Discord icon

Étape 32 : Me Rend Folle

Étape 32 : Me Rend Folle

 

Sunset l'avait finalement fait. C'était la première chose qu'elle avait fait quand elle était arrivée chez-elle jeudi soir. Les larmes coulaient sur son visage, la haine en son cœur, elle avait piétiné l'escalier, attrapé la princesse Twilight, et arraché sa tête de son corps.

Le matin suivant, elle l'avait rattachée, mais c'était encore apaisant d'une certaine manière. La vraie princesse n'était pas ici pour que Sunset puisse la frapper.

Elle s'était recroquevillée dans son lit pendant tout le vendredi, accusant la princesse Twilight pour la malédiction que les Éléments d'Harmonie lui avaient mise. C'était de leur faute si Twilight ne lui parlerait plus. C'était de leur faute si Sunset ne pouvait pas prendre son téléphone et l'appeler pour essayer d'arranger les choses.

"S'il te plaît... laisse-moi tranquille, Sunset."

La mémoire se rejoua d'elle-même encore et encore, brûlant dans son esprit jusqu'à ce qu'elle la consumait. Pourquoi Twilight avait dû lui avouer ses sentiments à ce moment ? Pourquoi Sunset ne lui avait pas parlé de la malédiction ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?

Peut-être parce qu'elle avait déchiré sa tête, ou peut-être parce qu'elle ne faisait rien d'autre que de se blâmer elle-même. Quelle que soit la raison, la princesse Twilight n'avait pas dit un mot depuis que Sunset était rentrée. Non pas que Sunset s'en préoccupait. Elle pouvait se mépriser sans l'aide de personne.

Lorsque le soleil se levait samedi matin, Sunset était encore recroquevillée sous sa couverture, son oreiller mouillé de larmes. Son estomac lui rugit dessus pour qu'elle se lève et mange quelque chose, mais son cœur lui disait de rester coucher.

Elle avait écouté son cœur, mais sa vessie commença à protester avec véhémence.

Avec la vitesse d'une tortue, Sunset se roula hors du matelas, restant empêtrée dans sa couverture. Elle en sortit en rampant et passa deux mains dans ses cheveux, laissant échapper un soupir qui monta en un cri. Elle glissa ses mains sur son visage. "Je n'ai pas le droit d'avoir de bonnes choses, hein ?"

"De bonnes choses ?" demanda une voix. "Je pensais que nous ne voulions pas être avec Twilight."

Sunset regarda autour d'elle. La voix n'était pas haut perchée comme celle qu'elle attribuait à la princesse Twilight. Elle était plus proche de la sienne, assaisonnée avec d'importantes quantités d'amusement cynique. Elle regarda le miroir brisé et les dizaines de reflets qu'il avait. Seulement, au lieu de lui montrer son visage strié de larmes, chaque Sunset lui souriait avec un air hautain familier.

"Génial. Plus folle", dit Sunset d'un humour pince-sans-rire.

Le plus grand reflet lui fit un grand sourire. "Nous devrions vraiment aller passer un scanner un de ses jours."

"C'est noté. Une raison particulière pour que je me casse les pieds aujourd'hui ?"

Le reflet haussa les épaules. "Je me demande juste pourquoi tu es si bouleversée. Nous avons brisé le cœur de Twilight ; ce n'était pas l'objectif ?"

"Non !" répondit brutalement Sunset. "Je voulais lui dire gentiment que je voulais juste être amies parce que..."

"Parce que tu savais que tu allais tout faire foirer à un moment donné ?"

Sunset croisa les bras. "Je pourrais être plus agaçante que la Princesse."

La Sunset du miroir rit. "Avoue-le : c'est mieux pour nous. Tu l'as repoussée avant qu'elle puisse être trop proche ; c'est bien. Enfin, à chaque fois que tu deviens trop amical avec quelqu'un, tu détruis sa relation avec toi de toute façon."

"Absolument pas !"

"Tes parents : abandonnés. Celestia : trahie. Flash : traité comme de la merde. Tu ne vois pas un paterne ici ? Parce que moi je le vois."

Sunset leva un doigt, prête à démontrer le contraire, puis le laissa tomber. Son double avait raison ; chaque relation proche qu'elle avait eue, elle l'avait foiré. C'était la raison pour laquelle elle ne voulait pas sortir avec Twilight. Mais elle ne voulait pas la repousser, juste l'arrêter avant que les choses aillent trop loin.

"Personnellement, je ne vois pas la différence. Donc, tu as brisé son cœur et éventuellement détruit votre amitié. Quel est le problème ? C'est pas comme si tu l'aimais de toute façon."

"Mais..." Sunset regarda ses genoux. "Je... je n'arrive pas à croire que je vais dire ça... mais je crois que... je pense que je l'–"

Son reflet eut la nausée. "Ne dis pas ça ! Nous avions convenu que nous et Twilight ne marcherait jamais, tu te souviens ?"

"J'ai changé d'avis."

"Pffft, c'est un peu tard pour ça, tu ne crois pas ? Elle te hait déjà. Elle ne voudra plus jamais te parler."

