Discord icon

Étape 28 : Amour et Guerre

Étape 28 : Amour et Guerre

 

Elle était rose.

Non seulement le siège et le guidon– toute la moto était rose. Rose vif. Avec plein de langages grossiers griffonnés dessus en rouge. C'était très facile de le voir à la fin de la tombée de la nuit.

Sunset regarda, sentant le gonflement de la veine dans son cou. Elle savait que les étudiants étaient en colère, elle savait ça. Pourtant, elle avait à peine pensé à sa moto quand Rarity lui avait offert un traitement au spa.

Toute forme de relaxation pour Sunset était maintenant un sentiment qui était parti depuis longtemps.

Rarity se tenait près de son épaule, tapant ses doigts ensemble. "B-ben, ma chère, euh... au moins elle est toujours en un seul morceau."

Sunset avait les épaules tendues ; son sang bouillait. Elle respira profondément et dit d'une voix basse et contrôlée : "Rarity, s'il te plaît rentre chez toi."

"Mais, Sunset–"

"Je suis sur le point d'utiliser un langage très vulgaire, et je ne veux pas que tes pauvres oreilles vierges entendent ça."

Rarity leva un doigt, comme si elle voulait dire quelque chose, mais se ravisa et se détourna. "Appelle-moi si tu as besoin d'aide."

"Ça ira, Rarity", dit Sunset, qui grinçait des dents jusqu'aux gencives. "Ça ira."

Rarity monta dans sa voiture et démarra le moteur. Sunset attendit jusqu'à ce qu'elle entende la voiture sortir du parking et partir dans la rue, puis laissa passer cinq autres secondes.

Elle prit une profonde inspiration, puis cria vers le ciel.

 

******

 

Le lendemain matin, l'humeur de Sunset ne s'était guère améliorée. Même si son rêve était composé d'elle se ruant dans les étudiants du Lycée de Canterlot avec sa moto tandis que ses amies l'applaudissaient, ça n'était pas quelque chose qui pouvait être considéré comme exaltant.

Du moins, pas à voix haute.

Elle était assise sur ses genoux dans l'allée de son usine, un seau d'eau était à côté d'elle. Sa main serra une vieille éponge, et elle frotta furieusement la peinture sur sa moto. Après une heure et demi, elle avait réussi à réduire beaucoup de celle-ci à de terne tache rose. Le siège en cuir, cependant, était endommagé de façon permanente.

Elle jeta l'éponge dans le seau d'eau rose et étira sa main, qui souffrait d'être restée bloquée dans cette seule position pendant si longtemps ; chacune de ses articulations craquèrent lors de leurs complets déploiements. Ses genoux avaient tout aussi mal, ils chantèrent presque dans la joie quand Sunset se leva enfin.

Regardant sa moto, elle pensa qu'elle avait fait un travail... décent. Elle ne ressemblait plus à une abomination hideuse, juste une moto légèrement hideuse.

Sunset soupira. "Peut-être que du décapant à peinture aiderait." Elle ajouta ça à la liste des choses qu'elle aura à acheter quand elle sera payée aujourd'hui.

Sunset eut une vague de joie à l'idée d'avoir de nouveau de l'argent dans sa poche. Puis, frémit, quand elle se souvint que pour l'obtenir, elle devait endurer cinq heures de travail au côté de Trixie.

Elle se pencha contre le mur et posa ses mains sur son visage. Cinq heures... cinq heures avec elle. Ça en vaut vraiment la peine ?

Se souvenir que le corps étudiant la détestait, des excuses envers Flash, et de la profanation de sa moto avaient laissés Sunset avec très peu d'énergie ; certainement pas assez pour faire face au venin-craché de Trixie. Mais Sunset savait qu'elle avait besoin d'argent si elle voulait continuer à manger.

Elle glissa le long du mur, laissant tomber ses bras à ses côtés. Il y avait seulement quelques jours, le cœur de Sunset s'était senti plus léger grâce à sa discussion avec Twilight. Elle n'était pas déchargée de la culpabilité pour les choses qu'elle avait faite, mais au moins elle l'avait confié à quelqu'un.

Maintenant, la culpabilité la frappait encore de plein fouet, avec une colère perçante, à la fois au corps étudiant et à elle-même. Ils ne comprenaient pas qu'elle regrettait ce qu'elle avait fait ? Ils ne voyaient pas qu'elle essayait d'être une meilleure personne ? Elle n'avait pas menacé ou humilié quiconque depuis plus de deux mois !

Elle donna un coup de poing dans le mur, et recula au pic de souffrance. Quand les palpitations s'émoussèrent à une douleur, elle se leva et retourna à l'intérieur.

Parfois, elle pensait que ce serait plus facile si elle était encore méchante. Elle n'aurait pas à sentir cette horrible culpabilité.

Sunset secoua la tête. Non. Être méchante signifie que je n'aurais plus d'amis non plus. Et je refuse d'en revenir à ça maintenant. Être sans amis, ne pas avoir un visage à attendre avec impatience au quotidien ; était une route que Sunset ne voulait pas emprunter. Elle voulait se regarder dans le miroir sans voir un démon rouge la regardant avec colère en retour.

