Discord icon

Partie 2

"Accrochez-vous", prévint le renne en s'ébrouant un peu, se mettant en place, le sabot grattant le sol.

La petite licorne et la pégase prirent immédiatement chacune une des rambardes qui se trouvaient de part et d'autre de l'espèce de banquette où elles étaient assises. Apple Bloom, au milieu, ne trouva rien pour s'accrocher.

Les lanières du harnais se tendirent alors que le renne se mettait à tirer dessus. Malgré ses fractures, il mit une étonnante force et la secousse colla les pouliches au fond de leur siège. Le craquement de la neige sous le traîneau se fit entendre, et celui-ci prit rapidement en vitesse.

Scootaloo regarda le sol défiler sous ses yeux, la tête par-dessus la rambarden une immense fascination dans le regard.

Apple Bloom, elle, fixait leur guide avec inquiétude alors qu'il accélérait, et que le bord de la clairière se rapprochait. Est-ce qu'il comptait vraiment passer entre les arbres ? Ou bien la légende était-elle vraie ?

Au même moment, une réflexion traversa l'esprit de Sweetie Belle, et elle fit à voix haute :

"On n'aurait pas dû prévenir Twilight et les autres au moins...?"

Ses deux amies tournèrent le regard vers elle, leur esprit mettant un moment à assimiler l'information.

"Je-" commença Apple Bloom.

Au même moment, le traîneau fut parcouru par une violente secousse. La pouliche terrestre fut envoyée en l'air, et après un petit salto, atterrit dans le bac, avec les affaires de leur pilote.

"Aouch..." marmonna-t-elle en se massant la tête. "Qu'est-ce qu'y s'est passé ?"

Elle se redressa pour prendre appui sur le dossier de la banquette, regardant devant elle. Les arbres avaient disparu. À la place, elle ne vit que le renne aux bois verts, ses deux amies cramponnées au traîneau, le ciel étoilé et les nuages.

"On vole..." répondit Sweetie Belle d'une voix un peu absente, choquée, regardant en contrebas.

La forêt défilait sous ses yeux. À mesure qu'ils prenaient de l'altitude, le paysage diminuait lentement.

"Sérieusement !?" fit Apple Bloom tout excitée, s'approchant d'un rebord pour voir ça.

"On est déjà si haut !" commenta Scootaloo, impressionnée. "Et on va vite !"

"Tu trouves ?" jaugea la fermière. "J'vois pas les arbres bouger très vite."

"C'est normal, plus on est haut, moins ils ont l'air de se déplacer vite !"

"Comment tu sais ça, Scoot ?" demanda Sweetie Belle. "Tu n'as jamais volé."

"Pas par moi-même", fit la pégase un peu piquée dans sa fierté. "Mais Rainbow Dash m'a déjà portée. Encore plus haut que ça !"

La petite licorne leva la tête, cherchant quelque chose du regard. Et elle le trouva bien vite, à sa gauche, en train de diminuer. Ponyville, à peine visible à la lumière de la Lune. Tout le paysage se trouvait à présent sous un épais manteau de neige. Et elle n'était pas sûre à cause de l'air qui lui fouettait le visage, mais il lui semblait qu'un vent venait de se lever.

"J'espère qu'on ne mettra pas trop de temps à revenir..." souffla Sweetie Belle, plus à elle-même qu'à ses amies.

"Mais comment vous volez sans ailes ?" demanda Scootaloo au même moment.

Le renne tourna la tête vers elles, comme si la question l’irritait.

"Par magie. Il n'y a pas que vous qui savez en faire."

"Et vous pouvez faire aut'chose que voler avec ?"

Leur hôte soupira avec une certaine lassitude. Puis il fit un grand mouvement de tête, et la pointe de ses bois vira au rouge. Une brusque vague d'air chaud parcourt les pouliches et les environs. Les nuages juste au-dessus d'eux se dissipèrent soudainement, et la neige cessa de tomber.

Les trois pouliches regardèrent ça, extrêmement impressionnées. Ce qu'il venait de faire demandait en général plusieurs minutes à l'équipe météo de Ponyville. Elles observèrent avec émerveillement les étoiles, et le trou circulaire que cela avait formé dans les nuages.

Alors que tout semblait calme, l'instant suspendu dans le temps, le renne déclara d'une voix sombre :

"J'aurais pas dû faire ça..."

"Hein ?" firent en chœur les Cutie Mark Crusaders, tournant leur regard vers lui.

Au même moment, une violente bourrasque frappa le traîneau et tous furent secoués, leur moyen de transport oscillant dangereusement dans les airs. Scootaloo eut tout juste le temps de s'accrocher à sa rambarde, avant d’entendre un cri déchirant. Elle leva les yeux et aperçut Apple Bloom passer au-dessus d'elle, projetée dans les airs, avant de tomber dans le vide en hurlant.

"Apple Bloom !"

La pégase ne réfléchit pas une seconde et se jeta dans le vide pour aller chercher son amie. Elle mit ses sabots devant elle et battit de ses petites ailes pour la rattraper. Le sol était loin, mais il se rapprochait vite. Elle n'avait que peu de temps.

Apple Bloom ne la regardait même pas. Elle hurlait en regardant en dessous d'elle. Vers les arbres enneigés. C'est un nouveau cri de panique qu'elle lâcha quand elle sentit deux sabots passer sous ses pattes, avant de comprendre que ces sabots tentaient de la soulever.

Levant la tête, elle regarda Scootaloo qui faisait de son mieux pour la soulever, tirant autant que possible sur ses petites ailes. Mais malgré tous ses efforts, le sol ne faisait que se rapprocher de plus en plus vite.

"Aller Scoots !" encouragea désespérément Apple Bloom, ayant des larmes à cause du vent qui balayait ses yeux. "S'tu veux apprendre à voler, c'est l'moment ! Bats-les ces ailes !"

"Qu'est-ce que j'essaye de faire à ton avis !? Ça serait plus simple si tu étais moins lourde ! Tu devrais ralentir sur la confiture de pomme !"