Chaque mot était un coup dur porté au cœur de Sunset. Elle avait royalement foiré les choses à cause de sa stupide pénitence et il n'y avait pas moyen de réparer ça.

"C'est vraie, c'est inévitable. Chaque relation, tu la foires. C'est seulement une question de temps avant que tu rejettes tes autres amies. Accepte-le Sunset..." Son reflet se transforma, sa peau devint rouge, et ses cheveux s'enflammèrent. Le démon montra ses crocs à Sunset. "Tu es mieux seule."

Sunset plongea en avant et donna des coups de poing au miroir, frappant chaque fragment sur le cadre et le sol. Sa main piquait, et le sang couvrait ses jointures. Elle se mit à genoux devant le miroir, à bout de souffle, les cheveux devant son visage.

"Je te montrerai."

Elle se leva, enjamba le verre brisé, et descendit à la salle de bains pour soigner sa main entaillée. Elle la nettoya et enveloppa ses jointures dans des bandages avant de se soulager et d'arranger le nid à rats qu'était ses cheveux. Sur le chemin du retour, elle prit la pelle et la balayette.

"Je te remercie, mon moi maléfique", dit-elle, en balayant les éclats de verre. "Tu me donnes une bonne raison pour que je me débarrasse enfin de cette stupide chose." Elle les déversa dans la poubelle, puis transporta le cadre en bas et le balança par la porte.

De retour dans sa chambre, Sunset s'assit sur son matelas et réfléchit. Elle ne pouvait pas le nier plus longtemps : la réalisation avait déferlé sur elle quand elle était rentrée chez elle jeudi soir ; la pensée la rongeait depuis.

"J'ai le béguin pour Twilight Sparkle."

Dommage qu'il avait fallu que Sunset la perde pour qu'elle le réalise. Elle vérifia son téléphone, et constata que Twilight ne l'avait pas contacté.

Sunset se laissa tomber sur son oreiller. "Et maintenant ? Que fait-on quand on est..." Elle ferma les yeux et grinça : "Amoureuse ?"

Sur le sol dans le coin, la princesse Twilight nouvellement bandée répondit : "Essaye d'en parler à quelqu'un."

"Comme qui ?" La réponse était dans la tête de Sunset à la seconde où elle avait posé la question. "Rarity." Sunset reprit son téléphone et l'ouvrit. Son doigt au-dessus du bouton. Raconter à Rarity qu'elle aimait Twilight serait sans doute lui dire comment elle s'était retrouvée avec ce problème là en premier lieu.

Elle aurait à parler de sa pénitence à Rarity.

Elle abaissa son doigt. Le même dilemme qui l'avait frappé la nuit de Thanksgiving revint. À quel point avait-elle confiance à Rarity ? Elle avait tendance à être une commère, mais pour quelque chose de si sérieux que ça, elle semblait être une bonne confidente.

Mais encore, est-ce que Sunset avait confiance à quiconque qui aurait autant de pouvoir sur elle ?

"Souviens-toi de ce qui t'as amené dans ce pétrin en premier lieu", couina la Princesse.

"À cause de toi et de ton stupide charme magique ?" Sunset soupira, sachant que la peluche avait raison. Si elle avait dit la vérité, elle ne serait pas assise ici à s'ennuyer de Twilight.

Et en parlant de dire la vérité, Sunset avait besoin de quelqu'un pour lui demander de cesser de mentir.

Elle ravala sa fierté et pria à n'importe qu'elle dieu qui l'écouterait, puis envoya un texto à Rarity. Moins de questions elle poserait au téléphone, mieux ce serait.

Moins d'une minute plus tard, son portable sonna, et Sunset trouva une réponse. "Bien sûr."

 

******

 

Une heure plus tard, Sunset était douchée, habillée, et avait conduit à travers la ville jusqu'à la maison de Rarity. C'était étonnamment ensoleillé avec un ciel presque sans nuage. Cependant, le vent était encore très froid, rappelant à Sunset que l'hiver arrivait.

Elle se gara à l'extérieur de la maison de Rarity, une grande maison somptueuse avec une pelouse parfaitement entretenue et des rubans violets attachés autour des poutres du perron. Sunset pensait que ça convenait parfaitement à Rarity.

"Très bien, faisons-le avant que je perde mes moyens... encore." Elle monta sur le perron, remarquant le vélo rose couché sur le côté. Ça ne semblait pas à sa place parmi l'aspect soigné de tout le reste.

Avant que Sunset puisse toquer, la porte s'ouvrit pour révéler Sweetie Belle. Elle avait l'air surprise de voir Sunset debout sur le perron, mais elle sourit et dit : "Bonjour, Sunset !" Elle tourna la tête dans la maison et cria : "Rarity, Sunset est ici !"

"Bonjour, Sweetie", salua Sunset sans énergie. Elle regarda Sweetie prendre son vélo et le conduire en bas des marches du perron avant de le monter. "Où vas-tu ?"

"Chez Scootaloo", dit-elle, en mettant son casque. "On va jouer sur son trampoline puis aux jeux vidéo." Elle donna un coup de pédale et se tourna vers le bas de la rue. "Bye, Sunset."