Elle voyait encore une fille amère et sarcastique avec des problèmes clairement définissables, mais au moins elle n'était pas un démon.

Après avoir recueilli ses vêtements pour la journée, Sunset alla jusqu'à la salle de bain et fit couler l'eau froide. "Tu t'en sortiras, Sunset", dit-elle en se préparant à la morsure glaciale. "Tu as des amies, et elles ont un plan."

Elle inspira profondément et entra dans le rideau d'eau congelé, surprise de n'en être toujours pas habituée. Ses dents claquant, elle se nettoya et lava ses cheveux rapidement. Quand elle ne sentait plus ses doigts, elle savait qu'elle avait fini, et sortit sur le tapis de bain duveteux, arrachant sa serviette de son support.

"Je tuerais pour un autre passage au spa dès maintenant", dit-elle, en pensant au bain de boue chaude et des douches chaudes.

Le miroir de la salle de bains lui montra ce qu'elle s'attendait à voir : la jeune fille amère et sarcastique qui rendait son froncement de sourcils. Sunset essaya de sourire à elle-même, mais ça avait l'air forcée. Pourtant, ses yeux détenaient moins de mépris que la dernière fois qu'elle les avait regardés.

Elle ouvrit le placard derrière le miroir et attrapa sa brosse à dents et son dentifrice. "Essaye d'arrêter avec l'introspection un peu. J'ai l'impression d'être mon propre psy." Elle leva sa brosse à dents à sa bouche, puis s'arrêta. "Et aussi, arrêtes de te parler à toi-même."

Sunset termina ses soins habituels et se rhabilla dans sa chambre. Elle laça ses chaussures et enfila son pull-over par la tête avant de se diriger vers la porte et d'éteindre l'ampoule.

Un spectacle de couleurs dansa toujours à travers les murs. Suspendues au plafond étaient les lumières que ses amies lui avaient achetées. Sunset n'avait jamais réalisé à quel point sa chambre avait été terne avec une seule lumière jusqu'à ce qu'elle en eut six autres pour la compléter.

"Merci, les filles."

 

******

 

Marcher craignait. Sunset détestait ça, mais elle était trop embarrassée pour conduire sa moto à l'heure actuelle ; et un peu paranoïaque à propos de ce qui pourrait lui arriver alors qu'elle était à l'intérieur. Ce qui aurait été dix minutes en moto était maintenant une promenade de trente minutes. Trop de temps pour que Sunset pense.

Son esprit fit une liste de scénarios dans lesquels Trixie lui gâcherait la vie. Un grand nombre d'entre eux se terminait avec Sunset étant virée, et deux d'entre eux prit fin avec Trixie à l'hôpital. Plus Sunset se rapprocha du magasin, plus son inquiétude grandit.

C'est juste Trixie, ce n'est pas comme si toute l'école va être là. Pourtant, Trixie n'avait pas fait beaucoup d'efforts pour cacher son animosité envers Sunset.

Respire, Sunset. Inspire et expire. Elle respira lentement et calmement par son nez, laissant échappée la montée de tension dans ses épaules. Ça y est, des pensées calmes.

Elle pensa à être debout sur la plage avec ses amies, écoutant les vagues calmes qui lavaient ses pieds. Peut-être quand il fera plus chaud, elles pourraient toutes voyager sur la route. Elle pensa à l'expo-science mercredi, recevant le premier prix avec Twilight à ses côtés. Elle pensa alors à Twilight et à son sourire lumineux, sa joyeuse attitude et ses grands yeux violets qui tenait l'univers entier dans leur regard.

Sunset s'arrêta et mordit l'intérieur de sa joue. Elle ne se sentait pas mieux. Maintenant, elle était juste agacée.

Un vent violent l'incita à continuer à marcher. Elle poussa ses mains dans ses poches et débattit sur ce qui était le pire : travailler avec Trixie ou penser à propos de Twilight et ses stupides yeux violets.

Franchissant le coin vers le magasin, Sunset pouvait déjà dire que quelque chose était différent. Bon ou mauvais restait encore à déterminer. Mais, il y avait certainement plus de voitures qui bordaient les rues qu'au week-end dernier, et les portes du magasin étaient grandes ouvertes, avec de la musique joyeuse s'en déversant.

Pour la première fois depuis que Sunset y travaillait, le magasin était vraiment rempli de clients. Pas seulement un ou deux, mais une bonne douzaine de personnes. Beaucoup d'entre eux étaient des enfants, mais Sunset était encore époustouflée.

Elle fit son chemin à travers la foule et jusqu'à la caisse où Artémis était, l'air assez content de lui.

"Sunny, ma brillante assistante, vous êtes là ! Je commençais à craindre que vous pourriez manquer tout le plaisir !"

"Qu'est-ce que c'est que tout ça ?" Sunset agita une main à la foule sinueuse derrière elle.

Artémis caressa sa barbiche. "Ceci est du pur génie ! J'ai passé toute la semaine à faire de la publicité pour une journée spéciale ici ! Vous et Trixie allez faire la lecture aux enfants, et je vais faire un spectacle de magie spectaculaire, et plus tard, Selena va faire une séance de dédicaces !"

