Discord icon

Secret

"Tu veux encore essayer de récolter des pommes ?" suggéra Cinnamon Stick.

"Uh-uh", dit Apple Blossom en secouant la tête. "Pas après ce qui est arrivé la dernière fois, je n'ai plus senti mes jambes pendant une semaine !"

“Tu sens bon”, chuchota Thunder Dash, qui se tenait juste derrière elle. "Je veux dire ... peut-être que tu deviendras prof comme ta maman !"

Elle se gratta la tête. "Hum... J'avais pas pensé à ça."

"Je pense que tu as besoin d'une sorte d’entraînement", déclara Lightning Dash.

"On pourrait jouer au maître d'école !" cria Dinky.

Screwball et ses amis étaient dans la cabane d'Apple Blossom et de Cinnamon Stick, qui leur avait été transmise par leur tante Apple Bloom. Ils avaient tous été chercheurs de talents, jusqu’à ce qu’Apple Blossom soit la seule flanc vierge du groupe. Ce jour-là, ils tentaient de résoudre ce problème.

Ils n'étaient pas venus seuls. Thunder et Lightning avaient emmené leur petite soeur de quatre ans, Prism. Elle était le portrait craché de sa mère, une crinière arc-en-ciel et un pelage cyan. La seule différence était qu'elle avait les yeux émeraude de son père. Cinnamon Stick avait amené sa sœur cadette, Cinnamon Roll, âgée de sept ans. Elle avait un pelage et des cheveux blond platine ligotés dans une queue de cheval et elle était tout aussi désireuse d'obtenir sa marque de beauté, même si elle avait beaucoup de temps devant elle. Les jumeaux avaient également apporté la tortue de compagnie de leur famille, Tank.

Bien que chaque poney fît semblant d'être les élèves d'Apple Blossum, Screwball ne pouvait pas se concentrer. Elle aurait dû être ravie, car elle n'avait pas eu la chance de passer du temps avec ses amis depuis sa punition, mais son esprit était rivé sur l'ami qu'elle avait perdu.

Mothball avait l'air si triste quand son effrayante mère l'avait emmené. Elle savait que les changelins n'avaient pas de cœur, mais est-ce que cela signifiait qu'ils n'avaient aucune émotion ?

Son père les avait traités de monstres, ce qui l'avait consternée. Après tout, ni lui ni elle n'aimait qu'on les appelle ainsi. Le prince n'avait pas l'air monstrueux. Bien sûr, il était unique. En fait, elle avait été fascinée. Par ce qu'il était.

Pourquoi était-il resté ? Pourquoi n'avait-il pas fui une fois que sa couverture avait été découverte ?

Elle se souvenait de la façon dont il avait réagi quand le Manticore était apparu. Alors qu'il aurait pu la laisser et se sauver, il l'avait prise avec lui. Bien sûr, elle n'avait pas été en danger, mais il avait visiblement pensé autrement et avait essayé de la tirer hors de danger. S’il était aussi cruel que son père le lui avait dit, pourquoi aurait-il pris cette peine ?

"Screwball, tu m'écoutes ?" demanda Apple Blossom, en imitant sa mère.

Screwball secoua sa tête. "Désolée, tout le monde. Je suis ... distraite aujourd'hui."

“Est-ce que tu as mangé un mauvais muffin au petit déjeuner ?" demanda Dinky.

Elle renifla avec amusement. "Non, j'ai juste ... quelque chose en tête."

"Eh bien, retire cette chose de ton esprit !" ordonna Apple Blossom, en frappant son bâton sur la carte de Ponyville. “Nous avons une leçon à apprendre ici !"

"Arrête-toi un moment, Blossom", déclara Lightning. "Tu ne vois pas que Screwball se sent mal ?"

"Peut-être qu'elle a un faible taux de sucre dans le sang”, suggéra Cinnamon Stick.

“Si tu veux, j'ai fait quelques brioches à la cannelle ce matin !" déclara Cinnamon Roll.

"Ne sois pas stupide", déclara Thunder. "Screwball ne mange rien d'autre que de la barbe à papa et du chocolat ! Elle peut pas avoir un faible taux de glycémie !"

“Est-ce qu’elle est malade ?" demanda Prism.

