Discord icon

Une romance des plus improbable...

C'était une journée comme une autre dans ma vie de célibataire.

En effet, après une énième dispute sans princesse de l'amour pour nous réconcilier, Lucky et moi avions définitivement rompu. C'est peut-être mieux ainsi dans un sens... Car certes, on dit bien « Qui aime bien châtie bien » mais là... Il y avait plus de « châtie » que d'« aime ».

Alors, oui, je lui avais peut-être coûté un peu cher avec mes sabotcures. Et peut-être avais-je un assez mauvais caractère par moment, mais tout de même ! De là à me plaquer ! Enfin, le passé est le passé.

Je me regardai dans le miroir. Ma crinière brune était explosive et j'avais de gros cernes sous mes yeux marrons qui étaient encore rouges. Sans compter l'énorme migraine qui m'avait prise. En même temps, après avoir été larguée dans un bar, il était plus que probable que j'allais avoir envie de me changer les idées avec une chope de cidre ou deux... ou trois... ou quatre... ou dix... ou... enfin bref. Autant dire que j'avais le museau de bois après ça.

Le fait était qu'à présent, il était temps de sortir, d'abord, les courses, ensuite, le travail puis... je ne sais pas... Une soirée Titacornique avec un pot de glace ? Ou de chocolat peut-être... Moui, le chocolat, ça passe mieux, sans oublier les mouchoirs bien sûr. Deux trucs à rajouter à ma liste de courses en soit.

 

**

 

Après m'être arrangée, bien que n'ayant rien pu faire contre les cernes qui me donnaient l'impression d'être mère célibataire – ce qui était presque le cas, sans les poulains, je sortai avec mon sac sur mon dos, direction le supermarché le plus proche.

Le plus gros inconvénient à Canterlot, c'est que lorsque l'on n'est pas une noble, on peut oublier les magasins lambda où tous les prix étaient exorbitants. Okay, j'étais une bonne coureuse, mais je n'étais pas encore une star internationale, au contraire, j'étais encore obligée de travailler au garage !

Du coup, pas le choix, je devais habiter dans une minuscule maison modeste, le genre que les touristes ne voient que s'ils se sont bien perdus avec les magasins des alentours qui sont... pas terribles, on va dire.

Une fois dans la supérette, je parcourut les rayons et remplissai mon caddy. Au bout d'un moment, celui-ci était plein à craquer. Je trottai ensuite vers la caisse. Après avoir vidé mon portefeuille et rempli mes sacs, je retournai rapidement chez moi, rangeai les courses et enfilai ensuite ma tenue de garagiste, prenant mon jogging dans mon sac et sortant en volant.

Arrivée au boulot, je déposai mon sac dans un coin et rejoignis mes collègues. La plupart étaient déjà en train de bosser sur des carrosses tout juste reçus, les autres papotaient tranquillement, comme à leur habitude. Je rejoignis White Spanner, une ponette blanche à la crinière grise avec une clé à molette en Cutie Mark. Elle et moi faisions équipe et attendions notre prochaine commande. C'est alors qu'un élégant carrosse entra dans l'atelier et se dirigea vers nous. Un noble en descendit avec son cocher. Le noble était brun avec une crinière marron clair frisée et une cutie mark en forme de parchemin. Il portait un haut élégant avec nœud-papillon et rose, comme la plupart des nobles de cette ville. L'étalon prit alors la parole.

– Je viens pour mes roues. L'une d'entre elles est en train de se dévisser et elle est fissurée, aussi, dit-il simplement, me tapant sur les nerfs d'office.

– Bonjour, déjà, et s'il vous plaît aussi, c'est trop vous demander ? m'écriai-je.

Habituellement, je gardais mon sang-froid, il le fallait bien ! Mais à cause des récents évènements, cette certaine sagesse d'esprit avait décidé de prendre des vacances...

– Je vous demande pardon ? s'offusqua l'autre.

– Vous m'avez parfaitement entendue ! C'est pas parce que vous avez plus d'argent qu'les autres que vous pouvez vous permettre d'les prendre de haut et d'être malpoli !

– Moi ? Malpoli ? Avec une simple ponette insignifiante comme vous ? Ce serait plutôt l'inverse ! me répondit-il en levant la tête de manière hautaine, comme le faisait la plupart de ces stupides bourges.

Je m'apprêtais à répliquer à nouveau, rouge de colère, lorsque Spanner s'interposa entre nous, un sourire désolé sur le visage.