"De dédicaces ?"

"Ne vous l'ai-je pas dit ? Selena est une écrivaine accomplie", dit-il fièrement. "Sa renommée dépasse même la mienne."

Sunset leva les yeux au ciel. Elle n'avait pas encore rencontré Selena, mais maintenant, elle avait l'image d'une fanfaronne plus âgée et plus grande que Trixie.

Les engrenages tournèrent dans la tête de Sunset, et elle leva ses mains en l'air. "Attendez, attendez. Avez-vous dit que moi et Trixie devraient faire la lecture aux enfants ?"

"C'est exact. Oh, allons, n'ayez pas l'air si abattue", dit-il, en voyant le froncement de sourcils que Sunset faisait. "C'est juste quelques histoires courtes. Ce sera seulement pour une demi-heure, max. Après quoi, je vais faire le plus grand spectacle de magie que leurs jeunes esprits ont vu jusqu'à présent !" Il posa une main sur sa poitrine et tendit l'autre vers les cieux. "Ils supplieront leurs parents pour plus, et évidement, je serai heureux de le faire. Contre une somme modique, bien sûr."

Sunset râla intérieurement. Faire la lecture aux enfants avec Trixie ? Comment l'ajout de deux sujets pouvait rendre la lecture si horrible ?

Un grand panache de fumée jaillit du sol à côté de Sunset, et flotta dans les rayons, faisant tousser tout le monde à proximité.

Trixie sortit du nuage, toussant et essayant de l'éloigner. "Ack, trop de magie !" Elle toussota un peu plus, puis essaya rapidement de jouer le tout en éclaircissant sa gorge et en arrangeant sa jupe. "Papa, pourquoi doit-elle faire la lecture avec Trixie ? Tu sais que Trixie est parfaitement bien avec les enfants sans aide."

Artémis lui tapota la tête. "J'en suis bien conscient, ma Petite Lune, mais c'est un excellent moyen pour que vous deux puissent se crée des liens."

"Trixie ne veut pas se lier avec elle !"

Sunset croisa les bras. "C'est réciproque."

Artémis donna un rare, froncement de sourcils sérieux. "Eh bien dans la vie, nous devons faire beaucoup de choses que nous ne voulons pas faire. Comme payer les impôts. Mais vous deux allez travailler ensemble dessus, et plus tard, nous allons tous nous asseoir et parler de ceci comme des adultes." Il laissa échapper un sourire. "Heh, ces livres parentaux ont vraiment bien servis pour une fois."

Les deux filles voûtèrent leurs épaules alors qu'elles allèrent à l'étage. Sunset supposait que la liaison marchait d'une certaine façon, elles étaient d'accord qu'aucune d'entre elles ne voulait être ici.

La scène était déjà mise en place, il y avait un rideau décoré d'étoiles et de lunes drapé sur le devant. Dans le coin était un grand fauteuil rembourré avec une sélection de livres à côtés de lui.

Trixie se mit à l'aise dans le fauteuil, et lança un regard cinglant à Sunset. "Trixie prend le fauteuil. Tu peux avoir le tabouret." Elle pointa le coin opposé où était un tabouret en bois.

Sunset s'avança et le ramassa, se forçant à ne pas le jeter à Trixie. Au lieu de cela, elle rejoua juste le scénario dans son esprit. Elle sourit à elle-même. Oui. Ce sont des pensées apaisantes.

Elle s'assit aussi confortablement qu'elle le pouvait sur le tabouret, se plaçant à la longueur d'un bras de Trixie. Artémis amena un troupeau d'enfants – les plus vieux n'aillant pas plus de six ans – à l'étage, et les assit sur le tapis.

"Maintenant, ces deux jolies filles vont vous lire quelques histoires avant le spectacle, alors pourquoi ne pas leurs donnez une grande salve d'applaudissements !"

Tous les petits enfants applaudirent et acclamèrent, ce qui curieusement, calma les nerfs de Sunset. Elle n'avait jamais été une fan des enfants. Poney ou humain, ils étaient souvent bruyants, salissant, et ennuyeux. Et ils regardaient. Beaucoup.

Comme ils le faisaient maintenant.

Les nerfs de Sunset se resserrèrent, et elle essaya de sourire. Elle était certaine que sourire n'était pas censé faire mal, et savait qu'elle donnait plus une grimace.

"Aaalors, euh... "Une goutte de sueur coula sur le dos de son cou. "P-pouquoi ne pas commencer la lecture–"

"Vos cheveux sont vraiment zolis", complimenta une fille à l'avant.

Sunset passa inconsciemment une main dans ses cheveux. "Oh, je te remercie." Elle sourit.

"Vous appelez comment ?" demanda un garçon.

"Je m'–"

"C'est Sunset", coupa Trixie. "Je suis la Grande et Puissante Trixie, et je vais vous lire des histoires aujourd'hui !" Elle prit un livre de la pile et le leva. La couverture avait l'image d'un grand magicien avec une longue barbe et un manteau bleu. Il rappela beaucoup Starswirl le Barbu à Sunset.