Sunset agita la main, puis sursauta quand Rarity passa devant elle et se pencha hors du perron.

"Une dame ne crie pas à l'intérieur d'une maison !" hurla-t-elle à la silhouette rétrécissante de Sweetie. Elle souffla, puis sourit à Sunset. "Bonjour ma chère, comment vas-tu ?"

"Super", dit Sunset, toujours dépourvu de tout enthousiasme.

Rarity pencha la tête. "Pour être franche, Sunset, tu as l'air d'être tout le contraire."

"Je sais. J'ai beaucoup de choses à te dire.

Avec un grand geste de son bras, Rarity invita Sunset à l'intérieur. "Eh bien, va te mettre à l'aise. Je vais faire un peu de thé, et nous pourrions avoir une bonne conversation à cœur ouvert."

Sunset franchit le seuil, pas surprise de voir un salon parfaitement rangé et bien décoré. Tout en lui criait Rarity, de la nappe pourpre au tapis et canapé correspondant. La seule chose auquel Rarity n'avait probablement rien à voir, était le coin de divertissement, décorée avec des accessoires de football américain.

"J'imagine que tu ne laisses pas tes parents faire les courses sans toi ?" demanda Sunset à Rarity qui l'amena à la table.

Rarity claqua sa langue contre son palais. "Tu aurais dû voir cet endroit avant que je le redécore. C'était un désastre absolu que les mots ne peuvent décrire. Maintenant, assis-toi là, je vais aller préparé le thé."

Avec Rarity dans la cuisine, Sunset était laissée à se tourner les pouces, essayant de penser aux bons mots. Alors, Rarity, la vérité est que j'ai une sorte de malédiction sur moi qui m'empêche de mentir et qui m'a un peu forcé à être ton amie avant, quand tout a commencé !

Sunset se demandait s'il n'était pas trop tard pour courir vers la porte. Elle secoua la tête ; elle n'était pas une lâche ! Habituellement ! Elle dira la vérité à Rarity et espéra le meilleur.

Quelques minutes plus tard, Rarity revint avec du thé et un plateau de sandwichs au concombre. Avant que Rarity puisse lui y inviter, Sunset en saisit un et le dévora, n'ayant rien mangé depuis jeudi.

"Euh, sers-toi", dit Rarity.

Sunset en poussa un autre dans sa bouche. "Décholée."

"S'il te plaît, ma chérie, ne parle pas la bouche pleine."

Sunset fut forcée d'avaler sa nourriture, et de presque s'étouffer sur les sandwichs demi-mâchés. "Oui, pardon."

Rarity rejeta l'excuse avec un geste de la main, et prit une gorgée de thé. "Bien, Sunset, quel est le problème ? Ton texto semblait plutôt urgent."

"Absolument rien", répondit Sunset. Elle frappa son front avec sa paume.

Rarity abaissa sa tasse, l'air très confuse. "Tu es sûre, ma chérie ?"

"Yep ! Je veux dire, non !" Sunset poussa un râlement. "Ok, Rarity, ça va être difficile à expliquer, donc s'il te plaît, ne me pose pas de question jusqu'à ce que j'ai terminé."

"Ok, je vais essayer."

Sunset posa sa tasse de thé. "D'accord, j'y vais." Elle expira lentement. "J'ai–"

"Le béguin pour Twilight ?" lâcha Rarity.

"Non ! Enfin... oui ! Mais ce n'est pas–"

"Oh, je le savais !" Rarity sauta de son siège et commença à sautiller dans la pièce. "Je le savais, je le savais, je le savais, je le savais, je le savais." Elle retomba sur son siège et se pencha vers l'espace personnel de Sunset, avec un grand sourit plâtré sur son visage. "Vous êtes adorables ensemble !"

Sunset se pencha aussi loin qu'elle le pouvait. "Rarity... tu me fais plus peur que d'habitude."

Rarity se pencha en arrière contre son siège et se calma. "Je suis désolée, c'était complètement déplacé. Mais sais-tu depuis combien de temps je me suis retenue ?"

"Non." Oui.

"Depuis très longtemps, Sunset !" Elle leva les mains en l'air. "C'était une torture absolue d'attendre que tu l'admettes ! Quand tu m'as envoyé ce texto ce matin, je savais que s'était la raison pour laquelle tu me demandais de l'aide !"

"C'est seulement une partie de la raison pour laquelle je suis ici, Rarity." Sunset croisa les bras. Peut-être qu'elle aurait dû aller voir Applejack à la place. Au moins, elle n'aurait pas été interrompue.

Rarity se racla la gorge. "Excuse-moi. Continue."

Sunset respira profondément pour se calmer. "D'accord, d'abord, je veux que tu me fasses une faveur. Ça peut te sembler bizarre, mais ce sera claire dans une seconde, d'accord ?"

"D'accord..." Rarity bougea inconfortablement dans son siège.

"J'ai besoin que tu dises : 'Sunset, s'il te plaît, arrête de mentir.' Ne me demande pas pourquoi, juste fais-le", dit-elle d'un ton sec. "S'il te plaît."