– Veuillez l'excuser, elle ne sait pas ce qu'elle dit... balbutia-t-elle.

L'autre lâcha un « Humph ! » dédaigneux avant de s'éloigner et d'aller appeler un taxi, laissant son cocher régler les modalités. Une fois seules, Spanner se tourna vers moi.

– Par Celestia, Wild ! Qu'est-ce qui t'a pris ? Tu veux être virée ? s'écria-t-elle en me dévisageant.

– P'têtre bien qu'oui, va savoir, lui répondis-je simplement. Mon amie se contenta de se frapper le sabot contre le visage.

– Qu'est-ce qu'il se passe ? C'est Lucky c'est ça ? reprit-elle ensuite, s'adoucissant. Je hochai simplement la tête en me tournant vers le carrosse, enlevant la roue défaillante. Mon amie s'apprêtait à dire quelque chose lorsqu'un étalon nous interrompit. C'était un de nos supérieurs, il m'annonçait que le patron voulait me voir.

Je sentais que j'allais amèrement regretter ce que je venais de faire.

 

**

 

Je sortais du garage, dépitée. Et voilà, j'étais virée, encore. Je jetai mon uniforme à la poubelle, il était de toute façon vieux et usé. Donnant ensuite un grand coup de sabot dans la même poubelle, je m'envolai rapidement pour le stade, avant qu'un garde n'ait le temps de me voir près de l'objet renversé et de m'y associer.

Une fois arrivée au stade, j'enfilai mon jogging avec hargne et me mis sur la ligne de départ. Courir était l'un de mes passe-temps favoris, en fait, c'était mon passe-temps favori, juste devant la lecture des livres de Daring Do. En plus, ça me permettait de bien me défouler, surtout lorsque Sonic Wave était dans les parages. Le terrestre bleu à la coiffure piquante et aux yeux verts avec une sorte d'anneau doré en guise de cutie mark était peut-être aussi rapide que moi, c'était mon plus grand rival. Notre entraîneur, Flaming Race, nous toisait de haut, comme à son habitude.

Nous étions ses cinq meilleurs élèves, Sonic, Thunder Rush, Star Strong, Quick Swirl et moi. Il nous cria alors que nous étions l'élite, que nous devions briller, etc. etc. Le même discours habituel. Ensuite, la course démarra.

Je courus aux côtés de Sonic, assez loin devant les autres. Mes sabots couraient aussi vite que des roues enflammées, je portais vraiment bien mon nom et ma cutie mark. Cependant, l'étalon me donna un coup d'épaule qui me fit tomber, la tête la première, dans une flaque de boue.

Cette journée était vraiment affreuse.

 

**

 

J'étais sur la route pour rentrer chez moi, passant par les beaux quartiers étant donné que c’était le chemin le plus court, bien que je fusse dans un état... pas terrible.

La crinière décoiffée à nouveau, toujours avec mes cernes mais aussi avec quelques taches de boue encore présentes par-ci par-là que j'avais eu du mal à avoir en seulement cinq minutes, autant dire que j'avais l'air d'une folle, surtout aux yeux des nobles. Baillant, je me cognai contre un autre poney, un étalon, vu la corpulence.

 – Pardon m'sieur, m'excusai-je, à moitié endormie. Le poney se retourna et je reconnus l'étalon de ce matin.

 – Encore vous ! Nous l'avions dit en même temps et avec le même agacement.

 – Ecoutez, j'ai eu une assez mauvaise journée comme ça alors laissez-moi tranquille ! m'écriai-je, énervée, commençant à le contourner.

– Ce n'est pas de cette façon que l'on traite un client !  me répondit-il, toujours avec son ton hautain.

– Vous êtes plus mon client ! J’suis virée ! Voilà, vous êtes content ? Maintenant, ciao et bonne nuit ! m'énervais-je en m'éloignant. J'entendis l'autre me rejoindre et poser son sabot sur mon épaule.

– Ecoutez je... je suis désolé, sincèrement, je ne savais pas, s'excusa-t-il avec une mine vraiment peinée, les oreilles couchées et le regard plein de compassion.

Je le dévisageai et tandis que je m'apprêtai à répondre, il ne m'en laissa pas le temps.

– J'imagine que c'est un peu de ma faute et je m'en veux... Alors... Que diriez-vous d'un bon repas ? C'est moi qui régale ! 