"D'abord, Trixie lira les contes des Aventures de Merlin. Puis après, elle lira La Princesse Citrouille." Trixie ouvrit le livre. "Maintenant, nous allons commencer."

Sunset écouta pendant les dix premières secondes, puis décrocha son attention de Trixie. Les enfants semblaient bien captivés ; ils étaient penchés en avant, accrochés à chaque mot de Trixie.

J'imagine que je vais rester ici et regarder pour les trente prochaines minutes. Ça pourrait être pire. Sunset ferma les yeux et rêvassa sur l'expo-science à nouveau. Elle imagina Twilight sautant de haut en bas, grinçant de joie quand elles reçurent le premier prix.

Je me demande ce qu'elle fait en ce moment. Elle lit sûrement. Intello stupide. Non pas que ça m'intéresse. Elle étouffa un bâillement. Pinkie est probablement en train de cuisiner, Rainbow joue à des jeux vidéo, Fluttershy est au refuge, Rarity fait une robe et Applejack... euh. Je ne sais pas ce que pourrait faire Applejack. Faire du catch contre un cochon ? Quoi que ce soit que les agriculteurs font quand ils ne font pas de l'agriculture.

Sunset se décala sur son tabouret. Ok, je m'ennuie. Elle retourna son attention à la lecture de Trixie.

"... Et Merlin leva son bâton et cria 'Abracadabra !' Et le dragon fut vaincu !" dit Trixie d'une voix grandiloquente. Les enfants applaudirent et acclamèrent à nouveau, et Trixie fit une courbette.

"On peut lire La Princesse Citrouille maintenant ?" demanda la jeune fille qui avait complimenté les cheveux de Sunset.

"Bien sûr que nous pouvons, ma puce." Trixie reposa le livre de Merlin et ramassa l'autre. "Ahem, alors–"

"Pourquoi elle lit pas que'que chose ?" demanda un autre enfant, qui pointait son doigts vers Sunset.

Trixie jeta un regard vers Sunset. "Parce qu'elle est la modeste assistante de Trixie. Elle ne fera pas de lecture."

Sunset serra son poing. Je vais te montrer 'modeste assistante.' Elle fit son plus beau sourire et regarda les enfants. "Vous aimerez que je vous lise l'histoire suivante ?" demanda Sunset, seulement par pure méchanceté, et non parce que les enfants la regardaient avec de grands yeux pleins d'espoir.

"Oui, s'il vous plaît !" chantèrent la plupart d'entre eux.

Sunset arracha le livre de la main de Trixie et lui tira la langue. Elle l'ouvrit à la première page. "Il était une fois, dans un pays lointain, où il avait un grand champ de citrouilles. La nuit avant Halloween, un garçon entra dedans, à la recherche de la citrouille parfaite pour la ramener à sa famille." Sunset se racla la gorge et fit la meilleure imitation d'un jeune garçon. "'C'est presque Halloween, mais nous n'avons pas de citrouille pour faire une tarte à la citrouille.'"

Les enfants firent tous des bruits de 'mmm' à la mention de la tarte à la citrouille. L'un d'eux leva la main et dit : "Vous avez une zolie voix."

Sunset leva son livre pour cacher sa rougeur, et son sourire. "Merci." Du coin de l'œil, elle vit Trixie plisser ses lèvres.

"Le garçon savait que le champ de citrouilles était hanté, mais il devait trouver une bonne citrouille", continua Sunset. "Il faisait sombre. Seule la lune éclairait le champ de citrouilles, ce qui le rendait très effrayant. 'Qui va là ?'" demanda Sunset d'une voix sinistre. "'Qui êtes-vous ?' demanda le petit garçon. 'Je suis la princesse Citrouille !' Une jeune fille portant une cape orange et une citrouille sur la tête apparue." Sunset s'arrêta, se mordant la lèvre pour s'empêcher de rire à l'image dans le livre.

"Très bien, ça suffit", déclara Trixie, jetant sa main en face de Sunset. Les enfants, ne souhaiteriez-vous pas plutôt entendre ce qui arrive à Merlin, au lieu de quelque stupides citrouilles ?"

"Ze veux les citrouilles !"

"Ze veux l'histoire de Merlin !"

Trixie rouvrit son livre. "Merlin, alors ! Après avoir vaincu le dragon, Merlin descendit de la montagne pour retourner au village, mais quelque chose l'arrêta."

Les ongles de Sunset creusèrent dans le livre. C'est comme ça que ça va être ? Eh bien, nous pouvons être deux à jouer à ça. Était-ce mesquin ? Oui. Mais Sunset se rappela qu'en effet, elle était encore très mesquine.

Élevant sa voix, elle lit : "La princesse Citrouille bloqua son chemin et dit : 'Vous n'êtes pas autorisé à prendre ces citrouilles, car elles sont mes amies et mes sujets.'"

