Discord icon

Un ship, un !

Une princesse et trois étalons. 

 

L’hiver était bien installé, la décoration des rues et des vitrines se chargeait de rappeler à tous et toutes à quelle période de l’année nous étions. Les indices étaient légions : le rose et le rouge se disputaient la vedette, les petits cœurs remplissaient tous les espaces disponibles et les promotions sur les offres pour deux pullulaient plus nombreuses que les parasites sur la chatte de Chrysalis (une personne fort bien connue au demeurant pour son goût pour les animaux de compagnie de type félidés, ça donne de l’amour si facilement ces bêtes-là. Pensiez-vous à autre chose ?)

C’était la Saint-Galopin. Les cartes et autres lettres s'échangeaient entre les amoureux et amoureuses ; et pas que des cartes d’ailleurs. Bref ça sentait l’amour de partout.

Cadence était exténuée, ce moment de l’année était infernal pour elle, elle n’avait plus un seul moment à elle. Partout, de tout le royaume sa magie était sollicitée. Il lui fallait répondre à tous et à toutes en étant le plus inclusif-ve possible, même dans la syntaxe et l’écriture, et franchement le style épicène c’est pas de tout repos.

C’est dans ces moment-là que la princesse aurait aimé un peu plus de soutien, mais elle ne pouvait pas vraiment compter sur les autres princesses pour ça : Flurry était encore beaucoup trop jeune pour comprendre l’aspect romantique, Célestia n’avait tout simplement pas le temps avec toutes ses responsabilités, quant à Luna, comment dire… La carte du tendre ça datait et ça elle avait du mal à l’entendre. Au moins Cadence avait appris le sens du mot damoiseau. Il restait sa belle-soeur : Twilight, la princesse de l’amitié. Sauf qu’à la réflexion non : l’amitié c’est magique sauf pour zoner avec l’amour.

« Mais qui pourrait bien m’aider, soupira à haute voix la princesse rose. Je suis prête à accepter n’importe qui ou n’importe quoi », dut-elle préciser pour être inclusive.

Il y eu un pouf sonore et une voix langoureuse se fit entendre derrière son dos

« Parle-t-on de moi ? demanda le nouvel arrivant.

– Ah, Discord, s’exclama Cadence avec surprise.

– Gente damoiselle, j’oie ici ton désarroi, c’est pourquoi, aie foi en moi, le roi des hors-la-loi. Je suis là pour toi, j’espère que tu en reste coi.

– Et que fais-tu ici, Discord ?

– Présentement j’allitère mais personne ne relève. 

– Bravo pour le barbarisme et la figure de style, ironisa Cadence. Mais ça ne fait pas avancer ma cause. 

– Merci, sache que j’étais aussi venu aider une amie.

– Une amie ? s'interrogea méfiante la souveraine du nord.

– Je tenais à m’excuser pour la fois ou tu as dû jouer les garde-malade. Cela reste un épisode assez médiocre de l’avis de beaucoup mais c’est l’un des rares moment où l’on partage l'écran et je n’ai pas été des plus correct avec toi.

– Serait-ce des excuses que j’entends ici ?

– N’allons pas jusque-là tout de même. J’ai cru comprendre en lisant tes pensées qu’il te fallait l’aide d’une princesse. »

Cadence resta de marbre même si la moitié au moins de ce que disait l’ancienne statue de pierre lui passait au-dessus. Elle avait le sentiment diffus d’être prise pour une idiote, en plus ce goujat ne cachait même pas qu’il empiétait sur son intimité mentale.  

« Je ne suis pas sûre de comprendre, hasarda-t-elle. Tu te proposes de m’aider ?

– Pas moi mais oui je vais te trouver une princesse pour t’aider dans ta tâche, puisque princesse il te faut.

– Voyons Discord, sans vouloir t’offenser, mes consœurs alicornes sont toutes prises, je doute que…

– Ne dis rien, c’est le propre des génies d’être incompris.

– Discord, je ne remets pas en doute ton intelligence mais …

– C’est la croix qu’il faut porter quand on a du génie. Des pouvoir magiques phénoménaux !!... Dans un vrai mouchoir de poche. Je m'arrête ici pour les citations de ce cher Robbie sinon les héritiers de ce vieux Walt vont encore me faire un procès. Je te propose de convoquer une alicorne d’un autre monde pour t'aider. 

– Je te remercie pour ton aide mais j’insiste, je ne suis vraiment pas persuadée que ce soit la solution.

