Nightmare. En haut comme en bas, à gauche comme à droite. Encerclée de galaxie et de nébuleuse, nageant dans l'océan calme et nocturne d'une pénombre rassurante, la voilant, la protégeant de ses craintes les plus agressives, et dont les mèches léchaient son corps de par en par avec un toucher de soie.

Nightmare Moon n'était pas du genre à exprimer une quelconque affection aussi explicite. Mais elle ne repoussa pas le désir de tendresse de Luna. Et quand bien même elle ne lui envoya aucun geste gentil en réponse ; se contentant de boire son thé tout en dissimulant son sourire ; Luna sentit couler tout l'amour que sa jumelle sombre lui offrait, un amour qu'elle avait appris au fil des jours à reconnaître derrière sa aigreur. Comme si leurs deux cœurs communiaient au travers de leur étreinte.

Le bonheur de Luna augmentait comme le rite continuait. À chaque rencontre avec sa moitié, elle ne se rendit que plus compte à quel point elle avait tort à son sujet. Bien qu'elle ne le laissait jamais paraître, Nightmare Moon l'aimait sincèrement ; et chacune des réponses qu'elle apportait à ses questions ne la fit que toujours ouvrir un peu plus ses yeux qu'elle eut clos si longtemps auparavant.

Une fois par exemple, Luna lui avait demandé son avis concernant le Tantabus. Et cet avis était très divisé. D'un côté, l'idée d'un parasite corrompant les rêves en cauchemar plaisait énormément à Nightmare Moon. Ce que cette dernière aimait beaucoup moins en revanche, c'était le contexte dans lequel Luna s'en fut servis. Elle critiquait le remord que Luna éprouvait pour ses sois-disants méfaits d'antan. Elle lui rappela qu'il n'y avait aucun mal à désirer de se faire aimer. Car après tout, c'était bien pour cette raison qu'elles s'étaient retrouvées sur la lune, n'est-ce pas ? Luna l'ignorait. Car elle se rappelait aussi que Nightmare Moon avait tenté de tuer leur sœur.

"Je peux savoir ce qui te prend ?", dit cette dernière en déposant sa tasse. Alors que Luna se trémoussait contre elle, plongée dans son crin. "D'habitude, tu n'es pas aussi... câline."

Le ton employé était froid et dénué d'émotion. Mais Luna avait compris que cela cachait de l'amour. Et son cœur assoiffé s'en abreuvait de chaque goutte. Nightmare Moon dégagea son crin pour faire apparaître la tête de Luna, totalement submergée par la nuée d'étoile.

"Moon... ", souffla-t-elle avec bonheur. "Avoue-le. Dis-le que tu m'aimes."

Elle fut doucement repoussée par son côté obscur. "Bien sûr que je t'aime bien. Mais sans plus : ne va pas aller t'imaginer des choses."

"Tes joues te trahissent.", jouait Luna en regardant ses pommettes blanchies.

Nightmare Moon inspira fortement, comme pour ravaler une boule de colère, puis souffla longuement. Elle lui répéta calmement. "Arrête de t'imaginer des choses, petite sotte."

Luna répliqua avec un petit rire espiègle. Ce à quoi l'alicorne noire répondit par un lent mouvement négatif de la tête.

"Je... ", changea Luna d'attitude mais toujours aussi souriante. "Je peux savoir pourquoi tu portes toujours cette armure ?"

"Pourquoi je la porte ?", dit l'autre légèrement surprise par la question. "Et bien... parce que j'aime mon armure. Tout simplement. Elle me donne de l'assurance. Je me sens puissante quand je la porte."

"Je... je peux voir à quoi tu ressembles sans... sans ton casque ? Car je ne t'ai jamais vue sans.", demanda humblement Luna.

Le premier réflexe de la jument d'obsidienne aurait été de refuser. Elle ne comprenait pas pour quelle bonne raison elle devait se dénuder. Même en étant dans le privé, seule, isolée même de Luna, elle n'avait pas l'habitude de la retirer, sinon pour la nettoyer. Elle avait tellement coutume de la porter que c'était comme une seconde peau. Elle se sentait nue sans ses plates.

