Discord icon

Different

ll n'y avait aucun doute à ce sujet. Screwball était un bébé assez difficile.

Un bébé pégase ou une pouliche licorne aurait été sans doute plus calme qu'elle, malgré leur empressement pour apprendre à voler ou à pratiquer la magie, or la fille du seigneur du chaos possédait à la fois ces deux capacités et elles étaient beaucoup plus puissantes que celles des poneys de son âge.

Même si sa magie satisfaisait sa faim (une tâche en moins pour ses parents donc), la petite pouliche ne contrôlait pas vraiment la totalité de ses pouvoirs.Une simple pensée de son esprit suffisait à provoquer quelque chose d'extraordinaire.

Un jour, Fluttershy eut le malheur de venir dans sa chambre pour retrouver sa fille en train de ronger les barreaux de son berceau, qui avaient été transformés en réglisse.

Discord quant à lui n'oublia jamais la nuit où il avait fait la découverte la plus choquante de toute sa vie.

Un mois après être revenus de l'hôpital avec leur fille, le couple fut réveillé en pleine nuit par ses pleurs.

« À ton tour », déclara Fluttershy avec lassitude.

Avec un grognement, Discord se téléporta dans sa chambre et eut le souffle coupé quand il vit que le berceau était vide.

« Screwy ?! » l'appela-t-il désespérément, en utilisant son surnom.

« Screwy, où est-ce que...? » Il entendit un rire sinistre et leva les yeux pour voir Screwball flottant au-dessus de sa tête.

« Oh zut », marmonna-t-il. Il aurait dû deviner ce qui allait se passer. Il se leva et balança ses bras vers elle, mais elle était aussi têtue que son père et elle l'esquiva facilement.

« Descends tout de suite, jeune fille ! » exigea-t-il. Puis il sauta si haut que sa tête percuta le plafond. Son bois de cerf et sa corne restèrent coincés.

Screwball ricana, mais sursauta quand elle vit le regard de colère sur le visage de son père. Elle prit cela comme un signe pour s'enfuir.

« Oh, c'est comme ça que tu veux jouer, hein ? Reviens-ici ! » Il battit des ailes furieusement quand en la pourchassant autour de la salle.

Pour une enfant, elle était déjà assez rapide et sournoise.

Elle vola sous le lit et entra en collision avec lui, se coinçant la corne et son bois de cerf une fois de plus. Il choisit de faire le tour du lit et réussit finalement à l'attraper.

« Je t'ai eu, petit monstre ! » cria triomphalement Discord. La pouliche essaya de se libérer, mais les mains de son père étaient beaucoup trop fortes. Enfin, elle abandonna et se mit à bouder.

Il rit et se leva avec sa petite prisonnière. « Maintenant, tu vas te remettre au lit pour que papa et maman puissent dormir un peu », dit-il en roucoulant.

Puis il renifla l'air et prit un mouvement de recul.

Screwball ricana de nouveau.

« Mais d'abord, une certaine pouliche a besoin d'être changée », soupira-t-il. « Ugh, je déteste cette partie ! »

Il claqua des doigts et la couche sale de la pouliche disparut, puis une couche propre la remplaça.

« Qui aurait pu croire qu'élever un poulain serait si compliqué ! »

Elle grogna quand il la déposa dans son berceau. Elle croisa les sabots et le regarda avec ses yeux en spirale.

Il commença à se demander si elle avait hérité du REGARD de sa mère. « Ne me regarde pas comme ça, jeune fille ! » ordonna-t-il, en pointant son doigt vers elle. « Tu peux avoir autant de magie chaotique que tu veux, mais je suis le seul et unique Seigneur du Chaos et c'est moi qui fais les règles ici, compris !? La partie est terminée ! Maintenant, dépêche-toi de te rendormir avant que je me fâche ! »

La pouliche éclata brusquement en larmes. DIscord en fut pétrifié. Ce n’était pas vraiment le résultat qu'il avait espéré. « Non, non, s'il te plaît ne pleure pas ! »

Elle ouvrit la bouche et gémit à plein volume. Ce n'était pas qu'il détestait sa fille ou vice-versa, mais quand elle pleurait, il devenait impuissant. Il n'avait pas le don de calmer toutes les créatures vivantes comme Fluttershy et jusqu'à présent, elle avait été la seule à gérer des situations de ce genre.