Trixie grogna et éleva sa propre voix. "La sorcière leva son bâton et dit : 'pour avoir vaincu mon dragon, je vais vous jeter une malédiction–"

"Le garçon avait l'air triste. 'Mais j'ai besoin d'une citrouille pour ma famille. S'il vous plaît, reconsidérez–'"

"–Je vous épargnerai, vous et le village si vous me rendez un service,'–"

"–déclara la princesse Citrouille. 'Bien sûr, je vais faire quelque chose,'–"

"–dit Merlin. 'Vous devez partir–"

"'–dans la sombre forêt, seul–'"

"'–et trouver un œil de triton–'"

"'–pour être mon nouvel ami–'"

"'–alors je pourrais cuisiner une tarte–'"

"'–et la manger. Ensuite, vous pourrez–'"

"'–rentrer à la maison pour votre–'"

"'–tarte à la citrouille pour Halloween !'"

Un des enfants chuchota : "C'est ma nouvelle histoire préférée."

Sunset et Trixie étaient maintenant debout, épaule contre épaule, respirant fort des cris qu'elles venaient juste de finir. Trixie avait l'air meurtrière ; Sunset, provocatrice.

"Ooookay !" Artémis sortit d'un nuage de fumée et les sépara. "Je pense que ça suffit pour le conte. Qui est prêt pour un spectacle de magie ?"

Les enfants sautèrent à leurs pieds et commencèrent à acclamés.

Artémis dirigea Sunset vers les escaliers. "La caisse, s'il vous plaît. Allez, Trixie, nous avons un spectacle de magie à faire !"

Sunset piétina en descendant l'escalier, heureuse d'être loin de Trixie. Elle s'arrêta derrière la caisse et s'affala dessus. "Eh bien, j'imagine que ça aurait pu être pire." Elle soupira. "Tout pour le chèque de paie. Tout pour le chèque de paie."

Au-dessus d'elle, elle pouvait entendre Artémis et sa voix de scène, accompagnés par des sons de feux d'artifice, et des 'ooohs' et des 'aaahs' de la foule.

"J'espère qu'ils ne vont pas brûler le magasin."

Sunset regarda les clients qui se promenaient, et regardaient les objets bizarres qui étaient exposées. Elle prit du plaisir chaque fois que quelqu'un toucha Cindy, et que leurs doigts ce fit sucer par la plante. Pas beaucoup de personnes acheta quoi que ce soit, laissant Sunset avec plus de temps libre qu'elle ne savait quoi en faire.

Ses yeux se fermèrent quand son esprit vagabonda à nouveau. Pour quoi d'autre pourrait-elle dépenser son argent à part pour la nourriture et le décapant ? Peut-être qu'elle pourrait mettre un peu de côté et commencer à économiser pour cette veste en cuir. Ou, elle pourrait acheter des cadeaux de Noël pour ses amies. Oui, ce serait la bonne chose à faire. Bien sûr, elle n'était pas payée tant que ça. Elle ne pourra probablement que se permette des bibelots bon marché pour eux.

Qu'est-ce qu'elle va faire pour Noël ? Qu'est-ce qu'elle va faire pour Thanksgiving ? Sunset affala ses épaules. La même chose que j'ai fait l'année dernière : rester seule dans ma chambre avec ma couverture enroulée autour de moi.

Cette pensée la déprima, surtout quand elle la coupla avec l'idée de tous ses amies rassemblées avec leurs familles respectives.

Trop de pensées tristes. Pense à quelque chose d'heureux !

Twilight apparut dans son cerveau.

Autre chose !

Malheureusement, l'image de Twilight assise avec Sunset au matin de Noël se déposa dans le cerveau de Sunset. Elle pouvait presque sentir l'odeur de la lavande que Twilight portait toujours.

Non, ne pense pas à ça.

Twilight sourit et la salua.

Ne pense pas à ça !

Twilight se pencha contre son bras.

Pour l'amour de Celestia, ne pense pas à ça !

Twilight apporta son visage tout près de celui de Sunset.

"Merde !" cria Sunset.

Plusieurs clients s'arrêtèrent et la regardèrent. Elle les balaya avec un geste de la main. "Retournez à ce vous faisiez."

Elle croisa les bras sur le comptoir, et fulmina silencieusement. De toutes les personnes dans ce monde, pourquoi elle ? Pourquoi Twilight Sparkle ? Pourquoi le sosie humain de son ennemi juré ?

Twilight Sparkle a le béguin pour moi. Sunset pressa son visage dans ses bras. Celestia, pourquoi ? Oh, c'est vrai, parce que l'univers aime me voir troubler !

De tous les problèmes que Sunset aurait pu prédire, une personne ayant légitimement le béguin pour elle était près du fond. Et Twilight de tout le monde ?

D'accord, non, j'aurais dû le voir arriver.

Le recul ne faisait rien pour rendre ça plus facile, cependant. Autant qu'elle pouvait essayer, Sunset ne voyait pas pourquoi Twilight l'aimait. Elle était mesquine. Elle était désagréable. Elle était méchante. Elle était un gâchis ! Comment Twilight ne pouvait pas comprendre ça ? Plus important encore, qu'est-ce qui lui avait donné l'idée que Sunset pourrait l'aimer en retour ? Oui Sunset aimait bien Twilight ; peut-être même un peu plus que les autres parce que leur amitié n'avait pas été fondée sur une faveur à la personne la plus insupportable de l'existence.

