Discord icon

Chapitre XIV - Le calme après la tempête

À son réveil, Luna se sentait encore très faible. Sa perte radicale de sang l'avait fauchée de toute son énergie, et ne se mouvait qu'avec difficulté pour chaque fois trouver une nouvelle position dans son lit d'hôpital.

Les souvenirs les plus récents lui revinrent à l'esprit. Celestia qui s'était pris le coup de sabot arrière de plein fouet. La course à l'hôpital. L'attente dans l'hégémonie de la terreur et du suspense. L'annonce que sa grande sœur allait mourir. Et enfin son don de sang dans l'urgence qui sauva son aînée in extremis. Et enfin sa chute dans les ténèbres infinies. Elle peinait à ouvrir les yeux comme sa mémoire à défiler dans sa tête. Puis elle revint subitement à son état de conscience quand le résumé de la précédente soirée fut achevé.

"Tia !"

Elle l'exclama haut et fort en se dressant dans son lit, avec une force qui apparemment ne sortait d'absolument nulle part. La surprise du geste et du cri fit sursauter l'infirmière qui était présente dans la chambre et qui s'occupait d'une jument blanche plongée dans le coma. En se retournant, elle posa son sabot sur son cœur comme pour essayer de le calmer, en voyant que l'autre patiente de la pièce s'était réveillée.

"Oh. Vous êtes enfin réveillée, princesse ?" lui dit la ponette. "Enfin, je veux dire... madame ?"

La jument nocturne n'avait pas réagi. Elle ne l'avait même pas écoutée. Elle repensait encore à ce qu'il s'était passé. Sa sœur... sa chère 'Tia qui était en danger de mort. Tout se réanimait en elle comme le ressassement d'un horrible cauchemar. Et elle espérait que ce n'était juste qu'un cauchemar. Ce qui s'était passé hier soir. Ça se fut vraiment produit ?

Les forces qui furent revenues en elles par l'impulsion de sa peur repartirent plus rapidement qu'elle n'étaient venues. Et à nouveau, dans sa faiblesse, dans son anémie, en entendant son cœur battre plus fort et plus vite dans son poitrail et qui peinait à la garder debout ; elle se laissa retomber sur son oreiller. L'infirmière s'avança pour remettre en place les couettes après son réveil éclair.

"Conservez vos forces, madame. Vous êtes encore très faibles", lui disait-elle chaudement. "Vous devriez dormir encore un peu." La patiente, encore en panique, tourna sa tête vers celle qui la prenait en charge.

"Où est ma sœur ? Est-ce que 'Tia va bien ? Est-ce qu'elle est vivante ?"

"Shhhh... " dit doucement la ponette comme une mère qui calmerait son enfant qui venait de faire un mauvais rêve. "Tout va bien. Madame Celestia partage votre chambre avec vous. Elle est juste à côté. Et oui, elle va très bien."

Comme apaisée par la voix de la soignante, Luna se laissa réconforter et prit encore un peu plus conscience de ce qui l'entourait. Elle observa autour d'elle. Elle se situait dans un lit, dans une chambre de patient. Une fenêtre à travers laquelle la lune était haute dans le ciel. Et à sa droite, à deux ou trois mètres, se trouvait sa grande sœur. Endormie.

Ou du moins, elle paraissait endormie. Il y avait un cardiogramme lié à elle, et qui mesurait son rythme cardiaque. Et elle avait beau avoir crié de stupeur, son aînée n'avait pas réagi. Signe qu'elle était bien plus que simplement endormie.

"Il est tard madame", lui ajouta encore la jument au petit chapeau blanc. "Vous devriez dormir. Le docteur Kin reviendra ce matin pour vous faire un bilan détaillé de ce qu'il s'est passé."

Luna sourit. "Merci. Mais je n'ai pas sommeil."

"Reposez-vous quand même." Elle pointa du sabot une espèce d'interrupteur à proximité de son lit. "Si vous avez besoin de quoique ce soit ou s'il se passe quelque chose d'anormal avec votre sœur, appuyez sur ce bouton. Et quelqu'un viendra vous aider."

Luna hocha lentement de la tête. Sans forcer sur ses maigres forces. La ponette se retourna et fit un dernier constat de Celestia, qui avait un conduit de respirateur à la bouche afin de l'aider à s'oxygéner.

"Vous croyez que ma sœur peut m'entendre ?" dit-elle faiblement.

"Je ne suis pas sûre", lui répondit l'infirmière. "Le coma est un état de léthargie profond qui peut amener au-delà de l'inconscience engendrée par un simple sommeil. Cela dépend du stade comatique mais dans les cas les plus légers, votre sœur pourrait bien entendre notre conversation."

"'Tia... " murmurait fébrilement la petite sœur avec regret.

Après avoir fini de s'assurer que tout allait bien avec Celestia au niveau du respirateur comme pour le tâtement du pouls ou examiner l'élèvement de sa poitrine sous l'inspiration, la ponette mut légèrement le corps de son ex-dirigeante pour la mettre dans une autre position confortable.

"Je ne suis pas la plus callée. Je ne suis encore qu'une étudiante en médecine après tout. Le docteur Kin vous expliquera plus en détail quand le soleil sera levé." Et juste avant de quitter la pièce, elle se retourna un instant. Une autre question lui trottinait dans l'esprit.

"Heu... Luna ?" osa-t-elle dire. "Est-ce vraiment vous ? Car il semblerait que ce qu'on raconte un peu partout à votre sujet est vrai. Alors... vous êtes Nightmare Moon ? Ne prenez pas cela comme une offense, c'est juste que... vous lui ressemblez tellement et... vous avez l'air pourtant d'avoir toute votre tête. Comment devrais-je vous appeler ?"

Luna ne put s'empêcher de rire en entendant cette question. Un rire frêle et franc, mais surtout serein.

"Nommez-moi comme vous voulez. Et je ne me sens pas offensée par votre question, ne vous inquiétez pas. Je suis maintenant en paix avec moi-même et je ne suis point vexée à ce qu'on m'appelle Nightmare Moon. Après tout... c'est mon second prénom. Et oui, j'ai toute ma tête. Vous n'avez point de raison d'être effrayée."

La bonne humeur de l'alicorne noire rassura la jeune jument qui se retira ensuite, sans rien ajouter de plus. Luna profita à présent de sa solitude avec sa sœur pour avoir un semblant de cœur-à-cœur avec elle. Elle avait l'impression de revivre cet instant où elle eut blessé accidentellement Celestia, alors que son visage se tordit de regret.

Elle aurait souhaité pouvoir lui parler dans le silence nuptial de leur chambre afin de lui montrer combien elle était désolée. Mais avec ce coma, elle craignait que sa parole ne soit pas entendue. Mais elle se confessa quand même avec un petit élan d'espoir.

"Je... je suis désolée, 'Tia", gémit Luna à Celestia, avec difficulté. "Je sais que je l'ai fait. Mais je ne l'ai pas pensé. Pourquoi fallait-il que tu me retinsses ? Pourquoi ne pouvais-tu pas simplement accepter le fait que je sois en paix avec moi-même ? Ce que je voulais, c'était gagner une sœur en plus. Pas te remplacer contre Moon."

"..." Sans surprise, Celestia ne répondit pas. Son visage resta neutre. Passif. Sans sourciller. Comme la face d'un mort. Une goutte roula sur la joue de Luna.

"J'avais gagné un oncle. Un grand frère. Et une grande sœur en plus. Je ne sais pas si tu as agi par jalousie ou si tu voulais seulement me protéger de ce que tu jugeais comme immoral. Mais sache que je n'ai jamais voulu te remplacer sous aucune manière. Je t'aime, 'Tia. Je t'aime trop pour accepter de te perdre à nouveau. J'étais heureuse, ne le voyais-tu pas ? Je ne me suis jamais sentie autant entourée de toute ma vie. Même auprès de Twilight et de ses amies je n'avais jamais ressenti ça. Avec Selifós, on avait agrandi notre famille. Et toi il fallait que tu jetasses tout au feu. Et tout ça pour quoi ? Parce que le comportement de notre oncle ne te convenait pas, c'est ça ?"

"..."

"Pourquoi eut-il fallu que tu le fisses ? J'étais heureuse à un point plus haut que je l'ai toujours vécue. J'étais en paix. J'avais mes réponses. J'étais heureuse. Pourquoi tu as... " Elle n'arriva plus à parler dans ses sanglots.

"..."

"Pourquoi tu m'as trahie, 'Tia ? Pourquoi tu m'as forcée à faire ça ? Pourquoi faut-il toujours que tu te montres aussi têtue ?"

"..."

"Pourquoi tu ne veux jamais que je sois heureuse ? Pourquoi... pourquoi ne me laisses-tu pas libre ?"

"..."

"Et... et que penserait Selifós s'il te voyait dans ton état ? Que penserait-il s'il apprenait ce qu'il s'est passé ? Il... il nous avait dit l'autre jour que... que notre amour à nous deux était l'une des plus belles choses qu'il avait vues. Qu'il était admiratif face à notre sororité qu'il jugeait sacré. Que penserait-il si... s'il nous voyait comme ça ? Toi qui continuais de soupçonner la machination en lui, crois-tu sincèrement que c'est ce qu'il aurait voulu ?"

"..."

"Pourquoi as-tu balancé tout en l'air ? Pourquoi tu... pourquoi tu m'as trahie ? Je te faisais confiance, 'Tia."

"..."

"Pour... pourquoi as-tu fait ça, 'Tia ? P... p, p, p... pourquoi ?"

"..."

"Ré... réponds-moi, 'Tia. S'il-te-plaît !"

"..."

Luna prit le peu d'énergie qui lui restait encore pour illuminer sa corne. Son lit monté sur de petite roues se glissa vers le chevet de sa grande sœur. Jusqu'à finalement se coller à lui. La cadette pleurait comme elle sanglotait en ne cessant de fixer Celestia qui ne lui répondait pas ; à présent à quelques centimètres d'elle ; toujours quelque part perdue entre la vie et la mort.

"'Tia... je suis désolée. Pardonne-moi. Je ne voulais pas te tuer. Je voulais juste que tu... que tu me lâches enfin... "

"..."

"Si tu avais défendu Selifós comme moi je l'ai toujours fait... on n'en serait jamais arrivées là. Toi aussi tu l'appréciais. Tu l'as rejeté à cause de quoi ? Juste parce que... il ne mange pas la même chose que toi ?"

"..."

"Je te pardonne, 'Tia. Je t'ai toujours pardonnée. Et j'ai toujours prié pour que tu parviennes à trouver miséricorde envers toi-même. Je... je te connais mieux que quiconque. Tu parais douce et gentille. Mais je sais que dans le privé... dans ton cœur... tu as toujours caché une certaine dureté. Une... une grande rigidité. Tout comme moi."

"..."

"Tu aurais pu te laisser t'adoucir. Tu avais vu comme j'étais heureuse auprès de Selifós. Tu savais très bien qu'il ne me voulait pas de mal. Tu avais vu comme j'étais épanouie auprès de lui. Tu as vu comme je suis en paix. Sereine avec moi-même. Tu sais qu'il ne m'a jamais manipulée. Tu le sais très bien. Alors sous quelle impulsion as-tu... t-es-tu mise à... à penser qu'il... qu'il m'était malveillant ?"

"..."

"Était-ce parce que tu étais jalouse ? Était-ce parce que tu avais peur ? peur de me perdre ?"

"..."

"Tu ne m'as jamais perdue, 'Tia. J'ai toujours été là, devant toi. Ce sont seulement tes yeux qui se sont assombris. Tu ne m'as pas perdue, 'Tia. Tu t'es perdue toi-même. Et dans mon désarroi... je... je t'ai perdue à mon tour."

"..."

"Où es-tu, 'Tia ?"

"..."

"Tu n'as pas à avoir peur de ma nouvelle apparence. J'ai toujours été là. Je reste... et resterai toujours ta petite sœur... Je t'ai toujours aimée... Et je t'aimerai toujours."

"..."

Elles étaient toutes deux face à face. Couchées toutes deux sur le flanc, chacun sur leur lit, côte à côte. Luna puisa encore un peu dans ses maigres forces pour se déplacer lentement vers l'autre lit, le lit de sa sœur. Elle souleva la couette et se faufila tout doucement dedans. Elle blottit sa tête dans le creux du cou de sa grande sœur. Passa son propre cou entre les pattes blanches. Et elle l'enlaça à son tour dans ses pattes noires. Ventre contre ventre, elle se lova contre elle.