« S'il te plaît ! » supplia-t-il. « Tu vas réveiller ta mère ! »

Il essaya de la calmer et de la faire dormir avec un sort de sommeil, mais la pouliche avait développé une certaine résistance à la plupart de ses pouvoirs, encore un trait qu'elle avait hérité de sa mère sans aucun doute. Au bout d'un moment, il voulut aller chercher sa femme pour qu'elle prenne le relais, mais il ne voulait pas la réveiller. Elle avait travaillé plus dur que jamais le mois dernier en s'occupant de la pouliche et de ses animaux de compagnie.

Discord décida qu'il devait au moins tenter de calmer sa fille pour aider Fluttershy. Tout d'abord, il devait trouver ce qui la faisait pleurer. Il avait déjà changé sa couche et elle n'avait clairement pas faim, puis qu'elle pouvait se nourrir elle-même. Il essaya donc de transformer ses cris en rire. 

« Hé Screwy ! » cria-t-il. « Regarde ça ! » En un éclair, il était sur un monocycle en train de jongler avec une tarte, une chaussure et une enclume.

Screwball cessa de pleurer et regarda ce spectacle avec curiosité. Les objets glissèrent alors des mains de son père et atterrirent sur sa tête : d'abord la chaussure, puis la tarte, puis l'enclume. « Ta-da ! »

Elle cligna des yeux pendant un moment, puis se remit à pleurer.

« Chut », murmura-t-il. « Public difficile ». Il se mit à son chevet. « Pour l'amour du chaos, qu'est-ce que tu attends de moi ?! »

Il se frappa au visage. Que ferait Fluttershy dans cette situation ?

Au temps où il l'avait rencontrée, il avait du mal à être gentil avec les autres créatures. Il pensait que le problème était qu'elles étaient trop effrayées par son apparence pour lui donner une chance, mais il s'était rendu compte que c'était lui qui ne donnait pas de chance aux autres, ou plutôt qu'il ne donnait pas sa chance à la gentillesse

Il devait peut-être lui donner une chance, maintenant. Il pensait à ce que Fluttershy utiliserait pour calmer le bébé, puis il claqua des doigts.

« Hé Screwy ça te dit une berceuse ? »

La pouliche semblait l'avoir compris car elle s'arrêta de pleurer et lui tendit les sabots avec un gémissement, indiquant qu'elle voulait qu'il la prenne dans ses pattes.

Il la prit soigneusement dans ses bras. Elle était si petite et si douce. Il ne serait pas surpris qu'elle devienne aussi belle que sa mère en grandissant, même si elle n'avait pas ses yeux.

Il la berça doucement et tenta de chanter la berceuse que Fluttershy avait l'habitude de lui chanter :

« Silence, plus de bruit,

Il est l’heure de se coucher.

Silence, plus de bruit,

Il est l’heure de se reposer. »

Il se tut quand elle recommença à pleurer. Il leva les yeux au ciel. « Il faut toujours que tout le monde critique ce que je fais ! »

Malheureusement, il n'était pas aussi doué pour le chant que son épouse, peut-être parce qu'il ne pratiquait pas beaucoup la plupart du temps. D'ailleurs, le chant n'était pas vraiment son fort.

Il devait peut-être essayer une autre chanson, mais il n'en connaissait pas beaucoup, il tenta tout de même d'en inventer une.

Les premières paroles qu'il chanta venaient tout droit du fond de sa pensée :

« Ne pleure pas, ma petite,

Ton papa est là pour te protéger... »

Elle s'arrêta un moment pour écouter la mélodie.

