Discord icon

Partie 4

Sweetie Belle prit un peu de recul, observant son œuvre. Elle avait utilisé chaque parcelle de guirlande disponible pour décorer le sapin au centre du village et le résultat était très satisfaisant. Les couleurs variées, l'enroulement harmonieux. Même l'absence de sommet de l'arbre en neige n'était pas si gênante. En tout cas, pas à l'œil de la pouliche. Mais est-ce que les rennes allaient être de son avis ? Est-ce que cela allait vraiment suffire ?

Et les autres qui ne revenaient pas... Devait-elle annoncer à Rudolph qu'elle avait fini ? Les attendre ? Mais les attendre ne risquerait-il pas d'énerver davantage les windigos ? Et si elle échouait ? Et si ses amies avaient des choses à rajouter qu'elle ignorait ? Elle ne pouvait se résoudre à prendre la responsabilité de condamner Equestria, mais elle ne savait pas quelle décision risquait le plus de mener à ce désastre !

Ses pensées torturaient son esprit. Que faire ? Gagner du temps, sûrement, c'était encore la meilleure chose. Mais comment ? Elle n'avait plus aucune guirlande. N'y avait-il aucune autre décoration ici ?

"C'est ça !" pensa-t-elle soudainement.

Elle devait trouver d'autres décorations ! Après tout, les guirlandes, c'était monotone. Il fallait de la diversité !

Sans plus attendre, la licorne s'élança vers une maison, à la recherche de nouvelles choses à utiliser pour orner les habitations et le sapin. Au début, elle commença à se dépiter. Pas de rubans, pas de perles, rien.

Mais c'était la façon de décorer de Ponyville ça, pas celle des rennes. Elle devait faire avec les coutumes locales, bien qu'elle les ignorât. Dans la maison de Rudolph, elle trouva des petites sculptures en bois dans une caisse. Un cadeau qu'il avait préparé longtemps auparavant ?

À vrai dire, il y avait plusieurs caisses dans cette pièce. Comme un genre de débarras. Sweetie Belle se sentait un peu coupable de se servir dedans, mais elle était sûre qu'il ne lui en voudrait pas.

Les sculptures feraient de jolies décorations à suspendre aux maisons. Mais ce qui l'intrigua, c'était ce qui se trouvait au sommet de l'étagère. Une grande boite, sur laquelle était marquée une inscription, dans une langue qu'elle ne connaissait pas.

Décidément, cette nuit lui réservait beaucoup d'utilisations de sa magie. Mais celle-ci était plus habituelle. Posant la boîte délicatement, l'intérieur l'intrigua un peu. Une étoile ? Des grelots ? Certains étaient reliés par une sorte de filet, et d'autres avaient une simple corde pour être suspendus.

Leur son était doux, un tintement pur, dont Sweetie Belle comprit vite le charme. Secoués par le vent, cela devait ajouter une ambiance calme là où ils étaient accrochés.

L'étoile, elle, reflétait de mille feux la lumière de sa corne. Qu'est-ce que cela pouvait donner, entourée par les guirlandes du village ? La licorne devait voir ça. Et elle se devait de montrer ça aux autres.

 

De son côté, Rudolph faisait toujours face à la geôle rougeâtre de ses congénères. Les prisonniers, silencieux, le fixaient sombrement.

"Qu'as-tu fait de Comet ?" demanda Cupid. "Il a dû arriver ici avant nous."

"Tu le sauras, tôt ou tard", répondit Rudolph en serrant les dents. "Maintenant, tais-toi."

"Tu penses que ces petites ont une chance ?" se moqua doucement la silhouette blanche. "Regarde-toi, tu es en passe de devenir comme nous. De déchaîner ta colère contre ceux qui nous ont dérobés. Et tu nous aideras à punir ce monde pour son avarice."

"Tu parles !" beugla Prancer. "À la seconde où je sors d'ici, je vais faire de la pâtée de museau rouge pour nous avoir enf-"

Le windigo fut interrompu par la tête de Blitzen qui percuta violemment la sienne.

"La ferme !" pesta-t-il.

"Oh, mais il n'est pas si naïf", fit Donner, le quatrième, fixant Rudolph. "Museau-rouge sait qu'il sera le premier. N'est-ce pas ?"

"On aurait dû faire ça dès le début", grommela Blitzen.

"Nous étions trop gentils... Une image de notre propre naïveté."

"Pourquoi Vixen n'était-elle pas avec vous ?" coupa Rudolph, ignorant la question. "Normalement, c'est Dancer et Dasher qui se déplacent seuls."

"Bla bla bla, on va te répondre bien sûr !" ricana Prancer.

"Tu nous as dit de nous taire, après tout", répliqua Cupid d'un ton cinglant.

Le semblant de glace autour des windigos se resserra brutalement, dans un craquement sinistre. Les quatre intensifièrent leur propre aura, menaçante mais pour l'instant inoffensive. Les anciens amis se dévisagèrent.

"Ces murs ne nous retiendront pas éternellement..." souffla Blitzen.

"Ce n'est pas mon problème, c'est le vôtre."

"Rudolph !" fit soudainement une petite voix approchant.

Sweetie Belle arriva juste à côté de lui, jetant un regard inquiet d'abord au renne, puis aux windigos.

"Qu'y a-t-il ?" demanda le grand ongulé d'un ton peu courtois.

"J-J'ai fini", répondit la licorne, intimidée.

Elle n'avait pas eu le courage d'attendre le retour de ses amies. Scootaloo ne pouvait pas vraiment faire mieux, et Apple Bloom avait suffisamment déblayé les maisons pour qu'elles soient présentables, avec quelques retouches de la part de Sweetie Belle.