"Tu restes et resteras toujours ma 'Tia... Tu resteras toujours ma grande sœur adorée. Je... je t'aime, 'Tia."

"..." Luna embrassa fortement sa sœur dans le cou. Cette dernière ne réagit pas.

"J'avais juste espéré que tu... que toi aussi... tu... "

"..."

"Mais c'est moi qui ai eu tort. Je t'ai surestimée. Et maintenant tu... tu es là à cause de moi... je suis désolée, 'Tia... " Sa voix mourut, comme ses larmes mouillèrent l'encolure de Celestia. "Je... je suis tellement... tellement désolée... "

"..."

Luna continuait de sangloter. Serrant fortement sa grande sœur dans ses bras. Comme on serrerait quelqu'un pour lui supplier de ne pas partir. Elle hoquetait et peinait à trouver son souffle avec son museau noyé dans le poil de son aînée. Le crin de Celestia ondulait lentement. Très lentement. Et il avait perdu son apparence infernale quelque temps après l'opération. Pour retrouver toutes ces nuances d'une aurore boréale de toujours.

L'une des paupières de Celestia.... trembla. Le bout de sa crinière... vint essuyer la joue de sa petite sœur inondée de larme. Et Luna, dans le creux de son dos, sentit quelque chose qui la fit tiquer. C'était très faible... mais assez perceptible pour qu'elle le ressente dans sa chair.

Elle avait senti le sabot de Celestia... se presser contre son échine.

Luna releva les yeux vers le visage de sa sœur. Mais ce dernier ne semblait pas différent de tout à l'heure. Il était toujours ferme. Endormis. Stoïque. Comme mort. Avec ce respirateur qui lui était collé aux nasaux. En se collant contre sa sœur, Luna avait ressenti contre sa propre poitrine, celle de Celestia se gonfler et se dégonfler très lentement. Le respirateur ne l'aidait qu'à respirer. Et non pas la faisait respirer.

Mais maintenant qu'elle crut avoir sentis son sabot se presser contre son dos, elle pouvait aussi ressentir le torse de Celestia gagner plus aisément en volume. Pour se laisser ensuite retomber avec plus de facilité. Comme si elle regagnait vie. Et Luna souriait en écoutant le cœur de son aînée battre. Elle pressentit que Celestia surgissait un peu de son coma. Elle retira prudemment avec sa magie le respirateur de la bouche de sa sœur.

L'espace d'un instant, Luna se jugea complètement stupide pour avoir agi ainsi. En se disant que ça allait tuer Celestia pour de bon si elle le faisait. Mais plusieurs secondes s'écoulèrent sans qu'il se passe quoique ce soit. Et ensuite une minute entière. Elle respirait normalement. Son cœur battait à un rythme régulier. Retirer le respirateur n'avait nullement aggravé l'état de Celestia. Mais par prudence et avec raison, Luna le remit en place.

Puis elle se lova plus confortablement contre sa grande sœur avec un sourire heureux, malgré le fait qu'elle continuait de pleurer. Elle était aussi grande que l'alicorne solaire mais abaissa un peu la position de son corps par rapport à celui de son aînée afin de de nouveau adosser sa tête dans le creux du menton de Celestia. Elle avait beau être aussi grande qu'elle désormais, ces moments où sa trop grande sœur la serrait contre elle ; comme une mère serrerait son petit enfant ; elle ne voulait pas les gâcher juste à cause de sa nouvelle morphologie.

"'Tia... " souffla Luna dans son cou... avec un profond sourire.

Dans son respirateur, Celestia sourit très fébrilement à son tour, dans un coin de ses lèvres.

 

***************************************************************************************

 

Luna avait encore le nez emmitouflé dans le pelage de sa grande sœur quand les rayons du soleil caressèrent sa joue, brûlée par le sel de ses larmes de minuit. Malgré le fait qu'elle n'avait effectivement pas sommeil, la fatigue provoquée par le manque de sang avait poussé son corps à somnoler jusqu'à faire complètement une sieste de plusieurs heures. Elle aurait pu retourner dans son lit pour se faire, mais elle préférait pouvoir sentir sa 'Tia contre elle. L'avoir entrelacée et être entrelacée entre ses pattes la rassuraient.

Quand le docteur Kin arriva ; maintenant frais comme un gardon et un peu plus apte à appréhender ce qu'il s'était passé ; pas comme la dernière fois où il avait dû faire une nuit blanche et ne pouvant point réfléchir sous le coup de l'urgence ; il fut surpris tout comme le docteur Breath qui l'accompagnait de ne pas retrouver Luna dans son lit, mais dans celui de Celestia, en train de la serrer dans ses bras.

Healer Kin utilisa sa magie pour séparer les deux sœurs blotties l'une contre l'autre, le plus délicatement possible pour ne pas réveiller Luna qui paraissait profondément endormie avec son sourire paisible. Mais elle, qui avait un sommeil léger, sortit tout de même de son songe lorsqu'elle ne sentit plus la chaleur corporelle de son aînée contre elle. S'apercevant qu'elle ouvrit enfin les yeux, l'étalon lui dit.

"Désolé de devoir vous déranger ainsi, madame Luna. Mais ce que vous faites là n'est pas raisonnable."

Luna était un peu embarrassée qu'on la trouvât dans une position aussi intime avec Celestia. Ce genre de chose était plutôt courante entre elles deux : L'une se faufilant dans le lit de l'autre pour demander un peu de réconfort, de consolation ou juste dans l'envie de se faire toute proche de l'autre, physiquement parlant.

L'alicorne noire aurait aimé protester alors qu'elle gesticulait dans la magie du médecin qui la ramenait dans son lit respectif. Mais il fut vrai que ce genre de tradition sororale ne devrait pas avoir lieu au sein d'un établissement aux règles rigides comme un hôpital. Néanmoins, Healer Kin et Soft Breath souriaient avec bienveillance dans leur contestation. Car ils trouvaient, en leur humilité de cœur, cette liaison entre Celestia et Luna, leurs anciennes dirigeantes, vraiment adorable.

"Docteurs", leur voulut dire Luna alors qu'elle était replacée dans son lit de base. "J'ai remarqué quelque chose cette nuit que je tenais à vous dire directement."

"Ah ?" dit Kin interloqué, alors que le docteur Breath examinait l'état de Celestia. "De quoi s'agit-il ? Est-ce important ?"

"Très. En dormant en compagnie de ma sœur, j'ai remarqué qu'elle était revenue à un stade plus léger de son coma."

"Heu... et qu'est-ce qu'il vous fait croire ça ? Elle a répondu à certains stimulus ?"

"D'une certaine manière, oui. J'ai senti son sabot se presser fébrilement contre mon poil. Et j'ai également essayé de... de lui retirer son respirateur. Elle respirait désormais sans aucune réelle difficulté."

"Vous n'avez tout de même pas fait ça ?!" dit le médecin choqué. "Retirer le respirateur à un poney dans le coma est extrêmement dangereux. Vous auriez pu l'asphyxier ! Êtes-vous inconsciente ?!"

"Je... je l'ai remis en place mais je vous l'assure : elle respirait normalement", répondit stoïquement la jument noire.

"Heu... Healer ?" l'interpellait l'anesthésiste. "Je crois qu'elle a raison. Regarde ça."

Le docteur Kin en avait presque les lunettes qui tombait de son museau en voyant Soft qui avait désactivé le respirateur et pressé légèrement le poitrail de Celestia de son sabot. Ce dernier était régulièrement soulevé par le corps de l'alicorne. Le licorne en blouse blanche se précipita pour vérifier à son tour ce que lui disait son collègue et il constata à son tour ce même mouvement.

Celestia arrivait déjà à respirer de base, mais son souffle était trop faible, d'où l'idée de lui donner un respirateur afin de l'aider à s'oxygéner. Mais si l'ancienne princesse était parvenue à remonter à un stade plus léger de son coma, alors elle n'aura plus besoin d'autant de soutien. Les deux professionnels prirent note donc d'uniquement se contenter des perfusions qui auront pour but de nourrir Celestia, cette dernière ne pouvant bien évidemment pas s'alimenter par elle-même sous son état végétatif.

"Celestia ? Est-ce que vous pouvez m'entendre ?" dit le docteur Breath en glissant son sabot dans le sien. "Je viens de placer mon sabot dans le vôtre. Si vous pouvez m'entendre, alors essayez de le presser."

"..."

Celestia ne réagissait pas. Le terrestre fit une nouvelle tentative en articulant d'avantage.

"Si vous pouvez m'entendre, alors essayez de presser mon sabot dans le vôtre."

"..." Toujours aucune réaction.

Cette fois, l'étalon ferma les yeux et se concentra du plus fort qu'il le pouvait sur son sens du toucher. Il attendit une nouvelle et longue minute. À l'affût du moindre signal que pourrait envoyer la comateuse. Mais toujours rien.

"Grande sœur ?" dit Luna. "Je sais que tu peux m'entendre. Réagis, s'il-te-plaît. Fais-le pour moi."

"..."

En reconnaissant la voix de sa petite sœur, une de ses paupières se crispa. Le docteur Breath encore focalisé sur le sabot, seul son collègue nota cette réaction. Il prévint le terrestre azuré de ce à quoi il fut témoin.

"Laisse tomber Soft. Elle est encore trop léthargique pour réussir à faire quelque chose d'aussi complexe que juste bouger son sabot. Je ne suis même pas sûr qu'elle ait reconnu les mots que tu lui as dits."

"Ah !" souriait l'anesthésiste en ouvrant subitement les yeux. "Je l'ai senti ! Elle l'a pressé."

"Heu... vraiment ?"

"Oui. Enfin... c'était très faible. Mais je l'ai ressenti. Cependant je pense que tu as raison : elle n'a pas dû comprendre ce que j'ai dit. Sinon elle aurait probablement réagi plus tôt."

Luna fut attristée en entendant ce détail. Si l'ouïe de sa sœur était encore trop vague pour reconnaître des mots, alors ça signifierait qu'elle n'aurait pas entendu tout ce qu'elle lui avait dit au beau milieu de la nuit ? En fait, ça la frustrait surtout. Elle était dégoûtée à l'idée de devoir tout lui répéter une fois qu'elle sera pleinement ressortie de son coma.

"Dans combien de temps ma sœur va-t-elle se réveiller ?" leur demanda la jument noir d'obsidienne.

Tandis que le docteur Breath fit une petite prise de sang à Celestia pour une analyse au labo, le second médecin se retourna vers Luna ; content de pouvoir enfin remplir la raison principale de sa venue.

"Nous ne sommes pas encore sûrs. Nous avons plongé votre sœur dans un coma artificiel dans l'urgence afin de protéger son cerveau des conséquences d'une exsanguination brutale. Si elle commence déjà à ressortir progressivement de sa léthargie, alors c'est une bonne nouvelle. Mais nous allons encore la maintenir dans ce coma léger. Il vaut mieux éviter de presser son corps déjà très épuisé par ce qu'il s'était passé hier soir."

"Pourquoi ?"

"Je comprends que vous mourriez d'envie de pouvoir parler de nouveau avec votre sœur bien consciente, mais il faut bien comprendre que l'opération eut été réalisée dans la rapidité de l'urgence. Il y a eu des complications et je préfère vous passer les détails.

"J'ai pu utiliser ma magie de soin pour accélérer la régénération des cellules de son corps : ses poumons et son cœur ont été guéris, mais ils en sont retrouvés vulnérables en contrepartie. J'ai aussi ressoudé ses côtes mais sa cage thoracique est encore, elle aussi, très fragile. Il faut laisser le temps au corps de Celestia de se remettre de ses traumatismes et de se renforcer.

"Vous voyez, la magie de soin a ses vertus, mais aussi ses inconvénients. En forçant ses cellules à la régénération rapide, je les ai épuisées brutalement de leur énergie et leur métabolisme fonctionne en conséquence très au ralenti. Bien plus au ralenti que dans votre cas, madame Luna."

"Donc vous allez la garder sous coma artificiel ?"

"Pour le moment, oui. Par principe de précaution. Mais nous n'allons pas trop forcer sur les doses afin qu'elle conserve ce semi-coma que vous nous avez décrit. Vous serez donc libre de pouvoir lui parler et d'interagir avec elle en d'autres manières ; ce que l'on vous encourage vivement d'ailleurs. En stimulant ses sens, vous l'aiderez à garder un minimum de conscience. Mais juste... évitez de vous incruster dans son lit la prochaine fois."