– Non sens ! T'inquiète, t’occupes de rien, j’m’occupe de tout. »

Un claquement de serre plus tard il y eut un grand pouf sonore accompagné d’un nuage d’une épaisse fumée brunâtre, à l’odeur, pas de doute, elle était parfumée au chocolat. Au centre de tout ceci se tenait une pouliche. Elle avait des ailes et une corne, manifestement une alicorne et...

« Bon, narrateur, tu vas pas nous faire toute la description du personnage ? intervint Discord. Si le lecteur veut savoir à quoi elle ressemble, balance le dessin. »

« Un peu petit et pixélisé », commenta le draconequus.

Cadence ne comprenait plus rien, une petite image en deux dimensions un peu floue de la ponette convoquée venait d'apparaître devant Discord alors qu’il s’adressait au vide. Twilight lui avait déjà parlé de cette manie. C’était surtout Pinkie qui souffrait de ce syndrome. Paraît-il que c’est une histoire de mur un peu trop souvent explosé. 

Il y eut comme un soupir venu de nulle part et soudain une immense bannière de papier occupa toute la vision de l’alicorne. C’était une reproduction en mille fois plus grand de la première image, cette fois-ci cela occupait tout l’espace.

« Ben voilà narrateur, là t’occupes toute la page c’est mieux », marmonna Discord, satisfait

La nouvelle arrivée resta un moment sans voix avant d’articuler un « BSDBDHZHDVDVHDHDHDHDJDJD » ou un autre commentaire du genre complètement imprononçable.

« Qu’est que tout ce foin ! protesta Cadence alors que la grande image disparaissait au loin, emporté au-delà de l’horizon par le saut de page. 

– Mes excuses, intervint l’avatar du chaos, je manque à tous mes devoirs, princesse Cadence, voici Pepo alias princesse Amethyste. Princesse Amethyste, inutile de faire les présentations, vous connaissez déjà le lore. »

Si l'intéressée était là physiquement, les yeux bien écarquillés, elle ne produisant rien d’autre que des borborygmes avec bien trop de consonnes pour être prononçables, témoignant que son esprit était actuellement injoignable.

« Borborygmes ? Narrateur, sérieusement ! apostropha le draconequus. Quel mot barbare. 

– Dit l’amateur de barbarisme, objecta Cadence. Tout choses mise à part, est ce que quelqu’un peut me dire qui est cette jeune pouliche ? insista l'alicorne rose.

– Laisse-moi une seconde, que je vérifie sur Discorde le post personnage, annonça Discord. Cela nous donnera la bible scénaristique pour cette histoire.

– N’est-ce pas un peu pompeux de s’auto-citer, surtout à un niveau biblique, commenta la princesse qui se montrait narquoise pour ne pas laisser paraître qu’elle était de plus en plus perdue.

– Bah, le Discorde (notez le masculin), c’est une sorte d’agora semi publique, expliqua l’avatar du chaos avec le sourire. Un lieu où tout le monde parle de tout et de rien et où personne ne s’écoute vraiment.

– Un lieu parfait pour toi en somme, soupira la gardienne de l’amour de plus en plus migraineuse.

– Bon l’histoire d'Amethyste en trois ou quatre lignes : comme j’ai la flemme de tout recopier depuis le Discorde et qu’un tel pavé serait long et ennuyant à lire, je vais résumer. En plus cela nous évitera les péripéties longues et ennuyantes ou le BG du personnage est dévoilé au fur et à mesure. 

Le draconequus sortit une paire de lorgnons qu’il ajusta sur son museau et sortit de derrière lui une série de petite fiche cartonnée.

– Alors Pepo, de l'univers alternatif #5440 de son vrai nom Amethyste Star, sans l’accent pour faire anglais. De sexe F et de race alicorne (et ouais). C’est la petite soeur cachée et complexée de Blueblood. Elle est née alicorne, juste parce que parce que. Avant que j’oublie elle est aussi fan de livre que ta belle soeur Twilight, qu’elle idolâtre. 

– Twilight ? demanda d’une petite voix, premier signe d’intelligence de la nouvelle venue.

– Hum, bonjour, essaya timidement Cadence. Je suis ravie de te rencontr…

– Twiiiiiiiiiiilight, reprit la petite alicorne bleue d’une voix traînante et presque inquiétante.

– Oui bon on a compris, coupa Discord en téléportant une poêle de fonte dans les sabots d’Amethyste qui se calma immédiatement, serrant l’objet tel son doudou. 

– C’est bien gentil Discord mais comment cette pouliche pourrait m’aider ? Je ne la connais même pas et je suis incapable de juger si elle est apte à ressentir les vibrations de l’amour. Et pour le moment elle ressemble plus à un zombi qu’autre chose, ajouta-t-elle sotto voce

– Pas d’inquiétude pour ça, j’ai prévu une épreuve qui permettra de jauger de sa valeur, expliqua l’ancien méchant réformé. 