Discord la regarda et vit qu'elle appréciait sa chanson idiote, donc il continua :

« Et si quelqu’un

Veut te faire pleurer... »

Il pensa à ce qu'il ferait si quelque chose arrivait à sa fille.

« Alors il connaîtra la peur

Et se noiera sous une pluie de chocolat,

Parce que c’est moi, Discord, ton papa,

Et tu es…. un morceau de moi. »

La pouliche gloussait de plaisir, tout en écoutant la chanson. Elle frappa ses petits sabots et Discord lui sourit.

« Oh mon doux bébé,

Sans toi, je serais seul.

Je resterai à tes côtés

Peu importe ce qu'il m'en coûtera.

Nos folles pensées à deux,

C'est ce qui nous donne notre force.

Parce que tu es ma fille, Screwball,

Et maintenant... tu vas fermer tes yeux. »

La berceuse fit son effet et Screwball laissa échapper un bâillement et ferma les yeux. Il la regarda avec émerveillement alors qu'elle commençait à sucer son sabot. Il lui aurait donné une tétine, mais il savait que c'était inutile, étant donné qu'elle avait mangé les trois dernières.Il la déposa dans son berceau tout en faisant attention à ne pas la réveiller. Il ramassa son dragon en peluche Sire Crocs d’Acier et le lui glissa sous sa patte encore libre. Il tira ensuite doucement la couverture qu'Apple Bloom avait faite pour elle sur son petit corps.

Souriant, il se pencha et lui fit un petit bisou sur le front. Peut-être qu'il n'était pas un si mauvais père, après tout.

Quand il se téléporta dans son lit, il annonça à sa femme, « Notre bébé sait voler. »

Fluttershy soupira, encore à moitié endormie. « Bien sûr qu'elle le peut, c'est ta fille. »

 

****************************

 

Malgré les complications, Discord et Fluttershy aimaient leur pouliche.Elle avait un rire contagieux, qui était une combinaison de joie et de sournoiserie, tout comme son père.Ses pouvoirs, qui étaient difficiles à maîtriser, étaient en fait assez divertissants.Une fois, elle avait appris à se téléporter avec son père et depuis, leur jeu atteignit de nouveaux sommets. Elle était souvent agitée, mais Fluttershy réussissait à la calmer avec sa tendresse. Et quand ça ne marchait pas, elle utilisait le REGARD sur elle. Discord devait admettre que la pouliche n'avait pas hérité de son immunité.

Le plus gros problème était de trouver une baby-sitter. Même si Pinkie était la plus enthousiaste, même elle ne pouvait pas gérer l'imprévisibilité de la pouliche. Rainbow Dash devait se reposer pour son accouchement, Twilight était trop occupée avec ses devoirs de princesse et Rarity était beaucoup trop occupée avec sa boutique. Apple Bloom, Sweetie Belle et Scootaloo avaient essayé, mais même trois poneys adultes n'arrivaient pas à contrôler ce tsunami infantile.

Applejack s'avéra être la meilleure baby-sitter, avec l'aide de Spike. Comme elle avait dû s'occuper d'Apple Bloom depuis son enfance, elle avait le plus d'expérience, bien que sa sœur ne pût pas faire de la magie. Même si s'était difficile de la retrouver quand elle disparaissait, elle ne perdrait jamais patience et essayait de trouver plusieurs moyens pour calmer la pouliche. Et malgré tout, la cow-girl ne pouvait pas s'empêcher de la trouver adorable. « Je voudrais tellement que nous  ayons un poulain », avait-t-elle dit tout en la berçant.

Sauf qu'elle avait oublié que Spike se tenait à côté d'elle. « Quoi ? » dit-il en rougissant.

Screwball était fascinée par ses pouvoirs, elle ne réalisait pas combien c'était inhabituel pour une pouliche comme elle d'en avoir, et elle était encore plus heureuse chaque fois qu'elle le montrait à son ami Dinky.