Luna blanchit en entendant la recommandation à la fin du discours.

"Healer", lui signala le poney terrestre derrière elle. "Je prends cet échantillon du sang de Celestia : Keen l'avait demandé pour une analyse au labo. Elle craint que ça ne puisse pas être aussi simple."

"Si tu veux", lui dit son collègue rapidement. "Mais je crois qu'il n'y aura pas de complication. Ça fait plusieurs heures depuis la transfusion et la princesse Celestia semble avoir la pêche. Enfin... façon de parler."

"Elle veut quand même vérifier, et elle a raison de se montrer aussi vigilante. Si on découvre tardivement que le sang des deux sœurs n'est pas compatible, nous devrons alors être prêts à intervenir au plus vite."

Et le docteur Breath partit. Luna dit au docteur Kin.

"Je crois que ma sœur va bien. Et je suis certaine que nos groupes sanguins son compatibles. Après tout... nous sommes sœurs : nous sommes du même sang."

"Certes mais le docteur Feather a raison : il existe toujours un facteur de risque."

"Combien de temps s'écoulera avant que Celestia ne ressorte du coma ?"

"Ça dépendra de comment, et à quelle vitesse, sa santé évolue. On présume la garder dans le coma encore une semaine. Ou peut-être deux. Ça peut aller jusqu'à un mois dans les scénarios les plus pessimistes. Et on ne sort pas un poney du coma d'un claquement de sabot. Votre sœur peut tout à fait replonger à un stade plus profond comme elle peut totalement s'éveiller. Un coma artificiel peut se changer en un coma naturel et la garder inconsciente pour plusieurs mois, voire plusieurs années. Le coma n'est pas quelque chose que l'on contrôle aussi facilement que la lune, si vous voyez ce que je veux dire."

Luna sourit un peu en voyant que le médecin usait de son sens de l'humour pour alléger la tension. Mais c'était néanmoins un sourire forcé. La peur qu'un poney reste plongé dans le coma pendant des années, voire des décennies, est un peu le scénario catastrophe pour les proches d'un patient.

"Ne faites pas attention aux craintes du docteur Feather. Elle énonce, certes, rarement des imbécilités, mais son réalisme a souvent tendance à déprimer tout le monde. Je suis sûr que d'ici le mois prochain, votre grande sœur ira beaucoup mieux."

Luna écouta sans tiquer la parole du médecin qui était à sa charge. Elle garda ses yeux fixés sur sa sœur qui paraissait dormir. "'Tia... " murmurait-elle.

"Maintenant je vais m'intéresser à votre cas", lui dit le docteur en s'approchant un peu plus près du lit de l'alicorne noire. "Nous voudrions bien vous faire des transfusions pour améliorer rapidement votre état, mais en vu des raisons que vous savez sûrement déjà, ce ne sera pas possible. Donc le mieux à faire, c'est de laisser votre corps rétablir son niveau de sang de manière naturelle. Nous vous donnerons des médicaments et un régime alimentaire prévu au renforcement de l'hématopoïèse de votre organisme. Si tout se passe bien, vous pourrez quitter l'hôpital d'ici sept jours. Vous avez des questions ?"

Luna resta silencieuse un certain temps avant de répondre. Le docteur Kin, comme tous les autres membres de l'hôpital n'avaient pas encore soupçonné qu'elle avait développé des caractères vampiriques depuis peu. La seule question qu'elle voudrait poser, ce serait si elle pouvait avoir du sang en plus des repas quotidiens. Mais elle s'abstint, sachant pertinemment que la poser ne donnerait qu'une situation très embarrassante, et surtout très compliquée.

"Non", dit-elle finalement. "Tout ce que j'ai à dire, c'est ma reconnaissance aux médecins de Silver Shoals pour avoir sauvé Celestia."

"C'est gentil. Mais vous n'avez pas à nous remercier", dit le licorne avec modestie en redressant ses lunettes. "Nous n'avons fait que notre travail. Et c'est surtout vous qui lui avez sauvé la vie. Rappelez-vous que si vous êtes dans ce lit en ce moment, c'est bien à cause de votre sacrifice. Et que sans ça, votre sœur aurait rendu l'âme."

"Ne soyez pas si humble. Vous aussi et votre équipe avez joué un rôle prépondérant dans son secours. Equestria, et surtout moi, vous seront à jamais reconnaissants. Sans parler de ce que pourra en dire ma sœur quand elle se réveillera enfin."

Healer Kin en avait le cœur gonflé de fierté, à un point qu'il en rougissait. "C'est... trop d'éloge que vous me faites là, madame. Je vous en prie." Puis il se racla la gorge. "Je dois vous laisser. J'ai du travail à régler et vous et votre sœur n'êtes pas les seuls patients à ma charge. Il faudra que je vous laisse. Cependant, j'oserais vous poser une question que vous qualifieriez d'indécente, si vous me le permettez."

"De laquelle s'agit-il ?" demanda Luna avec une étrange prudence dans la voix. Surtout en voyant l'air très grave que le médecin avait repris.

Le docteur Kin hésita encore un instant. En réalité, il savait que de par son rôle de médecin, il n'avait pas à poser de telles questions à ses patients, puisque cela allait à l'encontre de certaines règles que tout bon professionnel était censé respecter. Mais sa curiosité sur la cause exacte de l'état de sa princesse le démangeait vraiment. Par faiblesse sans doute, il tenta quand même.

"Alors... vous êtes libre de garder le secret, vous pouvez ne pas me répondre. Mais je me demandais juste... comment Celestia, votre sœur, s'est-elle retrouvée dans cette situation ? Comment est-ce arrivé ?"

La jument cessa de fixer le médecin et laissa se balader ses yeux autre part. Elle était encore un peu sous le choc de ce qu'elle avait vu. Et surtout de ce qu'elle avait fait. Elle hésita à le dire. Comment oser avouer ce qu'il s'était passé ? Même si elle était consciente que ce n'était qu'un accident, comment réagiraient la presse et surtout Equestria toute entière, et encore plus la princesse Twilight, si on apprenait ce qu'elle avait fait ? Allaient-ils tous dire que Nightmare Moon était de retour et qu'elle avait commis une nouvelle tentative d'assassinat sur Celestia ? Connaissant l'influence que les médias pouvaient avoir sur le public, c'était fort probable.

Et après avoir mûrement réfléchi, Luna se résigna à se confesser, se disant que commencer par-là lui éviterait des ennuis à l'avenir. "Ce... c'était un accident."

"Ça, je le devine bien", dit le médecin d'un sourire rassurant et non suspicieux. "Après tout, Celestia est votre sœur bien-aimée : vous ne vouliez pas lui faire de mal. Et c'était dans la panique et la terreur de la perdre que vous l'aviez amenée à l'hôpital hier. Et ce sous les yeux d'une vingtaine de témoins. Peut-être accepteriez-vous d'en dire davantage ?"

"..." Elle se retint encore un petit instant. "Vous... vous tiendrez la promesse que vous ne le direz à personne ?"

"Je pourrais vous dire que je suis tenu du respect du secret professionnel, madame. Mais cela reste du domaine médical. Et si un responsable judiciaire, voire la princesse Twilight en personne, me demandaient des informations, je n'aurai pas d'autres choix que de le leur expliquer. Donc je crains de ne pas pouvoir tenir cette promesse. Je pourrai le tenir pour les journalistes et les paparazzis, mais devant la princesse elle-même, je n'aurai pas d'autres choix que de faire preuve de transparence. Au risque de devoir finir moi aussi sur la lune pour complicité."

"Très bien. Alors je vais vous expliquer. En échange, je voudrais que ni moi, ni Celestia ne soient dérangées par les poneys de la presse ou quoique ce soit d'autre s'y rapprochant."

"Ça, je peux le faire. Je vous écoute donc."

"D'accord. Le dernier soir... ma sœur et moi nous étions violemment disputées. Je tairai l'objet de cette dispute pour une raison personnelle. Mais à la fin, Celestia m'a retenue physiquement à partir de ma queue pour m'empêcher de partir. Elle était juste derrière moi et... sous la colère, je n'ai pas fait attention... je... je lui ai envoyé une ruée et... je suppose que vous devinerez la suite. Celestia s'est effondrée et comprenant que j'ai commis une grosse erreur... j'ai foncé vers l'hôpital avec mon aînée sur le dos."

Healer hocha lentement de la tête en écoutant l'histoire. Ça ne le choquait pas trop d'entendre ce scénario. C'était même le schéma classique d'un accident vite arrivé dans le cadre d'un ménage instable. Et il la croyait : c'était une scène très crédible et qui avait du sens. Une fratrie qui se dispute est une chose très habituelle. Bien que Luna ne lui avait pas tout dit, cela semblait suffire amplement pour le docteur.

"Mais retenez surtout que c'était un accident", ajouta l'ex-princesse de la nuit. "Je ne le pensais pas. Je ne voulais pas lui faire de mal."

"Si, bien entendu", dit-il pour la rassurer. Mais juste avant qu'il ne reparte, Luna lui dit une dernière chose.

"S'il-vous-plaît. Vous pouvez faire en sorte à ce que je puisse avoir du chocolat pour mon petit-déjeuner et pour tous les autres qui vont suivre durant mon séjour ?"

"Heu... si vous voulez", dit-il un peu surpris par cette demande de faveur. "Mais le chocolat ne fait pas partis du menu des patients. Sauf lors de la Veillée Chaleureuse."

"Dites aux cuistots que c'est la princesse de la nuit en personne qui le demande. Et que si je n'ai pas de chocolat ou de friandises dans mon assiette, Nightmare Moon viendra les manger dans leurs rêves."

Il écarquilla des yeux devant cette menace très bizarre mais aussi assez rigolote ; vu que c'était en référence à la Nightmare Night. "D'accord. Je leur en parlerai si vous voulez. Et puis le chocolat est un aliment riche en fer. Donc ça ne peut que convenir à votre régime pour améliorer votre santé."

"Et une dernière chose. Quand je dis que j'aurai l'intention de les manger dans leur rêve si je n'ai pas de chocolat, ce n'est pas une blague. Je suis très sérieuse."

Incertain, il se retourna. Et il vit que Luna arborait un long sourire malicieux. Avec le regard d'un poney qui a le pouvoir ; et qui le sait. C'était également les yeux d'un poulain déterminé à gagner des bonbons. Luna savait que c'était de l'abus de pouvoir de se servir de sa magie pour suspendre de telles menaces au-dessus de la tête de pauvres petits poneys mais elle en avait cure. Si elle ne pouvait pas avoir du sang, il lui fallait absolument du chocolat.

Healer Kin redressa une nouvelle fois ses lunettes et partit. Pour de bon cette fois. Luna maintenant de nouveau seule avec Celestia, repensa à la question du sang justement. Dans l'état aussi frêle qu'elle était, elle ne pourra sûrement pas sortir de son lit pour chasser. Elle craignait que durant son séjour, la rage la reprenne et qu'elle attire en conséquence trop l'attention sur elle.

Mais elle se disait néanmoins qu'elle avait toute la journée pour y réfléchir. Et puis elle n'avait pas faim actuellement. Donc son anxiété ne la tourmenta pour le moment pas. Et elle se disait de même qu'elle trouverait bien un subterfuge malgré sa faiblesse.

Le reste de la journée s'écoula plutôt tranquillement. Luna avait reçu son chocolat comme elle l'avait demandé, sans s'assurer au passage sous quelle exacte motivation les cuisiniers avaient répondu favorablement à ses désirs.

La plupart du temps, l'alicorne noire dormait, étant principalement une oiselle de nuit, comme elle l'eut toujours été. Et puis elle ne trouvait pas grand-chose à faire à par se reposer : elle se sentait vraiment faible dans son anémie. Et l'ennui ne se présentait que pour être son seul et unique ennemi en ces heures vides ; qui se mueront ensuite très vite en de longues journées monotones.

Cet ennui était régulièrement entrecoupé, et surtout ignoré, à cause de son agonie. Parler, rester éveillée, contempler sa sœur endormie, changer de position dans son lit... tout cela la faisait souffrir. Le moindre petit effort l'essoufflait, comme si elle avait couru un cent mètres, en plus de lui donner des sueurs froides dans sa fatigue. Et son seuil de tolérance était rongé par la douleur sourde de son cœur qui battait rapidement et faiblement. À force de le sentir battre, elle avait le pressentiment que le battement montait en crescendo jusqu'à un point où elle avait la sensation d'avoir un marteau qui la frappait de l'intérieur de la poitrine. Les infirmiers qui passaient occasionnellement l'aidaient en lui offrant des médicaments pour tranquilliser la douleur qui parfois allait jusqu'à la faire chanceler et hurler intérieurement.