"C'est encore plus bête. Screwball, la célèbre princesse du chaos, ne peux pas tomber malade !"

"Ouais", dit Lightning en levant les yeux vers sa sœur. "Ne sois pas idiote, Prism."

La minuscule pégase haleta. "Je vais dire à maman et papa que vous avez dit un gros mot !"

"Idiote n'est pas un gros mot !"

"Ouais !" confirma Thunder. "Un gros mot serait plutôt ..."

Il s'arrêta quand sa bouche fut soudainement fermée.

"Quel genre de grand frère tu es ?" demanda Screwball.

Thunder grogna quand il rouvrit sa bouche. "Dis-nous ce qui ne va pas, Screwy, et on pourra arrêter de se disputer pour ça."

Elle ne savait pas si elle devait le dire à ses amis. Elle décida de lancer un premier test.

"Savez-vous ce qu'est un changelin ?"

Chaque poney poussa un cri d'horreur, sauf Dinky et Apple Blossom.

"C’est quoi un changelin ?" demandèrent ensemble les deux pouliches.

“Ils peuvent se transformer !" déclara Lightning.

“Ils sont mauvais !" ajouta Thunder.

“Ils sont effrayants !" frissonna Cinnamon Roll en se cachant derrière son frère.

"Ils prennent la forme de ceux que tu aimes !" s’exclama Cinnamon Stick.

"Et ils ne mangent que de l'amour !" termina Lightning.

"Comme des spaghettis !" cria Prism.

"Notre mère s’est battue contre ces créatures au mariage des parents de Flutterby Lily !" revendiqua Thunder en levant ses sabots en l'air.

"Ils étaient forts !" grogna Lightning.

"Mais notre mère a gagné !”

"Nos parents étaient là aussi”, leur rappela Cinnamon Stick. "Il y avait aussi la mère de Screwball, tante Twilight, tante Rarity et tante Pinkie. Et maman a dit que le prince Shining Armor et la princesse Cadence les ont finalement vaincus à la fin."

Lightning leva les yeux au ciel. "Eh bien, oui, mais ma maman les a combattus plus fort que les autres !"

"Et elle a frappé une centaine d'entre eux !” ajouta Thunder.

"Ouais !" dit Prism en applaudissant. “Notre maman est géniale !"

"Tais-toi, Prism", murmura Lightning.

"Vous avez dit un autre gros mot ! Je vais le dire !"

“Pourquoi tu demandes ça, Screwy ?" demanda Cinnamon Stick.

Screwball savait maintenant qu'elle ne pouvait pas le dire à ses amis. Même si elle leur faisait confiance, ils ne comprendraient pas.

"Aucune importance", mentit-elle. "Ai-je bien entendu quelque chose à propos de brioches à la cannelle ?"

*********************************************************************************************************

Quand le prince Mothball se dirigea vers sa chambre, il entendit des murmures parmi les changelins :

"Comment se fait-il que ce soit lui le prince ? C'est juste un sale gosse ! J'ai servi cette ruche plus qu'il ne l'a jamais fait !"

"Il n'a rien de spécial, à part qu’il a l’air différent ! Tu parles d'une discrimination !"

"Le moins que sa Majesté aurait put faire était de choisir une femelle pour héritier !"

"Peut-être qu'il choisira une reine quand il héritera du trône."

"Ha ! Nous n'avons jamais eu besoin de roi et nous n'en avons pas besoin maintenant !"

Le prince accéléra le pas et fit semblant de ne pas les entendre.

"Et comment se fait-il qu'il ait une plus grande chambre ?"

Sa chambre était la deuxième plus grande de toute la ruche, à côté de la reine. Les autres dormaient dans des alcôves hexagonales, partagées par un maximum de vingt changelins. Il pouvait sentir leurs regards pleins d'envie partout où il allait.

Le pire était qu'être prince était un honneur qu’il n’était pas sûr de vouloir. Il n'était pas aussi intelligent ou ambitieux que sa mère. Même le privilège de l’appeler ‘sa mère’ le fatiguait. Elle ne lui avait montré aucune tendresse. Elle n’était même pas venue le border ou lui dire bonsoir une seule fois. Ce n'était pas elle qui s'étai occupée de lui quand il était une larve. Ce travail était destiné aux infirmières changelins, bien qu'il eut reçu une attention particulière. Il avait une infirmière personnelle à qui on avait ordonné de prendre soin de lui et personne d'autre. La seule fois où sa mère voulait le voir était pour le préparer au trône et lui faire part de ses plans.