"Hey ! Tu r'tires ça tout de suite ! La confiture de pomme est une tradition d'la famille Apple d'puis au moins s-"

"C'est pas le moment !" hurla la pégase en sentant ses ailes l'abandonner alors que les arbres se rapprochaient dangereusement.

"Vise les grosses branches au moins !" cria Apple Bloom.

Pendant qu'elle fixait le sol, la pouliche se sentit soudainement plus légère. Comme soulevée.

"Hé ben voilà quand tu veux !"

"C'est pas moi !" signala Scootaloo, qui battait toujours des ailes puisqu'elles tombaient encore, mais moins vite.

"Comment ça c'p-" commença Apple Bloom, avant de voir le traîneau se positionner sous elles.

À peine comprit-elle qu'elles atterrirent lourdement dans les affaires à l'arrière. Le véhicule perdit un peu d'altitude sous le choc, mais une grande partie fut amortie grâce à cela. Sweetie Belle s'effondra alors que sa corne s'éteignait, épuisée.

Scootaloo bondit rapidement hors des affaires – et du visage – d'Apple Bloom sur laquelle elle avait atterri, et reprit place à l'avant, regardant son amie.

"Wouah. Faut croire que c'est vrai : les licornes sont craquées."

"Votre amie n'y serait pas arrivée sans vos efforts", fit le renne. "Vous réagissez vite toutes les deux. Maintenant, faites plus attention."

"Aaaah...." se plaignit Apple Bloom en se relevant, désorientée. "J'crois qu'j'ai mal à une patte, mais j'sais pas laquelle..."

"On devrait te mettre une ceinture de sécurité", constata Scootaloo en regardant vers elle. "Ça va aller ?"

"Ouais, j'ai connu pire à la f-"

Encore une fois, la pouliche à ruban ne put pas finir sa phrase. Une violente bourrasque d'air froid l'interrompit et secoua le traîneau violemment. Sweetie Belle se rattrapa de justesse, tandis que Scootaloo regarda devant eux, paniquée.

"Qu'est-ce que c'est !?"

"Hum, du vent ?" tenta la licorne, trouvant la question idiote, surtout de la part d'une pégase.

"Pas ça ! Ça !"

Ses deux amies regardèrent vers ce que le sabot de leur camarade pointait. Les nuages étaient devenus encore plus sombres que la nuit elle-même. L'éclaircie qu'avait fait naître le renne plus tôt avait totalement disparue.

L'air semblait également être devenu encore plus froid. Le vent balayait le traîneau dans les airs.

Soudain, un hennissement perça les ténèbres. Aigu, comme venant d'un autre monde. Le renne serra les dents, maugréant :

"Dasher..."

"Quoi ? Où ça ?" s'étonna Scootaloo. "Qu'est-ce que Rainbow fait ici à cette heure là ?"

"Il a dit Dasher, pas Dash", corrigea Sweetie Belle, avant de regarder leur pilote. "Qui est-ce ?"

"Un ami..."

"Vous avez des amis qui ne sont pas des windigos ?" s'étonna la petite licorne.

Une nouvelle bourrasque secoua le traîneau, renversant les trois pouliches. Le renne tapa un grand coup son sabot dans le vide et un violent claquement se fit entendre. Alors qu'il prit une brusque accélération, il souffla entre ses dents :

"Non..."

Un nouveau hennissement retentit. Plus proche. Leur pilote sembla grogner, et tenta de tirer davantage sur le traîneau.

"Donc, ce Dasher..." comprit lentement Sweetie Belle alors que le vent lui sifflait aux oreilles malgré son bonnet.

Avant de finir sa réflexion, elle reçut un tapotement sur l'épaule de la part d'Apple Bloom. Elle fixait derrière elles, avec des yeux écarquillés. Scootaloo également.

La petite licorne tourna lentement la tête, craignant ce qu'elles étaient en train de regarder.

Ce fut pire que ce à quoi elle s'était attendue. À peine quelques mètres derrière le traîneau, galopant dans les airs, deux yeux blancs et froids les regardaient.

Ces orbites étaient une horreur que les contes n'avaient jamais su retranscrire. Emplies de haine et de colère. Une fureur aveugle, dirigée non pas contre une personne en particulier, mais contre le monde entier. Cette silhouette blanche semi-transparente les détestait. Sans raison. Simplement car elles existaient. Et cette haine ne s'estomperait jamais. Cette chose les poursuivrait jusqu'à la fin des temps. Jusqu'à ce que son souffle glacé les gèle.

Les trois amies se prirent dans les sabots les-unes-les-autres et se mirent à hurler de panique.

"Plus vite !" cria Apple Bloom.

"Impossible !" répondit le renne qui était déjà à son maximum. "Dasher est plus rapide que moi ! Il faut que vous fassiez quelque chose !"

"Nous !?" s'exclama Scootaloo qui voyait le windigo s'approcher lentement d'elles.

"C'est un esprit de mésentente ! D'égoïsme et de solitude ! Si vous montrez que vous êtes soudées, cela devrait nous laisser nous échapper !"

"Soudées !? Comment on fait ça !?

"J'en sais rien !" pesta le renne à voix haute. "C'est vous les amies, pas moi !"

Les trois pouliches se regardèrent, confuses et terrifiées. Qu'est-ce qu'elles pouvaient bien faire ?

"Heu... Joli heu... Bonnet, Sweetie Belle..."

"Hum... Merci Apple Bloom... J'aime beaucoup ta... crinière...?"

La créature derrière elles hennit à nouveau, renversant les trois amies. D'aussi près, sa voix lugubre crissait au plus profond des oreilles, qu'elles tentèrent de cacher avec leurs sabots, en vain.

"Ça marche pas !" hurla Scootaloo.

Le froid commença à pénétrer au plus profond de leur pelage.

"Essayez encore ! Ou on est fichus !"

"Qu'est-ce qu'on fait !?" paniqua Sweetie Belle, regardant ses amies, alors que les larmes que le vent faisait couler de ses yeux commençaient à geler.

"J'en sais rien", se lamenta Appel Bloom en se couvrant la tête, tentant vainement de mettre ses oreilles au chaud. "On n'aurait pas dû partir seules ! Si Twilight était là, elle saurait quoi faire !"