Était-ce donc cette sensation infernale que pourraient ressentir les poneys après une certaine morsure ? Pensait Luna. Était-ce à cause de cette souffrance-là que Selifós lui disait de mordre sans y prendre de plaisir ?

Car il ne s'agissait pas seulement de ne pas ressentir de remord, mais aussi de ne ressentir aucun plaisir vicieux à le faire. Juste le faire avec froideur. Sans émotion particulière. Pas de remord, pas de cruauté, ni quoique ce soit d'autre ; juste de la froideur, de l'instinct à l'état brute. Juste garder cette conscience de la douleur ressentie par la proie mais aussi relativiser et faire abstraction de tout regret car se nourrir était une chose naturelle.

Le fait de ni se moquer de la souffrance de sa proie, mais aussi en même temps de ne pas la regarder en face pour ne pas exprimer de honte à le lui avoir administré car c'était au sens naturel de la chose... faire les choses complètement au naturel... et avec cet instinct froid... la conscience du mal ; mais aussi la conscience du naturel et de la fatalité... Voilà toute la philosophie du prédateur. Voilà toute la sagesse que Selifós cherchait à lui enseigner. Et c'était une belle sagesse.

En la méditant, Luna se rendit compte combien Selifós lui manquait : son aura agréable, ses enseignements... Mais aussi ses enseignements à elle qu'elle lui offrait pour l'aider à comprendre le monde qui avait évolué sans lui. Tous ces moments passés au fil des jour à l'amener dans des musées, des bibliothèques, des théâtres ou des opéras pour lui faire découvrir toute la culture d'Equestria... tout cela lui manquait.

Toutes ces pensées... ses regrets, sa douleur, sa méditation, sa colère et son manque s'en retrouvèrent entremêlés dans un capharnaüm de songes, vivaces comme éternellement lents dans sa léthargie tortueuse. Dans son lit remplis de ces serpents qu'étaient les symptômes de tourment de son anémie. Elle avait mal dans sa chair, tout comme dans son âme. Elle avait si mal... si mal.

Dans sa faiblesse, elle n'avait pas pu trouver la force de partir chasser. Bien évidemment. Ce fut donc avec une faim vorace qu'elle s'éveilla le matin quand un infirmier lui apporta un autre petit-déjeuner. Elle se sentait un peu mieux grâce aux médicaments et à l'alimentation riche en vitamine et en fer qu'on lui offrait périodiquement. Mais elle se sentait encore trop faible pour pouvoir espérer ne sortir qu'un petit peu de son lit. Bien qu'il y eût une petite barre chocolatée pour lui remonter le moral.

Au rappel, le docteur Kin lui eut apporté la mauvaise nouvelle qu'elle restera encore clouée au chevet pour un long moment ; avant de pouvoir espérer se dégourdir les pattes dans les couloirs de l'hôpital. Et la bonne nouvelle, qui lui était cette fois apportée par le docteur Feather, était que le sang de Luna et Celestia était bel et bien compatible, et que le bon rétablissement de l'ancienne régente du soleil fut assuré.

La seule chose qui retirait à Luna l'envie de sourire cependant était sa soif qui se montrait plus insistante qu'à l'accoutumée. Ce n'était pas encore assez pour qu'elle perde le contrôle de son corps, mais l'appel du sang devenait de plus en plus racoleur et agaçait ses sens au même niveau que le bourdonnement d'un moustique. Il lui faudra absolument trouver une solution d'ici la prochaine nuit ou sa maîtrise de soi succombera et tout le monde saura désormais qu'elle était devenue une « vampony ».

Mais l'heure n'était pas à la réflexion. Car la visite d'un poney bien particulier la motiva doublement à ravaler sa salive. Et elle anticipa très aisément cette visite : évidemment qu'elle viendrait ; cette Twilight Sparkle.

Elle était accompagnée seulement de Fluttershy. Elles furent toutes deux un peu choquées en sortant du déni lorsqu'elles furent amenées par le docteur Kin dans la chambre d'hôpital des deux sœurs alicornes. Elles avaient déjà cette peur et cette inquiétude aux tripes, comme tous les autres qui la couvaient en eux lorsqu'ils apprirent la nouvelle par les journaux. Évidemment, pour des raisons personnelles, et surtout à cause du travail, ils n'avaient pas pu tous venir.

Voir Celestia dans son état actuel de leurs propres yeux leur donnèrent une réaction tout à fait logique et encore plus flagrante que quand elles avaient simplement lu la nouvelle sur papier. Leur arrivée attira l'attention de Luna qui avait fermé les yeux dans sa léthargie, toujours coincée quelque part entre deux battements douloureux et faibles de cœur dans son anémie qui certes adoucie, restait sévère.

"Et dans combien de temps vous présumez qu'elle se réveillera, docteur ?" lui demanda la princesse après avoir reçu le bref résumé de ce qu'il s'était passé.

"Comme je vous l'ai dit plus tôt, elle est dans un coma léger et elle réagit à la plupart des stimuli. On croit donc qu'elle se réveillera dans les jours avenirs. Au pire, dans les toutes prochaines semaines", dit le médecin avec un sourire d'espérance.

"Quand vous dites qu'elle réagit aux stimuli... " posa Fluttershy. "Vous voulez dire que... qu'elle peut nous entendre ?"

"Effectivement. Madame Luna en a elle-même témoigné : Celestia semble réagir quand elle entend sa petite sœur lui parler. Même s'il faut être très attentif pour s'en rendre compte. Si vous voulez lui dire quelque chose pour vous le figurer, alors je vous en prie. Cependant on ne vous assure pas qu'elle comprendra distinctement les mots."

La princesse Twilight flageolait encore face à ce terrible incident. Celestia était plus que son mentor. Elle était comme une seconde mère et l'idée de la perdre la ferait trembler de peur. Elle avait cru halluciner en lisant les premiers mots de la une du journal que Spike lui avait tendu. Elle toucha le sabot de l'alicorne blanche avec le sien.

"Celestia ?" lui disait-elle à l'oreille. "Est-ce que tu m'entends ? Est-ce que tu reconnais ma voix ? C'est moi : Twilight."

"..."

Aucune réaction visible.

"Vous heu... " osa Fluttershy avec réserve au médecin. "J'ai besoin de parler quelques instants avec Luna. Vous croyez que je peux... "

"De quoi veux-tu me parler Fluttershy ?" lui dit lentement Luna.

La pégase jaune et le docteur Kin tournèrent la tête vers celle qui s'était réveillée. L'alicorne noir de jais n'affichait aucun sourire. Juste un visage neutre et des yeux mi-ouverts. Se souciant de l'état de son ancienne régente, l'étalon répondit à la question de la jument couleur de beurre.

"Oui, bien sûr. Mais elle est encore très faible. Donc ne la forcez pas à trop parler. Ayez une discussion brève pour pas qu'elle ne s'épuise inutilement."

"Ne croyez pas ça, docteur", lui répliqua Luna en puisant dans son énergie, souriante. "Je vais très bien. Je n'ai plus aussi mal qu'hier."

"Est-ce que vous pourriez nous laisser parler avec elle, seul à seul ?" dit Twilight au licorne en blouse blanche avant de s'approcher à son tour de l'ancienne princesse de la nuit clouée à son lit.

Le docteur aurait souhaité poser une question face à cette demande mais il choisit finalement de s'y raviser. En se rappelant qu'il s'adressait à la princesse suprême d'Equestria et qu'elle devait avoir ses raisons. Il redressa ses lunettes et quitta donc la chambre. Mais il dit avant de les laisser en privé.

"D'accord, votre majesté. Mais ne discutez pas trop longtemps. Madame Luna a besoin de se reposer."

La princesse hocha de la tête avant de renvoyer ses yeux vers Luna qui fixait Fluttershy d'un regard étrange. L'alicorne noire avait remarqué que la pégase portait un sac de selle. Cette dernière en sortit une petite bouteille avec un liquide rouge. Si la jument d'obsidienne avait deviné que son amie jaune avait préparé pour elle cette boisson pour palier à sa soif de sang, elle était en revanche bien d'avantage attirée par l'Élément de la Gentillesse que par le faux-sang en lui-même.

Fluttershy avait un cœur pur. Si pur qu'elle était parvenue à changer celui du maître du chaos en personne. Si pur qu'il transfigurait l'odeur divine de son sang à un point qu'elle était égale à un arôme que jamais Luna aurait pu imaginer possible et aussi mielleux : la senteur du paradis.

"Je suppose que vous avez faim", lui dit cette succulente et racoleuse boule de vie. "Je ne sais pas si ceci vous permettra d'étancher votre soif mais je l'espère quand même. C'est une sorte de sang synthétique. Ce n'est pas exactement comme le sang normal, mais il est riche en nutriment. Pour le moment il ne s'agit que d'un prototype : je compte l'améliorer au cas où ça ne suffit pas. Mais ça semblait convenir pour les moustiques et les taons quand je l'ai testé. Donc il n'y a pas de raison que ça ne marche pas avec un vampony."

"Fluttershy a durement travaillé, et avec mon aide, pour trouver quelque chose qui t'évitera d'attaquer des poneys", ajouta Twilight. "Bien sûr, ça a été fait dans l'urgence et on pense bien le perfectionner. Mais ce ne sera pas possible si tu ne nous donnes pas ta propre impression sur le sujet."

Luna ne répondit pas dans l'immédiat. Elle se contenta de saisir plutôt rapidement dans sa magie la bouteille que Fluttershy lui tendait. Puis elle l'ouvrit avec force, un peu sous l'emprise de sa faim. Mais elle ne souriait pas. Elle ne paraissait pas avoir confiance en la fiabilité de cette mixture. Elle retira le bouchon et renifla en passant son museau par-dessus le goulot. Rien ne vint frapper son odorat, si ce n'était la délicieuse odeur qui venait de la pégase jaune et de l'alicorne violette.

"Ça n'a pas d'odeur particulière", dit Luna, pas du tout motivée à boire le contenu de la bouteille. "Je ne crois pas que ça me nourrira."

"Parce que le sang est censé... sentir bon ?" lui demanda Fluttershy qui n'était pas sûre de comprendre.

"Je sais que le sang n'a de base pas d'odeur très appréciable. Mais depuis que j'ai achevé ce rite de paix intérieure avec Nightmare Moon, j'ai découvert que le sang a... comment dire... " Elle chercha ses mots pour essayer de décrire le succulent arôme qui dégageait de ses deux interlocutrices. "Je ne sais pas comment vous décrire cette odeur. Elle ne ressemble en rien à ce que je connais déjà. Mais une chose dont je suis sûre, c'est que ça sent bon à un point que ça attise l'appétit. Et si vous deux me donnez envie, ce n'est en revanche pas le cas pour ce faux-sang."

Les deux autres juments clignèrent plusieurs fois des yeux avant de se les croiser. Puis ils revirèrent vers l'alicorne lunaire.

"Goûtez au moins", lui dit Fluttershy avec un petit sourire d'espoir.

Luna but une petite gorgée du liquide rouge. Mais dès que le goût se fit ressentir contre ses papilles, elle bloqua les lèvres. Elle avala et décolla le goulot de sa bouche. Elle grimaçait un peu, alors qu'elle faisait claquer sa langue contre son palais.

"C'est fade. Et je n'ai pas l'impression que ça étanche ma soif. Non. Franchement, je n'en ai pas envie." Elle s'efforça tout de même à boire une autre gorgée mais encore une fois, le manque de saveur et l'absence d'arôme la firent à nouveau révulser. "Non." Elle laissa tomber : elle reboucha la bouteille et la rendit à Fluttershy.

"Ce n'est pas grave", dit la pégase au crin rosé. "Je m'attendais un peu à ce résultat. Je dois dire qu'il n'est pas très élaboré. Il faut que je le travaille encore."

"Mais enfin, Luna", interpella Twilight. "Il faut bien trouver une solution à ta soif, le temps qu'on trouve un remède à ta nouvelle condition."

La patiente lui jeta un regard noir. "Ne parle pas de remède comme si Nightmare Moon était un vulgaire parasite. Je ne fais plus qu'un avec elle et je ne peux me sentir mieux. Je suis heureuse comme je suis et j'en tire fierté."