– Mais je n’ai pas le temps pour ça, protesta la princesse de l’amour. La Saint-Galopin c’est dans moins de deux jours. 

– T’inquiètes Georgette, rassura Discord. J’ai prévu une boucle temporelle semi-finie le temps de cette aventure.  

– Est-ce censé me rassurer ? commenta Cadence avec ironie.

– Je prends cela pour un oui, en plus nous sommes déjà dans la bulle temporelle depuis que je suis arrivé.

– Cela ne m’étonne pas que tu sois toujours dans ta bulle, Discord, se moqua Cadence.

– Ne spécule pas trop là-dessus, princesse.

– Et pourquoi je te prie ?

– De peur qu’elle explose. Ce serait alors la crise.

Un ange passa. Littéralement. Le volatile éloigné, le maître du chaos reprit : 

– Bon pour cette épreuve il me faut trois jeunes preux, aventuriers, courageux et charismatique, qui soient prêts à risquer pérégrinations et aventures pour délivrer la pauvre princesse du terrible château des mille tourments. 

– Oh pitié, c’est tellement cliché (en français dans le texte), s'emporta Cadence. Où as-tu pêché ça ? Dans la première édition de Ogre & Oubliette ?

– Hélas, oui, confessa le draconequus, mais mon autre choix était de simuler une mauvaise émission de téléréalité et je suis sûr que tu n’aurais pas vu la référence. Une histoire d'île et de tentation.

– Merci de me prendre en considération, concéda la princesse de l’amour.

– De rien, répondit Discord du tac au tac. Bon voyons à présent la triplette de prétendants. »

Dans un claquement de doigt magique Discord fit apparaître un premier étalon : une licorne à la robe d’un bleu cyan et le crin rouge vif. Sa marque de beauté était un hexagone noir avec deux espèces d’antennes dirigées vers le bas et deux petits ronds de la même couleur cyan que la robe au milieu du noir de l’hexagone. Il portait une sorte de châle brun porté en écharpe tandis qu’un baudrier lui barrait l’encolure, renfermant une épée ou une rapière, difficile à dire. La poignée de l’arme était faite pour un télékinésiste. Le visage, quoi qu'étonné, était souriant. Bien qu’il fût mal-aisé de juger de l’âge d’un poney juste à son aspect celui-ci était un jeune adulte.

« Où suis-je ? demanda le nouveau venu.

– Ah, Rumby je suppose, bienvenue à toi, s’exclama le draconequus tout sourire. Tu es dans un univers alternatif au tiens. Tu es ici pour sauver une princesse en détresse.

[Dans le fond une pouliche et une jument grognèrent sans que cela n’émeuve le maître du chaos] 

– Rassure toi, continua-t-il, il n’y a nul réel danger si ce n’est le frisson de l’aventure.

– Et bien qu’attendons-nous ! Allons-y Alonzo ! s'enthousiasma l’étalon.

– De bonne référence à ce que j’entends. L’affaire est entre de bons hooves pour le coup, commenta Discord. Je savais que je ne me trompais avec ce candidat. A l’aventurier suivant. 

– Parce que je ne vais pas être seul ? questionna Rumby.

– Elémentaire mon cher. Tout aventurier se doit de se balader en bande, expliqua Discord à présent bombardé maître du donjon. Il faut un minimum de trois compagnons sinon il n’y a pas de tablée. En temps normal je vous réunirais dans une auberge avec vieil encapuchonné donneur de quête et tout le tintouin mais j’ai du mal à trouver des poney fringants ces derniers temps. »

Rumby hocha de la tête pour approuver. Un claquement de doigt chaotique plus tard un nouveau personnage fit son apparition. C’était un pégase assez fin de silhouette, sa robe unie avait une teinte digne des plus prestigieux greens de golf. Son crin bicolore se partageait entre des mèches d’un noir d’ébène et un vert sapin. Sa marque de beauté était un parchemin déplié rempli d’arabesque illisibles avec une plume d’écrivain au bas de celui-ci. Ses grands yeux bleu céruléen jetèrent un regard aussi étonné que le visiteur précédent. Outre le regard ahuri, les deux étalons partageaient sensiblement le même âge si l’on devait juger au seul aspect. 

« Ground Writer, je suppose, s’enquit le draconequus.

– Lui-même. Vous devez être Discord je suppose. 

– Le seul et l’unique. Enfin pour ce monde-ci.

– Je dois donc être dans un autre univers que le mien. 

