Discord icon

Un Rendez-Vous chez le Docteur

Plic. Plac. Ploc. Le bruit des sabots marchant sur le sol trempé de la capitale.

Peu de poneys sortaient les jours de pluie. L'équipe météo de Canterlot était suffisamment expérimentée pour que tous soient prévenus plusieurs jours à l'avance des averses. Il ne fallait pas déranger les rendez-vous importants, après tout.

C'était pour cette même raison que l'on trouvait très peu de vendeurs de parapluies dans la capitale, et une surabondance de vendeurs d'ombrelles et de crèmes solaires.

De ce fait, c'est les jours de pluie que les environs étaient les plus calmes. Ce qui était parfait pour éviter les divers poneys de la haute société Canterlotienne.

Blik. Blok. Blak.

Un étrange clapotis métallique se faisait entendre, accompagnant les sabots trempés. Une silhouette avançait dans les rues désertes. Caché sous l'ombre des nuages, un halo de magie se distinguait néanmoins, tenant un étrange objet circulaire au-dessus d'une tête pour la protéger de la pluie.

L'inconnue s'abrita sous un paravent, l'espace de quelques instants. Le temps de remettre en place sa longue crinière blonde teintée de mèches bleus. Celle-ci était trempée. En même temps, quand on ne dispose que d'une poêle pour se couvrir, il est difficile de rester sec.

Mais ce n'était pas ça qui l'inquiétait. Soulevant une aile, elle prit le parchemin qui se trouvait dessous, le dépliant avec sa magie. Malgré ses plumes, la pluie n'avait pas épargné le papier. L'encre coulait et son plan ne ressemblait plus à grand-chose.

"Crotte", souffla la jument entre ses dents. Elle n'aimait pas voir du bon papier et de l'encre de qualité ainsi gâchés. Quelle idée aussi, de ne pas enchanter une carte pour qu'elle résiste à l'eau. Si elle avait su le faire, elle l'aurait fait.

Elle jeta l'ex-plan dans une poubelle proche, regardant les alentours. Dès qu'elle quittait le palais, c'était toujours compliqué pour elle de s'y retrouver. La ville était grande, après tout.

Une violente bourrasque poussa légèrement la jument. Autant dire que voler était toujours hors de question.

"Pfff... Il me semble que c'était par-là."

Sans une vraie idée d'où elle allait, elle repartit sous la pluie battante, alors que celle-ci semblait s'intensifier, ruisselant sur son pelage bleu et sa cutie mark en forme de plume et d'étoile. Au moins, il n'y avait pas d'éclairs. Pour l'instant.

La jument continua sa marche un moment, avant d'arriver dans une impasse. Qui n'était visiblement pas sa destination, vu qu'elle bougonna.

"Voilà que je suis perdue."

Alors qu'elle disait ça, une voix résonna dans son esprit. Une voix dédaigneuse, hautaine.

"Une princesse ne se perd pas. Encore moins dans les rues de la capitale."

"Gnagnagna !" ronchonna-t-elle à voix haute, avant de faire demi-tour.

Alors qu'elle reprit sa marche, elle continua à monologuer contre cette voix imaginaire.

"Bien sûr, môsieur est parfait. Il ne se perd jamais. C'est facile quand on est entouré par une escorte de vingt poneys !"

"C'est à moi que vous parlez ?" fit soudainement une voix.

La jument s'immobilisa. Qui, à Canterlot, pouvait bien sortir sous la pluie ? Pourquoi y avait-il quelqu'un ici, maintenant ?

D'un geste mécanique et remplit d'appréhension, elle tourna lentement la tête vers là d'où provenait la voix. Sur sa droite.

Un étalon se tenait là. Un licorne au pelage bleu et à la crinière rougeoyante, teintée de mèches assorties à sa pilosité. Une étrange forme noire, formée de petits carrés, ornait son flanc. L'inconnue était presque sûre d'avoir déjà vu ça dans un vieux jeu. Il tenait un parapluie par magie, tout en regardant la jument d'un air légèrement surpris, attendant encore la réponse à sa question.

"Non..." souffla-t-elle finalement entre ses dents, tentant d'avoir l'air décontractée. "Je pensais à voix haute."

Ce n'était pas tant sa présence qui la dérangeait, mais davantage la soudaineté de cette rencontre à laquelle elle n'était pas prête.

"Oh, moi qui pensais que j'étais le seul à faire ça. Qu'est-ce que vous faites dehors sous la pluie ?"

"Je prends l'air, j'adore être trempée", ironisa-t-elle.

"Ça explique l'absence de parapluie."

Elle soupira intérieurement.

"Vous en auriez pas un deuxième, plutôt que de dire des bêtises ?"

"Je ne suis pas prévoyant au point d'en prendre deux, non."

"Pfff."

Le licorne s'approcha lentement d'elle, lui tendant son parapluie. Vu de près il était assez grand. Ou plutôt, elle ne l'était pas beaucoup.

"Selon là où vous allez, je peux vous y accompagner. Au moins pour partager le parapluie."

La jument eut un léger mouvement de recul, n'ayant pas l'habitude qu'on s'approche d'elle. Et la proposition de l'étalon la couvrit de gêne. Depuis quand existait-il des gens serviables dans cette ville ? Ou peut-être que son geste n'était pas vraiment désintéressé ? C'était facile de voir à quel rang elle appartenait, après tout. Mais être méfiante n'était pas son genre.

"Je cherche le docteur", répondit-elle, se disant qu'elle aurait bien besoin d'aide pour le trouver de toute façon. Son rendez-vous approchait, mieux valait ne pas être en retard pour son examen.

"Oh, je pensais être le seul à aller le voir", s'étonna le licorne.

"C'est vrai ? Vous y allez aussi ?"

"Bien sûr. C'est pas souvent qu'on a l'occasion de le voir."

Il y avait un certain entrain dans sa voix, que la jument ne partageait pas vraiment. Elle ne comprenait pourquoi il était si invraisemblablement excité à l'idée d'aller voir un docteur. Mais au moins, il semblait savoir la route. Elle rangea sa poêle sous une aile, n'en ayant plus besoin pour se couvrir.

"Allons-y alors, mieux vaut ne pas trop traîner."

Sa réplique arracha un inexplicable rire à l'étalon, qui acquiesça en se mettant en route.

"Au fait, je m'appelle Rumby, et vous ?" demanda-t-il en tenant le parapluie au-dessus de leur tête.

"Amethyst Star."

Les deux s'engagèrent dans les rues de la capitale. Rumby avait une démarche assurée et rapide, bien moins perchée que la plupart des Canterlotiens qu'Amethyst avait pu rencontrer. Alors qu'ils avançaient, elle ne put s'empêcher de demander :

"Vous n'êtes pas d'ici, non ?"

"Oh, non. J'arrive des Badlands là."

"Tout ce chemin juste pour voir le docteur ici... ?" s'intrigua légèrement la jument.

Elle savait que celui de la capitale était réputé, au point d'avoir fait mettre la clef sous la porte à ses collègues. C'était d'ailleurs pour ça qu'il fallait attendre les jours de pluie pour avoir un rendez-vous. Mais de là à faire autant de trajet... De quoi ce licorne pouvait-il bien souffrir ?

"Bien sûr ! J'ai envie de le rencontrer depuis longtemps ! Pas vous ?"

"Bof, ça fait quelques semaines que je me suis dit que je devrais le voir."

"Oh, vous ne le connaissiez peut-être pas avant ?"

Amethyst regarda le sol, pensive.

"Si, j'en avais entendu parler. Mais je ne pensais pas en avoir besoin."

"Hm. Je comprends. Vous êtes d'ici vous ?"

La jument tourna un regard décontenancé vers le licorne, presque impressionnée par la stupidité de la question. Comment pouvait-il ne pas se douter de la réponse ? Hormis Twilight Sparkle, est-ce qu'une seule alicorne vivait vraiment hors de Canterlot ? Ou bien tentait-il de paraître naïf ? Elle commençait à douter.

"Euh. Oui. Je ne suis presque jamais sortie de la ville en fait."

"C'est dommage. Le monde est plein de merveilles à explorer !"

Amethyst poussa un soupir envieux devant son entrain et les étoiles qu'il avait dans les yeux en parlant.

"Je m'en doute. Mais je ne peux pas vraiment sortir. "

"Pourquoi ?"

"À cause d-"

L'alicorne s'arrêta dans sa phrase. Qu'est-ce qui lui prenait de raconter tout ça à quelqu'un qu'elle venait à peine de rencontrer !? Oui elle ne parlait pas à beaucoup de monde, mais de là à s'ouvrir ainsi au premier venu !? Non. D'une voix ferme, elle rétorqua :

"Quelque chose qui ne vous concerne pas, Rubis."

"C'est Rumby..."

La réponse déstabilisa la jument, lui causant une grande gêne. Le sang monta à ses joues alors qu'elle détournait le regard. C'était extrêmement malpolie de se tromper sur le nom de quelqu'un. Combien d'heures avait-elle passées à apprendre les noms de la haute société pour ne pas se couvrir de honte, même en étant une jeune pouliche.

Pourtant, le licorne ne semblait pas mal le prendre. Il l'avait juste corrigé, l'air de rien, sur le ton de la conversation. Il ne vit même pas le rougissement de l'alicorne, continuant juste d'avancer.

Le son de la pluie et celui de leurs sabots dans les flaques d'eau était la seule chose à percer la monotonie de l'ambiance de la capitale. Ou plutôt de ses bordures, alors qu'Amethyst constata qu'ils n'étaient plus dans le centre-ville.

"Vous êtes sûr de savoir où vous allez... ?" se risqua-t-elle.

"Évidemment", rassura l'étalon avec un léger rire amusé. "Jamais je ne manquerais ça !"

L'alicorne ne lui fit qu'à moitié confiance. Mais d'un autre côté, il avait l'air vraiment sincère. Ou alors elle ne savait pas déceler un mensonge quand il ne se cachait pas derrière un visage hautain, comme son frère avait l'habitude de faire.

"J'aurais pensé qu'il était plus vers le centre."

"Oh, non. Il préfère ne pas trop se faire remarquer. Même si c'est difficile quand on est aussi talentueux que lui."

Il y avait une vraie admiration dans la voix du licorne et Amethyst en tira une réponse à ses questions. Rumby était un fan, c'était pour cette raison qu'il avait effectué autant de chemin. Cela arracha un sourire légèrement amusé à l'alicorne. Bien qu'elle n'ait jamais entendu parler de gens fans d'un docteur. Mais après tout, pourquoi pas.

D'un air distrait elle regarda les maisons. En bord de ville, elles étaient plus coquettes, moins grandiosement grotesques, et cela lui plaisait bien. Finalement, il y avait peut-être des facettes de Canterlot qu'elle était capable d'apprécier ?

Rumby ralentit légèrement le pas, probablement car ils arrivaient à destination.

"On va être en avance", déclara-t-il, semblant contrarié par ce fait.

"Vraiment... ?" douta Amethyst, qui se souvenait clairement que son rendez-vous était pour bientôt.

"Un tout petit peu", assura l'étalon. "Mais il devrait être là bientôt."

L'alicorne regarda un peu les maisons. Aucune ne ressemblait vraiment à un cabinet de docteur. Pas de plaques à l'entrée, ni d'enseigne, rien.

"Heu..." commença-t-elle.

Un étrange son l'interrompit. Un bruit difficile à décrire, qu'elle n'avait jamais entendu auparavant. S'il avait fallu trouver les mots, elle aurait dit : le bruit d'un orage dans une machine à laver.

Cela émanait d'une impasse située entre deux maisons, et Amethyst y porta son regard curieux. Rumby fit de même, mais avec une excitation non-dissimulée.

"Il arrive !"

"Quoi ?" s'étonna-t-elle. "Attend, c'est quoi qui fait ce bruit ?"

"Son moyen de transport", expliqua l'étalon, qui trépignait sur place.

"Eh ben, il faudrait qu'il fasse huiler les roues de son carrosse alors."

Déjà, elle était étonnée qu'un carrosse tienne dans une si petite allée. Mais elle ne le voyait pas, donc elle ne pouvait être sûre de rien. La seule chose visible, dans cette petite allée, était une étrange lumière émanant de derrière un tas de caisse.

Puis cela s'arrêta, dans un bruit semblable à celui d'une lourde porte en fer qui claque. Le silence retomba quelques instants, puis un poney émergea de derrière les caisses.

La première chose qui surprit Amethyst fut probablement de constater que cet étalon n'était pas une licorne. Elle s'était attendue à un docteur noble, vu ce qu'on en disait dans la ville. Personne a Canterlot n'aurait pu avoir du respect pour autre chose qu'un poney avec une corne sur le front. Pourtant, c'était un terrestre qui se dirigeait vers eux.

Ou alors, c'était son majordome, qui venait faire l'ouverture. Oui, c'était sûrement ça. Avec son nœud papillon, son air pressé et pensif et sa cutie mark en forme de sablier. Et puis, son pelage marron et sa crinière plus sombre n'allait vraiment pas avec les teintes claires bien vues à Canterlot. Il ne semblait même pas les avoir encore vu. Même si sa coiffure en épis laissait des doutes à Amethyst. Ça faisait désordonné.

Soudain, il s'arrêta. Les remarquant enfin, son regard se posa sur eux avec un air surpris.

"Étais-je attendu ?" demanda-t-il avec une certaine surprise, comme si c'était inhabituel.

"Vous êtes le docteur ?" fit Amethyst, dubitative, arquant un sourcil.

"Le seul et l'unique", énonça l'étalon avec une pointe de fierté. "Maintenant, si vous me permettez, je dois trouver une alicorne au plus vite !"

La jument était vraiment suspicieuse. Un terrestre était censé régler sa corne ? Comment pourrait-il faire ? Ne serait-ce que comprendre son souci ? Mais elle finit par tilter à sa dernière phrase alors qu'il passait entre elle et Rumby, qui n'avait étrangement rien dit.

"Oui, oui, c'est moi !" signala-t-elle.

Le docteur s'arrêta, examinant Amethyst du regard, avant de sembler confus et de s'excuser :

"Oh, pardon, je n'avais pas vu. Je pensais juste qu'une alicorne-"

"Serait plus grande, oui", fit-elle, un peu gênée. "Je suis plus petite qu'un poney normal, mais je suis bien une alicorne. Mais ce n'est pas pour ça que je suis là."

"Bien, bien, bien, parfait ! Allons-y, alors !"

Sans attendre, il fit demi-tour et commença à repartir d'où il était venu. Amethyst allait d'étonnement en étonnement. Est-ce que son cabinet se trouvait dans cette petite impasse ? Sans plus d'explication de sa part, elle lui emboîta le pas, incertaine, avant de s'arrêter.

Elle tourna la tête en arrière, regardant Rumby. Il était figé, le visage affichant une expression de joie et d'admiration.

"Rumble ? Ça va aller ?"

L'étalon ne releva même pas la faute, se contentant de répondre d'une voix étrangement aiguë :

"Oui."

"... On s'en va je te signale."

"Oh ! Oui !" fit-il en semblant sortir de sa rêverie. "J'arrive."

Il s'élança à leur suite, n'en démordant pas de son sourire niais.

L'étalon ouvrit une porte bleue en bois située juste derrière les caisses. L'alicorne entra, sans trop prêter attention aux alentours. Et puis, ce qu'il y avait juste en face d'elle était suffisamment étrange pour que son regard ne soit pas attiré ailleurs.

C'était pour le moins peu orthodoxe comme cabinet. Elle s'était attendue à quelque chose de sobre, de classieux. L'opposé de cet endroit en somme. C'était une grande pièce circulaire. Profonde. La porte n'était pas au niveau du sol, elle donnait sur une passerelle métallique. Celle-ci faisait le tour, suivant le mur courbé vers le plafond, encerclant un grand pilier central. Pilier qui était bien étrange d'ailleurs, entouré par ce qu'Amethyst identifia comme étant des consoles de commandes, même si elle n'en avait jamais vu en vrai.

"C'est..." commença-t-elle en s'avançant sur la passerelle.

"Oui ?" incita le docteur avec un grand sourire, comme s'il attendait la suite de sa phrase.

"... un drôle d'endroit pour un docteur", acheva l'alicorne, l'air chiffonnée par tout ça.

Leur hôte perdit un peu de sa contenance l'espace de quelques instants, comme si on venait de le gifler.

"Oh euh... D'ordinaire les poneys disent autre chose. Mais je suppose que oui, c'est assez particulier."

"Je ne vois vraiment pas quoi dire d'autre. Il n'y a même pas de salle d'attente ? Ou alors c'est par là ?"