Mais elle cessa d'hésiter intérieurement quand Luna fit des yeux plus attendrissants et suppliants. Allez. Pour sa petite Luna. Elle retira donc lentement, pudiquement mais sûrement, son heaume, avec toute la volonté nécessaire pour accomplir cet effort moral. Ce dernier se leva verticalement par-dessus sa tête, suivant la longueur de sa corne.

Une fois cela fait, luna découvrit un visage qui la fit ouvrir un peu sa bouche, à demi-fascinée et surtout joyeuse de le voir. Les traits faciaux de Nightmare Moon étaient exactement les mêmes que les siens, à l'exception que le pelage était plus sombre, et les pupilles fendus.

Elle lui ressemblait vraiment beaucoup. Non. C'était même Elle. Nightmare Moon était Luna. Et Luna avait comme l'impression de se regarder dans un miroir. Ce que le casque dissimulait en réalité... c'était son propre visage ; ce qui ne confirmait que plus qu'elle et Nightmare Moon n'étaient qu'un seul et même poney.

Et en le découvrant, Luna se culpabilisa. Celle qu'elle avait toujours repoussée, qu'elle avait toujours haïe ; et dont elle se prétendait forte en agissant ainsi ; n'était autre qu'elle-même. Elle se détestait elle-même et assimila enfin la raison pour laquelle il lui manquait toujours cette confiance en soi, ce sentiment qu'il y avait un trou, une non-paix dans son cœur. Que même Twilight et ses amis, ou même Celestia, n'avaient jamais su combler.

Mais ce qui interloqua vraiment Luna, c'était sa mèche de cheveux. Son Nightmare avait une mèche de crin bien plus longue, et aussi plus mince, que la sienne. Et qui retombait de manière élégante sur son front, jusque sur son chanfrein, entre ses deux yeux. C'était amusant : Luna ne s'attendait absolument pas à cette particularité. Mais cette longue mèche qui se cachait timidement sous son casque lui était... étrangement familière.

"Tu es belle.", lui dit poétiquement Luna, encore en train de se demander où elle avait pu voir cette mèche aussi caractéristique.

"Bien sûr que nous sommes belles.", dit Nightmare Moon avec une pointe de narcissisme. "Nous sommes la beauté de la nuit incarnée. Aucune jument ne pourrait rivaliser avec notre magnificence."

Les yeux de Luna brillèrent quand elle se souvint. Cette mèche était en réalité un souvenir sortis du tréfond de sa mémoire.

"Tu... tu ressembles tellement à maman."

"Évidemment que nous lui ressemblons, Luna.", lui dit-elle sur un ton casseur. "Telle mère, telle fille."

Elle se jeta sur son Nightmare pour l'étreindre, afin de lui transmettre l'émotion qui la traversa. Cette même émotion qu'elle aurait voulu montrer à sa génitrice pour signifier son amour et son manque. Moon la serra à son tour dans ses bras et ses ailes.

"Je... tu me laisserais le droit d'essayer ton casque ?", demanda Luna avec encore plus d'étoiles dans les yeux.

L'autre rit légèrement, bien qu'elle trouvait l'idée un peu stupide. "Oui. Si tu veux."

Elle lui enfila son casque avec sa propre magie. Elle passa la corne de Luna dans l'orifice sur le haut du heaume et le laissa délicatement retomber jusqu'à qu'il soit disposé sur la tête de sa petite jumelle, comme il se dut.

La première chose à en redire était que les dimensions du casque s'adaptaient à la taille de Nightmare Moon, mais pas à celle de Luna, qui elle était trop petite. Et elle ne voyait rien là-dessous. Les deux creux prévus pour les yeux étaient au niveau de ses joues. Et la totalité de son visage était masquée par le heaume. En fait, elle ressemblait à un enfant qui essaierait l'armure de son père.

Luna gloussa face au ridicule de la chose. "De quoi ai-je l'air ?"

"Tu as l'air d'une sombre idiote.", dit Moon avec sarcasme, dans le même jeu que sa jumelle.

Luna eut un rire puéril. Son alter ego ajouta avec une voix bienveillante. "Mais tu verras. Quand tu seras prête, quand nous communierons ensemble... tu grandiras. Et le casque t'ira à merveille."

La jument bleue souleva un peu le casque pour pouvoir regarder Nightmare Moon dans les yeux. "Et je serai prête bientôt ?", dit-elle sans cacher son impatience.

La jument de cauchemar sourit.

"Oui, Luna. Très bientôt."

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.