Rarity sourit de soulagement. "Si ce n'est que ça, alors bien sûr. Sunset, s'il te plaît, arrête de mentir."

Il eut la sensation de picotement, et Sunset sentit comme si un poids avait été retiré de ses épaules. Elle s'affala contre son siège. "Merci, Rarity."

"Je t'en prie, ma chère. Maintenant, pourrais-tu me dire de quoi il en retourne ?"

"Oui, oui je vais le faire." Sunset se redressa. "Ça va te paraître fou, mais avec tout ce que tu as déjà vu, ça ne devrait pas être trop fou." Sunset prit une longue gorgée de thé. "La nuit du Bal d'Automne, après que vous, les filles m'ayez explosée... quelque chose est arrivé."

"Quelque chose comme... ?"

"Comme dans, j'ai–" Sunset s'étouffa, sa gorge se bloqua soudainement. Elle toussa jusqu'à ce qu'elle puisse respirer à nouveau et se racle gorge. "Ahem, j'ai–" Sa gorge le fit à nouveau, se colmatant avant qu'elle ne puisse parler de quoi que ce soit à propos de ce qui était arrivé quand elle fut touchée par les Éléments.

Rarity se pencha en avant. "Qu'est-ce qu'il y a ?"

Sunset battit sa poitrine à plusieurs reprises. "La nuit du Bal d'Automne, j–" Sa gorge se paralysa à nouveau. C'était comme quand elle était forcée de dire la vérité, mais en sens inverse.

Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi je ne peux pas en parler ? "Rarity, j–" Elle essaya de combattre à travers la pression, son visage devint rouge dans l'effort. Elle s'étouffa encore et haleta pour respirer, plier en deux dans son siège.

"Sunset, tu vas bien ?" Rarity se redressa et lui tendit une tasse de thé.

"N-non." Sunset l'engloutit d'une traite, brûlant le fond de sa gorge. "Je ne vais pas bien, parce qu'il y a–" Elle s'étouffa, recrachant presque son thé. "Aaaaagh ! C'est quoi ce bordel ?"

Rarity se pencha en arrière. "Sunset... tu commences à me faire peur."

Sunset passa ses mains sur les côtés de son visage. "Puis-je avoir un stylo et du papier, s'il te plaît ?"

"Bien sûr. Attends une seconde." Rarity se précipita hors de la salle, un peu trop vite au goût de Sunset.

Sérieusement, qu'est-ce qui se passe ? Quelque chose c'est mal passé quand Rarity m'a demandé de dire la vérité ? C'était assez simple. Elle croisa les bras, une théorie se formait déjà dans sa tête. Elle espérait qu'elle avait tort ou ça allait devenir très vite très gênant.

Rarity revint avec un stylo et une feuille qu'elle posa sur la table. Sunset prit le stylo et le pointa contre le papier.

'J'ai une–' Sa main eut une crampe, la forçant à déposer le stylo. À la seconde où elle le fit, la crampe s'en alla, et elle essaya de nouveau, seulement pour que ça revienne au moment où elle reprit là où elle en était.

"Non... non, non, non !" Sunset fixa la feuille, un vide blanc et irrémédiable se moquait de sa tentative de se sauver. Je ne peux pas parler de la malédiction. Depuis tout ce temps, je pensais que c'était un choix. Chaque fois que quelqu'un était près, j'ai toujours fait le choix de l'éviter... et au final, c'était impossible de toute façon.

Une main se posa sur son épaule et Sunset leva la tête pour voir Rarity avec de grands yeux. "Sunset, qu'est-ce qui ne va pas ?"

"Je..." Sunset baissa la tête. "Je ne peux pas te le dire."

"Pourquoi pas."

"Je ne peux pas. Je le veux– je le veux vraiment... mais je ne peux pas."

"Sunset, je ne comprends pas." Rarity déplaça sa main pour prendre celle de Sunset. "Si tu veux me le dire alors dit le. Je jure que je ne vais rien répéter si tu ne le veux pas."

Le désespoir remplit l'estomac de Sunset – une terrible combinaison avec la faim qu'elle avait encore. Elle regarda dans les yeux de Rarity, voulant désespérément tout dire. Était-ce pour que personne ne puisse profiter d'elle consciemment ? Ou bien les Éléments aimaient vraiment la rendre malheureuse ? Peu importait la raison, Sunset les détestait encore plus.

Cependant, Rarity était à la recherche d'une réponse. Plus Sunset l'esquivait, plus Rarity serait curieuse ; et qui savait combien de temps Sunset pouvait dire non avant que Rarity se fâcha ou se mit en colère. Sunset hurla intérieurement, mais ça n'avait rien fait pour l'aider à se défouler.

Elle avait besoin de dire quelque chose à Rarity et d'orienter la conversation dans une autre direction. Pensant rapidement, Sunset trouva le seul sujet qui puisse faire une pierre deux coups.

"La nuit du Bal d'Automne... est quand j'ai rencontré Twilight pour la premier fois. J'ai arrêté deux sale type qui voulaient la violer."