"Heu... Dites-moi Luna", lui demanda doucement Fluttershy qui préférait éviter ce nouveau sujet par précaution. "Qu'est-ce qui vous nourrit vraiment à travers le sang ? Selifós ne vous a-t-il pas donné de détails à ce sujet ?"

"Si." Luna respira un grand coup, comme si elle était essoufflée. "Il m'a dit après que j'ai fait la paix avec mon Nightmare, qu'il se nourrissait de mon essence vitale. Et qu'en échange, il m'offrait ses pouvoirs."

"Oh", fit-elle assez fascinée dans son commentaire. "C'est comme une symbiose ?"

"En quelque sorte", sourit Luna devant son ouverture d'esprit. "Et maintenant que nous faisons plus qu'un, et que nos deux énergies en font de même, Nightmare Moon doit trouver cette essence ailleurs. Et pour cela je me nourris de la magie que je trouve chez les autres par le biais de la magie du sang. Enfin... c'est comme ça que j'interprète la chose."

"Donc vous vous nourrissez de magie par le biais du sang comme le faisaient de même autrefois les changelins par le biais de l'amour ?"

"Je... je n'ai pas fait ce rapprochement mais il est très juste. Cependant, Selifós m'a aussi parlé qu'on se nourrissait pas seulement de magie, mais aussi de l'essence spirituelle de nos victimes. Un peu comme Nightmare Moon le faisait avec moi. Ce qui avait pour conséquence d'ailleurs de les affaiblir temporairement dans leur mental, et donc de les manipuler. Je n'étais pas totalement sûre de comprendre où il voulait en venir, mais je doute que trouver un substitut au sang puisse être aussi simple."

Fluttershy se frotta le menton comme pour réfléchir.

"Mais oui... " dit Twilight à elle-même alors qu'une étincelle apparut dans ses yeux. "Si ça fonctionne de la même manière que pour les changelins... alors le remède doit être exactement le même."

"Je ne donnerai pas de conclusion hâtive, Twilight", dit Fluttershy pour confier son opinion de la chose. "Ce n'est pas parce que les vamponies et les changelins ont un point commun qu'il faut forcément tout corréler. Et puis Luna connaît la notion d'amitié et a des amis depuis des années. Et contrairement aux changelins, ça ne l'empêche pas d'avoir faim."

"Ah... " fit Twilight avec une pointe d'amertume. "Oui, c'est très juste. Je crains que l'idée que je vienne d'avoir ne puisse pas fonctionner."

Ne crois pas pouvoir tout résoudre avec ta stupide magie arc-en-ciel, sale garce ! Lui hurla Nightmare Moon à l'intérieur de l'âme de Luna.

"De toute façon j'ai moi aussi une nouvelle idée", ajouta la pégase. "Que les vamponies se nourrissent de magie à travers le sang... ça me paraît tellement évident que je m'en étonne de ne pas y avoir pensé plus tôt. Il faut que je tente ça." La pégase rangea la petite bouteille entamée dans son sac et reboucla ce dernier. Elle fit volte-face. "Je rentre à Ponyville afin de vérifier ma théorie. Tu veux que je t'attende dehors, Twilight ?"

"Non, Fluttershy", lui sourit la jument lavande. "Je t'en prie. Tu peux rentrer seule. Moi j'ai encore certaines questions à poser à Luna."

"D'accord. Twilight, Luna. Aurevoir." Et la ponette ailée s'en alla.

Les deux alicornes, à présent seules, se croisèrent du regard un certain temps. Sans chercher à briser ce nouveau silence. La princesse n'arrivait toujours pas à croire que Luna eut pu faire un choix aussi fou. Aussi inconsidéré. « Faire la paix » avec Nightmare Moon. Quelle idée dangereuse et insouciante !

Tandis que Luna, elle, ne put s'empêcher de ressentir du dégoût en regardant Twilight. Ce poney qui l'avait privée de Selifós. Et qui à présent tentait de la priver de Moon. La princesse de l'amitié croyait bien faire en cherchant à retourner le processus. Elle ne cherchait qu'à protéger les petits poneys de son ancien mentor après tout.

Mais cela n'importait plus qu'assez peu pour Luna. Elle ne gouvernait plus et n'en avait absolument rien à faire de ce que les autres puissent penser de ses choix de vie. Elle en avait juste assez de se voiler la face et de faire abnégation pour ces poneys à qui elle avait tant déjà accordé son attention et son amitié.

Twilight eut persécuté Selifós. Et maintenant ce fut à son tour de se faire persécuter. Comment avait-elle pu croire aussi naïvement en Twilight ? qu'elle ne la regarderait pas d'un mauvais œil après avoir fait la paix avec Nightmare Moon ? Et quelle prétention de sa part de revendiquer savoir ce qu'il valait mieux pour elle ? Parce que c'était bon pour elle de se scissionner de nouveau avec son Nightmare ? Elle qui avait pourtant toujours eu foi en Twilight... ce sentiment de trahison avait brisé l'amitié et le respect qu'elle éprouvait pour celle qui avait volé les pouvoirs lunaires de son oncle. C'était de la colère et de l'inimitié qui couvaient dans son cœur. Et la haine de Nightmare Moon lui paraissait de moins en moins étrangère.

"Le docteur Kin m'a dit que ça avait dégénéré entre toi et Celestia", dit Twilight qui cherchait des réponses à ses questions. "Tu peux me dire quel était l'objet de votre dispute ?"

Luna soupira. Elle n'avait aucune envie d'en parler. Et sûrement pas avec elle. Elle changea de position dans son lit pour lui tourner le dos.

"Je n'ai rien à te dire."

Twilight plissa les yeux, désolée devant le retrait et l'hostilité de son amie. "On ne cherche qu'à t'aider, Luna."

"Je ne veux pas de votre aide", grogna l'autre. "Si vous voulez vraiment m'aider, alors laissez-moi être comme je suis."

"On ne peut pas te laisser agir en vampony", justifia l'alicorne violette. "On veut bien se montrer conciliants mais quand il s'agit de faire du mal à d'autres poneys, les choses ne sont pas aussi simples."

Luna se retourna de nouveau pour regarder encore une fois Twilight dans les yeux, toujours avec ces yeux mauvais. Elle leva fébrilement une de ses pattes sur laquelle on pouvait remarquer un pansement dans le creux de son bras.

"Je ne suis pas une vampony", répéta-t-elle inlassablement. "Comment oses-tu encore me traiter de voleuse de sang alors que je viens de donner deux litres du mien pour sauver ma sœur ?" Elle laissa retomber son membre.

Twilight soupira. "Tu es sûre que tu ne veux rien me dire pour ce qu'il s'est passé entre Celestia et toi ?"

Luna souffla à son tour. "J'étais affamée. Du coup j'ai voulu sortir pour chasser. Mais Celestia m'en a empêchée en me retenant par la queue. Et comme j'étais sous la prise de la colère je... j'ai accidentellement envoyé mes sabots arrières droit dans son poitrail. Et après tu connais la suite."

"C'est un tragique accident. Mais au moins, Celestia est sauve, et ce n'est plus qu'une question de temps avant qu'elle ne se réveille de son coma." La princesse se pencha un peu plus vers Luna. Son petit sourire d'espoir pour son ancien mentor s'effaça très vite après. "Mais elle avait raison de te retenir : tu aurais dû prendre sur toi jusqu'à qu'on trouve une solution pour te tirer de cette affaire."

"Faire la paix avec mon Nightmare est parfaitement mon droit. Vous n'avez pas à vous interposer, à dire ce que je dois ou ne dois pas faire ; et je vous interdis solennellement de tenter quoique ce soit pour briser mon harmonie avec Nightmare Moon !"

"Tu n'aurais jamais dû faire la paix avec elle. Regarde ce que ton amitié avec elle a fait de toi. Maintenant que tu es là, dans un lit d'hôpital, à côté de ta sœur entre la vie et la mort, et avec plein de poneys te regardant les yeux remplis de terreur ; est-ce que tu crois toujours que ça en a valu la peine ?"

"Oui. Ça en a valu la peine. Et je n'ai pas besoin de ceux qui diront que j'ai tort. Car ceux-là ne sont que des amis toxiques. Je n'accepterai que ceux qui m'accepteront comme je suis. Et je n'ai certainement pas besoin d'une pseudo-amie hypocrite comme toi ! Twilight Sparkle, vraiment tu me déçois beaucoup."

"Tu te trompes. Je t'ai toujours acceptée comme tu étais", lui dit Twilight en toute honnêteté. "Je ne comprends juste pas pourquoi tu as accepté ce risque de mordre et de boire du sang, et surtout d'envoyer en l'air toutes les amitiés que tu avais bâties jusque-là, tout ça pour faire la paix avec Nightmare Moon, qui est l'avatar de tout ce qui est maléfique en toi."

"..."

"Dis-moi, Luna", supplia la princesse de l'amitié. "Pourquoi avoir fait ce choix de fusionner avec elle ? Pourquoi avoir pris de si grands risques ? La Luna que je connais n'aurait jamais fait une chose aussi inconsidérée sans avoir mûrement réfléchi. Il y a forcément une excellente raison qui t'a poussée à le faire. Si je me trompe, comme tu dis, alors démontre-le moi."

"..."

Luna resta silencieuse un très long moment. À un tel point que Twilight songeait à laisser tomber et repartir pour Canterlot. Mais à l'instant même où elle voulut renoncer, se disant qu'elle pourrait revenir plus tard quand Luna se sentira mieux, l'alicorne noire eut pu rassembler tous ses mots et lui expliqua en long et en large.

"C'est justement parce que tu crois me connaître que tu ne me comprends pas", lui dit finalement la jument nocturne. "Cependant, tu as raison sur un point : je n'aurais jamais fait ça si Selifós ne m'avait pas clairement expliqué l'identité de Nightmare Moon et des Nightmare en général.

"Tu dois comprendre que je détestais Nightmare Moon et ce pour les raisons que toi-même tu sais. Mais après que Selifós m'eut expliqué en quoi mon Nightmare n'est autre que moi, j'ai enfin compris pourquoi, malgré les amitiés que j'ai forgées et reforgées, il y avait toujours un trou en moi. Car en détestant Nightmare Moon, je me détestais moi-même. En n'ayant plus foi en elle, je n'avais plus foi en moi également.

"J'avais oublié que Nightmare Moon, à chaque fois qu'elle était intervenue, c'était dans l'objectif de me défendre. Je me suis voilée la face en me présumant forte parce que je m'opposais à elle. La vérité, c'est que je cherchais cette force chez les autres. Je comblais ce manque de foi en moi à travers la foi que vous, vous me donniez. Et j'ignorais l'inimitié avec moi-même grâce à l'amitié que je partageais avec vous tous.

"Mais malgré cette joie que j'éprouvais dans tout ça, il y avait encore comme cette étrange vide en moi. Jadis, je n'arrivais pas à m'expliquer ce fait moi-même : malgré cette joie que je pouvais ressentir, je n'étais pas totalement heureuse. Il y avait comme un trou. Un vide. Un conflit. Un peu comme s'il manquait une dernière pièce au puzzle. Et quand Selifós est arrivé, quand il m'a donné les réponses à mes questions, quand j'ai enfin compris qui était Nightmare Moon, qui j'étais réellement... ça eut comme l'effet d'une épiphanie en moi.

"J'ai donc jeté un énième regard sur mon passé, m'interrogeant d'à partir quel moment ai-je vraiment fait fausse route. Durant tout le déroulé du rite des Skiá, j'ai longuement discuté avec Nightmare Moon. Et pendant ces très longs entretiens, j'ai progressivement réalisé combien j'avais effectivement tort."

"Quitte à accepter de devenir une vampony ?" commenta l'alicorne lavande, encore un peu sceptique.

"Tu ne comprends pas, Twilight. Mon passé a toujours été important pour moi. C'est toujours en tirant constat du passé que l'on se forge un meilleur avenir. Et non seulement ça remettait en question tout ce que j'ai toujours cru savoir de mon passé, mais en plus ça concernait aussi ma propre personne. Mon identité. Mon existence. Mes questions les plus fondamentales. Celles que je me suis toujours posées. Je ne pouvais pas laisser tomber tout ce que Selifós m'eut raconté, l'opportunité et l'avantage qu'il y avait derrière, juste à cause d'un simple changement de régime alimentaire. Il fallait absolument que j'en eusse le cœur net. Je devais parler avec Nightmare Moon. Je me devais de découvrir la vérité."

