Discord icon

Partie 1

Il était une fois, il y a bien des années. Equestria ne portait pas encore son nom, les trois grandes races de poneys n'étaient pas encore unifiées, et la vie des poneys était rude. À cette époque, une vieille et étrange créature rendait parfois visite aux populations des trois races. Elle ressemblait à s'y méprendre à un poney, mais possédait deux grandes cornes en bois qui se dispersaient et se propageaient dans tous les sens comme les branches d'un arbre. Elle était bien plus grande que la plupart des poneys, d'un pelage marron et blanc, dépourvue de crinière, et pourtant d'une grande majesté. On l'appelait le Renne, car il tirait derrière-lui un grand traîneau à l'aide de rênes. On disait qu'il venait du grand nord, au-delà des mers gelées, et que tout un peuple existait, semblable au Renne.

Les poneys de l'époque ne le voyaient qu'au moment le plus froid de l'hiver, quand tous étaient chez eux, tentant de se réchauffer devant de maigres feux, alors que la neige tombait sans même que des pégases ne s'en occupent.

Quand les poneys dormaient, il descendait du ciel, tirant son lourd traîneau rempli de choses merveilleuses. Il les distribuait aux habitants, fredonnant une vieille chanson aujourd'hui oubliée, avant de s'envoler dans le ciel en criant "Joyeux Noël !". Les poneys n'avaient pas le temps de le remercier. Ils pouvaient juste lever la tête vers le ciel et parfois voir son ombre passer devant la Lune, puis il disparaissait, jusqu'à l'année d'après.

 

"Il descendait du ciel ?" interrompit soudainement Scootaloo, intriguée. "Il volait en plus d'avoir une corne ?"

"Pas seulement une corne", corrigea Twilight en souriant. "Il en avait deux ! Et rien n'est dit sur le fait qu'il ait eu des ailes ou non. Mais je crois qu'il volait par magie."

"Oooooh."

Les trois pouliches regardèrent la licorne violette avec de grands yeux ronds remplis d'étoiles. Twilight referma le livre de contes qu'elle avait acheté spécialement pour elles. Garder ces trois petites n'était pas une tâche si difficile avec un peu d'occupation.

"Aller, il est l'heure d'aller au lit", fit-elle en posant le bouquin sur la table.

Au dehors, la nuit était déjà tombée en silence, et la neige faisait de même. Le vent venait légèrement frapper les vitres alors que les flocons s'écrasaient lentement sur les fenêtres de l'arbre bibliothèque.

"Tu penses qu'il a vraiment existé, Twilight ?" demanda Sweetie Belle.

"Peut-être", répondit mystérieusement la licorne. "Qui sait ? Personne ne sait ce qu'il est devenu. La légende dit qu'une année, alors que tout le monde l'attendait, il n'est pas venu. Ni l'année suivante, et plus jamais après cela."

"Tu crois qu'il lui est arrivé quelque chose ?" fit Scootaloo, subitement inquiète.

"Je ne pense pas, mais tout ça est extrêmement vieux, donc personne ne peut vraiment l'expliquer."

La petite pégase afficha un air déçu alors que les trois marchaient vers leur lit commun, suivies par Twilight.

"Pourquoi est-ce qu'il apportait des choses aux gens comme ça ?" demanda Apple Bloom une fois dans son lit, calée entre ses deux amies.

"Probablement parce qu'il aimait bien faire plaisir aux poneys sans rien avoir en retour. Bonne nuit les petites."

"Bonne nuit Twilight !" répondirent en chœur les Cutie Mark Crusaders.

La licorne violette regarda les trois pouliches depuis l'encadrement de la porte et éteignit la lumière avant de sortir de la pièce.

Franchement, elle ne comprenait pas pourquoi Rarity s'était autant plainte qu'elles soient intenables. Ce que Twilight ignorait, c'était que Fluttershy leur avait demandé de se tenir tranquille, et elles l'avaient écoutée.

"Hé", chuchota Scootaloo une fois que la porte fut refermée et la pièce dans l'obscurité. "Pourquoi il disait « Joyeux Noël » à votre avis ?"

"Un rapport avec le fait qu'il était tout l'temps joyeux ?" proposa Apple Bloom.

"Où alors, c'était son nom ?" fit Sweetie Belle.

"Joyeux Noël ?" répéta Scootaloo en arquant un sourcil vers son amie dans le noir.

"Ça n’a pas d'sens, s'il était tout l'temps joyeux, pourquoi il le dirait ?"

"Je ne sais pas", répondit Sweetie Belle. "Et toi Scootaloo ?"

"Moi je dis que c'est un truc de chez lui. Peut-être que c'est une phrase spéciale ? Comme nous on dit « Bonne année » ?"

"Hm, ça sonne bizarre quand même..." songea Apple Bloom.

La pouliche s'arrêta soudainement, affichant un grand sourire que les autres ne virent pas dans le noir.

"Hey, d'main on va le chercher ?"

"Hein ?"

"De quoi ?"

"Le Renne-Noël ! On va l'retrouver ?"

Les deux tournèrent simultanément leur tête vers l'autre, ce qui eut l'effet de les faire se cogner.

"Aïe !" fit Sweetie Belle en se massant le museau. "Comment tu veux aller le chercher, Apple Bloom ?"

"On va chercher des informations dans les livres de Twilight, elle doit être couchée, là !"

"Je ne sais pas si c'est une bonne idée", répondit Sweetie Belle inquiète. "On a dit à Fluttershy qu'on écouterait Twilight."

"Oh allez, on va juste chercher dans quelques livres, on rangera tout, personne n'y verra rien."

"Moi je suis d'accord", ajouta Scootaloo.

Sweetie Belle réfléchit, hésitante. Puis finalement, soupira et alluma sa corne, ce qui fit sourire les deux autres.

 

"Dépêchez-vous ! J'ai du mal avec ce sort de lumière !"

"On fait ce qu'on peut !" répliqua Apple Bloom, penchée sur le livre sous la faible lumière que diffusait la corne de Sweetie Belle dans la bibliothèque.