"Tu es certaine ?"

La licorne acquiesça lentement, même si cette question venait de faire naître de grands regrets en elle.

Rudolph reporta son attention sur ses congénères, l'air sec.

"Cette pouliche a déjà fait plus pour vous que vous n'avez fait pour elle."

Le renne ferma les yeux, semblant se concentrer. La prison de glace s'éleva soudainement dans les airs, sous le regard inquiet et intrigué de Sweetie Belle.

"Qu'est-ce que vous...?" commença-t-elle.

Avant même que sa phrase ne soit finie, la geôle vola en éclats, libérant les quatre windigos.

La pouliche se figea, mais étrangement, les créatures ne passèrent pas à l'attaque. À la place, elles semblèrent surprises, fixant Rudolph en silence. Le renne poussa un long soupir, le ton toujours sombre, mais avec une teinte de sincérité, de requête, d'espoir.

"S'il reste une once de générosité en vous, donnez à ces pouliches leur chance. Elles sont venues de loin, pour tenter d'apaiser des créatures qu'elles ne connaissaient que par des légendes terrifiantes. Vous offrez la mort à leur monde, elles vous offrent une nouvelle vie."

Les quatre silhouettes se regardèrent. Malgré leurs grands yeux de glace, on pouvait deviner qu'elles étaient interloquées. Se pouvait-il que l'intention des Cutie Mark Crusaders les touche ?

Sans un mot, elles se mirent à planer au-dessus du village, observant.

Les maisons étaient toujours recouvertes, mais Apple Bloom avait dégagé une partie de leurs entrées, et Sweetie Belle avait fait de son mieux avec. La pouliche avait simplement agencé la neige à leur entrée pour en faire un élément du décor à part entière. Comme si les habitations étaient creusées à-même la montagne, leur donnant un côté charmant, chaleureux.

Les guirlandes encadraient les entrées, diffusant une jolie lumière colorée. Bien réparties, on ne remarquait pas tant que ça que leur nombre manquait.

Vu du ciel, on pouvait également observer des petites formes tracées dans la neige. Notamment des chemins partant de chaque chalet, menant vers le centre.

"Comme autrefois..." pensa une des créatures, se souvenant des sentiers effacés depuis longtemps.

Et au centre, bien sûr, l'arbre. Le sapin, arborant mille-et-une couleurs, enroulé de guirlandes, décoré par la sculpture qui projetait des ombres chatoyantes. Et, à son sommet, l'étoile. La grande étoile, reflétant les lumières comme autant d'étincelles, couvrant le hameau de pétales verts, rouges, jaunes et bleus. Un véritable ballet de couleurs.

Les windigos descendirent lentement, pour l'observer de plus près. Quand ils se posèrent au sol, le vent semblait avoir cessé. La neige ne tombait plus. Les nuages s'écartèrent.

Devant leur silence et leurs figures qui ne laissaient transparaître aucune émotion, Sweetie Belle trouva le courage de s'approcher d'eux, demandant timidement :

"Est-il réussi...? Nous n'avons pas beaucoup de grands sapins à Equestria, mais Scootaloo a essayé d'en faire un ressemblant aux nôtres... Mais elle n'a pas eu le temps de le finir."

"Le nôtre était plus grand..." souffla une des créatures, sans pour autant que cela ne semble être un reproche. "Bien plus grand... Noël... Le dernier cadeau des anciens..."

"Je sais qu'il ne le remplacera pas..." confia la pouliche. "Mais on a voulu construire ça pour vous permettre de lui rendre hommage."

En réalité, Sweetie Belle improvisait un peu pour la dernière partie. Le but, c'était de ne pas finir congelée, et d'aider les windigos - non, les rennes - à aller de l'avant.

"Peut-être..." fit lentement Cupid, pensive, les yeux fixés sur l'édifice de neige.

Un léger souffle d'air frais balaya la vallée. La licorne regarda les quatre silhouettes avec un fol espoir. Est-ce que cela allait vraiment marcher ? Leur voix n'était plus si menaçante, ni désagréable.

Alors que le cœur de la pouliche se serrait d'appréhension, un drame vint poignarder ses espoirs. La chaleur dégagée par les guirlandes acheva de faire fondre les parties porteuses. Tout le pan supérieur de l'arbre tomba en arrière, s'étalant au sol, rapidement suivi par des branches inférieures qui se détachèrent à leur tour, ne laissant qu'une simple souche de neige.

Sweetie Belle écarquilla lentement les yeux, sentant qu'elle allait faire un malaise. Elle ne pouvait y croire.

Un silence pesant s'installa dans la vallée. La pouliche n'osa même pas détourner les yeux, fixant la souche alors qu'elle sentit une larme lui venir à l'œil. Mais elle n'eut pas le temps de couler sur sa joue, gelant presque immédiatement devant sa paupière.

"La magie licorne est donc plus thermique que la nôtre..."

Sweetie Belle tourna très lentement la tête vers les windigos, étonnée du calme de cette réaction, mais restant terriblement effrayée.

Les quatre silhouettes se tenaient au même endroit, leur aura éthérée dansant paisiblement dans le calme de la nuit, alors qu'elles regardaient encore le reste de l'édifice en neige.

"J-Je suis désolée", bafouilla la petite licorne en s'approchant de l'arbre, tentant de le remettre en place avec sa magie, en vain vu son épuisement.

"Ce n'est rien", fit lentement Cupid.

Sweetie Belle s'arrêta, les regardant timidement.

"Vous n'êtes pas en colère...?"