– Belle déduction, approuva Cadence qui essayait de ne pas être en reste.

– CQFD, ajouta simplement Ground Writer.

– Chassez le naturelle et le matheux revient au galop, ricana Discord. C’est pas tout ça mais j’ai une intrigue à faire avancer, alors pour aller plus vite je vais user de l’artifice de l'ellipse sur cette partie répétitive de l’histoire. 

– Si on pouvait éviter de parler d’ellipse, je n’ai pas trop envie d’évoquer le boulot, se lamenta le pégase.  

– De suite on va dans l’hyperbole, ragea Discord qui n’avait même pas eu le temps de claquer les doigts. Bon je gardais le meilleur pour la fin. Attention le dernier candidat, c’est mon ouvrier de la onzième heure.

– Ça c’est de la parabole, fit remarquer Cadence, décidément pas en reste sur sa culture biblique, après tout Dieu n’est-il pas amour ?

– Si l’on pouvait arrêter avec ces histoires de cône, s’il vous plaît, insista Ground Writer.

– C’est cette histoire qui va être iconique, dit Discorde.

Un ange passa, de nouveau. 

Devant le peu de réaction de son publique Discord claqua une troisième fois des doigts et tel les vœux du génie le dernier des prétendant apparut en un fracassement de tonnerre. Une épaisse fumée noire se déversa de la déchirure de l’espace-temps d'où sortit l’ultime aventurier. Une aura de ténèbres entourait cet individu au poil d’une teint d’albâtre similaire aux os blanchis. Un voile recouvrait le blanc des yeux injectés de sang faisait ressortir des pupilles d’un rouge rubicond. Pas d'aile ni de corne, ce poney était manifestement un terrestre. Contrairement aux deux autres, cet étalon était à peine entré dans l'adolescence et gardait encore le flanc vierge de toute marque.

« Me serais-je trompé avec DarckSasuke 77 ? » soliloqua le draconequus. 

Le nouvelle arrivant se mit à gémir de douleur alors que la lueur diaphane de la lumière du jour l'atteignait à travers les fenêtres.

« Soleil... fait mal... Célestia ! Tuer !! aboya le terrestre sans aucun respect pour toute forme de syntaxe que ce soit et avec un regard de meurtre dans les yeux. 

– Hum, non, c’est bien Shad Moonlight », concéda presque à regret Discord.

D’un claquement doigt le forcené fut enfermé dans une sphère d’énergie.

« Est-ce moi ou tu as ramené un dangereux psychopathe mentalement limité ? s’inquiéta Cadence alors qu’Amethyste serait davantage sa poêle. 

– J’y peux rien, il a le rôle du barbare, protesta Discord. En plus il a voulu grobilliser en prenant des points de défauts mais il a visé trop gros. Sérieusement, qui prend allergique au soleil ? 

– Cela n’explique pas son vocabulaire limité, rétorqua Rumby.

– Dumb stat’ en Int et Sag sans doute, commenta Discord.

– Je m’y connais un peu en statistique, contre attaqua Ground Writer. Et il y a trois sortes de mensonges, le mensonge simple, le sacré mensonge et le mensonge statistique.

– Je sens que je vais devoir sortir son BG, se lamenta le maître du chaos. 

– Si c’est trop vous demander, pria le pégase.

– Bon, ou était-ce, marmonna Discord en farfouillant dans ses fiches cartonnées. A oui… Shad Moonlight : né albinos... Blabla, fugueur très jeune... Blabla a grandi tout seul dans la forêt d’Everfee... Mouais, tu m’étonnes qu’avec un tel passif ce soit un bourrin avec deux mots de vocabulaire. Blabla déteste Cély... Qui ne le fait pas ? Blabla a foutu une rouste à Lulu... Attend il a fait jeu égale avec Lulu ? Et bien il s’emmerde pas le narrateur de l’univers #2225. Bon je vais peut-être corser un peu la partie cogne de ce donjon du coup. A zut, c’est uniquement dans le domaine du rêve qu’il est gros-Bill… Mais d’abord réglons cette histoire d’allergie au soleil. J’ai toujours détesté tourner avec un filtre, ça encrasse les descriptions. “

D’un nouveau claquement de doigt le terrestre fut entouré d’une brève lueur chromatique, quand elle disparut le poney cessa de grogner.

« A p’u mal, consta l'intéressé.

– Bonjours », tenta maladroitement Cadence en s’approchant de l’étalon albinos. 

La princesse de l’amour fut remerciée par un grognement guttural.

« Cherche pas, prevint Discord, Il fait un fixette sur Lulu qu’il vénère avec, je cite le Discorde, "la Jument Séléniaque". Tout un programme. 