Scootaloo passait son regard dans les étagères pour voir si certains ouvrages n'étaient pas en lien avec cette histoire de renne, ce Renne-Noël comme elles l'appelaient désormais, mais sans grand succès.

"La première année, les habitants furent étonnés et émerveillés de découvrir tous ces cadeaux présents devant leur porte, les aidant à supporter l'hiver qui ne faisait que commencer", lut Apple Bloom à mi-voix. "Les années qui suivirent, le Renne fut considéré comme un sauveur, plusieurs poneys affirmèrent l'avoir vu et sa légende se créa. Il revenait toujours à la même date, sept jours avant la nouvelle année, distribuant inlassablement ses cadeaux, poussant exactement le même cri « Joyeux Noël », ce qui lui valut le surnom de Renne-Noël..."

Sweetie Belle et Scootaloo tournèrent simultanément leur tête vers Apple Bloom.

"J'vous l'avais dit qu'il s'appelait comme ça !"

"C'est juste de la chance", soupira Sweetie Belle, alors que la petit Apple reprenait sa lecture.

"Un jour cependant, alors que les poneys attendaient tous devant leurs fenêtres la venue de ce bienfaiteur, il ne vint pas. Ni ce soir, ni plus aucun autre soir. Il ne poussa pas son joyeux cri, et les habitants ne reçurent aucun cadeau, devant passer un hiver rude et froid sans aucune aide. L'année suivante fut celle de l'unification d'Equestria."

Les deux autres attendirent une suite, puis Scootaloo ne put s'empêcher de lâcher :

"C'est tout ? C'est quoi cette conclusion ?"

"Aucune idée, mais y a rien d'autre. La page d'après, c'est le conte de l'unification."

Apple Bloom referma le livre et le reposa sur la table alors que la lumière de la corne de Sweetie Belle commençait à faiblir. Celle-ci tenta de réconforter ses amies aux mines déçues.

"C'est pas si grave que ça. On trouvera bien quelque chose d'aussi amusant à faire demain."

"Attendez !" fit soudain Scootaloo.

"Shhhh !" intima la licorne avec un sabot sur la bouche, désignant l'étage où Twilight dormait.

La pégase n'y fit pas attention et prit un livre en haut d'une étagère, le posant devant les deux autres qui lurent le titre.

"Daring Do et le Blizzard sans fin ? Scoot', on cherche des informations là, pas des histoires imaginées."

"Pas n'importe quelle histoire", corrigea la pégase orange. "Elle se passe tout au nord, encore plus au nord que l'Empire de Cristal."

"Tu veux dire qu'il y a le Renne-Noël dedans ?" réagit Sweetie Belle.

"Non, mais on y parle de Noël à un moment donné."

Apple Bloom regarda son ami avec un air interrogateur :

"D'puis quand tu lis Daring Do toi ?"

"Depuis quand tu lis ?" ajouta même Sweetie Belle.

"Depuis que Rainbow Dash le fait !" répondit-elle avec fierté.

"Et il dit quoi sur Noël, ton livre ?"

La pégase ouvrit le livre et se mit à chercher le passage en question. Elle se souvenait d'un passage où c'était mentionné, mais absolument pas de ce qui était dit dessus.

"Je crois que c'est là."

Tout à coup, la lumière s'éteignit et les trois pouliches se retrouvèrent dans le noir le plus total. Après un silence, on entendit :

"Je vous avais dit que j'avais du mal avec ce sort de lumière !"

"C'pas grave Sweet', tu peux la rallumer ?"

"Tu crois que j'essaye quoi depuis tout à l'heure ?"

"Ah..."

"Je crois savoir où Twilight range des bougies pour... Aïe !"

Les deux tournèrent leur tête vers Scootaloo, bien que dans le noir, elles se doutaient qu'elle venait de se cogner contre quelque chose. La pégase se tenait effectivement la tête après un choc contre la table.

Elle se remit en route, avançant à tâtons, la tête basse pour ne pas répéter la collision. Du sabot elle tapota un coffre prêt de l'entrée.

"Ah ! Trouvé !" se fit-elle à elle-même.

Elle s'apprêtait à ouvrir le coffre, mais une ombre projetée dessus l'arrêta. Levant la tête, elle distingua une forme sombre devant la fenêtre légèrement éclairée par la Lune.

Alors, deux grands yeux jaunes s'ouvrirent et la pégase hurla de peur et recula, jusqu'à se heurter à ses amies qui regardaient aussi l'étrange forme.

"Hou ?" lâcha lugubrement la silhouette.

Les trois pouliches se mirent à galoper en tous sens, criant de peur sous le regard des deux yeux jaunes.

La lumière de la pièce s'alluma brusquement sur une Twilight en haut des escaliers visiblement surprise et un peu fâchée :

"Qu'est-ce qu'il se passe ici ?"

Les Cutie Mark Crusaders continuèrent de courir partout sans cesser de hurler.

"Un monstre !" fit Apple Bloom.

"C'est l'abominable poney des neiges !" ajouta Sweetie Belle.

Twilight chercha des yeux ce qui terrorisait les pouliches et son regard tomba sur Owlowiscious devant la fenêtre, qui semblait complètement étranger à la scène, haussant les ailes.

La licorne se téléporta au centre de la pièce, comprenant.

"Calmez-vous voyons, ce n'est qu'Owlowiscious !"

"Hou ?" répéta le hibou.

Sweetie Belle jeta un regard au hibou et s'arrêta en se rendant compte que Twilight disait vrai.

"Oh..."

Elle stoppa les deux autres qui galopaient toujours en posant son sabot sur leur museau. Au moment où Apple Bloom regarda le hibou, elle fit semblant de rien en disant :

"Scoot', t'es vraiment une poule mouillée."

"Hey ! J'te signale que t'as eu peur aussi !"

"Plus important", interrompit Twilight. "Qu'est-ce que vous faisiez là ?"

Les trois baissèrent immédiatement les oreilles, honteuses.

"On faisait des recherches sur le Renne-Noël..."

Le visage de la licorne s'adoucit de tendresse. Elle qui pensait qu'elles préparaient une bêtise.