"Non !" fit soudainement Scootaloo en se relevant, tapant du sabot. "On est les Cutie Mark Crusaders ! On ne va pas se plaindre comme ça et espérer que d'autres résolvent les problèmes à notre place !"

"Elle a dit quoi !?" cria la licorne à son amie.

Apple Bloom haussa les épaules, ne l'ayant pas entendue non plus à cause de la force du vent. Mais la pégase n'en démordit pas, faisant face à la bête.

"On a prévu de sauver tout le monde ! Enfin, Equestria ! On va pas abandonner dès le premier windigo qui-"

La créature envoya une violente bourrasque en plein dans le traîneau, le faisant se soulever, Scootaloo tombant en arrière à côté de ses amies.

"C'est pas en faisant ça qu'on va s'en sortir !" fit Sweetie Belle, davantage par panique que par reproche.

"Désolée, je pensais que ça l'impressionnerait !" répondit la petite pégase qui sentait à peine ses ailes.

"J'aurais jamais dû vous emmener dans tout ça !" s'excusa Apple Bloom en les regardant, terrifiée. "C'est ma faute si on est parties après le Renne-Noël !"

"On aurait juste fini congelées chez Twilight !" argumenta la licorne. "T'y es pour rien !"

"Mais on aurait pu demander de l'aide !" continua la pouliche. "Plutôt que d'essayer de tout faire toute seules !"

Leurs pattes commençaient à se recouvrir de glace. Le traîneau perdait de la vitesse, alors que la présence derrière elles se faisait de plus en plus grande.

Sweetie Belle et Scootaloo vinrent contre Apple Bloom pour se tenir chaud, et se sentir l'une-l'autre dans ce qui semblait être leurs derniers instants.

"J'suis vraiment désolée..." continua à se lamenter la fermière.

"Ce n'est pas ta faute..." rassura la licorne. "On aurait dû mieux se préparer pour affronter des windigos."

"J'espère que les autres s'en sortiront..." fit la petite pégase. "Je suis désolée d'avoir dit que tu étais trop lourde, Apple Bloom."

"Je t'en veux pas", fit celle-ci avec un léger sourire triste.

"Au moins on est là toutes les trois."

Les Cutie Mark Crusaders se serrèrent mutuellement dans les sabots les unes des autres, laissant le fatidique froid gagner leurs corps.

Un nouveau hennissement se fit entendre. Plus agressif encore que les autres, plus lugubre mais aussi empli de douleur. La créature semblait souffrir. Son cri se fit plus lointain, moins glacial, moins menaçant.

Scootaloo entrouvrit les yeux, curieuse, voyant le windigo s'éloigner. Le renne s'ébroua et tira un grand coup sur le traîneau pour ne pas perdre de temps, s'éloignant aussi vite que possible alors que l'air retrouvait une température normale.

"Bien joué !" félicita leur guide.

"D'quoi ?" s'intrigua Apple Bloom qui venait de remarquer que ses pattes n'étaient plus gelées.

"Aha ! Je savais que mon plan marcherait !" s'exclama Scootaloo.

"Ton plan ?" fit Sweetie Belle en ouvrant également les yeux.

"Bien sûr ! Regardez, le windigo a fui grâce à mon intervention !"

"Je n'suis pas sûre..."

"Je crois plutôt que c'est parce qu'on s'est soutenues mutuellement", raisonna la licorne.

"Ouais, un peu comme dans l'conte."

"Pff", fit Scootaloo en détournant la tête d'un air fier. "Voilà que vous voulez me priver de ma victoire."

Sweetie Belle roula des yeux au ciel, alors que son amie poussa un soupir en préférant admettre :

"Bon, d'accord. Merci Scoot, ça t'va ?"

La pégase se frotta le torse d'un sabot d'un air faussement peu concernée, répondant juste :

"Je n'ai pas entendu Sweetie Belle."

"Merci", grommela celle-ci.

"Un peu de sérieux !" sermonna le Renne-Noël. "Si Dasher était ici, cela veut dire que les autres ne seront pas loin derrière ! Vous avez un plan pour les passer ?"

"Ils devraient se concentrer sur les villes, non ?" demanda Scootaloo qui, à l'étonnement de ses amies, semblait avoir réfléchi à la question.

"Probablement, ils vont aller là où il y a le plus de poneys à geler. Dasher n'était sûrement qu'un éclaireur."

"Alors il faut qu'on dérive un peu vers l'est", fit la pégase. "Sinon on va foncer droit sur Cloudsdale."

"On ne pourrait pas s'arrêter pour demander de l'aide aux Wonderbolts ?" suggéra Sweetie Belle.

"J'crois qu'ils seront trop occupés pour nous écouter sérieus'ment..."

"C'est vrai, les adultes n'écoutent pas souvent les pouliches", marmonna Sweetie Belle. "Mais ils pourraient écouter le Renne-Noël, non ?"

"Ne comptez pas sur moi pour tenter de convaincre je ne sais qui", répondit un peu trop froidement leur conducteur.

"Mais..."

"De toute façon, si vous voulez vous rendre chez moi, on ne va pas avoir le temps de s'arrêter ! À moins que vous ne vouliez voir votre pays recouvert de glace !"

"Est-ce qu'on y sera à temps au moins ?" demanda Scootaloo qui prenait cela très au sérieux.

"En voyageant par magie, peut-être", grommela le renne. "Mais cela risque d'attirer les autres."

"Parfait ! On va pouvoir les éloigner d'Equestria pour un temps alors ! Et mettre mon plan à exécution !"

"C'est quoi ton plan ?" demanda Apple Bloom.

La jeune pégase orangée tourna la tête vers son amie, le vent dans la crinière, un sourire malicieux au visage.

"Je vous le dirai une fois sur place. Mais je suis sûre qu'il va marcher, si on parvient à l'accomplir avant que les windigos n'arrivent !"

Les deux autres échangèrent un regard incertain. Non pas qu'elles n'eussent pas confiance en leur amie, mais celle-ci avait souvent du mal à évaluer la fiabilité de ses plans. Dès que cela sortait du cadre des cascades en trottinettes, du moins.

Le renne changea lentement de direction pour dévier de la route de Cloudsdale, semblant peu enclin à faire quelque chose qui attirerait soudainement ses congénères.