Tout en parlant, elle désigna une ouverture dans le mur située de l'autre côté du pilier. Après tout, peut-être que cet endroit n'était qu'un hall très excentrique.

"Je ne sais pas, t'en penses quoi, Jumbe ?"

Amethyst n'obtient pas de réponse. Du moins, pas de la part de Rumby. À la place, ce fut le docteur qui nota :

"Vous êtes sûre qu'il va bien votre ami ?"

"Ce n'est pas mon-" commença la jument à la robe bleue tout en se retournant, avant de s'arrêter dans son geste.

Rumby se trouvait à l'entrée, au niveau de la porte bleu. Immobile, il y avait plus d'étoiles parcourant ses yeux que dans le ciel d'Equestria la nuit. Un sourire de joie, presque malsain, se dessinait sur son visage. Son parapluie, encore tenu par magie, s'était bloqué dans l'ouverture de la porte, sans qu'il y fasse attention.

"Ok, je crois que y a vraiment un fusible qui a sauté dans son cerveau."

"Comment s'appelle-t-il ?" demanda le docteur en s'approchant de lui.

"Rhum Bi, il me semble."

"Hé, Rhum Bi ? Vous êtes là ?"

À peine passa-t-il un sabot devant son visage que Rumby bondit légèrement sur place, s'exclamant :

"C'est vraiment plus grand à l'intérieur !"

"Ah ! Enfin une réaction normale !"

"Comment ça, plus grand à l'intérieur ?" s'intrigua Amethyst.

"La phrase s'explique d'elle-même !" répondit le docteur avec un léger rire, retournant vers les consoles. "Bien, nous allons pouvoir y aller !"

"Heu... D'accord", fit l'alicorne, abandonnant l'idée de comprendre ce dont il parlait. Elle était vraiment mal tombée avec ces deux étalons.

"Fermez la porte s'il vous plaît, Bi."

"C'est Rumby", corrigea celui-ci, fermant la porte sans perdre de son excitation.

"C'est ce que j'ai dit", répliqua l'étalon en enclenchant immédiatement un grand levier.

Le grand bruit sourd de tout à l'heure retentit à nouveau, suivit par le vrombissement qu'ils avaient entendu dans l'allée, mais en bien plus fort. Il émanait du pilier et des murs. Le sol se mit à trembler et à osciller comme dans un bateau. Amethyst s'accrocha à une rambarde, paniquée et surprise.

"Qu'est-ce qu'il se passe !?"

"On part à l'aventure !" jubila Rumby juste avant de tomber en avant à cause d'un violent choc qui secoua toute la pièce.

"Quoi !?" s'écria l'alicorne.

"Et j'ai besoin d'une alicorne comme vous pour m'aider !" ajouta le docteur.

"QUOI !?"

"Ben, t'avais pas dit que tu voulais voir le docteur ?" fit Rumby en se massant la mâchoire, restant au sol pour l'instant.

"Oui ! Le docteur de Canterlot pour un souci avec m-..."

L'alicorne ravala ses mots, se contentant d'afficher un air furieux teinté de confusion.

"J'avais pris rendez-vous pour aujourd'hui ! Et à la place je me retrouve là, dans une ruelle, avec deux personnes que je ne connais pas, dans une maison qui tremble !"

"Techniquement, ce n'est pas une maison, et nous ne sommes plus dans une ruelle !"

"C'est quoi ce truc alors !? On est où !?"

"Dans un Tardis", énonça Rumby. "Le reste c'est un mystère."

"Dans LE Tardis !" corrigea le docteur en relevant le levier, mettant fin aux tremblements et à l'horrible vacarme.

Rumby se releva comme si ses pattes étaient sur ressort, tandis qu'Amethyst lâcha avec une grande prudence son soutient, regardant le soi-disant docteur d'un œil méfiant.

"Qui êtes-vous réellement ?"

"Le docteur", répondit celui-ci. "Vous, vous cherchiez un docteur, moi je suis LE docteur. Certains m'appellent Whooves, ou Hooves, ça dépend des régions."

"Ça répond en rien à ma question."

"C'est un voyageur temporel", expliqua le licorne au crin rougeoyant.

"Comment t'en sais autant sur lui toi !? Attend... voyageur temporel !?"

"Parce que j'ai toujours rêvé de le rencontrer !" fit Rumby avec un grand sourire niais. "J'ai lu toutes les légendes que ses passages laissent, c'est comme ça que j'ai trouvé qu'il apparaîtrait dans cette ruelle, ce jour-là !"

Le docteur regarda son fan, semblant quelque peu impressionné.

"C'est la première fois que quelqu'un s'attend à une de mes arrivées anodines. Brillant. Mais passons, nous avons plus important à faire !"

Tout en parlant, le surnommé Hooves s'avança vers la porte d'où ils étaient venus.

"Personne ne va m'expliquer cette histoire de voyageur temporel !?" s'indigna Amethyst qui en avait marre d'être la seule à ne rien comprendre à ce qu'il se passait.

Le docteur s'arrêta avec le sabot sur la porte, la regardant avec un air un peu surpris.

"Hé bien, c'est simple. Je voyage dans l'espace-temps, avec mon Tardis. Il n'y a rien d'autre à expliquer."

D'un geste ferme il poussa la porte pour l'ouvrir. Un souffle d'air chaud à l'horrible odeur de brûlé et de souffre entra immédiatement, faisant voleter les crinières. Amethyst se couvrit le museau, oubliant sa furie d'incompréhension. Jamais elle n'avait senti quelque chose d'aussi mauvais. Que s'était-il passé à Canterlot pour qu'une telle odeur y règne seulement quelques secondes après qu'elle soit partie !?

Elle se précipita vers la porte pour voir, avant de constater avec effroi que Canterlot n'était plus là. À la place, il n'y avait qu'une terre désolée, noire, légèrement bosselée et surtout cet air empli d'une mince fumée.

"Qu'est-ce qu'il s'est passé !?" s'exclama-t-elle en bousculant le docteur malgré sa petite taille pour sortir.

"On a changé de place, tout simplement", fit le poney terrestre en passant devant elle. "Nous sommes dans les Badlands."

"M-Mais pourquoi !? Comment !?"

"Oh, vous n'écoutez pas", râla le docteur. "Le Tardis permet de voyager à travers l'espace-temps. Donc il nous a changé de place. Et je vous l'ai dit, j'ai besoin de vous ici. Allez, venez."

Sans les attendre, il s'élança dehors. Rumby rejoignit Amethyst, l'air curieux et toujours aussi enjoué, impatient, comme un poulain dans un parc d'attractions.

"Mais... Mais j'ai un rendez-vous !" protesta l'alicorne.

"Pas avant mille-cinq-cents-ans !" annonça leur « guide » qui s'éloignait au trot. "Dépêchez-vous !"

"Q-Quoi... ?" balbutia la jument, perdue.

Voyant sa détresse, le licorne à ses côtés retrouva son sérieux. Il posa un sabot sur son épaule pour avoir son attention et lui expliqua :

"On a voyagé dans le temps. Nous sommes très loin dans le passé, et nous pourrons revenir juste avant ton rendez-vous. C'était quelque chose d'urgent ?"

"Heu... N-Non, pas vraiment, non."

"Alors profite juste de l'aventure. Aller, viens."

Le licorne lui adressa un sourire en faisant le premier pas dehors, l'attendant en souriant.

Elle n'en revenait pas. La manière la plus simple de résumer sa pensée à ce moment aurait sûrement été "Qu'est-ce que je fous là, bordel !?" Et elle était bien incapable de trouver une réponse logique à tout ceci. Hormis ce qu'on lui avait expliqué, et qui semblait totalement improbable, voire impossible. Oh, elle avait entendu des histoires sur le voyage dans le temps, des légendes sur des sorts même, mais c'est tout ce qu'elles étaient censées être : des histoires et des légendes.

Pourtant, devant le fait accompli, elle n'avait pas d'autre choix que de l'accepter. D'un geste incertain, légèrement apeuré, elle posa le sabot dehors.

Le sol était chaud. Plus chaud que tout ce sur quoi elle avait marché auparavant, mais en même temps elle foulait surtout les pierres du palais. Cependant, elle avait assez lu pour savoir ce que ça signifiait.

"Nous sommes sur un volcan... ?"

"Il faut croire. Il y en a des bien actifs dans les Badlands, et ça devait être déjà le cas à l'époque. Peut-être même davantage."

Amethyst regarda les alentours, pensive. Ces terres désolées étaient vides de toutes végétation. Un vrai paysage d'apocalypse. Comme dans certains livres. Quelque chose tilta dans son esprit. Lentement, elle demanda :

"Si j'ai bien compris, on pourra être de retour quasiment au moment où on est partis... ?"

"Comme si on avait toujours été là", acquiesça Rumby.

Un mince sourire se dessina sur le visage de l'alicorne. Peut-être que cette situation n'était pas si mal finalement.

"Bon, très bien."

Elle sortit complètement, adressant un sourire en retour au licorne, avant de s'arrêter.

"Depuis quand tu me tutoies toi, au fait ?"

"C'est toi qui as commencé."

Amethyst eut un léger rougissement. Était-ce vraiment le cas ? Elle n'avait pas l'habitude de faire de nouvelles rencontres, mais s'était toujours assurée de bien vouvoyer les poneys, comme le voulait le protocole.

"T-Tu es sûr ?"

"Tu m'as dit un truc du genre "je te signale" je crois."

Le visage de l'alicorne vira au lilas quand le rouge se mêla au bleu de son pelage, terriblement gênée, détournant le regard. Tutoyer un inconnu... Un roturier, qui plus est ! Si sa famille l'apprenait...

"G-Garde ça pour toi alors."

Rumby haussa les épaules.

"Si tu veux. Vite, le docteur nous attend."

Les deux se mirent en route, Amethyst grommelant dans sa tête "Quel nom à la noix, docteur..." alors que son visage retrouvant son bleu habituel.

Ils trouvèrent leur guide spatio-temporel un peu plus loin, derrière une petite colline. À quelques dizaines de mètres d'un grand cratère dont ils ne voyaient pas le fond.

"Et qu'est-ce qu'on fait ici ?" demanda l'alicorne, se prêtant au jeu.

Pour seule réponse, Whooves leur fit un signe du sabot pour qu'ils le suivent, s'approchant du grand trou dans le sol. Il les prévint d'une voix emplie de mystères :

"Regardez, mais avec prudence. Vous ne voulez pas tomber là-dedans."

Rumby et Amethyst échangèrent un regard interloqué, puis se penchèrent légèrement au-dessus du vide.

C'était un cratère de volcan assez profond. Les parois faites de roches noires, il y avait un petit lac de lave à une vingtaine de mètres en dessous. La chaleur s'en dégageant était intense, mais supportable à cette distance. Des pierres dépassaient du lac de lave, et celui-ci ne recouvrait pas totalement le fond, laissant des plateformes à l'air libre.

"Eh bien, quoi ?" s'intrigua Amethyst.

"Il va sûrement entrer en éruption bientôt", supposa Rumby avec entrain. "Le docteur voit quelque chose qui l'indique, même si moi je ne vois rien. Et il va falloir l'empêcher sinon cela causera problèmes pour les habitants du coin, quelque chose comme ça, n'est-ce pas ?"

Il leva le regard vers leur guide, tout sourire, comme un élève attendant de savoir s'il a donné la bonne réponse. À la place, Hooves ne le regarda même pas, hochant légèrement la tête de gauche à droite.

"Mhhh, pas vraiment, c'est un peu cliché. Non, regardez mieux. Sur les berges, regardez les pierres."

Amethyst plissa les yeux. Non pas car elle avait une mauvaise vue, mais car elle pensait mal voir.

"Elles bougent... ?"

"Exactement..." murmura le docteur avec un air fasciné.

L'alicorne eut un air surpris. Les rochers en contrebas, qui ressemblaient à des animaux quadrupèdes moins élancés que des poneys, se déplaçaient, lentement mais sûrement. Elles tenaient sur des pattes dont les jointures étaient faites en rocher rougeâtre. De la lave ?

"Comment ça se fait ? Que sont-elles ?" demanda Amethyst sans parvenir à détacher son regard des créatures.

"De la lave magique refroidie et solidifiée", expliqua Hooves, toujours avec une passion dans la voix. "Le même genre de magie que celle qui donne vie au bois dans la Forêt de l'Everfree de nos jours."

"Les timberwolves ?" fit Rumby, qui connaissait déjà la réponse.

"Précisément. Mais cette espèce-là ne sera pas découverte et nommée avant des millénaires, sauf si on n'intervient pas."

"Comment ça ?"

Le docteur s'écarta du rebord et les regarda alors que Rumby le suivait des yeux.

"Le volcan va entrer en éruption. Ces créatures vont se retrouver projetée aux quatre coins d'Equestria, alors que cette nation n'existe même pas encore. Elles survivront à la chute."

"Et ça pose problème qu'elles se déplacent où elles veulent... ?" demanda Amethyst, toujours obnubilée par les roches mouvantes, ayant néanmoins un brin de reproche dans la voix.

"Oh, non. Elles finiront bien par sortir et se répandront sur le monde. D'ici quelques centaines de milliers d'années, elles domineront une majeure partie de la planète."

L'alicorne tourna un regard d'incompréhension vers le docteur. Où était le problème alors ? Celui-ci continua ses explications :

"Mais là, elles n'en sont encore qu'à leurs balbutiements, et il est trop tôt pour elles pour sortir. Elles pourraient entrer en conflit avec une des trois races avant la formation d'Equestria, ou même déclencher une guerre qui n'aurait jamais dû exister. Tout un pan de l'histoire serait réécrit."

"C'est là qu'on intervient donc", conclut Rumby avec un sourire.

"Notre damoiselle alicorne ici présente, oui", confirma le docteur en fixant Amethyst. "Une grande magie est nécessaire si l'on veut pouvoir affecter la chambre magmatique située sous nos sabots et retarder l'éruption."

La jument fit une grimace incertaine et légèrement apeurée.

"Mais je..." commença-t-elle à voix basse.

"On a combien de temps ?" coupa involontairement Rumby, trop occupé à focaliser son attention sur le docteur.

"Cinq heures avant l'éruption."

"Pas une minute à perdre alors !"

"Suivez-moi."

Rumby et Hooves se mirent en marche, contournant le cratère. Amethyst grimaça en baissant les yeux, sans bouger d'où elle était. Devait-elle leur dire ? Était-ce seulement la peine de les suivre ?

Le licorne revint sur ses pas en voyant qu'elle ne suivait pas, l'air légèrement soucieux en la voyant fixer ses sabots.

"Amethyst ? Tu viens ?"

"Je... Je ne sais pas si j'y arriverais..."

"Dis pas ça, voyons", rassura-t-il en agitant un sabot encourageant.

"Mais j-"

"Mais tu n'as pas encore essayé, donc ça ne sert à rien de dire que tu n'y arriveras pas."

L'alicorne leva le regard vers lui, confuse. Ce à quoi il répondit par un sourire. Mais la situation ne donnait pas envie à Amethyst de faire de même. Un nouveau doute s'ajouta à ceux déjà présents en elle.

"Pourquoi tu dis ça... ?"

"Parce que c'est ce que je pense. Si j'avais cru tous les gens qui me disaient qu'on ne pouvait pas trouver le docteur soi-même, je ne serais pas là aujourd'hui. Et tu serais probablement perdue dans les rues de Canterlot."

Elle le regarda, incrédule. C'était un mode de pensée naïf, mais elle ne trouvait rien à lui répondre. Du moins, rien qui n'aurait pas été blessant. Intérieurement, elle soupira. L'idée qu'on allait compter sur elle pour quelque chose la dérangeait, mais l'occasion de sortir de chez elle sans répercussion était trop belle. Pas de frère pour la critiquer, pas de noble pour la juger, juste deux étalons bizarres et un mystère à explorer.

"Bon... D'accord. Allons-y."

La phrase arracha un petit rire à Rumby.

"C'est exactement ce que le docteur dirait. En route !"

Amethyst ne put s'empêcher de sourire devant son entrain.

 

Ils descendaient un escalier taillé sur flanc du volcan. Les marches étaient grossières, mal faites, mais suffisamment larges pour ne pas risquer de tomber.

"Qui a construit ça ?"

"Des... poneys", finit par dire le docteur avant de balancer à nouveau la tête par hésitation. "Mais pas au sens où vous l'entendez. Ces escaliers ont déjà plusieurs siècles, et même les poneys d'aujourd'hui sont différents de ceux que vous connaissez."

"Pourquoi viendraient-ils près d'un volcan ?" demanda Rumby. "Pour faire une religion ? Vénérer un dieu de lave ?"