Rarity jeta ses mains sur sa bouche pour couvrir le cri horrifié qu'elle fit. "Bonté divine ! Je n'arrive pas à y croire ! C'est-c'est..." Rarity frissonna et eut une nausée.

"Ouais, je sais." L'idée même fit Sunset malade de rage. Elle aurait voulu remonter dans le temps et leur donnée une raclée plus létale.

Toujours remontée, Rarity se leva, fit plusieurs tours autour de la table, puis se rassit. "Eh bien", dit-elle après un long soupir, "c'est une bonne chose que tu étais là." Elle prit son thé et le remua en cercle. "Bien que je peux comprendre pourquoi tu étais hésitante à me le dire ; ça à l'air de concerner un peu plus Twilight."

Eh bien, je devais te dire quelque chose. Sunset prit un sandwich et grignota le coin. Malgré sa faim, son estomac ne semblait pas désireux de prendre de la nourriture pour le moment.

"Cependant, je vois pourquoi Twilight t'estime plus qu'une amie." Rarity essaya de cacher son sourire derrière sa tasse. "Elle pense que tu es une héroïne."

Sunset posa son sandwich. "Plus maintenant. J'ai... vraiment, vraiment foiré jeudi."

Le sourire sur le visage de Rarity fondit. "Oh non, qu'est-ce qui s'est passé ?"

"Eh bien, elle m'a dit... elle m'a avoué qu'elle m'aimait", dit Sunset misérablement. La mémoire se joua dans son esprit, avec un millier de façons différentes qui auraient pu finir sans Twilight en larme.

Rarity avait l'air coincé entre heureuse et effrayée, s'inclinant d'un côté de sa chaise à l'autre. "Mais, tu ne m'as pas dit que tu l'aimais aussi ?"

"Si, je l'aimais– je l'aime ! Je n'arrive pas à y croire, mais je l'aime vraiment, Rarity. Mais j'ai eu peur. J'ai toujours peur ! Je ne voulais pas tout gâcher et lui faire du mal, donc je... Quand elle a essayé de m'embrasser, j'ai reculé."

L'appréhension assombrit les yeux de Rarity. "Et après... ?"

"Et après, je lui ai dit beaucoup de chose que je ne voulais pas, et Twilight a fui dans sa maison." Sunset leva ses genoux et les serra contre sa poitrine.

"Qu'est-ce que tu lui as dit ?"

Sunset grinça des dents. "Je lui ai dit que je la détestais et qu'elle était une fouineuse, intello coincée à la grosse tête et que je méprisais le temps que je passais avec elle."

Rarity était bouche bée. "Sunset..."

"Ne me demande pas pourquoi j'ai dit ça !" Sunset couvrit son visage. "C'était horrible, je le sais ! Je ne pensais rien de tout ça, c'est juste... c'est sorti de force." Elle frappa sa tête contre ses genoux. "Stupide, stupide, stupide, stupide !"

Rarity se leva et saisit sa tête. "Arrête-ça ! Te battre émotionnellement est une chose, mais je ne te laisserais pas te battre physiquement. À propos..." Ses yeux errèrent à la main bandée de Sunset. "Comment tu t'es fait ça ?"

Sunset tendit la main. "J'ai frappé mon miroir parce qu'il se moquait de moi."

Avec un soupir de sympathie, Rarity lui prit la main. "Ces bandages ont l'air sales. J'imagine qu'ils sont aussi vieux que le bâtiment. Je vais en chercher des propres et un peu de désinfectant, et après tu pourras finir ton histoire." Elle se leva et se précipita en dehors de la salle.

Une horloge sonnait quelque part dans la maison. Quand elle finit, Sunset se trouva étrangement calme. Ça avait rendu ses pensées gémissantes plus fortes.

Au moins, je l'ai fait me demander d'arrêter de mentir. Mais cette stupide pénitence... Je ne peux vraiment pas comprendre si elle essaie de me protéger ou de faire de ma vie un enfer ! J'imagine que ça n'a pas d'importance pour le moment ; j'ai juste besoin que Rarity me dise ce qu'il faut que je fasse à propos de Twilight.

Sunset soupira. Malédiction ou pas malédiction, Twilight ne voudra pas lui parler. Et qu'est-ce que Sunset lui dirait de toute façon ?

Avant qu'elle ne puisse réfléchir plus en avant, Rarity revint avec des bandages beaucoup plus blancs que ceux que Sunset portait, et une bouteille d'alcool à friction. Elle se rassit, prit la main de Sunset, et commença à défaire les vieux bandages. "Ok, donc pour résumer, Twilight t'as dit qu'elle t'aimait, vous vous n'êtes pas embrassées, et puis tu as paniqué et brisé son cœur."

"Eh bien, je ne l'ai pas embrassée. Nous nous sommes un peu, en quelque sorte embrassées... un petit peu... presque."

"S'effleurer les lèvres n'est pas un baiser, ma chère."

Qu'est-ce qu'elle est, voyante ? "D'accord, nous ne nous sommes pas embrassées. Quoi qu'il en soit– aïe, aïe, aïe, aïe !" Sunset retira brusquement sa main.