"L'intention et le cœur mis dans un cadeau comptent plus que la réussite de ce cadeau", expliqua lentement Blitzen d'une voix profonde.

"Ç-Ça a marché alors ?" s'enquit immédiatement la licorne, l'espoir revenant dans ses yeux, s'attendant à les voir redevenir des rennes d'une seconde à l'autre.

Mais rien de tout ceci ne se produisit.

"Ça ne suffira pas", fit Donner, regardant ses congénères. "N'est-ce pas ?"

"Ton acte a momentanément apaisé notre rage", confirma Cupid en fixant Sweetie Belle dans les yeux.

"Mais notre haine est plus profonde que cela", continua Blitzen.

La licorne pouvait le dire rien qu'en les voyant. Leur regard était encore froid. Le vent moins fort, mais c'était un vrai calme avant la tempête.

"Et puis bon, pour montrer ça aux autres, c'est raté", fit remarquer Prancer. "Donc quand ils vont arriver, ça v-"

Un violent crissement suraigu perça la nuit et les tympans de tous. La pouliche se couvrit les oreilles, regardant vers Rudolph. Celui-ci était entouré d'une aura rouge écrasante, qui ne cessait de grandir.

"Vous m'aviez dit que cela marcherait !" hurla-t-il de rage.

Il s'éleva à nouveau dans les airs alors que son pelage commençait à disparaître totalement, laissant place à un halo brun qui tourna rapidement au pourpre. Ses bois finirent de se transformer en longues crinières éthérées, sa silhouette grandissant un peu plus.

"Rudolph !" cria la pouliche, comprenant ce que son échec avait causé.

"Vous aviez une dette à payer ! Je ne peux pas faire confiance aux miens, je n'aurais jamais dû espérer que vous soyez différentes !"

"Non ! C-Ce n'est pas ça !"

Sweetie Belle allait fondre en larmes. Non. Elles avaient vraiment fait de leur mieux. Et leur plan avait en partie marché !

"J'aurais dû vous laisser geler..."

"Museau-rouge s'énerve", commenta Prancer d'un ton moqueur.

L'aura autour de Rudolph commença à se condenser autour de lui, entamant la dernière phase de sa transformation en windigo.

Au même moment, un bolide s'abattit sur lui violemment, l'enfonçant dans la neige. Une longue silhouette blanchâtre descendit du ciel juste après, planant au-dessus de la zone d'impact.

"Rudolph, revenu à la maison. Mais pas pour devenir un des nôtres."

Sweetie Belle s'effondra au sol. Cette voix était presque pire que les autres. C'était l'engourdissement incarné, la fatigue du froid, le sentiment d'abandon, condensé en un simple son sifflant.

"Comet ?" appela le windigo, fixant le cratère dans la neige.

Une autre créature en sortit, venant à sa hauteur sans lâcher sa proie de yeux. Le dénommé Comet vint se placer à côté du nouvel arrivant.

Celui-ci fixa soudainement ses quatre congénères encore devant les restes du sapin.

"Pourquoi est-ce que vous ne vous êtes pas occupés de lui !?" pesta le windigo.

"Il nous a surpris", siffla Cupid.

"Et emprisonnés", ajouta Blitzen.

"Mais on s'est enfuis", continua Prancer.

Sweetie Belle les regarda, incrédule. Est-ce qu'ils mentaient consciemment ? Avaient-ils déjà oublié que Rudolph les avait relâchés pour qu'ils voient le travail des Cutie Mark Crusaders ? Leur cadeau ?

En voyant le vent reprendre, et leur voix se dénaturer à nouveau, la licorne comprit. Oui, ils avaient oublié. Leur nature les poussait à oublier le moindre acte de bonté.

"C'est bien ta manie de toujours critiquer les autres, Vixen, n'est-ce pas ?", jeta avec mépris Donner.

"Toujours à défendre votre incompétence", cracha Vixen, reportant son attention vers le cratère où reposait Rudolph, hors de vue de la licorne. "Enfin, je l'ai enfin rattrapé, c'est l'essentiel. Dire qu'il avait réussi à s'échapper malgré les dommages faits à sa patte."

Le windigo se posa lentement au sol, s'ébrouant.

"C'est tout ce que mérite un voleur de traîneau comme lui", approuva Comet.

Sa voix était plus brute. Plus forte, comme une avalanche.

"C'est vous qui l'avez blessé !" s'insurgea Sweetie Belle en comprenant que les blessures de Rudolph n'avaient pas été causées que par sa mauvaise chute.

Un violent sifflement parvint à ses oreilles, alors que Vixen redressait sa tête, la tournant lentement vers la pouliche, imité par les autres créatures présentes. La licorne comprit vite son erreur, baissant les oreilles de terreur. Ils l'avaient oubliée l'espace d'un instant.

Seule, face à six windigos.

"Qu'est-ce qu'une autre créature fait dans notre village !?" tonna Vixen dont la voix partit dans des aigus horribles.

Sweetie Belle se tassa sur elle-même, tremblant un peu plus, sentant le vent monter d'un coup.

 

"Je t'avais bien dit qu'on aurait dû escalader !"

"Comment tu voulais escalader !? Y avait même pas d'prises sur le mur !"

"On aurait pu grimper, dos à dos. Comme dans le dernier Daring Do !"

"Rha, arrête avec ça !"

Apple Bloom poussa un soupir d'exaspération, continuant d'avancer péniblement dans la neige.

Elles avaient mis du temps à trouver une sortie praticable dans cette grotte, mais elles étaient à nouveau en vue du village. Malgré le blizzard ambiant, elles voyaient les lumières dansantes des décorations.

Dansantes ? La pouliche devint un peu suspicieuse. Et si ces lueurs signifiaient autre chose.