"Vous pouvez les faire demain, non ? La nuit est déjà bien avancée, vous allez être fatiguées si vous faites ça maintenant."

"Oui, Twilight..." répondit Apple Bloom en se dirigeant vers les escaliers avec les autres. "Désolée. Bonne nuit."

"Bonne nuit", sourit la licorne en montant après elles, avant d'éteindre la lumière.

Les trois pouliches retournèrent dans leur chambre. Leurs yeux s'habituèrent à l'obscurité, un rayon de lumière de la Lune passant maintenant par leur fenêtre, laissant entrevoir les flocons qui tombaient doucement au dehors dans un parfait silence.

Alors que Sweetie Belle et Scootaloo allaient se coucher, Apple Bloom s'approcha de la fenêtre, posant ses sabots sur le rebord, regardant le ciel de la nuit.

"Qu'est-ce qu'il y a ?" demanda la petite licorne.

"Sept jour avant la nouvelle année, c'est c'soir..." songea la pouliche. "J'me d'mande s'il va venir..."

"Pourquoi est-ce qu'il viendrait ?" s'intrigua Scootaloo. "Ça fait des siècles qu'il est pas venu."

"Je sais... Mais... Ça s'rait bien, non ?"

"J'aimerais bien le rencontrer !" ajouta Sweetie Belle.

"Donner des choses aux gens comme ça, il doit ressembler à ta sœur", fit remarquer la pégase.

"Rarity n'a qu'une seule corne", corrigea la licorne.

Apple Bloom pouffa bruyamment, attirant le regard des deux autres.

"J'viens d'imaginer Rarity avec deux cornes sur le front."

Sweetie Belle dut couvrir sa bouche pour ne pas éclater de rire, alors qu'une image de sa sœur avec deux cornes parfaitement symétriques se formait dans son esprit.

Il fallut un petit temps aux trois pouliches pour calmer leur fou-rire, essayant de chasser de leur esprit cette image de Rarity avec deux cornes. Après y être parvenue, Apple Bloom continua, toujours regardant la Lune à travers la neige :

"J'aimerais qu'il vienne ce soir..."

Les deux autres calmèrent aussi leur rire et tournèrent la tête vers leur amie, qui leur semblait bien soudainement mélancolique.

"Moi j'aimerais bien monter dans son traîneau", répondit Sweetie Belle.

"Et moi je voudrais savoir comment il fait pour voler sans ailes", ajouta Scootaloo, très sérieuse.

"Sûrement une histoire de magie", supposa la licorne.

"C'est d'la triche !"

Sweetie Belle leva les sabots pour indiquer qu'elle n'y pouvait rien.

"Il y a plus d'avantages à être licorne que pégase, ce n'est pas ma faute."

"Quoi !?" s'offusqua Scootaloo.

"Shhhhh !" firent ses deux amies, craignant qu'elle ne réveille Twilight.

"C'est n'importe quoi !" continua de protester la pégase en chuchotant.

"Les licornes peuvent voler avec un sort, et marcher sur les nuages. Les pégases peuvent jeter des sorts ?"

Sweetie Belle fixa son amie dont les yeux brillaient à la lueur de la Lune. La pégase failli répondre, mais son regard monta soudainement vers la fenêtre.

"C'est quoi ça ?" fit-elle, surprise en pointant dehors.

La licorne tourna la tête pour voir de quoi elle parlait. Dehors, les étoiles et la Lune brillaient normalement, parfois obscurcies par des flocons qui passaient devant.

"De quoi tu...?" commença-t-elle avant de recevoir un oreiller sur la joue.

"Pas besoin de jeter des sorts quand tu es forte comme un pégase !"

La pouliche croisa les sabots d'un air triomphal, comme si son argument était imparable. Cependant elle comprit vite son erreur en voyant l'oreiller revenir vers elle, propulsé par magie.

Avec un "pomf" distinctif, le projectile atteignit sa cible et la fit tomber à la renverse sur le lit. Apple Bloom s'interposa.

"Arrêtez, Twilight va nous entendre."

"Tu rejoins le camp des pégases ?" fit Sweetie Belle en tournant son regard vers la fermière, un autre oreiller flottant déjà à ses côtés, prêt à servir.

"Bien sûr qu'non", répliqua la pouliche comme si c'était l'évidence même. "En matière d'force, les terrestres surclassent les autres races."

Juste après avoir terminé, elle esquiva de justesse l'attaque de son amie, saisit son propre oreiller et se jeta à corps perdu sur la licorne froissée.

Bien sûr, les deux amies riaient tout en continuant leur bataille d'oreillers, et elles pensaient à le faire à voix basse pour ne pas attirer l'attention. Quand la pégase se fut relevée, elle constata que le combat faisait encore rage et, saisissant l'objet qui l'avait battue la première fois, elle se jeta dans la mêlée à son tour.

Après plusieurs minutes d'oreillers et de traversins volants, les trois pouliches arrêtèrent de se battre pour se laisser tomber, épuisées mais toujours riantes, sur le lit. Alors qu'elles reprenaient lentement leur souffle, Apple Bloom regarda encore une fois vers la fenêtre et la Lune. La neige tombait encore, et recouvrait déjà la partie inférieure de la vitre d'un petit centimètre.

"Ça s'rait vraiment bien qu'il revienne..." pensa la jeune fermière.

Comme pour répondre à sa pensée, un éclair rouge et vert illumina le centre de l'astre nocturne un bref instant. Juste après, il sembla en émerger une silhouette qui plongea vers le sol, disparaissant de la vision de la pouliche rapidement, sortant du cadre de la fenêtre.

"C'était quoi ça !?" s'exclama Apple Bloom en se précipitant vers la vitre qui était bien trop haute pour elle.

Sweetie Belle grinça des dents en l'entendant parler aussi fort, craignant que Twilight ne vienne les rouspéter encore. Scootaloo, elle, ne s'en inquiéta pas.

"De quoi ?" fit-elle intriguée.

"Vous n'avez pas vu ? Un truc est passé d'vant la Lune !"

"Arrête de parler aussi fort !" intima la licorne en chuchotant.

"Un truc ? Genre un flocon ?"