"Vous êtes sûres de vouloir y aller par magie ?" maugréa-t-il tout en s'attendant à la réponse.

"Certaines !" s'exclama Scootaloo en se dressant face au vent. "Et puis, il faut bien que vos amis soient là pour qu'on puisse leur redonner leur apparence normale, donc autant les attirer."

"Bon. Accrochez-vous alors. Je ne reviendrai pas en arrière si l'une de vous tombe."

Les trois pouliches obéirent immédiatement, allant prendre refuge à l'arrière du traîneau, là où se trouvaient le plus d'appuis.

"On est prêtes !" déclara la pégase une fois bien installée dans les affaires.

Le renne agita ses cornes brièvement. Celles-ci prirent une teinte bleu profond, comme la nuit. Le halo se répandit d'abord sur le corps du grand ongulé, puis se répandit sur les attaches autour de son corps, avant d'englober tout le traîneau.

Le bois réagit à la magie. Se mettant à vibrer. Il n'en fallut guère plus pour que Sweetie Belle comprenne :

"Il est enchanté."

À peine prononça-t-elle ces mots qu'une grande détonation survint, semblable à un feu d'artifice, et en possédant les effets pyrotechniques. Leur transport prit une brusque accélération, collant les trois pouliches au fond de leur bac.

Le vent fouetta leur pelage un bref instant, avant de s'estomper. L'accélération aussi semblait s'être arrêtée. Mais elles filaient. Plus vite que tout ce qu'elles avaient pu voir ou même imaginer. Entourées d'un halo bleuté protégeant tout l'attelage, elles regardaient, hébétée, tout le paysage d'Equestria défiler à une telle vitesse qu'il en était flou.

Elles virent aussi le ciel s'assombrir plus qu'il ne l'était déjà. Les derniers rayons de la Lune disparurent, laissant place à une obscurité presque totale. Jamais la nuit n'avait-elle été aussi sombre à Equestria.

Ou plutôt, au nord d'Equestria. Car elle n'était plus dans leur pays natal. Les immenses montagnes au-dessus desquelles elles passaient n'appartenaient en rien à leur nation.

"On... est déjà à l'Empire de Cristal...?" balbutia Sweetie Belle qui n'en revenait pas.

À peine eut-elle fini sa phrase que les montagnes n'étaient plus qu'un lointain souvenir. C'étaient maintenant de grandes toundras monotones, uniquement parsemées par des forêts de pins et des collines, qui s'étendaient sous elles.

"Pourquoi est-ce qu'on d'vait contourner Cloudsdale si on pouvait faire ça d'puis l'début !?"

"Ce traîneau répond tout autant à la magie de mes amis qu'à la mienne", fit le renne d'un ton amer. "Ils nous auraient stoppés sans problème. Au lieu de ça, ils vont juste nous poursuivre."

"Comment ça se fait qu'on est allés aussi vite ?" s'intrigua Scootaloo en revenant vers les sièges avant.

"Le traîneau a été enchanté pour nous aider à distribuer nos cadeaux aux autres races. Tenez-vous bien, on arrive."

Les pouliches ne se le firent pas dire une fois de plus. D'un geste rapide, elles s'agrippèrent aux rebords du traîneau.

À peine eurent-elles fait cela que leur transport fut parcouru d’une secousse brève, bien qu’intense. Elles ne filaient plus à travers le continent à une vitesse faramineuse. Le renne se déplaçait lentement dans les airs, perdant lentement en altitude.

Les trois pouliches regardèrent en contrebas, apercevant une grande vallée enneigée. Plongées dans l’obscurité des nuages, les Cutie Mark Crusaders se demandaient comment leur guide faisait pour s’orienter à travers les grandes montagnes. Pour elles, il n’y avait que d'immenses ombres qui leur passaient parfois à côté, signalant qu’elles venaient de frôler un pic rocheux.

"C'est ici ?" demanda Sweetie Belle en se mettant un sabot en protection devant les yeux, plissant ces derniers pour essayer de distinguer quelque chose.

"Les lumières sont éteintes depuis bien longtemps", fit le renne d'un ton grave. "Mais oui, c'est mon village."

Les sabots du grand ongulé touchèrent la neige, puis vint le tour des patins. Délicatement, il se posa, ralentissant son allure jusqu'à s'arrêter au milieu de la vallée.

"Combien vous êtes ?" demanda Scootaloo en apercevant quelques silhouettes de maisons grâce à sa vue de pégases.

"Nous étions neuf."

"Donc n'y a eu que neuf windigos pour attaquer Equestria ?"

"Huit", corrigea Apple Bloom. "Vu qu'lui n'était pas un windigo. Et puis c'était pas encore Equestria."

"Quand même, ça fait peu."

Leur guide se contenta de répondre :

"Suffisamment pour plonger le monde dans un hiver éternel."

Les trois se regardèrent, soucieuses. Puis une nouvelle question vint à l'esprit de la pégase.

"On a vu Dasher, mais vous, vous vous appelez comment ?"

"Ça n'a pas d'importance", grommela le renne. "Dépêchez-vous, les autres arriveront dans moins d'une heure."

"Oh, mais on n's'est pas présentées !" se rendit compte la petite terrestre. "Moi c'est Apple Bloom !"

"Je m'appelle Sweetie Belle."

"Et moi Scootaloo !"

Le renne tourna le regard vers les trois pouliches, qui affichaient un grand sourire. Leur regard insistant montrait qu'elles attendaient qu'il en fasse autant. Il soupira.

"Rudolph."

"Enchanté, Rudolph !" firent-elles en chœur avant de chacune bondir du traîneau.

La licorne et la pégase réussirent à atterrir avec grâce sur la neige, puis entendirent un "promf" sourd. Tournant la tête, elles ne trouvèrent qu'un trou là où leur amie aurait dû se tenir.

"Apple Bloom ?" appela Scootaloo en s'approchant.

"Comment qu'ça s'fait qu'la neige soit molle comme ça !?" rouspéta la terrestre en s'extirpant du trou.