"Tu penses que ça va pour Sweetie Belle ?" demanda Scootaloo au même moment. "Elle a eu le temps de finir ?"

"J'sais pas, j'ai un mauvais pressentiment."

Les deux arrivèrent à l'entrée du village. Et comprirent vite que quelque chose n'allait pas. Dans l'air, le son strident de windigos en train de voler se faisait entendre, et la neige ne cessait de s'intensifier. Au sol, le sapin n'était plus là, les maisons commençaient à disparaître à nouveau sous la poudreuse. Mais ce qui glaça le sang des pouliches fut la vision de leur amie, encaissée dans un grand bloc de glace, au centre.

"Sweetie Belle !" paniqua Scootaloo en galopant immédiatement pour aller à sa rencontre.

Un lourd projectile s'abattit soudainement devant elle, la coupant dans son élan. Comet sortit de la neige soulevée par l'impact, s'avançant avec menace vers la pouliche.

"Q-Qu'est-ce que vous lui avez fait !?" demanda la pégase en faisant tout de même quelques pas en arrière, impressionnée par le regard glacial de la créature.

"Tu vas vite le savoir", siffla une voix dans le creux de son oreille.

Elle sursauta en fixant avec terreur Cupid qui se trouvait juste derrière elle. Elle était piégée. Plus loin, Apple Bloom se retrouvait elle aussi entourée par Prancer et Blitzen.

"Cette jeune insolente n'était donc pas venue seule", nota Vixen avec un rire, les toisant depuis les airs.

Il faisait froid. Extrêmement froid. Les pouliches sentaient à chaque instant leur corps s'engourdir un peu plus.

"Non ! Arrêtez !" supplia Apple Bloom, cherchant une échappatoire.

"Vous ne comprenez pas ! Le sapin est ici !"

"Cette pâle imitation qu'a tentée votre amie ?" cracha Prancer. "Vous osez le comparer à notre bien le plus précieux !? À Noël !?"

"Non !" cria Scootaloo alors que le gel commençait à prendre ses sabots, l'empêchant de s'enfuir. "Noël est ici !"

"Urh, est-ce que c'est encore un de ces trucs de poneys ?" fit le windigo avec une mine de dégoût. " « Noël est en chacun de nous » ou un truc du genre ?"

"Ça ne prendra pas avec nous", se moqua Cupid.

"Il est vraiment ici !" interrompit Apple Bloom, désespérée. "Sous le village !"

Les grands chevaux blancs s'arrêtèrent, interloqués. Cupid et Blitzen échangèrent un regard, avant de regarder vers Donner, dans les airs, qui semblait tout aussi perdu qu'eux.

"Qu'est-ce que vous attendez !?" pesta Vixen. "Gelez-les ! Et une fois que Dasher sera revenu, nous partirons au sud ! Châtier tous ces égoïstes ! Ces avares."

Cupid ignora les mots de leur « chef » et s'approcha de Scootaloo.

"Qu'entendez-vous par là ?"

"D-Dans une grotte sous le village", répondit péniblement la pégase qui commençait à grelotter à un tel point que cela la gênait pour parler.

"On croit qu'y a eu un effondrement... Et qu'la neige a tout recouvert..."

"L'arbre n'a jamais été volé !"

Le cri de Scootaloo sembla figer les windigos, alors que le vent s'interrompit. Les créatures s'échangèrent des regards confus. Seul Vixen ne semblait pas affecté par la nouvelle.

"Vous vous faites avoir par leurs mensonges !" tonna le windigo.

"La ferme !" ordonna Blitzen.

"Oh allons ! On aurait entendu s'il s'était effondré sous le village !"

"Il y avait beaucoup de blizzard cette nuit", fit remarquer Donner. "Cela aurait pu couvrir le son, n'est-ce pas ?"

"A-Allez juste vérifier..." fit faiblement Scootaloo, ses yeux commençant à geler derrière ses larmes.

Prancer et Comet jetèrent un œil vers le centre du village. Les restes du sapin de neige trônaient là, les guirlandes continuant de les faire fondre et attaquant même le sol, pour celles qui étaient tombées.

"Comment on retire la neige pour vérifier ?" demanda Prancer. "Comet peut pas juste foncer dedans."

"Qu'est-ce que j'en sais moi !" vociféra Blitzen. "C'est museau-rouge qui sait faire de la chaleur, pas moi !"

Bien que les windigos n'en possédaient pas, Vixen serra les dents de rage. Tous des incapables.

"On a qu'à le chercher", suggéra Cupid.

D'un lent geste, la créature abandonna le bloc de glace dans lequel reposait désormais la petite terrestre, avançant vers le cratère où ils avaient laissé Rudolph. Il était encore là, gisant, inconscient.

"Hm, ça n'ira pas."

Un violent éclair s'abattit soudainement en plein sur les restes de l'arbre en neige, attirant l'attention de tous. Vixen fulminait.

"Vous êtes vraiment plus stupide que je ne le pensais...! Croire les mensonges de petites voleuses !"

Mais le windigo fut à nouveau ignoré. Au milieu de l'impact, un petit nuage de fumée s'élevait. En continu. Et les autres ne pouvaient s'empêcher de regarder cela. Qu'est-ce qui pouvait bien brûler pour provoquer cette fumée ?

Cupid alla voir, cherchant quelques instants dans le sol, avant d'en retirer quelque chose par magie. Le windigo se retourna, brandissant une épine roussie par la chaleur. Les autres n'en revenaient pas. Était-ce possible ? Après tout ce temps ?