"Absolument pas. Les terres volcaniques sont juste très fertiles, quand elles ne sont pas recouvertes de lave. Et puis, le cratère a une jolie vue, vous ne trouvez pas ?"

Amethyst pouffa légèrement de rire en voyant l'air déconfit du licorne qui venait, encore, de se faire détruire sa théorie en un instant. Mais il se ressaisit vite.

"Il y en a encore dans les environs ? Des poneys je veux dire. On va les voir ?"

"Pas si tout se passe bien. Mieux vaut éviter d'interférer avec eux. Surtout en ce moment."

"Pourquoi ?" s'intrigua l'alicorne.

Le docteur ne répondit pas, se contentant d'accélérer le pas une fois arrivé en bas des escaliers, au pied du volcan.

"Aller, dépêchons-nous. L'endroit pour le rituel doit être proche."

"Le rituel... ?" demanda Amethyst, incertaine.

"Bien sûr. Ce n'est pas un sort qui s'apprend et qui permet de stopper les volcans", fit le docteur avec un petit rire. "Il faut un endroit spécifique, une certaine personne."

"Je... vois..."

"Et il faut passer une série d'épreuves avant."

"Classique", nota Rumby avec un sourire.

"Pardon !?" s'exclama l'alicorne.

"Un endroit pour contrôler un volcan n'est pas laissé sans défense."

"J'allais le dire, Rhum."

"C'est Rumby..."

Le docteur arqua un sourcil en direction du licorne, une étrange mimique d'incompréhension sur le visage, comme s'il disait "C'est quoi la différence ?"

"En un seul mot", soupira l'intéressé.

"Q-Quel genre d'épreuves ?" bégaya Amethyst en fixant leur guide.

"Aucune idée, je n'y suis jamais allé. C'est ce que les locaux m'ont dit. Deux épreuves."

Rumby évalua cette information dans sa tête, avant de dire :

"On a un peu plus de deux heures pour chacune, ça devrait aller."

"Sinon le Tardis nous aurait ramené plus tôt", approuva le docteur.

Le petit groupe arriva soudainement devant un grand creux dans la roche. Peu profond, on aurait dit le début d'une grande caverne inachevée.

"C'est ici."

L'alicorne regarda la paroi qu'il désignait, un peu sceptique. À première vue, il n'y avait rien. Mais elle se prit au jeu, demandant lentement :

"Un passage secret... ?"

"Une porte. Que seules les alicornes peuvent ouvrir."

"Que dois-je faire ?"

En guise de réponse, le docteur désigna un petit trou dans la roche.

"Il faut y mettre la corne et un peu de magie."

"M-Mettre la corne dans une pierre ?" fit-elle, répugnée à l'idée d'enfoncer un appendice si sensible dans un orifice inconnu.

"C'est sans danger, je vous le garanti, Amethyst."

Elle grimaça. Non pas qu'elle ne lui faisait pas confiance, mais qu'est-ce qu'un terrestre pouvait bien savoir à ces choses-là ?

Ses pattes commencèrent à reculer d'elles-mêmes, juste avant qu'un sabot ne se pose sur son épaule. Amethyst leva le regard vers Rumby. C'était la deuxième fois qu'il faisait ça et, cette fois, il lui adressa un petit sourire pour la rassurer.

"Ça va aller. Et puis, tu es là pour vivre l'aventure, non ? C'est ennuyeux s'il n'y a aucune prise de risque."

Elle plongea son regard dans le sien. Ces grands yeux d'un jaune profond dans lequel se reflétait l’améthyste de ses propres iris. Quelque chose dans cette naïveté, dans sa stupide motivation pour l'inconnu, lui donnait confiance. Peut-être parce qu'il était le premier à montrer qu'il la pensait capable de réussir quelque chose. Le premier à vraiment penser à ce qu'elle ressentait.

La jeune jument avala difficilement sa salive, reportant son attention sur le trou. Il était bien assez large pour sa corne. Probablement fait pour une alicorne plus grande, avec une corne plus développée.

Cette pensée lui arracha un grommellement interne alors qu'elle enfonça sa "clé" dans cette "serrure". Ce n'était pas froid. Ni dur. En fait, elle aurait eu bien du mal à décrire la sensation, puisqu'il n'y en avait aucune. Comme si sa corne était à l'air libre.

Mais c'était là que les soucis venaient. La porte ne s'ouvrit pas.

"Hm. C'est anormal", constata le docteur. "Essayez de mettre plus de magie ?"

Un peu de sueur perla du front de l'alicorne. Le problème était qu'elle n'arrivait pas à en mettre tout court. Pas un grain de magie ne sortait de sa corne, mais ça les autres ne pouvaient le voir. Elle concentra toutes ses forces dans sa corne, préférant fermer les yeux, se marmonnant à elle-même d'un ton suppliant.

"Aller... Juste un peu... Fait un effort..."

Son visage recommença à se couvrit de rouge alors que la gêne lui monta aux joues. Mais cette fois-ci, c'était la honte d'être observée face à un nouvel échec. Elle était sur le point d'abandonner.

Clic.

Le son fit sursauter l'alicorne, qui recula brusquement pour retirer sa corne, craignant de se la faire écraser par un quelconque piège. Cependant, en ouvrant les yeux, elle se rendit vite compte qu'il n'y avait plus aucun endroit d'où enlever sa corne. En fait, il n'y avait plus de paroi tout court. Celle-ci s'était volatilisée.

Davantage surprise par sa propre réussite que par la magie à l'œuvre, Amethyst resta bouche-bée devant l'entrée de la grotte, alors que les deux étalons passèrent à côté d'elle pour entrer.

"Ne traînons pas trop", incita le poney au teint châtain. "La porte ne restera ouverte que quelques heures."

Les trois équidés s'engouffrèrent dans le passage. Il ne fallut que quelques mètres avant que la roche brute ne se transforme en pierre finement taillée, gardant cette même couleur noir cendrée. Il faisait moins chaud que ce à quoi Amethyst s'était attendue, en revanche il faisait de plus en plus sombre.

"Est-ce que vous p-" commença le docteur, avant de se faire interrompre par la corne de Rumby qui s'illuminait. "Merci."

L'alicorne baissa légèrement la tête.

Le couloir continua sur quelques mètres, avant de déboucher dans une immense pièce. L'obscurité était telle que les trois poneys ne pouvaient pas voir l'autre bout, ni même les murs sur les côtés. En revanche, la lumière de Rumby éclairait suffisamment pour montrer le précipice situé à peine un mètre devant eux.

"On dirait qu'on est arrivé à la première épreuve", constata Rumby.

"C'est sombre", fit Amethyst avec une certaine appréhension.

Elle n'était pas idiote. Un vide comme celui-ci ne signifiait qu'une chose : il fallait voler pour aller de l'autre côté. Et ici, elle seule pouvait voler. Mais plonger dans l'inconnu ne la tentait vraiment pas. Encore moins dans cette obscurité.

La lumière de la corne de Rumby s'intensifia, forçant ses deux compères à se cacher les yeux. Pourtant, peu de choses furent révélées dans cette caverne, hormis deux grands piliers de pierre, à une dizaine de mètres d'eux.

"C'est à vous de jouer", invita le docteur en jetant un regard à Amethyst. "Il doit y avoir quelque chose à faire, et sans doute un moyen de nous faire traverser aussi."

Retenant une grimace, pour sauver les apparences, elle déposa au sol la poêle qui jusqu'ici était restée sous ses ailes, puis bondit en avant en déployant son envergure.

"Essaye de garder la lumière, Gummy !"

"C'est Rumby !" tonna l'étalon qui était déjà focalisé sur sa magie.

L'alicorne n'y prêta pas attention, faisant son possible pour garder les ailes à l'horizontal. C'était extrêmement difficile de discerner le haut du bas dans ces ténèbres et sa trajectoire déviait facilement malgré le faisceau qui la guidait.

Heureusement, elle avait vu juste. Sur le pilier de gauche, un peu plus haut que son point de départ, il y avait une petite plateforme. Assez large pour s'y poser et faire quelques pas, mais rien de plus.

"Bon, et maintenant..." se fit-elle à mi-voix en enclenchant sa propre lumière, bien moins puissante que celle de Rumby.

À peine fit-elle ceci que le sol se mit à trembler. Un grondement accompagna le séisme, et le bruit distinct de deux rochers en train de se briser se fit entendre.

L'alicorne sursauta en voyant que le son venait du plafond. Deux lourds pans de roche circulaires venaient de se détacher du plafond et tombait dans le vide sans fin. Mais ce qui terrifia la jument fut les deux gros filets de lave qui les suivirent.

Un flot continue de roche en fusion se mit à couler du plafond. Le liquide glissa par des sortes de petites gouttières, taillées dans le haut de la roche, guidant la lave sur tout le tour de la caverne et éclairant celle-ci d'une faible lueur rougeâtre.

Il y avait vingt mètres de vide sous les sabots d'Amethyst, et vingt autres mètres au-dessus de sa tête. Son point d'observation était presque pile au milieu de cette immense salle rectangulaire.

"Bon !" souffla-t-elle en tentant de calmer son rythme cardiaque. "La lumière, c'est fait ! Maintenant il faut trouver ce qu'il faut faire !"

Elle passa son regard partout où elle le pouvait, cherchant un indice, une marche à suivre. Elle remarqua plusieurs alcôves dans la roche, une proche du plafond, au-dessus de leur point d'entrée, et une autre verticalement à l'opposé.

"C'est la sortie ça, non ?" fit Rumby à voix haute, désignant quelque chose de l'autre côté des piliers.

En effet, sur le mur opposé de la salle, il y avait une autre plateforme menant à un couloir sombre. Amethyst remarqua que la pièce était parfaitement symétrique, deux renfoncements étaient aussi visibles en haut et un bas de ce mur-ci.

D'un geste, elle décolla vers ce qui devait être la sortie mais s'arrêta bien vite une fois sur place. Le couloir était muré, comme à l'entrée. Et cette fois, pas d'endroit où enfoncer sa corne. Évidemment, ça n'allait pas être aussi simple.

"C'est bloqué !" fit-elle aux autres, bondissant à nouveau dans le vide, montant vers le plafond pour voir ce qui se trouvait en haut.

"Hm, tu devrais peut-être commencer par le bas !"

Amethyst s'arrêta en plein vol, regardant Rumby qui avait l'air soucieux, fixant vers le fond de la pièce. Avec horreur, elle constata que la lave recouvrait déjà lentement le sol. Le temps était limité !

"Pourquoi ça doit être si compliqué !?" gémit-elle en se précipitant vers les ouvertures les plus basses.

Elle en prit une au hasard et se posa dedans, ses yeux tombant immédiatement sur une mosaïque sur le mur du fond. Elle reconnaissait ce que cela représentait.

C'était un dessin du passé, d'avant-Equestria. Il apparaissait dans beaucoup de livres, y compris des livres d'aventures et quelques polars qu'elle avait lus. Mais qu'est-ce que ça faisait là ?

L'alicorne s'avança. La mosaïque représentait un grand paysage de plaines, de montagnes et de forêts, avec un village et de grands nuages, sous un soleil levant. Des poneys étaient aussi représentés, à divers endroits.

"Tu vois quelque chose !?" demanda la voix de Rumby.

"Le Premier Jour d'Equestria !"

Il y eut un petit silence. Puis le licorne fit :

"Quoi !?"

"Le tableau là ! Avec les licornes dans la forêt, les terrestres sur... les nuages... ?"

L'alicorne pencha la tête alors que ses paroles se perdirent dans sa réflexion. Elle n'avait jamais vu l'original en vrai. Mais elle était certaine que les races étaient séparées sur le tableau, sauf dans le village. Or là, c'était pour ainsi dire n'importe quoi. Des terrestres se tenaient dans les nuages et sur les montagnes, des pégases travaillaient dans les plaines et la forêt, et des licornes dormaient sur les nuages.

"Ça va !?" demanda le licorne, inquiet.

"O-Ouais", hésita Amethyst, commençant à comprendre.

C'était un casse-tête. Elle avait lu assez de livre pour savoir ça. Elle devait enlever les anomalies du tableau. Mais comment ?

Oubliant momentanément sa peur, elle posa un sabot sur un des poneys, un terrestre plus précisément. Le dessin vibra un peu et quand Amethyst enleva sa patte, c'était désormais un pégase qui se tenait sur le nuage.

Le cœur de l'alicorne s'allégea en réalisant qu'elle avait peut-être la solution. Après une série de gestes rapides, elle transforma tous les poneys qui ne correspondaient pas en leur version corrigée. Cela ne lui prit que quelques secondes.

Quand la dernière licorne fut bien placée sur sa montagne, il y eut un nouveau "clic". Amethyst ne cacha pas son sourire tout en se félicitant intérieurement.

"Ça va, c'était simple. J'espère que tout sera comme ça."

Comme si la roche lisait ses pensées, la mosaïque se volatilisa soudainement, laissant un trou béant dans le mur. D'abord sombre, une lumière apparut, venant d'un conduit situé en hauteur. Comme dans une cheminée.

La lumière se rapprocha. Augmentant en intensité. Accompagnée par un bruit de roulis. La jument fronça légèrement les sourcils, se demandant ce dont il s'agissait. Finalement, elle comprit en voyant que la lumière était d'un rouge-orangé.

"KYA !"

Elle se rua hors de là alors que la lave tomba lourdement dans le trou, éclaboussant l'endroit où l'alicorne s'était trouvée une seconde plus tôt. Celle-ci ne se fit pas prier et décida qu'elle en avait fini avec ce côté, allant dans l'alcôve en face.

"Tu n'as rien !?" demanda Rumby en voyant la lave jaillir à peine un mètre derrière la jument.

"Non ! J'ai réussi le premier truc !"

Jetant un œil au sol, elle constata que la lave était à moins d'un mètre d'envahir le niveau de la prochaine énigme. Il lui fallait agir vite.

Immédiatement, elle se dirigea vers le fond à la recherche de ce qu'il fallait faire ici. Et si elle s'était demandé ce que faisait la mosaïque de tout à l'heure ici, elle crut maintenant rêver en voyant ce qui se trouvait là.

Une table. Une table en bois, bien sculptée, fraîchement napée et décorée avec des fleurs et des bougies. En fait, elle était sûre d'avoir déjà vu cette table, avant, quand elle était plus jeune.

"Ça va aller ?" s'inquiéta à nouveau le licorne.

"Mais laissez-là se débrouiller !" réprimanda le docteur. "Si elle a besoin d'aide, elle nous le dira !"

De l'aide. En s'avançant vers la table, elle constata qu'une assiette y était posée, et qu'un set de couvert attendait, enroulé dans une serviette. Un doute l'envahit et elle se précipita vers la sortie, tournant la tête vers le haut presque à cent-quatre-vingts degrés pour regarder les étalons juste au-dessus d'elle.

"Euh, ça peut sembler idiot mais... est-ce que c'est possible que l'endroit ait créé ces épreuves spécialement pour moi ?"

"Hein ?" s'intrigua Rumby qui n'avait pas compris.

"C'est possible", répondit le docteur après y avoir réfléchit tout au plus une seconde. "Peut-être que la porte ne demandait pas que de la magie pour s'ouvrir. Dans ce cas, c'est vraiment un test personnalisé."

La jument grimaça et remercia son guide de la réponse, retournant rapidement vers la table. Donc c'était bien ce qu'elle pensait. Elle devait mettre les couverts en place, correctement.

Avalant difficilement sa salive, elle ouvrit la serviette, révélant un ensemble de quinze couverts différents. Exactement comme à Canterlot, lors de ses leçons de bonnes manières. Leçons qu'elle n'avait jamais réussi à compléter correctement.

Tentant de mettre de côté le fait que la lave montait, et qu'une mauvaise réponse entraînerait, au mieux, des conséquences désastreuses, elle expira longuement.

"Ok", se fit-elle à elle-même. "Le plus simple, les couteaux et les piques à droites, les plus grands vers l'assiette."

Avec précaution, comparant les tailles de chaque couvert, elle les disposa proprement, bien alignés. La laissant avec neuf fourchettes et cuillères. Pour la plupart, c'était facile de savoir si elles allaient sur la gauche de l'assiette, ou au-dessus. Mais il y avait ces deux-là. Oh, ces deux cauchemars. Elle les prit ensemble après avoir placé le reste.

D'un côté, il y avait ce qui pouvait être qualifié de cuillère avec des petites dents taillées dans le haut. De l'autre, c'était l'opposé. Le corps principal était celui d'une fourchette, quatre longues bandes de métal, mais se réunissant au bout en une petite coupole.

Les faisant léviter devant ses yeux, elle tenta de se souvenir de ses leçons. Mais c'était typiquement le genre de chose qu'elle avait jeté hors de son esprit, avec beaucoup d'autres choses concernant son statut.