– Un vrai enfant de la lune quoi, dit Ground Writer

– Je parie qu’en plus du reste ce poney doit être doué en mécanique, on ne peut s'attendre à moins pour quelqu’un chanté par Mecano, affirma Rumby.

– Je suis pas sûr que les lecteurs relèvent la ref’ à un trio de chanteur espagnol du millénaire précédent, soupira Discord, mais je salue l’effort. Bon c’est pas tout ça mais il y a une quête à lancer. »

D’un énième claquement doigt le maître du donjon fit apparaître une immense tour sombre digne des meilleures créations de Stephen King. Au claquement suivant les trois étalons avaient disparu.

« Les voilà partis pour l'infini et l'au-delà. 

– L'au-delà... C’est lugubre ce que tu dis là Discord. J’espère que ces trois étalons ne risquent rien. 

– Ne t’inquiètes pas ce sont mes amis et mes amis qui ne viennent pas de l’au-delà.

– Ses amis ne viennent pas de l'au-delà », reprirent des cœurs sortis de nulle part.

La petite alicorne sursauta et gémit de peur tandis que Cadence faisait les yeux durs

« Discord ! gronda la jument.

– Il faut vraiment que je me calme sinon les héritiers du vieux Walt vont vraiment me tomber dessus. Bien, et si nous nous rendions à notre poste d’observation », suggéra Discord aux deux alicornes. 

 

Un claquement plus tard les deux alicornes et le draconequus apparurent dans une sorte de boudoir dont le centre était occupé par un ensemble de sofas et de canapés, le fond était occupé par un grand miroir sans tain tandis que du plafond descendaient des chaînettes d’argent au bout desquels pendaient sept boules de cristal opaques. Un trio de tables basses encombrées de petits fours, canapés et autres amuse-gueules complétaient la salle. Le maître du chaos fit un grand geste de la patte pour englober les lieux : 

« Bon j’ai pas pu mettre la griffe sur des palantirs, Gandilf le gras et ce vieux Soso n’étaient pas très chauds. J’ai voulu me rabattre sur la pierre de vision, mais je vous passe sur l'infinité de tracas que j’ai eu avec le M.C.U., c’est pas le sujet. On se contentera d’un lot de boule de cristal, importées directement de chez les éclaireurs, garanties vision lucide, les sorts de clairvoyance et clairaudience sont inclus de façon illimitée pour tout le donjon. A 80 000 po pièce, la maison ne se refuse rien. « 

D’un claquement de griffe les boules de  cristal s’allumèrent, chacune donnant un aperçu d’une salle ou d’un couloir. 

« Nos trois étalons aventuriers doivent être dans les premiers niveaux, attendez que je trouve la bonne chaine. »

Le draconequus se saisit d’une télécommande et se mit à zapper sur l’une des boules, faisant défiler tout un ensemble de pièces toutes plus étranges les unes que les autres. 

« Tant que j’y pense, les filles, n’hésitez pas à donner votre avis, pouce bleu, la cloche tout ça. Vous pouvez même noter, la note maximale va jusqu’à sept étoiles pour les boules de cristal. Faite juste très attention à la quatrième, Su Shinchu. Elle est à un ami.

Les deux alicornes le regardèrent d’un air interdit, ne sachant pas trop quoi penser.

« Dites, je suis bien à Equestria ? hasarda la jeune pouliche qui lâchait ses premiers mots intelligibles, ses sabots serrèrent encore plus le manche de la poêle.

– Techniquement oui, c’est quelque chose comme ça, concéda Discord, nous nous trouvons dans l’univers #5546 bis ou ter, je ne sais plus trop. Le narrateur local a tendance à commencer beaucoup de chose et il en finit assez peu. Ah, je les ai trouvés ! place à l’action ! »

Discord désigna une des boules de cristal, à l'intérieur il était possible de voir les trois étalons progressant dans un couloir du donjon. Shad Moonlight ouvrait la marche d’un pas décidé, Rumby suivait juste derrière, son épée dégainée flottait juste à côté de lui dans un léger halo de télékinésie. Ground Writer fermait la marche, il apportait la lumière au groupe, tenant une lanterne dans sa bouche.

« J’ai l’impression que cela fait des heures que nous sommes dans ce donjon, à marcher, combattre des hordes de monstres ou éviter quelques pièges tordus, se plaignit Ground Writer le pégase. 

– Je ne sais pas si cela fait des heures, contesta Rumby la licorne, mais le dernier combat contre les chiens de diamant n’était que la sixième baston depuis que nous sommes entrés ici.