 

Sweetie Belle ouvrit péniblement les yeux. Elle avait l'impression d'avoir fait le pire sommeil de sa vie. Comme dormir sur une plaque en fer en étant constamment écrasée contre. Quelle ne fut pas sa surprise de distinguer le visage de son amie, Apple Bloom, face à elle.

"Ça va aller ?" s'inquiéta la terrestre.

"Combien de buffles m'ont piétinée au juste...?" demanda la licorne en se tenant la tête.

Son amie eu un petit sourire.

"Pas tant que ça."

Sweetie Belle se frotta le visage, avant de regarder autour d'elle, la situation lui revenant peu à peu. Les windigos, la neige, le froid. Elle allait paniquer, mais ce qu'elle vit l'interrompit. Le blizzard avait cessé, et au centre du village, il y avait désormais un immense trou. Les créatures étaient réunies autour. La licorne sentit que quelque chose n'allait pas mais que, bizarrement, elle n'avait pas lieu de s'inquiéter.

"Qu'est-ce qu'il se passe...?" demanda-t-elle en gardant le regard fixé sur les grands équidés blancs.

"On a retrouvé le sapin. Vient voir."

Passant une patte sous la sienne, Apple Bloom porta son amie jusqu'au niveau du gouffre. Même si la licorne jeta un regard peu rassuré aux windigos, elle baissa le regard pour observer ce qui se trouvait plus bas.

Il était là. Dépassant légèrement du centre, penché sur le côté, l'arbre majestueux d'une vingtaine de mètres se faisant lentement exhumer de sa prison de neige séculaire. Il n'était pas très resplendissant, ses branches pliées vers le bas par le poids du gel des années. Mais bien mieux conservé que ce qu'on pouvait attendre d'un sapin enseveli pendant mille-six-cents-ans.

"Comment...?" commença la pouliche.

"Un effondrement", expliqua la terrestre. "Y a une grotte juste en dessous, la roche a dû céder sous l'poids."

"Donc... Tout ce temps, il était juste là ?"

Sweetie Belle trouvait cela un peu facile comme explication. Voir même cliché, elle était sûre d'avoir lu des histoires où il se passait la même chose.

"Faut dire qu'ils avaient aucune indication", expliqua Scootaloo en arrivant à leur niveau. "Si on n'était pas tombées dans cette caverne, on l'aurait jamais su non plus."

"Et on s'rait sans doute congelées à l'heure qu'il est."

"Scoot ! Tu vas bien !"

Sweetie Belle se jeta sur son amie pour la serrer dans ses pattes, soulagée. La pégase lui rendit son étreinte avec un sourire amusé.

"Ouais, désolée de t'avoir inquiétée."

Un grand bruit fit sursauter les trois pouliches, alors qu'un éclair rouge s'abattit violemment sur le village. Un cri rauque venu d'un autre monde fit trembler la neige accumulée sur les flancs de montagnes.

Rudolph bondit en dehors de son cratère, un ensemble de voiles éthérés pourpre tournoyants autour de lui, alors qu'il s'élevait dans les airs.

"Rudolph !?" s'exclama Scootaloo qui ne l'avait pas vu dans cet état.

"Oh non..."

Apple Bloom regarda les autres windigos, paniquée.

"Vous d'vez faire quelque chose pour lui !"

Les créatures levèrent lentement les yeux du sapin, les tournant vers leur congénère enragé, l'air... tristes ?

"Que voulez-vous qu'on fasse ?" demanda lentement Vixen. "L'arbre a été retrouvé, pourtant nous sommes encore ainsi."

"Sa noirceur a une origine différente de la nôtre..." fit Cupid. "Nous ne savons pas comment l'arrêter..."

Apple Bloom n'en revenait pas. Est-ce qu'ils étaient désespérés ? De ne pas être redevenus des rennes après avoir retrouvé leur apparence ? La terrestre s'était attendue à voir bien des choses ce soir, mais certainement pas des windigos déprimés. Mais c'était peut-être mieux que de les voir en colère.

"Vous allez rester planter là à n-"

Un vrombissement de tonnerre coupa la pouliche dans sa phrase, alors que Rudolph toisait les créatures présentes en fulminant.

"Rudolph, arrête !"

Sweetie Belle se précipita vers lui, même s'il lévitait à plusieurs mètres dans les airs. La licorne le supplia :

"Le sapin a été retrouvé ! Ça ne sert à rien de t'énerver !"

"Mais eux sont toujours là !" vociféra le windigo rouge, pointant du sabot ses congénères blanchâtres. "Eux n'ont pas payé pour ce qu'ils m'ont volé !"

"Mais tu n'arriveras à rien en devenant comme eux !"

Apple Bloom regarda les créatures.

"Vous devez vous excuser ! S'il vous plaît !"

"Je ne vois pas pourquoi nous ferions cela", gronda Blitzen.

"On n'a rien fait."

La fermière fulmina devant la réponse de Prancer. Ils n'avaient en rien perdu leur mauvais caractère, même après tout ça !

"C'est vous qui av-"

Elle fut interrompue à nouveau, cette fois par un raclement de gorge. Avec incompréhension, elle tourna le regard vers Scootaloo, se demandant ce qu'elle voulait.

"Si je puis me permettre", commença la pégase en se tenant à côté du traîneau. "Rudolph ?"

La créature pourpre braqua son regard furieux vers elle, de l'électricité pétillant autour de son voile éthéré. La pégase tremblait intérieurement, mais tenta de paraître confiante, fixant l'entité en tentant d'y déceler le regard du renne qui les avait amenées ici.

"Ils ne te dérangeront plus pour la distribution de cadeaux."