"..."

"Et maintenant je suis en paix avec mon passé. En paix avec mon Nightmare. Une bonne fois pour toute. Cette paix intérieure que j'ai atteinte est bien plus importante à mes yeux que l'amitié que nous partagions ensemble Twilight." Elle finit avec un sourire tranquille. Elle ferma les yeux, déjà très fatiguée par cette discussion.

La princesse de l'amitié réfléchit très longuement. Puis elle posa simplement cette question.

"Et tu... tu ne trouves pas ça égoïste qu'en échange de cette paix tu deviennes un prédateur terrifiant pour les autres poneys ?"

"J'ai déjà été trop généreuse envers les équestriens... tout comme ma sœur. Et ce trop plein d'altruisme, cette abnégation, avait failli me détruire il y a mille ans. Il suffit... Il est temps à présent que je pense un peu à moi-même... que je me re-centre sur moi... il n'y a pas de mal à... à être égoïste de temps en temps. De toute façon... après tous les services que j'ai rendus aux poneys aussi inconditionnellement... j'ai bien le droit à présent de leur exiger un peu de sang pour me sustenter. C'est un bien maigre compte comparé à la dette qu'ils me doivent. " Elle bailla.

"Ça fait maintenant bien trop longtemps que l'on discute ensemble. Et tu as l'air d'être fatiguée", lui dit Twilight qui pensait au temps qui passe. "Écoute, Luna. Je veux bien comprendre que ce soit important pour toi. Mais il est également important pour moi à ce que tu te défasses de cette union avec Nightmare Moon. J'ai des petits poneys à protéger et ça je suppose que tu me comprends en retour."

Luna eut un sourire amusé. "Tes petits poneys... tu parles comme ma sœur... "

Twilight rougit un peu. Elle reconnut que l'influence de son mentor avait beaucoup déteint sur elle.

"Je ne me déferai pas de Nightmare Moon... Et j'exige que tu libères Selifós", exigea-t-elle d'une voix faible mais déterminée.

L'autre jument soupira. "Je vois que je n'arriverai jamais à te convaincre. Mais maintenant que tu as trouvé la paix que tu recherchais ; peut-être serait-il judicieux de te faire redevenir normale ?"

"Je suis déjà normale", grinça Luna. "Tu m'as peut-être arraché Selifós, mais tu ne m'arracheras pas Nightmare Moon."

"Ce que je veux surtout faire, Luna, c'est t'arracher à la fatalité de ta soif de sang. Et il est évident que Nightmare Moon ait quelque chose à voir dans tout ça. Même si tu es en paix avec elle, tu ne dois pas oublier qu'elle reste ta face sombre et qu'elle t'oblige à faire des choses que tu ne veux pas. À moins que mordre des poneys, c'est quelque chose que tu aimes ?"

"Non. C'est quelque chose que je n'aime pas particulièrement faire. Et comme Selifós veut que je chasse avec froideur, ça équivaut autant à le faire sans pitié que sans plaisir mesquin. Je n'ai pas besoin de ton intervention et je n'en veux pas : grâce aux enseignements de mon oncle, je ne m'applique plus autant de pression à ce sujet-là."

"Mais tu voudrais ne pas avoir à le faire tout court, n'est-ce pas ?" dit la princesse avec un sourire en coin de lèvre.

"Je ne crois pas que ce soit réversible. Et je te le répète, je n'en ai cure de boire du sang : j'ai l'esprit tranquille maintenant."

"Et c'est bien à cause des mots que tu emploies que nous avons changé ton oncle en pierre", lui répliqua Twilight avec cette fois-ci un peu plus de reproche. "Je veux bien comprendre pour toi la valeur que représente une paix avec ton « Nightmare », mais tu ne prends pas conscience de ce que tu es devenue. Et tout ça parce que tu lui as alloué trop de crédit et en conséquence, tu t'es laissée corrompre en plongeant dans les mêmes erreurs que tes ancêtres : faire la paix avec ton Nightmare."

"Si mes ancêtres, notamment Selifós, ont fait la paix avec leurs Nightmare, c'était dans le but d'obtenir un plus grand équilibre spirituel", chercha Luna à enseigner, mais quand même furieuse. "Et d'apprendre aux Nightmare de regarder à travers nos yeux comme nous on le ferait à travers les leurs. Faire la paix avec son Nightmare est un cheminement de sagesse. Ce serait ne pas accomplir le rite qui serait une erreur."

"Je veux bien te croire, Luna", soupira encore l'alicorne lavande. "Mais en échange tu t'attireras la peur voire la haine des autres poneys. Ce que tu as fait pourrait peut-être convenir à l'époque de ton oncle, mais aujourd'hui ça ne l'est pas. Il est grand temps que tu te ravises et que tu fasses marche arrière. Je comprends que cela ne puit pas te faire plaisir mais encore une fois, je ne cherche qu'à t'aider, Luna."

"Encore une fois : je ne veux pas de ton aide", pesta silencieusement la jument noire.

"Heu... votre majesté ?" dit l'infirmière intimidée par la scène et qui venait tout juste d'entrer. "Je viens pour vous dire que... que le délai des visites est terminé. Il est temps de laisser madame Luna se reposer."

Luna interprétait l'arrivée de l'infirmière et la fin des temps de visite comme un soulagement : elle en avait juste plus qu'assez de parler avec quelqu'un qui avait l'intention de la déchirer en deux. De l'autre part, Twilight comprit qu'elle n'avait plus le temps de chercher à convaincre Luna de se laisser aider. Alors qu'elle se retourna pour partir, conformément aux attentes de la ponette, elle dit une dernière chose à l'alicorne noire.

"Ton entêtement ne me découragera pas à te sortir de ce mauvais pas, Luna. Je sais que tu dis ça car tu es sous l'influence de Nightmare Moon et de Selifós. Et je sais aussi qu'enfin débarrassée d'eux deux, tu me seras redevable. Car je suis ton amie."

Et alors qu'elle prit le pas en direction de la sortie, au bout de quelques secondes, Luna prit le dernier mot juste avant qu'elle ne s'en aille totalement. Avec une voix très sombre.

"Avec une amie comme toi, qui a besoin d'ennemi ?"

Ça lui brisait le cœur d'entendre Luna dire cela mais c'était un passage qu'elle pressentait, hélas, comme obligé. Même si elle avait espéré l'espace d'un instant se réconcilier avec elle, notamment sur l'affaire de la garde des rêves soi-disant inutiles.

Elle avait constaté pendant ces vingt-cinq jours sans surveillance des songes, qu'il y avait certes des rares poneys qui avaient mal dormis à cause des cauchemars, mais que ces derniers finissaient toujours tôt ou tard par s'achever. Et le problème se résolvait tôt ou tard par le poney lui-même, ou non résolu ; mais qui avec le temps qui passait, s'oubliait progressivement, au fur et à mesure que le poney passait à autre chose. Les mauvais rêves n'avaient jamais de conséquences très fortes sur la vie des poneys ou des autres créatures. Ce fut avec défaite et désarroi que Luna eut dû assumer qu'elle avait pris trop à cœur la prétendue importance de son travail. Et ce fut avec amertume que Twilight eut été obligée de reconnaître combien ses idéaux étaient un peu exagérés, et qu'aucun poney ne se soit particulièrement plaint d'avoir des cauchemars à travers le pays.

Twilight aurait aimé en reparler à Luna et lui demander ce qu'elle en pensait au final. Car bien qu'elle avouât avoir eu tort, elle eut dit en revanche qu'elle aimait faire ça et que si ce n'était pas important pour les autres, ça l'était pour elle. La princesse de l'amitié aurait voulu en avoir le cœur net en en discutant plus posément avec elle.

Mais peu importe, se disait-elle en quittant l'hôpital. Rien ne lui empêchait de lui rendre une nouvelle fois visite un autre jour. Elle avait tout le temps de lui en parler. Rien ne la pressait. Mais en attendant, dans le doute, elle continuera de faire l'ancien travail de sa consœur. Même si dans le fond, elle avait envie de reprendre un cycle de sommeil normal comme tout le monde.

Quant à Luna, elle put enfin s'endormir tranquillement pour palier à sa faiblesse. Pas seulement liée à son anémie, mais aussi à son besoin de sommeil. Les activités et les habitudes diurnes de l'hôpital avaient beaucoup secoué son rythme de vie nocturne. Et elle luttait, étirée de tout part, face aux exigences de la clinique, face aux symptômes de sa maladie, face aux douleurs qui l'empêchaient de dormir... mais aussi et surtout sa soif.

Voilà maintenant plus de vingt-quatre heures depuis le début de sa nouvelle faim. Sa férocité s'était multipliée par deux depuis hier et alourdissait également les capacités de tolérance de l'alicorne noire. En plus, comme son oncle le lui avait prévenu, ses nouvelles forces et sa nouvelle puissance magique s'étaient drastiquement effondrées, l'affaiblissant encore plus que jamais.

Elle était ainsi tourmentée dans un siphon de sensation de faim et de douleur. Et à cause de sa faiblesse extrême, qui s'accentuait depuis sa discussion avec Twilight et Fluttershy, elle parvenait à peine à rester consciente dans son lit d'indolence.

Tout ce qui la gardait éveillée malgré elle, c'était sa faim. Cette dernière la urgeait de la satisfaire en mordant un poney. Et justement, les poneys se trouvant dans un rayon assez proche d'elle étaient perceptibles par son odorat qui les détectait et les percevait comme des joyaux scintillants dans le noir. Comme cette ponette venue quelques minutes plus tard par exemple, qui échangeait les perfusions de sa grande sœur.

Si seulement elle n'était pas anémique. Si seulement elle n'était pas clouée à son lit par sa souffrance et sa faiblesse. Humer la délicieuse odeur qui émanait de l'infirmière était comme tendre un hamburger à un poney affamé privé de ses pattes avant : une vraie torture mentale. Si seulement elle n'était pas paralysée ! Réfléchis, Luna. Réfléchis. Il doit bien y avoir un moyen de...

Et là elle eut une idée. C'était une initiative extrêmement risquée mais elle n'avait pas réellement le choix. Et puis les poneys comprendraient inévitablement qu'elle était devenue une vampony. Ce n'était qu'une simple question de temps. Donc... qu'est-ce qu'elle avait à y perdre ?

Quand la jument à la robe indigo eut terminé de s'occuper de Celestia, Luna attira son attention. "Madame... s'il-vous-plaît."

"Heu... oui ?" dit l'infirmière en se retournant.

"Approchez-vous", sentit Luna à nouveau la salive monter dans sa bouche.

"Vous... vous avez besoin de quelque chose, madame Luna ?" se proposa la jument au violacé sombre, intimidée par ces pupilles fendues qui la fixaient avec une malveillance apparente. Une fois assez près, l'alicorne lui demanda.

"Vous pouvez réajuster mon oreiller s'il-vous-plaît... ? J'ai du mal à dormir... "

C'était un subterfuge, même si ça restait vrai : elle avait ajusté son oreiller pour pouvoir manger puis discuter avec Twilight. Cette vérité lui servit bien puisque cela sembla rassurer, du moins un peu, la soignante. Cette dernière se décida à remettre l'oreiller en place qui permettra à Luna de mieux dormir.

Elle fut extrêmement proche. Ce fut le moment. À la vitesse de l'éclair elle jeta ses dents sur le membre de l'infirmière et ses pulsions atteignirent enfin leur récompense tant réclamée. Ce fut arrivé si vite que la pauvre ponette n'eut pas le temps de réagir.

C'était si inattendu que Luna puisse être une vampony, si inattendu qu'elle réagisse ainsi à son encontre, si inattendu qu'elle possède des canines aussi longues ; que l'infirmière mit une bonne seconde à comprendre clairement ce qui lui arrivait. En plus ça ne faisait pas mal, bien qu'elle ressentît clairement les dents transpercer sa chair.

Par surprise et par peur elle voulut crier. Mais Luna qui avait tout prémédité avait serré fermement sa bouche avec sa magie pour l'empêcher de s'égosiller. Tout ce que l'alicorne espérait à présent, ce fut que personne n'entra dans la chambre pendant son repas. La ponette cessa rapidement de gesticuler, comme si la morsure la fit somnoler. La Skiá retira ses crocs pour laisser couler le sang et commença à sucer la plaie.