– Il n’empêche, objecta Writer, pour une fois c’étaient des êtres doués de parole, pas des créatures décérébrées comme les timberwolves, zombies ou autres golems que vous défoncez à tours de sabots. Le dialogue était possible. “

Shad Moonlight le terrestre émit un grognement. 

« Je suis assez d’accord avec Shad, rajouta Rumby. Ces créatures étaient manifestement là pour nous combattre, il n’y avait pas d’autre choix. Cependant je sais pas ce qu’ils avaient à tous à s'appeler Willem.

– Je ne sais pas non plus mais leurs cris d’agonie vont me hanter pour longtemps, souffla le pégase vert en un frisson. Tout ce sang… Je me souviendrai pour le restant de mes jours de Shad qui abat le dernier chien et finit couvert de tripes et d’abats. »

Une lourde porte aux doubles battants barrait la route et le couloir. Shad Moonlight, le combattant, d’un puissant coup explosa les montants de la porte en arrivant devant, abattant l’obstacle au sol et rabattant le caquet aux deux autres suivants. 

Le terrestre franchit le seuil et pénétra dans une nouvelle pièce. Au centre de celle-ci un grand bassin de marbre blanc où s’écoulait une fontaine d’eau claire. Les murs étaient couverts de carreau de faïence bleue aux arabesque élégantes. La pierre était finement ciselée telle une dentelle minérale. Une petite plaque de cuivre gravée, toute de vert de gris, ornait le monument. Au fond une guitare électrique et son jeu d’enceintes juraient quelque peu avec le reste de la pièce.

Alors que les deux autres étalons s’avançaient à leur tour dans la pièce, le débit de la fontaine augmenta brusquement, l’eau se mit à bouillonner. Le trio d’aventurier se tenait sur ses gardes quand une immense silhouette humanoïde se forma à partir des flots. Sans même laisser le temps aux présentation le nouveau venu abattit son énorme poing de flotte au milieu des étalons sur leurs gardes qui se dispersèrent. Le combat s’engagea aussitôt. Les poney avaient l’avantage, frappant sans relâche leur adversaire bien trop massif pour les atteindre mais sans grand résultat. 

« Cogner ce truc c’est comme donner un coup d’épée dans l’eau, protesta Rumby.

– A part annoncer des évidences, tu n’aurais pas une idée de génie, aboya Ground Writer qui esquiva à tire d’aile une autre attaque.

– Lissez plaque », cria Shad Moonlight. 

Les deux autres étalons se regardèrent, l’air idiot. Writer se faufila jusqu’au bout de métal usé, évitant de justesse deux autres jets d’eau.

 

« A la claire fontaine, 

En allant bastonner, 

Vous le trouverez si cheaté 

Que vous en serez rossés

Il n’y pas a longtemps avant qu’il ne vous cogne

Jamais il ne s’arrêtera …

Pour le reste vous pouvez gratter »

 

– Il n’y a rien d’autre de plus ?!? Tu es sûr que tu ne te trompes pas ? demanda Rumby qui faisait face à des trombes d’eau.

– Non, rien, se désola le pégase. Il doit y avoir un double sens dans ces vers, c’est pas possible.

– Je crains qu’on ne boive tous la tasse si tu ne trouves pas rapidement, hurla la licorne duelliste. De suite c’est nous qu’il tabasse. C’est toi le littéraire, c’est littéralement à toi de trouver la solution.

– Littéralement, littéralement t’en a des bonnes toi, grommela l’écrivaillon. 

– Do it Fagot, beugla Shad Moonlight alors que des tentacules d’eau l'enserraient. 

– Do it, do it… Il peut se gratter pour que je le fasse. Mais oui c’est ça, littéralement gratter. »

Le pégase se mit à enlever la couche de vert de gris couvrant la plaque de cuivre. Une fine gravure se découvrit alors au bas de la plaque que Writer s’empressa de lire à voix haute

 

« Faites chanter votre cœur aventuriers

Seul l'élément opposé pourra le vaincre »

 

– Mais oui, c’est élémentaire mon cher. Il faut de la terre ou la roche ! » cria Rumby. 

La licorne saisit dans son aura un morceau de marbre de la fontaine explosée par le combat. L'éclat de pierre traversa l’élémentaire d’eau avec autant d’effet qu’un rocher tombant dans un bassin : il y eut un grand plouf, des ronds dans l’eau, puis une fois le calme revenu à la surface, rien de plus. La créature aqueuse était toujours là, mettant la pression sur les héros. 