"Beaucoup de neige tombe tout le temps ici", expliqua Rudolph. "Surtout avec les avalanches. Il faut un certain temps avant qu'elle ne devienne solide. Soyez prudentes. Et dépêchez-vous."

D'un geste il enleva l'attelage de son dos et s'assit dans la neige, massant ses pattes. Les Cutie Mark Crusaders se réunirent en cercle et commencèrent à se concerter.

"Alors, Scoot', c'est quoi ton plan ?" demanda Apple Bloom, trépignant d'impatience.

"Pour l'instant, on ne peut pas le mettre à exécution. On voit rien ici."

"Est-ce qu'on pourrait rallumer les lumières ?" fit Sweetie Belle à l'attention de Rudolph.

Celui-ci poussa un soupir. Ses cornes s'illuminèrent à nouveau, cette fois-ci d'un vert assez pâle.

Un lent bruit monta autour d'eux. Une vibration grave qui augmenta en puissance à mesure que des petites lueurs percèrent les ténèbres. Rouges, vertes, dorées, argentées et bleutées, elles gagnèrent rapidement en intensité, révélant le village.

Il était au creux de trois grandes montagnes, dans une petite vallée. Chaque maison était construite sur une pente abrupte, le flanc d'une des montagnes. Au-dessus, on pouvait distinguer une forêt de pins.

Tout était recouvert de neige. On distinguait à peine la charpente de bois des habitations. Celles-ci étaient d'ailleurs assez pittoresques, légèrement biscornues et entièrement faites de bois. Des vrais petits chalets.

Chaque maison possédait une petite devanture ornementée de sphères lumineuses. C'étaient d'elles que provenait la lumière. Bien que seules les maisons soient éclairées, la lumière était suffisante pour éclairer toute la vallée d'une douce lueur. Du moins, au début.

Alors que les pouliches s'émerveillaient, plusieurs boules commencèrent à grésiller tour à tour, puis à s'éteindre une par une. En quelques secondes, il en resta moins d'un quart d'allumées.

"Qu'est-ce qu'il se passe ?" demanda Apple Bloom, un peu attristée à cette vue.

"Elles n'ont pas fonctionné depuis des années", fit le renne avec un soupir dépité. "La magie en elles a dû s'en aller. Celles du centre ne s'allumaient déjà plus quand le sapin a été volé."

"Et il était où le sapin ?" enchaîna Scootaloo qui semblait très sérieuse.

"Au centre de la vallée. À peu près là où nous nous tenons."

Le regarde de Rudolph se perdit lentement vers le ciel, se mettant à rêver à voix haute :

"Je me souviens de toutes les lumières qui l'illuminaient. Les décorations accrochées sur l'arbre. Les sphères tenant notre magie, les rameaux peints entourant ses branches. Les cadeaux déposés à son pied. Les fêtes passées autour."

Il poussa un long soupir triste, avant de retomber dans son silence.

"Bon, maintenant qu'on y voit quelque chose, tu vas nous expliquer ?" s'enquit Sweetie Belle en regardant son amie.

"Vous allez voir, je trouve que c'est un super plan !" se vanta la pégase en bombant le torse.

"Abrège, Scoot', on a pas l'temps."

"Ok, alors écoutez."

Elle passa une patte sur la nuque de ses amies pour qu'elles s'approchent d'elle, exposant son idée :

"Les rennes sont devenus comme ça parce qu'ils n'ont rien donné depuis longtemps. Et les trois races les ont combattus à l'aide de leur coopération et de leur amitié."

"Ouais, jusqu'ici rien de nouveau", fit remarquer la licorne en arquant un sourcil.

"Mais pour l'instant, personne n'a essayé de leur offrir quelque chose en retour", continua Scootaloo avec un sourire ambitieux. "Donner est une grande part de leur culture, mais recevoir peut l'être tout autant. Un cadeau approprié pourrait les aider à se calmer."

"Et tu proposes quoi...? Au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, on n'est pas venue avec des cadeaux."

"On va leur rendre leur sapin ! Enfin, on va leur en offrir un nouveau. Et remettre leur village à neuf !"

"Comment tu comptes faire ça ? T'as une hache avec toi pour couper un aut' sapin et l'am'ner ici ?"

"Pas besoin. On va leur faire en neige et le décorer comme eux le faisaient."

"En une heure ?" fit Sweetie Belle, un peu sceptique.

"On est trois. Quatre, si on compte Rudolph. On a déjà fait plus en moins de temps."

"Je n'sais pas..." grimaça Apple Bloom en se frottant la joue. "Ça m'a l'air un peu léger comme plan."

"Faites-moi confiance."

La pégase leur fit un sourire confiant. Les deux autres échangèrent un regard, avant de s'accorder.

"J'm'occupe de déblayer la neige sur les maisons", proposa la terrestre. "Sweetie Belle, tu t'occupes de faire les décorations et Scoot, tu fais le sapin."

"En espérant que ça ne finisse pas comme le spectacle. Je ne suis pas sûre que les windigos aient envie de rire."

"Sois pas défaitiste comme ça", fit la pégase en les relâchant. "Allez, on a pas toute la nuit ! Cutie Mark Crusaders !?"

Les trois pouliches réunirent leur sabot avec un sourire.

"Ce soir, on sauve Equestria !" déclara Scootaloo.

"Ouais !" firent les deux autres en levant leur patte en l'air.

Immédiatement, Apple Bloom et Sweetie Belle partirent chacune de leur côté, s'empressant de chercher le matériel qui pourrait les aider. Scootaloo, elle, resta là où elle était et entreprit de rassembler le plus de neige possible entre ses sabots, commençant à la rouler.

Rudolph, dubitatif, regarda les trois pouliches à l'œuvre. Elles n'étaient pas bien organisées, en plus de ne pas être chez elles, mais mettaient du cœur dans chacune de leurs actions. Quelque part, cela lui rappela son propre peuple. Cette volonté de vouloir faire plaisir. D'offrir quelque chose.

Levant les yeux vers le ciel, qui venait de s'éclaircir, il se souvint. Regardant les étoiles, il poussa un soupir. Même si, pour lui, cela ne faisait qu'un an, cette époque paraissait tellement lointaine.

Scootaloo l'entendit.