Il ne comprenait pas ce qu’il avait de si spécial. Les autres avaient peut-être raison. Il avait juste eu le bonheur ou le malheur d'être différent. L'héritier de Chrysalis aurait dû être une fille pour donner naissance à des changelins. Il avait fait la remarque à sa mère une fois et sa réponse était qu'il pourrait se trouver une reine plus tard. Ce n'était pas une chose à laquelle un garçon sur le point d'entrer dans l'adolescence devait penser.

Quand il rampa dans son lit, son esprit vagabonda sur la pouliche qu'il avait rencontrée il y a plus d'une semaine. Il ne pouvait pas la faire sortir de sa tête. La première fois qu'il l’avait vue, il pensait qu'elle était jolie, même si elle était trempée par le chocolat au lait. Ses boucles tourbillonnantes ressemblaient à des nuages blancs et violets. Son pelage était aussi rose que le ciel lors d'un couché du soleil. Et ses yeux, oh, il ne pouvait pas arrêter de penser à ses yeux tourbillonnants et envoûtants.

Sa poitrine battit encore.

"C'est quoi le problème avec moi ?!" cria-t-il en frappant son sabot sur le lit. "C'est juste une fille stupide !"

Il soupira. Non, elle n'était pas stupide. Elle avait été courageuse face à ce manticore et avait même trouvé un moyen de l'apprivoiser. Il pensait toujours qu'elle était folle, mais c'est ce qui la rendait plus intéressante.

En effet, il n'y avait pas deux poneys comme elle. Comme elle l'avait dit, elle était unique en son genre.

Il voulait la revoir, non pas parce que sa mère lui avait demandé d'en savoir plus sur elle, mais parce qu'il le voulait. Il était clair qu'il n'allait pas pouvoir dormir de toute façon.

 

Se faufiler hors de la ruche n'allait pas être simple. Il y avait des gardes à chaque sortie et même les couloirs étaient infestés de changelins. Mothball prit la forme d'une mouche. Les insectes étaient assez faciles et les premières choses en lesquelles les changelins apprenaient à se transformer. Son petit corps le rendait pratiquement invisible à la vue de tout le monde dans la ruche et le rendit capable de se glisser dans le monde extérieur.

*****************************************************************************

 

"Et quand Shining Armor et Cadence s'embrassèrent, Rainbow Dash effectua son fameux arc-en-ciel super sonique !"

Fluttershy venait juste de raconter à sa fille l'histoire de l'invasion changelin dans Canterlot. Screwball l'avait demandée, ne sachant pas à quoi s'attendre. La Reine Chrysalis semblait très méchante dans la description de sa mère. Tromper un étalon dans le but de l'épouser en emprisonnant la vraie mariée ainsi que tante Twilight était certainement assez monstrueux. Est-ce que son fils était comme elle ?

“J'espère que je ne t'ai pas fait peur", déclara Fluttershy.

Screwball secoua la tête. "Non, mais Maman, tu crois vraiment que tous les changelins n'ont pas de coeur ?"

La pégase sourit. “Je suis sûre que ton père a un peu exagéré. Bien sûr," frissonna-elle, "après l'incident de Canterlot, je le croyais aussi. Là encore, je pensais que ton père était un monstre sans cœur avant de le connaître."

“Hypocrite”, souffla la pouliche.

"Sais-tu pourquoi je suis allée avec ton père ?"

"Parce que Equestria était en danger ?"

"Eh bien, en partie oui, mais avant que j'accepte son accord, je suis allée voir Zecora pour obtenir des conseils. Elle m'a dit que si je me mariais avec Discord, il y aurait un grand bonheur dans mon avenir, et que tout ce qu'il voulait était un poney à aimer. Je suis venue à lui avec la conviction que je pouvais le dompter." Elle rit. "Je n'avais jamais pensé que j'allais me marier avec lui, et que nous aurions ensemble une belle petite pouliche aussi spéciale que toi."