Les yeux de la chose montrèrent une certaine surprise devant ces paroles. Visiblement, elle pouvait encore les entendre.

"Tu pourras y aller. On pourra même t'aider à faire les cadeaux."

La pégase serra un peu ses sabots sur le sol, même si elle les sentait toujours à peine.

"Mais pour ça, il faut que tu redeviennes comme tu étais."

"Il faut offrir quelque chose", suggéra Sweetie Belle qui venait de penser à ça. "C'est votre nature, non ?"

Le windigo gronda, d'un son semblable à celui d'une tempête.

"Qu'est-ce que je pourrais bien offrir à ces choses !? Eux qui m'ont tant pris et qui ne veulent rien d'autre que la mort du monde !"

"Une deuxième chance", répondit simplement mais avec conviction Scootaloo.

Le grondement s'arrêta, alors que les autres windigos levèrent la tête vers Rudolph. Un semblant de silence s'installa dans la vallée, tous attendant la réponse.

"Mais ils ne changeront pas..." grommela la créature.

"Ils sont déjà en train de changer", contra Sweetie Belle en faisant un geste large vers les windigos qui attendaient, patiemment. "S'il te plaît, Rudolph."

L'être aux yeux rouge sombre prit une lente inspiration, puis la relâcha dans un long soupir, redescendant au sol. Les pouliches s'approchèrent, voulant l'inciter à le dire.

"Je... veux bien leur donner une deuxième chance."

Les Cutie Mark Crusaders regardèrent le renne avec un sourire attendri et encourageant. Même si, intérieurement, les trois poussèrent un énorme soupir de soulagement.

Un petit sifflement se fit entendre, alors qu'une fissure apparut sur le torse de Rudolph. Après un craquement sec de glace brisée, un flash éblouit temporairement la scène. Quand ils rouvrirent les yeux, les équidés présents virent le renne, redevenu normal.

"Oui !" jubila Apple Bloom.

"Ça a marché..." constata Rudolph, qui n'y avait pas vraiment cru, regardant son sabot.

"C'est donc bien possible !" fit Scootaloo en se tournant vers les autres windigos.

Ceux-ci étaient estomaqués. Enfin, autant que leur visage leur permettait d'exprimer ce genre de sentiments. Mais leur regard était clair : une lueur d'espoir venait de naître au fond d'eux.

"Vous avez vu ?" fit-elle en s'approchant d'eux. "Il suffit d'accepter d'offrir à nouveau. Et les choses iront pour le mieux."

Sweetie Belle se joint à elle, ajoutant :

"Retrouvez la générosité qui est en vous... Que vous avez réprimée si longtemps."

"Tu sonnes comme une pub pour un cours d'Iron Will", nota discrètement la pégase dans un chuchotement.

La licorne roula des yeux au ciel, même si son amie avait raison, ce n'était pas le plus important à l'heure actuelle.

"Mais qu'est-ce que nous pouvons offrir...?" demanda Vixen.

Les trois pouliches se regardèrent mutuellement.

"Euh..." hésita Scootaloo. "Laissez-nous un moment !"

Elles se mirent en petit cercle, se concertant à voix basse.

"Il faudrait un truc qu'ils puissent faire dès maintenant", exposa Scootaloo.

"Nous laisser en vie et n'pas geler Equestria c'est d'jà pas mal comme cadeau, non ?" suggéra Apple Bloom.

"Ça ne sera pas suffisant. Un truc qui impliquerait leur magie ?"

La pégase évalua la proposition de son amie. Mais ce n'était pas son rayon.

"Tu as une proposition ? Tu sais mieux que nous ce qu'ils pourraient ou ne pourraient pas faire."

"Je ne pense pas qu'ils peuvent créer un cadeau à partir de rien. Et vu leur état, il faudrait éviter la magie trop compliquée."

"Ça sert à faire autre chose que du blizzard un windigo au moins ?" demanda Apple Bloom.

Les deux autres pouliches réfléchirent à la question. Il est vrai que cela devait leur servir de point de départ si elles voulaient demander quoi que ce soit.

"Tout ce qui a trait à la glace, au froid et au nord", répondit une voix juste au-dessus de leur tête.

Rudolph regarda leur mine surprise avec un petit sourire amusé, continuant avant qu'elles ne puissent parler :

"Je vous dois des remerciements, mais ils seront pour plus tard. Il faut que vous trouviez quelque chose qu'ils pourraient vous donner."

"S'ils peuvent manipuler la glace, on pourrait demander un grand château", dit Sweetie Belle.

"Non", contredit immédiatement le renne. "Il faut que ça soit quelque chose qui leur demande un effort, qui demande du courage à leur cœur, mais qui lui fait du bien."

"Tu pourrais détailler un peu ?" fit Apple Bloom en arquant un sourcil.

"Imaginez avouer à votre meilleure amie que vous lui avez menti, alors que rien ne vous y oblige, simplement car elle vous l'a demandé."

La fermière échangea un regard avec ses amies. Elles semblaient avoir compris aussi. Ça n'allait pas être aussi simple.

"C'est pour ça que ça a marché sur toi ?" demanda Scootaloo, même si elle connaissait la réponse.

"Oui. Donner une seconde chance alors qu'ils m'ont pris autant... Mais ils restent mes amis. Alors c'était la bonne chose à faire. C'était ce que je voulais faire, au fond de moi."

Les petites juments se plongèrent dans leurs pensées. Il fallait trouver quelque chose qui correspondait.

"Ben du coup, ne pas geler Equestria c'est pas mal, non ?"

"Tu ne peux pas le demander comme ça", fit Sweetie Belle.