"Y en a pas un parmi vous qui s'y connaît en dîner de la noblesse, par hasard !?" fit-elle, un peu paniquée.

"Heu, non."

"Quelle époque ?" demanda le docteur.

"Présente ! Enfin... la mienne quoi ! À Canterlot !"

"Hmmm, nope ! Je ne suis jamais resté dîner chez les princesses !"

Évidemment. Elle soupira. Elle savait qu'il devait y avoir six couverts à gauche, pour respecter la symétrie avec ceux à droite. Même si elle était nulle en math, au moins elle savait reconnaître l'intérêt d'une belle symétrie. Mais il y avait déjà cinq couverts disposés à gauche. Un des deux qu'elle tenait était donc le bon. Mais lequel.

"La lave monte !" prévint Rumby.

Tant pis. Elle n'avait pas le temps. Au hasard, elle prit celui au corps de fourchette et le mit avec celles-ci, mettant l'autre avec les cuillères.

Clonk.

Le bruit était très différent des autres. Bien plus sourd, grave. Alors qu'elle se figea de terreur, un vieux souvenir remonta en elle, venant d'elle ne savait où. Elle entendait la voix sèche d'une vieille gouvernante.

"Celui-ci, avec les pointes, permet de recueillir les petits légumes sans leur jus. Il va donc avec les couverts pour plats principaux. Celui-ci sert à tenir les fruits en jus, avec son bout arrondit, puis à les égoutter. Il va donc avec les cuillères. Tâchez de vous en souvenir pour la prochaine fois, jeune pouliche !"

Déjà à l'époque, plus personne ne daignait l'appeler princesse. Non pas qu'elle en jamais eu envie.

L'alicorne revint à elle, voulant se jeter sur les couverts pour les remettre en ordre. Mais la table et tout son mobilier furent soudainement réduits en cendres, s'évanouissant avant même que la magie de la jument ne l'atteigne.

"Oh non, non, non !" geignit-elle en étant gagnée par des tremblements.

Un nouveau pan de mur s'ouvrit et de la lave se mit à arriver par là également. L'alicorne dû s'en aller précipitamment, alors que le liquide rouge était en train d'envahir ce petit endroit. Ses plumes roussirent sous la chaleur, mais elle put profiter d'un bref courant d'air ascendant grâce à cela.

"J'ai raté !" annonça-t-elle d'une voix désespérée à ses compagnons.

Ceux-ci avaient la tête levée et semblaient regarder le plafond. L'alicorne fit de même, craignant que le plafond ne soit en train de s'effondrer.

C'était sûrement pire. Des grosses pattes noires étaient en train de jaillir de la lave qui coulait du plafond. Une forme voûtée, semblable à un ours, légèrement plus petite. Faite de roche.

La créature s'extirpa lentement du trou, puis tomba lourdement. Amethyst l'esquiva de justesse, la chose allant violemment se crasher dans la lave.

"Ces... choses ne savent pas nager, n'est-ce pas ?" demanda la jument avec appréhension.

"Comment viendraient-elles en surface dans le cratère, si elles ne savaient pas ?" fit le docteur avec un léger sourire, avant de se concentrer à nouveau. "Mais il y a plus urgent. Vous avez échoué ?"

Elle voulut répondre. Mais la salle s'en chargea pour elle. Les murs se mirent soudainement à trembler, déstabilisant les deux poneys encore au sol.

Tout à coups, des pics rocheux se mirent à sortir des murs et des piliers. Aussi large qu'un poney à la base, ils allèrent s'écraser dans le mur le plus proche en quelques secondes à peine.

"AAAH !" cria Amethyst en manquant de se faire embrocher par un d'entre eux, manœuvrant dans les airs de justesse.

Son cri fut repris par Rumby. Un pic venait de pousser juste derrière lui et le projeta dans le vide, ainsi que sa précieuse poêle.

"Rabby !" fit la jument ailée en plongeant vers lui.

Autant elle savait voler convenablement, autant porter quelqu'un, avec sa force, relevait de l'impossible. Mais elle tenta quand même, venant à son niveau et le prenant dans ses sabots pour le soulever.

Ses petites ailes battirent l'air du mieux qu'elles pouvaient. Mais l'étalon pesait son poids et leur chute, bien que lente, s'accélérait inexorablement vers la lave. Elle eut l'idée saugrenue de tenter de le téléporter, au risque de probablement lui faire perdre un membre ou deux.

Mais le destin décida pour elle au moment où un autre pic sortit du mur juste sous eux. Ils atterrirent en plein sur sa base, heureusement pas trop violemment grâce au travail de l'alicorne.

Les sabots de Rumby s'agrippèrent immédiatement à ce support inespéré, offrant un répit à sa sauveuse. Celle-ci reprit son souffle alors que ses pattes étaient encore autour du licorne, ayant l'étrange impression qu'elle oubliait quelque chose.

"Attention !" hurla le docteur.

À peine leva-t-elle les yeux, elle comprit. Sa poêle tombait. Proche. Trop proche. Juste au-dessus de sa tête. Sa plus fidèle compagne allait-elle la trahir ?

Se crispant brièvement, elle serra les dents et ferma les paupières en attendant l'inévitable impact. Le "dong" qui allait retentir, sur sa tête.

Mais il ne vint pas. Avec une certaine hésitation, elle rouvrit un œil pour constater que l'ustensile était encore au-dessus d'elle. Presque contre son museau. Mais il ne bougeait plus et elle remarqua un halo bleuté de magie autour du manche. Ce n'était pas la sienne. La sienne était magenta.

"C'est Rumby, pas Rabby", réprimanda gentiment le licorne en lui mettant une petite tape sur la tête avec la poêle.

Elle la reprit immédiatement avec sa propre magie, grommelant, enlevant ses pattes de lui.

"Dis pas merci..."

"Vous devriez penser à remonter je crois", informa le docteur, toujours sur la plateforme d'entrée.

"Hum ?" firent en chœur les deux poneys, avant de baisser les yeux, sentant comme une étrange chaleur.

La lave était juste sous eux. En fait, elle léchait presque les plumes de l'aile ballante d'Amethyst. Et elle montait assez vite. Les deux se levèrent précipitamment sur leur support, assez large pour le leur permettre.

"Merde !" jura Rumby. "Comment on fait !?"

L'alicorne s'offusqua légèrement de son langage, avant de chercher une solution pour le sortir de là.

"Tu peux grimper, non ?" fit-elle en désignant les piliers.

Suffisamment de pics en étaient sortis pour former une série de plateforme montant en un pseudo-colimaçon. Rumby devrait sauter, mais c'était sans doute possible d'y arriver.

"J'ai pas trop le choix !" fit remarquer celui-ci en y allant avec prudence mais vitesse.

"Fais attention."

"Toi aus- Attention !"

Une grosse pierre noire jailli soudainement de la lave sous Amethyst. Deux longues roches semblables à des pattes griffues se jetèrent sur elle.

"KYAAA !" hurla l'alicorne en voulant s'envoler.

Trop tard. La créature était bien lancée et ses pierres affûtées probablement encore brûlante allaient s'abattre sur son pelage.

Un trait magique bleu frappa soudainement la chose et la renvoya dans la lave.

Amethyst tourna son regard encore paniqué vers le licorne. Ce dernier souffla sur sa corne avant de lâcher un :

"Aller ! Dépêche-toi ! Ou on va tous cuire ici !"

Elle acquiesça fébrilement, lui envoyant quand même un "merci" avant de s'envoler vers la partie haute de la pièce, gardant un œil sur Rumby, qui commençait à escalader les pics.

Ceux-ci gênaient d'ailleurs bien sa route. Elle devait slalomer pour atteindre le plafond, l'obligeant à ralentir. Qui sait ce qui arriverait si elle se trompait une nouvelle fois.

Elle parvint à la troisième énigme, avançant vers le fond de la pièce en faisant fît de la chaleur qui commençait à régner dans la pièce, elle se marmonnait :

"Pas un truc dur, pas un truc dur..."

Elle se stoppa net, fixant le mur. Ses yeux s'agrandirent de terreur alors qu'un de ses sabots partit de lui-même en arrière.

Un peu plus bas, ses deux compagnons regardaient la lave monter, songeant sérieusement à aller plus haut.

"On pourrait revenir en arrière au pire", proposa Rumby en voyant que les choses devenaient dangereuses. "La lave s'écoulera par la sortie, donc Amethyst sera hors de danger."

"La sortie s'est refermée derrière nous", informa le docteur. "Mieux vaudrait grimper. Et puis, on peut toujours aider notre comparse pour ses én-"

Au même moment, l'alicorne sortit en trombe de l'alcôve, en proie à la panique, effrayée, hurlant :

"Je toucherai pas à ça ! Que quelqu'un le fasse à ma place !"

La jument n'attendit même pas et se jeta vers la quatrième énigme.

"Bon. Il ne reste qu'à escalader alors", conclut Rumby.

Amethyst préféra immédiatement oublier ce qu'elle avait vu et se concentra sur le fond du mur. Qui était totalement absent. À la place, c'était une ouverture sur du vert. Un jardin en plein jour.

L'alicorne s'arrêta net. Qu'est-ce qu'un jardin faisait ici ? Non, ce lieu était magique. Plus important, pourquoi était-ce un jardin qu'elle connaissait ?

Mais cela fit vite sens dans sa tête. Cet endroit créait des épreuves adaptées à sa vie. Pourtant, ça n'en demeurait pas moins incroyable de voir le jardin de son enfance ainsi recréé.

Elle s'avança lentement, foulant l'herbe du sabot. S'il devait y avoir une énigme, elle savait où elle serait. Derrière une grande haie taillée en forme de dauphin. Sur un gazon proprement taillé, uniquement brisé par quelques dalles blanches posées en tant que chemins, une table se trouvait. Blanche, elle aussi. Et ce mot était en dessous de la réalité. Neuve, immaculée, comme si elle était enchantée pour que même la poussière ne l'atteigne pas.

Amethyst s'en approcha, apercevant déjà avec le plus grand regret ce qui se trouvait dessus. Peut-être que ce n'étaient pas vraiment des énigmes en fait, mais juste des confrontations avec des épreuves de son passé. En tout cas, elle savait ce qu'elle allait devoir faire. Bien qu'elle le redoutât.

Deux boîtes reposaient sur la table. Identiques, transparentes, avec des petits trous en haut, et de la paille au fond. Dans l'une gambadait joyeusement une étrange forme animale floue, l'autre était dépourvue de vie.

La figure de l'alicorne se décomposa un peu plus à chaque pas qu'elle fit vers la table. Elle ne détestait pas ce genre d'animal, tout comme elle ne l'aimait pas particulièrement. Mais c'était ce qu'elle allait devoir en faire qui la dérangeait.

À terme, en arrivant devant les boîtes, Amethyst affichait un air mêlant la peur et l'appréhension, auxquelles s'ajoutait lentement la tristesse alors que des souvenirs remontaient en elle.

"Couramment", réexpliqua une voix au ton distinct d'une personne tentant d'être patiente mais n'ayant pas vraiment envie de l'être. "Il est admis qu'il existe trois niveaux de difficulté dans les sorts de téléportation : La téléportation d'objets inanimés, la téléportation de soi-même, et la téléportation d'autres organismes vivants."

La voix s'interrompit alors qu'Amethyst s'était figée. Le professeur reprit, à la limite de l'exaspération :

"Ce sont également des sortilèges qui, bien que n'étant pas triviaux, sont communément maîtrisés par les magiciens de classe moyenne et plus."

"Et si je n'étais pas faite pour être magicienne... ?" demanda Amethyst, d'une voix plus aiguë, plus jeune. "Peut-être que je peux juste me contenter de me téléporter moi... ?"

L'alicorne cligna, levant le regard par-dessus les boîtes, voyant l'image sans contour de son enseignant de magie. La seule chose claire dans cette apparition était la couleur de ses yeux. Cet horrible vert qui la fixait sévèrement, en colère contre elle, en colère à cause de sa réticence, en colère à cause de ses échecs.

La voix parla, plus sèchement encore.

"Les membres de la famille royale sont tous bien plus que des magiciens moyens. Il serait impensable qu'une princesse alicorne ne puisse pas effectuer un sort aussi basique."

La dernière phrase tonna différemment des autres, bien plus méprisante.

Amethyst baissa lentement les yeux vers les boîtes. Vers la forme qui se trouvait dedans. Sa vision se brouilla, sa respiration s'accélérant, alors que la table se couvrit progressivement de rouge. Le monde alentour disparut pour elle, tandis que quelque chose se mettait à couler le long des parois des boîtes. Des larmes lui montèrent aux yeux alors que la forme disparut.

"Encore un échec..." soupira la voix, semblant n'avoir même plus la force de s'énerver, ce qui était presque pire. "Je v-"

"Amethyst !?"

L'alicorne sursauta. Son professeur s'évanouit dans les airs et la table retrouva immédiatement sa couleur normale. Des bruits de sabots se faisaient entendre, venant de l'entrée.

La jument tourna ses yeux encore embués, voyant Rumby arriver vers elle au trot.

"Q-Qu'est-ce que tu fais ici... ?" renifla-t-elle.

"Je suis venu voir ce qu'il fallait faire", répondit celui-ci avec son habituel ton un peu trop jovial. "Le docteur est parti s'occuper de l'autre énigme."

Le jeune licorne s'arrêta en voyant les yeux humides face à lui, perdant son sourire.

"Qu'est-ce qu'il y a... ?" demanda-t-il, inquiet.

"R-Rien", répondit-elle en s'essuyant avec ses sabots.

"J'ai jamais vu personne pleurer pour rien..."

Amethyst se retourna vers les boîtes, reniflant une dernière fois.

"C'est juste cette épreuve idiote... Des mauvais souvenirs..."

"Comment ça... ?" s'enquit le licorne en venant à ses côtés, regardant la table. "Qu'est-ce qu'il s'est passé ici ?"

"Un cours de téléportation... Je devais téléporter une souris d'une boîte à une autre..."

"Oh, c'est compliqué ça. J'arrive à peine à téléporter mon épée moi."

L'alicorne acquiesça très légèrement, les yeux rivés sur la forme flou qui continuait de se balader dans sa boîte.

"J'ai essayé... Mais la souris n'a pas survécu..."

Le regard de Rumby se porta sur Amethyst. Son visage, au-delà de la tristesse, affichait des remords, de la culpabilité.

"Ta famille t'avait forcée... ?"

Elle opina une nouvelle fois, ajoutant d'une voix lente :

"J'avais neuf ans... Toutes les alicornes savent téléporter des choses bien plus jeunes. Même mon frère savait à cet âge et il n'est qu'un licorne."

"C'est gentil", nota Rumby, ne le prenant pas vraiment mal, juste pour détendre un peu l'atmosphère. "Mais comme tu l'as dit, ce n'est qu'un souvenir."

"Pas le fait que je sois nulle en magie... Et pour tout le reste... Que je suis un échec... C'est encore d'actualité."

Le licorne roula des yeux au ciel.

"Ce n'est pas ta capacité en magie qui détermine qui tu es, ni ce que tu vaux."

"Aux yeux de ma famille, si..."

Rumby poussa un soupir.

"Qu'est-ce qu'on en a à faire de ta famille ? C'est leur souci s'ils pensent de la merde."

Le juron fit légèrement sortir Amethyst de ses pensées noires, la ramenant à la réalité. À peine eut-elle le temps de comprendre que Rumby l'attrapa par les épaules pour la tourner vers lui.

"Ce qui compte, c'est ce que toi tu veux être", fit le licorne avec conviction, la fixant dans les yeux avec une intensité qui embrasa les joues de l'alicorne. "Les objectifs que tu choisis, le temps que tu te laisses pour y parvenir, le chemin que tu décides d'emprunter. Si tu n'as pas envie d'être douée en magie, alors t'en a rien à faire de ne pas savoir téléporter une souris."

La soudaine proximité gêna énormément Amethyst. La tête du licorne occupait presque tout son champ de vision. Elle ne voyait que lui et ses mots la touchaient, mais ce qui l'affectait le plus était la force qu'il y mettait. Il croyait ce qu'il disait. Ou du moins, il semblait. Peut-être qu'il disait ça juste pour la motiver à réussir l'épreuve, et ainsi éviter de finir liquéfié dans la lave. C'est vrai, après tout, personne n'avait jamais pensé à elle, à ce qu'elle ressentait, à ses rêves.

L'étincelle que son discours avait fait apparaître dans le regard de l'alicorne s'évanouit au même moment où celle-ci se retourna vers les boîtes. Même si elle avait envie d'essayer de croire à ses paroles, au moins cette fois. D'une aile, elle invita Rumby à s'écarter, ce que celui-ci fit.