Elle se pencha et embrassa sa fille sur le front. “Bonne nuit, mon ange. Je t'aime."

“Je t'aime aussi, maman", déclara Screwball avec un sourire.

Fluttershy ouvrit une boîte à musique sur la table de chevet. C'était un cadeau de Discord pour le cinquième anniversaire de Screwball. Elle jouait sans avoir besoin d’être remontée et alternait entre "Silence, plus de bruit” et “Papa Discord." Puis Fluttershy frappa dans ses sabots, et les lumières s'éteignirent. 

 

Une heure après que sa mère l'eut quittée, Screwball était encore éveillée dans son lit. Le prince changelin ne quittait pas son esprit. Elle se rappela comment il n'avait jamais entendu parler du chocolat au lait ou de jouets avant. Quel genre de vie avait-il eue pour ne pas avoir goûté le chocolat au lait ? Sachant que son régime alimentaire répondait à la question, mais quand même ! Cinq mille frères et sœurs, et il ne savait même pas comment s'amuser ?

Il devait être solitaire, avait-elle conclu, ce qui était sans doute ridicule, s'il avait cinq mille camarades de jeu à la maison. Sauf s'il était un paria comme moi.

Ses pensées furent interrompues par un bruit vers sa fenêtre. Elle était assise dans son lit et se tourna vers le son. Une ombre était à sa fenêtre. Elle glissa au sol et s'approcha avec précaution. Elle écarquilla les yeux quand elle vit son intrus.

Elle ouvrit la fenêtre. "Qu'est-ce que tu fais là ?"

“Je voulais te voir", chuchota le Prince Mothball, "et qu'on ‘s'amuse’ comme on l’a fait l'autre jour."

Screwball regarda autour. "T’es fou ? Et si mes parents te voyaient ?"

"Pourquoi tu crois que je suis venu ici dans l'obscurité ? Alors, tu viens ou quoi ?"

"Et si j'ai pas envie de jouer avec toi ? Comment est-ce que je peux être sûre que tu ne vas pas te jeter sur moi comme un vampire et me sucer tout mon amour ?"

“Je vais faire attention, je le promets. D'ailleurs, si je voulais vraiment ton amour, je ne serais pas venu comme ça."

Elle voulait vraiment aller avec lui, mais elle devait faire preuve de vigilance. Il y avait une chance que son père ait raison.

Elle soupira. “Okay. Rendez-vous à mon lac de chocolat dans quinze minutes."

Le changelin s’extasia. "Super ! Je t'attends !"

Screwball ferma la fenêtre quand Mothball s'envola. Elle attrapa son chapeau, mais avant de le poser sur sa tête, elle se regarda dans le miroir et lissa ses cheveux. Son sabot était sur la poignée de la porte quand une pensée lui vint.

"Attends une seconde."

Elle ouvrit la fenêtre et s'envola.

C'était beaucoup plus rapide pour atteindre le lac en volant qu'à pied. Elle avait rattrapé Mothball.

“Je suis content d'être venu", dit-il avec un sourire.

"Ne sois pas si heureux pour l'instant", l’avertit Screwball. ”Je veux tout savoir sur toi."

Le prince soupira. “Je suppose que tes parents t'ont dit beaucoup de choses sur les changelins, hein ? Eh bien, ma mère m'en a dit beaucoup sur tes parents."

Curieuse, elle s'était assise à côté de lui. "Et qu'est-ce qu'elle a dit ?"

"Eh bien, pour commencer, elle m'a dit que ton père était le Seigneur du Chaos et qu'il avait pris Equestria deux ou trois fois."

“Il est plus comme ça”, insista Screwball. "Pas depuis qu'il a rencontré ma mère."

"Ouais, elle a dit ça aussi. Hé, comment ça se fait qu'ils sont ensemble ?"

“Mes parents, tu veux dire ?"

"Ouais. Ne le prends pas mal, mais comment ça se fait qu’une simple pégase puisse tomber amoureuse de l'esprit du Chaos ?"

Screwball s'étendit dans l'herbe. "Eh bien, c'est une histoire vraiment très drôle. La dernière fois que papa a repris Equestria, il a demandé une épouse pour arrêter son chaos. Ma mère était la seule assez courageuse pour le faire." Elle rit. "J’ai entendu cette histoire tant de fois, et pourtant, ils continuent à rajouter de nouvelles choses. Par exemple, ma mère m'a dit ce soir qu'elle y est allée parce qu'elle pensait qu'elle pouvait dompter papa.