"Moi je sais !" s'exclama Scootaloo en sortant du petit cercle, allant vers les windigos.

"Euh, t'es sûre ?" hésita la licorne, craintive que son amie ne fasse quelque chose d’irréfléchi.

"Fais-moi confiance !"

Sweetie Belle grimaça. La dernière fois qu'elle avait dit ça, son plan était de faire un sapin de neige. Mais après tout, cela avait marché. Plus ou moins.

Scootaloo arriva devant les créatures, qui attendaient toujours patiemment. Les événements les avaient calmées, mais combien de temps cela allait-il durer ? Il fallait agir vite.

La pégase s'éclaircit, avant d'énoncer :

"Votre colère vous a jadis menés à vouloir détruire ce monde. Et pour les poneys, cela a failli signifier la fin de notre existence. Mais au final, cela a permis la création d'Equestria, et de l'harmonie."

"Je crois qu'tu peux abréger", chuchota Apple Bloom.

"Vous avez distribué des cadeaux pendant des années. Pourriez-vous recommencer cette année, et offrir un cadeau à Equestria ?"

"On a pas dit que c'était impossible ?" chuchota Sweetie Belle à la terrestre.

"Elle doit avoir une idée..."

Cupid observa la petite pégase avec cette étrange mélancolie, demandant d'une voix lente :

"Quel cadeau voudrais-tu que l'on fasse en si peu de temps...? La date est bientôt passée..."

Scootaloo fixa la créature dans les yeux, confiante, mais pas insolente.

"Montrez à Equestria les aurores polaires... Montrez-leur que le nord n'apporte pas que le froid. Je ne vous demanderais pas de vous montrer vous-même, ni même de réveiller les habitants. Mais si vous ressentez du remords pour ce que vous avez fait... ce serait une bonne façon de vous excuser. Et un très bon cadeau à faire à Rudolph."

"Les quoi ?" s'interrogea Sweetie Belle à voix basse, regardant sa voisine qui n'avait aucune idée de ce dont leur amie parlait.

Les windigos, eux, semblaient un peu plus intrigués par l'idée. Malgré leur visage impassible, la pégase décela un certain inconfort en eux. Avait-elle dit une bêtise ?

Rudolph s'approcha de Vixen et lui murmura quelque chose à l'oreille. La créature blanche tourna un visage légèrement surpris vers lui, auquel le renne répondit par un simple sourire, léger, mais sincère.

"Soit", fit la créature, prenant lentement en altitude. "Même si cela ne nous fait pas redevenir tels que nous sommes, on ne peut pas refuser ça à celles qui nous ont rendu Noël."

"Avant cela", interrompit néanmoins Rudolph. "Est-ce que vous savez où est Dancer ? Elle n'est toujours pas arrivée."

"Dancer ?" s'étonna Vixen, regardant un de ses congénères. "Blitzen, quand est-ce que tu l'as vue pour la dernière fois ?"

"Je sais plus, y a mille-cinq-cents-trente ans, je crois ? Elle est partie un jour, mais pas vers le sud."

"Je vois..." soupira Rudolph. "Donc elle ne viendra sûrement pas. Partons sans elle alors."

"Vous avez plusieurs traîneaux ?" demanda Scootaloo. "On n'arrivera pas à temps avant sinon."

Sweetie Belle écarquilla les yeux, prenant peur.

"Twilight va nous rouspéter si on n'est pas revenues avant le matin..."

"Ne vous en faites pas", rassura Cupid. "Nous pouvons tous nous y atteler en même temps."

"Alors pas de temps à perdre ! On a un blizzard à dissiper et des rennes à retransformer !"

Les pouliches s'élancèrent vers le traîneau, accompagné par plusieurs des créatures. Rudolph les regarda faire avec un sourire.

Vixen se posa à côté de lui, observant dans la même direction, voyant des poneys et des windigos s'entraider.

"Où est-ce que tu as trouvé de pareils faons ? Les poneys n'ont jamais fait preuve de bon cœur, surtout durant l'hiver."

"Les temps ont changé", répondit le renne avec un petit sourire. "Et je crois qu'ils disent « poulains » pour leurs petits. Je les ai trouvées par hasard, et je ne sais pas comment elles ont réussi à me faire revenir ici. Mais je pense qu'il émane un certain espoir d'elle..."

Les deux regardèrent en silence, alors que les windigos s'affairaient à dégager le ciel de ses gros nuages.

"Désolé pour Dancer... Je sais que tu t'entendais mieux avec elle."

"Si elle est partie, mais qu'aucune légende n'en parle, ce qu'elle a trouvé une forme de paix."

"Peut-être..." souffla Vixen dans un son un peu strident.

Un tintement parvint aux oreilles de tous. Un son de roulement métallique délicat, attirant l'attention.

Scootaloo eut un regard très intéressé en écoutant Sweetie Belle expliquer qu'elle avait accroché les grelots aux rênes pour rajouter un peu de décoration sur le traîneau. Apple Bloom leur fit signe de venir depuis le siège.

Les windigos s'attelèrent au traîneau, à l'aide des rênes présentes à l'arrière dans les étranges paquets que les pouliches avaient vus. Celles-ci prirent place toutes les trois.

"Finalement c'est pas si terrible", conclut Apple Bloom, heureuse que les choses semblassent s'améliorer.

"Oh oui, j'ai été congelée, on a failli perdre Equestria, et Rudolph, mais franchement c'était une soirée plutôt tranquille", ironisa Sweetie Belle.

"Ben, on a quand même aidé à sauver un village complet. Et on est encore en vie, même pas blessées."

De leur côté, les créatures cherchaient à s'accorder sur la marche à suivre.