Haussant un sourcil, je me retins de lui crier au museau que ce n'était pas « qu'un peu » sa faute et jugea le pour et le contre. Le contre : manger avec un noble hautain et qui vient de me faire virer. Le pour : manger gratuitement dans un resto chicos. Habituellement, je n'étais pas vraiment du genre à profiter de la générosité des autres mais puisque c'était si gentiment proposé…

Je me résignais donc à le suivre et, comme je m'y attendais, il m'emmena dans un restaurant assez chicos. Heureusement, ce n'était pas un de ces restos aux plats minuscules et dégoûtants. C'était plutôt bon en fait ! Très vite, le stress accumulé s'évanouit, peut-être n'était-ce pas une si mauvaise journée...

Je fis connaissance avec le poney qui m'avait invité et appris qu'il se nommait Sealed Scroll et qu'il bossait dans la rénovation d'anciens parchemins, un travail qu'il adorait. Je trouvais ça plutôt cool comme métier et, il fallait le dire, ça devait bien payer... Bref, nous continuâmes de papoter, de tout et de rien, et je me rendis compte que même si c'était un noble, il n'était pas comme les autres il... Il était plus sympa.

Une fois sortis du restaurant, il me proposa de me raccompagner, comme tout gentlecolt qui se respecte. Sur le coup, je me sentais gênée de le recevoir dans un tel taudis, puis je suis finalement partie sur un « Oh ! Au point où j'en suis ! »

Et c'est une fois à la porte de mon petit appartement assez miteux qu'il me quitta.

– Bon eh bien... Ce fut un honneur Mademoiselle Fire...

– L'honneur fut partagé, Monsieur Scroll, au plaisir de vous revoir ! lui répondis-je, sourire aux lèvres.

J'allais fermer la porte lorsqu'il m’interrompit. 

– Au fait, je comptais aller au cinéma vendredi, et je me disais que nous pourrions y aller ensemble… je veux dire, un film que j’attendais avec impatience vient de sortir et… et j’ai bon espoir qu'il pourrait vous plaire... »

Je réfléchis un instant. Nous étions bien mardi ? Ça fait un peu tôt tout de même... Boh ! Pourquoi pas après tout, je n'avais rien de prévu toute façon ! Hormis me trouver un nouveau job bien sûr...

Haussant les épaules, je lui répondis donc par la positive en lui souriant et il me promit de m'envoyer une invitation officielle dans la semaine. Nous nous quittâmes donc là-dessus et je pus aller me doucher un bon coup et ensuite dormir un peu, l'esprit bien plus léger que ce matin.

 

**

 

Wild Fire refermait finalement sa porte, tandis que moi, je me retenais de crier de joie. Mes manières de gentlecolt me l'empêchant, dans un premier temps, et, dans un deuxième temps, car je ne comprenais pas pourquoi cette joie soudaine me tombait dessus. Ni pourquoi j'avais invité cette ponette que je venais juste de rencontrer à sortir, une seconde fois ! Enfin Sealed Scroll, qu'est-ce qui ne tourne pas rond dans ta tête ? Elle va sûrement se moquer de toi ! Et si elle ne le faisait pas ?

Quoi qu'il en fût, depuis que j'avais fait plus ample connaissance avec la charmante jument, je sentais mon cœur léger comme une plume. Si léger que j'eus l'impression d'arriver chez moi en un claquement de sabots.

J'avais du mal à expliquer ce qui m'arrivait, et ce que ce serait... Non ça ne pouvait pas... Et si... Et si... Et si c'était de l'amour ?...

 

**

 

La sortie au cinéma s'était merveilleusement bien passée, c'était un film sur les Power Ponies. J'étais d'abord surprise qu'un noble Canterlotien aimât ce genre de film et je crus d'abord qu'il m'avait invitée pour se moquer, mais il avait adoré la séance ! Et ça ne semblait pas être sa première ! Nous avons donc passé le reste de la soirée à partir dans nos délires de fans autour d'une bonne pizza d'avoine chez moi. Et au moment de partir, c'est moi qui l'ai invité. À une convention de fans des Power Ponies qui se tiendrait à Manehattan dans deux semaines.

Excité comme une puce, il accepta sans hésiter, ce qui me fit bien rire.

Une fois parti, je regardai mon appartement à présent vide et silencieux et me sentis bien seule. Non seulement à l'extérieur, mais aussi à l'intérieur.

Je sentai effectivement comme un vide au fond de mon cœur. Il me manquait quelque chose... Mais quoi ?...