"Qu'est-ce qu'il y a ?"

"Les aurores boréales me manquent..." fit-il, ce qui était en partie vrai.

"Les quoi ?"

"Le symbole de la magie des miens. Qui sait, peut-être que vous les verrez si vous réussissez."

Le ton de sa voix ne laissait que peu de place au doute : il n'y croyait pas.

"Ça sera cool alors !" répondit Scootaloo avec le sourire. "Vous nous montrerez ça !"

De son côté, Apple Bloom cherchait toujours de quoi déblayer la neige. Un ensemble de branchages aurait suffi, mais la forêt était trop loin et trop sombre pour qu'elle s'y aventure seule. Peut-être pouvait-elle trouver de quoi l'aider dans les maisons abandonnées, mais la politesse la fit plutôt aller demander à Rudolph.

"Vous avez pas des outils chez vous !?" demanda-t-elle en criant à travers la vallée.

Le renne leva la tête vers elle, l'air atterré.

"Elle va déclencher une avalanche !" s'exclama-t-il assez fort pour que Scootaloo l'entende, mais pas la terrestre.

La pégase lui fit signe d'approcher, comprenant l'inquiétude de Rudolph. Il fallait lui rappeler où elles étaient visiblement.

"Arrête de crier", rouspéta Scootaloo une fois que son amie fut plus près. "Il y a de la neige partout, tu vas nous faire recouvrir de neige."

"Ouais ben j'essaye d'gagner du temps", râla Apple Bloom, qui attendait encore la réponse à sa question. "On peut entrer dans les maisons pour chercher d'quoi nous aider ?"

"J'éviterais si j'étais vous", conseilla Rudolph. "Prendre les affaires des miens n'est pas une bonne idée."

"Et les vôtres ?"

Le visage du renne se fit un peu plus sombre. Le vent sembla réussir à percer entre les montagnes pour souffler dans la vallée, pénétrant le pelage des pouliches. Quelque chose changea dans l'atmosphère alors qu'elles se mirent à frissonner.

"Hum, Rudolph...?" demanda lentement Apple Bloom.

Le grand ongulé ne répondit pas, expirant d'un coup lourdement par le museau, comme s'il était en colère.

"S'il vous plaît...?" tenta Scootaloo, pensant que la politesse était importante pour lui.

Le renne ouvrit lentement la bouche, parlant lentement, d'une voix plus grave :

"Vous voulez que je vous donne quelque chose...? Vous venez ici et vous vous attendez à pouvoir avoir tout ce que vous voulez...?"

"C'est pour déblayer la neige. Pour vous aider. Je vous le rendrais après."

Les sabots noirs se crispèrent sur le sol blanc, l'enfonçant un peu dans un bruit sourd. Puis, les muscles des pattes de Rudolph se détendirent, alors qu'il poussa un soupir.

"Désolé..." souffla-t-il, sincèrement empli de remords. "Ma maison est celle qui est seule sur sa pente. Vous pouvez y prendre ce que vous voulez."

Apple Bloom passa son regard sur les quatre flancs de montagnes. Effectivement, si chacun arborait deux ou trois maisons, un seul, plus loin du centre que les autres, n'en possédait qu'une.

"Merci !" fit-elle en s'y précipitant.

"Bon aller ! Il va pas se faire tout seul cet arbre !" lança Scootaloo, tentant d'oublier le fait que leur guide semblait être de moins en moins stable.

Avec ses petits sabots, elle creusa dans la grande boule de neige qu'elle avait formée. Tentant de la modeler dans la forme d'un sapin, elle finit par s'arrêter, remarquant que la poudreuse contre son sabot n'avait plus l'air si froide. En fait, elle n'en sentait même plus la texture.

Pendant ce temps, Sweetie Belle examinait les lumières au sol. Elle en avait déjà vues lors des expositions de sa sœur. De simples sources de magie lumineuses, enfermées dans des boules colorées. Enfin, « simples » non, car pour durer aussi longtemps il fallait quelqu'un de vraiment talentueux. Mais la petite licorne pensait qu'elle pouvait en faire quelques-unes, qui dureraient peut-être la nuit.

Prenant celles qui étaient cassées, elle commença à tenter de leur insuffler sa magie pour les remettre en état.

La petite fermière arriva devant la maison de Rudolph, après une pente qui lui avait semblé interminable.

"J'aurais dû prendre des bottes", fit-elle, dépitée en regardant ses pattes enneigées.

Reportant le regard sur l'habitation, elle comprit vite qu'elle allait devoir creuser. Seuls le toit et une fenêtre étaient encore visible, dépassant du sol. Heureusement, le petit chemin luminescent et une grande guirlande lui indiquèrent là où se trouvait probablement l'entrée.

Après plusieurs minutes à s'affairer chacune de leur côté, sous le regard attentif du renne, les trois pouliches semblaient bien avancer. La terrestre finissait de déblayer la porte, la licorne avait redonné la lumière à deux maisons, et la pégase avait déjà un début de sapin plus grand qu'elle. Le travail restait grossier, mais le simple fait de revoir son village prendre vie réchauffa le cœur de Rudolph. Mais une question persistait.

"Pourquoi faites-vous cela ? Rien ne vous y oblige, vous auriez pu fuir, ou tenter de vaincre les miens."

"On ne peut pas abandonner Equestria", répondit Scootaloo en commençant à enrouler une deuxième boule de neige. "Même si on avait fait évacuer Ponyville, tout le reste aurait fini gelé. Après je sais pas si les Éléments auraient marché."

Elle réfléchit quelques instants à cette option. Elle ne savait même pas où les pierres étaient gardées. Si ça avait été à Canterlot, elles n'y seraient pas arrivées à temps.

"Vous connaissez des gens en dehors de votre village ?" continua le renne.

"Pas beaucoup, enfin pas moi. Apple Bloom a de la famille à Appleloosa."

"Qu'est-ce qui vous empêchait alors de laisser tous ces inconnus derrière...?"

Scootaloo s'arrêta, légèrement surprise, tournant la tête vers Rudolph, avant de réfléchir.

"Parce que c'est mal...?"