"Pas trop vite, Dasher", grommela Blitzen. "Sinon t-"

"Blitz..." souffla Cupid d'un ton étonnamment froid, même pour un windigo.

La créature se renfrogna dans un grommellement alors que Vixen prenait la tête du cortège.

"Je fixe le rythme, comme ça on est sûr que personne ne sera laissé derrière."

"C'est vrai que sans Dancer, c'est toi la plus lente", se moqua un peu Prancer.

"On est vraiment obligé de l'emporter avec nous ?" soupira Comet.

"Pas de discussion !" tonna Rudolph. "Je vous rappelle que l'on essaye de remercier celles qui nous ont rendu Noël, alors un peu de tenue !"

"Mouais..." grogna Prancer.

Les Cutie Mark Crusaders regardèrent ça avec une certaine surprise inattendue.

"Finalement, ils ne sont pas si différents de nous..." murmura Apple Bloom, qui ne s'était clairement pas attendue à les voir se chamailler.

"Vous êtes prêtes derrière ?" demanda le renne en tournant la tête vers elles.

"Prêtes !" firent-elles en chœur, s'accrochant au traîneau, ne voulant pas se faire avoir à nouveau.

"Alors en avant !"

 

C'était toujours confortable, pour Twilight, d'être emmitouflée dans ses draps, alors que la neige tombait calmement sur sa fenêtre. Savoir qu'elle était au chaud, alors que dehors il faisait froid, lui procurait une douce sensation. Même dans son sommeil.

Mais un étrange son la tira de sa rêverie. Un tintement aigu qu'elle ne reconnut pas tout de suite. Le son était étouffé et un peu lointain, mais suffisant pour la réveiller.

Après un peu de doute, l'esprit dans le vague, elle remarqua que le bruit venait de dehors. Peu de chance que ça soit l'œuvre des trois petits diables qu'elle gardait, donc. Mais sa fenêtre recouverte de neige ne lui permit pas de voir ce dont il était question. Et lui son ne cessait pas. Un balancement métallique régulier, nombreux.

Sa curiosité l'emporta et elle se leva, sans un bruit, descendant jusqu'à la sortie de la bibliothèque.

À peine eut-elle ouvert la porte qu'elle s'arrêta de surprise. Ponyville était recouvert de neige, oui, mais arborait des reflets bleutés et verts inhabituels. En levant les yeux, la licorne remarqua que, dans le ciel, de grandes lueurs dansaient en courbes, inondant les alentours de leurs teintes colorées.

Trop ébahie par cette vision inconnue, mais magnifique, elle ne remarqua les petits sabots qui disparurent par la fenêtre de l'étage.

Une fois à l'intérieur, les Cutie Mark Crusaders se retournèrent vers le ciel, en même temps que Twilight aperçut l'origine du son si étrange. Devant la Lune, une longue silhouette passa. Un grand traîneau, tiré par huit étranges formes équidées. Sept d'entre elles possédaient une lumière blanche sur le museau, et la huitième, en plein milieu, en avait une rouge.

Les trois pouliches firent de grands gestes du sabot en guise d'au revoir. Les rennes avaient encore bien des endroits à visiter en Equestria et dans le monde, maintenant qu'ils étaient revenus à eux. Leur forme leur était revenue dès leur survol de Ponyville.

"Tout est en place ?" demanda Vixen en riant.

"À ton commandement !" s'exclama joyeusement Comet, concentrant déjà la magie dans ses bois.

"Museau-rouge, tu diriges !" lança Prancer.

"Allez !" tonna Vixen.

D'un geste de concert, les huit paires de bois s'illuminèrent, les huit têtes se levèrent, huit traits magiques partirent.

Les sept partis vers le ciel explosèrent d'abord silencieusement, au milieu des quelques nuages présents. Le souffle éclaircit totalement le ciel, rendant les aurores encore davantage visibles. Mais si les flocons blancs cessèrent de tomber, la neige, elle, ne s'arrêta pas. De petites lueurs vert clair, jaunes et bleues, se mirent à lentement descendre vers Ponyville, formant une légère couche brillante.

Des poneys commencèrent à sortir de chez eux, se demandant ce qu'il se passait. Et ils n'allèrent pas plus loin que le pas de leur porte, ébahis par ce qu'il se passait devant eux. Peu remarquèrent le trait rouge partir vers la forêt, ni la brève illumination qui suivit.

Plusieurs pensèrent apercevoir des ombres passer devant la Lune, mais ils ne purent distinguer leurs formes précises.

Les rennes eurent un puissant rire de joie, de libération. Et alors qu'Equestria se retrouvait inondée de lumière en cette nuit d'hiver, sans savoir pourquoi, le monde ignora que cette vision signifiait la disparition d'un danger qui avait toujours plané. Et cela grâce à trois pouliches.

Peut-être chercheraient-elles, le lendemain, à expliquer cela aux autres. Mais sans preuve, qui les croirait ?

Dans tous les cas, c'était une chose à laquelle elles n'avaient pas la force de penser ce soir-là. La fatigue les prit d'un coup, et elles s'endormirent en vrac dans leur lit. Sans savoir qu'un dernier cadeau les attendait, dans la forêt, au lieu où elles avaient rencontré Rudolph.

Une petite gravure sur une stèle de glace, en forme de traîneau, où l'on pouvait y lire "Au trois pouliches qui ont su restaurer notre générosité, et qui ont sauvé Noël".

Note de l'auteur

J'aime bien le lore que je crée autour des contes d'Equestria.

Oui, il y a une raison pour seize.

Oui, Dancer a son histoire.

Mais peut-être Noël prochain, qui sait.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.