"Non !" répliqua Apple Bloom en chuchotant, surexcitée. "Y a eu un éclat d'magie et paf, un truc est passé devant la Lune !"

Ses deux amies levèrent la tête vers la fenêtre, constatant qu'il n'y avait rien dehors.

"T'as dû confondre ça avec un flocon", supposa Scootaloo.

"J'ai pas rêvé, y a eu d'la magie, et après c'est tombé ! J'suis sûr que c'est tombé dans la forêt !"

"Et c'était quoi alors ?" questionna Sweetie Belle, sceptique.

"J'sais pas, mais j'vais aller voir !" fit Apple Bloom en quittant son support, se précipitant vers la sortie de la chambre."

Les deux autres pouliches s'échangèrent des regards inquiets, se demandant si elle était sérieuse, avant que la licorne ne l’interrompe :

"Tu veux sortir par ce temps-là ? Et à cette heure ?"

"On a d'quoi tenir la neige. Allez ! Twilight n'verra même pas qu'on est parties !"

La fermière supplia ses deux amies du regard, trottinant sur place, impatiente. Il y avait dans son regard une étrange lueur d'excitation.

Sweetie Belle roula les yeux au plafond, tandis que Scootaloo semblait partagée.

"S'il n'y a rien, tu serviras de modèle pour Rarity à ma place", prévint la licorne.

"Et tu devras regarder mes nouvelles figures en trottinette", ajouta la pégase en comprenant qu'elle avait un moyen de profiter de la situation.

"Oui, oui !" approuva la fermière en se dépêchant de sortir de la chambre, écoutant à peine.

Ses deux amies la suivirent, intriguées par tant d'excitation, même si elles étaient persuadées qu'Apple Bloom s'imaginait juste des choses à cause de l'histoire que Twilight leur avait racontée.

 

"J'ai froid."

"On vient à peine de sortir !" fit remarquer Scootaloo en regardant Sweetie Belle qui était emmitouflée sous une épaisse couche de vêtements en laine, la tête surmontée d'un bonnet visiblement cousu par Rarity, laissant sa corne à l'air libre.

Apple Bloom ne portait qu'une simple écharpe, alors que Scootaloo avait des cache-ailes.

"J'ai froid quand même", grommela la licorne.

"Marche plus vite, ça te réchauffera."

"Mais la neige est trop haute !"

Scootaloo releva un sourcil et baissa le regard sur les pattes de Sweetie Belle. Ces dernières ne devaient être enfoncées que d'à peine trois ou quatre centimètres dans la neige.

"Tu deviens comme ta sœur."

"Où est Apple Bloom ?" demanda la licorne en l'ignorant, regardant autour d'elles.

Ponyville était vraiment calme la nuit, et les flocons qui tombaient encore en grande quantité rendait l'atmosphère encore plus silencieuse. Certaines maisons étaient encore éclairées, mais la plus grande source de lumière restait la Lune, baignant la bourgade dans une sombre lumière blanchâtre.

"Qu'est-ce qu'vous attendez !?" cria soudainement une voix.

Déjà à plusieurs maisons de distance, Apple Bloom s'était arrêtée pour regarder en direction de ses amies. Ces dernières grincèrent des dents en se précipitant à sa suite.

"Arrête de hurler !" chuchota Scootaloo une fois proche. "Tu veux alerter tout Ponyville !?"

"C'est vous qui d'vriez vous dépêcher avant que la neige ne r'couvre tout", répliqua Apple Bloom avant de reprendre sa marche vers la sortie du village.

"Je pense vraiment que ce n'est pas une bonne idée", maintint Sweetie Belle, suivant malgré tout.

"Tu sais où est tombé ce que tu as vu au moins ?" demanda Scootaloo.

"Pas plus d'cinq cents mètres dans la forêt j'dirais."

La licorne jeta un regard inquiet derrière elles. Les traces de sabots devant l'arbre bibliothèque s'effaçaient déjà, et la neige semblait s'intensifier. Pire encore, de gros nuages noirs s'approchaient lentement de la Lune.

Rapidement, sous le doux bruit de la neige fraîche craquant sous leurs sabots, les trois pouliches atteignirent la sortie de Ponyville. D'ici, elles voyaient très bien l'orée de la forêt et après un peu de marche silencieuse, elles y parvinrent, marquant un temps d'arrêt cette fois.

"Tu te souviens de la direction ?" interrogea à nouveau Scootaloo, qui jusqu'ici avait apprécié le contact de la neige, mais dont le courage commençait à flancher.

"Un peu sur la gauche d'la Lune", se contenta de répondre la fermière qui essayait de se placer face à l'astre pour revoir la scène dans sa tête.

"On devrait laisser des traces, au cas où on se perd..." fit la licorne.

"Oh, oui", s'empressa d'enchérir la pégase. "Sinon ça serait trop dangereux. Dommage qu’on n’ait rien pris pour ça. Tant pis, il faut s'en aller."

Aussitôt dit, Scootaloo tourna les sabots et s'apprêta à rentrer, quand Apple Bloom fit remarquer :

"Tu peux laisser une trace magique sur les arbres, Sweetie Belle, non ?"

Cette dernière grimaça, mais approuva, juste parce qu'elle n'aimait pas mentir.

"Je mettrais une flèche régulièrement, pour indiquer d'où l'on vient. J'espère juste qu'on n'en aura pas pour longtemps, je ne sais pas faire ça indéfiniment."

Scootaloo contint son inquiétude, même si sa salive fut difficile à avaler, et elle fit demi-tour pour rejoindre ses deux amies.

Dans le silence de la nuit, les trois pouliches s'enfoncèrent lentement à travers les arbres.

Sous le couvert des feuilles, la neige ne tapissait pas encore le sol de la forêt, et l'endroit était plongé dans une une obscurité bien plus intense que Ponyville. La pâle lueur de la Lune peinant à filtrer à travers les branchages, et les pouliches durent ralentir le pas pour ne pas sans cesse se prendre les pattes dans des racines gelées.