Mais Sunset conservait toujours Twilight dans la même place de son cœur que ses autres amies. Parce que c'était tout ce qu'elles étaient : des amies. Certainement rien de plus. Elles ne pourraient jamais être plus, parce que Sunset ne pourra jamais aimer Twilight comme ça de toute façon. La seule chose qui pourrait en résulter était un chagrin d'amour pour Twilight et de la misère pour Sunset.

D'ailleurs, elle n'avait rien trouver d'attrayant à propos de Twilight. Certes, sa longue chevelure était jolie, complétée par cette bande magenta. Et c'était vrai, elle sentait toujours la lavande, ce que Sunset trouvait apaisant. Ses yeux étaient larges, pétillants de violets pleins de curiosité et de compassion. Elle était intelligente, ce qu'appréciait grandement Sunset, et pourtant elle pourrait être si stupide, ce que Sunset trouvait à la fois irritant et plaisant à exploiter. Twilight dégagerait alors sa fameuse rougeur – la façon dont ses joues tournaient aux roses comme si elle était restée à l'extérieur dans le froid pendant trop longtemps, à toujours mit Sunset dans une bonne humeur. Et Sunset avait également remarqué la légère secousse que Twilight donnait à ses hanches quand elle marchait dans les couloirs, mettant en valeur les courbes subtiles de son corps–

Sunset se gifla. "Ressaisis-toi, ma fille. Toi et Twilight ? Non !"

Les papillons dansèrent à nouveau dans son estomac.

"J'ai dit non !"

Un boom vint d'en haut, suivit par un crie de Trixie : "Trixie était censée faire ça !"

Le bruit rappela généreusement à Sunset son autre problème, et elle enfuit son visage à nouveau. Elle pouvait sentir le monde essayait de l'écraser des deux côtés. Sur l'un était la colère de Trixie et du reste du corps étudiant. Sur l'autre était Twilight Sparkle. C'était une course pour voir qui rendrait Sunset folle en premier.

Une voix légère et sereine dériva dans l'oreille de Sunset. "Vous semblez troublée."

Sunset agita une main. "Ce n'est rien. Juste l'univers qui rit à mes dépens."

"Ah. Je pense que ça nous est tous arriver avant. Pour moi, j'ai trouvé qu'écrire mes problèmes aidait, mais je sais que parler marche tout aussi bien."

"J'ai déjà essayé. Ça a marché pendant une seconde, mais alors... ugh ! Et la personne à qui je parlais fait aussi partie de ma souffrance !"

"Hmm. Eh bien, je sais que je ne devrais certainement pas m'immiscer, mais on m'a dit que je suis douée pour écouter."

Sunset leva la tête de ses bras. En face d'elle était une femme aux cheveux bleu ciel en cascade jusqu'à sa taille, et de superbes yeux verts. Elle avait un crayon derrière son oreille gauche, et elle portait des boucles d'oreilles en forme d'étoile argenté qui allait bien avec son chemisier argenté. Elle dégageait une atmosphère très maternelle, à la fois chaleureuse et accueillante, mais Sunset pouvait sentir un certain degré de discipline enfoui profondément.

Ça lui rappelait presque Celestia. Quoique l'aura de la femme ne dégageait pas autant d'autorité.

Sunset traça un doit sur le comptoir et demanda : "Avez-vous déjà fait quelque chose de vraiment mal ? Comme, vraiment, vraiment mal ? Mais à l'époque, vous ne pensiez pas que c'était si mal, mais quand vous regardez en arrière, vous réalisez que vous avez vraiment, vraiment foiré ?"

La femme secoua la tête. "Non, jamais."

"Je sais ce que j'ai fait était mal, et je suis désolée pour ça. Bien sûr, j'imagine que je n'ai pas montré à beaucoup de monde à quel point je suis désolée, mais... j'ai l'impression qu'ils me donnent juste des coups de pied alors que je suis au sol maintenant. J'imagine que c'est ironique, j'aurais fait la même chose quand j'étais... pas aussi gentille que je le suis aujourd'hui."

"Ben, j'ai constaté que c'est nos actions, et non notre manque d'actions, qui montrent aux gens qui nous sommes."

"Mais si ça ne fonctionne pas ?" Sunset jeta une main en l'air. "Si je tente de montrer à quel point je suis gentille, mais qu'ils me détestent toujours ? Que faire si je ne peux pas cesser de les haïr ?"

La femme leva un sourcil. "'Les détestez-vous ?"

Sunset s'affala. "Je ne sais pas. Pas vraiment. Je suis vraiment en colère. Envers eux parce qu'ils s'en prennent à moi, et envers moi-même pour les avoir faits s'en prendre à moi."

Une main chaleureuse se posa sur Sunset, et la femme lui sourit. "Eh bien, vous ne le saurez pas tant que vous n'avez pas essayé. Si vous être vraiment sincère en voulant corriger vos erreurs, vous ferez le nécessaire. Alors, ceux qui comptent vous pardonneront. Les autres ne méritent pas que vous y consacrait du temps."

Sunset sourit. "Merci."

"C'est normal. Maintenant, quel est l'autre problème que vous avez ?"

Sunset grimaça. "Ma meilleure amie est amoureuse de moi, et je ne sais pas quoi faire."