"Ça va piquer un peu", châtia Rarity. "Tu es une grande fille, supporte-le." Elle reprit la main de Sunset et frotta l'alcool dessus. "Sunset, je peux comprendre que tu as paniqué, mais lui dire que tu la détestes pour éviter de blesser ses sentiments semble un peu extrême."

"J'ai vraiment paniqué, ok ?" Sunset ferma les yeux. Pas même l'alcool à friction pouvait atténuer la douleur dans son cœur. "Je ne pouvais même pas admettre que je l'aimais qu'après que tout était fini. Voilà pourquoi je suis venu ici, Rarity." Sunset pressa sa main libre sur son front. "Je suis amoureuse de Twilight. Mais je n'y connais absolument rien. J'étais si effrayé de tout foirer que j'ai tout fait foirer !"

Rarity termina d'envelopper doucement les bandages de Sunset, puis lui tendit une tasse de thé. "Bois."

Sunset la prit et but le thé. Ça ne l'avait pas fait se sentir mieux, ça lui donnait juste envie de faire pipi.

"Maintenant, allons étape par étape. D'abord, décris-moi tes sentiments pour Twilight."

"Tous ?" Elle râla quand Rarity lui fit un vif hochement de tête. "Ok... eh bien, je me sens toujours heureuse près d'elle. Habituellement, je suis juste contente ou satisfaite, mais quand je suis seule avec elle, je souris plus et je ris. Et je sens que je ne suis pas à livrer une bataille acharnée pour lui prouver quelque chose. Elle n'était pas là quand j'étais... l'ancienne moi, alors ce n'est pas comme si elle me jugeait pour ce que j'ai fait dans le passé. Et, j'aime la rendre heureuse et voir son sourire. J'adore la faire rougir – ses joues prennent cette adorable nuance de rose ! J'adore à quel point elle est intelligente et à quel point elle se soucie de tout le monde. Elle joue si bien du violon qu'elle m'envoie à chaque fois dans un autre monde où il n'y a que nous. Et elle sent toujours la lavande, et... et..."

Sunset bougea ses mains pour couvrir son visage. "Celestia... elle me rend folle. Je ressemble à certains de ses stupides adolescents follement amoureux."

Rarity sourit. "Tu vois, ce n'était pas si difficile ?"

"Si, je déteste afficher mes sentiments comme ça !" Même sans être forcée de mentir, Sunset n'était pas sûre qu'elle était capable d'admettre tout ça à Twilight.

Reprenant un sandwich, Rarity dit : "Eh bien, comme tu l'as déjà prouvé, mentir pour la protéger ne fonctionne pas. Il est évident que tu l'aimes et qu'elle t'aime."

Sunset s'affala dans son fauteuil. "Tu fais paraître ça si simple."

"Eh bien, dans ce cas-là, ça l'est." Rarity prit une bouchée de son sandwich, mâchant méthodiquement avant de l'avaler. "Si tu te soucis vraiment d'elle autant que tu le dis, alors je ne vois pas pourquoi tu t'inquiètes de lui faire du mal. Tu deviens une meilleure personne, et elle le voit. Couplé avec le fait que tu lui as sauvé la vie, ce n'est pas étonnant qu'elle t'aimes tellement."

"Plus maintenant." Sunset regarda le reste des sandwichs, mais décida qu'elle n'avait plus faim. "Elle ne voudra probablement plus jamais me revoir."

Rarity agita une main en l'air. "Va juste lui parler."

"Je ne peux pas." Sunset grinça à nouveau des dents. "Elle m'a demandé de la laisser tranquille."

"Uuugh ! Et les gens dise que je suis une reine de drame."

Sunset fredonnait, tapotant ses doigts ensemble. "Rarity, peux-tu me faire une autre faveur et–"

En levant les yeux au ciel, Rarity dit : "Oui, je vais parler à Twilight et la convaincre de te donner une seconde chance."

Ce n'était pas ce que je voulais demander, mais d'accord. Sunset sourit. "Merci, Rarity."

"Je t'en prie, ma chère."

Elles se turent. Rarity versa plus de thé dans sa tasse, et Sunset trouva de la place pour finir un sandwich pendant qu'elle envisageait ce qu'elle allait dire à Twilight.

"Confiance", dit Rarity.

"Quoi ?"

"Le seule chose dont tu as besoin, Sunset, est la confiance. Et je sais que tu en as de la façon dont tu as lancé ta domination sur l'école."

Sunset se décala dans son siège, laissant ses jambes retomber en bas. "O-ouais. Mais ça n'a rien à voir avec ce qui se passe maintenant."

"À peine. La seule différence est que tu essayes de rendre quelqu'un heureux au lieu de malheureux."

"Peut-être." L'estomac de Sunset se retourna. "Mais si je ne la rends pas heureuse ? Que faire si– aïe !" Elle se frotta le dessus de sa tête où Rarity lui avait donné une pichenette. "C'était pour quoi ?"