"Tu vas la téléporter... ?"

"C'est ce que j'aurais fait en temps normal... Tenté de rattraper mes échecs passés... Des échecs engendrés par les attentes de ma famille. Mais cette fois..."

Lentement, la poêle qu'elle avait gardé à ses côtés s'éleva au-dessus de la boîte avec l'étrange chose floue.

"Je vais faire ce que j'aurais dû faire à ce moment-là."

L'ustensile s'abattit avec violence sur le conteneur, éclatant celui-ci en plusieurs morceaux qui volèrent dans tous les sens. La petite chose au milieu se mit presque immédiatement à courir vers la liberté. Arrivant au bord de la table, elle bondit, atterrissant dans l'herbe et continuant son échappée dans le jardin, jusqu'à ce que l'alicorne ne puisse plus la voir.

Elle soupira longuement. Ce n'était qu'un endroit recréé par magie, mais cela lui fit un bien fou.

Clic.

Amethyst sursauta, s'écriant :

"Quoi !? C'est ce que j'étais censé faire !?"

"Apparemment", répondit Rumby avec un petit rire.

Le soleil disparu soudainement, les plongeant dans le noir. Le temps que leurs yeux s'habituent à l'obscurité, ils réalisèrent qu'ils étaient de retour dans l'alcôve, face à un pan de mur sombre ouvert en son centre.

Amethyst prit le sabot du licorne et le tira rapidement vers l'extérieur, sachant très bien ce qui allait se passer.

"Dépêche-toi !"

"M-Mais de quoi !?"

Au même moment, la lave commença à tomber derrière eux, répondant de fait à la question de Rumby. Mais ce devant quoi ils arrivèrent n'était pas vraiment mieux une fois sortit. Le licorne dut prudemment s'engager sur une mince passerelle de roche en pente, tandis qu'en dessous d'eux, la lave avait déjà recouvert leur point d'entré et montait dangereusement vite. Tout comme les créatures qui semblaient découvrir une certaine forme d'escalade, malgré leur corps lourd comme... de la pierre.

"Je crois qu'il serait temps de réussir la dernière énigme, non ?" suggéra Rumby qui commençait à craindre un peu pour leur vie, ses sabots en équilibre précaire au-dessus du vide.

Clic.

Les deux poneys braquèrent leur attention sur le dernier renfoncement du mur, avant de voir le docteur en sortir d'une démarche insouciante.

Une série de lourds claquements, comme des engrenages de roches se mettant en marche, se fit entendre et le niveau de la lave commença à baisser assez vite. Les pics se rétractèrent progressivement, privant les créatures de leur seul point d'appuis, les faisant retomber dans le magma d'où elles avaient jailli.

Le docteur et Rumby durent péniblement se laisser glisser le long des piliers centraux pour éviter de finir en vraie confiture surchauffée, atterrissant sur les plateformes du début.

"C'était quoi l'énigme ?" demanda le licorne.

"Un système d'équations linéaires à trois inconnues", expliqua le docteur.

Rumby pencha légèrement la tête, ponctuant son action d'un "hein ?" plutôt explicite. Le docteur tourna un sabot dans les airs en simplifiant :

"Des maths."

"Ah."

Le licorne aventurier leva le regard vers leur compagnonne qui voletait un peu plus haut. Celle-ci rougit à nouveau et détourna la tête.

"J-J'aime vraiment pas ça, d'accord !?"

"Ooh, c'est mignon", fit Rumby, attendri.

"L-La ferme !"

"On a failli mourir pour des équations, c'est mignon, en effet", ironisa le docteur avec un sourire, avant de marmonner d'un air déçu. "Il n'y avait même pas besoin d'utiliser un pivot de Horss, ou une décomposition de Donkford... Ridicule..."

La discussion fut brusquement interrompue par un vrombissement, quand les dernières gouttes de laves quittèrent la pièce. Deux passerelles sortirent de chaque pilier, reliant l'entrée et la sortie, avant de se réunir pour former un solide pont de pierre.

Amethyst vint se poser à côté de Rumby, regardant le passage vers la suite.

"Je suppose que ça veut dire que la deuxième épreuve nous attend ?" supposa-t-elle en rangeant sa poêle sous son aile.

"Parfaitement", fit le docteur en passant devant eux. "Et mieux vaut ne pas traîner, peut-être que la deuxième épreuve sera plus longue que celle-ci."

"C'est vrai", approuva Rumby, regardant Amethyst. "On y va ?"

L'alicorne acquiesça, se mettant en marche, à un rythme plus calme que leur guide tout de même.

C'est donc un nouveau couloir sombre qu'ils pénétrèrent. La chaleur était redescendue, et le calme revenu. À vrai dire, Amethyst avait imaginé les alentours d'un volcan plus bruyants. Mais peut-être que quelque chose de magique isolait cet endroit.

Leur corne éclairait leurs pas. Même s'il n'y avait rien sur quoi trébucher, ni aucune bifurcation. Ce qui expliquait pourquoi Whooves avait pu les distancer.

Le couloir eu tôt fait de s'élargir, menant à une étrange salle. Pas de précipice sans fin cette fois, juste deux grandes colonnes entourant l'entrée d'un nouveau chemin, dans une pièce construite en demi-cercle. Amethyst s'arrêta, peu rassurée par cette étrange architecture, et par autre chose.

Un étrange sentiment émanait de la noirceur devant elle. Pas une simple obscurité. Une pression. Une lourdeur menaçante.

Alors que Rumby continua son avancée sans remarquer qu'elle s'était stoppée, un courant d'air vint soulever la crinière d'Amethyst, et seulement la sienne.

"Comme si tu en étais capable", souffla une voix dans le creux de son oreille.

L'alicorne se raidit. Elle connaissait cette façon de parler. Ce ton. Et ce ne fut pas la seule à lui parler.

"Tu devrais retourner dans ta chambre... Ce serait mieux pour tous..."

"Et de ne plus jamais entendre parler de toi..."

Un frémissement d'effroi remonta le long de la colonne d'Amethyst. Pas ça. Ces paroles chuchotées dans ses oreilles mais qui semblaient lui hurler dessus.

"Que crois-tu accomplir ?" renchérit la première voix. "Tu leur sers d'outil, et même pour ça tu n'as jamais été très douée."

"Pars..."

"Tu n'arriveras à rien... Il faut une grande magie... Tu es à peine une novice."

Elles avaient raison. Elle ne pouvait pas les contredire, même si elle ne les aimait pas. Tout montrait qu'elle n'était pas faite pour s'en sortir en magie.

"Tu vas juste être une déception de plus pour ces deux-là."

"Comme pour toutes les personnes qui te connaissent."

Amethyst braqua son regard sur Rumby alors qu'il commençait à disparaître dans l'obscurité. Des larmes lui vinrent. Non. Elle ne voulait pas encore décevoir quelqu'un. Encore moins des personnes qui s'étaient montrées un tant soit peu gentilles avec elle.

"Même si tu t'entêtes..."

L'alicorne n'attendit pas d'en entendre plus. Elle tourna les sabots et s'enfuit. Pourvu qu'ils gardent un bon souvenir d'elle, à ce stade elle ne demandait que ça. L'aventure avait bien duré jusqu'ici, mais c'était sa limite. Elle ne ferait que se rendre ridicule.

La jument galopa aussi vite qu'elle le pouvait, passant en trombe dans la salle précédente sans y prêter attention, sortant de la caverne sous la lumière vacillante de sa corne.

Elle ne savait pas où elle allait. Où elle devait aller. Mais loin d'ici. Des larmes embuaient sa vision alors qu'elle se lamentait intérieurement. Pourquoi ça n'avait pas pu être une aventure normale ? Sans avoir à faire appel à ses pires défauts ?

Elle ne fit pas attention au sol volcanique sous ses sabots. Ni vraiment à là où elle allait, suivant un défilé creusé en face de la sortie de la grotte. Elle n'aurait jamais dû venir ici. Elle n'aurait jamais dû sortir du château. Elle aurait mieux fait de simplement rester dans sa chambre, pour t-.

Chtonk.

Amethyst tomba soudainement en avant alors que son sabot venait de heurter quelque chose. Probablement un caillou qu'elle n'avait pas vu. Peut-être un gros vu qu'il ne bougea pas et qu'à la place, le corps de l'alicorne bascula complètement.

La dernière chose qu'elle vit fut le noir de la roche devant son museau, avant qu'un violent choc à la tête ne l'assomme, mettant fin à cette brève cavale impromptue.

 

Ce n'est qu'après un temps indéterminé qu'elle put à nouveau ouvrir les yeux. Mais son esprit traînait un peu derrière au réveil, encore sonné par le choc, pas seulement physique.

D'après l'odeur, elle était toujours plus ou moins proche du volcan. Mais l'air avait une texture différente. Moins libre. Plus lourde. Plus renfermée. Un intérieur ?

Ses yeux recommencèrent à voir clairement, et son cerveau finit par comprendre qu'il devait faire son travail d'interprétation.

Au-dessus d'elle, un étrange plafond marron. Du plus mauvais goût. Et ce n'était même pas justifié par le fait que ça soit de la terre : il semblait composé de toile.

Après ce réflexe de pensée, le plus important frappa Amethyst. Que faisait-elle ici ? Et où était ce ici ?

D'un seul geste elle se redressa, avant d'immédiatement le regretter en étant prise de vertige, retombant aussitôt en arrière, allongée sur le sol. Au moins avait-elle élucidé ce morceau de mystère : elle était allongée, au sol.

Elle essaya de repenser à ce qu'il s'était passé, mais son esprit fut interrompu par une voix qu'elle connaissait.

"Enfin ! Tu es réveillée !"

Amethyst tourna la tête, apercevant Rumby assit à son chevet, avec tout de même une certaine distance, par respect probablement. Il semblait soulagé. Du moins c'est ce que son visage et sa voix laissant entendre.

L'alicorne voulut demander ce qu'il s'était passé, mais la déduction se fit toute seule dans sa tête.

"Je me suis assommée en trébuchant, et vous m'avez amené chez quelqu'un en attendant que je me réveille, c'est ça ?"

"Presque. Ce n'est pas moi qui t'ai transportée, ils t'avaient déjà amenée ici quand je suis arrivé."

"Ils ?" fit Amethyst en se redressant avec plus de précaution cette fois.

"Ceux qui habitent ici."

Une jolie bosse ornait désormais son crâne, en plus de sa corne. C'était d'ailleurs une chance que celle-ci n'ait pas prise le choc en première. Une telle chute aurait pu la lui briser.

"Non pas que j'en ai une grande utilité..." pensa l'alicorne avant de soupirer intérieurement.

Ce n'était pas le moment de s'apitoyer. Elle avait fui et maintenant elle avait été retrouvée. À bien y repenser, son geste avait été étonnamment précipité, même pour quelqu'un d'aussi impulsive qu'elle. Peut-être y avait-il quelque chose dans cette grotte qui la rendait plus sensible.

"Pourquoi tu es sortie ?" demanda Rumby, plus curieux qu'autre chose.

Amethyst baissa les oreilles et les yeux, regardant le bout de ses sabots. Elle redoutait un peu la question. Elle repensa à ce qu'elle avait entendu avant de partir.

"Parce que je ne sais rien faire en magie... J'ai toujours été en dessous de la moyenne comparée aux licornes de mon âge... Et un échec en tant qu'alicorne. Je n'ai pas voulu me ridiculiser une fois de plus."

"C'était pas une raison de partir", raisonna Rumby. "Je te l'ai dit, tant que tu n'as pas essayée, tu ne peux pas s-"

"J'ai essayé", coupa Amethyst, un peu sèchement malgré sa voix qui tremblait. "Plusieurs fois. Plus que je ne peux le compter."

Elle serra lentement les sabots sur le sol. Repensant à ses échecs. À sa famille.

"J'ai enduré toutes les critiques... Mais à chaque fois ça n'a mené à rien..."

"Ce n'est pas u-"

"Qu'est-ce que tu en sais !?" hurla l'alicorne en tournant brusquement la tête vers lui, le fixant d'un regard larmoyant et enragé. "Qui es-tu pour penser me connaître !? Savoir ce que j'ai traversé avec ma famille !? De quel droit penses-tu que j'abandonne trop vite !?"

Rumby recula légèrement. Elle n'était vraiment plus la même depuis qu'elle était sortie de cette grotte. Mais il n'allait pas abandonner ses convictions pour autant. Lentement, il répondit par une autre question :

"Et ce n'est pas idiot d'abandonner alors que, pour une fois, ta famille n'est pas là pour te juger ?"

L'argument toucha Amethyst plus que ce que son regard dur laissa entendre. Elle continua de le fixer, tremblant un peu plus, son ton descendant aussi vite qu'il était monté.

"Je ne veux plus me ridiculiser... Ça ne vaut plus la peine d'essayer... Encore moins après avoir enfin trouvé des poneys qui semblent m'apprécier pour ce que je suis... Ou au moins ne pas me détester..."

"T'enfuir n'est pas mieux... Devant ta famille, j'aurais compris. Mais là ce n'est pas un peu méchant de ta part de penser qu'on va réagir comme elle ?"

"Vous êtes pareil... Vous ne m'avez emmenée que parce que je suis une alicorne... Pour m'utiliser."

Rumby poussa un soupir, exaspéré non pas par elle, mais par ses propos et ce qu'il commença à supposer être un traumatisme. Les mots n'étaient pas son fort.

"On ne t'a pas forcée à venir. C'était un malentendu. Tu as bien vu qu'à la base, le docteur se dirigeait vers le palais pour aller chercher une des princesses. Moi je n'avais même pas remarqué que tu étais une alicorne. Et puis, on voyage dans le temps, on peut toujours aller chercher une autre alicorne si besoin."

Amethyst baissa le regard à nouveau vers ses sabots. Ses pensées divaguaient sur tout ce qu'elle pouvait bien trouver de négatif à dire, aussi bien sur elle-même que sur les autres. Mais ici, ce n'était pas comme avec sa famille. Elle ne pouvait pas facilement jeter tous les reproches sur Rumby ou sur le docteur. Elle sentait bien que, pour une fois, c'était injuste. Ils ne le méritaient pas.

Ou plutôt, elle ne voulait pas qu'ils le méritent.

"Pourquoi..." murmura-t-elle.

"Pardon ?" fit l'étalon en tendant l'oreille vers elle.

"Pourquoi insistes-tu autant pour m'aider... ? Qu'est-ce que tu y gagnes... ?"

Rumby se massa la nuque.

"Je ne gagne rien à t'aider, mais j'y perds à te voir triste."

Amethyst porta à nouveau ses yeux vers lui, cette fois-ci empreinte d'incompréhension. Il affichait un sourire embarrassé.

"Je n'aime pas voir les gens malheureux, ou ne croyant pas en eux-mêmes. Encore plus quand il s'agit d'une bonne personne. Surtout si c'est une jument mignonne."

Si les deux premières phrases firent émerger quelques questions dans l'esprit de l'alicorne, la dernière en revanche fit teinter ses joues de rose.

"D-De quoi tu parles... ?" bégaya-t-elle.

"De toi. Tu m'as l'air d'être quelqu'un de gentille. Qui essaye d'aller de l'avant malgré certains soucis. Quelqu'un que j'ai envie d'encourager, quoi."

La confusion augmenta brièvement chez Amethyst, avant de s'estomper en comprenant. Oui, il était si naïf que ça. Simple. À vrai dire, c'était assez évident de par son comportement, mais cela avait mis un certain temps à percuter les pensées de l'alicorne. Elle qui était si habituée aux nobles, aux faux-semblants, aux poneys cachant leurs intentions derrière de belles paroles. Bien sûr que ce licorne niais était quelque chose d'inconnu pour elle. Quelqu'un de direct.

"Ça va... ?" demanda Rumby, inquiet devant son mutisme. "D-Désolé si j'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas."

Amethyst leva un sabot vers lui pour lui intimer de se taire. Ce qu'il fit. Elle réfléchissait. Elle n'était pas sûre que ses pensées fussent claires. Elle ne savait même pas ce qu'elle devait faire. Mais une chose était sûre : rester ici n'aiderait à rien.

D'un geste un peu hésitant, elle se remit sur ses pattes, toujours plongée dans sa réflexion.

"Appelle le docteur, on va y retourner..." finit-elle par dire.

"Il n'est pas là."

"Quoi ?" fit-elle, un peu surprise en se tournant vers lui. "Il est parti chercher quelqu'un d'autre ?"