 

**

 

Les mois avaient passé. Les rendez-vous entre les deux poneys s'étaient succédés et étaient de plus en plus fréquents. Puis ce fut à la Hearts and Hooves Day que les deux décidèrent de se lancer.

 

**

 

Je me sentais nerveux. Voilà au moins neuf mois que je connaisais Wild Fire et au moins trois que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour elle. Je n'avais aucune idée de ce qu'il en était pour elle, mais moi, je commençai à ne plus supporter d'attendre le bon moment. Cependant, aujourd'hui serait le grand jour. Et non pas seulement celui où je lui avouerai mes sentiments, mais aussi celui où je lui demanderai son sabot. Certes, ça ne faisait même pas un an que nous nous connaissions mais... Mais j'étais sûr de moi. J'aimais cette jument comme je n'avais jamais rien aimé auparavant. J'espérais juste ne pas me tromper...

Mais maintenant que cette alliance était achetée, il était trop tard pour reculer.

 

**

 

Par Saintes Celestia et Luna réunies ! Nous étions déjà le jour de la Hearts and Hooves Day. Celui où j'avais décidé d'annoncer mes sentiments à Sealed Scroll. J'avais compris que j'aimais le noble il y a environ trois mois et demie. Lucky me hantait encore l'esprit mais... Mais je devais avancer. Peut-être qu'une fois notre relation officielle, l'étalon gris quitterait enfin mes pensées...

 

**

 

Ca y était. Nous y étions. Nous étions devant le restaurant. Tous les deux, rien qu'elle et moi. Nous venions de finir un succulent repas et nous éloignions à présent, direction le parc à côté du château. C'était l'endroit le plus romantique que j'avais pu trouver pour faire ma déclaration. Je savais que Wild n'était pas la ponette la plus romantique que je connaissais, et encore moins la plus fleur bleue, mais je voulais que tout soit parfait.

Une fois de plus, elle m'avait charmé pendant toute la soirée, me convaincant un peu plus à chaque seconde qu'elle était la ponette de mes rêves, celle avec qui je voulais fonder une famille, la voir grandir, vieillir et mourir, en paix.

Nous étions à présent à l'endroit exact où nous devions être. L'étang couvert de quelques pétales de fleurs des arbres alentours reflétait avec perfection la pleine lune, sublime et immaculée. La plus belle pleine lune que j'ai pu voir. À moins que ce ne soit moi ? Enfin, que m'importe.

Je pris donc timidement les deux sabots de la ponette, lui fit un petit sourire et m'agenouillai, me lançant finalement :

– Je sais que les choses vont très vite entre nous et... et je ne suis même pas sûr que mes sentiments pour toi soient réciproques... Tu vas peut-être même me trouver ridicule mais... mais j'ai hésité trop longtemps et... et c'est maintenant ou jamais que je me prononce face à toi, Wild Fire.

Je lâchai alors ses sabots et attrapai la boîte qui contenait mon alliance, la lui tendant et l'ouvrant.

– Wild Fire, veux-tu être ma jument ? demandai-je alors, solennel, sentant mon cœur battre la chamade.

 

**

 

Je regardai Sealed Scroll, puis l'alliance, puis Sealed Scroll.

Je n'en revenais pas, il s'était vraiment lancé ! Bien sûr, je me doutais de quelque chose en voyant à quoi ressemblait le parc mais... Mais une chose était sûre. Je sentais des larmes couler le long de mes joues.

Prise d'une immense vague d'émotions, je me jetai à son cou et nous tombâmes droit dans l'étang. Remontant à la surface, l'étalon me regarda avec un grand sourire aux lèvres.

« Dois-je prendre cela pour un oui ? 

Je ris et enlaçai mes sabots autour de son cou, l'embrassant avec passion. Il me caressa la crinière en retour.

– Prends ÇA pour un oui ! ris-je tandis que je l'embrassais à nouveau.

 

Et c'est ainsi que débuta notre histoire...

Note de l'auteur

Voili voilou ! Bon il y avait quelques défauts mais pour une vieille fiction, franchement, j'en suis plutôt fière (oui je le redis !), et en sachant que j'ai tout de même relu un coup avant de poster, eheh... 

Peut-être une suite verra-t-elle le jour, si je suis motivée... mais pour l'instant je confie l'histoire à votre imagination :-)

Bon eh bien sur ce, je vous dis à la prochaine pour une nouvelle fiction ! (Pas dans trop longtemps j'espère ^^')

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.