Discord icon

Père et fils au restaurant

L’allée des bons restos est une des rues les plus fréquentées de Canterlot. En même temps, qui peut prétendre résister aux si délicieuses saveurs qui émanent de cet endroit particulier. Le fumet de foin grillé, les nuances des épices et du curry qui se mélangent… Et que dire de ces bonnes odeurs de gâteaux et pâtisseries qui sortent du four. Depuis cette rue, il était possible de manger n’importe quelle spécialité d’Equestria. C’est comme faire un voyage gastronomique en faisant quelques pas. Rien que cette idée pourrait faire baver n’importe quel poney.

Sunline et son père étaient justement en train de chercher le bon endroit pour dîner.

– Je meure de faim, déclara le jeune poulain.

– Moi aussi, répondit son père. Je te propose de choisir le restaurant.

Le petit poney ne se fit pas prier deux fois. Il savait exactement ce qu’il voulait. Il avait entendu parler d’un nouveau restaurant qui servait les spécialités de Manehattan. Et selon les rumeurs, leurs « tacos » étaient succulents.

– On devrait essayer ce nouveau restaurant aux spécialités de Manehattan, proposa Sunline.

– Je te suis, indique-moi la route, répondit Nightraze tenté par la suggestion de son fils.

 

Une fois arrivés à destination, ils furent accueillis par un serveur qui leur proposa une table avant de leur laisser le temps pour commander.

– Leur « Soupe de carottes façon Aztèque » me semble délicieuse, dit le père. Et pour toi ?

– Pour moi, se sera le bol d’avoine façon chili qui me fait envie, répondit Sunline. Et ce sera encore mieux de manger en ta compagnie.

– Pourquoi ? Tu ne te plais pas à l’école ? demanda son père confus.

– Pas vraiment, répondit son fils d’un ton las. J’ai de bonnes notes et des amis… Mais je m’ennuie.

Un serveur se présenta et prit leur commande avant de retourner en cuisine.

– Comment ça, tu t’ennuies ? demanda Nightraze inquiet.

– Les cours ne m’intéressent pas. Répondit simplement Sunline. La magie est un sujet qui me donne envie de dormir. Je préfère étudier avec toi, au moins c’est intéressant.

Nightraze était touché par les mots de son fils. Il savait que Sunline avait une grande admiration pour lui… Mais ce soir, cette phrase l’émut.

– Et je sais que je suis probablement le seul à apprécier ce que tu fais, confessa Sunline.

– Pardon ?! s’écria son père. Comment… ?

– J’ai entendu ta conversation avec le professeur Fossil non loin de la bibliothèque, avoua le poulain en baissant les yeux.

– Je suis navré que tu aies eu à entendre ça, s’excusa Nightraze.

– Pourquoi tu les laisses te dire ça ?! s’indigna Sunline avec colère. Tu es quelqu’un de brillant et tu trouves des merveilles que personne n’a jamais soupçonnées… Et pourtant tout le monde te traite de fou.

– Ils ne comprennent pas, Sunline, expliqua son père en essayant de calmer son fils. Personne ne peut prouver l’existence de ce que je recherche. Pour tous, ce ne sont que des contes de poulains.

– C. Marewin y est arrivé lui, dit Sunline les larmes aux yeux en sortant le journal reconstitué et le tendant à son père. Il a trouvé une piste sérieuse sur ce que tu recherches.

Pour le coup, Nightraze n’avait plus de mots. Il regardait son fils avec une grande surprise et incompréhension. Il prit le livre avec sa magie et commença à le feuilleter. Au cours de sa lecture, il remarqua que des passages étaient surlignés en jaune par son fils.

– Où as-tu trouvé ça ? demanda Nightraze manipulant le manuscrit comme si il avait écrit par Starswirl en personne.

– Chez un antiquaire, répondit Sunline.

– C. Marewin était un naturaliste, expliqua Nightraze. On a jamais retrouvé aucune de ses notes après sa disparition.

– As-tu lu les dernières lignes de la page 228 ? Demanda Sunline.

Nightraze s’exécuta et parcouru le texte de la page indiquée :

« 28 Février 866, Galloping Gorges.