"Vous n'avez pas à risquer votre vie pour des gens que vous ne connaissez pas..." soupira-t-il.

"Ben, et vous, pourquoi est-ce que vous distribuiez des cadeaux à des poneys sans même jamais aller leur parler ?" interrogea la pouliche. "Ou pourquoi vous nous avez aidé à venir jusqu'ici ? Pourquoi est-ce que vous êtes encore là, alors qu'on vous a juste demandé de nous amener à votre village ?"

Rudolph réajusta son attelle tout en répondant lentement aux trois questions :

"C'était vital, vous avez une dette à payer à mon peuple, et là où on est, galoper ne servirait à rien."

"C'était vital ?" répéta la pégase, peu convaincue.

"Être généreux est important pour nous, je vous l'ai déjà expliqué", s'énerva le renne en commençant à grommeler.

"Mais vous n'aviez pas besoin d'aller jusqu'aux poneys."

"Tu penses tout savoir mieux que nous !?" s'exclama-t-il soudainement en se levant.

Un fort vent manqua soudainement de renverser Scootaloo. Rudolph se tenait devant elle, droit et menaçant, la toisant du regard. Ses yeux étaient devenus blancs alors que ses bois semblaient avoir en partie disparu.

La pouliche se recroquevilla, terrifiée par son brusque changement. Bien qu'elle sentît que chaque mot pouvait aggraver la situation, elle se défendit avec toute l'honnêteté dont elle était capable.

"N-Non, c'est juste que de la façon dont vous l'avez décrit, les choses semblaient différentes..."

"En quoi !?" tonna le renne en même temps que le ciel gronda.

Apple Bloom et Sweetie Belle levèrent la tête en entendant cela, craignant que les windigos soient déjà là, sans remarquer que leur amie risquait bientôt de faire face à l'un d'entre eux.

"V-Vous avez dit aimer donner... J'ai cru que ça voulait dire que vous faites ça pour autre chose que simplement ne pas vous transformer en windigos..."

"Et quelle serait cette raison !?" gronda l'ongulé, la voix camouflée par le vent glacial.

Scootaloo se replia un peu plus sur elle-même, se mettant à grelotter de peur.

"Que vous avez fait tout ça parce qu'être généreux vous fait réellement plaisir... Vous faisiez des cadeaux aux poneys simplement car le fait de donner vous rend heureux..."

Le vent cessa soudainement, ramenant le silence dans la vallée. Rudolph s'était immobilisé, le regard droit sur Scootaloo. Derrière sa colère se trouvait désormais de la confusion. Pourquoi avait-il été généreux ?

Une voix froide en lui disait que c'était pour éviter de blesser les autres, par peur de devenir un monstre. Qu'il avait été naïf de vouloir protéger toutes ces créatures égoïstes de ce que lui était. Des voleurs ingrats, ce monde n'était rempli que de cela. Ils ne méritaient pas qu'il se donne autant de mal pour eux.

Mais cette voix n'était pas la seule. Une autre, plus distante mais également plus chaleureuse, tentait de le lui rappeler. La chaleur dans son cœur en voyant les siens festoyer. Ce sentiment profond lorsqu'il donnait un présent à un ami. Cette vague de joie lorsque, lors de sa distribution, il sentait la surprise et le bonheur de ces inconnus, découvrant un présent inattendu. Le simple plaisir d'offrir. De partager.

Ses pattes l'abandonnèrent alors que ses yeux reprirent leur teinte brune naturelle. Il s'effondra au sol, devant la pouliche, enfouissant la tête dans ses sabots en se souvenant. Qu'il était devenu aigri. Que son cœur s'était assombri. Comme les leurs.

"Vous allez bien...?" hésita Scootaloo en le voyant ainsi, chamboulée par tous ces soudains changements.

"Non, petite..." répondit-il lentement. "Car j'avais oublié qui j'étais..."

"Euh, c'est-à-dire...?"

Il enleva les sabots devant sa tête, révélant un visage tourmenté face à la pouliche. Mais il ne la regardait pas. Ses yeux étaient ailleurs, avec ses pensées.

"Il ne me reste que quelques heures, avant de devenir à mon tour un windigo... Et je ne peux rien y faire..."

"Comment ça se fait que vous ne vous transformiez que maintenant ?"

"Pardon...?" s'intrigua le renne, légèrement confus par sa formulation.

"Tous les autres se sont transformés, mais pas vous", fit remarquer la pégase. "Pourquoi ?"

"Car j'ai continué à donner malgré la colère des autres... Quand l'arbre a été volé, la veille de Noël, tous les miens ont cessé leurs cadeaux. Même entre eux."

Rudolph reprit péniblement appuis sur ses pattes avant, se mettant assis dans la neige, toujours le regard plongé dans son passé.

"Mais c'était Noël. Nous devions faire notre tournée des villages alentours, pour distribuer nos habituels présents. En plus, c'était à mon tour de diriger fièrement notre traîneau aux autres contrées du monde."

La pouliche s'assit en face de lui, écoutant ce qu'il avait à dire.

"Mais les miens ne le voulaient pas... Ils exigeaient que l'arbre nous soit rendu avant toute chose. Et moi... je pensais qu'en donnant, on nous le rendrait. Alors j'ai rassemblé les cadeaux que nous avions confectionnés, avant que les autres ne les détruisent, et je suis allé les distribuer. Car pour rien au monde, je n'aurais manqué cet instant que j'avais attendu neuf années... Mais l'arbre n'a pas été rendu... Qui que fut le voleur, mon geste ne l'a pas touché. Les miens m'ont enfermé chez moi, pour me punir. Toute l'année, j'ai tenté de les raisonner. Tout l'année, ils ont refusé de m'entendre. Je ne pouvais plus donner. Je n'en avais plus l'envie."

La voix de Rudolph descendait lentement à mesure que son histoire progressait. Scootaloo avait du mal à savoir l'émotion qu'il ressentait. De la peine ? Des remords ? De la froideur ?

"Quand un an s'est écoulé, quand la veille de Noël est arrivée, ils se sont changés en windigos. J'ai alors tenté de sortir de chez moi. De les raisonner une dernière fois. Et pour seule réponse, j'ai été gelé. Jusqu'à aujourd'hui."