Comme promis, Fluttershy et Derpy emmenaient leurs filles pour qu'elles puissent jouer ensemble. Screwball adorait sa petite camarade de jeu et était fascinée par ses yeux jaunes étranges.Elle la dévisagerait pendant des lustres et se demandait ce que la licorne regardait avec un œil ou l'autre.

Elle amusait son compagnon de jeu avec ses pouvoirs, faisant léviter leurs jouets dans les airs. Dinky tapait ses sabots avec plaisir. La seule fois où la licorne avait utilisé sa magie, c'était quand sa tétine – celle que Screwball lui avait donnée lors de leur rencontre à l'hôpital – était tombée hors de portée.

Lorsque les jumeaux de Rainbow Dash arrivèrent, Screwball eut deux camarades de jeu supplémentaires. Les jumeaux étaient un garçon nommé Thunder Dash et une fille nommée Lightning Dash. Ils avaient tous deux la robe bleu clair de leur père et les yeux violets de leur mère. La crinière de Thunder était bleu, noir et violet, tandis que celle de Lightning était rouge, orange et jaune.

Screwball s'intéressa immédiatement à leurs ailes. Elle les trouvait similaires à celles de sa mère, bien que plus petites.

Les deux poulains volèrent avant même de savoir marcher.

Screwball avait un peu plus d'un an quand elle avait appris à marcher à quatre pattes. Elle était capable de voler comme eux, mais elle remarqua qu'elle n'avait pas d'ailes. Elle s'était également rendu compte que leurs yeux regardaient dans la même direction, mais elle savait déjà que les yeux de Dinky étaient uniques.

D'ailleurs, elle avait un jour rencontré dans sa chambre une pouliche qu'elle n'avait jamais vue avant. Elle avait fait un bond en arrière quand elle l'avait vue. Sa crinière était bouclée, courte, violette avec des tourbillons blanc, son pelage était rose clair, mais c'étaient ses yeux qui avaient le plus intéressé Screwball.

Ils étaient différents, ils ne ressemblaient pas à ceux de Dinky. Et ceux-ci semblaient n'avoir aucun noir dans la pupille, seulement du violet et des spirales blanche.

Screwball et la pouliche se regardèrent et se touchèrent du sabot en même temps. Quand leurs sabots se rencontrèrent, Screwball tressaillit à la texture lisse qu'elle ressentait. Ce n'était pas un sabot, c'était du verre.

Ses parents avaient déjà observé que Screwball semblait déjà assez intelligente pour une pouliche de son âge et il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre que l'étrange pouliche était en fait son propre reflet.

Fluttershy trouva sa fille assise devant un miroir en plein pied quand elle vola vers elle. « Te voilà, ma chérie », dit-elle quand elle posa ses sabots sur ses épaules. « Je te cherchais pour... »

« Diffère », prononça Screwball.

Sa mère cligna des yeux de surprise. Elle avait babillé quelques mots avant, son premier étant "Dinky", au grand dam de Discord (il avait espéré que ce soit "papa"), mais celui qu'elle venait de prononcer était nouveau. « Qu'est-ce que tu as dit ? »

« Différente », dit la pouliche en regardant son reflet.

 

****************************

 

Plus Screwball grandissait, plus elle améliorait sa façon de parler et elle commença même à remarquer plusieurs autres choses différentes à son sujet. Son alimentation était le premier indicateur.

Ses amis la regardaient toujours avec stupéfaction quand elle buvait son verre à la place du chocolat au lait qu'il y avait à l'intérieur. Ses amis, leurs mères et sa propre mère ne faisaient pas les même choses qu'elle. Elles ne faisaient pas apparaître des objets par la pensée pas plus qu'elles ne les faisaient voler vers elles. Dinky y arrivait mais pas aussi bien que Screwball. Elle remarqua aussi que son père faisait encore plus souvent les mêmes choses qu'elle.

Ah oui, son père.