"Il n'est pas ressorti de la grotte", expliqua Rumby sans la moindre inquiétude dans la voix. "Je crois que la deuxième épreuve est un labyrinthe."

"Oh non ! Ça fait combien de temps qu'il y est ?"

"Une demi-heure, tout au plus."

L'alicorne fut un peu soulagée, même si son inquiétude demeura. Et si cette épreuve aussi était limitée dans le temps ? Elle devait se dépêcher !

"Pas de temps à perdre alors !" pressa-t-elle en cherchant la sortie du regard, la trouvant, dans une ouverture rudimentaire dans le mur.

La maison était étrange par ailleurs. Les murs, ou plutôt le mur, était courbé pour former comme un dôme. Visiblement en terre cuite ou quelque chose du genre. Très rudimentaire pour la jument blonde qui était habituée aux palais et aux grandes maisons en pierre. Même si ce n'était pas pour lui déplaire, ni sa principale préoccupation à l'heure actuelle.

Arrivant dans la pièce voisine, elle aperçut ce qui devait être la sortie de la maison. Cela débouchait sur une plaine de terres noires. Les fouler donnait l'impression de marcher sur une multitude de grain craquants, le bruit inclus.

Mais ce qui attira le regard d'Amethyst fut l'étrange ponette qui se tenait à quelques mètres de la sortie, assise face à ce qui devait être un champ. Elle ne ressemblait pas à ce dont l'alicorne avait l'habitude. Une licorne élancée dans sa silhouette, mais d'ordinaire les juments avec cette apparence étaient grandes. Plus grandes que la normale. Et ici, elle devait faire à peu près la même taille qu'Amethyst.

"Les habitants des lieux", expliqua inutilement Rumby, puisqu'elle l'avait déjà bien compris. "Ceux qui t'ont trouvée."

Au début elle se demanda pourquoi il parlait au pluriel, avant de se rendre compte que la licorne tenait une petite chose enveloppée dans des draps contre son torse, et qu'elle regardait vers celui qui devait être son mari, plus loin dans le champ.

Bien qu'elle soit pressée, Amethyst alla la voir, au moins pour la remercier.

"Bonjour."

La jument tourna la tête vers elle, et sa mine s'éclaircit en un sourire. D'une voix pleine d’entrain elle ouvrit la bouche. Mais l'alicorne ne comprit rien de ce qui en sortait, si ce n'est qu'elle lui avait posé une question.

"Euh..."

Devant son hésitation, la licorne enchaîna en penchant la tête. Cette fois-ci, Amethyst comprit qu'elle lui demandait si elle se sentait bien, ou quelque chose dans ces tons-là. Elle tenta de la rassurer avec des gestes et un sourire.

"Non, non, tout va bien. Je venais juste dire merci."

Elle connaissait la langue employée. Du moins, elle en avait entendu parler. Du vieux ponais. L'ancêtre de celui parlé actuellement en Equestria. Mais la seule chose semblable était les structures de phrases, Amethyst s'en souvenait pour en avoir eu des cours dont il lui restait des vagues souvenirs.

D'après la tête que fit la jument, elle comprit le message, ou tout du moins l'attention derrière. Après un instant de réflexion, elle parvint à articuler :

"Portir ?"

Ce qui étonna l'alicorne. Elle connaissait donc le dialecte plus moderne, ou tout du moins avait reconnu des ressemblances. Amethyst regretta légèrement de ne pas avoir écouté plus attentivement en cours, avant de se souvenir de leur ennui. Mais elle suivit le mot de la jument en acquiesçant, détachant un peu plus les syllabes pour aider à la compréhension.

"Oui, partir. Il faut que j'y aille."

L'étrange ponette analysa la phrase dans sa tête avant de demander :

"Va... Voi... Vol... ?"

"Volcan, oui", l'aida Amethyst avec un sourire, avant de se rendre compte que c'était sûrement la première fois qu'elle n'avait pas besoin de lever la tête pour parler à quelqu'un.

Tandis qu'elle encaissait cette triste révélation, la mine de la jument face à elle se fit soucieuse.

"Pradent..." fit-elle.

"Je le serais", rassura-t-elle.

D'un côté, elle faisait ça pour cette personne aussi. L'éruption provoquerait sans doute une catastrophe pour cette brave jument et sa famille. Quelque part, cela donna une motivation plus concrète à Amethyst.

L'inconnue resta inquiète, regardant l'alicorne. Mais quelque chose d'autre la dérangeait, visiblement, puisqu'elle demanda :

"Parqua commeu ça ?"

Amethyst pencha légèrement la tête sur le côté, ne comprenant pas la question. La jument désigna sa propre corne, puis son côté, dépourvu d'ailes, contrairement à la princesse.

"Oh. Je suis une alicorne. Je suis née comme ça."

"Alicorne... ?" répéta-t-elle, pensive, avant de regarder ce qu'elle tenait dans ses sabots.

La voyageuse temporelle suivit ses yeux, se déplaçant un peu pour mieux voir ce dont il s'agissait.

Une pouliche au pelage blanc nacré se trouvait enveloppée dans les draps, portant une jolie petite corne et visiblement endormie. Mais sa plus grande distinction était sa crinière, déjà bien longue pour son âge, au rose teinté d'endroits plus clairs.

Ce détail figea Amethyst l'espace d'un instant, avant qu'elle ne remonte lentement les yeux vers la jument, réalisant de qui il s'agissait.

"G-"

"Bon, on va y aller !" interrompit Rumby en lui mettant, pour la troisième fois, un sabot sur l'épaule, la ramenant à la réalité dans un sursaut.

"Je... O-Oui", balbutia-t-elle.

L'étalon la tira doucement par l'épaule pour l'inciter à se mettre en route, adressant un petit geste à leur hôte en guise de remerciement et d'au revoir.

Amethyst adressa un regard encore un peu choqué à la jument, puis à la pouliche qu'elle tenait dans ses sabots. Incertaine de ce qu'elle devait ressentir, elle souffla quand même :

"Au revoir, tata... Au revoir grand-mère..."

Rumby pressa un peu le pas, lui chuchotant une fois suffisamment éloigné :

"Alors, ça fait quoi d'avoir inventer le terme d'alicorne ?"

"Pardon ?" demanda Amethyst, toujours un peu ailleurs.

"Le mot alicorne n'existe pas à cette époque", fit-il avec un petit sourire amusé. "Et tu as failli causer un paradoxe temporel, fait attention."

"Comment ça ?"

"Eh ben, tu ne peux pas aller voir ta famille avant que tu sois née. Tu n'as jamais rien lu sur les voyages dans le temps ?"

"Si", fit l'alicorne qui connaissait de nombreuses histoires à ce sujet. "Et la plupart du temps, ça n'a juste aucun sens."

"Sauf que là c'est réel. Alors soit prudente. Qui sait ce qui pourrait arriver. Si tu perturbes l'histoire de ta famille, tu pourrais effacer Equestria de la carte, et nous avec."

"Ouais, j'ai compris", râla Amethyst. "Commence pas à me faire la morale toi aussi."

"Ne t'en fais pas. Je suis différent des gens qui te la font d'ordinaire. Car moi, tu m'apprécies."

Rumby lui adressa un sourire amusé, qui s'accentua quand il remarqua que les pommettes de sa compagne d'aventure avaient, de nouveau, viré au rose.

"Tu as dû attraper un coup de chaud, tu as le visage qui passe souvent au rouge."

"Ouais, c'est la lave qui fait ça", répondit Amethyst en se raclant la gorge, reportant son attention devant elle.

 

Le chemin pour retourner à la grotte n'était pas long. Et l'entrée était toujours ouverte. Alors qu'ils échangeaient quelques mots, les deux poneys parvinrent à nouveau devant les deux étranges colonnes qui marquaient le début de la deuxième épreuve.

Les murmures revinrent aux oreilles de l'alicorne, mais celle-ci les chassa d'un geste du sabot, grommelant :

"Barrez-vous, je m'en fiche de ce que vous pensez."

Les voix s'arrêtèrent, et Rumby lui adressa un regard légèrement intrigué.

"Des paroles idiotes. Qui, pour une raison que j'ignore, m'ont faites reculer tout à l'heure."

"Peut-être qu'il y en aura d'autres alors..." suggéra Rumby. "Un genre d'épreuve mentale."

"On verra bien."

Sur ces mots, Amethyst franchit le pas et s'engouffra dans le supposé labyrinthe.

"La priorité, c'est de retrouver le docteur."

Le couloir était sombre, bien que les deux usaient de leur corne pour éclairer le chemin. Comme si l'air était trop dense et arrêtait la lumière bien plus vite. Ou que, plus simplement, de la magie empêchait ça.

Rapidement, ils parvinrent à une intersection, le couloir s'élargissant un peu. Au sol, une étoile bleue à quatre branches pointait chaque choix possible. C'est là que se posa le premier problème.

"Par où va-t-on ?" demanda l'alicorne, qui n'y connaissait rien aux labyrinthes, espérant que son ami aventurier en sache davantage.

"Dans un dédale, il faut toujours tourner dans la même direction", énonça Rumby. "Et connaissant le docteur, il refusera d'aller à droite ou tout droit, donc il a dû aller à gauche."

Amethyst le regarda en biais, trouvant la dernière partie extrêmement spécifique.

"Comment sais-tu ça ?"

"C'est un truc à propos du fait que le cerveau préfère commencer quelque chose par la droite. Donc un labyrinthe sera construit avec la partie la plus difficile à droite. Donc il vaut mieux commencer par la gauche."

"Sauf si le créateur du labyrinthe en question fait de la psychologie inversée !" fit soudainement une voix en face d'eux.

Le docteur émergea dans l'obscurité, semblant soulagé de les voir, ou plutôt d'enfin y voir quelque chose.

"Bon bah ça n'a pas été dur", constata Amethyst.

"Où est-ce que vous étiez ?" demanda l'étalon qui ne semblait qu'à moitié énervé. "J'ai l'impression de tourner en rond, et je suis obligé d'avancer à tâtons sans lumière."

"C'est vous qui êtes parti bille en tête", nota la jument au crin blond.

"Alors que vous êtes le seul sans corne", ajouta Rumby qui, pour une fois, trouvait quelque chose à redire à son idole.

"Et puis vous n'avez même pas de lampe sur vous. C'est quoi cette façon d'explorer sans être prêt ?"

"C'est vrai que c'est décevant", nota le licorne.

"En plus vous auriez fait quoi même en arrivant au bout ? C'est de moi dont il y a besoin pour le rituel e-"

"Oui ben c'est bon !" s'insurgea le docteur. "Je ne pouvais pas prévoir que vous ne suivriez pas ! Alors bon, je ne critique pas les jeunes couples qui cherchent un coin pour être tranquilles. Mais quand même, je ne pense pas que c'était le meilleur moment pou-"

"Un couple !?" interrompit Amethyst en faisant des grands yeux. "De quoi vous parlez !?"

"Quoi, vous êtes pas ensemble ?" s'étonna sincèrement le voyageur temporel.

"Non", répondit Rumby, qui dû retenir un rire devant la tête de sa comparse qui se mettait presque à émettre de la vapeur tant elle semblait gênée.

"Vous êtes sûrs ?"

"J-Jamais !" s'exclama Amethyst, catégorique.

Le docteur fit une moue montrant qu'il n'était pas vraiment convaincu, mais n'insista pas.

"On aurait dit. Enfin bon, maintenant que vous êtes là, on va pouvoir avancer."

"Vous avez déjà exploré une partie ?" s'enquit Rumby.

"Non. Peu importe la direction que j'ai prise, je suis revenu ici après quelques temps. J'ai l'impression que les couloirs mènent ici si on ne prend pas le bon."

"Oh, un enchantement de répétition spatiale ?"

"Précisément. En supposant qu'il y a quatre choix à chaque intersection, le nombre de chemin possible va vite monter. Et un seul nous mènera à la sortie."

Alors que les deux étalons discutaient, Amethyst examina le symbole au sol. C'était une étoile à quatre branches, ressemblant à celle sur son flanc. Et la couleur correspondait à celle de son pelage. Cet endroit créait des épreuves pour elle. Était-il donc possible que...

"Le plus simple serait qu'un de nous reste ici pendant que les autres partent dans des directions différentes", exposa le docteur. "Je me propose, car je ne dispose pas de lumière contrairement à vous et-"

Un éclair de magie frappa soudainement la marque au sol. Celle-ci s'illumina lentement et les quatre pointes convergèrent en une seule, indiquant la gauche.

Amethyst souffla sur sa corne, avant de regarder les deux étalons médusés, affichant un sourire satisfait. Sans même attendre de remarque, elle se mit en marche dans un petit trot guilleret.

Rumby s'élança après elle, toujours surpris, demandant :

"Comment tu as su ?"

"Pff, trop facile", se vanta-t-elle. "C'était le seul truc qui se démarquait du reste, et tout indiquait que ça m'était adressé."

"Ouah, t'es maline finalement."

"Honnêtement, j'ai l'impression d'être l'héroïne d'une histoire, hi, hi. Attend, comment ça « finalement » !?"

Amethyst braqua des yeux enflammés vers Rumby, levant sa poêle d'un air menaçant, provoquant un léger recul de la part de celui-ci, même si l'étroit couloir ne lui permettait pas de trouver un endroit sûr.

"Attention à ce que tu dis !"

"C'est vrai, je ne devrais pas insulter la royauté", plaisanta le licorne.

"C'est ça ! Je vais te faire enfermer !" grogna-t-elle, évidemment pas sérieuse, même si son ton installa le doute dans Rumby.

"Aller, un peu de concentration", finit par dire le docteur derrière eux. "On ne sait pas ce qui nous attend."

"Pfff."

Amethyst rangea sa poêle sous son aile, tentant de retrouver son sérieux. Cela lui faisait du bien de se détendre un peu. Mais il avait raison. Et avec les voix qu'elle avait entendues plus tôt, elle s'attendait à bien des choses étranges. Et qui tenteraient de l'attaquer personnellement.

À peine finit-elle de formuler cette pensée qu'ils arrivèrent dans une petite salle circulaire. Une lumière venue du plafond perça l'obscurité, aussi forte que celle de dehors. En fait, c'était probablement ce qu'elle tentait d'imiter, puisqu'elle illuminait une table blanche. Qu'Amethyst et Rumby avaient vue récemment.

Deux boîtes se trouvaient dessus. Mais cette fois-ci, pas de forme floue gambadant dans l'une d'entre elle. La scène était moins onirique, plus froide. À la place, il y avait une souris. Pas entièrement à l'intérieur de la deuxième boite, pas complètement à l'extérieur, ses deux morceaux séparés par une paroi de verre teintée de rouge. L'animal ne bougeait pas, figé.

La jument toisa la scène d'un regard dont la neutralité étonna Rumby. Elle n'était ni triste, ni emplie de remords. Compréhensive, et acceptante.

Après quelques secondes de silence, Amethyst contourna lentement la table pour poursuivre sa route en face. Le licorne lui emboîta le pas, préférant ne rien dire, mais sentant bien que son amie avait changé d'un coup. Le docteur ne posa aucune question.

Après qu'ils se furent un peu éloignés, l'alicorne poussa un soupir. Elle semblait énervée.

"Cet endroit a été créé par un tordu... Regardez pas trop ce qui va suivre, ça risque d'être tout aussi dérangeant, et ça va être gênant pour moi."

"J'ai pas apporté ma caméra, dommage", se plaignit Rumby avec un sourire.

Cette fois-ci, il ne vit pas le coup venir. Un bruit sourd plus tard, Amethyst enleva sa poêle du visage de son compagnon d'aventure, espérant que cela lui serve de leçon. Heureusement, celui-ci s'en remit facilement.

"N'empêche, c'est vraiment juste psychologique. Pour t'empêcher d'avancer. Pas de barrière physique à proprement parler."

"Et si je n'avais pas fait cette petite escapade, je pense que ça aurait réussi à me faire fuir."

Dans une ambiance qui s'était étrangement allégée, ils arrivèrent à une nouvelle intersection. L'alicorne, à présent déterminée, n'hésita même pas, lançant son sort sur l'étrange paterne au sol. Une fois encore les pointes se réunirent en une seule, indiquant d'aller tout droit.

"J'espère juste qu'il n'y en a pas trente-six comme ça", soupira Amethyst. "Ça va devenir lassant. Et je commence à avoir faim."

La petite troupe s'engouffra dans le couloir, se demandant ce qui les attendait cette fois. Pendant un moment, on n'entendit que le bruit de leurs sabots foulant le sol dur et chaud de cet endroit.