"Vous venez juste de vous réveiller ?" s'étonna la pouliche.

"C'est pour cela qu'il me reste encore un peu de temps... J'espérais pouvoir fuir au sud, et donner certaines de mes affaires à quelqu'un. Cela m'aurait évité de finir en windigo à mon tour..."

La pégase le regarda bizarrement. Était-ce vraiment un problème ? Donner était-il si compliqué que ça ?

"Pourquoi vous ne m'offrez pas quelque chose alors ?"

"Quoi donc...?" demanda le renne. "Qu'est-ce que je pourrais t'offrir...?"

Scootaloo arqua un sourcil.

"Vous avez des trucs dans le traîneau, non ? Ou même de la neige suffira, non ? Ce qui compte c'est que vous donniez quelque chose."

Les sabots de Rudolph se crispèrent à nouveau. Ses dents se dévoilèrent lentement, à mesure qu'il les serrait.

"Un cadeau n'a de valeur que s'il est fait de bonté de cœur... J'ignore la façon dont vous procédez, mais un présent forcé n'est pas un présent... C'est du mépris, de la crainte, ou de la pitié..."

"C'est ce que je disais tout à l'heure", fit remarquer Scootaloo. "Il vous faut un vrai sentiment. Donc offrir votre traîneau à quelqu'un ne vous aurait pas aidé dans tous les cas."

"Non... Mais jusqu'à ce que je vous rencontre, je n'avais pas d'autre choix..."

La pégase reprit lentement confiance en elle, venant se placer à côté de lui. D'une voix assurée, elle résuma :

"Donc c'est à nous de vous redonner cette envie d'offrir ! À vous, et aux vôtres !"

Le grand renne se relâcha lentement, retrouvant un semblant de calme. Mais c'était bien la seule chose qu'il avait retrouvée.

"Peut-être... Je n'y crois guère, petite..."

"Faites-nous confiance !" fit la pouliche en bombant le torse.

"Mh..."

"Bon par contre je dois me remettre au travail", continua-t-elle en retournant vers son esquisse de sapin en neige. "Il faut que tout soit prêt pour quand les autres arriveront !"

Alors que la pégase reportait son attention sur son œuvre, Apple Bloom parvint enfin à déblayer suffisamment la devanture de la maison de Rudolph, ouvrant la porte. Ou du moins elle essaya. Le mécanisme était gelé, entouré de neige, elle-même également gelée. Malgré toute la force dont savait faire preuve une terrestre de son âge, elle n'arriva pas à la faire bouger.

"Allez !" supplia-t-elle en forçant son épaule contre le bois froid.

"Un souci ?" fit soudainement une voix à côté d'elle.

Après son sursaut passé, la pouliche regarda son amie. La licorne tenait par magie plusieurs petites sphères luminescentes colorées, reliées par un petit fil.

"Qu'est-ce qu'tu fais là ?"

"Je viens accrocher les décorations", répondit Sweetie Belle. "Vu que c'est la première maison que tu as déneigée."

"Mais y a déjà une guirlande sur celle-là", remarqua Apple Bloom en désignant l'encadrement de la porte, effectivement décoré.

La licorne procéda à l'échange avec sa propre guirlande, prenant l'autre en l'examinant, avant de répondre :

"Ouais mais celle-là a besoin d'être réparée. Mais du coup, c'est quoi ton problème toi ?"

"J'essaye d'entrer dans la maison. Mais les gonds sont g'lés."

Sweetie Belle examina la grande porte face à elles. Vue de près, la maison donnait l'impression d'avoir été faite pour des géants. Ce qui n'était pas étonnant vu la taille de Rudolph.

Après une brève réflexion, la petite licorne força sur sa magie, englobant les bords de la porte dedans.

"Essaye d'ouvrir ?" fit-elle en restant concentrée.

Apple Bloom ne se le fit pas redire. Après s'être assurée que la poignée était tournée, elle donna un coup d'épaule contre la porte. Celle-ci bougea, un craquement se faisant entendre sur ses côtés.

"Ça marche !" s'exclama la terrestre.

Prenant un peu de recul, elle vint à nouveau charger la porte. Cette fois-ci, elle s'ouvrit à la volée dans un bruit sourd de glace brisée.

"Woaaaaah !" fit Apple Bloom, emportée par son élan dans le chalet, terminant sa course au sol après un petit mètre.

Sweetie Belle entra tranquillement à sa suite, regardant un peu autour d'elle, illuminant l'endroit alors que la terrestre se relevait.

"C'est sympa ici", remarqua la licorne.

"Il fait aussi froid que dehors !" se plaignit Apple Bloom qui commençait à être frigorifiée, s'attirant le regard incertain de son amie.

"Tu t'attendais à quoi ? Ça fait des siècles que ça n'est pas chauffé."

"J'aurais dû m'habiller un peu plus..."

Les deux amies regardèrent la maison. Tout était fait en bois, évidemment. L'entrée menait directement dans ce qui devait être un salon, à en juger par la décoration ambiante, le fauteuil et la table.

"Et du coup ? Tu viens faire quoi ici ?"

"Chercher du matériel ! Une pelle serait génial !"

"Il doit y avoir une réserve pour ça ?" supposa Sweetie Belle. "S'ils vivent tout le temps dans la neige."

"Sûrement. Tu m'éclaires le chemin ?"

"J'ai pas une magie infinie. Tiens."

La licorne lui posa une sphère lumineuse dans un sabot. Elle brillait faiblement, mais c'était mieux que la nuit noire.

"J'ai encore beaucoup à enchanter", continua-t-elle. "Je ne sais même pas si je vais réussir à finir la deuxième."

"Oh, t'en fais pas Sweetie Belle, tu vas y arriver", rassura son amie en regardant la sphère.

La pouliche ressortit en lançant gentiment à son amie :

"Merci ! Bon courage !"

Elle laissa Apple Bloom seule dans la pénombre. La lumière suffisait à éclairer les murs, mais guère plus. La sphère réchauffait également ses sabots, légèrement.

"C'est l'heure de chercher !" s'exclama-t-elle en s'élançant dans la maison avec entrain.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.