Une voix vint de derrière Sunset. "Quelqu'un a dit amour ?"

Elle sursauta, son cœur s'arrêta momentanément, puis elle se tourna pour trouver Artémis. "Artémis, ne faites pas ça ! Je déteste quand les gens se faufilent derrière moi !"

Artémis jeta sa tête en arrière et rit, tandis que la femme mit ses mains sur ses hanches et fronça les sourcils. "Sérieusement, Artémis, tu as failli la faire mourir de peur."

"Je sais !" rit-il. "Sais-tu à quel point c'est difficile de la faire réagir ? Je sais comment il faut faire, maintenant."

"Artémis", avertit-elle

"Oh, je plaisante, ma tourterelle. Je ne le ferais pas... exprès."

Sunset regarda entre lui et celle qu'il avait appelé 'tourterelle'. Elle eut un déclic et frappa son visage avec sa paume. "Vous êtes Selena."

Selena cligna des yeux de surprise. "Ne me suis-je pas présenté ? Comme c'est malpoli de ma part." Elle tendit sa main. "Oui, je suis Selena Lulamoon. C'est un plaisir de vous rencontrer, Sunset."

Sunset lui serra la main, regardant toujours entre elle et Artémis. "Si je comprends bien : vous êtes mariée avec lui ?"

"C'est exact." acquiesça Selena.

"Vous vous êtes mariée avec lui ?"

"Oui."

"De votre plein gré ?"

Selena rit. "Oui, Sunset."

"Vous êtes sûre ? Clignez deux fois si vous êtes retenus contre votre volonté."

Artémis tapota sa baguette contre la tête de Sunset. "La seule magie que j'ai utilisée était mes propres charmes naturels." Il leva son nez. "Croyez-le ou non, j'ai laissé beaucoup de cœurs brisés dans mes jeunes années. Oui, il y avait beaucoup de fille qui se languissait d'Artémis Lulamoon."

Sunset vit Selena lever joyeusement les yeux au ciel.

"Mais bien sûr, j'avais seulement un véritable amour. Eh bien, deux si vous voulez compter ma passion pour la magie. Mais cela ne les empêchait pas d'essayer ! Je me souviens d'une fois au collège, une fan désespérée avait tenté de se faufiler dans mon dortoir en passant par la fenêtre."

"Oh, je me souviens d'elle", dit tendrement Selena. "Je crois lui avoir dit que si elle essayait à nouveau, je la ferais courir avec mon sabre d'escrime."

Bon sang, pensa Sunset. Et dire que j'espérai qu'elle pourrait être la normale de la famille.

"Alors, où est Trixie ?" demanda Selena.

"Err, elle nettoie la scène", répondit Artémis, brossant la suie sur son épaule. "Je ne comprends pas. À la pratique, elle est douée. Une peu tremblante, mais douée. Sur scène, cependant, quelque chose explose toujours."

Trixie descendit l'escalier, en essuyant une tache noire sur sa joue. Elle jeta un regard noir à Sunset, comme si ça avait été sa faute. Elle se tourna vers sa mère et sourit. "Salut, Maman. Ta table est prête à l'étage."

Selena s'avança et l'embrassa sur le front. "Merci ma puce. Comment vas-tu ?"

Le visage de Trixie s'aigrit quand elle se retourna vers Sunset. "Je pourrais aller mieux."

"Ton père ne vous a pas dit de bien vous entendre ?"

"Je refuse d'être gentille avec elle !" Trixie piétina le sol. "Elle sabote tout. Comme mon numéro de magie à l'étage !"

"Je n'ai jamais rien fait à ton numéro de magie !" hurla Sunset.

"Trixie sait que tu as fait quelque chose–"

"Trixie, ça suffit !" ordonna Selena d'un voix dur et ferme, Sunset pouvait sentir toute la force de sa discipline maternelle.

Trixie se redressa et baissa la tête. "Oui, Maman."

Selena fit un geste vers Sunset. "Bien, je ne pense pas que Sunset est fait quoi que ce soit à ta magie, parce qu'elle était ici pendant tout ce temps."

"Elle a la magie noire ! Elle a fait sauter l'entrée principale de l'école !"

"Vraiment ?" demanda Artémis, l'air excité.

Sunset couvrit ses yeux. "Oui... vraiment. Et j'ai dit que j'étais désolée."

Trixie tourna le dos à Sunset. "Une excuse ne t'empêche pas d'être maléfique." Elle vit le regard que sa mère lui donna et se tut.

L'expression de Selena s'adoucit. "Tu as raison. Des excuses ne résout pas toujours tout." Elle regarda Sunset. "mais je crois qu'elle envisage de faire plus que de simples excuses, n'est-ce pas Sunset ?"

Sunset hocha la tête. "Oui."

"C'est ce que Trixie craint." Trixie remonta les marches sans un mot.

Selena laissa échapper un soupir, puis regarda Artémis. "Elle a cet entêtement de toi."

Artémis brossa une main dans ses cheveux. "Oui, avec mes bons regards diaboliques."

Avec un autre soupir, Selena suivit Trixie à l'étage. Sunset s'affaissa à nouveau sur le comptoir, mentalement épuisé.