"Je viens juste de te dire d'avoir confiance !" Rarity remua un doigt vers elle. "Je sais que l'amour peut être effrayant, mais tu dois avoir confiance en toi. Tu le veux, Twilight le veux... Je le veux !"

Sunset fixa Rarity avec un air impassible.

Rarity détourna les yeux et se racla la gorge. "Mes sentiments personnels de côté, tu mérites d'être heureuse. Peut-être que ça va marcher ou peut-être pas, mais tu ne le sauras jamais tant que tu n'auras pas essayé ! Sinon, tu regarderas en arrière en te demandant ce qu'il aurait pu se passé."

Sunset réfléchit aux mots de Rarity. Ce n'était pas aussi simple que ça : si elle essayait et qu'elle échouait, elle pourrait perde Twilight pour toujours. D'autre part, si elle essayait et qu'elle réussissait... Après tout, en regardant ce qui était arrivé quand elle avait donné une chance à l'amitié.

Son cœur tambourinait dans sa poitrine. Elle et Twilight ensemble... La pensée était terrifiante, et pourtant tellement fascinant.

"D'accord." Sunset avala le papier de verre dans sa bouche. "Je vais essayer."

Rarity sourit. "Bonne fille. Tu vois à quel point c'est simple."

Sunset souffla. "Ouais, c'est simple, mais ce n'est pas facile."

"Eh bien, l'amour ne l'est jamais. Si tu le veux, tu auras à te battre pour ça."

Se battre pour ça. Sunset n'aurait jamais imaginé qu'elle irait se battre pour l'affection de Twilight Sparkle. La pensée lui donnait envie de rire et de maudire l'univers pour son ironie. Elle avait nié ses sentiments pendant si longtemps, l'admettre se sentait surréaliste.

Elle aimait Twilight Sparkle.

Elle gémit. "Je te déteste, Twilight Sparkle."

Rarity laissa échapper un soupir rêveur. "L'amour est quelque chose de si grand et inconstant. Incontrôlable, imprévisible, et ça nous fait faire les choses les plus folles."

"Ouais", murmura Sunset "Les plus folles..."

 

******

 

Cadence pouvait entendre le miaulement d'un chat mourir avant que Shining ouvrit la porte et entra dans la maison. Pour un si petit instrument, le violon de Twilight pouvait être très fort quand elle le voulait.

"Hier, elle était juste abattue", dit Shining, "aujourd'hui, elle essaie de jouer l'Ode à la Joie. Je ne sais pas ce qui est le pire."

Le bruit cessa, et ils soupirèrent tous deux de soulagement.

"J'imagine qu'elle n'est pas sortie de sa chambre ?" demanda Cadence.

Shining secoua la tête. "Elle sort pour prendre quelque chose à grignoter, mais elle ne dit rien à personne."

Eh bien, au moins elle mange, pensa Cadence. La première fois qu'elle avait eu le cœur brisé, elle avait essayé de mourir de faim pendant deux jours. Heureusement, Twilight noyait son chagrin dans de la musique mal joué.

"Ok, je vais voir si je–" Cadence couvrit ses oreilles quand le crissement recommença. Elle commença à se demander si Twilight s'affamant n'était pas une meilleure option. Le hurlement atteignit une note aiguë, et Spike hurla, enfouissant sa tête dans le coussin du canapé.

"S'il te plaît, fait quelque chose avant que je devienne sourds, Cady", pria Shining.

Cadence hocha la tête et monta les escaliers. "Cadence, la déesse de l'amour part à la rescousse." Elle atteignit la chambre de Twilight et toqua. "Twily, c'est Cady. Tu veux bien ouvrir la porte pour moi, ma coccinelle ?"

La musique torturante s'arrêta. Dix secondes plus tard, Twilight ouvrit la porte et passa la tête dehors, une paire de grosses lunettes noires posée sur son visage. Cadence ne l'avait pas vu avec depuis près de trois ans. Derrière les verres étaient des yeux rouges boursouflés.

Tu ne peux rien me cacher, ma coccinelle. Cadence sourit. "Bonjour, Twilight. Comment vas-tu ?"

Twilight renifla. "Bien."

"Puis-je entrer ?"

Il eut une petite trace de ressentiment dans les yeux de Twilight, mais elle céda et permit à Cadence d'entrer. Étant donné que les murs n'étaient pas peints en noir, que rien n'avait été cassé, et qu'il n'y avait pas de morceaux de poésie mal écrit qui traînaient, Cadence pensait que Twilight gérait plutôt bien.

Elles s'assirent sur le lit ensemble, et Twilight prit son violon. Cadence plaça rapidement une main sur son genou. "Chérie, pourquoi ne pas arrêter de jouer du violon pour le moment ?"

"Je dois pratiquer", dit-elle sèchement.

"Oh, je pense que tu as assez pratiqué pour aujourd'hui. Allez, parlons juste un peu."

Twilight posa le violon sur ses genoux. "D'accord."

"Bien." Cadence caressa son genoux. "Donc, je vois que tu portes tes veilles lunettes aujourd'hui."

"Je n'avais pas envie de mettre mes lentilles", dit-elle en frottant ses yeux.