Après plusieurs minutes de marche, et quelques arrêts pour placer une marque sur un pauvre arbre qui n'avait rien demandé, Sweetie Belle et Scootaloo commencèrent un peu à douter de leur amie. Ou du moins, plus qu'avant. Et le froid s'installait sous leur pelage.

"Peut-être que tu as halluciné", suggéra Sweetie Belle.

"Non, c'pas loin, j'vous promets !" fit Apple Bloom qui, elle, ne doutait absolument pas.

"Si ça se trouve, ce que tu as vu est resté perché dans un arbre", ajouta Scootaloo.

La pégase vit deux yeux verts la foudroyer, ce à quoi elle répondit d'un haussement d'épaules.

Apple Bloom, au grand damne de Sweetie Belle, leva les yeux vers les feuillages, considérant les paroles de son amie.

"C'est possible, mais on n'pourra pas l'voir cette nuit alors. Moi j'pense que c'est mieux de finir de vérifier tout l'sol avant d'rentrer."

"Aller, Apple Bloom, on a toutes froid", insista Sweetie Belle.

"Et on est fatiguées..." se plaignit Scootaloo.

"Attendez !" dit soudainement Apple Bloom en redressant les oreilles. "Vous avez entendu ?"

Les deux autres pouliches cessèrent de parler, attentives aussi, même si le bonnet de Sweetie Belle encombrait ses oreilles.

"Je n'entends rien", finit par dire Scootaloo après un silence.

"Il y a eu un bruit !" dit Apple Bloom, surexcitée, se précipitant à travers la forêt en galopant.

"Attends !"

La licorne et la pégase la suivirent, inquiètes.

"Si ça se trouve, c'est une créature sauvage que tu as entendue !" dit Sweetie Belle pour essayer de la raisonner.

Scootaloo, voyant qu'Apple Bloom l'ignorait, voulut ajouter quelque chose mais n'en eut pas le temps. Les trois pouliches arrivèrent dans une très petite clairière plongée dans l'obscurité.

Mais malgré le manque de lumière, il était clair que deux masses sombres se trouvaient au milieu de ce trou entre les arbres. Deux formes allongées sur le sol, proches, et aux contours indiscernables.

"Qu'est-ce que c'est ?" chuchota Scootaloo, intimidée.

"Chut !" intima Sweetie Belle, craignant de réveiller un couple d'ours.

Apple Bloom fut bien plus aventureuse et s'avança lentement vers l'obscurité. Au même moment, le ciel se dégagea devant la Lune, et la lumière se fit sur ce qui se trouvait devant elles.

La première chose révélée fut un grand objet en bois, ressemblant à une charrette sans roue que les pouliches avaient déjà vu sur des images mais jamais en vrai : un traîneau. Long comme trois poneys, verni de rouge, un des deux patins était cassé et gisait en morceaux un plus loin.

La deuxième silhouette, et les pouliches n'en crurent pas leurs yeux, appartenait à un grand personnage. Plus grand qu'un poney normal, peut-être même plus grand encore que la princesse Celestia. Son museau était plus long, et le bout était d'une couleur différente. Sa queue était courte et touffue, et sa stature était bien plus fine, mais quelque chose n'allait pas. Son visage affichait une expression de douleur figée et ses pattes avant étaient dans une position anormale. Des branches recouvraient également sa tête.

"C'est lui !" s'exclama Apple Bloom en se précipitant vers lui.

Ses deux amies la rejoignirent à la hauteur de l'étranger qui semblait inconscient. Pour l'instant, les deux pouliches ne croyaient pas qu'il s'agissait du Renne-Noël, mais il y avait plus important.

"Il va bien ?" s'enquit Sweetie Belle.

"Il respire", dit la fermière qui était déjà en train de l'examiner. "Mais j'crois qu'il s'est cassé une patte ou deux."

"Comment est-ce qu'il est arrivé ici ?" demanda Scootaloo.

"Par l'éclair de magie, j'vous dis !" ré-expliqua Apple Bloom.

"On verra plus tard", intervint la licorne. "Pour l'instant, il faut le ramener à Ponyville. Il fait trop froid, et il faut soigner ses pattes !"

"Et son traîneau ?" dit la pégase.

"On va l'utiliser pour l'transporter."

"Je ne sais pas..." réfléchit Sweetie Belle. "Il a l'air cassé."

"Eh ben trouve d'quoi l'réparer pendant qu'on le hisse dans l'traîneau !"

Scootaloo s'approcha pour aider Apple Bloom, chacune se postant d'un côté du renne et commençant à le soulever.

"On devrait peut-être enlever les branches qu'il a sur la tête ?" suggéra Scootaloo.

"C'sont ses cornes, t'as pas écouté l'histoire ?" répondit Apple Bloom en le hissant difficilement.

"Quoi, c'est lui le Renne-Noël ?"

"Bien sûr !" dit la fermière, pour qui cela semblait être l'évidence même. "Il r'semble pas à un poney, et il a un traîneau, qu'est-ce qu'il t'faut d'plus ?"

Pendant ce temps, Sweetie Belle avait trouvé quelques branches et des lianes, et s'attelait à réparer le patin cassé du traîneau.

"Ooooh, mes pattes..."

Les trois pouliches s'immobilisèrent immédiatement, tournant leur regard vers la créature qui venait de parler.

L'inconnu ouvrit lentement ses grands yeux bleus, momentanément perdu. Alors qu'il reprenait un semblant de conscience, quelque chose lui revint à l'esprit et il sursauta. Sous la surprise, ses deux supports s'écartèrent et son corps s'effondra à nouveau dans la neige qui commençait à s'épaissir.

"Qu'est-ce qu'il s'est passé !?" paniqua la créature en s'ébrouant dans la neige, essayant de se remettre debout sans grand succès. "Où suis-je !? Non, plus important, depuis combien de temps suis-je là !?"

"Douc'ment", tenta de rassurer Apple Bloom. "Vous avez fait une mauvaise chute, on vous ram'nait à Ponyville pour vous soigner."

"Vous vous êtes cassé deux pattes, et d'après Apple Bloom, vous êtes apparu dans un éclair de magie il y a une vingtaine de minutes."