Est-ce le moment de bascule, celui où tout espoir s’annule tant l’adversité s’accumule ? Les tentacules acculent Shad. Rumby s’agite et gesticule en vain face aux monticules d’eau. Writer recule, étouffant tout scrupule il va se cacher dans la seule bulle de calme au milieu de ce chaos : les enceintes toutes ridicules du fond.

Le pégase pose les yeux sur la guitare, elle n’était pas là pour rien…

Voyons, c’est Discord qui a conçu ce donjon, la solution est forcément absurde…

Brusquement une idée jaillit, ça coulait de source. Writer se mit à jouer et chanter le plus ancien classique qu’il connaisse de ce genre.

 

« One, two, three o'clock, four o'clock, rock

Five, six, seven o'clock, eight o'clock, rock

Nine, ten, eleven o'clock, twelve o'clock, rock

We're gonna rock around the clock tonight

Put your glad rags on and join me, hon'

We'll have some fun when the clock strikes one

We're gonna rock around the clock tonight

We're gonna rock, rock, rock, 'til broad daylight

We're gonna rock, gonna rock, around the clock tonight »

 

Face à l’onde musicale, l’onde se mit à frémir et vibrer puis quand la dernière note de rock résonna, l’être liquide s’écroula comme un château de cartes frappé par un roc, que dis-je un cap, une péninsule...  

« Tout cela n’a ni queue ni tête se plaignit Rumby qui s’essorait

– Je ne sais pas où tout ça va nous conduire, rajouta Ground Writer.

– Sans aucun doute à un tête-à-queue, répondit la licorne.

– A que c’est Johnny ? demanda Shad Moonlight.

– Non aqueux c’est plein d’eau, répliqua Rumby. »

 

Les salles s'enchaînèrent à un rythme infernal. Il faudrait tout un roman entier ou une série de 26 épisodes pour narrer ici tous les exploits de nos héros. L’amitié naquit dans l’adversité et c’est uni que le trio arriva devant l’ultime obstacle : un imposant sphinx gardait la dernière porte. Comme tout représentant de son espèce le sphinx était prêt à céder à qui répondrait à son énigme.

« Pourriez-vous répéter la question, demanda Ground Writer.

– Je me tiens sur mes genoux au matin, j’avance sur mes quatre sabots au midi et je bascule au fond de la chaise au soir. Qui suis-je ? répéta d’un air las la créature hybride.

– N'est-ce pas la dixième fois que tu la lui redemandes, cette énigme ? hasarda Shad Moonlight à présent bien plus loquace.

– Hum… le doute m’habite, se lamenta le pégase.

– Ça s’entend, fit remarquer le sphinx.

– Mais je ne tends à rien, si ce n’est à comprendre ce qui se passe, se défendit Writer.

– Moi le doute m'assaille, tel un guerrier, ajouta Shad Moonlight.

– Il vient pour la chasse au lion ? demanda Rumby.

– Est-ce une menace ? interrogea le sphinx en se redressant.

– Ouais, ça se pourrait », rétorqua Shad du tac au tac.

Les deux adversaires se jaugeaient en un duel de regard. L’albinos était bien plus petit que le félin mais Moonlight ne connaissait pas la peur.

« Oh ! On se calme, les poneys, cria Ground Writer en s'interposant entre les deux combattants.

– Poney est la bonne réponse, lâcha le sphinx, vous pouvez passer. »

Les trois poneys passèrent l’ultime porte sans insister et se retrouvèrent face à deux juments affalées sur des sofas, un tapis d’emballages de chocolat jonchait le sol, témoins silencieux du carnage sans nom opéré ici. Les derniers cadavres étaient plusieurs boites de bonbon mélangeant cerise, liqueur et chocolat.

« Et bien vous voici enfin, râla Amethyste avec une voix pâteuse depuis son divan. On a failli vous attendre. En plus le final était nul, il n’y a même pas eu un combat.

– Dit celle qui se cachait les yeux dès qu’il y avait du sang », se moqua Cadence.

Les trois étalons n’osèrent pas approcher davantage et tinrent conciliabule. Ils murmurent à voix basse leur opinions.

« C’est laquelle celle à sauver ? s’enquit Shad Moonlight.

– Je ne sais pas parmi ces deux juments mais j’avoue revenir sur mon jugement, se justifia Ground Writer. Les avoir là avachies, ça ramollit quelque peu mon ardeur.

– Je te croyais plus dur, taquina Rumby.

– Oh, je ne me débande pas, se défendit l’écrivain.

– Alors c’est quoi ce coup de mou ? insista la licorne

– Mais vous avez pas bientôt fini, les gros dégoûtants, s’indigna Amethyste. Avec les sept boules de cristal on entend tout. Avec ça vous pouvez faire tintin pour nous faire des mystères.