Depuis une semaine, j’étudie la faune et la flore du petit village local… Pourtant un détail m’a intrigué, une partie de la foret avait une petite montagne couverte de sapins alors que le reste du territoire était recouvert de hêtres. De plus cette espèce de sapin n’est commune qu’à une seule région d’Equestria : le lagon du soleil, qui se trouve à l’exacte opposée de ma position actuelle. Je n’arrivais pas à comprendre. Et durant mon exploration, j’y ai remarqué plusieurs autels disposés autour de la montagne. Cela devenait de plus en plus curieux. Une fois arrivé au village, je me suis adressé aux habitants et ces derniers m’ont parlé d’un vieux mythe.

Il s’avère qu’il a y des centaines de lunes, leurs ancêtres vivaient dans le lagon du soleil. Mais qu’ils furent frappés par des crues torrentielles totalement hors proportions. Ils prirent le chemin de leur montagne pour se mettre à l’abri en hauteur. Mais malgré tout, le niveau de l’eau ne cessait de monter et leur village a été complètement englouti. Au moment où la moitié de la montagne a été inondée, cette dernière se mit à trembler. Il y eu beaucoup de bruit avant que la montagne ne se déracine du sol et ne se mette à marcher. Les habitants qui s’étaient réfugié sur son sommet ont pu distinguer que la montagne avait une queue et marchait comme une tortue. Au bout de quelques de quelques heures, la montagne atteignit les Galloping Gorges pour se creuser un trou avant de s’y mettre. Les habitants purent descendre sans risque de leur miracle salvateur et depuis, à chaque saison des pluies, ils vont aux autels de leurs ancêtres et prient pour que leur montagne les protège.

Je compte examiner cette montagne de plus près demain car cette histoire de montagne montée sur patte semble intéressante. Peut-être est-ce une nouvelle forme de vie minérale, il faut que j’étudie ça. »

Nightraze reposa le livre et mit sa tête dans ses sabots pensif.

– Alors qu’en penses-tu ? Demanda Sunline.

– J’avoue que je ne sais pas. J’ai étudié toute sortes de mythes… Mais je n’ai jamais entendu parler de cette histoire-là.

– On devrait essayer d’en savoir plus sur cette montagne, dit Sunline avec un grand sourire. Je peux venir avec toi lors de ton prochain voyage.

Le serveur arriva avec leurs commandes et leur souhaita un bon appétit.

– Je suis désolé, mais je ne vais pas pouvoir le faire de sitôt avec toi, dit Nightraze avec un air sérieux.

– Mais pourquoi ? Je t’ai aidé en trouvant le journal de Marewin, s’indigna Sunline.

– Là n’est pas le problème. Mais je ne peux décemment te laisser partir au milieu de l’année scolaire. Et j’ai promis à ta mère de t’inscrire à l’école de Celestia.

– Mais je ne me plais pas dans cette école. Je t’en prie, laisse-moi venir avec toi, supplia Sunline.

Nightraze tenta de supporter le regard suppliant et insistant de son fils. Il reconnaissait en lui le regard de sa défunte femme. Un regard qui trahissait une forte conviction qu’aucune autre raison ne pourrait faire plier.

– Je te propose un compromis, Sunline, annonça Nightraze.

– Quoi donc ? demanda le poulain

– Je t’emmenerai avec moi pour mon prochain voyage prévu pour les vacances d’été pour les mers du sud.

– C’est vrai ? demanda Sunline comme une affirmation.

– Oui, mais il faudra attendre la fin de l’année scolaire pour le faire et que tu continues à avoir de bonnes notes. Et puis comme ça, si jamais j’ai des problèmes de magie, je saurai à qui m’adresser.

Sunline descendit de sa chaise pour donner un câlin à son père.

– Merci, tu es le meilleur papa du monde.

– Et toi le meilleur fils possible.

Les deux poneys continuèrent leur repas dans la bonne humeur, ignorant encore ce que cette simple promesse allait provoquer et quelles merveilles ils découvriraient ensemble à l’avenir.

Note de l'auteur

Un grand merci à Tomos qui m'a inspiré pour créer le premier restaurant Mexico-Equestre de l'histoire des poneys.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.