Puis, à nouveau, de la lumière fut aperçue face à eux. Montant lentement, elle devait provenir de chandeliers et de lustres, tandis que le passage s'élargissait une nouvelle fois, ce coup-ci en une grande pièce rectangulaire. Une cuisine d'après le mobilier. Mais ce qui se démarquait le plus, c'était la quantité tout bonnement astronomique de chocolat qui se trouvait ici.

Outre la table centrale qui débordait d'une pile de tablettes en tout genre, des casseroles chauffaient ce qui, à l'odeur, ne pouvait être que du chocolat fondu. Les placards ouverts dégoulinaient littéralement de barres chocolatées diverses et de l'autre côté de la pièce, de grands réfrigérateurs arboraient bien des glaces, toutes, évidemment, au délicat parfum de cacao.

"Wow", fit Rumby, impressionné de trouver ça ici.

"M'est avis que quelqu'un ici fait une petite fixation sur un certain type de sucrerie", nota le docteur en jetant un regard amusé à Amethyst.

"Pfff !" répliqua celle-ci en levant la tête dignement et commençant à traverser la pièce. "Comme si ça allait marcher. Cet endroit a une piètre opinion de moi !"

"Ton aile", prévint Rumby.

"Hm ?"

L'alicorne jeta un regard à son aile. Celle-ci tenait déjà une dizaine de tablettes dans son creux, récupérées sur la table. La jument lâcha tout immédiatement au sol, terriblement gênée de voir que son corps n'était pas aussi catégorique qu'elle. Rumby eut un petit rire en la rejoignant.

"Je pense qu'on peut supposer que le but de cet endroit est que tu n'en manges pas une seule."

"Ou alors qu'elle n'y passe pas sa vie", continua le docteur. "Dans ce cas elle peut en manger une ou deux quand même."

"C'est vrai !?"

Le poney terrestre recula un peu en voyant le visage de l'alicorne se tourner si brusquement vers lui. Est-ce que ses yeux avaient des étoiles dedans, ou était-ce son imagination ?

"Euh... On n’en sait rien, donc la prudence dirait de plutôt éviter de..."

"Pf", fit Amethyst en retournant la tête, allant vers la sortie. "Autant partir d'ici au plus vite alors."

Rumby rit à nouveau.

"Je crois que vous l'avez vexée."

"Si ça nous fait avancer plus vite, ça valait le coup."

Les deux étalons lui emboîtèrent le pas, devenu bien plus souriants comme si tout ceci n'était plus qu'une formalité à ce stade. Rumby pensa néanmoins à prendre trois tablettes par magie et à les emporter avec lui. Après tout, une fois sortis de cette salle, rien n'empêcherait Amethyst et eux d'en manger une. Autant ne pas trop gaspiller.

Après quelques temps, de retour dans le couloir, ils arrivèrent à une nouvelle intersection. Mais cette fois-ci, avant même que leur compagne alicorne n'indique le prochain chemin, un éclair de magie les éblouit momentanément. Quand ils rouvrirent les yeux, le sol était recouvert d'une petite trentaine de tablettes, Amethyst en ouvrant déjà une pour croquer dedans, sous le regard médusé des deux étalons.

"Quoi ?" leur fit-elle avec la plus grande innocence du monde. "J'allais pas les laisser là-bas ! Ça serait gâcher !"

Rumby rangea discrètement le chocolat qu'il avait lui-même pris.

"Tu ne vas pas manger tout ça quand même ! Il faut qu'on avance !"

"T'en fais pas", rassura-t-elle avec un sourire, avant de faire léviter le reste dans les airs au-dessus d'elle. "Tu vois, on peut continuer."

"Cela risque de fondre ici. Vous devriez les téléporter au Tardis si vous y tenez tellement."

"Ah mais ça je l'ai déjà fait", informa Amethyst tout en activant la prochaine flèche pour avoir la direction. "Avec le reste de ce qui était dans la salle."

"Avec tout !?"

"Ben, pas tout, Rumby. Les glaces, c'est pas possible par exemple. Je peux pas téléporter les congélateurs avec."

Le licorne la regarda d'un air à moitié amusé, demandant :

"Est-ce que tu n'es douée en magie que lorsqu'il y a du chocolat en jeu ?"

"Pff !" fit l'alicorne en s'engouffrant dans le couloir indiqué rapidement pour cacher sa gêne, emportant avec elle son butin. "Aller, finissons-en, j'ai un rendez-vous moi."

"Un rendez-vous pour quoi d'ailleurs ?" demanda Rumby en venant à ses côtés. "Si ce n'est pas indiscret."

Il se permettait de lui demander maintenant vu qu'elle semblait peu à peu se relâcher en leur présence. Probablement car elle se sentait plus à l'aise.

"Pour quelque chose..." fit Amethyst sans vouloir en dire plus.

Le licorne n'insista pas, reportant son attention sur leur chemin. Après tout, ils avaient quand même une mission dont dépendait le futur d'Equestria.

L'alicorne s'arrêta brusquement, mettant un sabot devant Rumby pour lui intimer de faire de même. Ne comprenant pas, il lui jeta un regard interrogatif, ce à quoi elle répondit en mettant une plume devant sa propre bouche.

Tous les trois tendirent l'oreille. Et comprirent. Un bruit sourd se faisait entendre. Un martèlement régulier, rocailleux, lointain mais peut-être pas autant qu'ils auraient voulu. Après quelques secondes, le docteur se retourna, déclarant :

"Ça vient de derrière nous."

"Je préfère ne pas savoir ce que c'est", fit remarquer Amethyst en reprenant sa marche d'un pas un peu pressé. "Dépêchons-nous de sortir de là !"

"Allez-y", invita le docteur. "Je vais voir ce dont il s'agit."

"Vous êtes pas sérieux", dit Rumby en le regardant, un peu inquiet. "En plus, à tous les coups, c'est une de ces créatures de pierre."

"Justement. J'aimerais les voir de plus prêt. Ne vous en faites pas pour moi, si ça devient trop dangereux je vous rejoindrais, ces monstres sont trop lents pour être un problème pour moi, même dans le noir."

Rumby grimaça un peu. Mais d'un côté, le docteur semblait savoir ce qu'il faisait, et il paraissait vraiment sincère en disant que c'était par curiosité. Après tout, seule Amethyst était réellement essentielle, il pouvait bien se permettre de retarder un peu le seul vrai problème de ce labyrinthe.

"Très bien", finit par dire Rumby en s'élançant à la suite d'Amethyst. "À tout à l'heure."

"Le rituel est simple à faire, vous verrez !" lança le docteur alors qu'ils s'éloignaient.

Le groupe se sépara donc, se retrouvant vite isolé par l'obscurité et le silence qui s'installa entre eux.

"Comment il va faire pour les voir ?" s'interrogea Amethyst.

"Sûrement avec des lunettes spéciales qui ne peuvent voir que les formes de vie, même dans les ténèbres."

"Il est un peu loufoque non... ?"

Rumby eut un nouveau rire, un peu moins retenu cette fois.

"Un peu. C'est ce qui fait son charme."

"Oh, tu es... ?" fit lentement l'alicorne en semblant comprendre.

"Hein ?" s'intrigua l'étalon en penchant la tête. "Oh, non. C'est de la pure admiration. Même si je suis sûr que ça ne le dérangerait pas."

Amethyst eut un petit sourire en coin.

"Hmh. Donc tu n'oses pas te l'avouer, j'ai compris."

"Commence pas avec ça", pouffa le licorne. "On a plus sérieux à faire"

"Dommage, ça aurait été l'occasion parfaite pour toi."

"Si tu le dis."

Alors qu'ils plaisantaient, les deux comparses arrivèrent dans un nouvel endroit. Une débouchée sur une immense salle au plafond démesurément haut, aux grands piliers de pierres, éclairées par des rayons passant à travers des vitraux. Le sol, ornementé d'un tapis rouge, finissait par monter en marches jusqu'à deux grands trônes. Amethyst reconnu immédiatement cette pièce, et même Rumby qui n'y était jamais allé comprit où ils se trouvaient.

"Et merde..." grommela l'alicorne, provoquant un haussement de sourcil de la part de l'étalon.

Venait-elle sérieusement de jurer ?

"Qu'est-ce qu'il y a ?"

"Reste là", demanda-t-elle en s'avançant dans la salle, voyant clairement la sortie derrière les trônes, déposant son chocolat au sol.

À chaque pas qu'elle fit, une forme apparut, de plus en plus en plein centre de la pièce. Plus grande qu'elle, mais pas aussi grande que les princesses, bien qu'aussi blanche que Celestia. Oh que oui, elle s'était attendue à faire face à cet odieux personnage. Et ses sabots ne ralentirent pas avant d'être arrivés parfaitement devant lui, alors que sa corne finissait de se matérialiser.

Son grand frère, le prince Blueblood, la toisa avec son air hautain habituel. Mais pour elle, il avait également un regard qu'il réservait d'ordinaire aux plus bas des roturiers. Un mépris non dissimulé.

"Tu n'as rien à faire ici", fit celui-ci, comme s'il lui bloquait le chemin. "Ta place est, au mieux, dans ta chambre. Et encore, penser que l'on doit mobiliser des servants pour toi plutôt que p- "

Il fut soudainement interrompu par un sabot posé sur son museau. Amethyst le fixa dans les yeux, l'air déterminée mais également un peu lasse.

"Sincèrement, ferme-la. Je suis peut-être la membre de la famille royale la moins connue, mais toi tu en es le plus méprisé. Non pas par la noblesse, mais par le peuple. Et encore, pour ceux qui savent que tu existes."

Blueblood écarta son sabot d'un geste sec de sa magie, ne supportant pas qu'on le touche ainsi avec des sabots ayant foulés un sol sale.

"Que m'apporterait la sympathie des paysans ? Ils n'ont rien à offrir. Leur admiration pourrait même entacher mon image. C'est cette manie de te soucier d'eux qui te rend aussi faible, aussi insignifiante."

L'alicorne soupira. Même si ce n'était qu'une image, il était réellement aussi idiot que le vrai.

"Un prince qui méprise ses sujets ne peut rien accomplir de bon. La nourriture que tu manges, c'est eux qui la récolte. Les draps dans lesquels tu dors, c'est eux qui les ont cousus. Ce château dans lequel tu vis si fièrement, alors que tu n'as rien accompli pour le mériter, c'est eux qui l'ont bâti. Même moi, qui n'est pas intéressée par le fait de diriger, j'ai compris ça. Et c'est pour ça que tu n'as jamais été un candidat à la succession de Celestia et Luna."

Le prince s'offusqua de ses paroles, mais aussi de son manque de respect en parlant des princesses sans utiliser leur titre.

"Comment oses-tu p-"

"Dégage", coupa un peu sèchement l'alicorne. "Tu es une image qui n'existe pas, alors crois-moi que je n'hésiterais pas longtemps à faire quelque chose qui me démange depuis un moment."

Amethyst leva soudainement sa poêle en l'air, menaçante, semblant perdre son calme.

"Tu n'oserais j-"

Chtong !

Immédiatement après que le bruit métallique se fit entendre, l'image du prince Blueblood se dissipa, et l'alicorne se retrouva seule, face aux marches menant aux trônes.

"C'est tout ?" se demanda-t-elle. "C'est vraiment censé être une épreuve ? Parce que là ça détend plus qu'autre chose !"

"Te détendre..." fit soudainement une voix qui semblait émaner de tout autour d'elle. "Tu n'as jamais su faire que ça."

Les oreilles d'Amethyst se baissèrent. Toute la confiance dont elle avait fait preuve s'envola presque d'un coup, et il lui sembla même avoir oublié que cet endroit n'était pas la réalité.

Une ombre apparut entre les trônes. Indistincte. Semi transparente. Mais l'alicorne savait bien de qui il s'agissait.

"Tu as passé ton enfance à rêvasser. Sans jamais travailler. Chercher à corriger ce qui faisait de toi la honte de notre famille."

Quelque chose tiqua dans l'esprit d'Amethyst. Une envie de se défendre. D'en arrêter avec cette injustice.

"Non..." fit-elle lentement.

"Même ton frère possède un peu plus de considération pour notre famille. Pour ce qu'il représente. Mais toi, tu n'as aucune considération pour ce que tu es. Au déshonneur que tu jettes sur nous."

La voix était froide. Issue d'un autre monde, et pourtant tellement réelle, tellement familière. Emplie d'une déception dépourvue d'empathie.

"Non !"

Amethyst claqua du sabot au sol et, fixant la silhouette imprécise et menaçante, explosa :

"J'ai toujours fait de mon mieux ! J'ai passé des heures et des heures à essayer d'apprendre ces fichues manières, les protocoles, les réunions et j'en passe ! Tous ces cours de magie, tous ces livres que j'ai emprunté en essayant de m'améliorer ! Toutes ces heures perdues, qui n'étaient jamais récompensées par rien d'autre que votre... votre... !"

L'alicorne sembla mâcher ses mots, comme s'ils avaient du mal à sortir. Ils se mélangeaient dans sa tête. Une infinité d'adjectifs qu'elle voulait pouvoir prononcer, mais son éducation l'en empêchait. Finalement, elle ouvrit les ailes pour relâcher sa tension et cria plus qu'elle ne prononça :

"Votre foutu dédain ! Ce regard empli de mépris, comme si je n'étais qu'un animal qui n'arrive pas à faire le tour que vous voulez ! Sans jamais prendre en compte ce que moi je veux faire !"

"Tu es une princesse. Tu es une alicorne et t-"

"Et je n'ai pas choisi ! Je n'ai jamais rien pu choisir ! Je n'ai jamais rien fait dans ma vie parce que j'en avais envie, c'était toujours pour vous !"

Amethyst donna un puissant coup d'aile. Un battement comme jamais elle n'en avait fait dans son existence, fonçant vers l'ombre qui resta indistincte. Elle s'arrêta à un mètre, à peine, restant dans les airs, un peu en hauteur pour pouvoir mieux la toiser. Ô que c'était doux d'être celle qui baissait la tête pour regarder les autres avec mépris, pour une fois.

"Et quand je n'ai pas réussi à être celle que vous vouliez, quand vous avez finalement abandonné pour moi, vous ne m'avez même pas rendue libre ! Vous m'avez cachée, comme un monstre, en espérant que je n'entache pas votre tellement brillante réputation !"

Elle fulminait. Pas parce qu'elle était en colère, ça non, elle ne l'était plus depuis longtemps, c'était simplement l'accumulation qui explosait. Non, ce qui la mettait hors d'elle, c'était que tout ceci n'avait pas d'importance. Ça lui faisait du bien, mais elle aurait préféré pouvoir dire ça à la vraie. Néanmoins, elle continua sa déclaration :

"J'en ai marre de devoir me cacher. Marre d'être entourée par des snobs comme vous. Marre du palais et de Canterlot. Maintenant, je vais passer ce couloir et faire quelque chose qui, pour une fois, a une vraie importance !"

À ces mots, elle fondit droit sur l'ombre, atterrissant brutalement dessus et la faisant se dissiper en un petit nuage de fumée, qu'elle chassa d'un battement d'ailes.

"Rumby, vient !"

Sa voix avait encore de la puissance et elle fut trop agressive malgré elle. Après un raclement de gorge, elle s'excusa :

"Pardon. Viens, s'il te plaît."

Alors que la pièce était brusquement redevenue silencieuse, les bruits de sabots du licorne bleu se firent entendre, résonnant contre les murs. Avant même d'être arrivé, il fit :

"Tu as retenu mon nom cette fois-ci."

"Comme quoi tout peut arriver..." répondit Amethyst avec un léger sourire, tournant la tête dans sa direction. "Désolée que tu ais assisté à ça."

"Je ne pensais pas que la famille royale était aussi stricte. C'était qui la personne là ?"

"Ma mère. Allez, allons sauver le futur, apparemment. "

Avec un léger rire, qui pouvait presque sembler déplacé, l'alicorne s'engagea dans le couloir qui leur faisait face. Affichant un sourire, Rumby lui emboîta le pas, non sans prendre avec lui la collection de chocolat oubliée par sa comparse. Preuve qu'elle devait être plus chamboulée qu'elle ne le laissait paraître.

Après quelques mètres, il lui tendit une tablette.

"Tiens. Je suis sûr que tu meurs de faim."

"Pas vraiment, mais je ne dis jamais non à ça", répondit-elle avec un rire plus honnête cette fois, déballant et croquant avec joie un carré.

Un petit temps de flottement s'installa, alors que les deux avançaient sous la lumière diffuse de leurs cornes.

"Donc, si je résume, tu es une princesse qui ne veut pas en être une."

"C'est l'idée. Mais tu aurais pu comprendre ça bien plus tôt."

Amethyst eut un nouveau petit rire. Elle ne s'était pas sentie aussi légère depuis bien longtemps. Son esprit était plus clair, pensant déjà à la suite.