Ce sang fut comme un nectar. Luna, chez qui le dégoût et la culpabilité l'eurent quittée depuis déjà un petit moment, continuait de s'enthousiasmer dans sa candeur devant ces toutes nouvelles perceptions qui stimulaient ses sens. Et ce sang... ce mielleux sang était bien, bien meilleur, et surtout bien plus nourrissant que ce liquide étrange que Fluttershy lui avait fait goûter tout à l'heure. Et pouvoir écouter ce cœur battre, ce sang circuler à travers les veines de sa proie ne firent qu'amplifier son extase.

Quand elle fut rassasiée, elle lécha deux à trois fois les deux trous pour ne pas gaspiller les quelques gouttes qui suintaient de la morsure. Le retour fulgurant de sa force et de sa magie en elle la soulagea et lui donna un instant de répit dans la faiblesse causée par ses symptômes. Une fois cela fait, elle rendit à l'infirmière sa patte engourdie ; qui se laissa retomber penaude.

"Vous allez bien ?" dit Luna d'une voix un petit peu inquiète, histoire de montrer à l'aide-soignante qu'elle ne le faisait pas par pure monstruosité.

"Pour... pourquoi vous m'avez... fait... ça... ?" posa avec difficulté la ponette, sa langue alourdie par les effets du venin.

"N'y voyez là aucun acte méchant. J'avais seulement faim", lui sourit l'alicorne noire, dans son cœur toujours aussi sensible. Empathique devant autant de confusion qui se lisait très clairement dans les yeux vides de l'infirmière. Elle ajouta. "S'il-vous-plaît, ne parlez de ce que je viens de faire à personne. Si quelqu'un fait remarquer votre blessure, alors niez-la. Dites que c'est originaire d'un simple incident domestique ou quelque chose du genre."

"D'accord... " dit mécaniquement la petite jument. L'ex-princesse de la nuit continua.

"Revenez me voir demain soir quand je serai isolée. Et vous devez me rendre à nouveau visite seule."

Elle hocha de la tête.

Après avoir reçu ses ordres, la ponette se retira. Et Luna se conforta dans son lit et ferma les yeux avec un sourire satisfait. Assouvir sa faim et le délice du sang lui avaient fait oublier combien elle avait mal à chaque battement de cœur. Et elle comptait bien profiter de ce moment de répit pour espérer trouver le sommeil. Elle avala un somnifère, une des gélules qu'on lui demandait de prendre régulièrement pour la soigner, que ce soit pour rétablir son niveau sanguin plus rapidement ou, dans le cas du somnifère, l'aider à s'endormir malgré sa souffrance.

Mais quelques minutes plus tard, la porte s'ouvrit à nouveau dans un petit crissement, ce qui fit ouvrir les yeux de l'alicorne qui s'apprêtait à dormir. C'était le docteur Kin. Et il paraissait très nerveux au vu de son faciès. Il semblait avoir été témoin de quelque chose de perturbant.

"Madame Luna ?" réfléchissait-il encore à la crédibilité de sa question. "Je sais que vous devriez vous reposer mais... j'ai juste une question que je désire vous poser, si cela ne vous derange pas. Je ne vous ennuirai pas d'avantage pour aujourd'hui, c'est promis."

Curieuse et aussi incertaine que le médecin qui était officiellement en charge d'elle et de sa sœur, elle lui dit.

"Qu'y a-t-il ?"

"Juste avant de repartir pour la capitale, la princesse Twilight Sparkle a voulu m'avertir de quelque chose de vraiment troublant. Et je dois en avoir le cœur net."

"..."

"Pas que je veuille remettre en doute la parole de ma dirigeante, mais... c'est vrai ce qu'elle dit ? que vous êtes une vampony ?"

Luna cligna une fois des yeux. "Je ne suis pas une vampony", eut-elle dit doucement avec ferveur, en toute honnêteté, sans mentir.

Le docteur en revanche, bien qu'il en avait sa rationalité totalement bousculée par les révélations faites par la princesse, demeura toujours sceptique. Et cette fois dans l'autre sens. Il redressa ses lunettes.

"Pas de mensonge, s'il-vous-plaît. C'est extrêmement important. Dites-le-moi franchement : vous buvez du sang, oui ou non ?"

Long silence.

"Oui", dit Luna plus doucement encore. "Je bois du sang. Mais je ne suis pas une vampony."

Le médecin se mit à réfléchir longuement. Voilà donc pourquoi on nous avait volé ces poches de sang tout à l'heure... pensait-il. La rumeur était donc vraie. Il rehaussa le museau vers l'ex-princesse "Et vous avez faim actuellement ?"

La Skiá eut un énorme goût d'amertume en bouche. Si ça se trouve, peut-être qu'il pourrait l'aider ? Et si elle avait mordu l'infirmière de tout à l'heure pour rien ? Et qu'en agissant ainsi elle n'arrangeait pas sa situation ? Là elle se sentit coupable. Non pas pour avoir mordu quelqu'un, mais pour ne pas avoir mieux réfléchi. Elle risquait de se mettre l'hôpital à dos pour ce forfait.

Mais en même temps, comment aurait-elle pu prédire que Twilight informerait le docteur de son secret ? Ce n'était pas tellement de sa faute, lui disait une petite voix dans sa tête. Et puis elle avait juste faim. Elle n'avait aucune raison de s'en vouloir.

"Non. Plus maintenant. Mais ça va recommencer demain soir."

"..." Encore un très long silence qui ; pour Luna encore plus incertaine pour la réaction du docteur Kin ; parut presque infernal. "Je vois", dit-il avec la voix la plus tacite possible. Il souffla un grand coup. "Dormez bien."

Luna n'arrivait toujours pas à comprendre ce qu'il venait de se passer. Comment ce médecin avait-il pu garder un calme aussi stable devant la gravité d'une telle situation ? Et qu'est-ce que cela pourrait engendrer pour les jours à venir ? Elle l'ignorait, mais elle trouvait cependant la maîtrise de soi et le professionnalisme du docteur parfaitement admirables.

Était-ce vraiment lui qu'elle avait entendu pester et même jurer dans la salle d'opération ? alors que sa grande sœur était sur le point de mourir ? Il fallait croire que ce bon médecin avait tout à fait le sens des priorités quand il s'agissait de sauver une vie.

Ce fut avec une idée très incertaine des choses qui allèrent suivre qu'elle referma les yeux. Replongeant ainsi dans ses vastes songes abyssaux, les seuls endroits où elle pouvait se reposer, sans éprouver de réelle souffrance dans son épreuve.

 

***************************************************************************************

 

Il n'y avait rien de plus reposant, en ces moment sombres, que d'écouter le long silence qui emplissait le grand hall du château de Nightmare Moon. Il n'y avait pas à dire, sa demeure était un magnifique chef-d'œuvre. Façades construites en briques noires virant au bleu, sous la douce lumière des chandelles de flammes blanche du haut de leurs splendides lustres, qui troublaient quelque fois le calme bruyant avec de petits crépitements. Une véritable atmosphère de cathédrale.

Depuis qu'elle avait fait la paix avec son Nightmare, Luna revenait toujours ici pour se ressourcer, se laissant remplir les yeux d'émerveillement face à autant de beauté, incarnée par le bel édifice. Et ainsi elle restait assise au sol, fermant les yeux, savourant ce silence monacal.

L'orage au dehors avait cessé. Tout était redevenu subitement calme, un calme appelant à la méditation et au bien-être. Et il n'y avait qu'au cœur de son âme, au sein du sanctuaire de Nightmare Moon qu'elle parvenait à oublier ces douleurs et ces conflits.

Elle inspira et expira profondément, alors qu'elle contemplait les nouveaux vitraux que sa Moon avait installé dans les grandes fenêtres. À l'origine, les vitraux ne représentaient que des symboles lunaires, hivernales ou Nightmare Moon elle-même. Il n'y avait en revanche rien qui se reportait à Luna en personne.

Mais à présent qu'elles ne faisaient plus qu'un, sa face maléfique avait placé des vitraux inédits attribués parfois à Luna uniquement, Nightmare Moon uniquement, et parfois les deux ensembles. S'échangeant un regard, s'enveloppant l'une l'autre dans leurs ailes et leur crin. Ou encore celui-là où elles étaient toutes deux assises sur un large trône, lui-même positionné par-dessus Equestria toute entière.

C'était avec dédain et exaspération qu'elle appréhendait autrefois la mégalomanie et l'orgueil de Moon. Mais à présent, c'était avec amusement et affection qu'elle contemplait les défauts de son Nightmare. Et finalement, elle l'aimait pour ce qu'elle était. Elle l'aimait pour ses défauts, pour être sa face sombre. Et rien que d'y penser, elle avait juste envie de venir auprès d'elle pour l'étreindre et lui demander de la mordre à nouveau. Oui, vraiment, malgré sa méchanceté, sa cruauté, son attitude colérique, sa haine et son sadisme envers Twilight et ses amies... elle eut appris à l'aimer de tout son cœur.

Ses rêves et le jardin secret de son Nightmare l'abritaient de tous les ennuis actuels, lui permettaient de se reposer tranquillement, si seulement Twilight ne revenait pas la déranger. Car oui, un bruit surnaturel de magie détourna son attention de la merveille qu'était le château de son Nightmare. Elle se leva en remarquant le portail magique qui se formait à proximité. Et justement, devinez qui en sortit.

"Qu'est-ce que tu viens faire là, Twilight Sparkle ?" dit Luna apparemment très irritée par sa simple présence.

"Je t'avais pourtant prévenue que j'avais l'intention de résoudre ton problème avec Nightmare Moon. Je viens ici dans l'espoir de communiquer et vérifier si... " L'alicorne lavande s'arrêta alors qu'elle remarqua la magnificence du lieu dans lequel elle avait atterri. "Oh... c'est beau comme endroit. Où sommes-nous exactement ?"

"Tu te trouves dans le sanctuaire de Nightmare Moon", répondit Luna après avoir soupiré une fatigue non dissimulée. "Elle a construit cet endroit par elle seule."

"Vraiment ?" dit-elle étonnée. "Elle a du goût en matière d'architecture. Et si nous sommes chez elle, alors je n'aurai pas de mal à la trouver."

"Qu'est-ce que tu lui veux ?"

Ce fut au tour de Twilight de soupirer. "Tu sais très bien pourquoi je suis venue ici : je vais la vaincre une bonne fois pour toute et tu seras alors débarrassée de son emprise. Maintenant dis-moi où elle est."

Luna fut plus agacée que jamais. Elle avait osé voler la magie de son oncle, et l'utiliser pour venir la harceler jusqu'ici ? osé entrer par effraction dans ce petit nid douillet créé par son Nightmare pour elles deux ? Et maintenant elle avait encore une fois prouvé sa réelle attention de les diviser ? elles qui étaient enfin parvenues à trouver leur unité ? Et à quoi bon chercher à la dissuader ? Tout cela ne donnerait une nouvelle fois qu'un débat futile et surtout stérile.

"Tu n'aurais jamais dû venir ici, Twilight Sparkle. Et si j'étais toi, je partirais immédiatement, avant que Nightmare Moon ne prenne conscience de ta présence."

Twilight prit cet avertissement au sérieux, quoiqu'elle en sous-estimât la gravité. Luna, bien que fronçant toujours les sourcils dans son hostilité, lui avait donné ce conseil avec une petite note de compassion et de crainte pour elle. En quoi cela puisse être aussi dangereux ?

"Ah ? Et pourquoi ?"

"Car tu es dans sa demeure", lui dit l'alicorne noire en détendant son visage. "Et ici, en plein cœur de mes rêves, elle est au sommet de sa puissance. Et j'ai vu ce qu'elle a l'habitude de faire à toi et à tes amies quand elle s'ennuie. Tu dois quitter mes rêves avant qu'elle ne te voie."

"Je sais que tu dis ça dans le but de m'intimider pour ne pas que je vous délie à nouveau. Mais j'ai clairement l'intention de la combattre. Je l'ai déjà affrontée et terrassée une fois. Et j'ai la magie lunaire de Selifós avec moi : je ne la crains pas."

Une voix qui n'appartenait ni à Twilight, ni à Luna se mit à rire. Un rire glacial.

La princesse de l'amitié voulut se retourner en direction de la voix mais à peine son regard se posa sur l'ombre qui fondit sur elle que cette dernière la frappa au passage et l'écrasa violemment contre la colonne la plus proche.

"Bienvenue dans mon monde ! Twilight ! Sparkle !" siffla Nightmare Moon entre ses dents comme un serpent, avec un sourire haineux comme malicieux.