"V-Vingt minutes ?" bégaya le renne, en partie à cause de la douleur. "Ponyville ? Je suis à Equestria ?"

"En plein milieu", confirma Sweetie Belle, finissant de réparer le traîneau.

"Essayer d'vous calmer", continua Apple Bloom. "Vous êtes bien le Renne-Noël, non ?"

"Hein ?" fit le grand cornu en parvenant enfin à se mettre à peu près debout malgré ses pattes tremblantes de douleur. "Oh, oui, enfin en quelque sorte."

À peine eut-il fini sa phrase qu'il chuta à nouveau dans un gémissement de douleur, empêchant Apple Bloom de se tourner vers ses amies et de leur lancer un "j'vous l'avais bien dit !".

"Attendez", dit Sweetie Belle, amenant d'autres branchages et des lianes, plaçant le tout autour des pattes avant du renne pour lui servir d’attelles. "Voilà."

"M-Merci...?" fit le renne un peu surpris, hésitant à se relever mais finissant par essayer.

Ce n'était pas sans douleur, mais au moins il pouvait à peu près tenir debout, et les pouliches purent admirer toute sa hauteur et la finesse de sa silhouette. Il n'était pas aussi grand que Celestia, mais il dépassait clairement Big Macintosh.

Cependant il n'eut pas à rester debout longtemps, Apple Bloom était déjà en train d'approcher le traîneau.

"Installez-vous", dit-elle, ne pouvant s'empêcher d'être excitée. "On va vous emmener à Ponyville. Twilight ne va pas en revenir !"

"Ponyville ? Ah non non, je n'ai pas le temps de m'arrêter, il faut que j'aille au sud, bien plus au sud ! Et vite !"

"Pourquoi ?" demanda la fermière, soudainement attristée. "Personne à Equestria n'vous a vu d'puis des lustres, pourquoi vous d'vez partir ?"

Le renne prit le harnais de son traîneau et vérifia les sangles, répondant de façon très pressée :

"Parce que les windigos arrivent. Tout le nord, y compris Equestria, sera bientôt complètement gelé."

"Les windigos !?" s'exclamèrent en chœur les trois pouliches.

"Mais je croyais que l'harmonie à Equestria les empêchait de tout geler ?" intervint Sweetie Belle.

"Les sentiments positifs et harmonieux les révulsent, c'est vrai", répondit le renne en serrant la dernière attache, levant la tête vers le ciel pour s'orienter avec les étoiles, avant de braquer son regard vers les pouliches. "Mais ce n'est pas un mur impénétrable, et ils sont très en colère cette année, plus que d'ordinaire. Et ça ne fera qu'empirer."

"Mais pourquoi ?" demanda encore une fois la petite licorne.

"Parce que c'est une histoire longue, tragique et que je n'ai pas le temps de vous la raconter ! Sur ce, vous feriez bien de faire vos bagages vous aussi ! Prévenez vos dirigeants, et bon courage pour la suite."

"Vous nous laissez !?" paniqua un peu Scootaloo, alarmée par ses propos.

"Plus tôt je pars, plus au sud je pourrai aller !"

Le renne tapa un coup du sabot au sol pour éprouver la solidité de la neige, et regretta immédiatement son geste, échappant un grognement de douleur. Cependant, ça ne l'arrêta pas et il plia ses pattes comme s'il s'apprêtait à bondir.

Alors qu'il allait sauter, la lumière de la corne de Sweetie Belle, qui jusqu'ici n'avait cessé de faiblir lentement, étincela une dernière fois avant de complètement s'éteindre. Un éclair de magie dénoua les lianes des attelles du renne, et ce dernier s'effondra une nouvelle fois au sol.

Les deux pouliches braquèrent leurs yeux sur la licorne, ceux d'Apple Bloom remplis de reproches.

"Qu'est-ce qu'tu fais !?"

Mais la licorne, elle, fulminait complètement, fixant le renne qui se mettait assis en se massant les pattes et la regardait sans comprendre.

"On aide un soi-disant Renne-Noël qui apporte le bonheur et des cadeaux aux poneys, et tout ce qu'on reçoit en remerciement c'est une prédiction de l'apocalypse, sans explications !? Et il compte nous laisser comme ça !? Si c'est ça le fameux Renne-Noël, je comprends mieux pourquoi les windigos sont arrivés juste après lui dans l'histoire !"

"Renne-Noël ?" percuta soudainement le renne. "L'histoire ? Vous connaissez l'histoire de mon peuple ?"

"Votre peuple ?" firent à nouveau les trois à l'unisson en le fixant.

Le renne regarda d'abord ses attelles, puis son traîneau, constatant qu'il avait été réparé, son expression passant de l'incompréhension à la culpabilité.

"Oh..."

Il se tourna vers les pouliches, la mine désolée.

"Vous m'aidez, et voilà comment je vous remercie... Je vous dois excuses, jeunes pouliches. Et des explications."

"On vous écoute", fit Sweetie Belle qui le fixait toujours d'un regard suspicieux, s'attendant à le voir essayer de s'échapper à nouveau.

"Qu'est-ce que vous savez de mon peuple ?"

"Pas grand chose", dit Scootaloo, regardant ses amies. "On sait juste qu'il y a longtemps, le Renne-Noël passait chez les poneys une fois par an pour leur apporter des cadeaux, et que tout ça s'est arrêté l'année d'avant la venue des windigos."

Le renne soupira.

"Les deux sont liés."

"Ça, c'était évident", fit remarquer Sweetie Belle. "Sans cadeaux, les poneys se sont disputés et les windigos ont pu venir."

"Je veux dire que les windigos sont la raison pour laquelle les cadeaux ont cessé d'être donnés aux poneys", corrigea son interlocuteur.

"Comment ça ? Vous avez été attaqués aussi ?" demanda Apple Bloom.

"Non", grimaça le renne. "Je veux dire que mon peuple, le peuple des rennes du grand nord, des banquises et des lacs gelés, et les créatures du froid, les windigos, sont un seul et même peuple."

Un nuage passa devant la Lune, empêchant le blessé de voir les airs ahuris qu'affichèrent les pouliches, mais il se douta tout de même de leur réaction.