"Alors, magie noire, hein ?" Artémis se pencha à côté d'elle. "Très intéressant pour quelqu'un qui prétend ne pas croire à la magie."

"Je n'ai jamais dit ça. Je ne peux pas croire que vous avez la magie. Il y a tellement peu de magie dans ce monde, je ne crois pas que les humains soient capables d'en faire quoi que ce soit."

"Vous parlez comme si vous n'en étiez pas une."

"Ce ne sont pas vos affaires !" dit sèchement Sunset.

Artémis sourit. "Très bien alors, nous pouvons parler de votre petite vie amoureuse"

Sunset l'étrangla mentalement. "Ce ne sont pas non plus vos affaires !" Elle fit une pause. "Parce qu'il n'y a rien à dire !"

Artémis fit apparaître une pièce de monnaie de nulle part et la jeta en l'air. "Nous devons faire passer le temps d'une façon ou d'une autre. Magie noire, ou contes passionnés d'amour." La pièce atterrit directement sur le comptoir.

Sunset frappa au loin la pièce de suite. "Aucun. Tout ce que vous avez à savoir est que j'ai foiré avec quelque chose que j'aurais pas dû et... ça m'est revenu à la figure."

"Je sens une trame de fond intéressante !"

"J'en ai déjà parlé. Je ne le referai pas de sitôt." Sunset frotta ses tempes. "Sérieusement, Artémis, j'ai fait suffisamment d'introspection et de réflexion cette semaine. En fait, je crois que j'en ai fait mon quota pour toute ma vie. Si je fais les choses à ma façon, je n'en reparlerais jamais."

Artémis s'approcha et donna une étreinte serrée à Sunset. "Ah, Sunny. Réfléchir sur nos actions passées est savoir comment nous nous développons comme des personnes. C'est toute une partie de la vie."

"La vie craint."

Artémis la libéra et mit ses mains sur ses épaules. "Je l'avoue, la vie n'est pas toujours aussi amusante que je voudrais qu'elle soit. Mais voilà pourquoi nous avons des amis et une famille sur lesquels se soutenir dans les moments difficiles. Je sais que vous êtes une fille forte, Sunset, et que vous pouvez prendre tous les défis que la vie vous jettera. Mais sachez aussi que les Lulamoon seront toujours là pour vous."

Sunset ne put s'empêcher de sourire. "Merci, Artémis. Je vais garder cela en tête."

"Bon ! Maintenant, alors que Selena signe ses livres, pourquoi ne vous raconterai-je pas l'histoire sur la façon dont nous avons défendu toute la Grèce face à un groupe de chanteuses maléfiques ?"

Sunset écouta Artémis se lancé dans son interminable histoire. Aucun d'eux remarquèrent Trixie les regardait de l'étage, avec un air renfrogné sur son visage.

 

******

 

Sunset se réveilla le lundi matin aux sons agréables des gazouilles des oiseaux à travers la fenêtre. Elle se leva et s'étira, se demandant ce qu'elle allait mangée pour le petit-déjeuner.

Elle avait couiné quand elle avait reçu son chèque de paye, et ce dimanche, elle était allée faire des achats à l'épicerie. Elle avait de nouveau un frigo plein de nourriture, et, grâce au décapant qu'elle avait également acheté, sa moto était presque redevenue normale.

Sunset eut un petit-déjeuner gourmand avec des œufs et des fruits avant de se préparer pour l'école. Quand elle retourna à sa chambre, ses yeux alla vers son bureau, où elle repéra immédiatement quelque chose qui manquait.

Son rythme cardiaque tripla quand elle se rapprocha. Elle ferma ses yeux, compta jusqu'à trois, puis les rouvrit.

Son projet pour l'expo-science était toujours absent.

"Où est-il... ? Où est-il, où est-il, où est-il ?" Elle balança les couvertures hors de son matelas, fouilla sa commode, et même couru vers le rez-de-chaussée de l'usine et chercha dans tous les coins et recoins.

"Il était là !" cria Sunset, rouvrant brusquement la porte de sa chambre. "Il était juste ici ! Qui ? Quand ? Pourquoi ?" Elle repéra la princesse Twilight et la saisit par le cou. "Où est-il ?"

"Permets-moi de te rappeler que je ne suis qu'une partie de ton subconscient. Si tu ne le sais pas, je ne le sais pas."

Sunset la jeta contre le mur. Elle prit son téléphone de son bureau et respira profondément. "Ok, attends. Ne panique pas maintenant. Peut-être que je ne l'ai jamais eu", dit-elle, avec un tic à l'œil. "Peut-être que Twilight l'a toujours." Elle tapa le numéro de Twilight, et rebondit d'un pied à l'autre quand il sonna.

"Allô ?"

"Twilight ! Merci Celestia !"

"C'est toujours bizarre pour moi. Enfin, quoi de neuf ?"

"Dis-moi que tu as l'IEM !"

"Euh, je te l'ai donné, tu te souviens ?"

"Oui", répondit Sunset dans un gémissement. "J'espérais juste que j'avais tort."

"Sunset, quel est le problème ?"

"Quelqu'un a volé notre projet pour l'expo-science !"

 

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.