Cadence hocha la tête, sachant que c'était plus parce qu'elles ne tiendraient pas. Elle fredonnait à elle-même, se demandant comment facilité son chemin vers le problème.

"L'amour craint !" cria Twilight.

Ou, nous pouvons faire comme ça. Cadence bougea son bras autour de l'épaule de Twilight et la tira près d'elle. "Twilight, ne laisse pas une mauvaise expérience te faire tourner le dos à l'amour pour toujours. Respire et dit-moi ce qui s'est passé."

Twilight inspira et se retenu un moment avant d'expirer lentement. "J'ai essayé d'embrasser Sunset, mais elle a reculé et dit... qu'elle ne m'aimait pas comme ça." Elle se blottit contre Cadence.

Cadence soupira. "Aww, ma chérie ; je suis désolée. Mais tu sais, tout le monde n'est pas de se bord."

"Ce n'est pas pourquoi je suis bouleversée." marmonna Twilight contre le côté de Cadence.

"Oh ?"

Twilight leva la tête. "C'est ce qu'elle a dit ensuite. Je lui ai demandé ce qu'elle pensait de moi et..." Twilight souleva ses lunettes et frotta ses yeux. "Elle a dit... elle a dit qu'elle me détestait ! Elle a dit que j'étais ennuyeuse et qu'elle détestait passer du temps avec moi !"

Cadence la serra. "Twilight, c'est... c'est..." C'est très déroutant en fait. Sunset peut avoir agi un peu bizarrement au dîner, mais elle avait l'air de s'amuser. En fait, elle semblait agréable dans l'ensemble. Avec toutes les belles choses qu'elle avait fait avec et pour Twilight, pourquoi retournerait-elle sa veste et dirait qu'elle la détestait ?

"Je ne comprends pas !" hurla Twilight. "D'abord, elle me dit qu'elle aime passer du temps avec moi et qu'elle aime quand je joue du violon et tous ces trucs sympa, et puis... puis..." Twilight se pressa contre Cadence. "Elle veut juste jouer avec mes émotions."

"Non, je pense que Sunset est juste confuse au sujet de ses propres émotions. L'amour est difficile pour certaines personnes. Peut-être qu'elle ne pouvait pas s'exprimer correctement."

"Elle a dit qu'elle avait fait ça car c'était drôle."

Ou elle est une imbécile. Cadence respira profondément. "Ok, Twilight, peut-être qu'elle a juste besoin d'un peu d'espace. Donne-lui un peu de temps, puis, si elle ne vient pas vers toi, va lui parler. Ne soit pas agressif, explique-lui gentiment qu'elle t'a blessée, et que tu veux une explication sérieuse."

"D'accord."

"Et si sa réponse ne change pas, tu peux envoyer Shining après elle." Malheureusement, Twilight ne sourit pas. Cadence la redressa et essuya une larme. "Twily, ce n'est pas la fin du monde. Rappelles-toi : si ça ne fonctionne pas, il aura d'autres Sunset."

"Je sais. Je pensais juste qu'elle m'aimait. Au moins comme une amie."

"Je suis sûre que oui." J'espère que oui. "Elle a juste besoin de temps pour tout mettre en ordre dans son cœur. Je suis sûre qu'il y a une bonne explication pour tout." Elle la tint pendant quelques minutes de plus, jusqu'à ce qu'elle arrêta de renifler.

"Merci, Cady, je me sens un peu mieux maintenant."

Cadence lui caressa les cheveux. "Bien. Veux-tu que je te fasse quelques cookies ?"

Twilight sourit. "Oui, s'il te plaît."

Elle se leva. "Un lot aux pépites triple chocolat à venir !" Elle sortit de la chambre et ferma la porte derrière elle. Au moment où elle le fit, Twilight recommença à mal jouer du violon. Cadence ouvrit la porte, avança, prit doucement le violon des mains de Twilight, et sortit.

De retour en bas, Shining demanda : "Comme va-t-elle ?"

"Elle va bien. Je pense qu'il y a juste eu un petit malentendu entre elle et Sunset." Elle posa le violon sur la table et se dirigea vers la cuisine.

Shining la suivit et s'appuya contre le comptoir. "Il y a quelque chose de louche chez Sunset. Je connais Canterlot assez bien, et je n'ai jamais entendu parler d'un immeuble appelé 'L'Usine'. Et les gens donnent des noms de rues bizarres, mais 'Equestria' ? Je pense qu'elle essaie de cacher quelque chose."

Cadence prit la farine et le sucre. "Je pense que tu recherches juste une excuse pour ne pas l'aimer."

"Elle a sauvé la vie de Twilight. Je ne recherche pas une raison pour ne pas l'aimer, je fais juste confiance à mon instinct."

Posant ses ingrédients, Cadence pinça la joue de Shining. "Tu es si mignon quand tu fais le grand frère protecteur. Mais ne va pas jouer les détectives contre la pauvre fille. Fait juste confiance à Twilight."

Shining croisa les bras. "Je fais confiance à Twilight. C'est sur Sunset Shimmer que je m'interroge."

 

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.