– Il semble que pour la demoiselle les lapsus s'enchaînent, commenta Ground Writer.

– Ha, parce qu’en sus du reste vous voudriez que … s’empourpra Amethyste

– Ah non, c’est vous qui suggérez, moi je propose rien au premier rendez-vous », contre-attaqua Rumby.

 

Pendant tout l’échange Shad Moonlight s’était aventuré vers le fond de la pièce. Un grand draconequus gisait dans un coin. Les ronflements indiquaient qu’il dormait du sommeil du juste. Derrière il y avait un grand miroir sans tain. Sur le cadre couraient des écritures étranges, illisibles. Il fallut un moment avant que Shad ne se rende compte que ce texte était écrit en inversé. Le terrestre le recopia à la va vite sur un des napperons qui trainait au milieu des emballages de chocolat. L’albinos présenta son manuscrit face au miroir et lut à voix haute le texte.

 

« Twas brillig, and the slithy toves

Did gyre and gimble in the wabe;

All mimsy were the borogoves,

And the mome raths outgrabe »

 

Une voix d'outre tombe repris d'au delà du miroir la suite du poème

 

« Beware the Jabberwock, my son !

The jaws that bite, the claws that catch !

Beware the Jubjub bird, and shun

The frumious Bandersnatch ! »

 

Cette déclamation eu trois effets. Le premier fut de faire taire immédiatement la dispute entre étalons et juments, le deuxième fut de réveiller pour de bon Discord en un bond, le dernier fut de convoquer à travers le miroir une créature de chaos à côté de laquelle le draconequus paraissait cohérent et ordonnée. 

« Nom de moi, pesta Discord. Je les laisse deux minutes sans surveillance et voilà qu’ils me convoquent le boss caché du donjon alors qu’ils ont même pas le niveau. 

– Mais c’est quoi cette chose ? couina Cadence en s’accrochant au long cou de Discord.

– Le Jabberwock, une sorte de cousin éloigné un peu attardé, il est de la brache des Carroll. Un peu sanguin et sanguinaire mais très sympa au demeurant, enfin sauf si vous êtes mortel. Dans ce genre de cas la rencontre risque d’être…

– Mortelle, le coupa Rumby en esquivant un coup de griffe de la créature

– Je vais voir si j’ai encore un deus ex machina en stock, annonça Discord. Mais il va falloir le retenir.

– On s’en charge, répondirent en cœur le trio d’étalon.

– Ben moi je le charge », intervint Amethyste qui prit l’initiative, poêle en avant. 

 

Le combat qui suivit fut épique et dantesque. Le décrire relève de l’impossible tant les exploits s'enchainèrent et tant les combattants se déchaînèrent. Les éclairs fusèrent. Les crocs croisèrent la lame, les sabots entrechoquèrent les griffes, la poêle frappa le poil hirsute de la bête. 

Soudain en un éclair de couleur iridescent Discord fit apparaitre un nouveau combattant : un petit chat abyssin, vêtu d’un grand chapeau à large bord orné d’une magnifique plume de faisan. Il avait dans sa patte une épée en carton avec écrit dessus « vorpale ». A la seule vue du félin et de son arme le Jabberwock s'enfuit au travers du reflet.

« Merci de votre aide, dit Cadence au matou sauveur.

– Chat ché rien, répondit l'intéressé.

– Et qui êtes-vous ? questionna Amethyste

– Ché chui le chamifique ché chatoyant Pomélon. »

Des papillons passèrent dans les yeux de la pouliche alicorne. Le trio d’étalons soupira de dépit alors que la belle caressait le félin sous menton qui en ronronnait de plaisir.

« Comment voulez-vous lutter contre chat, bougonna Ground Writer 

– C’est pas permis chat d’être aussi mignon, surenchérit Rumby

– Chat c’est sûr », conclut Shad Moonlight

 

L’histoire s’arrête ici, la petit princesse et son chat regagnèrent son univers tandis que le trio d’affreux jojos débutèrent une longue romance ainsi qu’une carrière d’aventures aussi épiques que bizarres (Discord oblige) 

 

FIN

Note de l'auteur

Le dessin d'Amethiste

https://cdn.discordapp.com/attachments/691740267249664030/691770272465813524/Document_61_1.jpg

Ground Writer est l'oc d'Igi qui est prof de maths IRL

La chanson que chante Ground Writer est Rock Around Clock, un morceau de Bill Haley & Hit Comets, d'après certain spétialistes le premier morceau de rock référencé.

https://www.youtube.com/watch?v=XJmG-3e3P8I

Pomélon est le chat de Pépo IRL

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.