Elle commençait à peine à réaliser à quel point il était différent des autres poneys : sa taille, sa forme, son apparence, son comportement.

Elle l'observait lorsque sa mère ou un autre poney était à côté de lui. Quand elle eût quatre ans, elle avait finalement questionné ses parents à ce sujet un soir à l'heure du coucher. « Maman, papa ? »

« Oui ma chérie ? » répondit sa mère avec douceur.

« Pourquoi suis-je différente ? »

Le sourire de Discord et Fluttershy disparut quand ils échangèrent un regard.

« Tu n'es pas différente Screwy », insista son père. Tu es plus que ça ... Tu es unique. »

« Comme ton amie Dinky », ajouta Fluttershy.

« Elle ne peut pas faire de magie », déclara Screwball. « Enfin pas comme la mienne. Les jumeaux non plus ne font pas de magie. Pourquoi moi et pas eux ? Et pourquoi mes yeux sont comme ça ? »

Sa mère regarda sur le côté.

« Chérie ... »

« Papa aussi est différent. » Il grimaça. « Screwy, je pense que tu ... »

« Pourquoi ? »

Le couple se regarda de nouveau et soupira simultanément.

« Oui, mon amour », déclara Fluttershy. « Vous êtes différents, toi et ton père. Et comme tu as pu le constater, je suis une pégase et ton père est un draconequus. »

Screwball pencha la tête. « Comme tonton Spike ? »

Sa mère se mit à rire. « Non, ma chérie, un draconequus. Ce sont des créatures majestueuses qui possèdent des pouvoirs incroyables qui peuvent modifier la réalité. »

Discord mit sa patte sur son cœur. « Oh ma chère, tu me flattes ! Pourtant, ta flatterie n'est qu'un euphémisme. Je suis l'Esprit du Chaos et de la mésentente ! Il est de mon devoir de rendre le monde moins ennuyeux avec mes petites ... bizarreries. Après tout, à quoi ressemblerait le monde sans ma pluie de chocolat au lait ? »

Screwball couina et applaudit de ses sabots.

« Quoi qu'il en soit », continua Fluttershy, « c'est très inhabituel pour deux créatures de différentes espèces de se marier, et lorsque je suis tombée amoureuse de ton père, peu de poneys l'ont approuvé. Cependant, plusieurs choses se sont passées depuis et nous t’avons eue. Tu ressembles à un poney, mais tu possèdes les pouvoirs de ton père. Et il n'y avait jamais eu un tel poney avant toi. »

« Ce que ta mère essaie de dire », interrompit Discord en se penchant en avant pour caresser les cheveux de sa fille, « c'est que tu es spéciale, parce que tu es le produit de deux espèces différentes qui s'aiment beaucoup malgré leurs différences. »

Il sourit en enroulant sa queue autour de Fluttershy et en la tirant plus près de lui. Elle avait été surprise au début, mais elle se mit à rire et l'embrassa sur le museau.

« Ne prends jamais exemple sur ton père », dit-elle à la pouliche.

« Hé ! » souffla Discord. « Pourquoi tu dis ça !? »

Elle lui donna un léger coup de coude dans les côtes.

« Tu n'as pas à avoir honte de ta différence, mon petit sucre d’orge », reprit-il. « Tes yeux, tes pouvoirs sont tout ce qui fait de toi quelqu’un de spécial. »

Le Draconequus se pencha en avant. « Et il n'y a pas de poney plus spécial que notre petite Screwball ! »

La pouliche sourit pour leur montrer que ces paroles l'avaient rassurée.

Après que ses parents l'eurent embrassée et éteint la lumière, Screwball ferma les yeux et soupira de soulagement.

Spéciale.

Voilà ce qu'elle était.

Spéciale.

Note de l'auteur

Les paroles de la berceuse de Discord sont tirées d'une chanson appelée Daddy Discord, que vous pouvez retrouver ici :

https://www.youtube.com/watch?v=xA9dFZJtQWc

 

 

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.