"Vous voyez", poursuivit-il avec la gorge serrée. "Les rennes sont des créatures magiques puissantes. Mais notre magie repose sur une chose : notre générosité. Chez nous, donner à son voisin est un acte de tous les jours aussi commun que les repas. Nous aimons recevoir des présents, mais nous aimons encore plus en donner."

"Ça sonne comme si on parlait de ta sœur", fit remarquer Scootaloo en regardant Sweetie Belle.

"Chut !" intima Apple Bloom, impatiente d'en entendre davantage.

"Pendant des siècles, nous avons donné, aussi bien à nos voisins qu'à la nature, et aux autres habitants de nos contrés. Et nous avons reçu. La nature nous remerciait en faisant pousser des herbes malgré le froid, et nous gratifiait de grands sapins pour construire nos maisons. Et les autres créatures nous aidaient également. Au centre de notre plus grand village, il y avait un immense sapin, plus magnifique que tous les autres, et chaque année, nous le décorions à une date précise, la date qui célébrait la naissance de cet arbre, que l'on appelait Noël. C'était un symbole de notre village, et un cadeau de nos ancêtres."

Scootaloo voulut ajouter quelque chose, mais le sabot d'Apple Bloom vint se planter sur son museau, l'empêchant de parler, laissant le renne continuer. Ce dernier arborait un air un peu rêveur.

"C'est durant cette période qu'un d'entre nous avait proposé d'envoyer des présents plus loin. Des rumeurs nous étaient venues d'un peuple de petites créatures, peu résistantes au froid, habitant plus au sud. Alors, chaque hiver, à notre date de célébration, nous allions délivrer des cadeaux à ces êtres, ces poneys, pour les aider à surmonter le froid. Leur gratitude seule était suffisante à nos yeux."

"C'est nous !" s'exclama Apple Bloom.

Le visage du renne s'assombrit cependant.

"Mais un jour", dit-il, "la veille de Noël, le sapin disparut ainsi que toutes ses décorations. Nous aimons donner, mais nous n'aimons pas être volés. Si quelqu'un avait demandé à avoir le sapin, peut-être aurions-nous accepté. Mais c'était un présent de nos ancêtres, et on ne vole pas un présent. Les miens sont entrés dans une colère noire et ont commencé à refuser de donner à quiconque, tant que le sapin ne serait pas restitué."

"Mais c'est l'essence même de votre magie, vous l'avez dit", ne put s'empêcher de dire Sweetie Belle.

"Oui, et c'est là le problème. Si un renne est généreux, sa magie sera puissante et bénéfique. Mais si un renne est égoïste, renfermé et en colère, sa magie deviendra alors maléfique."

"Maléfique ?"

Le renne ferma les yeux, l'air amer.

"Elle commencera par attaquer son cœur, le rendant encore plus égoïste, solitaire. Cela s'attaquera ensuite à son esprit et le fera entrer dans un cercle vicieux de haine et de colère, le rendant agressif et possessif. Puis ce sera au tour de son corps, qui prendra l'apparence des terres désolées et hostiles du nord, qui n'ont rien à offrir. À terme, s'il passe une année sans donner, un renne deviendra un windigo."

Les mots manquaient pour décrire l'effarement des trois pouliches face à l'étranger, mais la lumière de la Lune vint éclairer la scène et aida le renne à mieux saisir l'impact de ses mots sur ses jeunes auditrices.

"Un an après que le sapin ait été volé, les miens devinrent des windigos, et descendirent au sud pour assouvir une vengeance aveugle sur tous les peuples qui croiseraient leur chemin. Et la suite, je crois que vous la connaissez."

Le renne se releva malgré ses pattes cassées, tremblant un peu.

"J'ai perdu assez de temps comme ça, ils seront là d'ici quelques heures. Je suis désolé, les petites, mais vous devriez vite rentrer chez-vous prévenir tout le monde."

"Quoi ?" se lamenta Apple Bloom. "Vous allez quand-même partir ?"

"Vous avez réparé mon traîneau, je vous ai dis ce que vous vouliez savoir, nous sommes quittes. Si vous avez d'autres questions, je veux bien y répondre, mais dépêchez-vous."

Le renne se pencha en avant et s'affaira à remettre les attelles en place, alors que les pouliches se regardaient, l'air perdues.

"Mais, vous n'allez pas essayer de les raisonner ?" demanda Scootaloo.

Le renne soupira alors qu'il tirait sur une liane pour essayer de la faire tenir.

"J'ai essayé, croyez-moi. Mais ils sont impossibles à raisonner."

"Pourquoi maintenant ?" demanda Sweetie Belle. "Ça remonte à plus de mille ans, pourquoi viendraient-ils à nouveau s'en prendre à nous ? Et pourquoi ne pourrait-on pas les arrêter cette fois ?"

"Justement parce que ça fait plus de mille ans", expliqua le renne. "Seize siècles pour être exact, et comme le nombre seize est important pour mon peuple, c'est à peu près aussi marquant pour nous qu'un millénaire pour vous. Ça augmente leur colère, et croyez-moi elle a bien grandi depuis le temps de votre conte. Rien ne les arrêtera cette fois, à part la chaleur du désert."

"Alors vous fuyez ?"

Le grand personnage se figea en entendant le ton plein de reproches de la jeune pégase. Ses cornes brillèrent d'une lumière rouge l'espace d'un instant alors qu'il relevait lentement la tête, fixant Scootaloo dans les yeux.

"Avez-vous la moindre idée de ce que c'est de voir tous les gens que vous connaissez se tourner contre vous ? Devenir aigris, mauvais, renfermés, rongés par la vengeance ? Se faire enfermer plus de mille ans par ceux avec qui vous avez rompu le pain ?"

Son ton était glacial. Bien plus que la nuit. C'était presque un blizzard. Les trois pouliches durent se recroqueviller, le trouvant soudainement effrayant.

"Oui, je fuis. Je fuis parce qu'il n'y a plus rien d'autre à faire. Le froid consumera les pays et tous ceux qui n'auront pas fui. Un renne maléfique vit des siècles, le beau temps ne reviendra pas en Equestria avant votre mort. Moi, je ne veux pas être enfermé à nouveau."