"Ils sont restés ensemble pendant un très long moment. Chaque nuit, papa demandait à maman si elle l'aimait. Ils ont conclu un accord comme quoi ils ne se marieraient pas tant qu'elle n'aurait pas dit oui. Papa a dit que son plan était de la faire tomber amoureuse, mais le contraire s’est passé et il est tombé amoureux à sa place. Puis un jour, il l'a laissée partir."

Le prince cligna des yeux avec étonnement. "Mais tu as dit qu'il était amoureux d'elle !"

"Il l'était, il a fait tout ce qu'il pouvait faire pour lui plaire. Il lui a donné une chambre confortable, un jardin avec plein de plantes et d'animaux, un rendez-vous romantique, tu vois le tableau mais il savait qu'elle n'était pas totalement satisfaite, parce qu'elle voulait sa liberté. Alors il la lui a donnée.

"Quelques jours plus tard, maman a réalisé combien elle était malheureuse sans papa et elle retourna auprès de lui. Sur le chemin, elle a rencontré une bande de timberwolves. Papa a entendu ses cris et l'a sauvée. Il l'a ramenée au château et puis ils ont avoué leur amour l'un pour l'autre ! Mais ils n'étaient pas encore prêts pour le mariage, puis ils l'ont fait un an plus tard et ils m'ont eue ! "

Mothball avait écouté toute l'histoire avec attention tout en regardant la lueur excitée de la pouliche quand elle lui expliquait.

"Waow ...", balbutia-t-il. "C'est la chose la plus romantique que j'ai jamais entendue."

Les joues de Screwball virèrent au rose. “Tu sais, mon papa peut sembler effrayant au début, mais il est très gentil une fois que tu le connais bien."

Il rit nerveusement. "Je pense qu'il préférerait ne pas me connaître."

"Alors, il est comment ton père ?"

"Oh. Tu vois, je n'ai pas ... vraiment de père."

Le sourire de Screwball disparu. "Tu ne sais pas qui il est ?"

Elle avait compris que ces choses pouvaient arriver. Sa meilleure amie n'avait jamais rencontré son père, et tout ce qu'elle savait de lui, c'est qu'il était médecin ou explorateur ou quelque chose du genre.

"Non, c'est pas ça”, expliqua Mothball. "La ruche des changelins fonctionne comme une ruche d'abeilles. Tu sais que les abeilles ont une reine, non ?"

Screwball hocha la tête. Cheerilee leur avait donné un cours sur les abeilles il y a quelques mois.

"Ma mère, comme tu le sais sans doute, donne naissance à tous les changelins, les ouvriers, les soldats, les infirmières, les faux-bourdons. Voilà ce que je voulais dire quand je disais que je devais avoir cinq mille frères et sœurs."

"Wow", s’exclama Screwball. “Je me suis toujours demandé ce que c'était de ne pas être un enfant unique."

Il rit. "Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour ça ! Tu vois, c'est pas parce que j'ai beaucoup de frères et sœurs que ça signifie que nous sommes une grande et heureuse famille ! En fait, la plupart d'entre eux me détestent. Je ne sais pas si tu l'as remarqué, mais je suis un peu différent des autres changelins."

Elle se rapprocha de lui. "Parce que tu es prince ?"

"Eh bien ... oui, mais ce que je veux dire c'est que les autres changelins ne sont pas exactement comme moi. Ils n'ont pas de cheveux ou mon regard, par exemple. Ils sont plus des insectes que de véritables poneys. Lorsque ma mère a vu à quel point j'étais ‘spécial’, elle a fait de moi l'héritier de son trône.”

"Tu es spécial ? Quelle coïncidence ! Je suis spéciale aussi !" Elle rougit. "Oh, je ne voulais pas me vanter ! C'est juste un fait."

Mothball rigola. "Je le pensais. Je n'ai jamais rencontré un être moitié poney, moitié euh ..."

"Draconequus."

"... Moitié drakanaka."

Elle étouffa un rire. "Bien essayé."