"Comprendre les autres n'est pas mon fort non plus."

"Et toi, tu es un poney aventurier qui fantasme sur un autre poney aventurier. Et ça je l'avais compris dès le début. Tu comptes rester avec le docteur une fois qu'on en aura fini avec cette histoire de volcan ?"

"Oh, parce que maintenant tu es confiante sur le fait qu'on va s'en sortir ?" taquina gentiment le licorne.

"Non, mais ça vaut la peine d'en parler."

"Eh bien non", confia Rumby. "Le rencontrer c'était une chose, mais il vit ses aventures et je vis les miennes. Et puis, en général, il a surtout des compagnes féminines."

"Donc tu vas repartir de ton côté ?"

"C'est ça. Même si je garderais un bon souvenir de cette histoire."

Il fit un sourire à Amethyst, qui lui en rendit un avant de se replonger dans ses pensées.

Les deux passèrent soudainement à nouveau entre deux grandes colonnes circulaires. Après un échange de regard, Rumby conclut :

"Ça doit vouloir dire qu'on est sortis du labyrinthe... ?"

"Je pense. La salle du rituel doit être devant nous alors."

Intérieurement, Amethyst poussa un soupir de soulagement. Même si elle se sentait relativement bien, une épreuve de plus dans ce genre aurait été de trop. Mais finalement, peut-être qu'elle devait poser sa question maintenant.

"Dis voir..."

"Hm ? Oui ?"

"Il y aurait de la place pour un poney de plus dans ta prochaine aventure... ?"

Rumby tourna un regard vraiment étonné vers elle. Même s'il ne doutait pas de ce qu'elle demandait, il préféra être sûr :

"Tu voudrais... ?"

"Je ne suis quasiment jamais sortie de chez moi, et j'aimerais voir le monde. J'ai lu tellement de choses que je ne saurais par où commencer. Alors je me dis que, tant qu'à faire, autant y aller avec... un ami."

"Hm, d'ordinaire les endroits que je visite sont un peu sauvage. Je pense qu'il y aurait d'autres lieux à visiter avant, comme Manehattan, ou même Ponyville. Tu ne voudrais pas qu'on commence par-là ?"

Amethyst eut un nouveau rougissement, plus discret, en constatant que pour lui, ce n'était même pas une question de oui ou non, mais d’où. Elle répondit néanmoins :

"Ponyville serait bien. Il y a un écrivain que j'aime bien qui y habite."

"Oh, lectrice ?"

"Oui. C'est comme ça que j'ai eu envie de voir l'extérieur. Enfin, en partie. Ça et le fait que les murs de ma chambre commençaient à être lassant."

L'alicorne rit un peu, avant d'enchaîner, radieuse :

"Et puis, peut-être que ça me donnera enfin des idées pour passer le blocage que j'ai sur mes propres histoires."

"On verra bien", fit Rumby avec un sourire également. "Par contre, je te préviens, pas de prises de notes pendant une course poursuite."

"Tu sous-estimes mon talent de multitâche", répliqua Amethyst en rejetant un peu dramatiquement sa crinière en arrière, avant de lâcher un gloussement, rejointe par le licorne.

Sur cette conversation bien optimiste, les deux poneys ne se rendirent pas compte que la température venait de lentement augmenter à mesure qu'ils avançaient.

En revanche, ils furent bien obligés de constater que de la lumière commençait à se faire voir. Une lumière rouge-orangé. Ils approchaient de la salle du rituel.

Après avoir franchi tant d'endroits si bien recréés, si vastes, Amethyst fut un peu déçue en arrivant dans ce qui ne semblait être qu'une cavité rectangulaire taillée à-même la roche. Roche qui était, encore une fois, parfaitement noire.

Il manquait néanmoins un mur à cet endroit. Ou plutôt, tout un pan était simplement constitué de lave, qui s'écoulait lentement, sans déborder dans la pièce, comme retenue par magie - ce qui était probablement le cas. C'était ce mur, face à eux, qui illuminait l'endroit.

Amethyst remarqua immédiatement les traces sur le sol. Quatre emplacements, pour des sabots sans aucun doute. Son cœur se serra. Elle y était. Le moment de vérité.

"Bon... Il faut y aller maintenant..." fit-elle en tentant d'inspirer calmement, avançant vers les marques.

"Ne t'en fais, tout va bien aller. Moi j'y crois."

Non sans appréhension, l'alicorne plaça ses sabots dans les marques au sol. Heureusement, elles semblaient faites à sa taille.

À peine fut-elle en place que quelque chose se produisit. Un petit choc parcourut ses pattes et remonta jusqu'à sa tête. Ce soubresaut passé, la jument réalisa quelque chose : elle savait maintenant faire le rituel. Il n'était pas compliqué Simplement concentrer sa magie dans la roche alentour. Mais il demandait une énorme quantité de magie, qu'elle ne possédait peut-être pas.

Une nouvelle respiration plus tard, tentant de se calmer, elle dit, plus à elle-même qu'autre chose :

"Allez. Les belles paroles c'est une chose, mais il faut les actes maintenant."

Avec toute la détermination dont elle était capable, elle ferma les yeux et se concentra. Sa corne s'illumina, et elle commença à faire passer sa magie autour d'elle.

Le processus était compliqué. C'était comme préparé une énorme téléportation, mais la pierre était loin d'autre aussi inerte qu'un objet de tous les jours. Le lieu était chargé en enchantements, faits pour agir en tant que catalyseurs, mais puisant également sur sa force pour faire effectuer la lourde tâche de vider cette chambre magmatique.

En plus, elle avait déjà beaucoup utilisé sa magie plus tôt. Et comme si cela ne suffisait pas, la terre se mit à trembler. Mais, ce coup-ci, Amethyst ne paniqua pas. Cet endroit lui avait dit que c'était normal. Et si elle n'avait pas été si concentrée, elle se serait rendu compte que quelque chose n'allait pas dans cette phrase.

Néanmoins, au fond d'elle, quelque chose la rassurait. C'était une épreuve d'endurance, et non de précision. C'était cette dernière catégorie dans laquelle elle avait le plus de soucis. Même si ça restait loin d'être une partie de plaisir.

Alors qu'elle était déjà sur son sort depuis plusieurs minutes, de la sueur commença à perler de son petit front. Pourtant elle avait l'impression d'avoir à peine commencer à vider la lave.

Elle devait y arriver. Elle ne faisait pas ça pour respecter une stupide étiquette, ou pour impressionner un quelconque noble. Ni même pour une histoire de reconnaissance. Non, elle faisait ça pour elle, pour Equestria, pour son futur. Échouer ici, après toutes ces épreuves, aurait été comme revenir à une journée normale. Une journée ennuyante.

"Rumby... ?" demanda-t-elle, ignorant s'il était encore là.

"Oui ?" répondit-il presque immédiatement, juste à côté d'elle d'après sa voix.

"Si je rate, on m'en voudra ?"

"Moi non. Le docteur non plus. Et personne d'autre ne le saura jamais. Personne ne te jugera, Amethyst. Et je sais que tu auras fait tout ton possible."

La réflexion fit légèrement sourire la jument. Un sourire triste, mais heureux en même temps. Même si elle ignorait d'où venait ce sentiment. Sa corne se mit à grésiller et pétiller de magie.

"Je peux te confier un secret... ?" fit-elle avec appréhension.

"J'ai tendance à être bavard, mais je promets de faire un effort", plaisanta Rumby.

"Aujourd'hui... Si je devais aller au docteur, c'est parce que je pense que j'ai peut-être un souci dans ma corne."

"Comment ça ?"

"Je m'étais dit que ça devait venir d'un problème physique... Pour que je sois aussi désespérante en magie, en tant qu'alicorne..."

"Mais tu n'y crois pas toi-même... ?" supposa Rumby.

La question déstabilisa quelques peu la jument, mais celle-ci parvint à maintenir son sort.

"N-Non ! J-J'ai juste peur que cela m'empêche de réussir e-et que ça vienne tout gâcher ! Que ça soit quelque chose que je ne contrôle pas ! C'est aussi pour ça que je ne voulais pas venir quand le docteur a dit qu'il fallait une alicorne douée en magie !"

"C'est n'importe quoi", fit calmement Rumby en la regardant. "Tu n'es pas du genre à penser ça. Si tu y croyais vraiment, tu en aurais parlé plus tôt. On sait tous les deux que c'est faux donc."

Amethyst mit finalement le sabot sur ce sentiment qu'elle n'arrivait pas à comprendre. Et à bien y regarder, c'était normal qu'elle ne l'ait pas compris, elle n'y était pas habituée. Oui. Ce sentiment, d'avoir quelqu'un qui croyait en elle, sincèrement.

Sa corne cessa de grésiller et sa magie repartie de plus belle, un énorme poids venant de s'enlever d'elle. C'était si simple, mais tellement évident, finalement. Ce qui lui avait manqué tout ce temps, après tant d'années passées à enchaîner les échecs. À avoir appris que c'était tout ce qu'elle pourrait jamais produire.

Sa confiance remonta en même temps que la puissance de son sortilège.

"Amethyst, regarde !"

Malgré sa concentration, elle daigna ouvrir les yeux. Et effectivement, cela valait le coup. Le mur de lave était en train de baisser, et laissait passer la lumière de l'extérieur. Elle y arrivait. Et plutôt vite, à en juger par la vitesse à laquelle la lave descendait.

"Ç-Ça marche... ?" fit-elle, un peu surprise elle-même.

"Plus que ça même !" enchérit Rumby avant de reculer un peu en voyant une créature de pierre tomber dans la lave.

Leur "fenêtre" donnait sur le fond du cratère, et ils pouvaient voir les étranges monstres s'accrocher désespérément aux parois. Ils pouvaient nager dans la roche en fusion, mais leur propre corps était trop lourd pour leur permettre d'escalader. Et un à un, leur poids eut raison de chacun d'entre eux, lâchant prise et tombant lourdement dans le magma qui ne faisait que descendre.

"Dire que sans nous, ces choses auraient envahi Equestria", songea Amethyst à voix haute.

"Sans toi, tu veux dire. J'ai rien fait à part dire des blagues. Et pas forcément des drôles."

"Si tu n'avais pas été là, je me serais enfuie alors qu'on est mille-cinq-cents ans dans le passé. Je sais même pas à quoi je pensais en faisant ça."

"T'es un peu impulsive en fait", fit remarquer Rumby avec un sourire.

Amethyst grommela, n'aimant pas s'entendre dire ça, mais résista à l'envie de lui mettre un coup avec sa poêle. Elle devait rester concentrée. Et puis, ça n'aurait fait que confirmer ses dires.

"C'est quoi ça ?" nota le licorne s'approchant du rebord.

Levant les yeux, il vit une silhouette apparaître au sommet du cratère, qui devait être bien une trentaine de mètres plus haut.

C'était un poney, qui semblait... avancer à reculons... ? Est-ce que cette personne était au courant qu'un volcan se trouvait juste derrière elle !?

Rumby vit sa question vite répondue lorsqu'il reconnut le docteur, au moment même où celui-ci fit un bond de côté, esquivant une créature sombre qui lui sautait dessus. Totalement leurrée par la présence du docteur, le monstre ne vit pas le précipice et tomba dedans avec ce qui aurait sûrement été de l'incompréhension sur son visage, s'il avait été capable d'afficher ce genre d'émotion.

À la place, la chose tomba lourdement, comme une étrange statue, finissant son plongeon dans la lave, non sans se heurter à plusieurs rochers en chemin.

"Et c'est ça qui est censé envahir Equestria ?" fit Amethyst, dubitative.

"D'après le docteur. Mais même s'ils n'ont pas l'air très intelligents, vu leur corps ils doivent être sacrément résistants. Un grand nombre pourrait facilement s'avérer dangereux."

"Mouais. Tu le défends trop à mon avis."

Krrrrr.

La corne d'Amethyst pétilla au même moment où ce bruit sourd se fit entendre. Elle comprit immédiatement et cessa son sort. Le rituel était fini, et elle avait réussi. Bien qu'elle se sentît épuisée.

"Je crois que c'est bon..." souffla-t-elle, ses pattes tremblant légèrement, en partie à cause de l'anxiété qui s'en allait.

"Il n'y a plus qu'à sortir et retourner chez nous alors."

 

Le labyrinthe avait disparu. La salle avec les piliers également. À la place, après un simple couloir, les deux poneys se retrouvèrent à la sortie. Si cela avait été la seule chose surprenante aujourd'hui, peut-être qu'ils s'en seraient étonnés. Mais ils n'en étaient plus à ce stade.

C'est sans trop de difficultés qu'ils retrouvèrent le docteur, attendant aux abords du cratère en les regardant arriver.

"Content de voir que vous vous en êtes sortis !" lança celui-ci. "Vous allez bien ?"

"Aucun soucis", fit Rumby.

"Mieux qu'en arrivant je dirais", ajouta Amethyst avec un léger rire. C'était en partie vrai. "On va rentrer, ou bien il reste des choses à faire ?"

"Non, nous en avons fini. Vous avez fait ce que vous deviez faire, l'histoire va pouvoir suivre son cours."

Sur ces mots, le docteur tourna les sabots et reprit le même chemin qu'ils avaient suivis à l'aller. Alors qu'ils passaient la petite colline, ils arrivèrent en vue du Tardis. Une étrange boite bleu rectangulaire, posée en plein milieu de ce désert volcanique. Quelle étrange vision. Mais ce n'est pas ça qui choqua Amethyst.

"Attend, c'est dans ce truc qu'on a voyagé dans le temps ?"

"Bien sûr, tu ne l'avais pas remarqué ?" s'intrigua Rumby.

"Mais je croyais que c'était toute la maison à laquelle ce truc était collé moi ! Je te rappelle que je croyais entrer dans le cabinet d'un docteur ! Mais il est tout petit ce truc !"

"Le Tardis est un vieil artefact", expliqua le docteur qui, décidément, n'obtenait pas la réaction habituelle de la part de l'alicorne. "Les notions d'espace et de temps n'ont qu'une emprise limitée sur lui."

"Ok", répondit Amethyst qui n'avait pas vraiment compris la dernière partie.

"Cette aventure était plus courte que celles dont on m'a parlé", nota Rumby.

"Oh elle l'a été largement assez", raisonna le poney terrestre en poussant la porte du Tardis. "Ce n'est pas la durée qui fait tout. Parfois celles qui sont trop longues deviennent ennuyantes."

"Hey c'est bon, Rumby. On a sauvé Equestria quand même."

Amethyst accompagna sa remarque d'une petite tape dans les côtes du licorne. Elle-même n'était pas fâchée de rentrer, si courte fusse l'aventure.

 

 

C'était un beau soleil qui régnait sur Equestria. Une journée normale se déroulait à Canterlot, les rues animées profitaient des habitués, des touristes, des voyageurs venus à la capitale. Rien ne semblait avoir changé et pourtant, en y regardant bien, on pouvait voir, attablée à une terrasse, une jument.

Elle n'était pas seule, mais dans ce paysage, c'était elle qui ressortait le plus. Non pas par sa taille, ni par l'indécente quantité de chocolat présent sur sa table, mais bien par le statut que sa race sous-entendait.

À la surprise du serveur, il se retrouvait à avoir pris la commande d'une princesse. Qui plus est, une princesse dont il n'avait jamais entendu parler.

Mais elle s'en fichait bien de son regard. Ou de celui des quelques passants qui la remarquait. Elle ne regardait que l'étalon face à elle, ce gentil licorne, qui écoutait avec un sourire le récit de sa dernière entrevue avec son frère. C'était rare qu'elle éprouve autant de satisfaction à parler de lui, mais l'air déconfit de Blueblood n'arrivait pas à quitter son esprit, et cela lui laissait un ineffaçable sourire.

"Donc c'est officiel, tu veux partir avec moi ?" résuma Rumby une fois qu'elle eut finit.

"Oh, après ce que j'ai dit à ma mère, oui. Je préfère ne pas être dans le même palais qu'elle pendant un moment."

"Tu es sûr que c'est la seule raison ?" fit le licorne en penchant la tête avec un petit sourire.

"Oui, ça et le fait que j'ai envie de sortir", continua Amethyst en roulant les yeux au ciel, vu que c'était l'évidence même.

Son compagnon n'en démordait pas de son sourire, la regardant dans les yeux avec un certain amusement, mais aussi un air de dire "et ?".

L'alicorne eut un petit rougissement et détourna les yeux, marmonnant :

"Peut-être aussi parce que je t'aime bien, oui..."

Note de l'auteur

Sérieusement, si vous êtes arrivé à la fin, bien joué.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.