Le renne se calma presque immédiatement, retrouvant son expression normale, soupirant.

"Allez-vous-en. Vous, vos familles et vos amis. Tant que vous en avez encore."

Il boucla ses attelles et se retourna vers son traîneau.

"Vous serez seul", tenta Apple Bloom.

"C'est toujours mieux que d'être gelé par les windigos."

"Mais ils étaient vos amis !"

"Ils étaient !" vociféra-t-il sans même se retourner cette fois. "C'est bien ça le problème !"

Le renne attela son traîneau et sembla vouloir partir, se retournant vers la clairière, jaugeant si cela faisait une bonne piste de décollage.

"Et si vous devenez vous-même un windigo ?" demanda Sweetie Belle, sur un ton inquiet. "Cela fait combien de temps que vous n'avez pas donné...?"

"Des siècles..." avoua la créature. "Mais si on enlève le temps que j'ai passé dans la glace... Cela fera un an demain..."

"Vous n'avez pas dit que c'était au bout d'un an que la transformation se faisait ?" fit Scootaloo.

Apple Bloom comprit soudainement d'où venaient les sautes d'humeurs du renne. Pas seulement de sa situation compliquée, mais aussi de ce qui commençait déjà à s'opérer en lui. Comme il l'avait dit, l'esprit devient maléfique, haineux. Était-ce le reflet de la Lune, ou bien est-ce que sa crinière avait des teintes blanchâtres ?

"Si, je l'ai dit. Mais qu'est-ce que vous voulez que je fasse ? Je suis seul, tout le monde fuit les windigos, pour ceux qui croient qu'ils existent..."

Les trois pouliches s'échangèrent des regards inquiets, alors que le renne frottait un peu le sol pour s'assurer de ne pas glisser au moment de décoller.

Apple Bloom regarda ses amies et chuchota :

"On n'peut pas le laisser comme ça !"

"Si on ne fait rien, Equestria sera recouverte de glace !" surenchéri Sweetie Belle.

"Il faut qu'on intervienne !" déclara Scootaloo.

"Mais comment ?" demanda Apple Bloom.

"Il faudrait qu'on puisse aller chez les windigos pour les calmer."

"Tu veux vraiment essayer de discuter avec un windigo, Scoot ?" fit la petite licorne en arquant un sourcil.

"Ça n'sonne pas vraiment faisable."

"J'ai un plan", assura la pégase. "Mais il faut le convaincre de nous y amener."

Sweetie Belle se frotta le menton.

"Hmmm... J'ai peut-être une idée. Ma-"

"Bon courage à vous, jeunes pouliches", annonça soudainement le renne qui s'apprêtait à s'en aller.

"Attendez !" l'arrêta Apple Bloom désespérément.

"Non, ça suffit, le temps presse !"

Sweetie Belle se jeta à ses sabots pour l'attraper, levant un regard suppliant vers lui. Celui-ci agita la patte pour essayer de la faire lâcher prise, malgré ses attelles.

"Écoutez ce qu'on a à dire !"

"Je n'ai pas le temps !" s'énerva le renne en accentuant ses mouvements, ballottant la pouliche de droite à gauche. Celle-ci s'écria :

"Mais comment les poneys pourront-ils rembourser ce que vous nous avez donné si vous ne nous écoutez pas !?"

Le renne arrêta son sabot, fronçant les sourcils, sa tête tiquant un peu.

"Comment ça ...?" fit-il lentement, suspicieux mais intrigué.

La licorne le fixa dans les yeux, sortant son plus beau regard larmoyant.

"Les rennes ont appris aux poneys à donner... Equestria existe grâce à vous, mais nous n'avons jamais pu vous rendre la pareille.... Vous montrer notre reconnaissance. Si nous fuyons maintenant, on s'en voudra pour l'éternité."

Apple Bloom et Scootaloo s'échangèrent un regard et un murmure :

"Vraiment...?"

"Laissez-nous vous aider ! Au moins cette fois !" supplia Sweetie Belle sans lâcher son regard.

L'incertitude qui passa dans les yeux du renne lui indiqua qu'elle avait touché juste. Un être de générosité comme lui était sensible aux notions de dettes des autres envers lui. Il ne pouvait pas l'essuyer d'un simple "ce n'est rien". Pas avec la façon dont elle l'avait formulé. Elle avait l'habitude avec sa grande sœur.

"Et qu'est-ce que vous voulez faire...?" se risqua le renne.

"Aller chez vous", fit Scootaloo en s'avançant pour venir en aide à son amie. "Régler le problème de vos amis."

"Comment ?"

"On a un plan", assura la pégase, aidant son amie à se relever, époussetant ses habits de la neige qu'elle avait dessus. "Emmenez-nous, et on s'occupe du reste."

"C'est de la folie..." souffla le renne. "Vous finirez congelées le moment où vous poserez les sabots dans mon village."

"Non maint'nant ça suffit !" rouspéta Apple Bloom en tapant du sabot au sol. "Plus d'discussion, vous nous am'nez chez vous !"

"On a perdu assez de temps !" ajouta Sweetie Belle d'un ton pressé.

"Allons sauver les rennes !" tonna Scootaloo en bombant le torse.

Le blessé les regarda avec un air mécontent, mais résigné. Finalement, il poussa un soupir, avant de faire un geste de la tête vers son traîneau.

"Montez. Mais si vous finissez congelées, je n'irai pas expliquer ça à vos familles."

"Aucun risque !" assura la pégase en grimpant avec ses amis sur les sièges. "On a déjà affronté pire !"

"Du genre...?" demanda Sweetie Belle en arquant un sourcil.

"Un Ursa Major !"

"Tu veux dire l'costume que Diamond Tiara et Silver Spoon avaient fabriqué pour nous faire fuir de notre cabane ?" murmura Apple Bloom pour que le renne ne les entende pas. "Je suis presque sûre que c'est moins dangereux que tout un village de windigos..."

Le visage de Scootaloo se déconfit. Elle avait oublié ce petit détail.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.