"Et ta magie est vraiment incroyable ! Je n'ai jamais rien vu de pareil !"

"Oh s'il te plaît, tu devrais voir mon papa ! Il peut transformer tout un verger en patinoire à glace !"

"Pourtant, je parie que si on regarde le mot ‘spécial’ dans le dictionnaire, il y aurait une photo de ton visage."

“Je suis sûre que tu serais là aussi."

Il gémit. "La seule chose qui me rend spécial est que je suis différent."

“Et alors ? Il n'y a rien de mal à être différent."

"Si c'était la seule raison pour être prince, j'aurais voulu ne jamais l'être !" Screwball bondit en arrière quand il leva soudainement la voix. “Désolé, ça me dérange que chaque changelin m'envie d'être le favori de la reine, c'est une position que je ne mérite pas et dont je ne veux pas !"

Il y eut un moment de silence. Puis Mothball sentit soudainement quelque chose de doux contre lui. Il baissa les yeux pour voir un sabot rose sur le sien complètement déformé et noir. Il leva ensuite les yeux vers la pouliche à qui il appartenait. Quand il le fit, ses yeux verts rencontrèrent ses profonds yeux violets dont les spirales semblaient n'avoir pas de fin.

"Si tu ne le souhaites pas", murmura-t-elle, "tu n'es pas obligé de l'être. En outre, ce que tu es ne veut pas dire qui tu es. Je suis la fille du Seigneur du chaos, mais ça ne signifie pas que je prendrai Equestria un jour. Je suis aussi la fille de l'élément de la bonté, mais ça ne signifie pas que je suis Mlle gentille avec tout le monde. Je suis un peu des deux, mais je reste avant tout moi-même. "

Il la fixa pendant un long moment et essaya de ne pas rompre le contact de ses tourbillons infinis.

"Pourquoi es-tu si gentille avec moi ?" demanda-t-il. "Même maintenant, quand tu sais ce que je suis ?"

Elle lui sourit. "Mes parents m'ont appris que, peu importe les apparences, aussi effrayantes soient elles, chaque créature a un coeur."

Il retira son sabot et lui tourna le dos. "Non, pas les changelins".

Son sourire disparut et elle regarda le poulain avec sympathie. "C'est donc vrai que tu n'as pas de coeur, littéralement ?"

Il acquiesça. "Pourquoi penses-tu qu'on se nourrit d'amour ? Sans cœur pour pomper notre sang, nous avons besoin de l'amour pour survivre, mais nous sommes incapables de ressentir des émotions."

Il se tourna vers elle quand elle posa doucement son sabot sur son épaule. "Je ne te crois pas."

Mothball effleura froidement son sabot. "Qu'est-ce que tu veux de moi ?"

Elle cligna des yeux. "Je veux être ton amie."

Sa tête se releva et il lui fit face à nouveau. “Ami ?"

Elle hocha la tête. "Si tu es d'accord, bien sûr."

Le prince ne pouvait pas le croire. Il n'a jamais eu un ami avant et le fait que cette jolie pouliche lui en faisait l'offre était encore plus étonnant. Que pouvait-il dire d’autre que : "Tu es sûre ?"

Il la surprit en train d'enlacer ses sabots autour de son cou. Il lui fallut un moment pour réaliser qu'elle se serrait contre lui. Il avait l’impression que son estomac allait littéralement exploser à cause de l'affection qu'il recevait.

Que faisait-il ? Il se nourrissait de ses sentiments d'amitié ! Et si jamais cela devenait plus que ça ? Il pourrait la vider de ses magnifiques pouvoirs ! C'était probablement le cas maintenant !

Screwball brisa soudainement l'étreinte et ses joues étaient colorées d'une manière que le prince ne pouvait pas s'empêcher de trouver mignonne.

"Tu, euh ...", bégaya-t-elle, "v-veux ... nager ?"

Mothball la fixa un autre long moment, puis haussa les épaules. Elle sourit et tendit son sabot pour toucher le lac, transformant le chocolat en eau pure.

La pouliche était toujours sous le choc d'avoir senti son corps élégant contre le sien. Même si cela semblait impossible, elle aurait juré qu'à ce momen- là, quand sa tête était contre sa poitrine, elle avait juré avoir entendu un battement de coeur.

 

À suivre.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.