Twilight en eut le souffle coupé, tellement le choc fut brutal. Elle reconnut la même sensation que quand Selifós l'avait plaquée au mur de son salon, un mois plus tôt. Et encore une fois ce fut si douloureux, si mutilant, qu'elle cracha du sang à nouveau. Ou du moins elle l'aurait pu si Nightmare Moon ne possédait pas une poigne aussi féroce : elle se faisait étrangler dans sa gorge écrasée, et sa nuque qui faillit se briser.

"Alors comme ça tu n'as pas peur de moi ?" dit la jument de cauchemar qui ne défaisait point son sourire dément. Elle alléchait devant une telle provocation. "Ce n'est pas grave : je vais t'apprendre à me craindre. Laisse-moi te montrer ce qu'est la vraie terreur."

Maintenant un peu plus maîtresse de ses membres et surtout de sa corne, Twilight espéra riposter le plus vite possible mais elle découvrit avec horreur ; première terreur ; que son corps était paralysé par une force inconnue. Et sa corne... sa corne ne lui répondait plus. Elle ne pouvait plus utiliser sa magie. Elle en eut subitement des sueurs froides face au cauchemar qui se présageait.

"Ma... ma magie... " L'alicorne lavande trembla dans sa voix. "Pourquoi ne fonctionne-t-elle pas ? J'ai pourtant de la magie lunaire avec moi. Je suis censée avoir le contrôle de –"

Elle fut coupée par une autre force brutale, et qui ne compressait qu'avec plus de force sa gorge pour l'empêcher de parler. Elle se débattit du mieux que sa volonté le lui permettait mais sans succès : aucun de ses muscles ne voulait lui répondre, pas plus que sa corne. Mais qu'est-ce que c'était que ce cauchemar insensé ?!

Nightmare Moon savourait passivement le regard de Twilight qui virait de plus en plus au désespoir et à l'effroi, dans la réalisation de son impuissance. Elle prenait bien le temps de se délecter de tout ce qui allait suivre : elle avait enfin mis le sabot sur son ennemie mortelle et il était à présent temps de commencer le châtiment qu'elle lui réservait.

"Pourquoi « ta » magie lunaire ne fonctionne plus ?" dit le Nightmare avec le visage distordu par la colère et la joie. "Cette magie lunaire que tu souilles ; petite bâtarde ; elle ne reconnaît pas son maître. Tu n'en es pas la propriétaire légitime, et tu ne le seras jamais. De plus... " Elle invoqua un long couteau dans sa magie. "Ici, tu es chez moi, pauvre folle. Et ici, personne ne m'est supérieure ! Et tu OSES venir salir la poussière de ma demeure avec tes sabots vils ! Ta sotte petite magie arc-en-ciel ne te servira à rien ici !"

"Lu... Luna... !" tenta de dire la princesse prise au piège en direction de son amie, la gorge prise en étau par cette force surnaturelle. "S'il-te-plaît... ! Aide-moi... !"

"Silence !" lui vociféra Nightmare Moon au visage. "Tu ne vois pas que tu la déranges ? Elle veut que tu la laisses tranquille ! Elle a dit qu'elle ne veut pas de ton aide ! Elle te l'a même répété plusieurs fois ! Tu comprends ? Elle n'a pas besoin de toi, et de ta petite magie d'amitié pitoyable ! Tout ce dont Luna a besoin, c'est de moi ! et de moi seule ! J'ai enfin récupéré Luna et plus jamais tu ne me l'arracheras ! Tu m'entends ? Luna est à moi !"

Luna ne réagit pas, laissant Nightmare Moon parler à sa place. Elle avait un peu pitié de Twilight pour ce qui allait lui arriver. Même si elle approuvait les dires de sa sombre jumelle, elle se pinça la lèvre d'incertitude. Même si une certaine justice se devait d'être appliquée, cela compliquerait en réalité bien les choses pour elles deux si Nightmare Moon s'amusait à l'empaler ou à lui administrer elle ne savait quelle torture.

"Voyons où est ton petit amulette", dit la jument de cauchemar en fouillant Twilight. "Ah", fit-elle avec satisfaction en trouvant l'artefact sur elle. "Je vais enfin reprendre ce que tu as volé."

Elle décortiqua l'objet et absorba la magie lunaire de Selifós. Puis elle observa un instant la magie solaire de sa sœur. Elle médita un petit instant. Puis elle décida de la saisir à son tour. Et après avoir complètement vidé l'amulette, elle fit un geste qui stupéfia Twilight : elle posa l'amulette au sol et le détruisit, le broyant sous son sabot.

"Maintenant, plus jamais tu ne pourras spolier la magie des autres, Twilight Sparkle. Je ne sais pas encore quoi en faire de la magie de Celestia. Mais une chose est sûre, plus jamais tu ne pilleras le contrôle de la lune et le pouvoir de voyager à travers les rêves. Car tu ne le mérites pas. Et je vais même te le prouver."

Avec sa longue dague, elle perfora l'une des ailes de Twilight au niveau de la jointure avec son corps. Ce qui ne manqua pas à cette dernière de pousser un cri tordu sous la douleur aigüe. Nightmare Moon pressa un peu moins la pointe de son arme et laissa le sang de son ennemie en tremper la lame. Puis elle retira complètement le couteau et montra l'hémoglobine qui souillait à présent son arme.

"Ton sang à toi, il est rouge." Puis elle lécha le tranchant de la lame pour goûter au sang de Twilight. Cette dernière grimaça en voyant la vampony goûter le peu d'essence qu'elle lui avait subtilisée. Et après, le Nightmare se fit une brève petite coupure sur le cou. De la pointe de son couteau, elle saisit la goutte de sang argenté qui en perla, afin de la présenter à l'alicorne lavande. "Alors que le sang à moi et à Luna, est d'un blanc brillant ; comme celui de la lune. Ce qui démontre que tu n'es qu'une fausse alicorne bâtarde, une alicorne de race inférieure sans légitimité, une simple né-licorne qui par un coup dédaignable du destin s'est vu le droit d'appartenir à la race des seigneurs. Et maintenant que tu as fait la monumentale erreur de venir ici, je vais pouvoir enfin me gargariser de ma vengeance."

Twilight, quoiqu'elle fronçât des sourcils pour paraître forte et inébranlable, ne le faisait que pour cacher sa terreur : sa magie ne lui répondait pas ; Nightmare Moon avait détruit l'amulette ; elle était piégée dans un cauchemar sans possibilité de s'en échapper, maintenant exempte de magie lunaire ; et le pire du pire, elle était maintenant abandonnée au bon plaisir de Nightmare Moon chez qui elle lisait toute sa haine, sa cruauté et sa monstruosité à son encontre.

Son sourire dérangeant et démoniaque était paré de crocs hérissés comme les écueils d'une falaise dévorant la coque des navires. Si Pinkie pie était là, elle aurait commenté que c'était le sourire le plus horrifique qui lui fût donné de voir de toute sa vie.

"À l'aide, Luna ! À l'aide !" craqua Twilight.

La demandée frémit un peu. Elle choisit finalement d'intervenir avant que Moon ne fasse quelque chose de vraiment regrettable. Elle s'interposa et écarta un peu la jument de cauchemar de sa suppliciée.

"À quoi tu joues, Luna ?" lui dit Nightmare Moon d'une voix agressive.

"Je suis venue ici dans le but de me ressourcer, de trouver le calme", chercha-t-elle une excuse pour la convaincre. "Et ce ne sera pas possible si tu changes cette salle en une chambre de torture."

Nightmare Moon se calma, eut un sourire malin, et lui chuchota avec une voix séductrice. "Cette Twilight débarque justement pour t'empoisonner l'existence. Elle nous vole notre oncle, lui vole sa magie, tente de rompre tout lien que nous avons forgé récemment... et voilà qu'à présent, elle a le culot de rentrer par effraction dans notre esprit. Je ressens la colère et la frustration que tu nourris contre elle. Tu veux la voir payer pour ce qu'elle a fait. Je le ressens."

Le Nightmare marquait un très bon point. La rage pour s'être sentie trahie couvait au fond du cœur de Luna. Elle désirait honnêtement que Twilight se prenne un violent coup du karma. Pourtant, une arrière-pensée d'empathie et de gentillesse, et surtout de cette amitié pour Twilight qui malgré le violent coup qu'elle s'était prise demeurait toujours timidement présente, l'empêchait de succomber à la tentation. Elle lui répondit finalement.

"Punis-la comme tu veux. Mais je ne veux pas de ça dans mon rêve."

Nightmare Moon garda le silence quelques secondes, tandis que Twilight, soumise à la peur, resta muette. La jument de la nuit eut comme un air sombre de machination, avant de se réadresser à Luna.

"Donc si ça se passe à l'extérieur de ton rêve... tu ne le contesteras pas ?"

Elle lui hocha positivement de la tête d'un ton ferme. Si l'autre semblait plutôt satisfaite du constat, Twilight se mit à parler. Elle aussi, à son tour, elle se sentit trahie. Elle croyait que Luna la défendrait mais non. Et elle en vit ses hypothèses bouleversées, elle qui croyait que Luna avait réellement besoin d'aide.

"Luna... mais... mais pourquoi ?" sanglotait-elle de terreur. Elle se montra confuse jusqu'à que Luna pose des yeux sans pitié sur elle.

"Twilight. Ouvre un peu les yeux. J'ai décidé de changer et il faudra que tu l'acceptes. Je ne veux pas que tu me fasses redevenir comme avant. Laisse-moi libre."

Nightmare Moon désinvoqua sa dague, en accord à la volonté de sa jumelle, puis avança en direction de l'alicorne lavande, toujours prise au piège par cette force étrange contre le grand pilier.

"Cela ne fait rien", disait-elle. "j'avais déjà prévu un plan B pout te châtier de ce que tu nous as fait, et de ce que tu as tenté de nous faire, au cas où Luna serait trop bonne pour laisser libre cours à la colère que tu as nourrie en elle. Et... pour être tout à fait honnête avec toi, Twilight, le plan B sera encore pire que le plan A. Il sera si infernal qu'il te paraîtra comme un cauchemar sans fin ; au sens littéral du terme."

Elle lui posa le sabot sur son front, sa corne brilla un instant, et un portail s'ouvrit sous les pattes de la condamnée qui descendit aussitôt dedans, pour finalement disparaître. Et le lien entre le monde des rêves et le monde réel se referma.

"Fais de beaux rêves, Twilight", ricanait-elle sombrement.

"C'est quoi ce sort que tu lui as lancé ?" voulut s'ôter Luna d'un doute.

"Un enchantement qui la poursuivra jusqu'à la fin de ses jours, ou jusqu'à que quelqu'un ayant le même pouvoir que nous veuille bien l'en libérer."

"Donc... tu l'as maudite ?"

Elle se tourna vers Luna avec un sourire des plus satisfaits et des plus heureux. "C'est exact."

"De quelle malédiction s'agit-il ? Va-t-elle subir des cauchemars chaque nuit ?"

Nightmare Moon esquissa un sourire encore plus maléfique. "Pire que ça."

"Quoi ?"

"..."

"Quoi, Moon ?" parut insister Luna.

Elle ricana encore une fois, avant de se diriger vers le fond de la salle. "Tu verras bien, ma petite Luna."

Elle stoppa net une seconde pour faire un petit signe à cette dernière, celui de la suivre.

"Allez. N'y pensons plus. J'ai prévu des croissants au chocolat pour cette fois ; rien que pour toi."

Le visage de sa jumelle passa de l'intrigue au joyeux en un quart de tour.

"C'est vrai ?"

Nightmare Moon fut amusée de son changement d'humeur du tout au tout. Il ne faut pas grand-chose pour détourner sa pensée. Peut-être que dans le fond, elle ne prêtait que guère d'attention à la malédiction qu'elle avait jetée finalement. Mais trêve de souci. Il lui fallait désormais passer du temps en privé avec Luna, et lui permettre de se ressourcer, maintenant que le parasite avait dégagé le plancher.

Au final, Nightmare Moon aussi était heureuse. Elle ne se l'avouait pas à elle-même mais... voir Luna aussi joviale la remplissait de joie également. Et cette nouvelle victoire sur Twilight l'aida à oublier cette colère et cette haine qu'elle cultivait contre la princesse de l'amitié depuis si longtemps. Et sentir couler en son cœur de l'énergie positive, c'était fort agréable.

Oui, comme elle l'avait prédit autrefois, ces jours qu'elle vivait s'en démontraient des plus intéressants.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.